Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 04:04

 

Le désastreux modèle multiculturel suédois

Publié le 21 février 2017 - par  -

http://static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2017/02/su%C3%A8de.jpg

Le texte qui suit s’inspire largement d’un excellent article paru sur Dreuz-info, déplorant le naufrage identitaire de la Suède à cause de la lâcheté de ses élus :

http://www.dreuz.info/2017/01/07/nous-les-suedois-nous-avions-tout-nous-etions-heureux-mais-nos-politiciens-deciderent-de-changer-tout-cela/

Ce qu’a vécu la Suède, c’est ce que vit la France, qui refuse de voir qu’elle est sur un toboggan qui la mène au désastre, un toboggan qui prend de la vitesse chaque jour et qu’aucun responsable politique, à part Marine, n’a l’intention de ralentir.

Voici donc l’adaptation à la France de ce que vivent les Vikings.

Il était une fois, un pays magnifique, merveilleusement situé, appelé France.

Un pays où vivaient les descendants des Gaulois, avec leurs coutumes, leur folklore, leurs traditions régionales et leur modèle social unique au monde.

A la fin des Trente Glorieuses, ce pays était l’un des plus heureux et prospères de la planète. Il vivait enfin en paix, après des siècles de guerre, il était riche, ne connaissait ni chômage ni insécurité. On avait éradiqué la pauvreté de l’après guerre.

Les générations du baby-boom pouvaient remercier leurs ancêtres, qui leur avaient légué un héritage exceptionnel, construit dans le sang et les larmes.

En 1975, ces Gaulois avaient sans le savoir, le cinquième niveau de vie au monde, derrière les Etats-Unis, la Suisse, le Luxembourg et la Suède.

De Gaulle et ses barons, avaient su redonner sa grandeur et sa fierté à la France, épuisée par la guerre et humiliée par la défaite de 1940. Devenue une puissance nucléaire, riche et prospère, notre pays avait son siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU, aux côtés des autres grandes puissances.

Pour les jeunes générations, qui entendaient leurs parents parler des privations et des souffrances de la guerre et de l’Occupation, ce bonheur avait quelque chose de magique. Les enfants découvraient la société de consommation et l’âge d’or des sixties, alors que leurs parents n’avaient connu que pénurie et sacrifices.

Oui, en 1975, nous Français, avions tout pour être heureux. Jusqu’au jour où les politiques décidèrent de changer tout cela.

En avril 1976, Giscard et son Premier ministre Chirac, décidèrent du regroupement familial. Une erreur monumentale aux conséquences incalculables.

La France était depuis longtemps une terre d’immigration. Mais la majorité des immigrés étaient des travailleurs paisibles, qui avaient vocation à retourner au pays. Il n’y avait ni émeutes, ni troubles, ni insécurité dans les foyers immigrés.

Mais en quelques mois toutes les structures d’accueil du pays sont saturées, avec l’arrivée de milliers de femmes et d’enfants, s’engouffrant dans la brèche.

“Raymond Barre, nouveau Premier ministre, se rendant compte des difficultés rencontrées par les services administratifs et opposé à l’immigration qu’il perçoit comme un obstacle à la modernisation de l’appareil productif, suspend par décret (1976) le regroupement familial, mais le décret est déclaré illégal par le Conseil d’Etat.”

C’est ainsi que la France est devenue une terre d’immigration extra-européenne massive, encouragée par une désinformation odieuse et des slogans mensongers, propagande orchestrée par les politiques et largement relayée par les medias et les associations immigrationnistes de gauche.

“L’immigration est une chance pour la France”

“Les immigrés tiennent les emplois que refusent les Français”

“Ils paieront les retraites des Français qui ne font plus d’enfants”…

et autres niaiseries du même tonneau, totalement infondées.

Mais au fil des ans, tout s’est aggravé, l’intégration des minorités extra-européennes se révélant de plus en plus impossible.

Les ghettos se sont constitués, les zones de non droit se sont répandues sur tout le territoire. La loi républicaine a été systématiquement contestée.

Et quand l’islam politique a fait de l’ingérence dans les programmes scolaires, l’Etat s’est couché. Le rapport Obin, dénonçant la grave islamisation de l’école, en 2004, a été enterré par Fillon, alors ministre de l’Education Nationale.

Le même Fillon qui prétend aujourd’hui combattre l’islam politique !

La cohésion nationale s’est donc diluée dans les multiples communautarismes que les politiques n’ont jamais eu le courage de combattre, au point que les diverses communautés ne partagent plus les mêmes valeurs, ni un avenir commun avec ceux qui les ont accueillis.

La société multiculturelle promise par nos élus n’est en réalité que désintégration de la nation. Des pans entiers du territoire sont déjà en sécession.

La sécession des territoires ? «Comment peut-on éviter la partition? Car c’est quand même ça qui est en train de se produire: la partition.» a dit Hollande !

C’est ainsi qu’en 2017, près de 30% de nos musulmans, et même 50% chez les jeunes, se laissent bercer par les sirènes de la charia et rejettent la loi républicaine. Un danger mortel pour la nation.

L’immigration de pauvres non qualifiés a entraîné l’explosion de l’insécurité, transformant certains quartiers en bande de Gaza, où plus personne n’ose s’aventurer. Et le laxisme judiciaire n’a fait qu’empirer le problème.

Ceux qui dénoncent l’amalgame immigration-insécurité sont des hypocrites et des menteurs. Cacher l’identité des délinquants dans la presse, ne sert à rien.

Deux détenus sur trois, selon Jack Lang, président de l’Institut du monde arabe, sont musulmans.

Les synthèses de la DCSP ( Direction centrale de la sécurité publique ) et de la DCPJ ( Direction centrale de la police judiciaire ) sont pourtant formelles :

60 à 70% des délinquants sont issus de l’immigration.

Et qu’ont fait nos politiques pour améliorer notre sécurité et restaurer l’Etat de droit dans les banlieues ? Rien !

Ils ont sans cesse légiféré pour museler les citoyens et interdire les statistiques ethniques afin de cacher la vérité au peuple de plus en plus exaspéré.

Là où un problème exige une solution, les politiques nient le problème.

L’immigration nous ruine. Avec nos 2200 milliards de dettes et une croissance quasi nulle, le pays n’a ni emploi ni logement à offrir aux immigrés, qui vont gonfler le flot des assistés.

En fait nous finançons notre propre suicide collectif !

Quand on demande des comptes aux politiques, qui ont détruit l’héritage des Trente Glorieuses, ils ne savent que taxer leurs contradicteurs de racisme, d’islamophobie et de xénophobie. Dérobade et lâcheté sont de mise.

Il ne faut pas stigmatiser et jouer sur les peurs. Alors on doit se taire et courber l’échine. C’est le renoncement permanent qui guide nos élus.

Il n’y a pas de responsable du désastre ! Pour la simple raison qu’il n’y a pas de désastre ! Seuls les délires de la fachosphère sèment la discorde, c’est bien connu !

En fait, ils savent très bien qu’ils sont responsables du chaos mais n’ont aucune solution pour en sortir. Alors, ils mentent, ils cachent la vérité et surtout ils condamnent à tour de bras les patriotes qui entendent défendre leur identité et leur héritage culturel. Et s’ils pouvaient leur interdire de voter, ils le feraient !

Les politiques ont trahi sciemment le peuple français.

En effet, conscients du désastre annoncé, droite et centre avaient tenu les Assises de l’immigration à Villepinte en 1990. En voici les conclusions :

Fermeture immédiate des frontières.

Immigration zéro

Islam incompatible avec la loi républicaine

Social réservé aux seuls Français.

Mais en 2017, celui qui tient ce discours est aussitôt traîné devant les tribunaux !

En effet, l’éclair de lucidité de nos politiques à Villepinte, n’aura été que de courte durée.

L’Europe nous imposant d’ouvrir les frontières, de maintenir le regroupement familial et nous interdisant de faire de la discrimination en matière de prestations sociales, droite et centre ont renié à 100% leurs convictions de 1990.

C’est dire combien nos politiques sont fiables et honnêtes avec leurs électeurs.

Après 1990, tout n’a été que mensonges, dissimulations et trahisons.

Un seul parti aurait pu sauver le pays du naufrage identitaire. C’est le Front National, qui avait sonné le tocsin dès les années 80.

Hélas, totalement inconscients du danger et des mensonges de leurs élus, les citoyens ont toujours cédé au discours anti FN, qui leur promettait la fin du monde en cas de victoire de JMLP. Quelle naïveté !

Le peuple français est donc responsable de ce qui lui arrive, responsable du sinistre avenir qu’il prépare à ses enfants, responsable de la dislocation de la nation.

Entre les deux tours des régionales, alors que Marine et Marion tenaient la corde pour l’emporter dans le Nord et en Paca, il a suffi que Valls leur promette la guerre civile en cas de victoire du FN, pour que les électeurs frontistes les plus frileux, retournent leur veste et rentrent précipitamment aux abris.

Ce n’est pas ainsi que les Français sauveront leur pays de la libanisation qui s’annonce. Sans le courage des électeurs devant les urnes, Marine, seule, ne pourra rien.

Il est temps de redresser la tête et de ne plus céder à la propagande de ceux qui détruisent sciemment le pays parce qu’ils se plient aux diktats immigrationnistes de l’Europe. Ils ont tous abandonné la France.

Il ne se passe plus une seule journée sans que l’immigration ne fasse l’actualité, mobilisant toujours plus l’énergie du pays. Qu’en sera t-il quand nous aurons deux fois plus d’immigrés, et de moins en moins désireux de s’intégrer ?

Des émeutes quotidiennes ? L’insurrection généralisée ? La guerre civile ?

En mai prochain, ce sera l’heure du sursaut salvateur ou du renoncement définitif.

Il faut bien comprendre qu’aucune politique économique, aucune politique sociale ne pourra réussir si on ne combat pas en priorité l’islam politique, qui tisse sa toile avec l’argent du Golfe et la complicité de nos élus, trop poltrons pour réagir.

Ce que veulent les barbus, c’est nous imposer la charia. Soit en douceur, en misant sur notre soumission et notre lâcheté, soit par la force quand ils seront assez nombreux pour déclencher une insurrection généralisée avec le soutien d’islamistes étrangers.

Ne pas voter Marine, c’est donc écrire le dernier chapitre de l’histoire de France.

Aucun pays ne peut survivre s’il n’y a plus personne pour le défendre.

Jacques Guillemain

 

Partager cet article

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article

commentaires

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée