Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 22:04

La Turquie au bord de la guerre civile

Publié le 8 janvier 2017 - par 

 

La Turquie est au bord du précipice. Son président Erdogan a joué à l’apprenti-sorcier en se lançant dans la guerre en Syrie pour déboulonner son ancien ami Bachar Assad. En s’alliant avec l’Arabie Saoudite et le Qatar, les sponsors du djihad mondialisé et en devenant le parrain de la secte des Frères musulmans (n’oublions pas que lui-même est obnubilé par la restauration du califat si cher à Hassan El Banna, le fondateur de la dite secte), tout en étant membre de l’Otan, il a réussi à mettre son pays dans une situation ingérable. Il est pris entre le marteau et l’enclume ! Entre la version moderniste d’Atatürk et celle des sultans ottomans colonialistes. Ne se considère-t-il pas aussi comme un Tamerlan (1336-1405, sultan turco-mongol, un des plus grand égorgeurs d’Allah sur terre) des temps modernes ?

Et dans sa mégalomanie, en déclarant la guerre au président Bachar Assad qui est de confession alaouite (une branche du chiisme), il s’est autoproclamé le grand défenseur de la cause des musulmans sunnites de la Syrie et d’Irak. Et même des Palestiniens durant une année ou deux, avant d’hisser le drapeau blanc.

En enterrant l’héritage d’Atatürk et en voulant faire renaître de ses cendres l’empire Ottoman des sultans d’Istanbul qui ne tenait debout que grâce aux razzias, à l’esclavage et aux butins de guerre qu’il tirait de ses anciennes possessions et à la piraterie industrielle qu’il pratiquait en Méditerranée, Erdogan est pleinement responsable de la déconfiture de la Turquie moderne qui pointe à l’horizon.

En organisant le transit des djihadistes du monde entier vers la Syrie car il voulait que la ville d’Alep, revienne à la Turquie, il est pleinement responsable des sanglants attentats qui secouent son pays. En jouant au grand sultan au nom de la suprématie turco-mongole, il s’est mis dans de beaux draps qui sont maculés par le sang des innocents et dont la mort lui incombe directement. Aura-t-il la sagesse d’esprit de reconnaître ses fautes ? Oh que non, car il se considère comment le digne héritier des califes qui ont fait la grandeur de l’empire Ottoman par l’esclavage, le pillage, les razzias, les butins de guerre et les meurtres au nom du djihad conformément aux commandements d’Allah (voir les versets coraniques et les hadiths qui encouragent le djihad, les butins de guerre et l’esclavage sexuel).

Le temps est venu pour les Occidentaux de revisiter l’histoire islamique pour éviter de tomber en béatitude, une fois de plus, devant la civilisation musulmane qui n’est pas l’œuvre de l’islam mais celles des autres nations qu’il a soumises par la terreur du glaive ( perse, syriaque, byzantine, berbère, assyro-chaldéenne, égyptienne, indienne…). Et pour s’en rendre compte, ces messieurs-dames qui n’ont d’yeux que pour le sultan, n’ont qu’a lire l’oeuvre d’Ibn Khaldoun et notamment Muqaddima ou Prolégomènes).

A ce sujet, ce dernier nommé a écrit concernant les pays soumis par les Arabes : « Le Yémen, lieu de leur séjour fixe, n’est plus que ruines, à l’exception de quelques cités. De même, la civilisation persane de l’Irak arabe est complètement détruite. C’est le cas de la Syrie d’aujourd’hui. Et c’est pareil pour l’Ifrîqiya et le Maghreb… »
En se lançant dans une guerre sans merci, existentielle même contre les Kurdes qui sont ses propres concitoyens, Erdogan a montré son vrai visage, celui d’un vrai fasciste islamiste qui refuse la démocratie mais dont ses amis Occidentaux, pour glorifier ses résultats économiques, ont inventé le concept de la démocratie musulmane. C’est un habile concept pour faire croire que l’islam est compatible avec la démocratie. Ce concept de la démocratie à la musulmane n’est qu’un leurre de plus créé par l’Occident pour brouiller les pistes de l’histoire et surtout prolonger l’agonie du monde arabo-islamique qui est sous l’emprise du désordre et du chaos islamiques, sans perspective de changement vers le meilleur d’une part et d’autre part pour submerger l’Europe par les migrants pour le grand bonheur des grands capitalistes. Le fameux printemps arabe en est la preuve.
Ces mêmes Occidentaux ne disent pas un mot sur les massacres de plus de 3000 Kurdes dans le sud-est de la Turquie. Des villages entiers et certains quartiers des villes kurdes ont été complètement rasés avec des milliers de déplacés dans un silence assourdissant de Maman Merkel et compagnie. Le fascisme d’Erdogan, l’islamiste, convient apparemment à ses alliés Occidentaux qui détournent leurs regards de ce qui se passe dans le Kurdistan turque. Comme au début des XXème siècles (entre 1915, 1916 et 1923) quand les jeunes Turcs ont planifié l’assassinat des Arméniens et des chrétiens syriaques, araméens et assyro-chaldéens ( près de deux millions de morts), les Occidentaux adoptent un profit bas pour ne pas gêner le Sultan d’Ankara qui massacre les Kurdes, sans discernement. Il est vrai que la mémoire occidentale est sélective et notamment allemande. Mais il est bon de rappeler aux moralisateurs occidentaux que durant la période du génocide des Arméniens et des Chrétiens du Moyen-Orient, les assassins turcs ont été conseillés par des experts militaires allemands.
En démontant et en pillant toutes les usines textiles d’Alep qui faisaient la fierté des Syriens dans tout le Moyen-Orient et non content de voler le pétrole syrien et irakien, il a eu l’audace d’abattre un avion russe (un Sukhoi-24) en novembre 2015) très certainement avec l’accord des Américains, ce qui a provoqué la rupture des relations diplomatiques avec Moscou.

En faisant transiter par son pays des djihadistes provenant de la terre toute entière et des armes sophistiqués, fournies par l’Arabie Saoudite, le Qatar et l’Otan, Erdogan n’a pas hésité à s’enrichir sur le dos des Syriens au passage tout en scandant qu’il est leur protecteur. Cynique et machiavélique, il a tout de même allumé des incendies aux portes de son pays dont les flammes commencent à s’approcher de son nouveau palais.
Et après la tentative du coup d’état (15-16 juillet 2016), il a entrepris une véritable chasse à l’homme qui a visé la justice, les services de sécurité et de l’administration dont beaucoup sont liés à l’islamiste Fethullah Gülen, son ex allié qui lui a permis pourtant de prendre le pouvoir, l’opposition kurde légale (HDP- parti démocratique des peuples) et du PKK (Parti des travailleurs qui veut une autonomie du Kurdistan) , s’est trouvé simultanément face à trois ennemis : Fethullah Gülen soutenu par les Etats Unis, l’ensemble des Kurdes qu’ils soient Turcs, Syriens , Irakiens ou Iraniens et les djihadistes notamment l’état islamique( Daesh).

Pris dans un piège qu’il a lui-même confectionné, le président turc est comme une bête blessée et accuse le monde entier des difficultés auxquelles, il fait face. Il a été obligé alors d’aller d’excuser auprès du président Poutine qui lui a sauvé la vie lors de la tentative du coup d’état de juillet 2016 et c’est pour cette unique raison qu’il a changé son attitude agressive envers la Syrie.

Actuellement, il collabore ouvertement avec les Russes et les Iraniens sur la crise syrienne au grand dam des Occidentaux et des monarchies pétrolières sunnites (Arabie saoudite et Qatar) qui sont de facto exclus du règlement politique de la crise syrienne.

Ce retournement est difficile à réaliser car la Turquie reste avant tout membre de l’Otan mais Erdogan n’a pas d’autres alternatives entre les mains pour le moment. Et son pays est au bord de l’implosion au point qu’il a été obligé de s’acoquiner avec le chef des ‘Loups Gris’, un mouvement fasciste d’extrême droite turque qui est raciste et mafieux.

Quant un chef d’état s’allie avec la mafia, il ne faut pas être sorcier pour comprendre que ce pays est en train de partir en lambeaux.

La Turquie, n’est-elle pas le pays malade de l’Europe comme le fut au début du XXème siècle l’empire Ottoman ? Etrange coïncidence ! Et l’histoire, n’est-elle pas en train de se répéter, en Turquie?
En effet, depuis l’échec de la tentative du coup d’état de juillet 2016, Erdogan est devenu autocrate et dictatorial. Il fait dériver son pays vers le totalitarisme. Pour preuve, il est en train de confectionner une constitution sur mesure qui passera comme une lettre à la poste au parlement turc qui est devenu une chambre d’enregistrement.

Ce président fascisant n’hésite pas à mettre en prison tous ses opposants politiques, à l’exemple de Mme Asli Erdogan, une écrivaine, de renom, connue mondialement, pour délit d’opinion, parce qu’elle défend la cause kurde dans ses écrits.
Erdogan est capable de tout, même à changer de veste tous les cinq secondes pour se maintenir au pouvoir comme tout bon musulman qui se respecte, animé par l’esprit de la maladie du verset du Trône (Ayat Al-Kursi 2-255).

En accusant l’Occident et notamment les Etats Unis de soutenir les djihadistes en général et DAESH en particulier, Erdogan veut pointer du doigt les Kurdes qu’il considère comme ses véritables ennemis au point d’en faire une phobie. Quant aux djihadistes, il s’en accommode car ils sont embarqués sur le même bateau que lui. Ne sont-ils pas ses sous-traitants en Syrie et ailleurs?

Tant que les Occidentaux resteront ses alliés, Erdogan sera un danger mortel pour l’Europe et le Moyen-Orient.
Il est temps que maman Merkel et consorts ouvrent les yeux sur la dangerosité du Sultan d’Ankara, car dans la vie des nations, il n’y a pas uniquement que le mercantilisme qui guide leur diplomatie. Et les droits de l’homme dont se gargarise l’oligarchie politico-médiatique européenne, où sont-ils passés?

Hamdane Ammar

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur***

Partager cet article

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article

commentaires

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée