Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 14:33

 

L’HEURE EST VENUE D’AFFRONTER LES HAINEUX DES JUIFS

Simcha Jacobovici

Adaptation

Thérèse Zrihen-Dvir

 

© PixelEmbargo www.fotosearch.com

 

Si le monde est à présent un «village global», Israël est le nouveau ghetto juif, et les antisémites sont en train d’aiguiser leurs couteaux – dressant leur pogrom final. Ce n’est guère une paranoïa juive. C’est un fait. La preuve est si rude que l'acte même de la nier devient une forme d'antisémitisme - une façon de voiler le danger.

Dans notre monde chaotique, l’état juif d’Israël, n’est autre qu’une nation colonialiste, raciste qui doit être isolée, bannie et anéantie. Les Palestiniens sont les victimes des Juifs, victimes d'un sort pareil à l'Holocauste. Dans ce scénario – rhétorique universelle de plus en plus permise – « les Israéliens sont les nazis et les Palestiniens les vrais Juifs ».

L'existence même de cette réalité déformée est métaphysique dans ses implications. Cela nous prouve - puisqu’il n'existe aucune explication logique au phénomène du mensonge global sur l'état juif – que l’unique raison de cette psychose de masse est que nous avons pénétré une fois de plus la « zone d'ombre » de l'antisémitisme atteint de folie furieuse. Dans cette dimension, le conflit israélo-palestinien est le principal problème de notre planète. Mais le fait est que depuis un siècle le conflit israélo-palestinien n’a réclamé que 50.000 vies ou moins. En revanche, la guerre civile en Syrie a laissé une hécatombe de plus d'un quart de millions de morts en l’espace des dernières quatre années seulement.

Alors que le monde se concentre sur le conflit israélo-palestinien, des millions de personnes dans le monde sont assassinées et larguées dans des fosses communes. Leur mort est à peine signalée. Nous avons par exemple, plus d'un demi-million de personnes tuées au Darfour. Et pourtant, peu de gens savent où se trouve exactement le Darfour. Au Congo, au 21e siècle seulement, quelques 5 millions d'Africains ont été tués. Presque personne n’en parle, ni ne s’en soucie.

Puis, il y a la question des réfugiés. En 1948, il est présumé qu’il y eut 700,000 réfugiés palestiniens. En parallèle, Il y eut un nombre égal ou même plus grand de Juifs qui avaient fui des pays arabes. Pourquoi le monde n’est pas obsédé par les réfugiés juifs ? En fait, pourquoi le monde n’est nullement obsédé par tous les réfugiés, hormis les Palestiniens ? En cet instant même, selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), il y a 3 millions de réfugiés qui ont fui la Syrie et 6,5 autres millions de déplacés en Syrie elle-même. Au total, près de 10 millions d'arabes dont personne ne se soucie. Pourquoi ?

Aussi déplaisant que cela puisse paraître à la fraction civilisée de notre planète, la réponse est simple. Le monde ne se soucie ni des Africains, ni Arabes ou des Palestiniens. Ce qui obsède réellement cette bonne partie de notre globe sont les Juifs. Si les Palestiniens combattaient les Soudanais, personne ne se soucierait d'eux, tout comme personne ne se soucie des chrétiens opprimés au Soudan. Personne ne se soucie des Kurdes. Après tout, les Kurdes sont assez malchanceux puisqu’ils combattent les Turcs, mais pas les Juifs. S’ils s’en prenaient aux Juifs, le monde en aurait pris connaissance.

Alors que les flammes de l'antisémitisme fouettent toujours de plus près l'état juif, les dirigeants politiques, religieux et économiques du peuple juif demeurent béatement sans clue. L'ironie - l'état juif moderne a été créé sur les cendres d'Auschwitz afin de «normaliser» la vie juive. On a fait croire aux israéliens qu'Israël est aussi «normal» que la Grèce ou l'Italie. En conséquence, les Israéliens sont les personnes les moins bien équipées dans le monde pour percevoir l'antisémitisme. Et c’est ce qui fait que les Israéliens vivent dans l'illusion que leur situation fâcheuse, c’est-à-dire, leur isolement, résulte d’une politique erronée. C’est faux. C’est de l'antisémitisme. Mais nous pouvons être encore plus précis. Le regretté philosophe Emil Fackenheim n'a pas aimé le terme pseudo-scientifique « antisémitisme », car il masque ce dont nous parlons vraiment. Il a insisté sur le terme «haine de Juifs ». Et c’est la situation fâcheuse actuelle où se trouve Israël.

Quand l’Israël moderne naquit en 1948, le porte-parole du Vatican L'Osservatore Romano écrivait que les Juifs ne pouvaient plus réclamer l'Israël biblique parce que « la Terre Sainte et ses sites sacrés appartiennent au christianisme, l’authentique Israël ». Selon cette rhétorique, les Juifs - l'ancien Israël – ne devrait plus exister parce qu’intégré et remplacé par le «vrai Israël». Le Vatican exprimait ce qui est devenu de plus en plus populaire : Le rejet fondamental du droit à un état au peuple juif. Après la création du moderne Israël, le Vatican a mis 45 ans pour «reconnaître» l'état juif. Mais le mois dernier, le « Saint-Siège » a reconnu l'état palestinien avant même sa création. Dans la partie la plus bizarre de cette reconnaissance torsadée, le pape Francis se référait au dirigeant palestinien Mahmoud Abbas comme l’« ange de la paix ». C’est le même Abbas, négationniste de l'Holocauste, à la tête d'une organisation terroriste qui a comploté des détournements d'avion et a pratiquement chassé tous les chrétiens des territoires sous son contrôle, dont Bethléem.

Puis il y eut le revers de la médaille du Vatican, style haine du Juif. Vous connaissez le genre ; c’est l'antisémitisme qui déclare que certains de ses meilleurs amis sont juifs. Prenons pour exemple le président actuel des États-Unis, Obama. Nul doute, il a beaucoup d'amis et de collègues juifs. Il est le premier président à célébrer la Pâque à la Maison Blanche et le mois dernier il a discouru dans une synagogue conservatrice à Washington DC. Mais quel était son message à la fin du jour ? Son message est que le conflit israélo-palestinien est le problème central du Moyen-Orient et, par conséquent, de la planète.

Durant une vingtaine d’années, Obama s’était tranquillement assis sur les bancs de l'église de Jeremiah Wright, prêtant l’oreille aux diatribes antisémites de son pasteur. Et maintenant, il est vraiment hors de lui à cause de l'obsession du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu envers l'Iran. Réfléchissez. Moins de 70 ans après l'Holocauste, l'Iran construit des bombes nucléaires dans le but avéré d’incinérer les 8 millions de citoyens d'Israël et Obama est furieux contre Israël. Quel autre pays sur cette planète est confronté à la menace d'anéantissement nucléaire ? Et qu’aurait fait tout autre pays, les États-Unis compris, s’il se trouvait dans une situation identique de menace de mort comme l’est Israël ? Miserait-il sur la rationalité iranienne ? Bien sûr, il ne le peut pas. Mais pour les Juifs, les normes diffèrent.

À l’heure actuelle, il semble que les choses ne peuvent empirer davantage, bien que cette possibilité existe encore. Alors que presque tous les états arabes s’effondrent dans une marre de sang, d’organes et de têtes décapitées, l'objectif de la politique étrangère d'Obama réitérée à maintes reprises est de créer un autre état arabe défaillant - Palestine. Pourquoi ? Même le Hamas, dirigeant dictateur de Gaza, a clairement déclaré qu'il ne veut pas d'un état, qu'il considère comme une invention occidentale. Ce qu'il veut explicitement est une rampe de lancement à partir de laquelle il pourra détruire Israël et créer une république islamique. Mais Obama ne s’en soucie pas. Il veut donner aux Palestiniens un état qu’ils le veulent ou pas, qu'ils le méritent ou pas, et qu’importe si son existence déstabilisera davantage une région déjà volatile. Parce que, comme cela devrait déjà être clair, il ne s’agit pas des Palestiniens - il s’agit des Juifs.

Et que font les Juifs de tout cela ? Eh bien, rien. Les dirigeants israéliens ne réalisent même pas que l'étau se resserre. Alors que les ennemis d’Israël dépensent des milliards de dollars afin de diaboliser et de marginaliser Israël dans les médias, sur les campus et dans les couloirs du pouvoir, les Israéliens répondent par le truchement de leur « porte-parole » dont l’unique compétence est de posséder un timbre lourd quand ils s’expriment en anglais. Quant aux amis d'Israël à l'étranger, certains d'entre eux passent leur temps à «défendre» Israël. Ce qui est une bonne chose, mais c’est une position perdante. Comme tout entraîneur de sport peut vous l’affirmer ; si vous ne jouez que sur la défense, vous ne pouvez pas gagner.

Et voici un fait curieux : De nombreux Juifs en Amérique ne sont même pas intéressés à défendre Israël ou à le promouvoir. Ils ne veulent pas qu’Israël l’emporte dans sa lutte contre ses ennemis. Par exemple, la plupart des Juifs en Amérique soutiennent Obama et son obsession meurtrière contre l'état juif. Des organisations telles que J-street prétendent aimer Israël tout en critiquant systématiquement ses élus. Pourquoi ? Afin de sauver les Israéliens d'eux-mêmes, disent-ils. Ces « oncle Tom » juifs expriment leur amour ferme d'Israël en dénigrant régulièrement l'état juif. « Nous ne sommes pas comme les Juifs », semblent-ils dire : «Nous sommes différents. Nous sommes, tout comme vous”.

Ce phénomène de haine de soi n’est pas nouveau. Avant la Seconde Guerre mondiale, de nombreux officiers SS nazis étaient pour partisans des juifs. Ce sont les «bons Juifs», ceux qui n’ont presque rien de juif et qui comprenaient pourquoi les allemands nationalistes trouvent les juifs orthodoxes dégoûtants. Même Hitler avait un Juif préféré - un médecin de famille - et il n'a jamais oublié d'envoyer à ce « bon Juif » un vœu d'anniversaire.

Comme les collaborateurs pré-Holocauste, les « oncle Tom » juifs d'Amérique ne se soucient pas des réalités existentielles juives. Ils ne se soucient pas de ces communautés juives millénaires qui agonisent. Pendant que j’écris ces phrases, les Juifs du Yémen ont disparu. Les Juifs d'Irak, d'Égypte, et même de France ont disparu ou sont en voie de disparition. Mais il n'y a aucun mouvement de protestation juive américaine en faveur des Juifs opprimés dans le monde entier. Les progressistes ne se préoccupent pas du sort de leurs coreligionnaires persécutés.

Nous avons vu cette haine de soi juive avant. Au cours de l'Inquisition, Torquemada, le Grand Inquisiteur lui-même, était un Juif. Il aimait tant les Juifs qu’il voulait les convertir au christianisme sous la torture, afin de sauver leurs âmes. Plus tôt encore, durant la Grande révolte juive de 66-70, tandis que des centaines de milliers de Juifs étaient crucifiés par les Romains, et que Jérusalem était assiégée et le Saint Temple brûlé, le commandant en second de l'armée romaine était nul autre que l'aristocrate juif Tiberius Julius Alexander. Il aimait le peuple juif, mais il détestait ceux qu'il considérait comme des extrémistes juifs. Il a exprimé son amour des Juifs en détruisant leur état.

Aujourd'hui, l'esprit de Tiberius Julius Alexander vit encore. Beaucoup d'Israéliens sont beaucoup plus contrariés par la présence de colonies juives dans l'ancienne Judée, qu’ils ne le sont par un Iran nucléaire. Ce qui est incroyable vraiment, c’est que 80% de la Palestine sous mandat britannique devait être sous domination jordanienne arabe et néanmoins, les gens rationnels peuvent encore dire qu'il n'y a pas la Palestine. 90% des Palestiniens vivant en Cisjordanie et à Gaza sont actuellement sous domination arabe. Et pourtant, les gens peuvent toujours dire que les Juifs les oppriment. Il est réellement incroyable que plus de 1,5 millions d'Arabes peuvent vivre en Israël et s’asseoir dans son parlement tandis que pas un seul Juif ne peut vivre sous juridiction palestinienne. Permettez-moi de préciser ; même si les Juifs ont vécu en terre d'Israël pendant quelques 3500 années, il n'y a pas un seul Juif vivant dans les territoires administrés par l’ « ange de la paix ». Plus que cela, il n'y a même pas un seul Juif mort. Chaque cimetière juif sous domination palestinienne a été profané. Il n'y a pas une pierre tombale juive unique qui tient toujours debout.

Une fois de plus, l'état juif et le peuple juif sont seuls face à ce fléau. Une fois de plus, l'existence juive est sur le fil du rasoir.

Que faire ? Riposter. Cessez de vous excuser. Cesser de vous défendre. Cessez d'enterrer vos têtes dans le sable. Vous ne pouvez pas convaincre les ennemis juifs. Vous ne pouvez pas les embrasser, avoir des relations sexuelles avec eux ou célébrer la Pâque ensemble. Tout ce que vous pouvez faire est de les combattre face à face. Vous devez les combattre dans les médias, sur les campus, dans les couloirs du pouvoir - ne jamais se rendre. Vous devez les nommer comme ce qu'ils sont et les mettre sur la défensive. Rappelez aux gens honnêtes du monde, par exemple, que les ennemis d'Israël pratiquent la clitoridectomie. Rappelez-leur que des millions de jeunes filles arabes sont épinglés à des tables de cuisine et leurs clitoris coupés par les membres de leur famille brandissant des couteaux de cuisine. Tel est le visage des ennemis d'Israël. Ils décapitent ceux qui les opposent. Ils tuent les minorités, ils jettent les gais du toit des immeubles, ils violent les petites filles, détruisent l'archéologie, crucifient chrétiens, ils n’hésitent pas employer le gaz, la terreur ou toute sorte d’arme qui peut faire des ravages dans le monde civilisé et ils coupent le clitoris de leurs propres filles. Ils ne sont pas intéressés par des «états» - États arabes - même pas même pas par la « Palestine ». Ils veulent créer un empire du mal. Ils sont intéressés par la création de républiques ou califats islamiques gouvernés par l’idéologie de la mort. Les soutenir et s'opposer à Israël est d'être sur le mauvais côté d'une guerre apocalyptique.

Et cette guerre a besoin de financement. Les partisans d'Israël en général et l'état juif en particulier doivent financer une armée de guerriers de relations publiques bien formés pour se confronter à l'ennemi à chaque tour. Tout l'argent du monde ne transformera pas les haineux de juifs en partisans de juifs. Mais il les fera saigner. Virer des personnes décentes au côté droit de ce conflit et veiller à ce qu’Israël et le peuple juif survivent.

© PixelEmbargo www.fotosearch.com

Partager cet article

Repost 1
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans La Libellule
commenter cet article

commentaires

bentata david 23/06/2015 09:36

Ce n'est pas suffisant de dénoncer les mensonges si ce n'est en criant nos vérités que nous tenons soigneusement cachées.

PIMPRENELLE POURPRÉE 23/06/2015 10:05

Il faut les reveler, les afficher partout, inonder les medias avec... il faut afficher tous les documents qui criminalisent les menteurs...

bentata david 23/06/2015 08:50

Pardon accords de San Rémo de 1922

bentata david 23/06/2015 08:48

L'analyse de l'épée de Damoclès suspendue au-dessus de nos têtes est exemplaire!. Dès le début de l'article le premier reproche fait à Israël est que c'est un état colonialiste. Tout est là ! On est saturé des arguments prouvant la folie anti juive du monde. Quand multipliera-t-on les arguments prouvant nos droits sur la terre d'Israël et quand accuserons-nous les Arabes d'envahisseurs ainsi que les Chrétiens qui ont colonisé des surfaces énormes de l'Etat d'Israël? Les Arabes sont les envahisseurs de 638 qui se sont étendus jusqu'en France arrétés en 732. Et les Accords de San Rémode 1933 basés sur la Déclaration Balfour , valables jusqu'à aujourd'hui pyisque les Arabes ont rejetéles décisions de l'Onu sur le partage. Donc Assez sur les accusations d'injustice attaquons accusons!

PIMPRENELLE POURPRÉE 23/06/2015 08:53

Bonjour David,
Nous avons tous une voix et les moyens de hurler contre ces mensonges.... Alors faisons le...
Amities.

AMMON 22/06/2015 18:06

C'est toujours la même chose et qui revient sans arrêt,il y en a marre à la fin.Magnifique analyse

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée