Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 12:56

BELGIQUE ARRÊTÉ APRÈS AVOIR ESSAYÉ DE FONCER DANS LA FOULE

Un homme a été interpellé jeudi matin pour avoir tenté de pénétrer à grande vitesse dans une rue commerçante d'Anvers.

Image: Image Twitter

Un Français a été arrêté jeudi à l'issue d'une course-poursuite dans le centre d'Anvers (nord de la Belgique) après avoir «mis en danger» des piétons en roulant à très vive allure dans une artère commerçante à bord d'une voiture contenant des armes. Il n'a pas été fait état de blessé, mais la grande ville portuaire flamande a été placée en «vigilance renforcée».

Le parquet fédéral belge, compétent en matière de terrorisme, a annoncé qu'il avait été saisi «au vu des premiers éléments recueillis et compte tenu de ce qui s'est passé hier (mercredi) à Londres», où un attentat revendiqué par le groupe Etat islamique (EI) a fait trois morts, dont deux fauchés par un 4x4.

 

BREAKING terror alert in  suspicious car found with french plates bomb squad has been called bomb & guns found

A «grande vitesse»

Le bourgmestre (maire) d'Anvers, Bart De Wever, a évoqué un «possible attentat terroriste», selon l'agence Belga. Mais des sources proches de l'enquête interrogées par l'AFP ont appelé à la prudence.

En fin de matinée, «le véhicule roulait à grande vitesse sur le Meir», la grande rue commerciale et piétonnière d'Anvers, «donc les gens devaient sauter sur le côté», a déclaré le chef de corps de la police de la métropole, Serge Muyters, lors d'une courte conférence de presse. Son conducteur, «un homme d'origine nord-africaine» qui portait une «tenue de camouflage», a été arrêté à l'issue d'une course-poursuite dans le centre de la ville, a-t-il précisé. Il a été identifié par le parquet fédéral comme étant «Mohamed R.», âgé de 39 ans, «de nationalité française et domicilié en France». Il roulait «à une vitesse très élevée. A différents moments, des piétons ont été mis en danger», selon le parquet.

 

Artère fréquentée

Le Meir est l'une des artères commerçantes les plus fréquentées de Belgique. En partie piétonnière, elle attire nombre de touristes venant des Pays-Bas tout proches. La voiture a refusé de s'arrêter quand des militaires en patrouille le lui ont demandé, et a pris la fuite en brûlant un feu rouge. Elle sera finalement «interceptée» sur un quai en bordure de l'Escaut --le fleuve qui serpente en bordure du centre de la ville-- après avoir emprunté des rues du coeur historique d'Anvers, selon le chef de la police locale.

Armes et bidon

«Différentes armes ont été découvertes dans le coffre, des armes blanches, un riot gun (fusil à pompe, ndlr) et un bidon contenant un produit encore indéterminé», a énuméré le parquet. Après avoir été examinée par les services de déminage, la voiture a été évacuée et le périmètre de sécurité levé, selon des journalistes de l'AFP sur place. Dans les rues d'Anvers, «la vigilance est actuellement renforcée», a précisé le chef de la police locale, «ce qui veut dire qu'il y a davantage de surveillance policière dans les endroits où il y a beaucoup de personnes».

Attentats de Bruxelles

Cet événement s'est déroulé au lendemain du premier anniversaire des attentats du métro et de l'aéroport de Bruxelles (32 personnes morts le 22 mars 2016). Il intervient après deux attaques terroristes à Londres et à l'aéroport parisien d'Orly en moins d'une semaine.

Sur Twitter, le bourgmestre (maire) d'Anvers, Bart De Wever, a «remercié au nom des Anversois les militaires qui sont intervenus, les services de police et l'équipe d'intervention rapide». Le Premier ministre belge Charles Michel a assuré que son gouvernement restait «mobilisé». Depuis les attentats de Paris en novembre 2015, puis ceux de Bruxelles, la Belgique reste au «niveau 3» d'alerte, sur une échelle de 4, ce qui signifie que la menace reste «possible et vraisemblable». Il ne se passe guère de semaine sans opérations et descentes de police. Et des militaires continuent de patrouiller dans les grandes villes du pays et de surveiller les sites sensibles.

Deuxième ville de Belgique

Anvers, le seconde plus grande ville de Belgique et deuxième port européen, derrière Rotterdam, accueille une importante communauté d'origine immigrée de confession musulmane, ainsi qu'une communauté juive orthodoxe, particulièrement active dans le secteur diamantaire, dont la ville est l'une des capitales mondiales.

Le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon, s'était inquiété début mars d'une «évolution de la menace». «Nous restons vigilants sur ce qu'il se passe sur notre territoire et dans le monde, parce que le terrorisme ne connaît pas de frontière», avait déclaré à l'AFP M. Jambon. Aujourd'hui, l'EI «inspire les gens pour qu'ils contribuent au jihad. C'est Nice, Berlin, Jérusalem, c'est le type avec la machette qui a attaqué deux femmes policières à Charleroi (sud de la Belgique)», avait dit Jan Jambon à l'AFP. (afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 02:04

AFP qui ne cesse de râler -PALESTINE FORTE HAUSSE DES CHANTIERS DANS LES COLONIES

Le nombre de logements israéliens mis en chantier dans les colonies de Cisjordanie est en hausse de 40% par rapport à 2015.

Sur la base des données du bureau central des statistiques israélien, 14'017 logements ont commencé à être construits depuis que Benyamin Netanyahou est revenu au pouvoir en 2009. (Photo d'archives)

Sur la base des données du bureau central des statistiques israélien, 14'017 logements ont commencé à être construits depuis que Benyamin Netanyahou est revenu au pouvoir en 2009. (Photo d'archives) Image: AFP

 

Le nombre de logements mis en chantier l'an dernier dans les implantations israéliennes en Cisjordanie a grimpé de 40% par rapport à 2015, a indiqué mercredi le bureau central des statistiques israélien. Au total, 2630 logements ont été mis en chantier l'an dernier contre 1884 en 2015.

Or, une bonne partie de la communauté internationale considère la poursuite de la colonisation comme un principal obstacle pour la paix avec les Palestiniens. En 2013, le nombre de mises en chantier avait été supérieur à celui de l'an dernier (2874), a ajouté le bureau des statistiques dans un communiqué.

Selon la Paix maintenant, une ONG israélienne opposée à la colonisation, la moyenne annuelle des mises en chantier depuis 2001 a atteint 1790 unités. Sur la base des données du bureau des statistiques, 14'017 logements ont commencé à être construits depuis que le premier ministre Benyamin Netanyahou est revenu au pouvoir en 2009.

Constructions illégales

Ces données ne comprennent pas les constructions dans les quartiers de colonisation de Jérusalem-Est qu'Israël a annexée et ou vivent plus de 200'000 Israéliens. La colonisation - c'est-à-dire la construction par l'Etat hébreu d'habitations civiles israéliennes sur des territoires occupés - est illégale au regard du droit international.

L'administration américaine a appelé Israël à réfréner les annonces de colonisation construction, qui se sont multipliées après l'investiture de Donald Trump à la présidence américaine en janvier. Elle a signalé qu'Israël ne disposait pas d'un chèque en blanc pour la colonisation.

Selon les médias, Benyamin Netanyahou a affirmé mercredi que des progrès avaient été enregistrés dans les discussions avec Washington pour parvenir à un terrain d'entente sur le rythme de la construction en Cisjordanie et éviter des tensions avec le gouvernement Trump. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 03:16

à la une UN PALESTINIEN TUÉ PAR DES TIRS ISRAÉLIENS À GAZA alors que des milliers SONT ASSASSINES en syrie ET NE FONT PAS LA UNE

Des tirs d'artillerie israéliens ont tué un homme et blessé deux autres personnes, mercredi à Gaza.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Un Palestinien a été tué et deux autres blessés mercredi par des tirs d'artillerie israélienne à Gaza, a-t-on appris de source palestinienne. Selon l'armée israélienne, les trois hommes se trouvaient dans la zone frontalière entre l'enclave palestinienne et le territoire israélien.

«Youssef Abou Azra, 18 ans, a été tué et deux autres Palestiniens blessés par des tirs d'artillerie israélien à l'est de Rafah», la grande ville du sud de la bande de Gaza, a indiqué Achraf al-Qodra, porte-parole du ministère de la Santé à Gaza.

Une porte-parole de l'armée israélienne a pour sa part affirmé à l'AFP que les soldats avaient repéré les trois hommes «près de la clôture de sécurité avant d'ouvrir le feu dans leur direction», sans donner d'autre détail.

Plusieurs accrochages ont eu lieu ces dernières semaines entre Israël et la bande de Gaza, gouvernée depuis 10 ans par le mouvement islamiste palestinien Hamas, grand ennemi de l'Etat hébreu.

Début mars, l'armée israélienne avait frappé deux positions du Hamas après des tirs essuyés plus tôt par des soldats menant des opérations de routine le long de la barrière de métal et de béton, qui ferme hermétiquement les frontières israéliennes avec le territoire.

Trêve fragile

Quelques jours plus tôt, l'armée israélienne avait frappé des positions du Hamas ainsi qu'une base de la branche armée du Djihad islamique, autre force islamiste palestinienne, en réponse à un tir de roquette sur le sud d'Israël. Quatre Palestiniens avaient été légèrement blessés, selon les services de santé palestiniens. La roquette n'avait pas fait de victime en Israël.

Les tirs de projectiles sur Israël de la bande de Gaza sont communément attribués à des groupes radicaux rivaux du Hamas. Mais Israël fait porter au Hamas la responsabilité de ce qui se passe dans l'enclave palestinienne et bombarde les bases de sa branche armée quasiment à chaque tir en direction de son territoire.

Israël et le Hamas observent un cessez-le-feu fragile depuis la fin de la guerre de 2014, la troisième depuis que le mouvement islamiste a pris le pouvoir dans le territoire en 2007. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 05:35

L'HÔTEL DE BANKSY OUVRE SES PORTES À BETHLÉEM

Les premiers clients ont pu découvrir lundi l'hôtel avec vue sur le mur décoré par le graffeur Banksy.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

C'est complètement «par hasard» que Toan Nguyen a entendu parler du «Walled Off Hotel» à Bethléem, un établissement offrant «la pire vue d'hôtel au monde» selon le mystérieux artiste de rue britannique Banksy qui l'a décoré. Ce touriste australien est un des premiers clients de l'hôtel, qui a ouvert ses portes lundi à l'ombre du mur de séparation israélien enserrant la Cisjordanie occupée. En visite en Israël «depuis trois semaines», il a décidé de passer de l'autre côté de ces centaines de kilomètres de béton érigées à 85% à l'intérieur du territoire prétendument palestinien. occupé depuis un demi-siècle par l'armée israélienne.

Paul Smith, lui, est venu de la ville britannique de Bristol, qui serait aussi celle du très secret Banksy, pour découvrir le «Walled Off». «C'est bizarre, j'ai l'impression d'être tombé dans une peinture», dit celui qui voulait voir de ses propres yeux le dernier projet de l'artiste. «Pour moi, ça veut dire quelque chose de venir ici et de faire l'effort d'injecter un petit quelque chose dans l'économie» locale, ajoute-t-il, alors que les Palestiniens n'ont de cesse de dénoncer une occupation qui, entre autres, étouffe leur économie.Voir l'image sur Twitter

 

Voir l'image sur Twitter

British street artist Banksy's West Bank hotel to receive first guests http://u.afp.com/4YrD 

Vue sur le mur

Au «Walled Off», situé à quatre mètres du mur, cette occupation est omniprésente: les neuf chambres --facturées de 30 dollars la nuit, pour une place dans un lit superposé, à 965 dollars, pour la suite présidentielle-- donnent sur le mur. Les clients doivent déposer une caution de 1000 dollars pour éviter les vols des dizaines d'oeuvres de Banksy disséminées dans l'établissement. Elles ont été données au profit de la communauté locale, indique le site de l'hôtel. Mais de nombreux Palestiniens, notamment à Bethléem, haut lieu de pèlerinage chrétien où le tourisme est en berne actuellement, dénoncent la concurrence de l'hôtel de Banksy face aux acteurs locaux.

Wissam Salsaa, qui dirige l'hôtel, assure pourtant que son établissement affiche déjà pratiquement complet pour les trois prochains mois. «Des clients de six pays différents» devaient arriver lundi pour l'ouverture, dit-il. 

Symbole honni

Le «Walled Off Hotel» est à l'image de l'oeuvre de Banksy, transfigurant la réalité avec poésie et une fausse naïveté. Sa dénomination joue sur le nom d'une chaîne d'hôtel de luxe (Waldorf) et les mots «walled off» en anglais («muré», «cloisonné»).

 

 

Dans un ancien immeuble résidentiel vidé de ses occupants, Banksy a reconstitué avec son équipe un hôtel à l'intérieur un peu suranné, s'amusant à détourner des motifs célèbres pour la décoration. Au-dessus d'un des lits, un soldat israélien et un manifestant palestinien se livrent à une bataille d'oreillers. Dans la suite présidentielle, un jacuzzi est alimenté par un ballon d'eau ressemblant à ceux installés sur les maisons de nombreux Palestiniens. Les conflits, le mur et les Territoires palestiniens sont une source d'inspiration pour Banksy, rendu célèbre par ses peintures anonymes au pochoir dans l'espace public. Le mur est pour les Palestiniens l'un des symboles les plus honnis de l'occupation israélienne. Il est aussi un lieu de manifestation et un terrain d'expression politico-artistique. Les fresques qui le recouvrent par endroits en font une attraction. Sa construction a commencé en 2002, au cours de la deuxième Intifada. Selon les autorités israéliennes, il doit protéger le territoire israélien d'attaques venues de Cisjordanie occupée. La Cour internationale de justice l'a déclaré illégale en 2004. Achevé aux deux tiers, ce mur alterne tronçons en béton et clôture et doit atteindre à terme environ 712 km, selon l'ONU.(afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 05:33

JÉRUSALEM LA RESTAURATION DU TOMBEAU DU CHRIST FINIE

Après plusieurs mois de travaux, le site rénové sera inauguré officiellement mercredi.

Le tombeau du Christ, rénové pour la première fois depuis 1810, sera inauguré mercredi. (Image 20 mars 2017)

Le tombeau du Christ, rénové pour la première fois depuis 1810, sera inauguré mercredi. (Image 20 mars 2017)Image: Keystone

 

La restauration du tombeau où le Christ a été enterré selon la tradition dans l'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem a été finalisée, a constaté un photographe de l'AFP. Le site rénové sera inauguré officiellement mercredi lors d'une cérémonie en présence de responsables politiques et religieux.

Ce vaste projet de rénovation avait débuté en mai. Des spécialistes grecs ont reconstruit l'édicule de marbre qui était soutenu depuis des dizaines d'années par une structure métallique à la suite d'un tremblement de terre.

L'édicule dressé sous la coupole de l'église sur le site de la grotte où, selon la tradition chrétienne, fut déposé le corps du Christ après sa mort, devait être démonté et reconstruit à l'identique, avait indiqué la Custodie.

La restauration a permis de mettre à jour des détails originaux de ce petit édifice. Elle a aussi permis à des scientifiques d'ouvrir pour la première fois depuis au moins deux siècles le lieu considéré par les chrétiens comme étant la tombe de Jésus.

Pas touché depuis 1810

La plaque de marbre recouvrant la tombe a été déplacée durant trois jours dans le cadre de travaux en octobre.

C'était la première fois que cette pierre tombale était ainsi soulevée depuis au moins l'année 1810, lorsque de précédents travaux de restauration avaient été entrepris à la suite d'un incendie.

Les travaux seront financés par les trois principales confessions chrétiennes du Saint-Sépulcre (Grecs-Orthodoxes, Franciscains, Arméniens) ainsi que par des contributions publiques et privées.(afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 05:29

CANADA FORTE HAUSSE DU NOMBRE DE DEMANDES D'ASILE

Cette hausse est constatée depuis l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis.

Des migrants bravent le froid pour passer la frontière entre les Etats-Unis et le Canada. (Archive)

Des migrants bravent le froid pour passer la frontière entre les Etats-Unis et le Canada. (Archive)Image: Keystone

 

Quelque 5520 personnes ont déposé des demandes d'asile au Canada en janvier et février, selon les statistiques publiées lundi soir par le gouvernement. Environ 20% des requérants d'asile ont traversé la frontière illégalement.

Un nombre croissant de personnes entrent au Canada depuis l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, lequel a promis de lutter contre les réfugiés et les migrants sans papiers.

Si le rythme des demandes des deux premiers mois se confirme, le Canada pourrait enregistrer en 2017 plus de 33'000 demandes d'asile, soit 40% de plus qu'en 2016. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 14:04

ISRAËL NETANYAHU ÉVOQUE DES ÉLECTIONS ANTICIPÉES

Polémique autour de la réforme de la radio-télévision publique qui secoue le gouvernement israélien.

Benjamin Netanyahu est en crise avec son ministre des finances.

Benjamin Netanyahu est en crise avec son ministre des finances.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a évoqué dimanche de possibles élections anticipées à la suite d'une crise avec son ministre des finances Moshé Kahlon. Une réforme de la radio-télévision publique est au centre de leur dissension.

Tous les quotidiens, les radios et les télévisions israéliennes faisaient leur Une dimanche sur les menaces de dissolution du gouvernement actuel et la tenue de nouvelles élections alors que des élections législatives ne sont prévues qu'en 2019.

La polémique porte sur l'Autorité radio-diffusion (IBA), l'organisme public qui devait fermer le 30 avril pour être remplacé par un nouvel établissement, la Public Broadcasting Corporation (PBC). Officiellement, il s'agit de dynamiser un service public à bout de souffle et de regagner une partie du terrain perdu face aux chaînes privées. Benjamin Netanyahu est hostile à la création de ce nouvel organisme.

Série de volte-face

Dans les accords de coalition du gouvernement actuel formé en mai 2015, Benjamin Netanyahu s'est arrogé un droit de veto sur tout ce qui concerne les questions relatives aux médias, qu'il considère comme relevant de son domaine réservé. Mais depuis des mois, il s'est livré à une série de volte-face à propos de ce nouvel organisme.

Après en avoir soutenu dans un premier temps la création, il s'est prononcé contre son existence avant de rechanger d'avis, y compris ces derniers jours.

 

M. Kahlon, chef du parti de centre-droit Koulanou, s'est pour sa part prononcé pour l'ouverture de la PBC comme prévu le 30 avril. Près de 400 employés ont été embauchés et disposent de bureaux prêts à l'usage. Benjamin Netanyahu a évoqué une fusion des deux organismes comme une possible solution. «On peut envisager une fusion, il n'est jamais trop tard pour rectifier les erreurs», a-t-il dit à la presse.

Perte de majorité

Sur le front politique, cette crise a déjà provoqué une intense fébrilité. Sans les dix députés de Koulanou, Benjamin Netanyahu perdrait sa majorité au Parlement. M. Kahlon a eu des entretiens samedi avec le dirigeant de l'opposition Isaac Herzog pour envisager une coalition alternative. Mais selon les commentateurs, un tel scénario est peu probable en raison du refus pratiquement certain des partis ultra-orthodoxes de se joindre à une telle alliance.

Des médias, y compris la radio militaire, ont aussi évoqué la possibilité que Benjamin Netanyahu ait déclenché une crise sur les médias pour détourner l'attention des affaires de corruption l'impliquant et pour lesquelles il a été interrogé quatre fois par la police. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 00:12

FRANCE UNE FUSILLADE DANS UN LYCÉE A FAIT 14 BLESSÉS

Des coups de feu ont retenti dans un lycée à Grasse. Un élève de 17 ans, lourdement armé, a été interpellé.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Quatorze personnes ont été légèrement blessées, dont quatre par des plombs, lors d'une fusillade dans un lycée du sud-est de la France et un élève de 17 ans a été interpellé en possession d'armes dans le cadre de l'enquête.

L'enquête ouverte après la fusillade à Grasse ne s'oriente «pas du tout» sur la voie du terrorisme, a déclaré le président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Christian Estrosi. La France, ciblée par une vague d'attentats djihadistes sans précédent en 2015 et 2016, vit toujours sous le régime de l'état d'urgence dans la crainte de nouvelles attaques.Le jeune garçon, âgé de 16 ans, est le fils d'un élu municipal de droite, selon un proche du père. Il a été placé en garde à vue pour «tentatives d'assassinats».

 

[] Lycée Alexis de , rue de l'Orme 
Intervention du  en cours, 1 individu interpellé.

Selon les autorités locales, un élève du lycée Alexis de Tocqueville est entré dans l'établissement vers 12h30 armé d'un fusil de chasse. Il portait aussi un pistolet, un revolver et deux grenades, a précisé à Reuters le ministère de l'Intérieur. On ignore cependant si toutes ces armes étaient opérationnelles et où le jeune homme aurait pu se les procurer. «Il a agressé pour des motifs qui restent à déterminer le proviseur et trois autres de ses camarades. Le bilan provisoire fait état de quatre blessés par plombs, tous hospitalisés, et de quatre autres victimes évacuées (choquées ou blessés par bousculade)», selon les autorités locales. Le proviseur de l'établissement compte parmi les blessés, a précisé Christian Estrosi, qui s'est rendu sur place.

«Problèmes psychologiques»

Le suspect interpellé est un élève de cet établissement de bonne réputation qui pourrait souffrir de «problèmes psychologiques», selon Christian Estrosi. «Selon les premières investigations, il avait consulté des vidéos de tueries de masse à l'américaine», a dit un porte-parole du ministère de l'Intérieur. Il était aussi «a priori inconnu de la police», selon le ministère. Le jeune homme paraît avoir agi seul, selon une source policière, alors que les autorités avaient initialement émis l'hypothèse d'un deuxième tireur, encore en fuite.

 

Fusillade à : l'enquête ne s'oriente "pas du tout sur la voie" du terrorisme, dit @cestrosi à l'

Alerte attentat

Policiers aux ronds-points, hélicoptère dans le ciel, membres des forces spéciales fouillant le lycée: la tension était encore palpable jeudi après-midi dans les rues de Grasse, une ville mondialement connue pour ses parfumeurs. La fusillade a entraîné le déclenchement par les autorités de l'«alerte attentat» sur l'application pour smartphones destinée à prévenir la population. L'alerte a été levée dans les heures suivantes. Le recteur de l'académie de Nice Emmanuel Ethis a annoncé sur Twitter le confinement de «tous les établissements scolaires» de la ville. Il a aussi demandé «aux parents de ne pas s'y rendre», assurant que «les élèves (sont) en sécurité». Une cellule de crise a été installée et les plans particuliers de mise en sécurité ont été déclenchés, selon lui.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 00:07

SYRIE DES RAIDS SUR UNE MOSQUÉE FONT UN CARNAGE

Plus de quarante personnes ont perdu la vie, jeudi, dans un village du nord du pays.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Au moins 42 personnes, des civils pour la plupart, ont été tuées et une centaine blessées jeudi dans des raids aériens sur une mosquée d'un village du nord de la Syrie, a indiqué une ONG.

«Des avions non identifiés ont mené des raids sur une mosquée dans l'ouest de la province d'Alep à l'heure de la prière, tuant 42 personnes, en majorité des civils», a affirmé le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane.

Plus de 100 blessés

Les secours sur place tentaient d'extraire des personnes coincées sous les décombres de la mosquée du village d'al-Jineh, situé à 30 km à l'ouest de la ville d'Alep, selon l'ONG. Plusieurs personnes sont portées disparues.

«Plus de 100 personnes sont blessées», a ajouté M. Abdel Rahmane, en soulignant que le bilan des morts risquait de s'alourdir. La localité est sous contrôle des groupes rebelles.

Selon des images diffusées par des militants antirégime et présentées comme celles du drame, le bâtiment semble entièrement détruit.

On y voit des Casques blancs, ces célèbres secouristes des zones rebelles de Syrie, aidés de torches fouillant dans les décombres et parvenant à en tirer un survivant aussitôt emmené vers une ambulance.

Cessez-le-feu

Un cessez-le-feu parrainé par la Russie, alliée du régime syrien, et la Turquie, soutien des rebelles, est entré en vigueur en décembre 2016 mais les violences ont continué dans le pays.

Le ciel syrien est encombré par les avions du régime syrien, ceux de la Russie, ceux de la Turquie et ceux de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis.

La Russie est intervenue militairement au côté du régime en septembre 2015. Elle a toujours démenti les accusations selon lesquelles ses raids ont tué des civils en Syrie. La coalition internationale concentre ses frappes sur les djihadistes du groupe Etat islamique (EI) et ceux de Fateh al-Cham, l'ex-branche syrienne d'Al-Qaïda, qui occupent des régions en Syrie.

Raids mercredi

La veille, au moins 25 civils, dont 14 enfants, ont péri dans des raids sur la ville d'Idleb, tenue par des rebelles et les djihadistes , avait indiqué l'OSDH en parlant de frappes «vraisemblablement russes».

La guerre en Syrie est entrée mercredi dans sa septième année, sans aucune perspective de paix à court ou moyen terme, et a fait plus de 320'000 morts.

Déclenchée par la répression de manifestations prodémocratie, elle est devenue très complexe avec la montée en puissance de groupes djihadistes, l'implication de forces régionales et de puissances internationales, sur un territoire très morcelé.(afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 05:54

EGYPTE LA JUSTICE ACCEPTE DE LIBÉRER MOUBARAK

Le parquet égyptien a accepté lundi la remise en liberté de l'ex-président Hosni Moubarak, a indiqué son avocat.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

L'ex-président égyptien avait été acquitté début mars par la cour de Cassation pour la mort de manifestants en 2011 durant la révolte qui a provoqué sa chute. Ce lundi, le parquet accepte de libérer l'ancien président. Cette décision vient clore symboliquement le chapitre du Printemps arabe en Egypte.

L'avocat de l'ex-raïs a précisé que Hosni Moubarak, actuellement retenu dans un hôpital militaire du Caire, «pourra rentrer chez lui lorsque les docteurs diront qu'il peut sortir». Il ne pourra toutefois pas se rendre à l'étranger, a-t-il ajouté.

Hosni Moubarak, 88 ans, est en effet interdit de voyage en raison d'une enquête de l'organisme égyptien des gains illicites, qui surveille les fortunes accumulées de manière frauduleuse. L'ancien président a passé le plus clair de son temps dans un hôpital militaire en résidence surveillée au Caire depuis son arrestation en 2011.

Longue saga judiciaire

Dans le dossier sur la mort de manifestants, Hosni Moubarak a été accusé d'avoir incité au meurtre des participants aux manifestations pendant la révolte de 18 jours, au cours de laquelle quelque 850 personnes ont été tuées lors d'affrontements avec la police. Il a été condamné à la prison à vie en juin 2012, mais un nouveau procès avait été ordonné par la justice.

Fin 2014, un autre tribunal qui le rejugeait a finalement ordonné l'abandon des accusations, blanchissant ainsi Hosni Moubarak, mais le parquet avait introduit un recours en cassation. Le 2 mars, la Cour de cassation a finalement confirmé l'abandon des charges.

Colère des proches des victimes

A la suite de cette décision, les familles de victimes des violences de 2011 avaient réagi avec colère pour certains. Pour Khalifa Ahmed, 69 ans, qui a perdu son fils Ahmed le 28 janvier 2011, lors d'une manifestation réprimée dans le sang, «la sentence n'a pas de sens».

Mostafa Morsi, qui a aussi perdu son fils le même jour, a dénoncé une justice «corrompue». «Le sang de notre fils a coulé pour rien (...) La corruption est de retour en force», avait-il dit au lendemain de la décision de la cour de Cassation. «J'aurais pensé que le Printemps arabe nous aurait donné une meilleure qualité de vie, mais c'est pire. Tout est pire», avait-il dit.

Dernière procédure

Il s'agissait de la dernière procédure judiciaire visant Hosni Moubarak. L'ex-raïs, au pouvoir de 1981 à 2011, a été jugé dans plusieurs affaires depuis son retrait du pouvoir. Par ailleurs, en janvier 2016, la cour d'appel a confirmé une peine de trois ans de prison pour Hosni Moubarak et ses deux fils dans une affaire de corruption. Hosni Moubarak était accusé avec ses deux fils d'avoir détourné plus de 10 millions d'euros (10,78 millions de francs au cours actuel), alloués à l'entretien des palais présidentiels.

Les trois hommes ont aussi été condamnés ensemble à payer une amende de 125 millions de livres égyptiennes (7,2 millions de francs) et à rembourser à l'Etat 21 millions de livres. Mais la peine prononcée tenait compte du temps déjà effectué en prison. Ses deux fils, Alaa et Gamal, ont été remis en liberté.

Avant la révolte, Gamal avait été longtemps pressenti pour prendre sa succession à la tête de l'Egypte. Après 2013 et la destitution du président islamiste Mohamed Morsi par l'armée, les démêlés judiciaires de ce dernier avaient éclipsé ceux de M. Moubarak.

 

 

 : la justice approuve la remise en liberté de l'ex-président Hosni 

(ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée