Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

12 octobre 2015 1 12 /10 /octobre /2015 05:39

Poussée de l'extrême droite à Vienne

Autriche

Le Parti de la liberté (FPÖ) a réalisé son meilleur score lors des municipales de la capitale autrichienne, qui voient les sociaux-démocrates du SPÖ l'emporter.

Mis à jour le 11.10.2015 

Les soutiens du Parti de la liberté (FPÖ) ont célébré le score inédit réalisé par leur formation à Vienne.

Les soutiens du Parti de la liberté (FPÖ) ont célébré le score inédit réalisé par leur formation à Vienne.
Image: Keystone

 

Les sociaux-démocrates sont parvenus à sauver leur bastion viennois lors des élections municipales de dimanche. Ils ont résisté à la poussée électorale de l'extrême-droite, qui a joué à plein la carte de la crise des migrants.

Après le dépouillement de l'ensemble des suffrages, les sociaux-démocrates du SPÖ, qui tiennent la mairie depuis 1945, arrivent en tête avec 39,4% des voix. Ils perdent près de cinq points par rapport au précédent scrutin, il y a cinq ans, mais limitent plus qu'attendu leurs pertes.

Le Parti de la liberté (FPÖ) de Heinz-Christian Strache obtient pour sa part à 32,3%. En hausse de cinq points par rapport à 2010, il améliore le score historique enregistré par la formation populiste et hostile à l'immigration dans la capitale, 27,9% lors des élections en 1996, sous la houlette de feu Jörg Haider.

Coalition rouge-verte reconduite

Très polarisées autour de la montée du FPÖ, ce scrutin a bénéficié d'un taux de participation en hausse de près de cinq points, à 72,4%, selon les premières estimations. Cette mobilisation s'est également traduite par une hausse record du vote par correspondance.

Selon les projections, M. Häupl, 66 ans, réélu pour un cinquième mandat, devrait pouvoir reconduire sa coalition avec les Verts, qui perdent un point et demi à 11,1%.

Traditionnellement faibles à Vienne, les conservateurs de l'ÖVP, partenaires de coalition du chancelier SPÖ Werner Faymann au sein d'une grande coalition au plan fédéral, réalisent le pire résultat de leur histoire, à 8,7%. Le scrutin a aussi été marqué par la percée d'un nouveau parti libéral, Neos, qui pour sa première participation a obtenu 6% des voix.

Le FPÖ en tête au plan national

«Bien sûr, nous aurions espéré un coude-à-coude avec le SPÖ, mais nous réalisons le meilleur résultat de notre histoire et le SPÖ son pire», a souligné M. Strache à l'issue du scrutin, sur le plateau de la télévision publique ORF.

En l'absence de partenaire de coalition et de prime majoritaire pour la liste arrivée en tête, une éventuelle victoire du FPÖ lui laissait cependant peu de chances de diriger la ville-Etat.

La progression du parti d'extrême droite représente un succès pour cet ancien prothésiste dentaire qui avait poussé M. Haider vers la sortie en 2005 et n'a jamais caché viser à terme la chancellerie.

Le FPÖ reste en tête des intentions de vote au plan national et a doublé le mois dernier son score lors d'un scrutin régional en Haute-Autriche (nord), dépassant là aussi la barre des 30% et s'arrogeant la deuxième place derrière l'ÖVP.

Crise des réfugiés

Comme d'autres formations d'extrême-droite en Europe, l'arrivée depuis l'été de dizaines de milliers de migrants et réfugiés souhaitant demander l'asile en Europe de l'Ouest a dopé le score du FPÖ. Plus de 200'000 migrants sont entrés en Autriche depuis début septembre, suscitant également un important mouvement de solidarité dans ce pays de 8,5 millions d'habitants.

Refusant de «devenir une minorité dans (son) propre pays», M. Strache a défendu durant la campagne l'idée d'installer des clôtures aux frontières nationales, comme l'a fait le Premier ministre hongrois Viktor Orban, tout préférant toutefois axer l'essentiel de son discours sur le pouvoir d'achat et la protection sociale pour tenter de mordre sur l'électorat populaire du SPÖ.

Pour le politologue Peter Filzmaier, la crise des réfugiés que vit l'Europe depuis cet été, n'explique pas à elle seule la résurgence du FPÖ. «Il y a une conjonction avec des inquiétudes économiques et sociales liées à l'avenir», dit-il.

«Chaque voix compte»

Face à la menace du FPÖ, Michael Häupl, qui dirige la capitale autrichienne depuis plus de vingt ans, a multiplié les appels à la mobilisation. «Chaque voix compte», proclamaient les affiches de campagne du SPÖ. M. Faymann a salué le «beau résultat» du maire sortant, soulignant que «la décence a payé» face au populisme de M. Strache.

Bastion de gauche depuis 1919, la capitale autrichienne a toujours été dirigée par le SPÖ à l'exception de la période fasciste puis nazie, entre 1934 et 1945, au cours de laquelle ce parti était interdit. 

Partager cet article

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article

commentaires

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée