Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 12:22

M6 a bien levé un tabou sur l’islam en France

Publié le 29 septembre 2016 - par

 

On avait déjà entrevu dans des émissions tv, par intermittence et subrepticement, des éléments défavorables à l’islam. Mais ils étaient la plupart du temps édulcorés en les faisant apparaître pour anecdotiques comme s’ils ne concernaient qu’une frange très réduite de la population musulmane en France.

Ce mercredi, enfin, sur M6, un documentaire produit pour l’émission «Dossier tabou», par sa durée, ses nombreux et divers témoignages, a montré sans dissimulation une réalité de l’emprise islamique sur le territoire français. Le journaliste Bernard de La Villardière a effectué une réelle investigation sur l’avancée du renoncement à nos valeurs laïques et républicaines, de la part de gens qui n’ont que le mot république à la bouche.

Même les séquences, gages à la bien-pensance pour ne pas encourir la disgrâce médiatique, consistant à évoquer la réalité de musulmans dits « modérés », étaient riches d’enseignements. Ainsi de la scène se déroulant au sein d’un repas familial, avec de jeunes femmes chaleureuses et sympathiques en pleine opération charme.

L’humoriste Samia Orosemane y révèle là, à l’opposé de ses prestations théâtrales destinées à banaliser le port du foulard, la nature profonde du foulard, à savoir l’exaltation, puisque nous dit-elle, il s’agit d’une relation avec son créateur, et qu’elle espère que le foulard s’imposera (sic) dans le paysage français.

Au milieu de toutes les femmes présentes enfoulardées, sa sœur ne le porte pas. Mais on comprend en l’entendant que ce n’est que partie remise, et qu’il lui sera difficile de résister à la pression quotidienne de son entourage, même si elle s’exerce de façon souple. Elle n’est pas prête, dit-elle, à porter le voile. Peut-être, comme souvent, suffira-t-il qu’apparaisse son prince des mille-et-une nuits pour qu’elle y succombe et s’amende de son ancienne vie dissolue à l’occidentale selon les critères coraniques.

Samia Orosemane et Bernard de La Villardière

Samia Orosemane et Bernard de La Villardière

On saisit mieux pourquoi 1/3 des musulmanes françaises portent un hidjab ou tissu assimilé. « Je crains mon dieu », j’ai peur des autres, témoignent certaines.

La présentation du modéré imam Abdelali Mamoun est également évocatrice. Aujourd’hui quand il s’agit de présenter une voix de l’islam modérée, on fait toujours appel à lui, comme on faisait appel auparavant à l’imam Chalghoumi. Pourquoi toujours le même, et pas un autre ? En l’entendant prêcher dans différentes mosquées, les vertus de la France et de la République, on est frappé de constater les visages polis, mais impassibles de fidèles qui n’ont pas l’air de partager son enthousiasme, c’est le moins qu’on puisse dire.

Le modéré aumônier musulman de la prison filmée (modéré, peut-on penser si on le laisse travailler en prison) laisse également perplexe, lorsqu’évoquant les attentats, il parle de « bêtises » commises. Consternant.

Se succèdent des scènes rappelant la réalité des territoires perdus de la République. Cette dernière se montrant incapable de faire appliquer la loi de 2010 interdisant le port de la burqa ou du niqab. Des images montrent des fantômes déambulant dans des rues de nos villes. Les rares amendes dressées étant payées par un Algérien, Rachid Nekkaz, qui a renié sa nationalité française, et qui avait eu le culot de porter plainte pour discrimination contre 39 députés ayant déposé une proposition de loi pour empêcher des tiers de payer les amendes. On rappelle opportunément qu’1 musulman sur 4 n’est pas opposé à ce port du voile intégral.

Dans tel hôpital de la région parisienne, sont évoqués les incidents qui peuvent dégénérer jusqu’à la violence, lorsqu’une patiente (ou son cornac) exige d’être soignée par une femme. Le personnel soignant est également gangrené, des infirmières ou des médecins voulant imposer l’exhibition de foulards ou de barbes salafistes. A chaque fois est testée la résistance de l’administration à s’opposer à l’implantation de ces emblèmes dans un espace public.

La présentation de la galaxie UOIF est symptomatique des dégâts. On y découvre ses grands rassemblements dans des parcs d’exposition rassemblant des milliers de sympathisants. Des femmes en burqa y déambulent. C’est l’occasion de venir écouter des prédicateurs ultra-radicaux dont certains n’auront finalement pas l’autorisation de venir en France, de collecter des dons pour la création d’écoles musulmanes en France ou d’appeler au boycott d’Israël. On a l’occasion de découvrir un Tariq Ramadan bien loin de l’image habituelle véhiculée per les médias d’un interlocuteur bien élevé au discours lisse ; il s’y montre là très agressif.

A l’UOIF, on pense aussi plan de conquête de la France. A propos des musulmans vivant en France, on ne parle pas de Français, mais de natifs en terre française. On cultive le Nous et les autres, c’est-à-dire les fidèles au milieu des mécréants maudits, et il s’agit de ne pas se mélanger pour ne pas devenir impurs ; il s’agit donc de constituer un pays dans le pays, en attendant l’étape d’un Etat dans l’Etat, avant le grand dessein une France entièrement islamisée.

Pour cela, il faut former parmi la jeunesse musulmane actuelle, l’élite islamique de demain. D’où la formation d’un système éducatif islamique, dont bien peu d’établissements sont en contrat avec l’Etat français. La venue de prédicateurs saoudiens y constitue tout un programme qui n’aboutira pas à la formation de démocrates. Ainsi, au collège Averroès à Lille, on ne cache pas qu’on veut former des élites pour accéder aux postes sensibles de la République.

Toute cette conquête islamique est facilitée par l’incompétence, la bêtise et la veulerie des élites politiques et de trop nombreux cadres fonctionnaires. Une affligeante galerie défile, dépeignant la démission, voire la complicité de ceux qui ont pourtant l’autorité et les moyens permettant de s’opposer au constant recul de notre pays face au totalitarisme.

Cela va d’un proviseur-adjoint d’un collège public, véritable chiffe molle qui ne cesse de s’excuser auprès d’élèves en foulard ou en casquette, alors qu’ils sont proscrits par le règlement intérieur. Ces lascars s’amusent à tester la patience de ce représentant d’une autorité de pacotille. Puisque les élèves sont informés du règlement, on se demande bien pourquoi les sanctions ne tombent pas !

Cela passe ensuite au directeur de prison, dont la personnalité semble nous présenter un individu bien plus à même à tenir des discours de sociologie que d’être confronté à des durs en détention. En passant par le doyen de la faculté de médecine de Bobigny, pris en flagrant délit de collaboration, lorsqu’il désapprouve le refus de la direction d’un hôpital de laisser un étudiant en médecine salafiste poursuivre sa pratique dans leur établissement.

Le pompon de l’esprit collabo est remporté haut la main par le maire de Sevran. Par clientélisme selon un opposant du Front de Gauche, il a laissé s’implanter une mosquée radicale au cœur d’une cité. D’où la fameuse scène où, de La Villardière venant y enquêter, est bousculé si violemment par quelques sympathiques djeuns, qu’il est obligé de battre précipitamment en retraite.

L'insignifiant Gatignon

L’insignifiant Gatignon

De façon générale, Gatignon, le maire de Sevran, couve des associations musulmanes locales, salafs ou assimilées uoif, organisées en réseaux. Il laisse ainsi s’effectuer, en infraction avec la loi de 1905, des cours de formation en islam dans un local municipal, géré par le service municipal de la jeunesse. Il accorde aussi un terrain municipal à des salafistes pour qu’ils ouvrent une école privée musulmane, par le biais d’un bail au montant ridiculement bas et quelques jours avant son élection.

Son excuse est piteuse. Il explique que devant le nombre élevé d’enfants musulmans en déscolarisation, le mieux est d’œuvrer à l’ouverture d’une structure salafiste. On croit rêver. Comme s’il n’avait pas les moyens d’agir ou de déléguer d’autres acteurs pour obliger tous ces enfants à être scolarisés. Pas étonnant que Sevran soit donc une des plus grandes fabriques de djihadistes en France. Ce personnage est si falot qu’il n’est même pas capable de s’expliquer devant des parents de djihadistes, désemparés, venus lui réclamer des comptes. Il fuit lâchement.

Hidalgo, maire de Paris est citée aussi avec son institut culturel islamique dans le XVIII° arrondissement, paravent du financement d’une grande mosquée. Avec ces entorses à la loi de 1905, les responsables musulmans peuvent plastronner en empêchant de La Villardière d’interroger les pratiquants de cette mosquée, y compris dans la rue. La police islamique en œuvre dans Paris, donc. Et une Hidalgo, qui dans l’impossibilité de se justifier, déserte en refusant de répondre aux questions du journaliste.

Si les lecteurs de Riposte Laïque, de Fdesouche, confrontés à la lecture des régulières conquêtes islamiques en France n’ont rien appris de neuf, l’émission devrait être une révélation pour les ingénus et les autruches qui trouvaient le moyen jusque-là de minorer, voire de ne pas connaître l’étendue des dégâts.

Un grand merci donc à M6 et à Bernard de La Villardière, qui encourt les foudres de la caste bien-pensante. La preuve, cela n’a pas traîné, avec l’Obs dans son rôle de police politique, qui a déjà pondu un article au service de Gatignon.

Jean Pavée

Partager cet article

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article

commentaires

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée