Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 12:59

La Diffalah a omis bien des choses - Présidence Obama : quels succès, quels échecs ?

Créé le 05-09-2012 à 01h07 - Mis à jour à 13h08
 

L'idée que Barack Obama a déçu est l'un des arguments favoris des républicains pour attaquer le démocrate. Que retenir du mandat de celui qui a suscité tant d'espoir en 2008 ?

Des objets à l'effigie de Barack Obama, le 3 septembre à Charlotte. (AFP PHOTO/Brendan SMIALOWSKI)

Des objets à l'effigie de Barack Obama, le 3 septembre à Charlotte. (AFP PHOTO/Brendan SMIALOWSKI)
 

"J'aurais aimé que le président Obama réussisse parce que je veux que les Etats-Unis réussissent. Mais ses promesses ont fait place à la déception et aux divisions. Nous ne sommes pas obligés de l'accepter". L'attaque émane du camp républicain, les mots sont prononcés par Mitt Romney lors de la clôture de la convention de son parti la semaine dernière. Mais c'est une pensée, aussi, qui résonne, depuis des années déjà, à travers toute l'Amérique et même au-delà.

L'idée que Barack Obama a déçu est très présente dans l'esprit de ses adversaires qui n'hésitent pas à abuser d'une rhétorique redoutable, dressant un bilan peu flatteur du mandat de président sortant.

Arrivé à la Maison Blanche en pleine crise économique, Barack Obama a beaucoup promis pour résoudre les problèmes auxquels sont confrontés les Américains. Il s'est lancé dans de vastes chantiers, parfois avec succès comme avec l'assurance maladie universelle, parfois en accusant le coup face à un Congrès qui ne lui était pas acquis. Politifact, un site américain de fact-checking, a recensé 508 promesses de campagne de Barack Obama. Selon leur "Obamètre", le président américain a tenu à terme 37% de ses engagements. Que retenir des succès et des échecs de celui qui avait suscité tant d'espoir en 2008 ?

Les principales promesses tenues

Créer une couverture maladie universelle pour tous

C'est la réforme du siècle pour les Etats-Unis. Celle que de nombreux présidents ont engagé avant de se casser les dents devant les obstacles : une assurance maladie universelle. Avant, des millions d'Américains n'avaient pas les moyens de se payer une couverture santé. Anachronique dans le pays le plus riche de la planète. La lutte a duré deux ans, ses adversaires jugeant la mesure inconstitutionnelle. Barack Obama a eu chaud mais la Cour suprême lui a donné raison en juin dernier en validant cette loi historique. Cette dernière ne devrait entrer en vigueur qu'en 2014. Et les républicains ont promis de la supprimer…

> Lire : "La réforme de la santé : le plus beau jour d'Obama

Mettre fin à la guerre en Irak

Le dirigeant démocrate avait durement critiqué l'administration de son prédécesseur républicain George W. Bush pour avoir lancé cette guerre, selon lui à mauvais escient. Mais il a dû gérer les conséquences de ce conflit tant en politique étrangère que sur le plan intérieur. La guerre a en effet contribué à creuser le déficit budgétaire dans lequel son administration se débat. Un an après son installation à la Maison Blanche, fin 2011, les derniers soldats américains traversent la frontière avec le Koweït, presque neuf ans après le début de l'opération.

Eliminer les terroristes d'Afghanistan

C'est un succès mitigé, même s'il est à classer dans les promesses tenues. Certes, les talibans n'ont pas été vaincus et la situation dans le pays est loin d'être stabilisée. Mais Barack Obama a réussi ce qui est considéré comme un succès : mettre la main sur Oussama Ben Laden. L'ennemi numéro un des Etats-Unis s'était réfugié au Pakistan. Depuis, les relations entre les deux pays se sont dégradées.

Face à l'impopularité grandissante de la guerre en Afghanistan et aux dépenses déployées, Barack Obama s'est aussi résolu à retirer ses troupes, après avoir envoyé fin 2009, 30.000 soldats supplémentaires. Selon le calendrier de l'Otan, tous les "boys" seront rentrés d'ici la fin 2014.

Mettre fin à la torture

Le 9 janvier 2009, fraîchement élu, Barack Obama s'engage à respecter les conventions de Genève et a promis que son administration n'emploierait pas la torture. Le 22 janvier, il signe un décret interdisant le recours à la torture ou à tout autre humiliation. Le texte impose à la CIA de suivre les mêmes règles que l'armée américaine. 

Depuis les prisons secrètes de la CIA auraient été fermées et la convention de Genève respectée. Politifacts note que les experts des organisations des droits de l'Homme en sont convaincus.

Mettre fin à la discrimination des homosexuels dans l'armée

Encore un moment historique ! Plusieurs années ont été nécessaires pour lever les restrictions pesant sur l'engagement militaire des homosexuels. En décembre 2010, le Congrès des Etats-Unis avait approuvé, après un ultime vote au Sénat, l'abrogation de la controversée loi de 1993 qui interdisait aux soldats américains d'afficher leur homosexualité, sous peine de renvoi. Le 20 septembre, et après des années d'activisme des associations, de procès pour discrimination, cette loi dite "Don't ask, Don't tell" ("Ne rien demander, ne rien dire") est abrogée : le tabou homosexuel est levé dans l'armée.

Barack Obama ne veut pas s'arrêter en si bon chemin. Il y a quelques jours, il a apporté un soutien explicite au mariage homosexuel, devenant le premier président des Etats-Unis à appuyer publiquement cette revendication des mouvements gay et lesbien. "Il est important pour moi d'aller de l'avant et d'affirmer que des personnes du même sexe devraient être autorisées à se marier", a-t-il déclaré sur ABC News. Il a toutefois souligné qu'il exprimait là une opinion personnelle et que c'était à chaque Etat américain de se prononcer sur la question.

Les principales promesses non-tenues

Fermer Guantanamo

Echec sur toute la ligne. Prise deux jours à peine après sa prise de fonction, la promesse était forte et devait marquer la rupture avec la politique désastreuse de son prédécesseur. Mais aujourd'hui, plus de 100 détenus sont toujours dans cette prison ouverte en janvier 2002 à Cuba et conçue pour interroger les suspects du terrorisme après les attentats du 11 septembre.

Contre son gré selon lui, Barack Obama a signé en décembre dernier une loi qui empêche tout transfert des prisonniers sur le sol américain, autorisant les détentions illimitées sans procès et imposant le recours aux tribunaux militaires pour la plupart des suspects de terrorisme.

> Lire : "Pourquoi Obama n'a pas fermé Guantanamo ?

Loi sur l'immigration

Le candidat Obama de 2008 avait promis une grande réforme sur l'immigration. Elle attendra… 2013 comme le promet de nouveau le candidat d'aujourd'hui. Une loi du nom de Dream act, est dans les tuyaux du Congrès depuis des années mais aucune version n'a pu obtenir le feu vert des derniers élus du Sénat. Sans doute pour ramener à lui le vote latino, Barack Obama a pris, le 15 juin, un décret qui permet de protéger les jeunes immigrés clandestins qui remplissent les conditions pour rester sur le sol américain.

Climat et énergie

Avant même les élections de mi-mandat en 2012, l'administration Obama a baissé les bras sur le climat et abandonné son souhait d'adopter rapidement des mesures contraignantes pour limiter les émissions de gaz à effet de serre les ramenant à leur niveau de 1990 d'ici 2020. L'ambitieux projet se basait sur un système de plafonnement et d'échange des droits d'émissions, dit "Cap and trade".

Partager cet article

Repost 0
Published by La Libellule - dans Le nouvelObs
commenter cet article

commentaires

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée