Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

2 juin 2017 5 02 /06 /juin /2017 09:57

LA PROCHAINE GRANDE GUERRE EUROPÉENNE

Des milliers de terroristes et des milliers de soldats.

http://www.frontpagemag.com/sites/default/files/styles/article_full/public/uploads/2017/06/open-or-die-in-colour.jpg?itok=ngg9WI5I

Daniel Greenfield

Adaptation

Thérèse Zrihen-Dvir

En Amérique, on compte au moins 2,000 cas. C'est ce que Comey, ancien directeur du FBI nous révèle dans son témoignage sans que cela ne cause un moindre remous. Alors que les médias décortiquent chaque point et virgule de la déclaration de Comey pour renforcer leurs théories de conspiration électorale, ce nombre sidérant est sciemment voilé.

Comey a déclaré qu’environ 2,000 enquêtes sur le terrorisme étaient en cours. 1,000 d'entre elles résultaient d'un «extrémisme violent de maison» sans aucune preuve de contact ou lien avec des terroristes étrangers. Les 1,000 restants maintenaient «un certain contact avec des terroristes étrangers». 300 de ces 2,000 étaient venus en Amérique en qualité de réfugiés.

Les deux tiers des terroristes réfugiés étaient d'origine irakienne. L'autre tiers était principalement issu des six pays figurant sur la liste de restriction du président Trump, que les juges militants gauchistes ont inconstitutionnellement bloquée.

Il y a deux ans, Comey recensait environ 900 enquêtes. Même en supposant que certains des 1,000 «extrémistes de maison» ne soient pas des terroristes musulmans - c'est toujours un quota stupéfiant et choquant. À l'époque, précisait Comey, le FBI avait de sérieux problèmes avec l'ampleur des enquêtes dans chaque état. « Si cela allait devenir une norme nouvelle, il serait difficile de la perpétuer ».

La nouvelle norme ne fait que s'aggraver.

Ces 2,000 enquêtes représentent des « cas actifs ». Mais lorsqu'une investigation ne donne pas des résultats concrets, l’affaire est close. Le FBI a enquêté sur Omar Mateen avant que ce dernier ne perpétue le massacre du Pulse d’Orlando où le réfugié de seconde génération, a assassiné 49 personnes, tout en hurlant, «au nom d'Allah, le miséricordieux».

Une enquête préliminaire doit prendre fin en six mois, ou tout au plus, un an. L'enquête de Mateen a été terminée au printemps de 2014, et par conséquent son nom disparut de la liste de suspects de terrorisme.

Deux ans plus tard, il frappait.

Ces 2,000 cas ne sont que la pointe visible d'un iceberg géant. Au-dessous de ces 2,000 cas figurent le plus grand nombre de terroristes potentiels qui, comme Mateen, n’existent plus sur la liste de terroristes potentiels.

Mais passons à l’Europe :

Au Royaume-Uni, 3,000 terroristes potentiels ont été examinés, alors que 20,000 autres représentaient «des éléments intéressants/suspects ». Aux USA, nous ignorons leur quantité qui à mon avis, se trouve dans la même marge que l’Angleterre. Dans ce cas, nous devons avoir plus de 20,000 terroristes potentiels. À cela il faut ajouter un troisième chiffre d’individus qui n’ont jamais été reportés sur la liste radar.

Face à ces chiffres, le MI5 (Unité militaire responsable de la protection du Royaume-Uni contre les menaces de sécurité nationale) compte 4,000 collaborateurs. Une seule petite fraction de cette unité est chargée du contre-terrorisme dans la branche G du MI5. Le Commandement contre le terrorisme de Londres compte un effectif de 1,500 personnes. L'unité de lutte contre le terrorisme de la police du Grand Manchester comprenait une équipe de 20. Ces chiffres sont évidemment insuffisants. Mais quel chiffre pourrait l’être ?

L'armée britannique peut déverser 10,000 soldats dans les rues d’une ville après une attaque terroriste. Après celle de Manchester, 5,000 soldats ont été déployés. Les forces spéciales de SAS auraient été positionnées en permanence à Londres. L'armée a été déployée pour la première fois à l’époque où Tony Blair dépêchait des blindés pour sécuriser l'aéroport d'Heathrow après une menace terroriste islamique. Le déploiement militaire est donc devenu la nouvelle norme.

La France a déployé 10,000 soldats pour surveiller les villes après les attaques de Paris. L'opération Sentinelle est depuis deux ans toujours active. Les soldats qui patrouillent Paris reçoivent une médaille pour la protection du territoire. La moitié des soldats français déployés patrouillent les rues de Paris et d'autres villes.

La Belgique et l'Italie ont également déployé des troupes à Bruxelles et à Rome en 2015.

Les forces déployées comprennent des noms tels que le 35e régiment d'infanterie française, l'un des régiments les plus anciens du pays avec une histoire datant du 17ème siècle, les gardes irlandaises à Whitehall et les Chasseurs Ardennais légendaires en Belgique. Ce n'est plus de l’anti-terrorisme. C'est une guerre.

En 2015, l'année du plus grand nombre déploiement militaire, il y eut 211 complots terroristes dans les pays de l'Union Européenne. Ces attaques ont moissonnés 151 vies et ont laissé 360 blessés. On compte 1,077 incarcérations de terroristes.

Ces chiffres reflètent ceux d'Irak, et ils ne cessent de croître.

Obama a tenté de faire du terrorisme islamique, un acte criminel. Mais lorsque des soldats sont déployés dans les grandes villes, il ne s’agit plus d’acte criminel, il s’agit d’une insurrection. L'insurrection islamique d'Irak a été exportée vers l'Amérique par des réfugiés irakiens comme nous le prouvent les chiffres du FBI. Les insurrections islamiques du Pakistan, de la Libye et de l'Algérie ont été exportées vers l'Europe de la même manière. L'immigration islamique a amené son insurrection sur notre sol.

Ces insurrections se forment autour des centres de population musulmane. La population musulmane de Manchester a presque doublé en une décennie. Vers la fin de cette décennie, un complot musulman de bombarder un centre commercial à Manchester lors de la fête de Pâques a été déjoué, mais une nouvelle tentative a pleinement réussi. Ces insurrections ne sont pas un problème de police. Elles constituent une menace militaire.

Un réseau terroriste musulman à Londres, à Paris ou à New York est une question militaire aussi importante que celle de Bagdad ou de Beyrouth. L'infrastructure des enquêtes et des procès mise en place pour lutter contre ces réseaux ne convient absolument pas à la nature du problème du terrorisme islamique et est totalement submergée par sa croissante ampleur.

La question que nous devons nous poser est : Allons-nous transformer nos villes en Bagdad avec des milliers de soldats patrouillant nos rues ? Le surcroît des insurrections domestiques musulmanes ne laisserait même aux leaders les plus libéraux, aucune autre alternative que de recourir aux mesures de guerre. Même aux USA, cela signifie le TSA, la NSA et une foule d'autres restrictions et infractions. Aucun moyen d’échapper à moins que la cause de l'insurrection ne soit ratifiée.

Si la situation perdure, l'occupation militaire de nos villes deviendra permanente.

Les grandes villes de l'Occident s’émiettent dans un labyrinthe d'opérations d'insurrection et de contre-insurrection avec des milliers de soldats dans leurs rues pour surveiller des zones vertes et s'aventurer dans des raids dans les zones interdites. Ces soldats sont parfois appelés à répondre à des attaques au lieu de patrouiller. Nous les verrons dans des postes de contrôle pour dissuader les groupes d'insurgés armés d'effectuer des attaques grandioses (Exactement comme en Israël sans Betselem comme superviseur incongru).

Les 200 complots de terroristes deviendront 2,000 et les 151 morts deviendront 1,500 morts, puis 15,000 morts. Et chaque pays occidental qui a ouvert ses portes aux « réfugiés » deviendra un autre Irak.

Comey estime que 250 américains auraient voyagé en Syrie pour joindre la révolte et l’ISIS. En Angleterre entre 850 à 2000, en France entre 500 à 900, l’Allemagne 750 et la Belgique environ 500 -  EU totalise 4,200.

S'ils survivent et reviennent, ces milliers d'insurgés ennemis formés vivront en Europe. Ils feront face à des milliers de soldats dans les rues des grandes villes déployés pour les combattre.

La première grande vague de terreur de ce siècle a été alimentée par des terroristes islamistes qui avaient combattu en Afghanistan. La plus récente vague de terreur aura des insurgés formés en Irak et en Syrie.

Les adeptes de l’accueil de réfugiés et des frontières ouvertes initient une occupation militaire et une guerre civile. Il n'y a aucun moyen de fuir ces chiffres ou d'éviter l’effet qu'ils représentent sur le terrain.

Mais contrairement à l'Irak ou à la Syrie, l'insurrection islamique n'est pas un problème propre à l’Amérique ou à l’Europe. Il s’agit d’un invité récent. Il est là depuis des décennies, pas des siècles. Nous ne pouvons pas traiter les conflits tribaux en Syrie ou en Irak, mais nous pouvons les interdire en réformant nos règles sur l'immigration.

Tous les efforts pour s'opposer aux règles migratoires proposées par le président Trump sont un vote pour plus de soldats dans les rues, et plus de voitures piégées chaque matin. La situation ne peut qu’engendrer une guerre que la gauche avait tant haïe dans les villes d’Iraq et d’Afghanistan où les activistes, les manifestants et les partisans vivent derrière des barbelés et des points de contrôle.

Le terrorisme islamique est une guerre. Le seul moyen d'arrêter cette guerre est de mettre aujourd’hui fin à l’immigration.

http://theresedvir.com/

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/

Partager cet article

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans La Libellule
commenter cet article

commentaires

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée