Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 17:44

ISRAËL SE PRÉPARE TANDIS QUE L'IRAN ET LE HEZBOLLAH AIGUISENT LEUR RHÉTORIQUE

Arie Liberman

Adaptation

Thérèse Zrihen-Dvir

http://www.frontpagemag.com/sites/default/files/styles/article_full/public/uploads/2017/02/hezbollah.jpg?itok=Sbhf-djl


Les ennemis génocidaires d'Israël font rouler leurs tambours de guerre.

Selon les médias arabes, l'armée de l'air israélienne a lancé une série d’attaques contre des cibles militaires en Syrie aux premières heures du matin du mercredi dernier. Les attaques, qui auraient visé un convoi d'armes du Hezbollah, ont eu lieu près de Damas. Selon un rapport au moins, un convoi de terroristes du Hezbollah aurait été touché, bien qu’il n’y ait aucune confirmation.

Israël n'a ni confirmé ni nié son implication. Le silence israélien est conforme à la politique israélienne d'agir résolument pour préserver ses intérêts tout en gardant sous enveloppe une rhétorique inutile et une bravade sans motif. Malheureusement, on ne peut pas en dire autant des ennemis d'Israël qui ont fait usage d’une rhétorique extrêmement belliqueuse ces dernières semaines, beaucoup plus qu’à l’ordinaire.

Le mardi dernier, l'ayatollah Ali Khamenei, chef suprême iranien, a qualifié Israël de « tumeur cancéreuse » et encouragé les palestiniens à se révolter jusqu'à l’obtention de la « libération totale de la Palestine» . Plus tôt au courant de la semaine, un officier haut-gradé syrien dont le nom n’a pas été révélé, avait raconté à un média koweïtien que la Syrie « s’associera au Hezbollah dans toute future conflagration contre Israël ».

Pour ne pas demeurer en reste, le président du Liban, Michel Aoun, un laquais corrompu qui est sans doute dans liste des salariés du Hezbollah (ou de la République islamique) a exprimé son ferme soutien au Hezbollah et son acquisition d'armes sophistiquées en violation de la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations Unies, menaçant Israël d’une « réponse appropriée » si de dernier violait la souveraineté libanaise.

Bien sûr, la notion de souveraineté libanaise sous quelque forme que ce soit est ridicule puisque le Liban est un État déchu qui est sous la pleine influence et le contrôle de la République islamique iranienne. À bien des égards, l'état du Liban est aujourd'hui parallèle à celui de la France de Vichy. L'armée libanaise - un microcosme fracturé d'une société libanaise disfonctionnelle et divisée - a assumé un rôle subalterne au Hezbollah et a souvent agi comme une force auxiliaire de ce dernier, coordonnant les activités militaires avec le groupe terroriste. Elle est donc en partie responsable de la dégradation de la souveraineté du Liban et est complice à la violation de la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations unies.

Mais la rhétorique la plus hargneuse ces derniers jours émane du Hezbollah, force mercenaire iranienne principale. Le leader du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui s'est caché depuis 2006, a annoncé cette semaine que lors de la prochaine guerre avec Israël, son organisation ne serait pas contrainte par les lignes rouges et qu'il lancerait ses missiles sur l'installation nucléaire israélienne de Dimona et sur les installations de stockage d'ammoniac à Haïfa. Un impact direct sur les installations de stockage d'ammoniac pourrait causer des blessures généralisées à une échelle qui n'a pas été observée depuis la catastrophe industrielle de Bhopal.

Le Hezbollah possède environ 150 000 roquettes et missiles de toutes formes et tailles. En fait, son formidable arsenal de missiles surpasse la force collective de la plupart des armées occidentales. L'un des missiles qui inquiète le plus les planificateurs militaires israéliens est le Fateh 110. Le Hezbollah possède une quantité inconnue de ces armes, transférées au groupe terroriste par l'Iran via la Syrie.

Avec une portée de 200 à 300 Km, le Fateh 110 est capable d'atteindre Haïfa, Tel Aviv et Dimona. Il charrie un explosif de 500 Kg et peut infliger des dégâts importants sur des centres à forte densité de population. Certains ont suggéré que le système de guidage du missile pourrait être aussi précis que 100 m CEP (Circular Error Probable) ; Ce qui signifie qu'il a une chance de 50% d'atterrir à moins de 100 mètres de sa cible, mais c'est toujours spéculatif.

La plupart des plates-formes critiques de Dimona sont enterrées profondément sous la surface sous des couches épaisses et protectrices d'acier et de béton armé tandis que des plans pour relocaliser l'installation d'ammoniac de Haïfa vulnérable à un emplacement plus sûr sont dans des étapes très avancées. Néanmoins, l'ogive portée par le Fateh 110 peut pulvériser un bloc entier d’une ville et provoquer l’effondrement de gratte-ciel comme les tours Azrieli.

La guerre de 2006 au Liban a duré 33 jours. Au deuxième jour de la guerre, l'armée de l'air israélienne avait réussi à effacer toute la capacité de tir à longue portée du Hezbollah en 34 minutes. Avec une précision chirurgicale, l'IAF a changé la dynamique de la guerre. Néanmoins, le Hezbollah a réussi à tirer quelque 4 000 roquettes contre Israël. Les pertes civiles étaient relativement faibles, mais le nord d'Israël était paralysé. Les analystes ont supposé que dans le prochain conflit, le Hezbollah tirera en moyenne 1.500 roquettes par jour.

Selon des sources notoires, le Hezbollah a réussi à acquérir des Yakhont, missiles de croisière sophistiqués antinavire russes. L'armée israélienne a réussi à déjouer les cargaisons de Yakhont, mais certains missiles ont apparemment atteint le groupe terroriste. Le Hezbollah a déjà un certain nombre de missiles C-802 chinois, mais le Yakhont a une charge utile plus importante et possède un système de guidage plus sophistiqué qui est capable de mieux faire face aux contre-mesures électroniques. La vulnérabilité des plates-formes de gaz offshore israéliennes à des attaques de missiles de Yakhont ou à des attaques navales commando surprise est particulièrement préoccupante. Les tunnels terroristes du Hezbollah - semblables à ceux découverts par les Forces de défense israéliennes pendant l'opération Bordure protectrice - sont également très préoccupants.

Pourquoi les ennemis d'Israël ont choisi ce moment particulier pour répandre leur vitriol anti-israélien dans ce qui semble être un effort coordonné, est facile à deviner. Les armées syrienne et libanaise ne constituent pas de sérieuses menaces. En revanche, les menaces émanant de l'Iran et du Hezbollah devraient être prises très au sérieux.

Néanmoins, il est peu probable que le Hezbollah, conscient de la raclée qu’il a prise pendant la guerre de 2006 au Liban, et son embourbement dans la tourbière syrienne, oserait ouvrir une guerre à deux fronts avec pratiquement aucune chance de succès. L'Iran aussi pourrait perdre énormément si elle se lance dans une agression contre Israël. Une telle action irresponsable serait contraire aux intérêts russes et aurait des ramifications négatives sur le JCPOA, ce qui pourrait mener à sa dissolution.

Ce pourrait être juste un autre cas de plus d'écorce que de morsure. Néanmoins, Israël ne peut pas se permettre de se reposer sur ses lauriers et ses planificateurs militaires prennent toutes les contingences en considération. Israël a déjà fourni aux États-Unis, à l'UE et à l'ONU la preuve incontestable que le Hezbollah exploite la population civile et emploie des maisons, des écoles et des hôpitaux pour stocker son arsenal de guerre. Au cours de la prochaine conflagration, le Hezbollah ne sera pas en mesure d'utiliser le taux élevé de victimes civiles pour marquer des points de propagande - comme en 2006 - parce que le monde est déjà conscient des méthodes cyniques de l'organisation.

En outre, la collusion du gouvernement libanais avec le Hezbollah en fermant les yeux sur les activités illégales du Hezbollah - dont permettre aux avions de ligne commerciaux iraniens chargés d'équipements militaires d'atterrir à l'aéroport international Rafic Hariri - permettra à Israël une plus grande liberté d'action. Les infrastructures libanaises, dont les centrales électriques, les réseaux électriques, les ponts, les aéroports et les autres installations à double usage, seront des cibles toute à fait légales. Le Liban retombera à l'âge de pierre.

La prochaine guerre sera certainement une affaire sanglante, mais elle le sera plus pour le Hezbollah et l'Iran - que pour Israël - qui demeurera avec un bâton de comptage.

© Reproduction intégrale du texte interdite.

Partager cet article

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans La Libellule
commenter cet article

commentaires

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée