Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

19 avril 2017 3 19 /04 /avril /2017 05:32

L’UNRWA entend modifier les programmes scolaires de Cisjordanie et Gaza ; l’Autorité palestinienne et le Hamas s’y opposent

De récents rapports de presse font état de la volonté de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient (UNRWA) d’introduire des changements dans les programmes scolaires des écoles de Cisjordanie et de Gaza. Ces modifications, qui seraient intégrées graduellement, concernent différents sujets tant politiques que socioculturels, et comprennent l’élimination de contenus que l’UNRWA juge contraires au principe de neutralité politique : des cartes montrant la Palestine s’étendant de la rivière du Jourdain à la mer Méditerranée ou des références au conflit palestino-israélien dans des cours sans rapport avec le sujet. D’autres changements tentent de donner plus de place aux filles, et incluent le remplacement de photos de garçons par des photos de filles ou de garçons et de filles pris ensemble.

Les changements proposés ont suscité une vague d’opposition de la part des Palestiniens, au motif qu’ils dénatureraient l’identité palestinienne et serviraient les intérêts d’Israël, qui accuserait l’Autorité palestinienne (AP) d’incitation à la haine. Leur objectif à long terme serait d’inculquer aux élèves une culture de normalisation et de coexistence avec Israël et de les éloigner de la résistance à l’occupation.

Le ministère de l’Education de l’AP a rejeté le programme de l’UNRWA qu’il a même menacée de poursuivre en justice. Le ministre de l’Éducation de l’AP, Sabri Saidam, a souligné que les Palestiniens aspiraient à une « éducation qui les libérera » de l’occupation. Le ministère a également organisé un atelier auquel ont participé des responsables de l’AP ainsi que d’éminentes personnalités arabes israéliennes, où les orateurs ont contré les accusations d’Israël d’incitation à la haine dans les manuels scolaires palestiniens. Le membre de la Knesset Ahmed Tibi a déclaré que « c’est le droit des Palestiniens sous occupation d’inciter[à la haine] contre elle ». La députée Hanin Al-Zoabi a déclaré, dans la même veine, que « l’incitation contre l’occupation et ses crimes n’est pas seulement un droit, mais une obligation humaine ».

Le Hamas, ainsi que les employés de l’UNRWA et les comités de parents des écoles de l’UNRWA, ont également protesté contre les changements proposés, affirmant qu’ils représentent un grave danger pour le système éducatif palestinien et qu’ils servent les intérêts des États-Unis et d’Israël. À Gaza, des manifestations ont été organisées contre ce projet de l’UNRWA.

Changements proposés : retrait des cartes présentant la Palestine s’étendant de la rivière à la mer, desphotos de soldats israéliens, de références à « l’occupation » et à la « barrière de séparation »

Selon des articles publiés dans les médias palestiniens, la présidence générale de l’UNRWA à Amman a informé les branches de Gaza des changements proposés, déclarant qu’ils seront dans un premier temps incorporés aux programmes du CP au CM1 – dans la deuxième moitié de l’année 2017, et par la suite aux programmes de collège et de lycée [1]. Les articles précisent également que l’UNRWA prévoit quelque 50 changements dans les manuels des diverses matières, y compris dans les manuels d’arabe, d’études islamiques, de mathématiques, de sciences sociales, de sciences et d’anglais. [2]

Comme indiqué, la plupart des changements prévus touchent à des questions politiques et entendent supprimer les contenus qui ignorent l’existence d’Israël et/ou font référence au conflit israélo-palestinien dans des cours sans rapport avec le sujet. Par exemple, l’UNRWA souhaiterait supprimer une carte de la Palestine s’étendant de la rivière à la mer qui apparaît dans plusieurs manuels scolaires, en encore des expressions telles que « occupation », « soldats de l’occupation », « prisonniers » et « barrière de séparation » des exercices de mathématiques ou d’arabe.

Un site palestinien rapporte que des ateliers ont déjà été organisés l’an dernier, avec la participation de dizaines d’enseignants, pour les informer des changements et préparer leur introduction. [3]

Ci-dessous quelques exemples ds changements proposés, tels que rapportés par le site palestinien Alray.ps le 16 mars 2017 :

« Le changement : retirer une carte de la Palestine [de la rivière à la mer] d’un manuel du CM1 ». La carte accompagne un poème intitulé « Bonjour, patrie ».

 

(Photo : Alray.ps, 16 mars 2017)

« Le changement : remplacer la carte de la Palestine [de la rivière à la mer] par une photo différente dans un manuel de CE1 ». La carte accompagne un poème intitulé « Nous vous saluons, nos collines ». Le texte en anglais, vraisemblablement fourni par l’UNRWA, fait valoir un « problème de neutralité : un poème illustré par une carte d’histoire dans un contexte non historique » et suggère de remplacer la carte par une photo de collines palestiniennes.

 

(Photo : Alray.ps, 16 mars 2017)

« Le changement : remplacer une carte de la Palestine [de la rivière à la mer] par des photos d’un oiseau et d’une citrouille dans un manuel d’arabe de CP ». La carte est utilisée pour enseigner la transcription du son « t », tel qu’on l’entend dans le mot « Falastine » (Palestine). Le texte en anglais suggère d’enseigner ce son en utilisant d’autres mots ou en utilisant le mot « Falastine », mais sans l’illustrer par la carte.

 

(Photo : Alray.ps, 16 mars 2017)

« Le changement : supprimer un exercice qui évoque ‘l’occupation’, la ‘Mosquée Al-Aqsa’ et les ‘postes de contrôle de l’armée’ dans un cours de mathématiques du CE1. »

 

(Photo : Alray.ps, 16 mars 2017)

« Le changement : supprimer un exercice sur la Journée du prisonnier palestinien d’un cours d’études nationales de CE2 »

.

 

(Photo : Alray.ps, 16 mars 2017)

« Le changement : supprimer l’expression ‘bulldozers de l’occupation’ d’un cours d’arabe du CE1. »

 

(Photo : Alray.ps, 16 mars 2017)

« Le changement : remplacer le texte ‘Jérusalem est la capitale de l’État de Palestine’ par ‘Jérusalem est une ville sainte pour les religions abrahamiques’ dans un cours d’arabe du CM1. »

 

(Photo : Alray.ps, 16 mars 2017)

« Le changement : remplacer les mots ‘le prisonnier’, ‘le détenu’ et ‘la prison’ par les mots ‘le prince’ et ‘l’hôtel de ville’ dans un cours d’arabe du CE1. »

 

(Photo : Alray.ps, 16 mars 2017)

« Le changement : supprimer le mot ‘occupation’ d’un cours d’arabe du CE1. »

 

(Photo : Alray.ps, 16 mars 2017)

« Le changement : retirer la photo d’un soldat israélien [d’une illustration d’un] cours d’arabe de CE1. »

 

(Photo : Alray.ps, 16 mars 2017)

« Le changement : remplacer une photo de ‘la barrière raciste [de séparation]’ par la photo d’une cascade dans un cours d’arabe du CP. »

 

 

(Photo : Alray.ps, 16 mars 2017)

« Le changement : supprimer les noms de lieu ‘Jérusalem’, ‘Vallée du Jourdain’ et ‘Haïfa’ d’un cours de science de CM1 et les remplacer par des références à des villes de Cisjordanie et de Gaza. »

 

(Photo : Alray.ps, 16 mars 2017)

L’agence de presse palestinienne Maan a mis en ligne sur son site Web une liste des changements proposés et transmis par l’UNRWA aux écoles. Parmi les changements liés au genre : « remplacer la photo des garçons par une photo de filles » ; « remplacer la photo d’hommes qui prient par une photo de femmes qui prient » ; « remplacer la photo de garçons jouant au football par une photo incluant garçons et filles jouant ensemble » ; « remplacer la photo des filles qui jouent avec des animaux par une photo de garçons et de filles jouant avec des animaux » ; « remplacer la photo de garçons qui s’intéressent à l’environnement par une photo de garçons et de filles qui s’intéressent à ce sujet » ; « remplacer la photo d’hommes faisant la fête dans un mariage par une photo d’hommes et de femmes festoyant ensemble ».

Parmi les changements dans le domaine politique : « retirer toute mention de l’occupation israélienne et d’affrontements incluant des pertes humaines » ; « supprimer le texte qui désigne Jérusalem comme la capitale de la Palestine » ; « retirer une photo de soldats israéliens démolissant une maison et la remplacer par des photos qui établissent une comparaison entre maison moderne et maison rustique » ; « remplacer un texte intitulé ‘Nous reconstruirons et reconstruirons encore’ sur un bulldozer démolissant une maison par un texte intitulé ‘Nous construirons et ne détruirons pas’, sur une vieille maison à Jérusalem » ; « supprimer un passage sur les mesures prises par l’occupation contre les pêcheurs de Gaza » ; « remplacer un poème intitulé ‘La terre de l’honorable’ sur le sacrifice pour expulser l’occupant étranger par un texte intitulé ‘Le Saint des Saints’ qui ne mentionne pas le sacrifice » ; « retirer la photo d’une fille effrayée par des soldats par celle de la construction d’une maison et d’un garçon disant à son père : ‘ô père, nous sommes une nation qui construit et ne détruit pas’ » ; « supprimer le texte ‘école saisie par l’occupation et transformée en colonie’ ».

 

La liste des changements transmis aux écoles (Photo : Maannews.net, 24 mars 2017)

 

 

Lire le rapport dans son intégralité en anglais

* C. Jacob est chargé de recherche à MEMRI.

Notes :

[1] Al-Risala (Gaza), 23 mars 2017.

[2] Alwatanvoice.com, 26 mars 2017.

[3] Alwatanvoice.com, 26 mars 2017.

[4] Al-Quds (Jérusalem), 24 mars 2017.

[5] Al-Ayyam (AP), 23 mars 2017.

[6] Alwatanvoice.com, 26 mars 2017.

[7] Al-Risala (Gaza), le 23 mars 2017.

[8] Al-Risala (Gaza), le 16 mars 2017.

[9] Al-Risala (Gaza), le 23 mars 2017.

[10] Maannews.net, le 24 mars 2017.

[11] Alray.ps, 16 mars 2017.

[12] Alwatanvoice.com, 26 mars 2017.

[13] Palinfo.com, le 29 mars 2017.

[14] Al-Quds (Jérusalem), 21 mars 2017.

Partager cet article

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article

commentaires

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée