Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 21:37

Et si on envoyait Manon Müller à Gaza…

Publié le 30 mai 2017 - par 

 

Esclaves sexuelles européennes, à l’époque des Barbaresques.

Il y eut Boadicée, Jeanne d’Arc, Lucie Aubrac… Selon un antique adage, le Ciel envoie à chaque génération une femme d’exception, une égérie, une icône pour faire triompher la liberté. Que nos péchés doivent être grands pour que le Bon Dieu ait gratifié notre époque de (ecce bobo) Manon Müller.Jawohl!

Encore élève de terminale à 21 ans, cette jeune mélenchonnette se dit« humaniste » et « tolérante ». Tellement tolérante qu’elle prend la tête d’une bande de trois potes désœuvrés pour fronder contre Marie-Jeanne Vincent, professeur de lettres au lycée Berthelot, qui se présente dans la 7ecirconscription du Pas-de-Calais sous l’étiquette Civitas. Inacceptable pour cette pimpante humaniste qui réclame des « sanctions » contre sa fasciste de prof, allant jusqu’à alerter l’Éducation nationale et la LICRA.

Être nationaliste serait, selon elle, « contraire aux valeurs républicaines de l’Éducation nationale ». Et les médias locaux (dont la partialité n’est plus à prouver) de tendre complaisamment le micro à la demoiselle, saluant son« engagement » en faveur de la démocratie.

Quand Riposte Laïque ose se moquer de cette bande de gavroches bourgeois et de leur initiative totalement antidémocratique, l’insoumise Manon prend la mouche et menace de nous traîner devant les tribunaux rouges de la République. De prétendues « menaces de mort » auraient été proférées à son encontre dans les commentaires… Difficile à croire quand on sait que les modérateurs de Riposte Laïque font particulièrement attention à ne rien laisser passer qui soit injurieux ou menaçant.

Se fendant d’une lettre qui se voulait pompeuse, la lycéenne n’a fait que s’y ridiculiser en démontrant son propre illettrisme, ce qu’ont admirablement souligné Lucette Jeanpierre et Martin Moisan. Dans une syntaxe épouvantable, elle nous y accuse notamment de diffuser des « dégradations morales » contre elle et ses amis… Un énième procès vient donc s’ajouter sur notre tableau de bord, déjà bien chargé en la matière. Nos avocats seront, j’en suis convaincu, à l’avant-garde pour porter l’estocade et rétablir l’honneur de notre site.

Seule la justice peut décider si nous sommes effectivement coupables ou non. Je propose cependant à Mlle Müller de régler l’affaire à l’amiable. Qu’elle retire sa plainte, et nous lui offrirons, en guise de compensation, un séjour de quelques mois à Gaza.

Pour cette palestiniste, ce sera tout bénef. En effet, sur sa page Facebook, la jeune fille (qui se dit juive) affirme un soutien indéfectible à la « cause » palestinienne et milite pour la reconnaissance de ce territoire en partie contrôlé par le Hamas qui veut « éradiquer Israël »… Mais c’est Civitas qui est antisémite.

Ce séjour permettra à notre amie Manon de découvrir le véritable sens des mots « humanisme » et « compassion », surtout si elle a la chance d’assister à une séance de lapidation ou d’abattage halal. A moins qu’elle n’ait la joie de participer à ces soirées palestiniennes où l’on fête la mort d’Israéliens tués par le Hamas. A coups de kalachnikov, il est coutume de tirer autant de salves qu’il y a eu de victimes, le tout sur fond de danses et de hululements typiques, dans l’odeur exquise des gâteaux en forme de croix gammée qui cuisent dans des fours.

En outre, puisque la diversité du corps enseignant la dérange, elle en sera aussi pour ses frais si elle a la chance de fréquenter une école coranique; tous ses professeurs penseront pareillement. Elle n’aura donc pas à s’inquiéter d’un possible intégrisme chrétien de la part du corps enseignant. Et elle n’aura pas le loisir de dire publiquement qu’elle « emmerde » ses profs, comme elle l’a fait sur sa page Facebook… au risque de recevoir quelques coups de fouet en vertu de la charia, ce qui, ma foi, ne serait peut-être pas une si mauvaise idée…

Cette militante de gauche oublie allègrement qu’un fonctionnaire est embauché à vie et, qu’à moins d’une faute grave, il ne peut être licencié. Or, se présenter sous une étiquette nationaliste n’est pas une faute grave, ni une faute tout court. Manon, prêtresse de la tolérance, voudrait que l’enseignement soit « réservé aux gens ouverts d’esprit ». Il ne suffirait donc plus d’avoir un master et de passer l’agrégation pour pouvoir monter sur une chaire professorale et dispenser son savoir aux apprenants : il faudrait en outre s’assurer que l’enseignant n’est pas un fasciste à l’esprit fermé. C’est bien connu : un gaucho incompétent vaut mieux que deux fachos lettrés.

Pauvre Manon, qui voulait être rebelle; elle ne sera qu’une idiote utile d’un Système qu’elle prétend combattre. On comprend aisément qu’elle s’en prenne à sa prof de lettres, elle qui brille par son pauvre vocabulaire et ses psittacismes laborieusement appris dans les réunions du Parti.

En janvier, j’avais pris la plume pour moquer une obscure féministe qui tentait de faire licencier un technicien informatique qui l’avait draguée. Le cas Müller y ressemble étrangement. Non seulement parce que la demoiselle est aussi une gauchiste patentée, mais encore parce qu’il s’agit d’un même procédé : nuire à quelqu’un au nom d’une idéologie pseudo-progressiste, pseudo-féministe et pseudo-tolérante. Mlle Müller pousse cependant le vice au-delà : en effet, ladite enseignante n’a (ni de près, ni de loin) indisposé cette élève qui – pour le seul désir de se faire mousser et de nuire – va jusqu’à réclamer le licenciement d’une dame bien notée par sa hiérarchie et appréciée de ses élèves, qui a consacré plus de vingt années de sa vie à enseigner.

Ces cas de gauchistes voulant pourrir la vie d’autrui par idéologie sont répandus. Car, à l’instar du chat qui torture ses proies avant de les tuer, le gaucho aime briser sa victime et faire de sa vie un calvaire, afin de la « rééduquer » à la soviétique. Le roman La Plaisanterie de Milan Kundera traduit bien cette volonté de réification : Ludvik, jeune étudiant tchécoslovaque, est renvoyé du Parti et de l’Université et incorporé de force dans l’armée pour une simple blague écrite à une fille qu’il courtisait, qui s’est avérée être une communiste convaincue n’appréciant que peu les blagues sur le régime.

Nicolas Kirkitadze

Partager cet article

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article

commentaires

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée