Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

17 août 2016 3 17 /08 /août /2016 12:58
Les Israéliens construisent une route au nord des fermes de Chébaa
 

Escortés par une unité de dix véhicules blindés de l’armée israélienne, 5 bulldozers israéliens ont été vus  dans la journée du mardi 16-8  en train de mener des travaux destinés à construire une route militaire en face de la mare al-Naqqar au nord des hameaux de Chébaa.

Comme ces travaux ont lieu dans une région controvversée que le Liban revendique, le commandant de la 9ème brigade de l’armée libanaise, le général Joseph Aoun s’est rendu sur place en compagnie du commandant du secteur Est de la Finul, le général Alfredo Bereth, afin de mettre au point un rapport détaillé et de le transmettre aux parties concernées..

Selon le correspondant d’al-Manar, dans la soirée de mardi, l’un des bulldozers s’est glissé après avoir percuté un véhicule militaire israélien. blessant 7 soldats israéliens.

Ce mercredi matin, les travaux ont repris.
 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Almanar
commenter cet article
12 juillet 2016 2 12 /07 /juillet /2016 16:50
Les mains liees des americains : Cinq vedettes rapides iraniennes surveillent un navire de guerre américain ?
 

Intox ou vraie information? L’agence de presse Reuters prétend détenir des informations selon lesquelles "cinq vedettes rapides iraniennes seraient parties pour le détroit d'Ormuz où elles auraient pour mission la surveillance d'un navire de guerre américain".

Cette information ajoute que les cinq vedettes rapides appartenant au Corps des Gardiens de la Révolution islamique se tiennent à 500 mètres du navire américain à bord duquel "se trouve un haut gradé américain".

Il s'agit du général Joseph Votel qui est en charge de superviser l'action de la totalité du contingent américain au Moyen Orient. Le général américain aurait qualifié la démarche des Pasdaran de "non -dangereuse" mais il se serait dit inquiet du peu de temps dont il dispose pour réagir, si jamais " les bateaux iraniens lançaient une attaque"

À en croire Reuters, la flotte de guerre iranienne " contiendrait quatre vedettes rapides et un patrouilleur doté de missiles téléguidés"


A bord de USS New Orleans, le général américain aura même lancé aux Marines :" comme vous avez pu vous-même vous en apercevoir, il a de fortes probabilités de commettre des erreurs de calcul dans un contexte pareil"   

Et Reuters d'ajouter : " une fois que les quatre vedettes rapides iraniennes se sont rapprochées de "USS New Orleans", le destroyer USS Stout a éteint ses moteurs et s'est mis à accompagner le navire de guerre américain. Ce genre d'incident est propre au métier de navigation dans une région comme le détroit d'Hormuz"

Toujours à bord du navire, le général américain aurait repris le discours des officiels américains selon lequel " l'accord nucléaire avec l'Iran a réglé l'une des graves menaces que l'Iran faisait recourir au monde et d'autres menaces persistent"

Les responsables iraniens n'ont pas réagi à cette information mais n'ont cessé de manifester leur forte opposition à la présence des forces américaines dans la région et surtout près des eaux territoriales iraniennes.

Source : Pars Today

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Almanar
commenter cet article
11 juillet 2016 1 11 /07 /juillet /2016 00:01
L'Iran menace les USA - Salehi: "Tout manquement à l’accord nucléaire coutera cher aux Etats-Unis"
 

Le président de l'organisation de l'énergie atomique iranienne Ali Akbar Salehi a révélé que l'Occident fomente actuellement un nouveau complot contre la République islamique d'Iran, assurant toutefois que "toute perfidie ou manquement à l'accord nucléaire couteront cher aux Etats-Unis et à l'Occident".

Selon l'agence de presse iranienne Tasnim qui rapportait une intervention télévisée de Salehi, ce dernier a affiché son étonnement face aux déclarations conjointes faites contre l'Iran par le secrétaire général de l'ONU Ban Ki Moon et la chancelière allemande Angela Merkel.

Faisant état d'un nouveau complot contre le peuple iranien, Salehi a appelé le peuple et le gouvernement iraniens à la vigilance et à ne pas prendre de décisions contraires à l'intérêt de l'Iran.

"Je prends mes précautions en parlant de ce sujet, et je crains que mes propos ne soient politisés. Mais j'ai l'impression que des choses se tiennent dans les coulisses, suite aux déclarations étonnantes de Ban Ki Moon et d'Angela Merkel", a-t-il dit.

Réfutant les allégations de responsables allemands selon lesquelles Téhéran cherchent à se doter d'équipements qui entrent dans la fabrication d'armes nucléaires, Salehi a répliqué: "Au début ils ont avancé ces allégations, puis ils ont blanchi l'organisation de l'énergie atomique en Iran. Ils ont ensuite accusé le ministère iranien à la défense d'avoir tenté d'acheter ces équipements".

"Rien ne nous oblige à acheter des équipements par voie détournée et non officielle. Nous avons consenti beaucoup d'efforts pour conclure un accord nucléaire avec les six grandes puissances, et nous possédons des voies légales pour nous procurer de ce que nous avons besoin. Pourquoi alors chercherons-nous à créer des problèmes?", a-t-il argumenté. 

Et de mettre en garde le peuple et le gouvernement iraniens contre un nouveau complot contre eux.

Traduit du site alAlam

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Almanar
commenter cet article
5 juillet 2016 2 05 /07 /juillet /2016 13:00
Netanyahu:Je crois en l’Afrique. Je crois en votre avenir et à notre partenariat
 

"Nous assistons à un bouleversement monumental dans les relations entre Israël et l'Afrique", a déclaré le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, lors du Sommet de lutte contre le "terrorisme" réunissant plusieurs dirigeants africains en Ouganda lundi.

"Nous sommes impatients de partager notre technologie dans de nombreux domaines avec nos amis africains", a-t-il poursuivi, au premier jour de sa tournée de quatre jours en Afrique .

"Je crois en l'Afrique. Je crois en votre avenir et je crois en notre partenariat pour cet avenir. Cette réunion sera considérée comme un point tournant de la capacité d'Israël à atteindre un large nombre de pays africains. Nous voulons un avenir meilleur pour vous, un avenir meilleur pour nous tous, et nous pensons que nous pouvons être vos parfaits partenaires", a lancé le Premier ministre israélien, cité par i24.

"L'Afrique est un continent qui monte", a estimé Netanyahu, avant d’ajouter : "après de nombreuses décennies, je peux dire qu'Israël revient en Afrique et que l'Afrique revient en Israël".

Netanyahu a par ailleurs rencontré lundi le ministre tanzanien des Affaires étrangères, Bernard Membe. Cet entretien a conduit à l'annonce conjointe de la reprise de leurs relations diplomatiques pour une coopération intégrale et durable. La Tanzanie, ainsi que plusieurs autres pays africains, avait rompu ses liens avec « Israël » après la guerre d’octobre en 1973.  

Selon le Bureau de Netanyahu, une enveloppe de 13 millions de dollars (11,7 millions d'euros) sera consacrée au "renforcement des relations économiques et de la coopération avec les pays africains". Elle inclut notamment une formation dans les domaines de la "sécurité nationale".

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Almanar
commenter cet article
30 juin 2016 4 30 /06 /juin /2016 10:12
Les Palestiniens, dindons de la farce turque ?
 

Annoncée à Rome le 27 juin, la réconciliation entre Israël et la Turquie semble combler d’aise de nombreux commentateurs. Manifestement ravis, ils ne cachent pas leur joie de voir cette puissance régionale rompre son isolement et se tailler un rôle sur mesure au bénéfice, disent-ils, d’un règlement du conflit israélo-palestinien. Mais que cette lune de miel entre Tel Aviv et Ankara couve de sérieuses désillusions semble leur échapper.

A l’évidence, les Etats-Unis sont les principaux bénéficiaires de ce réalignement d’Ankara sur un agenda qui est le leur. En mettant un terme à la querelle entre ses deux alliés, l’accord renoue les fils de la toile méticuleusement jetée par Washington sur la région. Il met fin à cette anomalie qui voyait, depuis six ans, la principale forteresse de l’OTAN et l’appendice de  l’Occident savourer les délices d’une surenchère qui, pour demeurer verbale, n’en était pas moins nuisible aux intérêts de la puissance dominante.

Conformément à la doctrine du « leading from behind », les USA consentent à sous-traiter à leurs relais régionaux le maintien d’une hégémonie devenue économe de ses moyens militaires. Mais ils exigent aussi de leurs affidés un minimum de cohésion face aux forces du mal. C’est désormais chose faite. Pour prix de son ralliement, Erdogan n’a obtenu qu’une indemnisation financière des familles des dix victimes du « Mavi Marmara ». Quand on pense aux diatribes proférées par Ankara contre la « barbarie israélienne » depuis 2010, on peut dire qu’Israël s’en tire à bon compte.

Pour Tel Aviv, l’opération est triplement bénéfique. En gommant ce contentieux, la Turquie ne réintègre pas seulement la normalité atlantiste de la « pax americana ». Elle offre aussi à Israel une occasion de se refaire une virginité islamique. Soudain frappée d’inanité, la rhétorique vengeresse d’Ankara contre Israel s’est miraculeusement transformée en son contraire. Finis les anathèmes où Erdogan s’étranglait d’indignation devant les crimes israeliens ! On les remplace désormais par des discours lénifiants sur la paix et la coopération.

Mais surtout, place au business ! A Rome, on n’a pas manqué de faire miroiter les perspectives radieuses offertes par les gisements de gaz situés en Méditerranée orientale, dans les eaux territoriales d'Israel et dont Israël entend bien profiter de l’énorme potentiel. Afin d’assurer à cette production gazière des débouchés européens générateurs de profits vertigineux, la Turquie constitue alors une porte d’entrée incontournable, d’autant que sa rupture avec la Russie l’a elle-même privée de sa source d’approvisionnement habituelle.

De ce réalignement turc, qui n’est somme toute qu’un retour à la situation qui prévalait jusqu’en 2010, Israël touche des dividendes considérables sur le plan symbolique, puisqu’un grand pays musulman lui tend la main quasiment pour rien, et sur le plan économique, puisque ce pays lui offre sur un plateau le marché européen des hydrocarbures. Mais il pourrait aussi toucher les dividendes politiques d’une domestication des palestiniens dont Ankara entend lui fournir le moyen.

Car lors des négociations, la Turquie a effectivement demandé en guise de contrepartie la levée du blocus israélien de Gaza. Accréditant cette fable destinée à faire avaler aux Palestiniens la pilule de la normalisation avec Israel, elle a centré sa communication sur cette dimension du futur accord. Mais lorsque le partenaire israélien l’a pulvérisée en plein vol dans la phase finale des négociations, la Turquie s’est pliée au diktat.

C’est dans cette séquence qu’est intervenue la direction du Hamas. Elle n’a sans doute jamais cru à cette chimère. Mais il lui fallait donner le change pour ne pas froisser un protecteur turc vers lequel l’affinité idéologique et la crainte de son isolement l’ont poussé depuis la rupture avec Damas. Au sein de l’organisation palestinienne, la tendance au compromis a pris le dessus sur la tendance d’inspiration iranienne, rétive à des intrigues dont le bénéfice pour la résistance est inexistant. Tranchant dans le vif depuis Doha, Khaled Mechaal a finalement fait part de sa compréhension pour la politique turque et le Hamas a fait son deuil d’une levée du blocus.

Faute d’avoir pu obtenir l’essentiel, Ankara a cependant promis la mise en place d’un dispositif qui constitue la seule nouveauté de l’accord israélo-turc. La Turquie financerait à Gaza la construction d’un port, d’un hôpital et d’une centrale électrique, et elle acheminerait une aide humanitaire massive via le port israélien d’Ashdod. Impuissante à faire lever le blocus israelien, elle offrirait ainsi, sous le contrôle d'Israel, des compensations matérielles aux Palestiniens de Gaza. Evidemment, cette initiative en faveur de la population civile se paierait d’une injonction faite à la  force armée de suspendre ses opérations. Dans un processus qui ressemble à des accords d’Oslo en miniature, la Turquie se proposerait-elle d’amadouer le Hamas, comme les puissances occidentales ont fini par domestiquer l’OLP ?
 

Par Bruno Guigue : Anti-Israelien avéré.

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Almanar
commenter cet article
30 juin 2016 4 30 /06 /juin /2016 10:09
Un coup danq l'eau : Washington appelle Téhéran à rompre avec le Hezbollah
 

Les Etats-Unis ont demandé lundi à l’Iran de rompre ses liens avec le Hezbollah.

Selon le porte-parole de la Maison Blanche, Eric Schultz, le soutien de l’Iran à cette organisation va créer des problèmes pour ce pays au sein des marchés internationaux.

« Les investisseurs n’entendent pas faire le commerce avec un pays qui fournit aux terroristes des sources financières», a-t-il prétendu.

Or, a-t-il réitéré, nous appelons l’Iran à cesser ce processus non seulement pour cette raison qu’il porte préjudice à la sécurité nationale mais également par ce qu’il n’ira pas dans le  sens des intérêts de Téhéran.  

Le porte-parole de la Maison Blanche a menacé que les Etats-Unis recourront à tous les instruments dont ils disposent y compris des sanctions pour faire face au Hezbollah.  

« Si l’Iran soutient le Hezbollah ce groupe sera en possession des sources pour régler  ses problèmes financiers. Pour la même raison si l’Iran souhaite accéder aux marchés internationaux il est indispensable que Téhéran contrôle ses comportements », a-t-il argué.

Source : Pars Today
 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Almanar
commenter cet article
30 juin 2016 4 30 /06 /juin /2016 10:01
Erdogan s’en prend aux organisateurs de la flottille pour Gaza
 

Peu après que le cabinet de sécurité israélien ait approuvé l'accord de réconciliation avec la Turquie mercredi, le président turc Recep Tayyip Erdogan s'en est pris à l'association qui avait organisé la flottille pour Gaza en mai 2010.  Des commandos israéliens avaient tué 10 militants turcs, provoquant une crise entre « Tel-Aviv » et Ankara.

Le quotidien israélien Haaretz, cité par i24, rapporte que le dirigeant turc a reproché mercredi soir à l'IHH Humanitarian Relief Foundation de ne pas lui avoir demandé la "permission" de naviguer jusqu'à l'enclave palestinienne.

"M'avez-vous demandez quoi que ce soit avant de mettre les voiles? Avez-vous demandé ma permission?", s'est offusqué publiquement Erdogan lors d'un repas d'iftar (rupture du jeûne du mois de Ramadan).

"Lorsque vous mettez les voiles, vous devez me le demander. Avez-vous demandé quoique ce soit au Premier ministre avant d'entreprendre votre mission humanitaire turque à Gaza?", a ajouté Erdogan.

Mais, selon lui en vertu de l'accord conclu avec Israel, la Turquie "a reçu des garanties selon lesquelles Israël autorisera l'entrée de l'aide humanitaire envoyée à Gaza a travers le port d'Ashdod."

Netanyahu avait refusé la levée du blocus israélien contre Gaza, affirmant qu'il n'était "pas prêt à renégocier" ce sujet.

Ces derniers jours, l'IHH Humanitarian Relief Foundation a exprimé de sérieuses critiques envers Erdogan, pour les compromis décidés dans le cadre du rétablissement des liens diplomatiques de son pays avec Israel.

Accord approuvé

Le cabinet de sécurité israélien avait plus tôt approuvé l'accord, en dépit de l'opposition du ministre de la Défense Avigdor Lieberman, du ministre de l'Éducation Naftali Bennett et de la ministre de la Justice Ayelet Shaked.

Mardi, le bureau du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait envoyé aux ministres du cabinet de sécurité une copie de l'accord de normalisation avec la Turquie, ainsi qu'une lettre dans laquelle Ankara s'engage à aider à retrouver les Israéliens disparus ou emprisonnés à Gaza.

Deux ministres, qui ont requis l'anonymat, ont révélé à Haaretz que l'accord ne faisait que trois pages. Une page est consacrée aux dédommagements qu'Israël s'est engagé à verser aux victimes de l'incident du Mavi Marmara, alors que les deux autres pages traitent de la normalisation des relations entre les deux pays. Selon les ministres, il n'y a pas de détails ou de clauses dans le texte qui n'ont pas déjà été rendues publiques.

Quant à la lettre d'accompagnement, elle est adressée à l'envoyé spécial du Premier ministre pour les pourparlers de réconciliation avec la Turquie, Joseph Ciechanover.

Signée par le sous-secrétaire turc sortant des Affaires étrangères Feridun Sinirlioglu, la lettre indique que le président turc Recep Tayyip Erdogan a ordonné à toutes les institutions publiques compétentes de faire tout ce qui était en leur pouvoir pour mettre un terme à la question des Israéliens disparus à Gaza, "pour des raisons humanitaires".

La lettre indique expressément que cette question n'a aucun lien avec l'accord de normalisation, mais qu'elle est indépendante, et montre la bonne volonté de la Turquie.

Le porte-parole de M. Erdogan, dépeché à Rome dimanche pour la conclusion des pourparlers, a déclaré mardi que le processus de normalisation des relations devrait avancer cette semaine, avec la nomination de nouveaux ambassadeurs à Ankara et Tel Aviv.

"De nouvelles initiatives seront bien sûr prises pour restaurer les liens avec Israël dans les domaines de l'économie, le commerce et l'énergie", a ajouté le porte-parole Ibrahim Kalin.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Almanar
commenter cet article
28 juin 2016 2 28 /06 /juin /2016 01:07
Le Liban dans le collimateur de la terreur /alQaa: Trois nouveaux attentats suicide meurtriers
 

Le terrorisme a réussi à frapper une nouvelle fois au Liban, cette fois-ci à l’extrémité nord-Est du pays.

Plusieurs attentats suicide menés par des kamikazes ont coûté la vie à au moins cinq personnes dans un village à majorité chrétienne de l'est du Liban, une région troublée en raison de sa proximité avec la Syrie en guerre.

Dans la soirée de lundi, le village  frappé par quatre attaques suicide, a indiqué une source militaire à l'AFP. Treize personnes ont été blessées, selon des sources hospitalières citées par l'agence nationale libanaise.Elles ont été transportées aux hôpitaux de la région.
 
La direction de l’armée a avisé les habitants de Qaa, dans un communiqué ce soir, de ne pas se rassembler dans les places de la région et de respecter les mesures de sécurité adoptées par les forces de l’ordre.

"A 22h30 ce soir, plusieurs explosions terroristes ont retenti dans la région de Qaa, faisant un nombre de blessés parmi les citoyens. Le commandement de l’armée appelle les habitants de la région à ne pas se rassembler dans la localité et à respecter les mesures adoptées par la troupe," souligne le communiqué.


Dans les détails, des  kamikazes à moto se sont  fait exploser au centre d'Al-Qaa, au moins un devant l'église et deux à proximité d'un véhicule blindé et d'une unité militaire de renseignement, selon une source militaire. Une source de sécurité a pour sa part indiqué que deux des explosions ont eu lieu près de la mairie.
   
Des combats ont éclaté à l'extérieur du village entre l'armée libanaise et des groupes armés. L'artillerie de l'armée a bombardé la province d'alQaa. L’Agence Nationale de l’Information a appris, par l’intermédiaire de son correspondant sur place, que des tirs d’armes moyennes se font entendre en ce moment à Qaa et que l’armée lance des fusées éclairantes.
   
Le  Hezbollah, a condamné ces attaques.

Pour le Premier ministre libanais Tammam Salam, cette opération montre "les plans funestes visant le Liban et les risques qui menacent le pays".
   
Le chef de l'armée, le général Jean Kahwaji, a de son côté rendu hommage à Al-Qaa et aux autres villages frontaliers qui "représentent la première ligne de défense du Liban face au terrorisme".
 
La coordonnatrice spéciale de l'ONU pour le Liban, Sigrid Kaag, a "condamné" cette attaque et appelé la communauté internationale à "améliorer les capacités de l'armée libanaise face aux défis sécuritaires, dont les menaces terroristes".

Journée sanglante pour alQaa

 

 

Auparavant, vers 4h20 heure locale de Beyrouth, une série d’attentats terroristes a frappé le village frontalier à majorité chrétienne d'Al-Qaa, dans la Bekaa du Nord.

Selon des informations préliminaires, un habitant du village a suspecté quatre personnes présentes dans une maison du village. Interrogés sur ce qu’ils faisaient, ceux-ci ont prétendu être des membres des services de renseignements de l’armée libanaise.

Une querelle a éclaté entre les suspectés, au nombre de quatre, et ledit citoyen de la famille Moqalled qui est allé chercher son fusil et a tiré en leur direction.

C’est à ce moment alors qu’un kamikaze a actionné sa ceinture explosive.

Quelques instants plus tard, les trois autres kamikazes se sont fait exploser parmi les citoyens, qui s'étaient rassemblés sur la place du village pour s’informer sur les raisons de la première détonation. 

 
L'Agence nationale de l'information (ANI) a fait état de quatre attentats suicide séparés par des intervalles de dix minutes. 

Une bombe a explosé puis "au moins deux kamikazes se sont fait exploser", a déclaré auparavant à l'AFP un responsable libanais de la sécurité.

Les services sécuritaires ont ouvert une enquête pour dévoiler la véritable destination des kamikazes et leurs cibles.

Cinq martyrs et une quinzaine de blessés

Concernant le bilan des victimes de ces quatre attentats, il est question de cinq personnes qui sont tombées en martyres et 15 autres qui ont été blessées.

Selon Georges Kettaneh, le secrétaire général de la Croix-Rouge libanaise, interrogé par l'AFP, "au moins huit personnes dont trois kamikazes ont été tués et quinze ont été blessées".

 
La zone frontalière avec la Syrie a été le théâtre de multiples affrontements entre l'armée libanaise et des groupes terroristes comme le Front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al Qaïda, ou la milice wahhabite takfiriste Daech.

Ces affrontements se sont accentués en août 2014 lorsque Al Nosra et Daech ont enlevé 30 soldats et policiers libanais, à Arsal, et exécuté un nombre d'eux.

Présence terroriste sur le sol libanais

Le Liban accueille plus de 1,1 millions de réfugiés syriens sur tout son territoire, notamment à Aarsal, au nord Est du pays.

Des rapports sécuritaires libanais et internationaux confirment que parmi eux figurent un nombre de miliciens terroristes prêts à mener des attaques contre la population et l’armée libanaises.

C’est grâce aux combats menés conjointement par l’armée libanaise et le Hezbollah que la majeure partie de la frontière libano-syrienne à l’Est du pays a été sécurisée.

L’infiltration des terroristes est devenue alors quasi impossible et plusieurs tentatives d’attentats à la voiture piégée ont été sabotées à ce jour.

Mais lorsque l’armée et le Hezbollah sont arrivés au bord du village d’Aarsal pour poursuivre le nettoyage du reste de la frontière, toute une campagne politico-médiatique du camp politique du 14-mars a été lancée, brandissant la menace de la discorde sunnite-chiite.

Ce qui a empêché la poursuite des opérations du nettoyage de la frontière Nord-Est du Liban, facilitant ainsi la reprise des attaques terroristes à l’instar de l’attentat survenu ce lundi matin dans le village d’al-Qaa.


Sources: alManar, AFP 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans AFP Almanar
commenter cet article
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 11:29
Almanar- Herbollah : Le camp Trump dit à "Israël" d’attendre avant de signer l’aide militaire US
 

Un des principaux conseillers de Donald Trump a déclaré mercredi que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu devrait attendre que le candidat républicain à la présidentielle accède à la Maison Blanche, avant de signer un pacte d'aide militaire avec Washington.

« Trump proposerait une meilleure offre que l'administration Obama », a souligné David Friedman.

Dans une interview accordée à la télévision israélienne Arutz 2, citée par i24, il a déclaré qu' « une administration Trump aurait le souci de maintenir l'avantage militaire d'Israël sur ses voisins », ajoutant que Trump ne réduirait pas l'aide militaire américaine attribuée à Israël, mais « l'augmenterait de façon significative, selon toute vraisemblance ».

« Le programme d'aide ne diminuera certainement pas, selon toute vraisemblance. Il augmentera de façon significative, car Israël doit maintenir une supériorité technologique et militaire dans la région », a déclaré Freidman. « Je ne peux pas donner de conseils à Israël sur la façon de négocier et le développement de sa propre stratégie », a-t-il encore dit.

Les propos de Friedman sont apparemment en contradiction avec l'appel du candidat républicain à ce qu' « Israël rembourse l'aide étrangère dont il a bénéficié ».

En mars dernier, Trump avait en effet déclaré qu'il estimait qu'Israël devait payer pour l'aide militaire qu'il reçoit des États-Unis.

Ses propos étaient intervenus alors que Jérusalem et Washington sont au milieu de négociations sur une nouvelle aide militaire américaine pour dix ans, à la suite de celle qui expire en 2018 et qui se chiffre actuellement à plus de 3 milliards de dollars par an.

Israël tente de convaincre l'administration américaine d'augmenter cette aide à 5 milliards de dollars par an.

Le ministre israélien de la guerre Avigdor Liberman a affirmé mardi qu' « Israël » et le gouvernement américain étaient proches de la finalisation du plan d'aide militaire.

Lors de sa visite aux Etats-Unis, Liberman a rencontré son homologue américain Ashton Carter à Washington, avant de participer mercredi à une cérémonie de présentation des avions de chasse F-35 fabriqués par Lockheed Martin et achetés par l'armée de l'air de l’occupation israélienne. Les premiers sont censés être livrés en décembre.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Almanar
commenter cet article
21 juin 2016 2 21 /06 /juin /2016 08:58
La Turquie et Israël s’apprêtent à annoncer la normalisation de leurs relations
 

La Turquie et "Israël" devraient annoncer dimanche leur décision de normaliser leurs relations diplomatiques, très tendues depuis l'assaut meurtrier en 2010 par des commandos israéliens d'un navire turc affrété pour Gaza en plein blocus, a annoncé mardi le Hurriyet.

Citant des "sources haut placées" ayant requis l'anonymat, le quotidien indique qu'un responsable du ministère des Affaires étrangères turc et un envoyé spécial du Premier ministre israélien devraient se rencontrer dimanche -- sans préciser où -- pour annoncer la normalisation totale des relations, marquant la fin d’une séparation de six ans entre Tel Aviv et Ankara.

Les relations diplomatiques, sans être rompues, avaient été abaissées avec le retrait des ambassadeurs et le gel de la coopération militaire après l'assaut mené par des commandos israéliens contre le Mavi Marmara, un  navire affrété par une association humanitaire turque, dans lequel dix Turcs pro-palestiniens ont trouvé leur mort.

Le bateau faisait partie d'une flotille internationale chargée d'aide humanitaire pour tenter de briser le blocus imposé par « Israël » contre la bande de Gaza.

Ankara avait posé trois conditions à une normalisation : des excuses publiques pour l'assaut, des indemnisations financières pour les victimes et la levée du blocus imposé par « Israël » contre Gaza. Les deux premières ont été partiellement satisfaites.

L'accord de normalisation entre la Turquie et « Israël » devrait être formalisé en juillet par les deux parties, et la réconciliation entérinée avant la fin juillet avec la nomination d'ambassadeurs, ajoute le Hurriyet.

Une normalisation avec « Israël » interviendrait alors que la Turquie vient d'envoyer des signaux montrant sa volonté de sortir de son isolement sur la scène internationale.

Vendredi, le nouveau Premier ministre Binali Yildirim a ainsi adressé des signes d'apaisement en direction de plusieurs pays voisins de la Turquie, mentionnant notamment « Israël », la Russie ou l'Egypte.

Il ne peut pas y avoir d'inimitié permanente entre ces pays qui bordent la Méditerranée (ou) la mer Noire", a déclaré M. Yildirim dans une interview publiée par le quotidien Hürriyet.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Almanar
commenter cet article

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée