Les terroristes ne sont pas fous, ils sont musulmans

Quelle que soit la nature de la piste, terroriste, psychiatrique, isolée, toxicomaniaque,  il n’en demeure pas moins que les auteurs des attentats ne sont pas des créatures extraterrestres, venues d’ailleurs pour défigurer l’islam.

Qu’importe leurs antécédents psychiatriques avérés ou non, qu’importe leur état de discernement au moment du passage à l’acte, qu’importe s’ils avaient agi consciemment ou non ou étaient sous l’emprise des médicaments ou de substances illicites, la vraie question que l’on doit se poser y  a-t-il un lien intrinsèque entre l’islam et les crimes terroristes ?

La réponse est dans le Coran lui-même.

Il est superflu de se perdre dans les méandres des spéculations sémantiques car la piste n’est ni psychiatrique ni terroriste, elle est en toute évidence musulmane.

On ne qualifie pas ce qui est déjà qualifié par la religion d’appartenance des auteurs des attentats. Ils ne sont ni taoïstes, ni bouddhistes, ni hindous, ni animistes, ils sont musulmans orthodoxes.

Nul besoin de savoir s’ils présentent tel ou tel profil psychiatrique pour écarter la thèse du terrorisme et blanchir l’islam afin de rassurer l’opinion publique et éviter la diabolisation des musulmans,  on doit corréler surtout leurs actes avec leur substrat idéologique et préceptuel. Ils ne sont pas imprégnés de la mythologie grecque, ils sont façonnés et conditionnés  par l’éducation musulmane incompatible avec le monde du vivant.

Toute tentative de recherche d’atténuation de leurs responsabilites est un encouragement  aux jeunes musulmans en passe de s’engager ou qui le sont déjà dans la voie du djihad par la terreur pour gagner leur infect fardaouss, paradis, ainsi que pour 60 des leurs.  Tuer et se faire tuer pour l’ignoble cause d’Allah est leur idéal de vie, ou plutôt leur seule source de motivation pour en finir avec leurs jours en y entraînant le maximum d’innocents dans leur suicide. Même s’ils semblent aujourd’hui opter pour des modes opératoires tels voiture- bélier et armes blanches qui leur offrent des nouvelles opportunités à la sortie de leur prison psychiatrique.

Plaider la thèse de la piste psychiatrique, c’est tout simplement leur accorder un sauf-conduit, une immunité pour rendre impunis leurs crimes, une garantie de déculpabilisation, un pousse au crime, un feu vert pour aller de l’avant dans leur entreprise terroriste.

On leur fait savoir en substance,  faites le djihad  et notre justice républicaine saura vous trouver une porte de sortie en vous déclarant irresponsables pénalement. Vous n’avez plus rien à craindre nos psychiatres sauront dépénaliser vos actes au même titre qu’Allah lui-même.

À trop vouloir psychiatriser des comportements ultra-violents et jusqu’au boutistes qui s’inscrivent pourtant dans la logique du Coran et de la Sunna, on est en train de nourrir l’hydre islamique jusqu’au jour où elle finira par dévorer l’humanité tout entière et effacer ainsi toute trace de vie sur terre.