Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 07:07

INDONÉSIE ARRESTATIONS EN MASSE À UNE FÊTE GAY DANS UN SAUNA

La police a mené une descente dimanche soir dans un immeuble de Jakarta. Plus de 140 hommes ont été arrêtés.

Capture d'écran.

Capture d'écran. Image: Police de Jakarta

 

La police indonésienne a arrêté 141 hommes soupçonnés de participer à une fête gay dans un sauna de Jakarta, selon les autorités, nouveau signe de la répression subie par la communauté homosexuelle dans ce pays à majorité musulmane.

La police a mené une descente dimanche soir dans un immeuble de la capitale abritant une salle de gym et un sauna pour mettre un coup d'arrêt à l'événement, a déclaré un porte-parole lundi.

Sur les réseaux sociaux, des photographies montraient des hommes assis torse nu, après le raid, dans une salle dotée d'équipements sportifs. «Nos officiers ont mené une opération sur les lieux dimanche», a déclaré le commissaire Nasriadi, qui comme de nombreux Indonésiens, n'a qu'un seul nom.

L'homosexualité est légale partout en Indonésie, sauf dans la province conservatrice d'Aceh, qui applique la loi islamique. M. Nasriadi a cependant déclaré que dix hommes interpellés pourraient être poursuivis aux termes de la loi antipornographie.

Propos homophobes

Parmi eux, les organisateurs présumés de la fête, des hommes soupçonnés de se prostituer et des stripteasers. Ils sont passibles de 10 ans de prison. Les autres personnes arrêtées étaient toujours entendues par les policiers en qualité de témoin.

Depuis quelques temps, l'hostilité contre la petite communauté lesbienne, gay, bisexuelle et transgenre (LGBT) d'Indonésie va croissant. Des ministres, des conservateurs et des groupes islamistes se sont livrés publiquement à des propos homophobes.

En début de mois, huit hommes avaient été arrêtés à Surabaya, pour avoir organisé une fête gay, et pourraient subir les foudres de la loi sur la pornographie. La semaine dernière, deux hommes avaient été condamnés à recevoir des coups de canne en public, à Aceh, pour avoir entretenu des relations sexuelles. (afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 09:51

GRANDE-BRETAGNE PIPPA MIDDLETON S'EST MARIÉE

De nombreux invités, dont Roger Federer, étaient présents pour célébrer le mariage de la soeur de la duchesse de Cambridge.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Pippa Middleton, qui avait fait sensation au mariage de sa soeur Kate avec le prince William en 2011, s'est à son tour mariée à l'église St Mark d'Englefield, à l'ouest de Londres. Elle a épousé le financier James Matthews, au milieu d'une belle brochette de peoples.

Elle avait fait tourner les têtes en apparaissant moulée dans une robe signée Alexander McQueen au mariage royal de sa soeur suivi à la télévision par près de 2 milliards de personnes. Cette fois, c'est dans une traditionnelle robe de dentelle blanche avec un décolleté de dos en forme de coeur et un col cheminée, signée du créateur britannique Giles Deacon, qu'elle est arrivée avec son père Michael à bord d'une Jaguar décapotable de 1951 dans cette petite église du Berkshire, sa région natale.

L'y attendait son futur mari, James Matthews, un riche gestionnaire de fonds d'investissement, ancien pilote de course professionnel et héritier du titre écossais de Laird of Glen Affric, avec qui elle s'était fiancée le 17 juillet 2016. Et à qui elle a dit oui. Le prince Harry, vu sans sa petite amie, l'actrice américaine Meghan Markle, était, lui, arrivé avec son frère le prince William, dont la femme Kate, en robe et chapeau vieux rose, était photographiée avec leur fils le prince George, trois ans, et leur fille la princesse Charlotte, deux ans, tous deux enfants d'honneur.

Roger Federer invité

Etaient également présents le champion de tennis Roger Federer et son épouse Mirka ainsi que la princesse Béatrice de York, cousine des princes William et Harry. Deuxième d'une famille de trois enfants, Philippa dit Pippa, 33 ans, est d'un an plus jeune que Kate et de quatre ans plus âgée que James.

Née le 6 septembre 1983, elle a passé ses premières années à Amman, en Jordanie, où son père Michael Middleton travaillait pour British Airways. Elle a ensuite fréquenté une série d'écoles privées élitistes, une fois revenue au Royaume-Uni. Diplômée de l'université d'Edimbourg en littérature anglaise, elle a rejoint les cercles mondains et festifs de Londres.

Meilleur second rôle possible

Et quand sa soeur a épousé le futur roi, Pippa a eu le meilleur second rôle possible en apparaissant au balcon du palais de Buckingham avec la famille royale. Son allure tonique et sa chute de reins parfaitement mise en valeur par sa tenue de demoiselle d'honneur avaient conduit des centaines de milliers de personnes à rejoindre sur Facebook la «Pippa Middleton Ass Appreciation Society» (la société des fans des fesses de Pippa Middleton, NDLR) qui compte toujours 200'000 fans, six ans après l'événement.

«C'est surprenant d'obtenir une reconnaissance mondiale, si on peut l'appeler comme cela, avant l'âge de 30 ans grâce à votre soeur, votre beau-frère et votre derrière», avait commenté la principale intéressée. Si elle a semblé au départ apprécier l'attention publique, elle a vite été confrontée aux aléas de la célébrité quand un tabloïd a publié des photos d'elle seins nus lors de vacances familiales en 2006.

Régulièrement invitée dans les loges du tournoi de tennis de Wimbledon, elle reste très active dans les réseaux mondains de la capitale. Sentimentalement, elle avait précédemment fréquenté l'ancien joueur de cricket de l'équipe d'Angleterre Alex Loudon et le courtier en Bourse Nico Jackson. (afp/ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 09:50

FRANCE UN ÉLEVEUR FONCE SUR DES GENDARMES, IL EST ABATTU

Un agriculteur de Saône-et-Loire, recherché depuis le 11 mai, a foncé avec sa voiture sur des gendarmes qui l'ont abattu.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: AFP

 

Un éleveur français de bovins de Saône-et-Loire, en fuite depuis plus d'une semaine après un contrôle sanitaire conflictuel, a été abattu samedi par des gendarmes. L'homme de 37 ans fonçait avec sa voiture sur les agents, a-t-on appris de source judiciaire.

Cet agriculteur du village de Trivy était recherché depuis le 11 mai, date du dernier contrôle de son exploitation lors duquel il avait foncé avec son tracteur sur les forces de l'ordre qui accompagnaient les inspecteurs, a indiqué la procureure de Mâcon.

«Ce monsieur n'allait pas bien, s'opposait au service d'inspection sanitaire. Il existait un gros contentieux depuis plusieurs années et cela allait de pire en pire. Il ne s'occupait plus trop de son cheptel et avait déjà été sanctionné pour défaut de soins sur ses bêtes», a-t-elle ajouté.

Gendarmes «très choqués»

Il a été retrouvé de «manière fortuite», après qu'un habitant du petit village de Sailly a signalé un homme circulant lentement autour du château avec des jumelles.

«Deux patrouilles de gendarmes se sont rendues sur les lieux et l'une d'elles est tombée sur son véhicule. Les deux gendarmes sont descendus à pied et ont tenté les sommations, mais il a foncé sur eux (...) il a été touché mortellement», a détaillé la magistrate.

Les deux gendarmes, «très choqués», ont été brièvement hospitalisés. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 09:48

AUSTRALIE LE PAYS POSE UN ULTIMATUM AUX RÉFUGIÉS ILLÉGAUX

Le gouvernement australien a donné jusqu'à début octobre à 7.500 réfugiés pour déposer une demande d'asile, faute de quoi ils seront mis dehors.

Le ministre de l'Immigration Peter Dutton juge la situation très grave.

Le ministre de l'Immigration Peter Dutton juge la situation très grave. Image: Keystone

 

L'Australie affirme que la «partie est terminée» pour ceux qui séjournent illégalement dans le pays.

Depuis leur arrivée au pouvoir en 2013, les conservateurs ont mis en oeuvre une politique d'immigration extrêmement restrictive. Durant les cinq années précédentes, quelque 50.000 demandeurs d'asile avaient gagné les rives de l'Australie sur plus de 800 bateaux.

Voyage périlleux

Des centaines d'autres, pour beaucoup originaire d'Afghanistan, du Sri Lanka et de pays du Moyen-Orient, sont morts en mer durant leur périlleux voyage.

Les dossiers de près de 20.000 personnes avaient été examinés sous le précédent gouvernement travailliste, ce qui laissait le traitement des 30.000 autres au gouvernement conservateur.

Environ 7.500 d'entre elles n'ont toujours pas présenté leur demande d'asile, ou refusent de répondre aux questions sur leur identité tout en bénéficiant d'allocations sociales, ce qui met en doute selon le gouvernement la légitimité de leur statut.

Le ministre de l'Immigration Peter Dutton a déclaré que s'ils ne déposaient pas une demande d'asile d'ici le 1er octobre, ils seront expulsés avec interdiction de revenir.

«C'est une situation très grave, qui coûte au contribuable australien des centaines de millions de dollars chaque année», a-t-il déclaré. «Alors s'il y en a qui croient qu'ils peuvent voler le contribuable australien, qu'ils peuvent arnaquer le contribuable australien, alors je suis désolé, la partie est terminée».

«Nous sommes prêts à soutenir les gens qui sont de vrais réfugiés mais nous n'allons pas soutenir ceux qui se bornent à accéder aux allocations sociales (...) et refusent ensuite de fournir la moindre information ayant trait à leur revendication du statut de protection», a-t-il ajouté.

Camps de rétention

Sur les 23.000 dossiers de demande d'asile déposés, les autorités ont jugé que 3.000 n'étaient pas des réfugiés véritables.

Le coût du traitement des dossiers de ces 50.000 réfugiés et de leurs allocations a été évalué par M. Dutton à 1,9 milliard de dollars australiens annuels (1,26 milliard d'euros).

«Les Australiens ont absolument le droit de se demander pourquoi un nombre estimé à 80% d'immigrés illégaux sont arrivés sans papiers d'identité», a-t-il poursuivi.

L'Australie a lancé en 2013 l'opération «Frontières souveraines» pour décourager les réfugiés d'arriver par la mer en Australie.

La marine intercepte systématiquement les bateaux transportant des migrants et les renvoie vers leur point de transit, souvent l'Indonésie.

Les migrants qui parviennent à gagner les rives australiennes sont, eux, placés dans des camps de rétention offshore en Papouasie-Nouvelle Guinée et à Nauru. Même si leur demande est considérée comme légitime, ils sont empêchés de vivre en Australie.

Ces camps sont très critiqués par les défenseurs des droits de l'Homme mais le gouvernement affirme que sa politique sauve des vies. (afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 09:45

ALPINISME ELLE GRAVIT L'EVEREST DEUX FOIS EN UNE SEMAINE

Une alpiniste indienne a établi un record en atteignant le sommet du monde pour la deuxième fois en moins d'une semaine.

Anshu Jamsenpa avait déjà reçu une médaille en 2011 pour avoir gravi l'Everest deux fois en dix jours.

Anshu Jamsenpa avait déjà reçu une médaille en 2011 pour avoir gravi l'Everest deux fois en dix jours.Image: Twitter @DDNewsLive

 

Anshu Jamsenpa, 37 ans et mère de deux enfants, avait réalisé le 16 mai une première ascension de la plus haute montagne du monde (8.848 m) et n'a pris qu'un bref repos avant de recommencer. Elle avait reçu avant son expédition la bénédiction du dalaï lama, chef de la principale branche du bouddhisme tibétain.

«Anshu a atteint le sommet de l'Everest aujourd'hui à 8H00 (02H15 GMT), pour la deuxième fois cette saison, établissant un nouveau record», a déclaré Dawa Lama de Dream Himalaya Adventures.

Le record actuel de double ascension féminine de l'Everest en une saison, certifié par le livre Guinness des records, avait été établi en 2012 par l'alpiniste népalaise Chhurim Sherpa.

 

 

Anshu Jamsenpa a déjà gravi l'Everest à cinq reprises. Elle avait l'intention de refaire l'expédition en 2014 mais la saison avait été annulée après la mort de 16 guides népalais dans une avalanche. Une autre tentative avait été annulée en 2015 après un violent séisme qui a tué près de 9.000 personnes dans le pays et déclenché une énorme avalanche sur l'Everest faisant 18 morts au camp de base.

La semaine dernière, l'alpiniste népalaise Lhakpa Sherpa a battu son propre record féminin du plus grand nombre d'expéditions au sommet de l'Everest en y grimpant pour la huitième fois.

Le nombre de permis accordés cette année par le Népal pour gravir l'Everest a atteint un plus haut historique (373 montagnards étrangers, ce qui pourrait représenter au total avec les guides près de 750 alpinistes), suscitant des craintes d'embouteillages sur le toit du monde durant l'étroite fenêtre de beau temps au printemps.

Plus de 120 personnes ont atteint le sommet depuis le début de la saison actuelle, déjà marquée par la mort de deux alpinistes dont le célèbre grimpeur suisse Ueli Steck.

L'année dernière, 443 personnes ont atteint le sommet de l'Everest depuis le Népal et environ 200 depuis le versant tibétain, tandis que cinq personnes y ont laissé leur vie.(afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 18:21

ARABIE SAOUDITE TRUMP CONCLUT DES ACCORDS À 380 MILLIARDS DE DOLLARS

Le président américain et l'Arabie saoudite ont signé une série de contrats d'investissement ce samedi.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Le président américain Donald Trump est arrivé samedi en Arabie saoudite pour son premier déplacement à l'étranger. Quelques heures après sa descente d'avion à Ryad, M. Trump a eu des entretiens officiels avec le roi Salmane, alors qu'un responsable de la Maison Blanche annonçait des ventes d'armements d'une valeur de «près de 110 milliards de dollars». Ces équipements de défense visent à soutenir «la sécurité à long terme» de l'Arabie et de la région du Golfe «face aux menaces iraniennes», a-t-il précisé.

Hasard du calendrier? Cette annonce est intervenue le jour de la réélection du président iranien Hassan Rohani, un modéré partisan de l'ouverture de son pays au monde. L'Arabie saoudite, majoritairement sunnite, considère l'Iran, puissance chiite, comme son principal rival au Moyen-Orient. Les deux pays s'opposent notamment sur les théâtres des conflits en Syrie et au Yémen.

«Réduire le fardeau» américain

La Maison Blanche a précisé que les contrats militaires allaient renforcer la capacité du royaume à «contribuer aux opérations de contre-terrorisme à travers la région», ce qui «réduira le fardeau» pour l'armée américaine. Washington compte ainsi voir Ryad jouer un plus grand rôle dans la lutte contre les groupes djihadistes comme le groupe Etat islamique (EI) et Al-Qaïda.

Le conglomérat américain General Electric a pour sa part annoncé avoir signé une série d'accords pour 15 milliards de dollars dans le cadre de la diversification de l'économie saoudienne hors du pétrole. Par ailleurs, le groupe pétrolier saoudien Aramco devait conclure pour 50 milliards de dollars de contrats avec des entreprises américaines.

Trump reçoit une médaille

Le roi Salmane a accueilli en personne M. Trump, accompagné de son épouse Melania, sur le tapis rouge déroulé au pied d'Air Force One qui a atterri peu avant 10h00 (08h00 suisses) dans la capitale saoudienne.

Le président est apparu détendu, alors qu'à Washington, de nouveaux développements sur l'enquête russe venaient d'être révélés. Facteur d'inquiétude supplémentaire pour la Maison Blanche: le Sénat a annoncé que l'ex-chef du FBI James Comey, silencieux depuis son limogeage brutal il y a dix jours, avait accepté de témoigner.

Le roi Salmane a serré la main à M. Trump, ainsi qu'à son épouse qui était habillée sobrement, avec les cheveux au vent, contrairement aux Saoudiennes qui sont obligées de se couvrir la tête en public. Les deux hommes ont paru très à l'aise. Au palais royal d'Al-Yamama, le roi a décoré M. Trump de la médaille roi Abdelaziz, la plus haute distinction civile.

Meilleure entente qu'avec Obama

La fille aînée du président, Ivanka, et son époux Jared Kushner font partie de la délégation présidentielle et ils se tenaient la main à leur arrivée. Egalement présent à Ryad, Stephen Bannon, conseiller stratégique de M. Trump qui a été au centre de controverses dans le passé pour des déclarations jugées hostiles à l'islam. Ryad était pavoisée de drapeaux saoudiens et américains. Les rues, quasiment désertes, étaient également ornées de photos montrant le roi et M. Trump avec un slogan «Ensemble, nous triomphons».

L'accueil a été dans l'ensemble beaucoup plus chaleureux que celui réservé l'an dernier à Barack Obama. L'ambiance s'était révélée en effet plutôt glaciale, l'ancien président ayant été critiqué pour avoir amorcé un début de rapprochement avec l'Iran.

Grand discours prévu dimanche

Si ses prédécesseurs réservaient traditionnellement leur premier déplacement à leur voisin direct - Mexique ou Canada -, l'ex-magnat de l'immobilier a choisi la monarchie pétrolière saoudienne, première étape d'un long périple qui s'achèvera en Europe. Dimanche, le président américain prononcera à Ryad devant une cinquantaine de dirigeants de pays musulmans un discours soulignant ses «espoirs» pour une «vision pacifique» de l'islam. «J'exprimerai la position du peuple américain de manière franche et claire», a promis M. Trump dans son allocution hebdomadaire diffusée vendredi soir. (afp/ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 01:50

ETATS-UNIS -RUSSIE POUTINE PRÊT À DÉVOILER L'ENTRETIEN TRUMP-LAVROV

Le président russe s'est dit ouvert à partager l'enregistrement de la rencontre entre son chef de la diplomatie et le président américain.

Donald Trump avait rencontré Sergueï Lavrov à Washington, le 11 mai.

Donald Trump avait rencontré Sergueï Lavrov à Washington, le 11 mai. Image: Keystone

 

Vladimir Poutine s'est dit mercredi «prêt à fournir l'enregistrement» du récent entretien à Washington entre Sergueï Lavrov et le président américain Donald Trump. Le locataire de la Maison Blanche est accusé d'avoir divulgué des informations classifiées au chef de la diplomatie russe.

«Si l'administration américaine l'autorise, nous sommes prêts à fournir l'enregistrement de la conversation entre Lavrov et Trump au Congrès et au Sénat américains», a déclaré M. Poutine, lors d'une conférence de presse à Sotchi avec le Premier ministre italien Paolo Gentiloni.

Il a plaisanté en promettant d'adresser une «réprimande» à son ministre des Affaires étrangères parce qu'il «n'avait pas partagé ses informations secrètes» avec lui ou avec les services spéciaux russes, déclenchant le rire de M. Lavrov et d'autres responsables russes.

«Schizophrénie politique»

M. Poutine a estimé que régnait une «schizophrénie politique» aux Etats-Unis. «Que vont inventer de plus ces personnes qui génèrent ces bêtises? S'ils ne comprennent pas qu'ils portent préjudice à leur propre pays, ils sont tout simplement stupides. S'ils comprennent tout, ils sont dangereux et malhonnêtes», a-t-il estimé.

Donald Trump a été accusé par le «Washington Post» d'avoir divulgué des renseignements concernant une opération préparée par le groupe djihadiste Etat islamique, lors d'une rencontre le 11 mai avec Sergueï Lavrov et l'ambassadeur russe aux Etats-Unis Sergueï Kisliak dans le Bureau ovale. Ces informations avaient été communiquées par un partenaire des Etats-Unis qui n'avait pas donné l'autorisation à Washington de les partager.

Ces révélations ont provoqué un tollé aux Etats-Unis. Le sénateur républicain américain John McCain a affirmé qu'il s'agissait d'un «message inquiétant aux alliés de l'Amérique et à ses partenaires dans le monde». De son côté, Chuck Schumer, chef de l'opposition démocrate du Sénat, a demandé que la retranscription de la rencontre entre MM. Trump, Lavrov et Kisliak soit donnée aux commissions du Renseignement du Congrès. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 01:47

NUCLÉAIRE IRANIEN TRUMP POURSUIT LA POLITIQUE D'OBAMA

L'administration américaine continuera à respecter l'accord sur le nucléaire iranien pris en 2015.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Les Etats-Unis vont poursuivre la politique de levée des sanctions contre l'Iran dans le cadre de l'accord historique sur le programme nucléaire de Téhéran signé en 2015 par Barack Obama et que Donald Trump avait promis de «déchirer».

A deux jours d'une élection présidentielle en Iran où le modéré Hassan Rohani brigue un second mandat, la diplomatie américaine a annoncé une prolongation de l'allègement des sanctions économiques contre Téhéran tel qu'il est prévu par l'accord international sur le nucléaire du 14 juillet 2015.

En revanche, le Trésor américain maintient une ligne de fermeté et a rendu publiques de nouvelles sanctions ciblées contre des responsables iraniens liés au programme de missiles balistiques.

Pour le nucléaire, l'exécutif américain a informé le Congrès que «les Etats-Unis allaient continuer d'alléger les sanctions comme l'exigent les engagements américains de lever ces sanctions liées au Joint Comprehensive Plan of Action (JCPOA)», l'accord mis en oeuvre depuis le 16 janvier 2016 entre l'Iran et les grandes puissances (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne).

Ce JCPOA prévoit un contrôle international de la nature purement civile et pacifique du programme nucléaire iranien en échange d'une levée des sanctions qui ont étranglé l'économie de la puissance régionale.

L'Iran tient ses engagements

Même les détracteurs du texte - caciques républicains conservateurs aux Etats-Unis, responsables israéliens ou de pays arabes - ont reconnu que l'Iran avait tenu jusqu'à présent ses engagements. Le mois dernier, le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson avait admis devant le Congrès que Téhéran avait bien ouvert ses sites nucléaires aux inspections internationales et cessé ses activités d'enrichissement.

Le prédécesseur de Rex Tillerson, John Kerry, architecte de l'accord sur le nucléaire, vient de fonder avec d'anciens conseillers un groupe de pression, Diplomacy Works. Dans un communiqué, l'association a insisté sur «la nécessité de préserver le JCPOA, meilleure solution pour protéger la sécurité et la prospérité de l'Amérique».

La décision de l'administration du républicain Trump s'inscrit donc dans la continuité de la politique de l'équipe du démocrate Obama qu'elle avait pourtant tant décriée. Durant sa campagne, le milliardaire avait promis de «déchirer» ce texte négocié pendant des années par les Etats-Unis et l'Iran.

Une fois élu, Donald Trump avait mis de l'eau dans son vin, peut-être sensibilisé à l'équilibre régional entre la République islamique chiite et les monarchies sunnites du Golfe que Barack Obama avait tenté de rétablir. Le président Trump n'en avait pas moins décrété que l'accord nucléaire était l'un des «pires» jamais signés par Washington.

Nouvelle phase de tensions

La prolongation de l'allègement des sanctions intervient avant la présidentielle iranienne du 19 mai où concourt le sortant Hassan Rohani, favorable au JCPOA et qui avait amorcé un très timide rapprochement avec Barack Obama.

Mais Téhéran et Washington, qui n'ont plus de relations diplomatiques depuis 1980 dans la foulée de la Révolution islamique, sont de nouveau dans une phase de tensions depuis l'arrivée de Donald Trump. Samedi, jour de la présidentielle iranienne, le président américain commencera d'ailleurs son tout premier voyage à l'étranger, avec une visite en Arabie saoudite, alliée des Etats-Unis et grande rivale sunnite de l'Iran chiite.

Signe des tensions, le Trésor américain a ainsi annoncé simultanément des sanctions ciblées contre «des responsables de la Défense iranienne, une entité iranienne et un réseau basé en Chine», en raison de leurs liens présumés avec le programme de missiles balistiques. En violation de «la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies», selon le Trésor.

L'Iran «triche»

Pour le département d'Etat, «l'Iran continue de chercher des technologies de missiles capables de transporter une arme nucléaire» et «les Etats-Unis n'accepteront jamais que le régime iranien se dote d'une arme» atomique.

En outre, l'administration Trump a promis de «nouvelles actions» pour répondre aux «atteintes aux droits de l'homme dont l'Iran est tenu pour responsable». La diplomatie américaine a enfin réaffirmé sa «détermination à contrecarrer les activités déstabilisatrices de l'Iran dans la région, qu'il s'agisse de son soutien au régime (syrien du président Bachar) al-Assad, à des organisations terroristes comme le Hezbollah» chiite libanais ou «à des milices violentes qui fragilisent les gouvernements en Irak et au Yémen».

Le patron du groupe de pression conservateur Foundation for Defense of Democracies, Mark Dubowitz, s'est félicité de ces nouvelles sanctions, affirmant même dans un communiqué que «le JCPOA ne fonctionnait pas» et que le «régime iranien trichait». (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 01:44

MALI UN COUPLE ACCUSÉ DE CONCUBINAGE LAPIDÉ

Des «islamistes» ont lapidé un couple accusé de concubinage dans le nord du Mali, ont indiqué des élus locaux mercredi.

Un soldat français à Tessalit en 2013. (Archive)

Un soldat français à Tessalit en 2013. (Archive) Image: AFP

 

Un homme et une femme ont été lapidés dans la région de Kidal, dans le nord du Mali, par des «islamistes» qui, selon des élus locaux mercredi, leur reprochaient de vivre en concubinage, cinq ans après des faits similaires dans la même zone alors sous contrôle de djihadistes .

La mise à mort du couple s'est déroulée mardi dans la vallée de Taghlit, entre les localités d'Aguelhoc et Tessalit, a précisé un des élus de la région de Kidal interrogés mercredi par l'AFP par téléphone depuis Bamako.

C'est la première fois depuis 2012 que des faits similaires sont signalés au Mali, dont le vaste Nord a été contrôlé pendant près de dix mois (mars-avril 2012 jusqu'à mi-janvier 2013) par des groupes djihadistes liés à Al-Qaïda.

Visite de Macron

Cette annonce intervient deux jours avant la visite au Mali du nouveau président français Emmanuel Macron, qui fera un aller-retour vendredi et se rendra à Gao (nord-est) auprès de la force française Barkhane déployée contre le terrorisme au Sahel (4000 soldats sur cinq pays).

Accusé d'avoir «violé la loi musulmane», le couple «a été arrêté» et tué à coups de pierres par les islamistes, qui ont filmé la scène, a expliqué un des élus locaux. Selon lui, la lapidation avait été annoncée aux habitants, «entre 11 et 21 personnes (y) ont assisté».

«Les islamistes ont creusé mardi deux trous dans lesquels ils ont mis l'homme et la femme qui vivaient maritalement sans être mariés», a affirmé un deuxième élu local. De même source, leurs bourreaux ont été «quatre personnes». Aucune indication n'a pu être obtenue sur l'identité des victimes, ni des «islamistes» en question.

Une source de sécurité malienne a simplement indiqué avoir «appris l'exécution par lapidation d'un homme et d'une femme mardi dans la région de Kidal par les terroristes qui les accusaient d'avoir eu des relations sexuelles hors mariage».

L'Association malienne de défense des droits de l'Homme (AMDH) a condamné de «lâches assassinats», et demandé que leurs auteurs soient «arrêtés et jugés».

Les civils pris en étau

Gaëtan Mootoo, chercheur sur l'Afrique de l'Ouest à Amnesty International, a appelé à «garantir la sécurité des populations, des civils» dans le nord du Mali. Dans certaines zones écumées par des djihadistes , narcotrafiquants et criminels divers, «les civils sont pris en étau», a-t-il dit à l'AFP.

Le 29 juillet 2012, alors que le nord du Mali était sous le joug des djihadistes , des membres du groupe Ansar Dine avaient lapidé en public à Aguelhoc un homme et une femme auxquels ils reprochaient d'avoir eu des enfants sans être mariés.

D'autres exactions, dont des amputations et flagellations en public, ont aussi été perpétrées ailleurs dans le Nord durant cette période par les djihadistes prétendant appliquer la charia (loi islamique).

Le nord du Mali était tombé en 2012 sous la coupe d'organisations djihadistes à la faveur d'une rébellion touareg, d'abord alliée à ces groupes qui l'ont ensuite évincée. Les djihadistes ont été en grande partie chassés par une intervention militaire internationale, lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France et qui se poursuit actuellement.

«Force d'intervention rapide»

Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes, françaises et de l'ONU, régulièrement visées par des attaques meurtrières, malgré la signature en 2015 d'un accord de paix censé isoler définitivement les djihadistes . Depuis 2015, ces assauts se sont étendus au centre et au sud du pays.

En visite au Mali, le chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU, le Français Jean-Pierre Lacroix, a annoncé mercredi soir le déploiement prochain d'une «force d'intervention rapide» composée de Casques bleus sénégalais dans le centre du Mali.

Plus tôt, le Parti pour la renaissance nationale (Parena, opposition) s'était dit «alarmé par la détérioration de la situation sécuritaire deux ans après la signature de l'accord» de paix au Mali.

Selon le décompte du Parena, «entre le 1er janvier et le 14 mai 2017, au moins 309 personnes, dont des étrangers, ont perdu la vie au cours de 70 incidents armés» au Mali, pour moitié dans le centre du pays. (afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 17:10

ETATS-UNIS DONALD TRUMP SE RENDRA À BETHLÉEM

Donald Trump rencontrera également Emmanuel Macron au cours de son voyage. Image: Keystone

 

Donald Trump se rendra à Bethléem, au cours de son premier voyage à l'étranger durant lequel il doit également faire escale en Arabie saoudite, en Israël et au Vatican, a affirmé mardi son conseiller à la sécurité nationale.

A l'issue de la première partie de ce voyage, le président américain participera à ses premiers sommets: celui de l'Otan, à Bruxelles le 25 mai, et du G7, en Sicile les 26 et 27.

Son conseiller, le général H.R. McMaster, a confirmé que M. Trump rencontrera à cette occasion le nouveau président français Emmanuel Macron pour un déjeuner de travail le 25 mai à Bruxelles. Ce sera la première rencontre entre les deux dirigeants.

Le président républicain doit entamer son voyage ce vendredi. Après sa visite en Arabie saoudite, il se rendra en Israël où il sera reçu lundi 22 mai par le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Rôle de médiateur

Ce voyage en Israël survient dans un contexte en pleine évolution sur un dossier dans lequel les Etats-Unis ont toujours joué un rôle unique de médiateur.

Le lendemain, mardi, il se rendra à Bethléem où «il va appuyer la nécessité de faciliter un accord pour mettre fin au conflit (israélo-palestinien) et il appellera les dirigeants à prendre des mesures qui aideront à conduire à la paix», a précisé M. McMaster.

M. Trump a reçu mi-février son «ami» Benjamin Netanyahu, avant d'accueillir au début du mois le président palestinien Mahmoud Abbas. A cette occasion il a affirmé qu'il «voul(ait) créer la paix entre Israël et les Palestiniens».

«Nous y arriverons!», avait lancé le milliardaire, qui se targue d'être un «faiseur d'accords», affirmant qu'un traité de paix serait «peut-être moins difficile que ce que les gens pensent depuis des années».

Il n'a cependant rien dit de la manière dont il s'y prendrait pour régler l'un des plus vieux conflits de la planète pour lequel les positions ont rarement été aussi éloignées et sur lequel tous les présidents américains se sont cassé les dents.

Le lendemain de son passage dans les Territoires palestiniens, Donald Trump sera reçu par le pape au Vatican, le 24 mai.(afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée