Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

20 juillet 2015 1 20 /07 /juillet /2015 05:10

A Paris, l’Eglise catholique exploitait 3000 bordels et 40 000 prostituées : mères célibataires, vierges violées, veuves ou répudiées

« On ne peut traverser le pont d’Avignon sans rencontrer deux moines, deux ânes et deux putains. » Ce célèbre adage médiéval témoigne de la vitalité du « plus vieux métier du monde » dans la cité des papes. Mais bien d’autres villes de France peuvent se targuer d’une telle réputation. S’il est certain que l’Église et l’État exploitaient les bordels et prostituées déclarées, rien n’atteste qu’ils géraient la totalité des 3000 bordels parisiens du 15e siècle, et des 40 000 prostituées parisiennes du 18e siècle, pour la plupart clandestines.

http://matricien.org/patriarcat/sociologie/prostitution/bordel-eglise/

Les causes anthropologiques

L’Église contrôle la sexualité pour garantir des héritiers légitimes

Le Moyen-âge s’étend sur près d’un millénaire, de 476 (chute de Rome) à 1453 (fin de la guerre de Cent-Ans). Compte tenu du rôle de l’Église dans la prostitution, il est utile de marquer son début en France avec la conversion chrétienne (496) de Clovis, roi des Francs. Ce baptême marque en effet le début du lien entre le clergé et la monarchie française, dorénavant le souverain règne au nom de Dieu et seuls ses descendants légitimes (fils conçus dans le mariage) peuvent accéder au trône. La légitimité passe par la foi catholique et par les liens sacrés du mariage (seul garant de la reconnaissance de paternité). On remarquera qu’au Vatican, l’âge du mariage est aujourd’hui encore de 14 ans pour les filles, il était de 12 ans jusqu’au début du XXe siècle. Fort de l’autorité divine, le clergé catholique se donne comme mission sociale de réglementer la sexualité (virginité & chasteté). Cette réglementation se colore à la fois du rôle sexuel pervers attribué à la femme dans la chute biblique de l’homme (la pomme d’Ève) et d’une application confrontée aux débauches et contingences de l’époque (la paternité n’est plus garantie). Inutile de dire que la prostitution n’a officiellement pas droit de cité.

Lire Le serpent de la tentation, compagnon de la Déesse-Mère primordiale

En croisade contre le sexe

Durant ce millénaire, pas moins de 25 conciles, dont quatre des conciles du Latran, vont en effet exiger la chasteté avant le mariagecondamner le plaisir sexuel et interdire les positions qui ne servent pas uniquement à la procréation. Toutefois, malgré les nombreux interdits et exigences de l’Église, tous les actes sexuels illicites se pratiquent, et pas toujours en cachette, loin de là! Ainsi en est-il de la prostitution, une pratique hautement dénigrée par l’Église, et pourtant répandue à travers toute la France, y compris par les bons offices des religieux et religieuses, avec le soutien dévoué de la noblesse…

Pour prévenir les viols collectifs

Le terme « viol » n’apparaît qu’au XVIII° siècle. Avant on parle d’efforcement ou de défloration si le viol a lieu sur une femme vierge. Le viol est très courant à l’époque médiévale, cependant peu de plaintes sont à noter : peur des représailles, honte sur la famille… Ces viols sont le fait des jeunes hommes. En bande, ces jeunes citadins « chassent la garce ». On les appelle les « hommes joyeux ». L’affirmation de la virilité entraîne fréquemment un déchaînement de violence et se traduit par des viols collectifs commis sur des femmes isolées et faibles, réputées communes. Soucieuses d’éviter ces dérapages, les autorités encouragent l’essor d’une prostitution officielle. La prostitution est un phénomène de sécurité publique et donne satisfaction aux pulsions les plus enfouies. Comme certains le disent, la prostitution est un mal nécessaire. Les prostituées ont une responsabilité sociale : défendre l’honneur des femmes « d’estat » (femme de vertu) et lutter contre l’adultère. Le prostibulum peut être alors considéré comme une institution de paix où les jeunes tempèrent leur agressivité.

Femmes sans maris, femmes sans honneur

Les femmes victimes de ses viols sont rarement des fillettes car l’homme sera réprimé très sévèrement, ni des femmes de milieu aisée car cela peut être parfois considéré comme un crime. Le plus souvent, les victimes sont des femmes célibataires, des veuves ou des épouses délaissées, des femmes qualifiées de déshonnêtes car elles n’ont plus de maris. Seul le statut d’épouse ou de mère est valorisé et reconnu. Ces femmes sont souvent issues de milieux démunis, servante ou épouse d’ouvrier car la sanction sera faible voire inexistante. Par conséquence, La femme est diffamée par le viol, elle y perd son honneur (la Fame Publica). Ainsi, une femme célibataire aura des difficultés à trouver un époux et une femme sera vraisemblablement abandonnée par son mari.

Une nécessité sociale de la chrétienté

Un mal nauséabond pour prévenir la fornication et l’adultère

Saint Augustin à propos de la prostitution au 5ème siècle : « Supprimez les prostituées, vous troublerez la société par le libertinage ».

À partir de la fin du XIIIe siècle, et ce, jusqu’au XVe, le métier est vu plutôt comme une pratique immuable. La tradition chrétienne considère la prostitution comme un moindre mal nécessaire. Les Pères de l’Église en témoignent, d’Augustin d’Hippone au IVe siècle qui estime qu’elle est naturelle et permet de protéger les femmes honorables et les jeunes filles du désir des hommes, jusqu’à Thomas d’Aquin au XIIIe siècle, qui juge qu’elle est nécessaire à la société comme les toilettes à une maison :

« Cela sent mauvais, mais sans elle(s), c’est partout dans la maison que cela sentirait mauvais. »

La prostitution est d’ailleurs tellement naturelle que, pour plusieurs théologiens, il est préférable qu’une femme y pousse son mari plutôt que de consentir à certains rapports sexuels considérés, eux, comme de graves péchés. Dans une perspective du moindre mal, ces femmes sont sacrifiées pour un bien supérieur, l’ordre public. Souvent, en effet, c’est la permanence des viols par bandes organisées qui amène les municipalités à se poser la question d’organiser la prostitution afin de canaliser l’agressivité sexuelle des hommes.

Les bordels de l’Église, un mal naturel pour éviter le péché

Au Moyen Âge, les responsables de l’ordre public, municipalités, seigneurs laïcs ou ecclésiastiques (évêques, abbés et pape), organisent progressivement la prostitution, déjà à partir du XIIe siècle, et surtout à partir du XIVe siècle, en tirant un profit financier. On trouve même des bordels possédés par des monastères ou des chapitres. La prostitution est toujours considérée comme naturelle, comme un moindre mal. Au cœur des cités méridionales, les maisons de fillettes, les châteaux gaillards et autres maisons lupanardes deviennent des institutions municipales, entretenues et inspectées par les consuls. On précisera que la majorité sexuelle est toujours de 12 ans au Vatican (elle était de 11 ans en France en 1832). En Italie du Nord, les autorités expliquent même que le recrutement de prostituées attirantes permettra de convaincre les jeunes gens de se détourner de l’homosexualité. Les villes et les bourgs ouvrent ainsi officiellement des maisons municipales de prostitution ou bien désignent les quartiers de la cité, généralement ses faubourgs, où la prostitution sera tolérée.

Lire Exclusion des filles mères, mères célibataires, mères seules : avortement et abandon des enfants sans père

Dieu vous le rendra

Une richesse pour le clergé et les municipalités

Les municipalités profitent de ce commerce et s’enrichissent en prélevant des taxes sur les maisons publiques ou en mettant les fillettes à l’amende. On constate souvent, en dépouillant les registres de comptes, que les loyers et les rentes tirés des maisons de prostitution sont traités au même titre que les autres revenus, y compris dans les registres des abbayes. Au XIIIe siècle, les canonistes admettent d’ailleurs la recevabilité des profits tirés de la prostitution à condition que la fille exerce par nécessité, et non par vice et plaisir. Les propriétaires des maisons, parfois des notables, n’ignorent rien des activités de leurs locataires, et encaissent sans vergogne les bénéfices. C’est le cas des familles Villeneuve et Baronnat à Lyon, de l’évêque de Langres ou de l’abbé de Saint-Etienne à Dijon.

Plus lucratif que les dons des fidèles

D’ailleurs, Voltaire rapportait que l’évêque de Genève administrait tous les bordiaux de ces terres. Dominique Dallayrac va même jusqu’à avancer que la prostitution amena plus de richesse au clergé que tous leur fidèles réunis. St-Thomas d’Aquin raconte également que des moines perpignanais organisaient une collecte de fond pour ouvrir un nouveau bordel, dont ils vantaient le mérite; « oeuvre sainte, pie et méritoire ». D’ailleurs, La chose ira encore plus loin, car en 1510, le pape Jules II fit construire un bordel strictement réservé aux chrétiens.

La Chapelle Sixtine financée grâce à la taxe sur la prostitution

Pour renflouer les finances du Vatican et payer les corporations travaillant sur la chapelle qui portera son nom, le pape Sixte IV (1414 – 1484) eut l’idée géniale de taxer toutes les prostituées et les prêtres concubinaires dans les Etats Pontificaux, y compris Rome. Cette taxe rapporta au Vatican 30.000 ducats par an. Une véritable fortune. Selon les données statistiques de 1477, il y avait 6.300 prostituées reconnues officiellement et des nombreux célibataires. Le projet avait été lancé en 1046 par le Pape Clément II, Suidger de Morsleben et Hornburg (1005-1048) d’origine allemande, qui avait obligé toutes les prostituées romaines à verser un impôt au saint-siège sur chaque rencontre avec un nouveau client.

S.S. Sixte IV, un pape pédéraste, incestueux et proxénète

Afin de profiter de cette manne financière, le pape Sixte VI (1414 – 1484) acquis lui-même une maison close devenant un proxénète. Jusqu’à son élection, Sixte IV jouissait d’une bonne réputation. Sous son pontificat, il fit l’objet de jugements controversés dus à l’emprise que ses neveux prirent sur lui. De fait, il nomma cardinal de nombreux jeunes gens, célèbres par leur beauté, parmi lesquels son neveu Raphaël Riario – cardinal à 17 ans, accusé d’être son amant. On prétendit aussi que le goût du pape pour les garçons était notoire. Le théologien Balaeus (xvie siècle) assure de manière peu vraisemblable que Sixte IV aurait donné aux cardinaux « l’autorisation de pratiquer la sodomie pendant les périodes de grandes chaleurs ». C’est ce que l’on appelait alors le « vice italien ». Aujourd’hui encore, la majorité sexuelle au Vatican est de 12 ans.

La vie sexuelle des papes

Meurtres, prostitution, pédérastie

Tiré de « L’Écho des Cantons » no. 7, septembre 2000.

Le palais papal, un lieu maudit

C’est un pape aux mœurs corrompues, Léon III (du 26 décembre 795 au 12 juin 816) qui couronna à Rome au mois de décembre de l’an 800, l’empereur Charlemagne (742-814). Étant réputé pour aimer la bonne chère, le vin et surtout les plaisirs charnels, Léon III échappa à une tentative d’assassinat complotée par deux prêtres désireux de débarrasser Rome et l’Église de ce pape dépravé. Étienne IV (du 22 juin 816 au 24 janvier 817) ne fut pape que quelque mois, mais son successeur, Pascal 1er (du 25 janvier 817 au 11 février 824) mena une vie de débauche qui, pendant les sept années de son pontificat, fit de la ville sainte et du palais papal des lieux maudits où libre cours sexuel était donné a toutes formes de perversions inimaginables.

Le lupanar privé du pape

Venu a Rome pour se faire sacrer empereur, Lothaire (795-855), petit-fils de Charlemagne, fut scandalise par tout ce désordre et fit des remontrances très sévères a Pascal. Le saint-père promit a Lothaire de reformer ses mœurs mais des que celui-ci eut le dos tourné, Pascal Ier emprisonna deux humbles prêtres pour avoir dénoncé ses comportements pervers. Comme sentence exemplaire on leur arracha la langue et les yeux avant de les décapiter. Plus tard, le pontificat de Léon IV (du 10 avril 847 au 12 juillet 855) sembla être au-dessus de tout soupçon jusqu’au jour où certains chroniqueurs de l’époque affirmèrent que le pontife avait installé dans sa propre maison un couvent de religieuses afin de s’adonner avec celles-ci a des plaisirs sexuels  » très torrides « .

La légende de la papesse Jeanne

C’est a partir de la fin de la papauté de Léon IV que naquit plusieurs légendes a connotations sexuelles qui fortifièrent l’histoire de la papesse Jeanne. Il est très peu probable qu’une femme ait succédé a Léon IV sur le trône de la chrétienté, vers l’an 856, comme le veut la légende qui prit naissance au milieu du 13ème siècle, et racontée par l’entremise des chants des troubadours et des ménestrels.

Un pape gay en prison, assassiné par ses « mignons »

Celle-ci fut vraisemblablement inspirée par l’histoire malheureuse d’un pape dévergondé du nom de Jean VIII (du 14 décembre 872 au 16 décembre 882). Jean VIII fut reconnu comme étant un pape débauché qui fut jeté plusieurs fois en prison parce qu’il ne s’occupait pas de ses charges pontificales. Ce pape homosexuel, qui aimait les jeunes garçons, connut une fin tragique aux mains des membres de la famille de l’un de ses  » mignons  » qui, trouvant que le poison qu’ils lui avaient administre n’agissait pas assez vite, lui fracassèrent le crane a coup de marteau.
 
Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Enquetes&debats
commenter cet article
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 15:33

Tsahal et la "vieille palestinienne"

Desinformation

 
Le choc des photos, le poids des morts
 
Afin de démontrer les atrocités commises par l'armée Israélienne Tsahal, le web "subversif" français fait abondamment circuler une histoire... bidonnée.
 
Sur d'innombrables sites, et notamment en Français sur lelibrepenseur.org ou encore quenelplus.com, on peut voir la photo d'un soldat de Tsahal en train de donner de l'eau à une veille dame palestinienne puis une autre photo de la même vieille dame, vraisemblablement morte.

 

L'histoire donnée en pâture est la suivante :

  • un soldat israélien se fait prendre en photo en train de donner de l'eau à une vieille dame nommée Ghalya Abu-Rida
  • une fois le cliché pris, il se recule d'un mètre, lui tire dans la tête et la regarde se vider de son sang

Or, au-delà de l'aspect inhumain de cette histoire, un détail laisse franchement sceptique :

  • une balle dans la tête... alors que sur photo, en gros plan, on ne distingue pas la moindre trace d'impact ?

Ceux qui relaient cette histoire étant exactement les mêmes que ceux qui hurlent au complot parce que la tête d'Ahmed Merabet (policier tué lors de l'attentat de Charlie Hebdo) n'a pas littéralement explosé au moment du tir à bout portant, tout cela pourrait prêter à sourire s'il ne s'agissait de morts et donc... de drames.

En fait, pas besoin de chercher bien loin les raisons de l'absence de marque sur le visage de la vieille dame puisqu'il s'agit ni plus ni moins que d'une navrante manipulation des faits :

  • Oui la vieille dame est morte, le 3 août 2014. Son décès a été rapporté par l'ONG palestinienne Al-Haq
  • Oui la photo est bien celle de Ghalia Abu Rida, habitante de Khuza.
  • Non, le soldat ne l'a pas tuée à bout portant puisque, comme précisé noir sur blanc par l'ONG dans son rapport, elle fait partie d'un groupe de 10 personnes (elle et neuf combattants) retrouvées mortes sous les décombres de maisons détruites après un bombardement de la zone !

[capture : extrait du site de l'ONG Al-Haq]

 

Dans la guerre à la manipulation de l'info,  Al-Haq est-elle une source digne de confiance ?

Al-Haq is an independent Palestinian non-governmental human rights organisation based in Ramallah, West Bank. Established in 1979 to protect and promote human rights and the rule of law in the Occupied Palestinian Territory (OPT), the organisation has special consultative status with the United Nations Economic and Social Council.

Al-Haq est une organisation Palestinienne non gouvernementale et indépendante basée à Ramallah. Cette ONG a été fondée en 1979 pour promouvoir et protéger les droits de l'homme dans les territoires occupés. Compte-tenu du travail qu'elle effectue sur le terrain, de ses statuts et de la nature même de ses missions, on peut difficilement la taxer d'être pro-sioniste ou de chercher de quelque manière que ce soit à défendre les intérêts d'Israël.

A moins de les soupçonner ouvertement d'avoir maquillé les causes de la mort de la vieille dame ou d'être incompétents au point de n'avoir pas vu que sa mort avait été causée par une balle à bout portant dans la tête, on ne peut que valider leur rapport.

En revanche, pour ce qui est de quenelplus, on a bien une petite idée de ce qui peut motiver la publication d'une telle intox sur ses pages puisque tout en bas on trouve l'encart suivant :

[capture réalisée sur le site quenelplus.com]

A la décharge du site d'information certifié par Dieudonné, il faut préciser que l'actu en question n'est qu'une reprise de l'article publié sur lelibrepenseur.org, lequel est quant à lui au-dessus de tout soupçon dès lors qu'il stipule dans sa présentation :

"Toutes les informations citées ou dites sur ce site sont prouvables et proviennent des innombrables lectures et visualisations de témoignages. Les références et ISBN des livres sont clairement mentionnés, les journaux ou vidéos aussi. C’est un travail sérieux qui ne supporte pas l’approximation."

Bon bah s'il le dit c'est forcément que ça doit être vrai alors...

Article par

Guillaume - Hoaxbuster.com
Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Enquetes&debats
commenter cet article
14 juillet 2014 1 14 /07 /juillet /2014 18:39

La prise de la Bastille par les Palestiniens : la dérive d’un pays

14 juillet 2014, 11:52 Auteur :

 

Dans la capitale, les manifestants (7.000 selon la police, 30.000 selon les organisateurs) ont quitté le quartier de Barbès dimanche après-midi derrière une banderole qui affichait «Soutien total à la lutte du peuple palestinien», en direction de la place de la Bastille.

La  vidéo des attaques des Pro-Palestiniens à Paris.

Lille, entre 2300 (selon la police) et 6000 personnes (selon les organisateurs), avec une autorisation  de la Préfecture ?

Quand la tête de la manifestation est arrivée place de la Bastille, des heurts limités avec les forces de l’ordre ont éclaté dans certaines rues.

Des projectiles ont commencé à voler en direction des policiers et gendarmes, qui ont répliqué à coups de grenades lacrymogènes.

Des dégâts légers ont été causés à des devantures de commerces.

Qui va payer ? l’Etat donc VOUS avec vos impôts.

La synagogue de la rue de la Roquette a été attaquée par plusieurs dizaines d’individus avec des battes, prenant prétexte de la situation à Gaza.

SOS racisme dénonce également le manque de réactivité et le temps d’intervention des forces de l’ordre. L’association pointe également la responsabilité des organisateurs des manifestations en soutien aux populations de Gaza qui sont, pour certains, prétexte à des propos et actes antisémites.

« Quand les synagogues se comportent comme des ambassades, il n’est pas étonnant qu’elles subissent les mêmes attaques », a tweeté l’écologiste Pierre Minnaert.

EELV condamne ses propos… le verbiage habituel.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Enquetes&debats
commenter cet article
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 22:20

Qui a peur du grand méchant lobby sioniste?

2 juin 2014, 8:46 Auteur :

Certains sont très forts pour brandir l’épouvantail du lobby sioniste, mais demeurent étrangement silencieux quand la persécution des Palestiniens vient des pays arabes.
 

http://www.dailymotion.com/video/x1xup0y_qui-a-peur-du-grand-mechant-lobby-sioniste_news?start=1

 Enquetes et Debats

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Enquetes&debats
commenter cet article
20 mai 2014 2 20 /05 /mai /2014 21:36

Elie Wiesel a été la caution la plus prestigieuse pour la supercherie Survivre avec les loups

Enquetes et debats - Jean - 21.5.2014

 

Outre les doutes sérieux qui planent sur l’authenticité du témoignage d’Elie Wiesel sur les camps de la mort (voir ou pour les détails), il est troublant d’apprendre qu’il a aussi été la caution la plus prestigieuse pour la supercherie Survivre avec les loups, de Misha Defonseca. Un reportage de la télévision canadienne ose briser le silence et égratigner la vache sacrée. Et toujours aucun journaliste pour poursuivre notre enquête ni pour ouvrir le débat. Malgré les apparences et les déclarations tonitruantes, la défense de la mémoire de la Shoah n’intéresse apparemment pas grand monde…

http://www.dailymotion.com/video/x1vwsqc_elie-wiesel-a-ete-la-caution-la-plus-prestigieuse-pour-la-supercherie-survivre-avec-les-loups_webcam?start=4

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Enquetes&debats
commenter cet article
5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 07:05

Parution des Confessions de Michka

2 janvier 2014, 13:38 Auteur :
Vous vous souvenez sans doute de l’affabulatrice de la Shoah Misha Defonseca, qui avait fait croire dans un livre (Survivre avec les loups) porté ensuite à l’écran qu’elle avait échappé aux nazis étant enfant en se cachant dans la forêt et en étant protégée par des loups. Les antisémites et négationnistes de tous poils en avaient profité pour en faire la preuve que la Shoah était elle-même une affabulation. Pourtant Misha Defonseca s’était bel et bien inspirée d’histoires vraies de jeunes juifs et de jeunes juives à qui il était arrivé précisément de devoir se cacher dans la forêt pour tenter d’y survivre, et d’y avoir pour cela rencontré des loups. Voici le témoignage bouleversant de l’un de ces survivants, Michka (à ne pas confondre avec Misha donc), qui paraît ces jours-ci aux éditions Tatamis. Le livre est disponible dès à présent sur le site de l’éditeur. En voici la vidéo officielle :
 

Et la 4ème de couverture.

“Les confessions de Michka, rescapé de la machine meurtrière nazie, nous entraînent dans le maelström de la fuite ahurissante d’un jeune garçon juif, âgé d’une dizaine d’années qui s’échappe du ghetto de Bialystok et échoue dans la forêt. Là, il connaît la faim, le froid, la douleur et surtout la solitude. Dans cet univers glacé, il se heurte soudain à une horde de loups…  « Quelques-uns me jetèrent un regard triste, sans manifester d’hostilité particulière. Je sentis mon corps se figer et mon cœur battre à tout rompre dans l’attente d’une attaque soudaine, qui ne vint jamais… »

Cela nous ramène inévitablement à l’échafaudage imaginaire de Misha Defonseca et à sa condamnation à l’oubli d’autres innocents parmi les loups qui se retrouvaient plus seuls et plus abandonnés que jamais.

Comment ne pas être sceptique après cette scandaleuse invention de Defonseca ? Comment vérifier si les confessions de Michka sont fiables ? Il suffit pour cela d’écouter les rescapés de la Shoah qui ont vécu un certain temps dans la forêt pour comprendre qu’une attitude pareille des loups a été réellement vécue. La radio militaire israélienne Galei Tsahal en a recueilli quelques témoignages lors des entrevues avec des rescapés… ou les découvrir simplement sur internet.

L’auteur : Thérèse Zrihen-Dvir, née à Marrakech, Maroc, est la petite-fille du président de la communauté juive de Marrakech, feu Rabbi Moshé Zrihen, Rabbin-juge. Après la guerre des Six Jours, elle quitte le Maroc et s’installe en Israël avec sa famille. Elle suit son époux au Canada en 1981 où elle y réside jusqu’en 1985. Elle ne reprendra l’écriture de ses poèmes et œuvres littéraires qu’à l’âge de cinquante-cinq ans lors de sa retraite de son poste de directrice de compagnies Hi-Tech. Depuis, elle publie ses œuvres en trois langues, Anglais-Français et Hébreu.”

On attend donc le méa culpa (qui ne viendra jamais) de ces antisémites et autres négationnistes qui verront dans ce témoignage la preuve que la Shoah n’est pas une affabulation…

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Enquetes&debats
commenter cet article
2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 04:06

Parution des Confessions de Michka

 
 
2 janvier 2014, 13:38 Auteur :
 
 
Vous vous souvenez sans doute de l’affabulatrice de la Shoah Misha Defonseca, qui avait fait croire dans un livre (Survivre avec les loups) porté ensuite à l’écran qu’elle avait échappé aux nazis étant enfant en se cachant dans la forêt et en étant protégée par des loups. Les antisémites et négationnistes de tous poils en avaient profité pour en faire la preuve que la Shoah était elle-même une affabulation. Pourtant Misha Defonseca s’était bel et bien inspirée d’histoires vraies de jeunes juifs et de jeunes juives à qui il était arrivé précisément de devoir se cacher dans la forêt pour tenter d’y survivre, et d’y avoir pour cela rencontré des loups. Voici le témoignage bouleversant de l’un de ces survivants, Michka (à ne pas confondre avec Misha donc), qui paraît ces jours-ci aux éditions Tatamis. Le livre est disponible dès à présent sur le site de l’éditeur. En voici la vidéo officielle :

Et la 4ème de couverture.

“Les confessions de Michka, rescapé de la machine meurtrière nazie, nous entraînent dans le maelström de la fuite ahurissante d’un jeune garçon juif, âgé d’une dizaine d’années qui s’échappe du ghetto de Bialystok et échoue dans la forêt. Là, il connaît la faim, le froid, la douleur et surtout la solitude. Dans cet univers glacé, il se heurte soudain à une horde de loups…  « Quelques-uns me jetèrent un regard triste, sans manifester d’hostilité particulière. Je sentis mon corps se figer et mon cœur battre à tout rompre dans l’attente d’une attaque soudaine, qui ne vint jamais… »

Cela nous ramène inévitablement à l’échafaudage imaginaire de Misha Defonseca et à sa condamnation à l’oubli d’autres innocents parmi les loups qui se retrouvaient plus seuls et plus abandonnés que jamais.

Comment ne pas être sceptique après cette scandaleuse invention de Defonseca ? Comment vérifier si les confessions de Michka sont fiables ? Il suffit pour cela d’écouter les rescapés de la Shoah qui ont vécu un certain temps dans la forêt pour comprendre qu’une attitude pareille des loups a été réellement vécue. La radio militaire israélienne Galei Tsahal en a recueilli quelques témoignages lors des entrevues avec des rescapés… ou les découvrir simplement sur internet.

L’auteur : Thérèse Zrihen-Dvir, née à Marrakech, Maroc, est la petite-fille du président de la communauté juive de Marrakech, feu Rabbi Moshé Zrihen, Rabbin-juge. Après la guerre des Six Jours, elle quitte le Maroc et s’installe en Israël avec sa famille. Elle suit son époux au Canada en 1981 où elle y réside jusqu’en 1985. Elle ne reprendra l’écriture de ses poèmes et œuvres littéraires qu’à l’âge de cinquante-cinq ans lors de sa retraite de son poste de directrice de compagnies Hi-Tech. Depuis, elle publie ses œuvres en trois langues, Anglais-Français et Hébreu.”

On attend donc le méa culpa (qui ne viendra jamais) de ces antisémites et autres négationnistes qui verront dans ce témoignage la preuve que la Shoah n’est pas une affabulation…

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Enquetes&debats
commenter cet article
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 11:44

Réinformation concernant le conflit israélo-palestinien

 

19 décembre 2013, 11:24 Auteur :  
  
Au moment où Israël subit une offensive médiatique de toute parts, non seulement des grands médias mais aussi de plusieurs associations politiques, des nationalistes antisémites aux musulmans pro-palestiniens, il est bon d’obtenir un travail de réinformation concernant le conflit israélo-palestinien. Grâce à Internet j’ai pu connaître trois auteurs: Eli Hertz, Mitchell Bard et David Meir-Levi. 
Le premier a son site internet appelé Myths and Facts où on trouve de nombreux articles sur le conflit israélo-palestinien mais aussi des documents comme des résolutions de l’ONU et les chartes des différentes organisations terroristes comme le Hamas, le PLO et le FATAH. On trouvera aussi une réponse à la résolution de la CIJ condamnant les colonies juives ainsi qu’une défense de l’unicité de Jérusalem en tant que capitale d’Israël. Le deuxième est le directeur de la Jewish Virtual Library et a écrit un guide également intitulé Myths & Facts qui retrace l’histoire du conflit des origines du sionisme jusqu’à nos jours. On apprendra plusieurs informations sur la responsabilité des leaders arabes dans la création des camps de réfugiés et l’éclatement des guerres de 48, 67 et 73, on a également droit à une page sur l’actualité politique.  Quant au dernier auteur il a écrit un essai intitulé “Big Lies” qui reprend les mêmes thèmes mais de manière plus résumée. C’est d’ailleurs en le lisant que j’ai appris ce qui s’est vraiment passé à Deir Yassin et que loin d’avoir expulsé les Arabes lors de la guerre de 48 les leaders juifs ont fait leur possible pour les empêcher de partir !
Ensuite dans les pages diverses il y a cette compilation par Paul Bogdanor de plusieurs citations de leaders palestiniens montrant une bonne fois pour toutes que si le conflit continue encore et encore c’est parce que ces mêmes leaders n’ont jamais voulu de la paix. Comme miroir viennent ensuite deux compilations de fausses citations truquées et tronquées pour faire passer les leaders israéliens pour des belliqueux, ainsi David Ben Gurion n’a jamais affirmé qu’il fallait expulser les Arabes ! Ici et ici
 
Très souvent des militants postent des prétendus citations du Talmud pour faire passer le judaïsme pour une religion suprémaciste où le goy est réduit à une bête de somme, je crois que l’un des lecteurs d’Enquête & Débat les a posté dans la page commentaire de ton site. Voici une page maintenue par un étudiant rabbin nommé Gil Student qui tord le cou à ses légendes.
À bon entendeur !
Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Enquetes&debats
commenter cet article
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 16:10

Aldo Sterone : L’Angleterre est foutue !

 

7 novembre 2013, 23:38 Auteur :  

aldoAldo Alderone est connu sur internet sous le nom d’Aldo Sterone. Il fait surtout des vidéos en ligne pour échanger et partager avec le public sur des thèmes de société et d’actualité. Voici comment il se présente  «  Je suis né en Algérie où j’ai passé la moitié de ma vie. J’ai passé l’autre moitié en Europe qui m’a servi de terre d’accueil et où j’ai pu me construire. Aujourd’hui, je m’élève contre l’arrivée en France et d’autres pays européens des mêmes phénomènes qui m’ont poussé à quitter mon pays d’origine et qui ont causé le malheur de beaucoup de gens »

imagesInterviewé par Hamid Zanaz , auteur de « Islamisme, Comment l’Occident creuse sa tombe, Ed. Paris/Max chaleil, Octobre 2013

 

Où postez-vous vos célèbres vidéos sur l’islamisme,  à Londres ou à Londonistan?

Vers la fin des années 1990, le Parti Travailliste (équivalent du PS en France) décide de faire dans le sociétal. Les cadres de ce parti considéraient que la population britannique de l’époque ne leur permettait pas d’atteindre leurs « objectifs de société ». Ils font donc le choix réfléchi et conscient de provoquer une immigration de masse vers le sol britannique. Comme révèle un document datant de 2000, ils savaient que ce projet allait rencontrer de l’hostilité de la part des locaux. Pour paralyser toute forme de critique, ils alimentent l’hystérie du politiquement correct et diabolisent la moindre pensée non conforme.

Si je ne parle que du PS britannique, je risque d’être injuste. On doit aussi souligner le rôle de l’UMP britannique, c’est-à-dire le Parti Conservateur. De 1979 à 1990, Margaret Thatcher occupait le siège de Premier Ministre. C’est elle qui a dit : « Il n’y a plus cette chose qu’on appelait société, il n’y a que des individus. ». A la fin de son règne, il n’y a plus de société, plus de destin commun, plus d’identité nationale… plus rien ; juste un pays peuplé d’individus équivalents et remplaçables.

La gauche profite de ce vide moral causé par la droite pour créer une société nouvelle. Une société où à, l’image des routes, tout est à l’envers. Aujourd’hui, l’État paye des millions en aide légale afin que des criminels étrangers puissent se battre contre leur expulsion. Les sacrosaints « Droits de l’Homme » sont brandis à chaque fois que la justice défend sa complaisance envers les criminels de tout poil. Il y a aussi une complaisance sans bornes avec les grands groupes financiers et industriels dont beaucoup ne payent même pas d’impôts alors qu’ils font des bénéfices colossaux en Angleterre.

Par contre, si vous n’êtes ni immigré, ni criminel de carrière, ni un membre de « minorité », ni un grand groupe puissant, si vous allez sentir la rigueur de la Loi. Pour cette raison, les autochtones s’écrasent. Ils font leur travail quand ils ont la chance d’en avoir un ; payent des impôts ; organisent des barbecues dans leur jardin et se taisent.

Dans ce contexte, il y a des quartiers qui sont devenus quasi-exclusivement peuplés de l’immigration « d’Asie », lisez Pakistan et Inde. Ces populations ont un mode de vie et des traditions qui sont les leurs. Quand ils sont venus en Angleterre, on ne leur a jamais demandé de s’intégrer. Puis, entre nous, s’intégrer à quoi ? La doctrine officielle dit qu’il n’y a que des individus. On ne s’intègre pas à des individus enfermés chez eux mais à une société qui a une identité forte et des valeurs qu’elle affiche fièrement. Les nouveaux arrivants ont donc gardé de forts attachements avec leur base culturelle et religieuse.

Par la force des choses, une fois qu’un quartier devient à 90% musulman, ceux-ci vont prendre le contrôle de manière plus visible. C’est juste une application authentique mais cynique du principe de démocratie locale. Si les chrétiens redevenaient majoritaires à 90% dans ces quartiers, les musulmans n’auraient aucun problème à leur redonner la gestion [cynisme intentionnel].

Je sais qu’ils ont intimidé des gérants de pubs. Ou malmené des gens qui affichaient leur homosexualité ou des comportements non compatibles avec la culture et la religion dominante du quartier. Les incidents restent rares parce qu’il y a peu de transgressions de ce code.

Moi je vis dans un quartier tranquille peuplé d’individus dans le sens thatchérien du terme. Je ne connais pas mes voisins. Ils ne me connaissent pas. Donc je peux supposer que c’est encore Londres.

 

Pourquoi adressez-vous toujours vos critiques aux Français tandis que certains avancent  que l’islamisation de l’Angleterre est déjà sérieusement en voie de réalisation ? Tribunaux islamiques, quartiers islamiques…

Je vis en Angleterre mais je me sens étranger dans ce pays. Je respecte les lois. Je paye des impôts [je fais des  barbecues] et, autant que possible, je consomme local. Pour le reste, je dirais que si je vivais en Corée du Nord, j’éviterai de faire de l’esprit sur Monsieur Kim. Quand on visite des pays, il y a toujours des choses qui nous choquent, mais il est de bon ton de ne pas montrer son étonnement. Si je vais au fond de l’Afrique et je vois un type nu avec son sexe dans une corne et dansant autour d’un feu, tu veux que je lui dise quoi ?

Aujourd’hui, la distance culturelle que j’ai envers l’Angleterre ne me permet pas d’intervenir dans le débat de manière constructive. A mon sens, il faut au moins dix ans d’observation avant de pouvoir formuler la moindre critique sur un pays. Je ne vis en Angleterre que depuis 5 ans.

Au contraire, avec la France, je pense que j’ai ce recul. Je me sens aussi proche de la France par une Histoire commune qui a lié nos pays, mais aussi le lien de la francophonie. Ce dernier lien a encore un sens pour les gens de ma génération.

Puis, l’autre raison est que pour l’Angleterre, je pense que c’est foutu. Toute résistance est futile à mon sens.

 

L’Angleterre est-elle vraiment en danger d’islam ?

Sur tous les plans, l’Angleterre est un pays en chute libre, ou en dérive si vous préférez un repère horizontal. Littéralement, de mois en mois, je peux voir l’évolution des ravages de la crise et des expériences sociétales des partis de droite et de gauche.

Cette islamisation nihiliste et vide de sens n’est qu’un phénomène opportuniste. Quand les populations locales votent pour des partis qui veulent ouvertement brader le pays, il n’est pas étonnant que les preneurs rappliquent de partout. Dans un monde avec plus de 7 milliards d’individus, si vous avez une hésitation sur le bien fondé de votre pays, vos frontières, votre culture… il y a plein de gens qui sont prêts à vous mettre dehors.

A terme, je pense qu’on va vers un système qui serait un croisement entre l’Afrique du Sud, les Balkans et le Brésil. Ça commence à se dessiner déjà. Il y a des quartiers habités par l’hyper classe et d’autres laissés à la ghettoïsation. Il y a encore une vraie « middle class » qui maintient ce pays en vie mais elle est sous pression.

Je ne crois pas que l’Angleterre finira en Califat, mais viendra le jour où il faudra faire des aménagements de plus en plus grands à l’Islam parce que les populations qui s’en réclament ne reconnaissent aucune autre forme d’autorité.

 

Selon vous, pourquoi les musulmans s’islamisent-ils de plus en plus en Occident ?

Il y a une vague puissante de réislamisation promue par les pays du Golfe qui ne font rien sans l’aval des agences à trois lettres US. Alors que les musulmans ont l’impression de renouer avec leurs « sources », ils ne font que suivre le chemin décidé pour eux. Il y a, par exemple, des chaînes de télévision qui émettent par satellite et qui ont le public musulman pour destinataire d’une propagande immonde. De plus en plus de musulmans se rendent compte de l’effet néfaste de ces chaînes sur leur communauté, mais beaucoup sont totalement sous leur emprise idéologique.

Il y a également un contrôle social qui fait que les musulmans qui ne souhaitent pas pratiquer, sont régulièrement critiqués et mis sous pression dans leur propre communauté. Dans la communauté musulmane, on voit souvent des hommes ou des femmes commencer à faire la prière et une semaine plus tard se transformer en véritable inquisiteurs à l’image de la police des mœurs de la vertu d’Arabie Saoudite. Le plus souvent, ce sont juste des crapules qui découvrent qu’avec la religion ils ont un droit divin sur terre et – leur psychopathie aidant – ils prennent un malin plaisir à terroriser les autres. L’Islam est devenu, par la force des choses, une religion publique où chacun pratique et observe la pratique des autres dans un climat très malsain. Quand on ajoute à cela le recul de l’autorité de l’État, on trouve des gens qui n’ont de choix que de suivre la meute.

 

Et  vous personnellement ?

Quand je suis arrivé en Europe, j’ai été tranquille pendant une bonne dizaine d’années. Puis, avec l’arrivée de plus en plus d’islamistes en Europe, je sens une pression monter. Il y a un type que je n’ai pas vu depuis 25 ans qui a trouvé mon téléphone et m’appela pour me demander si… j’allais à la mosquée. Je lui ai répondu que j’avais quitté mon pays pour justement ne pas être obligé d’aller dans ce genre d’endroits. Cependant, je comprends que d’autres puissent finir par céder sous la pression et l’hystérie religieuse qui les entoure.

C’est un gros problème dans notre communauté. On a une islamisation…

Zombifiante ?

C’est-à-dire que soudainement, des gens de notre entourage tombent sous l’influence de mouvements qui les transforment en légumes. Le regard de la personne s’éteint et on dirait que son cerveau a été flashé par des Martiens. On ne reconnaît plus des amis, ou des gens de notre famille… et dès qu’on essaye d’aborder le sujet avec eux, ils répètent les mêmes paroles sans suite qui rappellent les discours qu’on entend dans les télévisions satellites. Cela dit, notre communauté n’est pas la seule touchée. J’ai vu des Français émettre comme Antenne 2 et avec le même regard éteint.

Autre élément important, parce que celui-ci aliène même les musulmans modérés et les laïcs Arabes, c’est la déviation des régimes occidentaux du socle civilisationnel de l’humanité. Personnellement, aussi sympa que j’en ai l’air, je ne donnerais pas mes enfants à une école dite « Républicaine ». Autant je protègerai mes enfants contre l’endoctrinement par la propagande du Qatar, autant je ne laisserais pas la propagande étatique les déstabiliser et briser leur identité humaine.

«La fonction suprême de l’homme d’État, disait Churchill,  est de parer aux fléaux évitables.» L’élite politique britannique est-elle churchillienne vis-à-vis du fléau islamiste ? 

L’élite anglaise n’est pas très différente que celle que vous avez en France. Elle considère les populations locales comme un fléau et les populations islamisées comme un fléau également. Elle brime les premiers et fait semblant de se mettre à genoux devant les seconds. Le but est de créer de la tension sociale, semer la zizanie et récolter les fruits, si fruits il y a.

Les islamistes ont démontré partout dans le monde qu’ils peuvent mettre une société à feu et à sang en quelques années. Au lieu de les considérer comme un fléau, les Occidentaux s’en sont souvent servis pour des guerres par proxy, coups d’État et autres magouilles. Aujourd’hui, ils s’en servent pour déstabiliser leurs propres sociétés.

Par contre, autant les islamistes sont manipulables, autant ils sont imprévisibles. Ils se retournent régulièrement contre leurs commanditaires qui en perdent le contrôle.

Donc pour répondre à la question, les hommes d’Etat savent le fléau que représentent les islamistes, mais ils s’en servent pour briser les sociétés occidentales. Il y a probablement peu de méthodes aussi efficaces.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Enquetes&debats
commenter cet article
1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 07:20

Si vous cherchez une illustration de la beauté

 

24 octobre 2013, 18:30 Auteur :
 
 En voici une, magnifique, tant au niveau du montage, de la musique que des images naturellement. On se croirait à certains moments dans un jeu vidéo tellement c’est beau.

 

http://www.enquete-debat.fr/archives/si-vous-cherchez-une-illustration-de-la-beaute-79880

 

Shabbat Shalom

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Enquetes&debats
commenter cet article

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée