Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

22 septembre 2017 5 22 /09 /septembre /2017 07:32

Face aux islamistes, les Français ont choisi le pacifisme : c’est mort !

Publié le 21 septembre 2017 - par 

http://static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2017/07/Macron-va-aider-les-musulmans-a-envahir-la-France.png 

“Incivilités, voitures brûlées, vols, émeutes, trafic de drogue, trafic d’armes, agressions, viols collectifs…Les banlieues sont devenues des zones de non-droit.”

Ainsi s’exprimait en 2005 le commissaire Pellegrini, ex-patron de l’OCRB, dans un ouvrage sans concession, Banlieues en flammes. Il y a douze ans déjà !

Il y dénonçait le renoncement de l’État, le laxisme judiciaire, les promesses de fermeté sans lendemain. Un faux  discours musclé affiché par des candidats hypocrites dans le seul but de racoler l’électorat FN, mais très vite oublié.

Il s’alarmait de la montée du totalitarisme vert et de la barbarie des groupes radicalisés, qui s’acharnent à saper le principe de la laïcité, à combattre nos valeurs républicaines et qui représentent une lourde menace terroriste.

Il y a déjà 12 ans, ce commissaire écrivait : “A force de ne pas réguler l’immigration, de ne pas être en permanence dans les cités à cause du manque d’effectifs de la police, notre société est aujourd’hui confrontée à deux fléaux principaux : la violence urbaine et l’islamisme radical.”

Qu’ont fait nos dirigeants depuis ? Rien, puisque tout s’est aggravé dans des proportions gigantesques.

En 2005, 60 à 70% des délinquants étaient issus de l’immigration. Chiffres incontestables de la DCSP et de la DCPJ ( Direction centrale de la sécurité publique et Direction centrale de la police judiciaire ).

Où en est-on en 2017, alors que ce n’est plus la police qui traque la racaille, mais celle-ci qui attaque les policiers ouvertement pour les tuer ou les brûler vifs.

A part légiférer pour taire la vérité sur les ravages de l’immigration et maquiller systématiquement les statistiques de la délinquance, les différents gouvernements sont restés les bras ballants face à l’insécurité et sont demeurés totalement passifs face à la montée de l’intégrisme musulman.

On incite même la police à lever le pied ! Pas d’excès de zèle.

Car si  les arrestations augmentent trop, cela signifie que la délinquance s’est aggravée, ce qui ne va pas dans le sens souhaité par la hiérarchie.

En 1972, le taux d’élucidation des crimes était de 52%.

Il est inférieur à 30% aujourd’hui. Mais il y a pire !

La réponse pénale n’a aucun caractère dissuasif. Non seulement la plupart des crimes et délits ne sont pas élucidés, mais quand ils le sont, 58% des peines de prison ferme ne sont pas exécutées ! De quoi écœurer les forces de l’ordre.

Tout cela fait qu’en 2017, nos dirigeants ont perdu le contrôle de la situation.

A force de nous dire que Paris n’est pas Chicago et qu’il faut relativiser le sentiment d’insécurité, la Seine-Saint-Denis est devenue le département le plus criminogène de France et l’un des plus dangereux d’Europe.

Or, un pays qui se montre incapable de faire respecter ses lois et ses valeurs, un pays qui n’a plus le courage de défendre son héritage culturel, un pays qui a honte de son histoire, un tel pays est appelé à disparaître.

Il y a 20 ans, Jean-Claude Barreau écrivait :

“Les Français se trompent, les hommes politiques plus encore, en pensant que la France est éternelle….Elle pourrait bien succomber sans prévenir. Victime de sa faiblesse morale et de nos lâchetés.”

La prolifération  des zones de non-droit est un sujet tabou. Officiellement, il y en avait 750 en 2014. Mais combien en réalité ? 1 000, 1 500 ? Le chiffre augmente chaque jour.

Policiers, pompiers, médecins, y sont interdits de séjour et les politiques, tremblant de peur, demandent aux policiers de raser les mur​s pour éviter toute émeute qui pourrait dégénérer.

Les immeubles deviennent  des taudis lépreux et les halls sont transformés en salles de deal. La peur est omniprésente.

Partout en France se mettent en place des mini califats, où les barbus font régner l’ordre coranique  en accord avec les caïds de quartiers,  qui font prospérer leur business, aussi tranquillement que s’ils étaient au Kosovo, État mafieux par excellence.

Des milliers d’armes de guerre et d’armes de poing dorment dans les caves, en attendant la grande insurrection généralisée que les islamistes espèrent dans les années qui viennent.

Qu’attend le gouvernement pour reconquérir ces foyers islamistes ? Que le fanatisme religieux ait contaminé toute la jeunesse musulmane ?

Le désarmement moral est total. Le spectre des émeutes de 2005 plane toujours.

Cet effondrement de l’État, qui renonce à ses fonctions régaliennes et à son autorité, est flagrant en matière de lutte contre le terrorisme.

Après chaque attentat, on temporise, on minimise, par peur de l’amalgame.

Aux Kalachnikov qui sèment la mort, on oppose les fleurs et  les bougies, en clamant “même pas peur” et en rabâchant  que “l’islam, ce n’est pas ça”.

Ces doux rêveurs, vaincus d’avance, devraient lire le Coran au lieu de se complaire dans une ignorance coupable qui encourage les tueurs.

Les autorités ne savent que dire qu’il faudra désormais s’habituer  à  vivre avec la menace des attentats. Oser parler ainsi, c’est se rendre sans combattre.

Le journaliste Jean-Patrick Grumberg a parfaitement identifié le mal qui ronge la France :

“Les Français ont choisi le pacifisme et le laxisme vis-à-vis des islamistes. Ils ont choisi la réinsertion des jihadistes qui rentrent du combat en Syrie. Ils ont choisi de ne pas nommer l’ennemi, mais au contraire d’insulter ceux qui dénoncent l’islam.”

Tout est dit. La France a perdu le sens de ses valeurs ancestrales.

Son humanité, elle la réserve d’abord aux terroristes, avant les victimes.

Sa charité et sa générosité, elle les réserve aux migrants, avant nos 140 000 SDF.

Mais sa vindicte, elle la réserve à tous ceux qui se battent pour défendre l’identité française et sauver notre héritage culturel. Contre les patriotes, pas de quartier !

Pour la France, c’est la fin de l’histoire mais les Français ne le savent pas encore.

Jacques Guillemain

Partager cet article

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article

commentaires

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée