Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 02:36

Confrontation : Ou nous écrasons l’offensive des islamistes, où nous serons islamisés

Publié le 23 février 2017 - par  

Le numéro deux de Confrontation est paru. Dans ce passionnant numéro, vous pourrez lire un long entretien avec Pierre Cassen, interrogé par le rédacteur en chef Jean-François Touzé. A lire jusqu’au bout…

http://static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2017/02/Confrontation.png

Un entretien avec Pierre Cassen

« Ou nous écrasons l’offensive des islamistes, où nous serons islamisés »

En quelques années, Riposte laïque s’est imposée comme un élément incontournable du combat patriotique face à la menace islamique et à l’abaissement de notre nation. Par ses analyses, ses prises de position, ses informations, Riposte laïque a élargi le champ d’action des nationaux. Autant de bonnes raisons de rencontrer son fondateur, Pierre Cassen.

Riposte laïque c’est un site internet, une centrale d’énergie et un lieu de rencontres. C’est aussi et surtout l’expression d’un esprit de résistance face à la menace islamique. Pouvez- vous nous présenter les raisons qui ont présidé à sa création ?

Pierre Cassen : J’avais mené, en 2003, à travers la campagne pour une loi contre les signes religieux à l’école, une bataille politique avec des laïques de la gauche républicaine. J’étais à la tête d’un journal en ligne, Respublica, qu’en 4 ans, nous avions mené d’une lecture confidentielle à des milliers de visiteurs quotidiens. Et je ne supportais plus le discours officiel de ces laïques de gauche, la plupart du temps franc-maçons. Je n’en pouvais plus de leur sectarisme contre des républicains de droite, et de leur relativisme sur les religions, renvoyées dos-à-dos, quand seul l’islam nous posait problème.

Le détonateur a été une histoire de gite de montagne, où la propriétaire, Fanny Truchelut, a demandé à deux musulmanes de retirer leur voile dans les parties communes du gite. Mes amis et moi la soutenions sans la moindre réserve, les laïquement corrects nous expliquaient que ce n’était pas cela la laïcité. Donc, selon eux, la loi de 1905, c’est autoriser le voile, et sa symbolique, à envahir l’espace public. Ajoutez que Fanny avait accepté l’avocat de Villiers (fourni gratuitement), et toutes les conditions étaient réunies pour que la gauche Fourest la salisse, alors que nous l’avons défendue jusqu’au bout. A partir de là, la rupture était consommée, et Riposte Laïque, clairement tourné contre l’islamisation de la France, animé au départ par des militants venant tous de la gauche, pouvait voir le jour, le 29 août 2007.

Vous venez de la gauche et même de l’extrême gauche. Il y a vingt ans, nos rencontres n’auraient sans doute pas été placées sous le signe de la plus parfaite sérénité. Pourtant nous nous retrouvons sur une même ligne de front. L’offensive islamique contre notre civilisation est-elle la seule raison de ces rapprochements ou, plus globalement, assiste-t-on à la convergence de volontés retrouvées de mettre en oeuvre un processus de reconstruction de ce qui furent les bases de la Nation et de la Civilisation ?

J’ai naturellement beaucoup réfléchi à ce qu’aurait donné notre rencontre il y a 20 ans, quand je considérais que la question incontournable était le social. Je n’avais pas encore compris que j’aimais autant la France, sans oser me l’avouer, de peur d’être classé à l’extrême droite. Je ne renie rien de mon passé syndical, je suis même prêt à démontrer à qui le veut que les ouvriers du livre CGT, notamment typographes et rotativistes, étaient des syndicalistes identitaires. J’ai été trotskiste parce que j’étais séduit par la radicalité sociale qui se dégageait de ces mouvements, même si moi, ouvrier, je n’aimais pas toujours le côté petit bourgeois de nombre de militants. Je ne supportais surtout pas le stalinisme, ni le fonctionnement du PCF à l’intérieur de la CGT. Disons que je suis passé de l’internationalisme au patriotisme, convaincu que c’est grâce à l’Etat-Nation et à la souveraineté de ses frontières qu’on peut défendre le salariat. Mais l’essentiel n’est pas de savoir d’où on vient, mais où on va, et la défense de notre civilisation, donc de nos libertés, me paraît un dénominateur commun rassembleur.

Revenons à la guerre qui nous occupe aujourd’hui. Vous ne semblez pas opérer de distinction particulière entre islamisme totalitaire, radical et politique et islam tout court ? C’est la marque de Riposte Laïque depuis dix ans. C’est un apostat de l’islam, Pascal Hilout, né Mohamed, qui nous a harcelés jusqu’à ce que nous cessions rapidement cette précaution de langage. L’islamisme est une imposture qui ne sert qu’à nous faire accepter l’islam. Nous aggravons même notre cas en affirmant, suivant les conseils de notre bon ami René Marchand, que l’islam n’est pas une religion, mais un dogme politico-religieux guerrier qui ne peut exister que par la conquête.

Nous aimons rappeler cette phrase du poète kabyle Ferhat Mehenni : « L’islam, c’est l’islamisme au repos, l’islamisme, c’est l’islam en action ». Et nous adorons provoquer les cris de vierges effarouchées de la gauche bien-pensante, quand nous rappelons ces fondamentaux de RL, parce que cela met à bas toutes leurs théories à deux balles sur les musulmans modérés et l’islam de France.

Le problème de l’Islam en France est avant tout celui de l’immigration de remplacement. Quelles solutions prônez-vous pour mettre fin à cette nouvelle colonisation ?

C’est trop réducteur, selon moi, de se contenter de ce raccourci. Si vous installez dix millions de bouddhistes en France, vous aurez une immigration de remplacement, mais pas de volonté guerrière, pas de revendications communautaristes permanentes et pas d’attentats. Nous serons bien évidemment d’accord pour arrêter immédiatement toute immigration, et l’ancien syndicaliste rappelle que les partis et organisations ouvrières, dans les années 1920 et 1930, s’opposaient à l’immigration en période de chômage de masse. Il y a donc une spécificité du combat à mener contre l’islam.

Il n’y a pas de cohabitation paisible possible entre les disciples d’Allah et nous. Ou nous écrasons l’offensive des islamistes, où nous serons islamisés. Nous jouons donc, dans les quelques années qui arrivent, notre civilisation, notre France, face à des musulmans qui, pour respecter leurs textes sacrés, nous font la guerre, à leur manière, quotidiennement. Dans un tel contexte, on n’a qu’un devoir, gagner cette guerre. Donc, on ferme les casernes de l’ennemi, les mosquées. Donc, on interdit l’uniforme de
l’ennemi, le voile, les djellabas et les kamis. Donc, on interdit les financements de l’ennemi, le halal. Donc on interdit toute visibilité de l’islam, sur le territoire français. Et on expulse, ou on exile, tous ceux (30 % selon une enquête de l’Institut Montaigne, mais 50 % de jeunes) qui pensent que les lois de la charia sont supérieures à celles de la France.

A ceux qui me disent que cela déclencherait une guerre, je réponds que si la cinquième puissance du monde ne peut gagner une guerre contre une population qui représente aujourd’hui 15 % du pays, ce pays est définitivement perdu, puisque dans une génération, ce chiffre aura doublé.

Le principal obstacle à la résolution du problème migratoire et à la contre-offensive anti islamique n’est-il pas l’état de droit et le juridisme ? En temps de guerre des mesures dérogatoires aux législations ordinaires ne sont-elles pas nécessaires ?

Ces législations sont déjà insupportables en temps de paix, et confirment la dictature des juges de l’UE contre des politiques qui ont abandonné leurs prérogatives. Alors en temps de guerre… Ce sont Trump ou Poutine qui vont reprocher à la France d’appliquer ce qu’ils préconisent quotidiennement, contre l’invasion islamiste ? La menace Clinton n’existe plus pour agir en France comme les Etats-Unis l’ont fait contre les Serbes, alors, ne nous compliquons pas la vie, et laissons à Cazeneuve un prétendu Etat de droit qui ne sert qu’à masquer sa veulerie face à 20 000 fichés S qu’il laisse en libertés, et à la cinquième colonne de clandestins, majoritairement musulmans, qu’il laisse rentrer en France… Leur prétendu Etat de droit aggrave la mise en danger des Français.

Vos prises de positions courageuses vous ont valu de nombreuses convocations devant les tribunaux. Où en êtes-vous de ces procédures d’intimidation ?

Cela bat tous les records. Je me souviens qu’en 2013, au bout de cinq plaintes, nous avions tenu une conférence de presse, avec Robert Ménard, qui n’était pas encore maire de Béziers, et Karim Ouchikh, qui n’était pas encore président du Siel, pour protester contre cette chasse aux sorcières. On en est aujourd’hui, depuis cette époque, à 35 dépôts de plaintes contre nous, donc 25 procès à venir ! Parmi les plaignants, Cazeneuve (4 fois), Hidalgo (4 fois), Pierre Bergé, des associations musulmanes, des préfets socialistes et même les journalistes Fourest et Hénin. Bref, ce que nous appelions l’appareil d’Etat de la bourgeoisie, dans une autre vie. L’objectif est clair : nous frapper au portefeuille, pour nous faire taire, parce que nous n’acceptons pas leur soumission face à l’envahisseur, et encourageons nos compatriotes à résister. Et ce jour où je vous réponds, nous venons de recevoir la 36e plainte, selon un scénario bien rodé : le Mrap fait un signalement (sic !) et le Parquet dépose plainte.

Nous sommes à trois mois du premier tour de l’élection présidentielle. Riposte laïque compte-t-elle prendre position et s’engager en faveur de tel ou tel candidat ?

Je précise que notre mouvance comprend trois entités indépendantes les unes des autres : le site Riposte Laïque, sous la responsabilité de nos amis suisses, les éditions Riposte Laïque, qui ont déjà publié 16 livres, et sont dirigées par Ghislaine Dumesnil, et Résistance républicaine, présidée par Christine Tasin. RR, qui est une association avec des militants de terrain, soutiendra ouvertement Marine Le Pen. Cela ne sera pas le cas de Riposte Laïque, qui défend une notion plus large d’Union des Patriotes. Nous allons pilonner tous les responsables de l’islamisation du pays, c’est-à-dire tous les candidats immigrationnistes, de Macron à Mélenchon. Mais comme RL est un média ouvert au débat, nous laisserons des lecteurs sensibles à une prétendue évolution de Fillon sur l’islam s’exprimer. De même nous donnerons la parole à d’autres composantes du mouvement patriotique, je pense par exemple au Siel ou au Parti de la France. Mais la majorité des membres de notre rédaction est plutôt favorable à Marine Le Pen, même si beaucoup regrettent le discours trop timoré du FN sur l’islam, sans parler de la terrible phrase de sa présidente sur sa prétendue compatibilité avec la République.

Existe-t-il encore, selon vous, une voie politique à l’intérieur du Système ?

L’élection de Trump, aux Etats-Unis, et ce qu’il pourra faire, une fois en place, à partir du 20 janvier, répondra en grande partie à cette question. S’il peut appliquer le programme sur lequel il a été élu, cela montrera que les élections peuvent être un tremplin pour des grands changements de société. Si Geert Wilders devient Premier ministre hollandais, et si l’effet américain dope les mouvements patriotes européens, tout demeure possible. Si Marine bouleverse la donne en France, c’est un séisme en Europe et dans le monde… Après, les élections ne sont pas la seule voie possible, l’Histoire l’a souvent confirmé.

Riposte laïque a été à l’initiative de nombreuses manifestations. Avez-vous l’intention d’en programmer dans les prochaines semaines et, plus largement, quelles initiatives entend prendre Riposte Laïque d’ici l’été prochain ?

Nous avons multiplié les initiatives plutôt spectaculaires, depuis 2010 : Apéro saucisson pinard, Assises internationales contre l’islamisation de notre pays, Première manifestation contre l’islam, dans les rues de Paris, Assises pour la Liberté d’expression, Assises « Sauvons notre pays », et nombre de manifestations de rue, dans les endroits de France où cela demeure possible. Nous avons essayé, au lendemain de la décapitation d’Hervé Cornara, ou quand Anne Hidalgo bafoue la laïcité en commémorant le ramadan, de mobiliser les Parisiens. Nos amis du Siel font de même. Il faut faire un constat : même si ces dernières initiatives ont le mérite d’exister, elles ne mobilisent pas comme il le faudrait, preuve que nos compatriotes ont peur. Et aussi que les trois interdictions de manifester qui nous ont été faites par le pouvoir socialiste, notamment au lendemain de Charlie Hebdo, ont marqué les esprits, et que les gens ont peur de se déplacer pour rien. C’est une donnée. A Montpellier, notre ami Richard Roudier, avec la Ligue du Midi, peut mettre plusieurs centaines de militants dans les rues.

C’est bien, mais c’est peu… Qui est prêt à descendre dans la rue, au prochain et inévitable attentat islamique, pour ne pas l’abandonner aux allumeurs de bougie et aux islamo-collabos ? Une chose est certaine, nous fêterons cette année nos dix ans, sur une forme qui n’a pas encore été définie, mais qui peut répondre partiellement à votre question.

« Que mille fleurs s’épanouissent » est un beau slogan. Mais ne devons-nous pas, pour peser réellement, envisager dès à présent et dans la perspective de l’après 2017, un vaste rassemblement politique des énergies pour le relèvement de la France et l’éradication de la menace islamique ?

Depuis notre création, nous nous réclamons de l’Union des Patriotes, et avons accepté toutes les invitations des différentes sensibilités qui se réclament de cette cause, en mettant de côté toute approche sectaire. Je me suis même retrouvé dans une table ronde avec Pierre Vial et Alain Escada, un coup de Roland Hélie ! On s’est dit bonjour et on s’est dit au revoir, en respectant l’ampleur de nos divergences. Donc, bien évidemment, notre média – car nous ne sommes qu’un média – mettra en avant toutes les initiatives qui iront dans ce sens, voire s’y associera. Dans la Résistance à l’islamisation de la France, il y aura, je l’espère, plein de gens fort différents, unis par l’amour de leur pays, et le refus de sa disparition programmée. Mais l’élection présidentielle de 2017 marquera un tournant. Ne tournons pas autour du pot : que le FN gagne ou perde les prochaines élections, il faudra un contre-pouvoir patriote, qui
fasse entendre une autre voix, sur l’immigration, l’islam, l’insécurité, les médias et la justice, que celle de la frustrante dédiabolisation.

Propos recueillis par Jean-François Touzé

Partager cet article

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article

commentaires

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée