Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

29 février 2016 1 29 /02 /février /2016 06:07

Les musulmans ont honte de leur stupide religion

Publié le 28 février 2016 - par

 

MusulmanespuniesLes musulmans ne sont pas fiers de leur religion. Ils font juste semblant.

L’islam est par essence stupide, aliénant et nocif pour l’homme.
L’islam n’a jamais rien apporté à l’humanité en 1400 ans.
Son seul but est de conquérir et de dominer le monde et de faire disparaître toutes traces de civilisations antérieures.
L’islam est vide. Vide de sens, d’idéal, de projet humain, de spiritualité, de pensée, d’art, de culture, de science.
Le vide abyssal de la pensée musulmane le conduit à ne pouvoir exister que par la haine de l’autre et par la violence.
Selon un dirigeant religieux qatari d’origine égyptienne, Youssef al-Qaradawi (il est le leader spirituel de la Confrérie mondiale des Frères musulmans, basée au Qatar et la plus haute autorité en matière de « charia » de la Confrérie), « Sans la peine de mort pour apostasie, l’islam n’existerait pas aujourd’hui. »
Rien ne retient les musulmans dans cette religion, à part la menace d’être tué.
Une autre raison importante de la puissance de l’islam aujourd’hui: la richesse des Etats pétroliers.
L’islam est intrinsèquement stérile, liberticide et mortifère.
Tout ce que l’islam possède est le produit de ses conquêtes sanglantes et de ses pillages.
L’islam se résume en deux mots : le néant et la mort.
Le néant et la mort dans tous les domaines de la vie.
Il n’existe pas et il n’a jamais existé de grands cerveaux musulmans. Les musulmans ont toujours fait appel aux cerveaux non musulmans et se sont appropriés le fruit de leur travail, comme pour tout le reste.
Il ne peut pas exister de penseurs dans l’islam, car la pensée est un péché et une offense à Dieu et elle est interdite.
Pas de pensée, donc pas sciences, pas de lettres, pas de philosophie ni de technologies.
Toutes les prétendues grandes inventions que l’islam s’attribue ont été pillées à l’Asie et à l’Occident qui étaient alors largement en avance de civilisation par rapport à ces tribus de sauvages.
Non, pas de grands cerveaux ni de brillants scientifiques dans l’islam, car aucun être humain cultivé, doué de sagesse et de raison, ne saurait réellement approuver ni appartenir à une société aussi rétrograde et barbare que la société musulmane.
Si cerveaux il y a eu, ce furent des hommes qui n’étaient pas véritablement conditionnés ni soumis à l’islam et qui ont tout fait pour en sortir ou dénoncer son absurdité, ses excès et ses errements, au risque d’y perdre la vie.
La connaissance est forcément la porte ouverte à l’échec de l’islam qui ne repose que sur l’ignorance et l’acculturation des peuples.
Tout cela conduit ces peuples à se maintenir dans le désespoir et dans la médiocrité d’une vie sans attraits, vide de sens et ne permettant pas d’espérer un monde meilleur.
Le retard éducatif et culturel des 57 pays musulmans est effrayant et à un niveau de développement proche de celui que nous avions il y a près de mille ans.
L’islam n’a jamais toléré la critique ni toute autre forme de connaissance que ce qui peut être trouvé dans son livre unique, le Coran, supposé contenir toutes les réponses à toutes les questions de l’univers. Si c’était vrai, ils n’en seraient pas là… !
Les rares hommes musulmans qui ont essayé de montrer un autre chemin à l’islam ont été persécutés et parfois assassinés. Certains furent de grands hommes et bien évidemment en opposition avec leur société. Mais leur grande intelligence et leurs origines souvent riches les ont protégés de la malignité des religieux.
Nourris des grands penseurs et auteurs de l’antiquité, ils avaient compris la folie de cette pseudo religion.
Avicenne (980) http://fr.wikipedia.org/wiki/Avicenne Avenzoar (1073) http://fr.wikipedia.org/wiki/Avenzoar
Averroès (1126) http://fr.wikipedia.org/wiki/Averro%C3%A8s
Ibn Khaldoun (1332) http://fr.wikipedia.org/wiki/Ibn_Khaldoun
Et bien d’autres encore.

Le Coran affirme que le musulman est le meilleur des hommes et que la communauté musulmane est la meilleure des communautés choisie par Dieu.
L’islam flatte ses fidèles, essentiellement les hommes, et leur donne des droits et des prérogatives qui les maintiennent dans la croyance de leur infinie supériorité sur les hommes non musulmans et sur les femmes.
L’islam prétend être la religion parfaite. Or, dès le début, cette perfection a été entachée d’un schisme entre les sunnites, partisans de la tradition de Mahomet, et les chiites, partisans de la succession d’Ali, qui se font la guerre depuis 1400 ans.
Par la suite, de nombreuses ruptures et conflits ont éclaté au sein de l’islam, le morcelant de multiples manières.
Si l’islam veut conquérir et dominer le monde, nul ne sait ce qu’il est supposé en advenir. En admettant que la chose se produise un jour, après l’extermination de milliards d’humains, quelle serait l’image de cet islam planétaire ?
Le conflit non résolu entre sunnites et chiites serait une entrave majeure.
Le choix et l’élection du calife mondial seraient probablement la cause de nouveaux conflits.
La violence intrinsèque de l’islam se trouverait soudain sans objet et peut-on croire qu’une culture de la violence et de la guerre de plus de 1400 ans se trouverait, un jour, tout à coup calme et paisible ?
Je ne le pense pas. La paix n’est pas une option dans la culture islamique. Le Coran est avant tout un livre de guerre.
Ce jour-là, faute d’ennemi et faute de guerre, l’islam s’effondrerait.
Car le modèle de son prophète haineux et guerrier contient en lui-même la mort programmée de cette idéologie qui ne peut exister que dans l’anéantissement des autres, mais jamais dans la paix ni le progrès.
Tout est haine et violence dans l’islam.

La peine de mort est applicable dans une longue liste de crimes et délits.
La banalisation du geste de donner la mort est entretenue dans des sacrifices animaux perpétuels.
La violence des hommes envers les femmes est la source même de la haine donnée aux enfants tout petits.
Les exécutions capitales toujours publiques et quotidiennes dans certains pays sont un facteur supplémentaire de peur et de haine contre celui qui a fauté. Décapitations, lapidations, amputations, tortures diverses fascinent les foules pauvres, incultes et oisives tout en les incitant à se comporter dans le respect de la loi pour ne pas subir le même sort que le supplicié.

Alors, pouvez-vous croire qu’aujourd’hui, avec la télévision et internet qui lui permettent de voir vivre le reste du monde dans la paix, le progrès le bonheur et la civilisation, le musulman soit fier de son acculturation, de son ignorance, de sa religion absurde, de sa société, de son univers citadin en ruine ou campagnard sous-évolué, de ses lois terrifiantes, de son ennui, de son interdiction de faire quoi que ce soit. Pas plus qu’il n’est fier de l’oppression que subissent les femmes, de l’absurdité des prêches tenus par les religieux, des guerres incessantes, des exodes, des révoltes écrasées, du manque total de respect de la vie humaine, animale et même de toute forme de vie sur Terre. Il ne peut qu’avoir honte de la folie de ces intégristes et jihadistes qui combattent le monde libre et civilisé comme s’il s’agissait du diable en personne, alors que c’est précisément du monde libre et civilisé que lui parviennent toutes ces choses dont il a besoin et qui apportent un peu de bien-être dans sa misérable existence.

En vérité, le musulman a honte.
Il a honte de voir que sa société est à la traîne du monde et de toutes les autres sociétés.
Il a honte de ne rien produire et de ne servir à rien.
Il a honte de cette religion qu’on lui impose et qui lui interdit tout, y compris d’être un humain libre et digne.
Il a honte du message que sa société envoie au monde.
Il a une honte globale ravageuse de tout ce qui constitue son univers.
Il a honte, il est frustré, il est devenu psychotique, paranoïaque, aliéné et suicidaire. Il devient fou.
Il devient homosexuel parce qu’il ne peut pas avoir de relations libres et normales avec des femmes.
Et l’homosexualité est punie de mort.
Il a peur et la peur le rend malheureux.

Et les femmes plus mal traitées que du bétail vivent une vie de souffrance et de douleur qui les conduit souvent à mettre fin à leurs jours, dans une indifférence totale.
Car le suicide ne peut pas exister officiellement dans l’islam qui est la plus parfaite des religions… On ne parle jamais de suicide, mais d’accident.

Oui, le musulman a honte de ramper pour prier un Dieu qui se trouve sur Terre dans la région la plus pétrolifère et la plus riche du monde, alors que lui ne possède rien.
Il a honte que son plus grand acte de piété soit d’aller tripoter une pierre volcanique noire incluse dans une sorte de vulve d’argent massif, symbole de l’obsession et de la perversion sexuelle que lui a léguées son prophète.
Il a honte de ce qu’on le pousse à penser, à dire ou à faire.
Il a honte de n’être qu’une sorte de sous-homme dont la malédiction l’a fait naître dans cette communauté où il n’a jamais connu que la souffrance, la peur, la haine et le désespoir. Il en finit même par haïr ce Dieu qui le force à vivre dans une telle misère.
Alors, il se couvre de vêtements malcommodes comme ceux d’un clochard, en même temps qu’il rêve de vêtements plus pratiques, comme en portent les Occidentaux.
Il a la tête couverte, le visage dissimulé par une barbe ou sous des artifices vestimentaires ou des cagoules.
Même quand il fait la guerre, il porte une cagoule, car il a honte de faire cette guerre stupide et stérile contre ceux à qui il doit tout : les Occidentaux.
Il a honte, alors il dissimule sa honte sous des dehors exubérants, bruyants, exigeants, méprisants et agressifs.
Il parle fort, il se plaint, il se présente en victime et il veut imposer ses avis, sa volonté et sa loi à ceux à qui il doit tout.

Le musulman est un être primaire qui a été privé volontairement de discernement, de critique et de raison.
Le musulman est un petit enfant capricieux qui ne peut pas vivre sans être guidé par ceux qui l’ont soumis à leur loi et qui lui ont retiré toute liberté et toute dignité.
Le musulman est un être perdu dont les capacités mentales ont été abolies par 1400 ans de manipulation éducative. C’est un gâchis terrifiant qu’il est pratiquement impossible de réparer pour lui donner une chance de redevenir un être humain normal, sain d’esprit, équilibré et doué de raison.
Le musulman n’aspire réellement et secrètement qu’à une seule chose, au fond, c’est à ne plus être musulman et à sortir de cette secte barbare qui a fait de lui un être inférieur.
Devenir un humain libre et profiter de la vie comme tous les autres humains. S’instruire, travailler, fonder une famille, rire et chanter et ne plus jamais redouter d’être assassiné pour ses idées ou sa manière de vivre.

Laurent Droit

Témoignages d’apostats muslmans :
http://www.exmusulman.org/temoignages-exmusulmans.html

Partager cet article

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article

commentaires

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée