Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 04:44

La Fraternité Momentanée d'Obama,

 

Par

 

Thérèse Zrihen-Dvir

 

Inspiré du texte de Robert Spencer – Frontpage magazine

 

Les jeux sont faits : Obama vient d'endosser le rôle des Frères Musulmans dans le nouveau gouvernement de l'Égypte post-Moubarak.

Cela évidemment ne surprend personne, puisqu'Obama s'est comporté uniformément tout au long de sa présidence, depuis son refus de soutenir les manifestants iraniens qui s'opposaient violemment à la république islamique, jusqu'à son indéniable support des manifestants égyptiens, auxquels, il vient de donner le feu vert pour la constitution d'un gouvernement, qui selon les modèles précédents historiques, porte en lui tous les signes précurseurs d'une nouvelle république islamique.

Robert Gibbs, porte-parole à la Maison Blanche, déclarait le Lundi dernier qu'un gouvernement égyptien post-Moubarak "doit inclure tous les éléments non-séculaires qui permettront à l'Égypte de continuer à être un partenaire stable et fiable".

Robert Malley, conseiller d'Obama et négociateur au Moyen-Orient pour Bill Clinton, expliquait que le désir d'Obama de voir les Frères Musulmans dans le cadre d'une coalition au pouvoir de l'Égypte est un "véritable signe clair que les États-Unis ne vont pas préconiser une forme étroite de pluralisme, mais plutôt une vaste, mais unique."

Dans le livre The Post-American Presidency, Pamela Geller et Robert Spencer avaient informé et classé Robert Malley, Samantha Power et d'autres rivaux cruels d'Israël dans l'administration d'Obama. Conformément aux détails, la position de l'administration d'Obama n'étonne plus. Mais l'idéologie et les cibles des Frères Musulmans surprendront beaucoup d'américains, spécialement maintenant que le courant principal des médias dispense en grande quantité les nombreuses falsifications concernant cette organisation. Ainsi, une étroite observation des agissements de ce groupe est nécessaire.

Contrairement à leur prétention d'être une organisation modérée, les Frères Musulmans sont actuellement le prototype même du raciste islamique, groupe pro-Charia du moyen âge. Fondée par Hassan Al-Banna en Égypte en 1928, l'organisation des Frères Musulmans avait été conçue pour répondre au colonialisme et à l'influence occidentale sur le monde islamique. Al-Banna décrivait qu' "une vague de dissolution qui sape nos convictions solides, nos mœurs et nos vertus sous le prétexte de liberté individuelle - Rien ne peut résister à ce courant puissant et tyrannique d'incrédulité et de permissivité qui balaie notre pays. Son remède? La restauration de la loi islamique comme principe souverain de gouvernance."

Al-Banna dénigrait évidemment l'abolition du califat en Turquie séculaire de Kamal Atatürk, qu'il traitait séparément de "décadence de la religion dans un pays qui fut jusqu'à présent le commandeur des croyants." Al-Banna le caractérisait comme n'étant qu'une partie d'une "invasion occidentale énorme, armée et équipée de toutes les influences destructives de l'argent, richesse, prestige, ostentation, puissance et moyens de propagande."

Les Frères d'Al-Banna avaient un caractère profondément spirituel           au début, mais il ne combattait pas "l'invasion occidentale" par des mots et des prières seulement. Dans un article d'Al-Banna en 1928, il condamnait la complaisance de l'élite égyptienne : Quelle catastrophe est tombée sur les âmes des réformateurs et l'esprit de leurs leaders? Quelle calamité leur a fait préférer la vie terrestre à celle de l'au-delà? (sic) Qu'est-ce qui les a persuadé … à assumer que la manière de lutter (Sabil al-jihad) est trop dure et trop difficile?"

Quand les Frères étaient accusés d'être un parti politique en guise d'un groupe religieux, Al-Banna faisait front au défi :

Nous vous invitons à connaître l'Islam, son enseignement, ses lois et ses guidances et si cela sent "politique" à votre goût, il est donc notre tactique. Et si celui qui vous a initié à ces principes est un politicien, alors, nous sommes tous les hommes les plus respectables, D.ieu soit loué, en politique… L'Islam possède une méthode qui embrasse le bonheur de ce monde…Nous croyons que l'Islam est un concept global qui réglemente tous les aspects de la vie, statue l'individu et ses soucis, en lui prescrivant un ordre solide et rigoureux.

Al-Banna écrivit en 1934 que : "c'est un devoir de chaque musulman de lutter dans le but de convertir tous les peuples et le monde entier à l'Islam, de sorte que la bannière de l'Islam flottera sur la terre entière et que l'appel du Muezzin retentisse dans tous ses coins: Dieu est le plus grand [Allahu akbar]! Ce n'est pas de l'étroitesse d'esprit, ni une arrogance raciale ou une usurpation de terrains."  

Dans ce même article al-Banna insiste "chaque morceau de terrain où la bannière de l'Islam a été hissée fait parti de la patrie Musulmane" — d'où l'impossibilité d'adaptation d'Israël, contre lequel la confrérie et ses ramifications luttent encore. Mais le problème n'est seulement Israël, qui après tout n'existait pas encore lorsque la confrérie avait été fondée. Selon Brynjar Lia, l'historien du mouvement "la Confrérie musulmane: "citant un verset du Coran «et les combattre jusqu'à la fin de la sédition, et la foi est en D.ieu (sura 2:193). La Confrérie Musulmane exhorte ses coreligionnaires à rétablir la grandeur révolue de l'Islam et restituer l'empire islamique. Ils réclament parfois la restauration des «anciennes colonies islamiques en Andalousie (Espagne), en Italie méridionale, Sicile, les Balkans et les îles de la Méditerranée."

Un tel appel pourrait sembler risible sauf que la Confrérie possède également une aile militaire armée. L'érudit Martin Kramer note que la Confrérie présente une double identité. D'un côté, elle exploite ouvertement, comme le ferait une coopérative sociale et politique en éveil. Banna prêche le renouveau moral, et les frères musulmans s'engagent dans des actes de charité. Sur un autre niveau, toutefois, les Frères musulmans créent un « secret appareillage» qui achète des armes et forme des adeptes qui les serviront en temps voulu. Ces armes ont été employées contre les Sionistes en Palestine en 1948, mais les Frères Musulmans avaient aussi eu recours à la violence en Égypte.

Au début, ils avaient appliqué leurs enseignements moraux par l'intimidation, et avaient initié des attaques contre les juifs d'Égypte. Ils avaient assassiné les juges et battu un premier ministre en 1949. Banna lui-même fut assassiné deux mois plus tard, vengeance probable.

La Confrérie n'est pas formée de groupes de cinglés marginalisés. Elle s'est développée en Égypte et comptait 150 succursales en 1936 et plus de 1,500 en 1944. En 1939 al-Banna se référait aux "100,000 jeunes pieux Frères musulmans de toutes les régions d'Égypte," et, bien que Lia pense qu'il exagérait sur ce point, en 1944 l'adhésion a été estimée à 100,000 et 500,000 adeptes. En 1937 la Confrérie s'étendait au-delà de l'Égypte, plantant ses branches au Soudan, en Arabie Saoudite, Palestine,  Syrie, Liban, le Maroc, et une branche dans chaque Hadramawt de Bahrain, Hyderabad, Djibouti, et Lia ajoute à "Paris". Ces milliers dispersés dans le monde entier, avaient entendu l'appel d'Al-Banna de se préparer pour le Djihad et devenir les amants de la Mort.

L'aptitude de la Confrérie d'attirer les musulmans de toutes les couches de la société indique la puissance de son appel religieux. Ce n'était pas pour offrir aux musulmans une nouvelle version de l'Islam, mais pour le remettre en ligne avec sa tradition profonde de l'Islam. Appel pour rétablir que la pureté et la vitalité de l'Islam a toujours touché une corde sensible chez les musulmans. La Confrérie prêche la traditionnelle société islamique totale, une qui ne pourrait admettre une adaptation – voire subjugation coloniale-  en l'Occident. Al-Banna disait à ses adeptes "l'Islam est la foi et le culte, le pays et la citoyenneté, la religion et l'état. Il est la spiritualité et le dur labeur. C'est le coran et l'épée."

 Al-Banna est une figure vénérée dans le monde islamique actuel, et bien entendu, parmi les radicaux. Son petit-fils Tariq Ramada, le fameux européen modéré loue son grand-père pour son don de "la foi, sa profonde spiritualité, [et] discipline individuelle." Les nombreux écrits d'al-Banna sont encore largement imprimés et diffusés.

La Confrérie n'a jamais renoncé ou rejeté la vision ou le programme d'Al-Banna. Très prochainement elle les implémentera dans sa patrie mieux qu'elle ne put le faire dans le passé – sans aucun petit merci à Barack Obama.

HTTP://THERESE-DVIR.COM
HTTP://THERESE-ZRIHEN-DVIR.OVER-BLOG.COM/

Partager cet article

Repost 0
Published by La Libellule - dans La Libellule
commenter cet article

commentaires

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée