Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 07:00

CORÉE DU NORD GLISSEMENTS DE TERRAIN APRÈS L'ESSAI NUCLÉAIRE

L'essai nucléaire nord-coréen dimanche a provoqué des glissements de terrain, selon des images satellite publiées mercredi.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

L'essai nucléaire mené dimanche par la Corée du Nord a provoqué des glissements de terrain dans la zone de la déflagration et au-delà, en témoignent des images de satellite publiées mercredi. Elles ne montrent cependant pas de cratère consécutif à un effondrement.

Le sixième test nucléaire nord-coréen a provoqué un séisme de magnitude 6,3, selon les sismologues américains. Il a été suivi peu après par une secousse de 4,1, ce qui a fait naître des questions sur la possibilité d'un effondrement sur le site et de la diffusion potentielle de matériaux radioactifs dans l'atmosphère.

Pyongyang a assuré avoir testé une bombe à hydrogène suffisamment petite pour être montée sur un missile, suscitant un déluge de condamnation et aggravant des tensions qui étaient déjà à des sommets.

Changements plus nombreux

 

Le site 38 North de l'université Johns Hopkins à Washington a publié des images de satellite datant de lundi, qui montrent des changements à la surface de Punggye-ri, le principal site des essais nucléaires nord-coréen. Le terrain a été soulevé dans les airs; des petits glissements de terrain ont charrié des matériaux dans le lit de ruisseaux.

«Ces perturbations sont plus nombreuses et plus étendues que lors des cinq essais menés auparavant par la Corée du Nord», écrivent les spécialistes de 38 North. «Il ne semble pas y avoir de signe d'un cratère d'affaissement comme suggéré par la réplique postérieure à l'essai».

Séoul a estimé l'énergie dégagée à 50 kilotonnes. D'après les chercheurs américains, la puissance du test était de 100 kilotonnes ou plus. Le Japon l'a estimée mercredi matin à environ 160 kilotonnes, contre 15 kilotonnes pour la bombe larguée, le 6 août 1945, sur la ville japonaise d'Hiroshima par les Américains et qui a fait 140'000 morts.

L'agence sud-coréenne de la sécurité nucléaire a expliqué mercredi qu'elle n'avait décelé aucune trace de matériaux radioactifs dans des échantillons d'air, de terre et d'eau prélevés après le test.

Après ce sixième essai nucléaire de Pyongyang, le plus puissant à ce jour, les Etats-Unis, avec leurs alliés européens et japonais, ont annoncé lundi négocier à l'ONU de nouvelles sanctions sévères contre la Corée du Nord. La position de la Chine et de la Russie, qui disposent d'un droit de veto, restait toutefois incertaine. (afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
4 septembre 2017 1 04 /09 /septembre /2017 12:15

IRAN 10 ANS DE PRISON POUR TROIS AMÉRICAINS

Sur fond de tensions diplomatique entre les deux pays, la justice iranienne a confirmé la condamnation de 3 Américains pour espionnage.

mage d'illustration.

mage d'illustration. Image: Keystone

La justice iranienne a confirmé en appel la peine de dix ans de prison de quatre personnes pour «collaboration» avec les Etats-Unis, a annoncé dimanche le procureur général de Téhéran. Il s'agit d'un Américain, de deux Irano-américains et d'un ressortissant libanais.

Reproduite par l'agence Mizanonline qui dépend du ministère de la Justice, cette annonce intervient en pleine tension entre l'Iran et les Etats-Unis. Ces derniers ont durci le ton à l'égard de Téhéran depuis l'arrivée au pouvoir du président Donald Trump.

Un ressortissant américain «a été condamné à dix ans de prison pour collaboration avec des gouvernements étrangers et sa peine a été confirmée en appel», a déclaré Abbas Jafari Dolatabadi, le procureur général de Téhéran.

Il s'agit de Xiyue Wang, cité comme étant un Sino-Américain dont la condamnation à dix années de réclusion avait été annoncée le 17 juillet par la justice iranienne. Il est accusé «d'infiltration», aucun détail n'a été fourni sur les faits reprochés.

 
 

Par ailleurs, «un ressortissant libanais (Nezar Zaka) a été condamné à dix ans de prison pour collaboration avec le gouvernement américai», a confirmé le procureur dimanche.

Libération demandée

«De même, deux ressortissants iraniens (ayant aussi la nationalité américaine, ndlr) ont été condamnés à dix ans de prison pour collaboration avec un gouvernement ennemi. Leurs peines ont été confirmées en appel», a-t-il ajouté.

Ces deux ressortissants irano-américains, l'homme d'affaires Siamak Namazi et son père Mohammad Bagher Namazi, ont été condamnés ainsi que le Libanais Nezar Zaka et trois autres personnes en octobre 2016 à dix ans de prison pour «espionnage» au profit de Washington.

Les Etats-Unis ont demandé à plusieurs reprises la libération immédiate de ces hommes. Washington demande aussi la coopération de Téhéran dans le cas de Robert Levinson, un ancien agent du FBI, porté disparu en Iran depuis 2007. Téhéran affirme ne disposer d'aucune nouvelle information sur son sort.(ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
4 septembre 2017 1 04 /09 /septembre /2017 12:11

CORÉE DU NORD LES ETATS-UNIS PRÊTS À UTILISER LE NUCLÉAIRE

Washington renchérissait encore, dans la nuit de dimanche à lundi, face à Pyongyang, tout en assurant Tokyo de son soutien.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Les Etats-Unis sont prêts à utiliser leurs capacités nucléaires au cas où la Corée du Nord continuerait à les menacer ou à menacer leurs alliés, a déclaré dimanche la Maison Blanche.

Après le nouvel essai nucléaire effectué par la Corée du Nord, le président Donald Trump s'est entretenu au téléphone avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe, a indiqué la Maison Blanche dans un communiqué.

«Les deux dirigeants ont condamné la poursuite des actions de déstabilisation et de provocation de la Corée du Nord, ont confirmé les inébranlables engagements mutuels des deux pays en matière de défense, et se sont engagés à continuer à coopérer étroitement», déclare le communiqué.

«Le président Trump a réaffirmé l'engagement des Etats-Unis à défendre notre patrie, nos territoires et nos alliés en utilisant la gamme complète des capacités diplomatiques, conventionnelles et nucléaires dont nous disposons», rapporte le communiqué de la présidence américaine.

 
 

«Réponse militaire massive»

Quelques heures plus tôt, les Etats-Unis ont prévenu la Corée du Nord qu'ils pourraient déclencher «une réponse militaire massive» si elle menaçait leur territoire ou celui de leurs alliés.

L'avertissement a été formulé par le secrétaire à la Défense Jim Mattis à la suite d'une réunion d'urgence convoquée par Donald Trump de ses conseillers dans le domaine de la sécurité nationale.

La réunion avait pour but d'examiner les conséquences du sixième essai nucléaire nord-coréen, qui était selon Pyongyang celui d'une bombe à hydrogène ou bombe H, beaucoup plus puissante que la bombe atomique ou bombe A.

Manoeuvres sud-coréennes

De son côté, la Corée du Sud a mené lundi matin des manoeuvres impliquant des missiles balistiques, a rapporté l'agence officielle sud-coréenne Yonhap. L'armée a conduit un exercice à munition réelle simulant une attaque sur le polygone de tir nucléaire nord-coréen, touchant «des cibles choisies dans la mer du Japon», a écrit Yonhap en citant l'état-major interarmes.

 

«L'exercice est intervenu en réponse au sixième tir nucléaire du Nord (...) et a impliqué le missile balistique sud-coréen Hyunmoo et des chasseurs F-15K», selon l'agence. L'armée sud-coréenne a précisé que les cibles choisies étaient à une distance équivalente à celle du polygone de tir nucléaire nord-coréen de Punggye-ri, dans le nord-est du pays.

Pyongyang a dit avoir procédé dimanche à un test d'une bombe à hydrogène d'une puissance beaucoup plus grande que celle de ses précédents essais nucléaires - «une réussite parfaite», selon la télévision nord-coréenne. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
3 septembre 2017 7 03 /09 /septembre /2017 20:30

CORÉE DU NORD vaines CONDAMNATIONS INTERNATIONALES UNANIMES

Le régime de Pyongyang se retrouve condamné de toutes parts. Reste à savoir quelles mesures seront prises par la suite.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

La Corée du Nord s'est attiré de vives condamnations internationales suite à son essai nucléaire de dimanche. Donald Trump a mené la charge en dénonçant des actions «très hostiles et dangereuses pour les Etats-Unis», alors que Moscou et Pékin plaidaient pour une réponse «appropriée».

Le président américain, qui a promis le 8 août «le feu et la colère» en cas de provocations de Pyongyang, a réagi en qualifiant la Corée du Nord d'«Etat voyou» et en laissant planer une menace voilée. La politique d'«apaisement» à l'égard du régime de Kim Jong-un «ne fonctionnera pas, ils ne comprennent qu'une chose!», a-t-il écrit sur Twitter sans autre précision.

M. Trump devait réunir dimanche son équipe de sécurité nationale, alors que son secrétaire au Trésor Steven Mnuchin a annoncé préparer de nouvelles sanctions. Le président américain a adressé au passage un reproche à la Chine, «qui s'efforce d'aider, mais avec peu de réussite».

Condamnation chinoise

 
 

Pékin, principal soutien économique du régime stalinien, a «condamné vigoureusement» l'essai nucléaire de dimanche. Dans un communiqué au ton cinglant, il a exhorté Pyongyang à «cesser ses actions erronées qui aggravent la situation et ne servent pas ses propres intérêts». Elle a précisé qu'elle appliquerait pleinement les sanctions prévues par les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU.

Le président chinois Xi Jinping a rencontré son homologue russe Vladimir Poutine dimanche en marge d'un sommet des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) dans le sud-est de la Chine. Les deux dirigeants ont exprimé leur souhait de «répondre de manière appropriée» à l'essai nucléaire nord-coréen.

«Les deux dirigeants sont convenus de s'en tenir à l'objectif de dénucléarisation de la péninsule coréenne et d'entretenir une communication et une coordination étroites afin de répondre à la situation nouvelle», a indiqué l'agence officielle Chine nouvelle.

Un peu plus tôt, le ministère russe des affaires étrangères avait condamné «le mépris» de Pyongyang pour les résolutions onusiennes, tout en plaidant pour l'apaisement. Il avait jugé «impératif de rester calme et d'éviter toute action qui conduirait à une nouvelle escalade».

«Absolument inacceptable» De leur côté, Tokyo et Séoul n'ont pas tardé à condamner l'essai nord-coréen. Dès l'annonce d'un séisme imputé à une probable «explosion» en Corée du Nord, le premier ministre nippon Shinzo Abe a déclaré ce nouvel essai nucléaire «absolument inacceptable».

Le conseiller national à la sécurité des Etats-Unis, H.R. McMaster, a pour sa part assuré son homologue japonais que Tokyo pouvait compter sur la protection nucléaire des Etats-Unis.

Le président sud-coréen Moon Jae-In a de son côté demandé d'infliger «la punition la plus forte» contre Pyongyang, notamment via de nouvelles sanctions dans le cadre de l'ONU afin d'«isoler complètement la Corée du Nord».

Menace pour la paix

Lui faisant écho, le président français Emmanuel Macron a appelé la communauté internationale à réagir «avec la plus grande fermeté», estimant que le test nord-coréen portait «atteinte à la paix et à la sécurité».

M. Macron et la chancelière allemande Angela Merkel sont tous deux favorables à «un durcissement» des sanctions de l'Union européenne, à l'heure où la «dernière provocation en date» de Pyongyang a «atteint une nouvelle dimension», a précisé Berlin. Une position partagée par le chef du gouvernement italien Paolo Gentiloni, avec qui M. Macron s'est aussi entretenu, selon l'Elysée.

Appel de l'AIEA

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), qui n'est plus autorisée à se rendre en Corée du Nord, a qualifié ce sixième essai mené depuis 2006 «d'acte extrêmement regrettable» qui traduit «un mépris complet des demandes répétées de la communauté internationale».

«J'espère que cela contribuera enfin à une prise de conscience de la communauté internationale pour interdire les essais nucléaires en mettant en oeuvre» le traité d'interdiction complète des essais nucléaires (TICEN), a déclaré la directrice de l'AIEA chargée de son application, Lassina Zerbo. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
3 septembre 2017 7 03 /09 /septembre /2017 20:28

JAPON L'AMOUR PLUS FORT QUE LE TRÔNE

La petite fille de l'empereur du Japon a annoncé dimanche ses fiançailles avec un roturier. Cette union lui fera quitter son statut royal.

La princesse Mako et Kei Komuro se sont rencontrés à l'université.

La princesse Mako et Kei Komuro se sont rencontrés à l'université. Image: Keystone

La princesse Mako, petite fille de l'empereur du Japon, a annoncé dimanche ses fiançailles avec un roturier. Ce mariage l'exclura de la famille impériale aux termes d'une loi controversée qui ne s'applique qu'aux femmes.

Mako, 25 ans, s'est déclarée «vraiment heureuse». Elle a dit être «consciente depuis l'enfance de devoir quitter tout statut royal dès le mariage».

«Tout en travaillant de mon mieux pour aider l'empereur et remplir mes devoirs de membre de la famille impériale, j'ai veillé à ma propre vie», a-t-elle déclaré au cours d'une conférence de presse aux côtés de son fiancé.

Comme le soleil et la lune

 
 

Elle a rencontré Kei Komuro à l'université. Le jeune homme télégénique de 25 ans, qui travaille dans un cabinet d'avocats, a précisé l'avoir demandée en mariage il y a plus de trois ans. Mako veille doucement sur lui «comme la lune», a-t-il dit avec poésie, ce à quoi la princesse lui a répondu que son sourire était «comme le soleil».

Les fiançailles devaient être annoncées en juillet mais la nouvelle avait été gardée pour plus tard par respect pour les victimes d'inondations meurtrières survenues dans le sud-ouest du pays. Un responsable de la maison impériale a précisé que le mariage aurait lieu après l'été 2018.

Titre perdu

Mako perdra son titre de princesse alors que l'empereur Akihito lui-même et ses deux fils ont épousé des roturières qui font maintenant partie de la famille impériale.

Au moment où le pays se prépare à vivre la première abdication d'un empereur en 200 ans, cette nouvelle fait ressurgir les inquiétudes sur l'avenir du trône du Chrysanthème. Elle ravive le débat sur une remise en cause de cette loi afin d'augmenter les chances de voir naître des héritiers masculins.

Les conservateurs, dont le Premier ministre Shinzo Abe, s'opposent vigoureusement à de tels changements bien que le Japon ait été dans son histoire dirigé par des femmes.

Akihito veut abdiquer

L'empereur Akihito, qui avait succédé en 1989 à son père décédé Hirohito, avait laissé filtrer en août 2016 son souhait d'abdiquer, en raison de son âge avancé. Le Parlement japonais a voté en juin une loi permettant au souverain âgé de 83 ans de céder le trône à son fils aîné, le prince héritier Naruhito.

Après Naruhito, son frère Akishino et le fils de ce dernier, Hisahito, encore enfant, sont dans l'ordre de succession les héritiers du trône. Mais pour la suite, il n'existe actuellement aucun héritier mâle, et la chaîne de plusieurs siècles de succession par les hommes pourrait se voir brisée si Hisahito n'a pas de fils. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
31 août 2017 4 31 /08 /août /2017 19:46

TERRORISTE L'ESPAGNE ÉTAIT AVERTIE D'UN RISQUE D'ATTENTAT

Washington avait alerté fin mai de la possibilité d'attaques pendant l'été contre des sites touristiques très fréquentés à Barcelone.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

L'Espagne avait été avertie en mai qu'un attentat risquait de se produire sur les Ramblas de Barcelone, où une attaque le 17 août a fait 14 morts, mais avait estimé que l'alerte avait «peu de crédibilité», ont reconnu jeudi les autorités catalanes.

Le chargé de l'Intérieur du gouvernement régional catalan, Joaquim Forn, et le chef de la police régionale, Josep Lluis Trapero, ont reconnu en conférence de presse avoir reçu une alerte, mais pas en provenance des États-Unis, comme l'affirme le journal El Periodico de Cataluña.

Problème de fiabilité

Le quotidien a publié le fac-similé d'un message en anglais qu'il présente comme provenant du centre national anti-terroriste américain (NCTC), qui associe notamment la CIA et le FBI, et adressé aux forces de l'ordre espagnoles.

 
 

«Des informations non confirmées dont la véracité n'est pas connue datant de fin mai 2017 indiquaient que (le groupe, ndlr) Etat islamique en Irak et au Levant (ISIS, acronyme anglais de l'organisation djihadiste, ) prévoyait de mener des attaques terroristes non précisées pendant l'été contre des sites touristiques très fréquentés à Barcelone, et en particulier la rue de la Rambla», peut-on lire dans ce texte daté du 25 mai.

Ce n'est pas le texte original mais une transcription, a cependant admis le directeur du journal, Enric Hernandez, ce qui expliquerait plusieurs fautes d'orthographe et de typographie dans le document.

Les autorités l'estimaient «peu crédible»

«Le document est un montage», a assuré de son côté Joaquim Forn. «L'avertissement quant à un possible attentat l'été dans des lieux tels que les Ramblas nous est parvenu d'autres sources», a-t-il ajouté. Le chef de la police catalane a lui aussi confirmé avoir reçu un tel avertissement le 25 mai, mais ne provenant «ni de la CIA ni du NCTC», a-t-il dit sans révéler son origine.

Après avoir analysé les informations et les avoir portées à la connaissance du gouvernement espagnol, les autorités ont finalement conclu que «l'avertissement avait très peu de crédibilité», a déclaré Joaquim Forn. Il n'y aurait en outre «absolument aucun lien entre cette information et les attentats du 17» août, a-t-il ajouté.

Selon un des membres de la cellule djihadiste, ayant planifié l'attentat, leur objectif initial n'était en outre pas l'allée centrale des Ramblas à Barcelone mais des monuments. Selon la radio Cadena SER, citant des sources de la lutte antiterroriste, le document dévoilé par El Periodico serait authentique.

Interrogés par l'AFP, les services espagnols de renseignement ont refusé de confirmer ou de démentir l'information. Le ministère de l'Intérieur n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP.

Le 17 août dernier, sur les Ramblas, un jeune Marocain vivant en Espagne a foncé dans la foule au volant d'une camionnette, faisant 14 morts et plus de 120 blessés. Au total, lui et ses complices présumés ont fait 16 morts à Barcelone et dans la station balnéaire de Cambrils, à 120 km plus au sud. Les deux attentats ont été revendiqués par le groupe Etat islamique.(ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
31 août 2017 4 31 /08 /août /2017 19:44

SUÈDE UN POLICIER POIGNARDÉ À STOCKHOLM

Un individu a attaqué un agent des forces de l'ordre qui se trouvait près d'une bouche de métro près de la place Medborgarplatsen.

Un policier a été blessé dans le centre de Stockholm ce jeudi matin.

Un policier a été blessé dans le centre de Stockholm ce jeudi matin. Image: DR/Twitter

Un policier en patrouille a été poignardé par derrière jeudi matin sur une grande place de Stockholm par un homme au mobile inconnu, a indiqué la police suédoise qui a précisé écarter à ce stade la piste d'un acte terroriste.

«Un policier a été poignardé dans le dos et dans le cou», a déclaré l'inspecteur Ronnie Tellberger sur les lieux de l'attaque survenue vers 10h30 près d'une bouche de métro aux abords de la place Medborgarplatsen, dans le sud de Stockholm. «Les jours du policier ne sont pas en danger», a ajouté l'officier.

Enquête ouverte

Un suspect, dont le mobile n'est pas connu, a été arrêté et une enquête ouverte pour tentative de meurtre.

 
 

«Il semble que ce soit un acte totalement gratuit (...). Rien pour le moment n'accrédite la thèse d'un acte terroriste», a indiqué à l'AFP Lars Byström, porte-parole de la police de Stockholm.

Cette attaque survient près de cinq mois après qu'un demandeur d'asile ouzbèke au volant d'un camion volé a foncé sur la foule à Drottninggatan, la rue piétonne la plus fréquentée de Stockholm, avant de finir sa course dans la façade d'un grand magasin. L'attentat a fait cinq morts. L'homme a été interpellé et attend son procès pour «acte de terrorisme».

 

 

(afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
31 août 2017 4 31 /08 /août /2017 19:39

 

HONGRIE BUDAPEST FACTURE SA CLÔTURE ANTIMIGRANTS et personne ne hurle aparthied

Ces clôtures sont une des mesures de l'arsenal sécuritaire déployé par la Hongrie contre l'immigration illégale.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

La Hongrie a annoncé jeudi avoir demandé à Bruxelles de lui rembourser la moitié des 800 millions d'euros que Budapest dit avoir dépensé pour ériger à ses frontières une clôture sécurisée. Cette mesure contre l'immigration illégale avait été contestée.

Selon le directeur de cabinet du Premier ministre hongrois, Janos Lazar, la protection des frontières est une question de «solidarité européenne» dont l'UE doit faire «la démonstration concrète». «Bruxelles devrait payer sa part», comme l'UE l'a fait avec l'Italie, la Grèce et la Bulgarie.

Ces pays d'entrée des migrants en Europe ont reçu un soutien financier spécifique de la Commission européenne, a-t-il souligné. Viktor Orban a fait part de sa demande de remboursement s'agissant de ces «coûts exceptionnels» dans une lettre au président de la Commission Jean-Claude Juncker, a dit Janos Lazar.

175 kilomètres de barbelés

 
 

Ouvertement hostile à l'accueil de réfugiés, Viktor Orban avait fait ériger une clôture de barbelés sur les 175 km de la frontière hungaro-serbe (sud) à l'été 2015, puis sur la majeure partie de la frontière hungaro-croate (sud).

Pendant la grande vague de 2015, quelque 400'000 migrants en provenance du Proche et du Moyen-Orient avaient transité par la Hongrie, avant de continuer leur route vers l'ouest de l'Europe. Avec l'installation des clôtures, le flux des passages s'est tari.

Au printemps, Budapest avait annoncé avoir achevé la construction d'une deuxième clôture sécurisée sur le tracé de sa frontière serbe, parallèlement aux barbelés, équipée de caméras thermiques et de systèmes d'alarme.

Dispositions critiquées

Ces clôtures sont une des mesures de l'arsenal sécuritaire déployé par la Hongrie contre l'immigration illégale. Plusieurs dispositions ont suscité les critiques de représentants de l'UE et des organisations de défense des droits.

Les sanctions pénales contre les migrants entrés illégalement en Hongrie ont ainsi été durcies et depuis le printemps, les demandeurs d'asile présents en Hongrie sont placés dans des centres fermés. Actuellement, 680 migrants se trouvent sur le territoire hongrois, selon Budapest.

La Hongrie est également opposée à toute relocalisation de réfugiés sur son territoire dans le cadre d'un plan européen adopté fin 2015 contre lequel le gouvernement de Viktor Orban a déposé un recours devant la justice européenne. Ce recours doit donner lieu à une décision le 6 septembre de la Cour de justice de l'UE. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
31 août 2017 4 31 /08 /août /2017 06:18

BANDE DE GAZA ANTONIO GUTERRES APPELLE À LEVER LES BLOCUS

Le secrétaire général de l'ONU effectue sa première visite dans le territoire palestinien depuis son entrée en fonctions en janvier.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a appelé mercredi à la levée des blocus israélien et égyptien imposés à la bande de Gaza, en proie à «l'une des crises humanitaires les plus dramatiques» qu'il ait vues.

«Je suis profondément ému d'être à Gaza aujourd'hui et d'être, malheureusement, le témoin de l'une des crises humanitaires les plus dramatiques qu'il m'ait été donné de voir en de nombreuses années de travail humanitaire aux Nations unies», a déclaré M. Guterres, qui effectuait sa première visite dans le territoire palestinien depuis son entrée en fonctions en janvier. (afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
31 août 2017 4 31 /08 /août /2017 06:16

FRANCE PARIS VOTERA CONTRE LE GLYPHOSATE

La France a une position-clé, car une majorité qualifiée est requise dans ce dossier. Le vote est prévu au début octobre.

En 2016, faute de majorité qualifiée entre les 28, la Commission avait exceptionnellement prolongé l'autorisation pour 18 mois.

En 2016, faute de majorité qualifiée entre les 28, la Commission avait exceptionnellement prolongé l'autorisation pour 18 mois. Image: Keystone

La France votera contre la proposition de la Commission européenne de renouveler pour dix ans la licence du glyphosate, a indiqué mercredi le ministère français de la Transition écologique. Cet herbicide controversé est le plus répandu dans l'UE.

La France a une position-clé, car une majorité qualifiée est requise dans ce dossier. En 2016, elle s'était opposée à la réautorisation, ainsi que Malte, tandis que sept pays s'étaient abstenus, dont l'Allemagne et l'Italie, bloquant la décision. Le nouveau vote est prévu début octobre.

«La France votera contre la réautorisation pour dix ans du glyphosate en raison des incertitudes qui demeurent sur sa dangerosité», a indiqué une source au ministère de la Transition écologique.

Le vote sur l'autorisation de cet herbicide controversé devrait avoir lieu le 4 octobre lors d'un comité d'experts durant lequel les pays donneront leur position.

 
 

«Cancérogène probable»

En juillet, la Commission a proposé le renouvellement de la licence du glyphosate qui expire fin 2017. Cette substance active entre notamment dans la composition du Roundup, le produit-phare de Monsanto.

En 2016, faute de majorité qualifiée entre les 28, la Commission avait exceptionnellement prolongé l'autorisation pour 18 mois, jusqu'à fin 2017, dans l'attente de nouveaux avis d'agences européennes.

Depuis, l'Agence européenne en charge des produits chimiques (ECHA) et celle de la sécurité des aliments (EFSA) ont estimé qu'il n'y avait pas de raison de classer cette substance comme cancérogène.

Leurs avis n'ont toutefois pas mis fin à la controverse scientifique sur la dangerosité de ce produit classé «cancérogène probable» par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ, OMS). (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée