Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 08:49

REDÉMARRAGE DE LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME
Adaptation

Thérèse Zrihen-Dvir

 

https://www.actualitte.com/images/actualites/images/terreur.jpg

 

Aux États-Unis, la chasse aux organisations caritatives/terroristes a été pendant les huit années du règne d’Obama mise à l’ombre. Il est temps que l'administration Trump instruise la bureaucratie pour qu’elle reprenne cette lutte sérieuse.

Au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, l'administration de George W. Bush a commandé de nombreuses opérations d'assassinat de terroristes. En 2001, les autorités fédérales ont ciblé la Fondation de la Terre Sainte pour avoir transféré plus de 12 millions de dollars au Hamas, groupe terroriste palestinien. L'année suivante, le Trésor a démantelé la Fondation Internationale « Bénévolence » dans l'Illinois pour avoir « fourni un soutien matériel aux organisations, dont Al-Qaïda ». La Global Relief Foundation, a également été fermée en 2002, «pour son assistance à Usama Bin Ladin, au Réseau d’Al-Qaida et à d'autres groupes terroristes connus». L'Agence islamique d'aide à l'Afrique, un autre organisme de bienfaisance qui soutient Al-Qaïda et le Hamas, a connu un sort identique en 2004 et son président a été condamné à 63 mois de prison.

Pour les huit dernières années, cependant, l'administration d’Obama n’a démantelé qu’une seule organisation de bienfaisance/ financement du terrorisme opérant à l'intérieur des États-Unis (le front Tamil Tigers en 2009). Nous ignorons le genre de risques, le cas échéant, cette affaiblissement a posé à la patrie ou à nos troupes à l'étranger. Mais il est néanmoins déconcertant, compte tenu des préoccupations soutenues concernant la menace du terrorisme dans le monde entier.

L'arrêt de huit ans a été confirmé dans un rapport officiel publié en décembre 2016 par le Financial Action Task Force, organisme international dédié à la promotion des politiques de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

« Les États-Unis n'ont pas signalé d'organisme de bienfaisance national américain depuis ... 2009 », indique le rapport. Publié en coordination avec le gouvernement des États-Unis, le rapport a noté que la « diminution est compatible avec la tendance croissante de collecte de fonds sous de faux prétextes et en dehors de toute organisation de bienfaisance ».

Il est sans doute évident qu'il y a eu une baisse. Les efforts du gouvernement des États-Unis visant à protéger l'intégrité du système financier des États-Unis et à geler les fonds destinés à des organisations terroristes ont dissuadé bon nombre de mauvais organismes de bienfaisance fonctionnant sur le sol américain. Mais il est difficile de croire qu'aucun organisme de bienfaisance n'ait violé nos lois.

Une explication plus plausible est que la riposte d'Obama contre l'extrémisme violent, en dépit des revendications de succès de la communauté, mis à l'écart l'application de la loi, se résume en une activité secondaire plutôt qu’une face à face avec les mauvais acteurs. Cette approche appelait les organismes sans but lucratif à renoncer à l'extrémisme et au financement de la terreur, même lorsque les superviseurs les soupçonnaient fortement de s'engager dans cette activité. Apparemment, c’est ce soit ce que le rapport du Groupe d'action financière appelle «la cible sensible».

Le virement bureaucratique concernant la poursuite active des organismes de bienfaisance/terroristes s’est prolongé sur plusieurs années. Dans les premières années, le Trésor et le FBI avaient travaillé ensemble pour compter quelques-uns de leurs plus grands succès. En 2006, les divisions de la sécurité nationale et de l'impôt du ministère de la Justice, en collaboration avec l'IRS et le FBI, ont formé un groupe de travail pour cibler des organismes de bienfaisance exempts d'impôt soupçonnés de financer des organisations terroristes internationales. Il incluait également des représentants du Trésor et du Commandement central du Pentagone, couvrant le Moyen-Orient. Le groupe de travail a notamment suivi les anciens employés et les donateurs d'organismes de bienfaisance qui étaient auparavant impliqués dans le financement du terrorisme - une entreprise cruciale, vu que les bailleurs de fonds terroristes réorganisent constamment leur structure opérationnelle, parfois leurs noms, pour échapper à la loi.

En 2007, la stratégie de ce groupe de travail est entrée dans un projet de plan national de lutte contre le financement du terrorisme. Le groupe de travail a appuyé un certain nombre de poursuites avec succès contre des organismes de bienfaisance abusifs. Mais tout s'est arrêté brusquement peu de temps après la prise de fonction du président Barack Obama.

Entre temps, les enquêtes nationales du Trésor ont fléchi, principalement en raison de la montée des contestations juridiques sur la constitutionnalité de ces actions. En effet, le risque d'un litige prolongé sur chaque désignation semblait l'emporter sur les gains. Finalement, comme l'a dit un haut responsable du financement du terrorisme du Trésor, «nous avons vraiment cessé de faire des désignations nationales. La probabilité que le Trésor reprenne les désignations nationales est maintenant quelque part entre mince et nulle.

Bien sûr, le travail de lutte contre le financement du terrorisme à l'intérieur des États-Unis n'a pas cessé. C'est maintenant tout à fait du ressort du ministère de la Justice. Les cas sélectionnés contre les individus ont gagné en traction et les complots, perturbés. Mais les organismes de bienfaisance nationaux, que ce soit en raison d'une pénurie de cibles ou d'une décision politique, sont restés à l'écart.

Le Trésor, quant à lui, continue de sanctionner agressivement les entités à l'étranger, et cela contribue à freiner le financement du terrorisme dans le monde entier. Mais il est difficile de comprendre comment nos partenaires internationaux nous prendront au sérieux si cet écart flagrant persiste. En effet, pourquoi devraient-ils se sentir obligés de réprimer leurs problèmes de financement terroriste si nous ne nous occupons pas du nôtre ?

La balle est à présent dans la cour de la Maison Blanche et le ministère de la Justice. Au sein des nombreuses demandes concurrentes de la transition présidentielle, cette question peut ne pas être sur le radar de l'administration. Mais elle devrait l’être. En effet, il serait surprenant que les groupes terroristes n'aient pas exploité cette opportunité. Il est temps de remettre nos professionnels de la sécurité nationale au travail sur ce problème crucial.

Http://schanzer.pundicity.com/19760/restarting-the-fight-against-terror-funding

Partager cet article

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans La Libellule
commenter cet article

commentaires

Richard C. 28/03/2017 23:25

L'oxymore d'organisation de bienfaisance terroriste prêterait à rire si cela n'avait causé des morts.
C'est surtout le minimum nécessaire mais ô combien insuffisant de les détruire. Trump doit continuer sur sa lancée en neutralisant les vestiges d'Obama, les juges "démocrates" et les associations anti Israeliennes et anti américaines!

PIMPRENELLE POURPRÉE 29/03/2017 06:23

Bonjour Richard, il a beaucoup de chemin a faire et surtout beaucoup de personnes qui ne manqueront pas de lui mettre les batons dans les roues. Il faut esperer qu'il soit en mesure de tenir le coup... son initiative de renouveler les negociations avec les palestiniens n'annonce rien de bon. Hag Sameach

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée