Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 15:24

 

OUI, ANTISÉMITISME ET ANTISIONISME SONT ASSIMILABLES !

 

RÉPONSE À PASCAL BONIFACE

 

(LA CROIX 26 OCTOBRE 2010)

 

 

Par

 

Arnold Lagémi

 

Hébergé par Thérèse Zrihen-Dvir

 

 

La critique à l’égard du gouvernement israélien est légitime et nécessaire tant qu’elle a pour objet une initiative précise de ce gouvernement dans quelque domaine que ce soit.  Elle dévie vers l’équivoque quand au-delà du gouvernement, elle vise à porter le discrédit sur toute une population, en ne lui reconnaissant pas le droit de vivre sur sa terre.  La définition donnée par Pascal Boniface de l’antisionisme est juste : «  C’est l’opposition à l’existence de l’Etat d’Israël » Or, s’opposer à l’existence d’un Etat, ce n’est pas s’opposer seulement à ceux qui le dirigent, c’est également condamner ceux qui y vivent.

 

 

Les exemples donnés par Pascal Boniface relèvent de l’amateurisme parce que les critiques des Etats auxquels  il se réfère, France, Russie, Etats-Unis etc….sont ponctuelles et circonscrites. Elles n’ont pas pour objectif la disparition de ces Etats. L’antisionisme c’est la négation même d’Israël. On a changé de planète, n’est ce pas ?

 

 

L’antisionisme, qui existe aussi chez les Juifs, (le peuple juif n’échappe pas à la haine de soi !) éclaire la relation à Israël d’un antisémitisme inéluctable parce que la critique cesse d’être ciblée vers le gouvernement pour s’élargir à tout un peuple, gagner toute une ethnie, accusée d’avoir volé la terre aux Palestiniens et d’exercer des sévices à leur encontre.

 

Superposer à la responsabilité du gouvernement d’Israël la culpabilité des Israéliens, c’est accuser des Juifs d’être auteurs de fautes, de crimes dont ils sont innocents. Comment appeler la nature d’un préjudice causé à un groupe en raison de son origine juive, sinon antisémitisme ?

 

 

Mais, objectera t-on, la liberté d’expression autorise l’opposition au sionisme ! Comprenons bien de quoi il s’agit. Il n’est pas question de restreindre le droit à la critique du sionisme,  lui-même issu du droit à la liberté d’expression. Que cette critique s’adresse au gouvernement israélien, pour tel ou tel aspect de sa politique, ou au sionisme, contenu idéologique, ayant servi de fondement et de référence au Renouveau National de la Nation Juive.

 

 

Cette critique  reste, bien évidemment licite. On a le droit de penser, même si c’est regrettable, et contradictoire que les Juifs n’ont pas droit à un Etat, ou qu’ils ne sont pas prêts à l’assumer. Quand bien même, la critique est absurde et dissimule mal un ressentiment, le droit à exercer cette critique reste légal, et toute initiative visant à restreindre ce droit serait en opposition avec la Déclaration des droits de l’homme.

 

 

Ce qui, par contre, limite  l’usage de ce droit c’est lorsque son application apporte un préjudice. C’est le préjudice qui fixe ses limites à la liberté d’expression. Penser que l’avènement de l’Etat d’Israël  n’était pas une nécessité ne constitue pas un préjudice. Estimer que l’Etat Juif ne devait pas obligatoirement s’installer dans l’antique Judée, n’est toujours pas un préjudice, quand bien même la vérité historique est foulée et bafouée.

 

 

Le préjudice de nature antisémite commence à  prendre forme quand l’Etat d’Israël proclamé par l’ONU n’est pas accepté.  Le préjudice de type raciste devient réalité quand le lien historique et millénaire reliant les Juifs à la terre d’Israël est nié, parce qu’il signifie que l’Etat Juif n’est pas légitime.

 

Lorsque ces hommes et ces femmes, de condition juive, sont rendus responsables de fautes qu’ils n’ont pas commises, n’est ce pas là l’expression primaire de l’antisémitisme ?

 

Les manifestations visant à altérer, voire nier ce lien des Juifs à leur terre, reste l’arme d’anéantissement de la réalité nationale juive. Antisémitisme et antisionisme, s’impliquent nécessairement comme évidences complémentaires.

 

 

Lorsque la critique gouvernementale est dépassée et qu’elle désigne le sionisme comme responsable, elle s’attaque à la nature de l’Etat comme source de la faute.  Il ne saurait être question, par exemple,  d’assimiler à une critique, qui prétendrait se fonder sur la liberté d’expression, des propos mettant en cause  le droit à l’existence de l’Etat d’Israël.

Déclarer invalide la nation israélienne, la délégitimer au regard du monde, au motif de désaccords avec la politique est de l’antisémitisme pur !

 

 

L’antisionisme porte donc préjudice à l’Etat et à ses ressortissants qui sont désignés au reste du monde comme porteurs d’une citoyenneté frelatée et illégitime. La remise en question de la validité de l’Etat juif  transforme l’antisionisme en antisémitisme !

 

Il serait commode que l’antisémitisme et l’antisionisme puissent relever de domaines bien séparés. Et bien non ! En s’attaquant à la légitimité de l’Etat Juif, pas aux initiatives de son gouvernement, l’implication antisémite se dévoile.

 

 

Oui, Mr Boniface, antisémitisme et antisionisme sont assimilables !

 

 

Arnold Lagémi,

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/

 

Partager cet article

Published by La Libellule - dans divers
commenter cet article

commentaires

Naibed 23/11/2010 14:18


Ce serait l'occasion de rappeler le test des "3D" (Diabolisation, Double Standard, et Délégitimation) qui permettent facilement de voir quand la critique d'Israël se teinte d'antisémitisme...

http://jssnews.com/2010/02/21/critique-disrael-ou-critique-antisemite-le-test-des-3d/


Arnold Lagémi 19/11/2010 04:41


Cher ami,
Je constate que vous êtes un fin connaisseur de la nature humaine...
Quoiqu'il en soit et vous le savez, j'ai toujours plaisir à vous lire. Des nouvelles de vous même et de votre beau pays seront toujours appréciées.
Chalom, Salaam.


La libellule 19/11/2010 02:32


Cher Monsieur Alkouhen, vous etes le bienvenu chez nous. Arnold qui ne manquera pas de vous repondre a sa rentree sera tres heureux de constater la fidelite de ses lecteurs.
Shabbat Shalom


elkouhene 18/11/2010 23:58


en ecrivant cet aricle de haut niveau j'espere que pascal boniface chagera d'avis.En lisant vos articles depuis longtemps sur l'antesimitsme et l'antisionisme,tout juif doit etre plus que sioniste
pour vivre chez lui en homme libre. Et donc par transitivite antisionisme est egal a antesemitisme.
j'en profite cher Mr Arnold Lagemi que pour les articles que vous ne publiez PLUS dans les autres sites surtout pour des raisons de jalousie etant donné votre dynamisme malgré votre santé,vos
exellents articles qui dechainent une suite inepuisable de debats,ces sites punissent et privent aussi vos lecteurs de vos connaissances et de votre savoir que vous nous trasmettez.
Je remercie ce site qui nous a prmis de continuer a vous lire.


Arnold Lagémi 30/10/2010 19:57


Merci Bruno pour votre amitié que je sens sincère. Merci pour votre hauteur de vue qui invite à ne voir que l'essentiel.
Effectivement, cesser de lutter, c'est être mort.
Bien cordial Chalom


bruno 30/10/2010 19:19


Pascal Boniface est un menteur qui ne voit le monde qu'à travers le prisme d'idées de gauche dévoyées. Avec de tels intelectuels, les français seront bientôt eux-aussi en lutte vitale pour
l'existence de leur patrie. N'abandonnez jamais la lutte ! Quelles que soient les divergences au sein de votre peuple et les erreurs de vos gouvernements, n'abandonnez jamais. Courage à vous, pour
nous, nous en eurons besoin bientôt aussi.


Arnold Lagémi 29/10/2010 09:20


Je vous remercie de citer les références précises concernant les propos que vous attribuez à Ben Gourion, ainsi que celles relatives à votre mention au sujet des avis partagés de certains pays.
Je vous répondrai ensuite.


Odile 29/10/2010 09:02


Seuls moins de 25 pays sur 57 ont dit LIBREMENT oui à la non contraignante recommandation 181 que les sionistes n'avaient aucune intention de respecter

Ben Gourion, le fondateur de l'Etat d'Israël écrivait, dans une lettre à son fils en 1936 : "Un Etat juif partiel n'est pas une fin, mais seulement un commencement. Je suis convaincu que l'on ne
peut nous empêcher de nous établir dans les autres parties du pays et de la région." Et de préciser sa pensée au Conseil de Paalei Zion, futur Parti Travailliste, à Tel-Aviv en 1938 : "Les
frontières des aspirations sionistes, incluent le Liban Sud, le sud de la Syrie, la Jordanie d'aujourd'hui, toute la Cisjordanie, et le Sinaï."


Arnold Lagémi 29/10/2010 08:31


Merci à Sewa de nous avoir rappelé que, pour l'illustre Martin Luther King, antisémitisme et antisionisme relèvent de la même monstruosité. Voilà qui pourrait en faire réfléchir plus d'un!!!
Cordial Chalom à vous


Sewa 29/10/2010 07:42


Pour complèter la réponse d'Arnold, je donne la parole à Martin Luther King dans une lettre qui est d'actualité :

« Lettre à mon ami anti-sioniste »

Martin LUTHER KING |
Extrait de M.L. King Jr., "Letter to an Anti-Zionist Friend- Août 1967

"...Tu déclares, mon ami, que tu ne hais pas les Juifs, que tu es seulement antisioniste. A cela je dis, que la vérité sonne du sommet de la haute montagne, que ses échos résonnent dans les vallées
vertes de la terre de Dieu : Quand des gens critiquent le sionisme, ils pensent Juifs, et ceci est la vérité même de Dieu.
" L'antisémitisme, la haine envers le peuple juif, a été et reste une tache sur l'âme de l'humanité. Nous sommes pleinement d'accord sur ce point. Alors sache aussi cela : antisioniste signifie de
manière inhérente antisémite, et il en sera toujours ainsi.


Pourquoi en est-il ainsi? Tu sais que le Sionisme n'est rien moins que le rêve et l'idéal du peuple juif de retourner vivre sur sa propre terre. Le peuple juif, nous disent les Ecritures, vécut en
union florissante sur la Terre Sainte, sa patrie. Ils en furent expulsés par le tyran de Rome, les mêmes Romains qui assassinèrent si cruellement Notre Seigneur. Chassé de sa patrie, sa nation en
cendres, le peuple juif fut forcé d'errer sur le globe. Encore et encore, le peuple juif souffrit aux mains de chaque tyran qui vint à régner sur lui.


"Le peuple noir, sait, mon ami, ce que signifie souffrir les tourments de la tyrannie, sous un joug que l'on n'a pas choisi. Nos frères en Afrique ont supplié, plaidé, demandé, EXIGÉ la
reconnaissance et la réalisation de leur droit naturel de vivre en paix sous leur propre souveraineté, dans leur propre pays. Pour quiconque chérit ce droit inaliénable de toute l'humanité, il
devrait être si facile de comprendre, de soutenir le droit du Peuple Juif à vivre sur l'antique Terre d'Israël. Tous les hommes de bonne volonté se réjouiront de la réalisation de la promesse de
dieu, que son Peuple retourne dans la joie sur la terre qui lui a été volée. C'est cela le Sionisme, rien de plus, rien de moins.

Et qu'est l'antisionisme ? C'est le déni au peuple juif d'un droit fondamental que nous réclamons à juste titre pour le peuple d'Afrique et accordons librement à toutes les nations de la terre.
C'est de la discrimination envers les Juifs, mon ami, parce qu'ils sont Juifs. En un
mot, c'est de l'antisémitisme. L'antisémite se réjouit de chaque occasion qui lui est donnée d'exprimer sa malveillance. L'époque a rendu impopulaire, à l'Ouest, de proclamer ouvertement sa haine
des Juifs. Ceci étant le cas, l'antisémite doit à chaque fois inventer de nouvelles formes et de nouveaux forums pour son poison. Combien il doit se réjouir de la nouvelle mascarade! Il ne hait pas
les Juifs, il est seulement antisioniste.

Mon ami, je ne t'accuse pas d'antisémitisme délibéré. Je sais que tu ressens, comme je le fais, un profond amour pour la vérité et la justice, et une révulsion envers le racisme, les préjugés, la
discrimination. Mais je sais que tu as été trompé, comme d'autres l'ont été, en te faisant croire que tu pouvais être antisioniste tout en restant fidèle aux principes que nous partageons toi et
moi du fond du coeur. Que mes paroles sonnent dans les profondeurs de ton âme :quand les gens critiquent le sionisme, ne te trompe pas, ils pensent les Juifs. "

(Extrait de M.L. King Jr., "Letter to an Anti-Zionist Friend," – Saturday Review_XLVII (Aug. 1967), p. 76. Reprinted in M.L. King Jr., This I Believe:Selections from the Writings of Dr. Martin
Luther King Jr.)
Martin LUTHER KING
Le révérend Martin Luther King Jr est un pasteur baptiste afro-américain né à Atlanta (États-Unis) le 15 janvier 1929 et mort assassiné le 4 avril 1968 à Memphis. Militant non violent pour les
droits civiques des Noirs aux États-Unis, pour la paix et contre la pauvreté, il organise et dirige des actions tel le Boycott des bus de Montgomery pour défendre le droit de vote, la déségrégation
et l'emploi des minorités. Il prononce un discours célèbre le 28 août 1963 devant le Lincoln Memorial à Washington durant la marche pour l'emploi et la liberté : « I have a dream » (J'ai un rêve).
Il est soutenu par John F. Kennedy dans la lutte contre la discrimination raciale ; la plupart de ces droits seront promus par le « Civil Rights Act » et le « Voting Rights Act » sous la présidence
de Lyndon B. Johnson. Martin Luther King devient le plus jeune lauréat du prix Nobel de la paix en 1964 pour sa lutte non violente contre la ségrégation raciale et pour la paix. Il commence alors
une campagne contre la guerre du Viêt Nam et la pauvreté, qui prend fin en 1968 avec son assassinat officiellement attribué à James Earl Ray, dont la culpabilité et la participation à un complot
sont toujours débattues.


Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée