Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

31 octobre 2016 1 31 /10 /octobre /2016 00:11

Face à l’invasion migratoire, courage… Fuyons !

Publié le 30 octobre 2016 - par

FuiteCe n’est un scoop pour personne, l’immigration est très importante en France, mais aussi en Allemagne et dans la plupart des pays européens.

Ce dont on parle moins souvent, c’est l’émigration. Immigration et émigration ont toujours existé, et l’un peut alimenter l’autre, en réaction à des phénomènes classiques. Une guerre va provoquer de l’émigration, un train de vie qui fait rêver va provoquer l’immigration.

Et quand l’immigration est si importante qu’elle donne l’impression de ne plus être chez soi, elle provoque aussi l’émigration. Le phénomène est connu depuis longtemps, mais cette émigration se cantonne souvent dans un même pays. La fuite des quartiers populaires en est un exemple, toujours en cours, qui plus est.

Encore plus d’actualité, ce sont les clandestins, affublés du doux mot de migrants. La guerre en Syrie est soi-disant la cause de cette immigration massive, mais dans les faits, la proportion de migrants syriens est largement inférieure à 50%. Les chiffres diffèrent selon les sources mais il est certain que plus de la moitié des clandestins ne viennent pas de pays en guerre.

Par ailleurs, cette technique d’arbre qui camoufle la forêt est encore utilisée en ce moment même, et la plupart n’y voient que du feu : on ne parle que des migrants de Calais, mais c’est oublier qu’ils ne sont qu’une infime partie de l’immigration légale et illégale… Rappelons qu’il y a plus de 200000 entrées chaque année en France. Les 10000 clandestins de Calais répartis dans toute la France sont certes inacceptables, mais ils cachent le gros des immigrés dont personne ne parle actuellement, et qui sont tout autant répartis, mais souvent concentrés dans les grandes villes, il est vrai.

Par ailleurs, beaucoup dans la « fachosphère » se sont offusqués de voir des jeunes hommes fuir leur pays en guerre, les appelant des déserteurs, ce qui est tout à fait exact.

Mais dans ce cas, il ne faut pas oublier nos propres émigrés qui fuient nos pays en réaction des immigrants. N’est-ce pas la même fuite ? Suite à la politique suicidaire de Merkel, de nombreux allemands fuient leur propre pays : http://www.lefigaro.fr/international/2016/10/23/01003-20161023ARTFIG00110-ces-allemands-qui-fuient-leur-pays-pour-s-installer-en-hongrie.php

N’est-ce pas la même fuite que ces migrants, finalement ? Certes, le contexte est totalement différent si l’on parle de pays en guerre, mais, pour les autres ? Les nombreux clandestins issus de pays pauvres fuient leur pays pour fuir la misère, mais aussi pour trouver une vie plus facile et pour fuir des régimes souvent totalitaires.

Fuir la France ou l’Allemagne à cause des politiques immigrationnistes suicidaires est la même fuite.  Plutôt que de fuir, ne serait-il pas mieux de faire face ?

On me rétorquera qu’il est facile de le dire, moins facile à vivre. Certes, un quartier colonisé (pour reprendre les propos pro-palestiniens, propos qui ne sont utilisés que pour ce conflit) deviendra rapidement un véritable coupe-gorge et y faire face sera rapidement suicidaire. Mais plutôt que de tenter d’arrêter le flot, il vaut mieux s’attaquer à la source. Pour reprendre l’exemple de la baignoire qui fuit, ce n’est pas en tentant d’arrêter l’eau de s’écouler ou d’essorer l’eau que le problème se réglera. La source du problème, c’est la commande qui laisse passer l’eau, c’est à dire, le robinet. Et le robinet, dans la réalité, ce sont nos politiques et tous les gens qui facilitent l’intrusion des clandestins.

Avant toute chose, il faut absolument les mettre hors d’état de nuire, et cela passe nécessairement par leur retirer tout pouvoir, ce qui est loin d’être gagné puisque les principaux pouvoirs sont soumis à leur doctrine : justice, gouvernement, journalisme (le cinquième pouvoir), enseignement, le tout soigneusement encadré par des associations subventionnées.

Pour endiguer le flot, il est plus qu’urgent d’agir sur ces décisionnaires qui sont la cause première des conséquences que l’on subit. Ensuite seulement, on pourra régler le problème des conséquences qu’ils ont causées. Et cette urgence ne doit pas se faire une fois tous les cinq ans. En 5 ans, on a pu voir les dégâts qu’ils pouvaient causer. A l’inverse, il est tout à fait possible d’inverser la tendance dans un laps de temps égal, tout n’est pas encore perdu. Pour le moment en tout cas.

Olivier Pfister

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur***

Partager cet article

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article

commentaires

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée