Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 21:54

Des adversaires de « l’axe de la résistance » furieux devant des photos du commandant de la Force Qods, Qassem Soleimani, à Alep : elles sont la preuve de l’ingérence iranienne en Syrie et rappellent les généraux nazis flânant dans les villes qu’ils avaient détruites

 

Plusieurs jours après la reprise de la partie orientale d’Alep – l’un des principaux bastions demeurant aux mains de l’opposition syrienne – par le régime syrien et ses alliés, au terme d’un siège et de bombardements intenses, la presse iranienne a publié des photos de Qassem Soleimani, commandant de la Force Qods iranienne, du Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI), en train de visiter la ville en ruines, y compris la citadelle médiévale qui se trouve au centre.

Ces photos ont suscité la colère des opposants à l’axe de la résistance, dirigé par l’Iran et par le régime syrien. Ils ont perçu ces photos comme la preuve qu’Alep était désormais occupée par l’Iran et comme un signal que l’Iran projetait d’occuper d’autres villes des pays arabes, en particulier du Golfe. Des articles de la presse arabe, notamment dans le Golfe, ont qualifié Soleimani d’« Hitler moderne » et affirmé que le monde ne l’arrêtait pas, tout comme il n’avait pas arrêté Hitler et d’autres assassins de masse de l’histoire contemporaine.

Extraits des principales réactions parues dans la presse arabe aux photographies de Soleimani à Alep :

L’Iran montre son intention d’occuper d’autres villes du Moyen-Orient

Hamad Al-Majed, éditorialiste du quotidien basé à Londres Al-Sharq Al-Awsat, écrit que : « La célèbre photo du général Qassem Soleimani se promenant avec arrogance dans les rues désertes d’Alep, que ses forces ont détruite et dont les habitants ont été tués et chassés… constitue un message de propagande que l’Iran envoie aux médias, et qui fait partie de milliers [d’autres] messages. C’est comme si Soleimani, paon militaire fier de ses victoires, marmonnait : ‘Hier nous avons libéré Bagdad et les autres villes irakiennes, puis Sanaa [au Yémen], et après cela nous avons conquis Beyrouth [au Liban], et aujourd’hui nous libérons Alep. Ce n’est qu’une question de temps avant que nous détruisions les autres villes de Syrie puis, tôt ou tard, vous me verrez déambuler dans les ruines d’autres villes arabes du Moyen-Orient… » [1]

Ali Al-Husseini, éditorialiste du quotidien libanais Al-Mustaqbal, affilié aux éléments pro-saoudiens et anti-Assad au Liban, a écrit : « Il y a deux jours, le plan d’expansion iranien a été révélé, il a désormais atteint Alep, après avoir [gagné les villes syriennes de] Qousseir, Al-Zabadani et Madaya [occupée par le Hezbollah]. [Celui qui a révélé ce plan] est le commandant de la [Force Qods] du CGRI, Qassem Soleimani, qui a fait une apparition, déambulant dans les quartiers d’Alep aux relents de ruines, témoins des assassinats d’enfants et jonchés des cadavres des résidents. »

« Il ne fait aucun doute que c’était une image douloureuse pour les habitants de la ville… »

« Hier, avec l’aide et l’assistance de mercenaires [afghans, pakistanais et irakiens], Soleimani a piétiné les morceaux de corps et le sang des habitants d’Alep, mais aussi les émotions de ses enfants orphelins. Cette photo a éveillé dans leurs âmes un désir de vengeance, et le rêve de retourner [à Alep] avec le feu dans le regard… » [2]

Les Arabes doivent se réveiller et agir, car l’Iran représente un danger pour les Etats du Golfe

Saleh Al-Sheikhi, éditorialiste du quotidien saoudien Al-Watan, a appelé les Arabes à se réveiller et à agir, devant ce qui est perçu comme la conquête par l’Iran d’une nouvelle ville arabe. Il a écrit :

« Il y a deux jours, je suis resté presque une heure, pas moins que cela, à regarder la photo du commandant iranien Qassem Soleimani, déambulant dans les rues d’Alep, qui ne sont plus des rues mais des monceaux de ruines et de décombres. J’ai dû lutter pour effacer de mon esprit les visions des rêves illusoires de Soleimani déambulant dans les villes des [pays du] Golfe… J’ai cherché une réaction de la société à cette photo choquante, et ce que j’ai trouvé était triste : [au lieu de réactions à cette photo, j’ai trouvé des réactions aux propos de] cheikh Abdallah Al-Suwailem, [qui,] malgré toute l’estime que j’ai pour lui et ses collègues, a émis un argument totalement déplacé, avec sa déclaration selon laquelle des relations sexuelles entre membres d’une famille qui n’ont pas le droit de se marier sont moins graves que l’abandon [de l’injonction] de la prière. Cette déclaration a suscité des milliers de réactions, de tweets, de récriminations, de ragots et de débats ayant accaparé le public. »

« Qassem Soleimani déambule en Syrie, les yeux rivés sur les autres capitales arabes, tandis que cheikh Abdallah Al-Suwailem débat avec le public de la question de l’abandon des prières du matin et des relations sexuelles entre des proches qui ne peuvent se marier ! Si nous n’agissons pas maintenant et n’assumons pas notre responsabilité nationale, alors quand agirons-nous ? »[3]

Soleimani est un « Hitler moderne » ; le monde ne l’arrête pas, tout comme il n’a pas arrêté Hitler à l’époque

Certains opposants à l’axe de la résistance ont qualifié Soleimani de « Hitler moderne » et soutenu que le monde ne faisait rien pour aider le peuple syrien, tout comme il n’a pas agi pour aider les victimes d’autres massacres de l’histoire moderne. Le député libanais Mohammed Kabbara, du parti Al-Mustaqbal, a affirmé : « L’histoire montrera que ce qui s’est passé à Alep a dépassé les mythes des fours crématoires nazis. Les prochaines générations n’oublieront pas les Perses, les Russes et le régime d’Assad, qui ont mené les massacres à Alep. Elles n’oublieront pas la vue de ce Hitler moderne, Qassem Soleimani, se promenant et jubilant dans les quartiers infortunés d’Alep, en compagnie d’un officier de l’armée d’Assad. »[4]

Amr Hamzawy, ancien député égyptien et éditorialiste du quotidien basé à Londres Al-Quds Al-Arabi, s’est interrogé : « Pourquoi le monde abandonne le peuple syrien qui est massacré par le dictateur Bachar Al-Assad, et par la Russie et l’Iran, qui le parrainent ? Parce que notre monde diabolique ne sait que massacrer les faibles, tout en les transformant en victimes perpétuelles des criminels et des tyrans… »

« Toute action sérieuse pour sauver les Syriens du massacre serait contraire à la norme en vigueur dans le monde, [qui est resté silencieux face aux] massacres des Arméniens et des Juifs en Europe ; face à l’extermination de 27 millions de gens dans l’ex-Union soviétique pendant la Deuxième Guerre mondiale, et au lancement de deux bombes atomiques sur le Japon, sous prétexte de mettre fin à la guerre… Tout effort sincère de la part de ceux qui détiennent le monopole de l’industrie des armes, des tueries et des bains de sang pour arrêter le massacre syrien serait une déviation surprenante par rapport à leur politique et à leur conduite passées. »
« A la fin des années 1930, les gouvernements anglais, français et soviétique n’ont-ils pas laissé les nazis répandre le meurtre et la destruction dans plusieurs parties d’Europe orientale, pour éviter de se battre, et pour préserver leurs propres intérêts ? Hitler n’a-t-il pas émergé en raison de l’indifférence suscitée par ses premiers crimes, et la neutralité des Etats-Unis ne lui a-t-elle pas permis de commettre d’autres attaques et de nouveaux crimes ? Les photos de généraux nazis dans les zones détruites par leurs armées dans les villes soviétiques… ne vous font-elles pas penser à celles de Soleimani déambulant à Alep il y a quelques jours ?… »
[5]

Notes :

[1] Al-Sharq Al-Awsat (Londres), 20 décembre 2016.

[2] Al-Mustaqbal (Liban), 18 décembre 2016.

[3] Al-Watan (Arabie saoudite), 19 décembre 2016.

[4] Al-Mustaqbal (Liban), 18 décembre 2016.

[5] Al-Quds Al-Arabi (Londres), 20 décembre 2016.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE
commenter cet article

commentaires

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée