Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

12 août 2015 3 12 /08 /août /2015 07:37

Ryad rejette l'initiative russe sur une coalition anti-EI

Etat islamique

Vladimir Poutine avait lancé l'idée d'une large coalition pour combattre de manière plus efficace les djihadistes de l'EI.

Mis à jour le 11.08.2015 

L'Arabie saoudite fait «déjà» partie d'une coalition luttant contre les «terroristes» a rappelé Adel al-Jubeir. (11 août 2015)

L'Arabie saoudite fait «déjà» partie d'une coalition luttant contre les «terroristes» a rappelé Adel al-Jubeir. (11 août 2015)
Image: Keystone

 

Le chef de la diplomatie saoudienne Adel al-Jubeir a rejeté mardi 11 août à Moscou l'initiative russe de former une large coalition pour combattre le groupe Etat islamique (EI) en Syrie. Il a surtout réitéré son appel au départ du président Bachar el-Assad.

Une coalition à laquelle «pourrait éventuellement participer le royaume de l'Arabie saoudite et le gouvernement syrien est exclue. Cela ne fait pas partie de nos projets», a déclaré Adel al-Jubeir, lors d'une conférence de presse commune avec son homologue russe, Sergueï Lavrov.

L'Arabie saoudite fait «déjà» partie d'une coalition luttant contre les «terroristes», a-t-il rappelé. Il faisait référence à la coalition arabo-occidentale menée par les Etats-Unis qui intervient militairement contre le groupe Etat islamique en Syrie et en Irak depuis août 2014.

Fin juin, Vladimir Poutine a lancé l'idée d'une large coalition comprenant notamment la Turquie, l'Irak, l'Arabie saoudite mais aussi l'armée régulière de Bachar el-Assad pour combattre de manière plus efficace les djihadistes de l'EI.

Promotion lente et compliquée

Le chef de la diplomatie russe tente depuis de promouvoir l'idée, comme lors de son voyage la semaine dernière à Doha. Mais l'initiative russe avance lentement, mettant en lumière les différences d'approche: pour Moscou, l'EI est l'ennemi à abattre, pour les Arabes, la Turquie et les Occidentaux, Bachar el-Assad l'est tout autant.

A la différence de l'EI, «Bachar el-Assad ne menace aucun pays voisin», a souligné M. Lavrov, en appelant «tout le monde à comparer l'ampleur de ces menaces». «Notre position n'a pas changé (...). Il n'y a pas de place pour Assad dans l'avenir de la Syrie», a insisté pour sa part Adel al-Jubeir.

Il a par ailleurs accusé le président syrien d'être responsable de l'apparition en Syrie du groupe EI, en affirmant que Bachar el-Assad avait préféré «diriger les armes contre son peuple et non pas contre l'EI». «Bachar el-Assad fait partie du problème (en Syrie) et non pas d'une solution de la crise syrienne», a-t-il encore affirmé.

La Russie soutient le régime de Bachar el-Assad alors que l'Arabie saoudite appuie l'opposition et réclame le départ du président de Syrie où la guerre a fait en quatre ans plus de 240'000 morts. 

Partager cet article

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article

commentaires

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée