Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 08:23

L'Ère du Caméléon,

Par

Thérèse Zrihen-Dvir

 

Dans un grand nombre d'articles récents, des chroniqueurs renommés ont finalement osé définir notre époque comme étant "l'Âge de la dissimulation", "l'Âge du mensonge", du "Subterfuge", "l'ère du caméléon", si, comme nous ne cessons de le constater, les grandes cervelles de nos temps consacrent leurs énergies et leurs pouvoirs de perception et de raisonnement à échafauder des formules originales pour camoufler la vérité au public en général, et à eux-mêmes en particulier. Une de ces méthodes adoptée par l'élite universitaire post-moderne, les politiciens, les médias experts et une liste interminable d'intellectuels, est d'estomper, (jusqu'à quasi disparition) les limites de ce qui, au préalable, était communément désigné comme "Vérité", dans son interprétation la plus élémentaire.

 

Dans la science de l'interprétation régulière, il n'existe vraiment rien de tel qui puisse être appelé "vérité". Par contre, nous rencontrons trop souvent des substitutions sous des termes comme "défense juridique, hypothèse, perspective", ou ce qui est plus communément désigné de nos jours "descriptif". En jargon actuel, la "vérité" est "un terrain miné" et les standards objectifs de référence sont intervertis par un relativisme épistémologique. L'ironie est que grand nombre de nos penseurs révisionnistes célèbres savent bien définir la vérité, autrement, ils seraient logiquement disqualifiés pour établir un argument sur son interprétation.

 

Et évidemment, quand ils ne se dénaturent pas dans les rouages de la théorie, nos grands penseurs, nichant en majorité dans la traîne royale de la Gauche sociale politique, reconnaissent sublimement qu'il existe certaines vérités jugées, selon leur opinion, trop préjudiciables vis-à-vis du monde. Ils s'efforceront donc d'abroger ou de contourner ces vérités fâcheuses pour ne pas décevoir le public ou s'embrouiller dans l'embarrassante autocensure pour ne les avoir pas confrontées en temps réel. Il s'agit là évidemment du "politiquement correct". C'est la déclenche d'un décalage instinctif social et efficace pour dissimuler ce qui est clairement , à travers l'archétype du –"déni". L'idée est que ce que vous ne dites pas, n'existe pas, ou alternativement, ce que vous réécrivez comme quelque chose d'autre, devient miraculeusement une réalité. Le politiquement correct est une espèce de pensée magique. Malheureusement, nos chers grands penseurs et tous ceux qu'ils charment, sont souvent séduits par un débat chimérique dans leurs luttes diverses de détruire la vérité.

 

La "Vérité", dans ce que nous considérons la vie culturelle, a toujours été problématique et n'a, à aucun âge particulier, joui du monopole de la vertu ou de l'intelligence. Il est cependant à noter qu'en temps modernes, notre prospérité est agrémentée par une éducation universelle efficace qui facilite l'accès aux sources d'information. Journaux, livres à prix réduits, pamphlets, monographies, conférences publiques, discours, radio, télévision et Internet nous ouvrent les portes d'un monde informatique dans lequel nous nous saturons intimement.

 

Beaucoup de ces sources sont, il ne fait aucun doute, corrompues et propagandistes. Cependant et en parallèle, l'éventail du choix et la possibilité de comparer, contrastent et contribuent à dissocier le véridique et persuadant, du douteux et apocryphe, nous pourvoyant d'éléments nécessaires pour l'extraction de rapports plus rationnels. De plus, le net nous permet de déterrer une documentation originale qui nous sert de trame pour vérifier l'hyperbole et la falsification. Par conséquent, il n'existe aucune excuse pour une ignorance obstinée, des pensées imaginaires ou un préjudice aveugle, du moins pas dans une démocratie occidentale où les gouvernements censurent, et qu'une économie de subsistance ne joue aucun rôle éloquent. Nous ne vivons pas en Corée du Nord ni au Moyen Âge, et la plupart d'entre nous ne s'inscrit pas dans les départements d'étude du Moyen Orient.

 

Et pourtant, malgré les avantages distincts et les merveilles technologiques dont nous sommes bénis, nous avons sombrés dans les marais profonds de l'ignorance, du caprice, du nihilisme,  d'autoréférence et du relativisme moral au point d'évoquer l'Homme des Tourbières du poète Seamus Heaney : parfaitement préservé, humainement reconnaissable, mais mentalement inerte. Ce qui est une autre façon de dire que notre majorité est devenue, à divers échelons, des idiots utiles (ou inutiles) fossilisés dans un parti-pris vicieux, mais experts en prolifération et en conciliation totale avec l'absurdité.

 

Le déclin et l'effondrement se trouvent partout où notre regard se pose – dans les médias sympathisants et sans scrupules, dans nos institutions politiques défectueuses, dans le droit industriel, dans la superficialité électorale et les excroissances lesquels nous sommes enclins à placer au pouvoir, dans la prolifération des "mouvements" sociaux intercédant pour des ethniques prérogatives au détriment du bien-être général, dans la sororité féministe, avilie et obsolète, dans nos universités de plus en plus compromises, et en tête de cette pyramide, se situe l'escroquerie du réchauffement de la planète, probablement, le canular le plus gigantesque du siècle pour duper un public naïf . Et la liste est longue.

 

L'état d'ignorance et d'autocensure dont souffre l'Occident, peut le mener, dans un ordre historique abrégé, à son effondrement final. Dans le monde éthéré et explosif où nous vivons, un manque d'attention scrupuleux, accompagné d'une carence de sagesse nous promet une eschatologie sinistre.

 

Alors que nous triturons le violon avec nos universités en panne et observons nos fameux grands penseurs avec un respect indu, tout en gobant les nouvelles diffusées par nos journalistes vénaux et par nos comédiens superficiels de dernière séance, une hydre déterminée, sous forme d'autocratie séculaire ou d'empire théologique, nous distille son agenda tyrannique.

 

Et nous la laissons indifféremment, faire!

 

Finalement, il existe un petit noyau formé par la classe de véritables penseurs et d'académiciens, principalement de courbe conservative, muni de panneaux de signalisation, qui se fraie dans ce chambardement son chemin. Étant en parfaite connaissance du bourbier où nous nous engonçons, nous ne pouvons plus nous arrêter! Selon l'exemple de nos cicérones intellectuels, nous devons plutôt nous appliquer, à réapprendre la patience et à investir plus de temps en cessant d'abord de nous mentir, indépendamment des contraintes quotidiennes. Nous devons aussi nous familiariser avec notre histoire plutôt que de la diffuser de façon dérogatoire. Un brin de persistance nous suffira pour vérifier et confirmer les études et les découvertes, honnêtement et largement recherchées, grâce aux instruments mis à notre disposition.

 

Caméléons, trimmers, idéologistes, dogmatistes, programmeurs, peureux, fripouilles, baragouineurs, nigauds et simples d'esprit font bien entendu, partie de l'Âge de la Dissimulation. Ils fourmillent en quantité sans précédent. C'est si manifestement le cas que c'est un véritable miracle que nous soyons parvenus à prétendre le contraire. Tôt ou tard, nous devons apprendre à regarder la camarilla de rédacteurs progressistes, de pontifes, de politiciens, d'ecclésiastiques, de profs humanitaires et des experts issus par des universités comme des bouffons.

 

La vérité est qu'il existe une vérité. Et si peu alléchante qu'elle peut parfois nous paraître, nous devons trouver le courage de la reconnaître, de l'honorer, et ultimement de l'avouer.

(Inspiré de l'étude de David Solway)

 

Therese-dvir.com

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/

 ©  "Copyright 18.11.2010 – Therese Dvir"

Partager cet article

Published by La Libellule - dans La Libellule
commenter cet article

commentaires

bliah 21/11/2010


L'idee est interressante,mais le texte est contestable.
Chacun d'entre nous ou chaque groupe a sa definition et ses criteres de la verite et des chois qui en decoulent.
Cette notion est si difficile qu'on prete a l'empereur Ponce Pilate romain la formule "qu'est ce que la Verite".
Le critere numero 1 de ce qui fait une verite est la Loi du plus fort.Solway est trop intelligent pour en avoir trop dit ou pas assez.En outre lorsqu'on veut prouver,il faut donner des
exemples.Solway ne le fait pas dans cet article ,ce qui en relativise la portee.Desole,chere therese, mais j'ai du mal a retirer du positif pratique apres avoir laborieusement fini de comprendre le
message a faire passer!Amities,Pat Quartier de parolevolee.


La libellule 21/11/2010


Bonjour Pat,
Ce que Solway a oublie dans son etude est que l'ere du Cameleon a toujours existe... c'est a dire que la dissimulation dans toutes ses formes est innee dans l'homme quand ses interets entrent en
jeu. Mais j'ai reussi, a mon avis, a entrevoir dans son flou, les meandres de ses pensees car dans le fond, ce qu'il vise dans cette etude, c'est le denie d'Israel par l'Occident... c'est le
mensonge, l'irreal, l'invention d'un peuple (palestinnien) qui est par la dissimulation devenu une realite... David Solway le laisse entrevoir dans sa phrase ... et la plupart d'entre nous ne
s'inscrit pas dans les départements d'étude du Moyen Orient. Le probleme qu'il sousentend est le probleme arabe, l;invasion islamique qu'on trouve facilement dans sa prediction ...une hydre
déterminée, sous forme d'autocratie séculaire ou d'empire théologique, nous distille son agenda tyrannique.
Bon, je pense avoir repondu a votre analyse... c'est un texte qui merite d'etre lu plus profondement pour etre bien assimile.
Merci pour avoir bien voulu nous donner votre avis.
Bonne journee.


bliah 21/11/2010


Therese, c'est un plaisir .Vous dites toujours clairement la Vérité!
Amities,
Pat Quartier accroché au Way de son Sol.


Guila Iman 21/11/2010


Tres bon article, tres juste, simplement je crois que les gens manquent de Sagesse ! L'Histoire recommence et les gens sont des moutons qui suivent le plus Fort et le plus riche !


La libellule 21/11/2010


Bonsoir Guila,
Le manque de sagesse courant risque de catapulter le monde vers le desastre... esperons tous un reveil de toute cette lethargie nefaste.
Bonne soiree.


Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée