Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 13:31

Abou Mahdi Al-Muhandis, commandant adjoint des PMU : Les Américains usent d’une force excessive ; nous n’avons pas besoin de leur aide pour libérer Falloujah

irak

 

Le commandant adjoint des Unités de mobilisation populaire (PMU) irakiennes, Abou Mahdi Al-Muhandis, a accusé les États-Unis d’utiliser une force excessive pour libérer Ramadi de l’Etat islamique (EI), ainsi que dans d’autres batailles, et a affirmé que les Irakiens n’ont nul besoin de l’aide américaine pour libérer Falloujah. La force aérienne irakienne est capable de fournir la couverture aérienne nécessaire, a-t-il expliqué. Dans une interview pour la chaîne irakienne Al-Sumaria, Al-Muhandis a confirmé que des conseillers iraniens, dirigés par le général Qassem Soleimani, aident les PMU. L’interview a été diffusée le 28 mai 2016.

Extraits :

http://www.memritv.org/clip/en/5490.htm

Abou Mahdi Al-Muhandis : Je suis convaincu que nous n’avons nul besoin des Américains. Le précédent gouvernement irakien, dans les circonstances orageuses de la chute de Mossoul, a appelé à une intervention américaine, mais elle n’a pas eu lieu. Le précédent gouvernement avait effectivement sollicité une intervention américaine. Le nouveau gouvernement a, lui, appelé à une coalition internationale. C’est la différence – simplement pour rétablir les faits. Au début, ils ne sont pas venus. Nous avions alors des obus pour les tanks Abrams, mais nous n’en avons plus.

Ceci est un tank américain… J’ai demandé aux officiers : Pourquoi vous dotez-vous d’armes américaines ? Entassez-les. Dans la bataille pour Baiji, nous avions sept tanks Abrams. Un jour, il ne nous restait plus qu’un obus, une fusée éclairante peut-être. Nous avions des tanks, mais pas de munitions. La société qui avait fourni les munitions des tanks Abrams s’était retirée.

Pendant la crise de Mossoul, ils ont omis de venir pendant six mois. Il est clair que les armes américaines sont sous contrôle américain : les munitions, le soutien technique, etc. Par conséquent, nous ne devons pas être dépendants… Aucun individu sensé ne dépendrait d’une puissance ou d’une personne étrangère, qui apporte son soutien lorsqu’elle le désire et le retire à d’autres moments.

Journaliste : Mais l’expérience avec les Américains lors de la bataille de Ramadi fut un succès. Ramadi a rapidement été libérée ; il y avait une couverture aérienne américaine au nord…

Abou Mahdi Al-Muhandis : Si les gens veulent que Falloujah soit libérée comme l’a été Ramadi – en quelques mois et avec une perte de 85 % de l’infrastructure – alors très bien : Falloujah est juste là.

[…]

Il y a la manière américaine de libérer un lieu, et il y a celle des PMU. Avec la manière des PMU, même si nous voulions semer la destruction, nous ne le pourrions pas.

Journaliste : La manière des Américains et celle des PMU ne peut-elle pas converger ?

Abou Mahdi Al-Muhandis : Les Américains utilisent une force excessive. L’Irak a été détruit dans les première et seconde guerres du Golfe.

Journaliste : La couverture aérienne des PMU n’a-t-elle jamais été assurée par les Américains ?

Abou Mahdi Al-Muhandis : Jamais. Elle n’a jamais été américaine, dans aucune de nos principales opérations.

Journaliste : Est-ce parce que vous ne voulez pas de couverture aérienne américaine, ou parce qu’ils refusent de la fournir ?

Abou Mahdi Al-Muhandis : Nous n’en avons pas besoin. Ce qu’il nous faut, c’est de la coordination. Aucune personne sensée ne mènerait d’opérations sur le terrain lorsque dans le ciel vole un avion américain avec lequel je n’ai pas de coordination. Je parle d’un point de vue professionnel, mais en pratique, nous n’en avons pas besoin. Les Irakiens peuvent vaincre le terrorisme avec leurs propres capacités.

Journaliste : Mais certains disent qu’une couverture aérienne est indispensable dans une bataille.

Abou Mahdi Al-Muhandis : Nous avons la couverture aérienne de l’armée de l’air irakienne.

Journaliste : Suffit-elle ?

Abou Mahdi Al-Muhandis : Bien sûr. Dans toutes nos batailles, la force aérienne irakienne s’est avérée très bonne. Elle a investi beaucoup d’efforts depuis la chute de Mossoul.

La force aérienne s’est développée. Les cinq avions Sukhoi ont été aquis grâce au budget d’urgence, au budget des PMU. La force aérienne est dans une excellente situation. Ils ont des F-16 et d’autres avions. La force aérienne irakienne est bonne.

Journaliste : Y avait-il quelques conseillers iraniens avec vous sur le champ de bataille ?

Abou Mahdi Al-Muhandis : Bien sûr. Depuis le tout début.

Journaliste : Qassem Soleimani est-il à leur tête ?

Abou Mahdi Al-Muhandis : Bien sûr.

Journaliste : Cela exaspère beaucoup de pays arabes de l’axe américain…

Abou Mahdi Al-Muhandis : L’axe américain peut aller au diable. Les frères iraniens, menés par le cher frère Qassem Soleimani, sont arrivés ici à la demande du gouvernement irakien. Cela s’est fait en accord avec le Commandant général des forces armées. Ces gens ne se sont pas entrés clandestinement.

Journaliste : Mais le commandant général des Forces armées a dit : « Les photos de Soleimani sur le champ de bataille m’irritent. »

Abou Mahdi Al-Muhandis : Je n’ai pas entendu cela.

Journaliste : Vraiment ?

Abou Mahdi Al-Muhandis : C’est notre ami. Nous n’avons aucun problème avec lui.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article

commentaires

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée