Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 00:12

Le commissaire général de l’UNRWA : Nous ne prévoyons pas de changements des programmes dans nos écoles

 

L’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) a récemment annoncé qu’il ne prévoyait pas de changement ses programmes scolaires en Cisjordanie et à Gaza. Cette annonce fait suite aux informations, couvertes de manière intensive dans un rapport en français de MEMRI, concernant un projet de l’UNRWA d’effectuer des changements de programme dans différentes matières, destinés à supprimer les préjugés politiques et discriminations sexuelles.

La réforme envisagée visait à retirer les éléments que l’UNRWA considère comme incompatibles avec sa neutralité proclamée dans le conflit israélo-palestinien. Les changements incluaient le retrait de cartes montrant la Palestine de la mer au Jourdain, et le retrait de références à des sujets politiquement sensibles dans les cours sur des sujets sans rapport. D’autres changements étaient destinés à favoriser la mixité, en remplaçant les photos de garçons et d’hommes par des photos de filles et de femmes ou montrant des membres des deux sexes ensemble.

Le rapport de MEMRI examinait l’opposition généralisée au projet au sein de l’AP et du Hamas, lesquels affirmaient qu’une telle initiative déformait l’identité palestinienne et servait les intérêts d’Israël. Différentes personnalités ont souligné l’importance de laisser les programmes intacts, et le ministre de l’Education de l’AP a déclaré : « Nous voulons une éducation qui créera la libération [de l’occupation]. » [1]

Le ministre de l’Education de l’AP : « Tout changement des programmes palestiniens équivaudrait à une violation flagrante des lois des pays d’accueil »

Suite aux informations sur les changements des programmes prévus par l’UNRWA, des officiels de l’AP ont renforcé leur opposition au projet. Le 16 avril 2017, le ministre de l’Education de l’AP a annoncé la suspension des contacts avec l’UNRWA au sujet de la réforme planifiée.[2] Selon un communiqué, publié sur le site web du ministère de l’Education, « tout changement des programmes palestiniens équivaudrait à une violation flagrante des lois des pays d’accueil » et « la modification d’une seule lettre des programmes pour apaiser certains éléments équivaut à une trahison du narratif palestinien et du droit du peuple palestinien sous occupation de protéger son identité et son combat. » [3]

L’UNRWA : Nous enseignons les programmes des pays d’accueil dans nos écoles

Deux jours après la menace du ministère de l’Education de suspendre les contacts avec l’UNRWA, l’organisation a annoncé qu’elle n’avait pas l’intention de modifier les programmes dans les écoles sous sa direction. Après la rencontre avec le Premier ministre palestinien, Rami Al-Hamdallah, le Commissaire général de l’UNRWA Pierre Krähenbühl a précisé que « conformément à sa pratique depuis les années 1950, fondée sur un accord avec l’UNESCO, l’UNRWA enseigne les programmes des pays d’accueil dans ses écoles ». [4]

Le ministre de l’Education de l’AP Sabri Saidam a rencontré Krähenbühl le même jour, et déclaré par la suite que l’UNRWA avait souligné son engagement total à enseigner les programmes palestiniens. Il a précisé qu’il n’y avait pas de crise entre le ministère et l’UNRWA, soulignant les liens « forts » et « historiques » entre eux et leur souhait de renforcer ces liens en vue d’améliorer l’éducation des réfugiés palestiniens. Il a ajouté qu’il avait été convenu de tenir des réunions dans l’objectif de garantir une bonne éducation pour les enfants palestiniens à travers le monde. Il a souligné le besoin de respecter les programmes nationaux et d’empêcher toute tentative visant à miner leur contenu.[5]

Les informations concernant la réforme planifiée des programmes seraient peut-être motivées par les difficultés financières rencontrées par l’UNRWA et destinées à aider à lever des fonds.[6]

Notons qu’en août 2009, des informations ont fait état d’un projet de l’UNRWA visant à inclure un chapitre sur l’Holocauste dans ses programmes, mais l’UNRWA a ensuite retiré ce projet (voir le rapport de MEMRI à ce sujet). Le directeur des opérations de l’UNRWA John Ging a déclaré le 2 septembre 2009 : « Il est inconcevable que les étudiants palestiniens étudient l’Holocauste, alors qu’Israël a supprimé tout ce qui est lié à la Palestine dans les programmes de toutes les écoles dans son territoire de 1948… [L’UNRWA] n’a pas l’intention d’intégrer [dans ses programmes] des contenus ou sujets contraires aux aspirations de la société palestinienne. »

Lien vers le rapport en anglais

Notes :

[1] Al-Ayyam (AP), 23 mars 2017.

[2] Paltimes.net, 18 avril 2017.

[3] Moehe.gov.ps, 13 avril 2017.

[4] Unrwa.org, 17 avril 2017.

[5] Paltoday.ps, 19 avril.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article

commentaires

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée