Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 13:40

La France s’africanise, la Françafrique, c’est chez nous…

Publié le 18 mai 2017 - par  

http://static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2017/04/macron-au-ballon.jpg

La France est en voie « d’africanisation », peut-être pour le meilleur dans le futur, mais pour le pire vraisemblablement dans l’immédiat !

Sa population s’africanise, comme le prouve l’augmentation du pourcentage de nouveau-nés susceptibles d’être atteints de drépanocytose (1). Et cela va s’amplifier, car le déséquilibre entre une Europe vieillissante et stérile face à une Afrique jeune et féconde ne laisse planer aucun doute. S’il « n’est de richesse et de force que d’hommes » (2), il faut porter une attention toute particulière à la valeur de leur éducation, car le problème n’est pas le métissage biologique mais la désagrégation de notre société par la diffusion non contrôlée de traditions incompatibles. En génétique comme en sociologie, la fécondité d’une union peut pâtir aussi bien d’une trop grande proximité que d’une trop grande divergence de caractères.

Sa vie politique s’africanise avec la juxtaposition de communautés vivant quasiment en ghettos et l’apparition du vote communautaire, comme le vote « musulman » qui s’est porté à 92% en faveur de Macron (3). Je vois poindre le spectre d’une « libanisation » avec plusieurs peuples en conflit pour un même territoire et celui de l’ethno-mathématique électorale africaine décrite par l’historien Bernard Lugan (4) : chaque communauté votant pour les siens, la plus nombreuse accapare indéfiniment le pouvoir, ce qui ne peut pousser les autres qu’à la rébellion et à la guerre. Corruption et népotisme ne se cacheront bientôt même plus !

Sa vie économique s’africanise avec la désertification des campagnes et l’exploitation prédatrice de ses biens par de grandes multinationales. Affaiblir l’État, saper les règles sociales et les structures familiales traditionnelles, ruiner le pays, exploiter les populations, corrompre les uns et opprimer les autres, fomenter des coups d’État, voilà ce que font depuis des décennies les grandes multinationales en Afrique au seul profit d’une oligarchie. Et je vois poindre cela en France dans la manipulation évidente des élections présidentielles de 2017 par un pouvoir financier international, avec la bénédiction de Bruxelles.

Notre monde se meurt de la prédation d’une économie obnubilée par la rentabilité immédiate sans tenir compte des conséquences. Et notre pays se meurt du poison de l’idéologie soixante-huitarde, idolâtrant l’individualisme et la jouissance immédiate sans limites ni contraintes. Une société ne peut prospérer durablement sur ces bases …Mais ne nous trompons pas d’ennemis : nous combattons les idéologies, pas les êtres humains; la folie de la dérégulation libérale, pas ses esclaves; le fascisme islamique, pas les mahométans ! Quels sont les principes fondamentaux permettant de réussir une « créolisation » de la société, c’est-à-dire de façonner l’inédit en puisant au meilleur de chaque partie, comme le jazz, né de la rencontre de rythmes africains et d’instruments de musique européens ? Pour arriver à un tel résultat, il faut une grande ouverture d’esprit et beaucoup de sagesse … Peut-être devrions-nous tendre l’oreille à la voix d’un exilé, Mirza Husayn Ali Nouri (5), qui s’éleva il y a 150 ans dans les déserts du Moyen-Orient :

« La terre n’est qu’un seul pays, et tous les êtres humains en sont les citoyens (…) ne vous regardez donc plus comme des étrangers. Vous êtes les fruits d’un même arbre, les feuilles d’une même branche. »

« Voyez en l’homme une mine riche en gemmes d’une inestimable valeur. Mais seule l’éducation peut révéler les trésors de cette mine et permettre à l’humanité d’en profiter. »

« Ce qui éduque le monde, c’est la justice, soutenue par deux piliers, la récompense et la punition. Ces deux piliers sont les sources de vie pour le monde. (…) Quiconque s’attache à la justice ne peut, en aucune circonstance dépasser les bornes de la modération. Il discerne la vérité en toutes choses. (…) La civilisation d’où découle tant de bien lorsqu’elle reste modérée deviendra, si elle est portée à l’excès, une source aussi abondante de mal. (…) Considérez l’étroitesse d’esprit des hommes. Ils demandent ce qui leur est nuisible et rejettent ce qui leur est profitable. Ils sont vraiment de ceux qui s’égarent. Nous en trouvons quelques-uns qui désirent la liberté et s’en font gloire. De tels hommes sont plongés dans les abîmes de l’ignorance. A la fin, la liberté doit conduire à la sédition dont personne ne peut étouffer les flammes. (…) Sachez que l’animal est l’incarnation et le symbole de la liberté. Ce qui convient à l’homme, c’est de se soumettre à ces contraintes qui le protégeront de sa propre ignorance et le garderont du mal causé par les semeurs de discorde. La liberté pousse l’homme à dépasser les limites de la bienséance et à porter atteinte à la dignité de sa condition. Elle l’abaisse au dernier degré de la dépravation et de la méchanceté. »

« La haine et le fanatisme religieux sont un feu dévorant dont nul ne saurait étouffer la violence. (…) L’objet fondamental de la foi de Dieu et de sa religion est de sauvegarder les intérêts de la race humaine, d’établir son unité et de développer entre les hommes l’esprit d’amour et de fraternité. Ne souffrez pas que cette foi devienne, parmi vous, une source de trouble et de discorde, de haine et d’inimitié. Tel est le droit chemin que vous devez suivre, la fondation immuable sur laquelle vous devez bâtir. Tout ce que vous édifierez sur de tels fondements, les chances et les vicissitudes de ce monde n’en pourront entamer la résistance, ni le cours des siècles innombrables en miner la structure. »

Levons-nous tous pour entrer en résistance, soyons fiers de transmettre nos héritages et redonnons leurs lettres de noblesse à l’effort, au courage et à l’abnégation dans le service du bien commun ! Sans plus de honte ni de peur, ordonnons et récompensons ce qui est bien, interdisons et punissons ce qui est mal, pour construire un socle commun inébranlable permettant à chaque être humain d’apporter sa pierre à l’édifice.

Nous aurons certainement besoin de liberté, d’égalité, de fraternité, de laïcité…mais surtout de beaucoup d’humanité !

Eric Coffinet

Partager cet article

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article

commentaires

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée