Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 14:21

CRISE DES MIGRANTS LE DANEMARK CESSE D'ACCUEILLIR DES RÉFUGIÉS DE L'ONU

Le pays est traversé par de nombreux migrants tentant de rejoindre la Suède.

La ministre danoise de l'Immigration et de l'Intégration, Ingrid Støjberg, le 25 janvier 2016.

La ministre danoise de l'Immigration et de l'Intégration, Ingrid Støjberg, le 25 janvier 2016.

 

Le Danemark va cesser d'accueillir jusqu'à nouvel ordre le demi-millier de réfugiés proposés chaque année par le Haut commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR). La décision a été annoncée par la ministre de l'Immigration et de l'Intégration, Ingrid Støjberg.

«Cela donnera aux municipalités un peu de répit et de place pour prendre mieux soin de ceux qui sont déjà arrivés ici», a-t-elle déclaré, lors d'une réunion de la commission parlementaire sur l'immigration, retransmise sur internet.

 

Mme Støjberg incarne la politique d'immigration restrictive du gouvernement de centre-droit danois. Elle avait annoncé en août que l'accueil prévu de 491 réfugiés cette année était reporté.

«Le Danemark a la responsabilité d'aider les personnes qui veulent se réfugier. Mais nous avons aussi la responsabilité de maintenir la cohésion économique, sociale et culturelle du Danemark», a-t-elle justifié.

Assentiment

La décision a obtenu l'assentiment des deux plus grands partis au Parlement danois, tous deux non représentés au gouvernement, les sociaux-démocrates et le Parti populaire danois (anti-immigration).

Le Danemark, pays de 5,7 millions d'habitants, a enregistré comme d'autres un pic des demandes d'asile en 2015 (21'000). Celles-ci ont toutefois chuté en 2016 (5700 jusqu'ici) en raison de la fermeture de multiples frontières en Europe.

Le passage sur le territoire de nombreux migrants cherchant à rejoindre la Suède voisine, à la politique d'immigration plus généreuse, avait poussé le gouvernement à prendre une multitude de mesures dissuasives. Parmi lesquelles figurent notamment la possibilité de confisquer les objets de valeur et l'argent liquide des demandeurs d'asile. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
17 novembre 2016 4 17 /11 /novembre /2016 23:04

Irak Sous le joug de l'EI, le calvaire des Chrétiens

Des chrétiens irakiens ont été torturés, forcés à cracher sur un crucifix ou à se convertir à l'islam. Certains ont survécu.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: AFP

Lorsque les islamistes ont envahi la plaine de Ninive dans le nord de l'Irak en 2014, ils ont laissé le choix aux chrétiens entre se convertir, quitter les lieux ou mourir. Environ 120'000 d'entre eux ont pris la fuite. Aujourd'hui, alors que les forces irakiennes ont repris une bonne partie de la région, ceux qui n'ont pas eu la possibilité de partir, mais qui ont survécu, témoignent de ces deux années de privation et d'isolement.

Ismail Matti avait 14 ans lorsque l'EI est entré dans sa ville de Bartalla, à l'est de Mossoul. Il attendait l'arrivée de proches pour fuir avec sa mère malade, mais personne n'est venu. Ils ont donc tenté de partir, mais ont été refoulés deux fois par des djihadistes, qui les ont mis en prison à Mossoul. «Il y avait plein de chiites dans la cellule voisine de la nôtre. Ils en ont pris un, lui ont tiré une balle dans la tête et ont tiré son corps devant nous», raconte-t-il.

Les voisins, tous de Daech

«Ils ont averti ma mère que le même sort m'attendait si nous refusions de nous convertir. On s'est donc converti», se rappelle Ismail, désormais accueilli dans un refuge géré par l'Eglise à Erbil, la capitale du Kurdistan irakien.

La mère et son fils retournent ensuite à Bartalla, puis sont envoyés dans le village de Churikhan, à l'ouest de Mossoul. «Tous nos voisins étaient de Daech», précise-t-il, en utilisant l'acronyme arabe de l'EI. «Ils venaient vérifier que je respectais bien la charia (loi islamique)». «S'ils constataient que je n'étais pas allé à la mosquée pour prier, ils pouvaient me fouetter.»

Ismail sortait parfois pour recueillir de la nourriture auprès d'habitants compréhensifs, mais sa mère est toujours restée cloîtrée. Aujourd'hui, la mère rechigne à raconter ces deux années, mais loue l'aide apportée par son fils. «Lui, Dieu et Marie nous ont sauvés de la mort. Nous serons toujours ensemble», murmure-t-elle.

Zarifa Bakoos Daddo, 77 ans, n'a elle non plus quasiment pas quitté sa maison à Qaraqosh, qui fut la principale ville chrétienne d'Irak. Elle y hébergeait une amie âgée, Badriya.

Jeunes hostiles

«Pendant tout ce temps, nous n'avons pas vu les nôtres, juste ces gars-là», les djihadistes, raconte la veuve illettrée. «Les plus âgés nous rassuraient en disant que nous étions comme des sœurs pour eux, mais les jeunes étaient hostiles». Zarifa et Badriya ont été brièvement emprisonnées à Mossoul, où elles ont côtoyé des femmes divorcées ou veuves. Avant d'être reconduites à Qaraqosh.

«Un jour, l'un d'eux est venu réclamer de l'argent et de l'or. Il a enfoncé son fusil dans mes côtes en me menaçant», se rappelle Zarifa. Elle donna les 300 dollars qu'elle avait et son amie 15 carats d'or. «Une autre fois, c'était un jeune d'environ 20, 21 ans, qui est entré pour nous dire de nous convertir. Je lui ai répondu qu'il avait sa foi et nous la nôtre.»

Alors, «il m'a ordonné de cracher sur une reproduction de la vierge Marie et sur un crucifix. J'ai refusé, mais il m'a forcée. Pendant tout ce temps, j'ai parlé à Dieu dans mon cœur pour lui dire que c'était contre ma volonté», poursuit-elle. «J'ai su que Dieu m'avait entendue, car lorsque l'homme a essayé de brûler l'image de la vierge, son briquet n'a pas fonctionné», précise Zarifa, déclenchant les rires de sa famille écoutant son récit.

Lorsque les forces irakiennes sont entrées dans Qaraqosh à la fin octobre, les deux femmes sont restées à l'intérieur pendant les combats. Des soldats les ont découvertes plusieurs jours après avoir repris la ville à l'EI. Les retrouvailles avec leurs proches font oublier aux deux femmes leurs tourments. Zarifa, dont la première langue est le syriaque, retire même une satisfaction de ces deux années sous la loi des djihadistes: «Mon arabe s'est amélioré à leur contact».

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
17 novembre 2016 4 17 /11 /novembre /2016 01:20

Israël Une loi légalisant des maisons de colons votée (Torpillee par Kahlon)

Le texte controversé vient de passer en lecture préliminaire devant le Parlement israélien.

Une vue de la colonie juive de Amona.

Une vue de la colonie juive de Amona. Image: Ronen Zvulun/Reuters

 

Le Parlement israélien a adopté mercredi en lecture préliminaire un projet de loi controversée qui légaliserait des milliers de maisons construites pour des colons israéliens en Cisjordanie. Ce texte a été critiqué à l'étranger.

Le projet a été adopté par 58 voix contre 50 avec le soutien du Premier ministre Benjamin Netanyahu. Il concerne entre 2000 à 3000 logements en Cisjordanie. Avant d'avoir force de loi, il doit encore passer par trois lectures au Parlement et risque ensuite d'être soumis à l'examen de la Cour suprême.

Compromis

Ce vote est intervenu à la suite d'un compromis de dernière minute entre Benjamin Netanyahu et le ministre des Finances Moshé Kahlon, chef du parti centriste Koulanou, qui avait initialement dit qu'il ne voterait pas le texte.

Moshé Kahlon a cependant prévenu que son parti se réservait toujours le droit de «bloquer le texte si au cours des prochaines étapes de son adoption, il portait atteinte (aux décisions de) la Cour suprême».

Il faisait référence au rôle crucial joué dans cette affaire par la plus haute instance judiciaire israélienne. Celle-ci a ordonné la démolition d'ici au 25 décembre de la colonie dite sauvage d'Amona. La sauvegarde d'Amona est au cœur de la mobilisation des défenseurs de la colonisation et des promoteurs du texte approuvé mercredi. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
16 novembre 2016 3 16 /11 /novembre /2016 03:05

Allemagne Les autorités frappent les réseaux islamistes (reveil tardif)

Berlin a également interdit l'organisation salafiste qui distribuait des Corans dans la rue.

Plus de 200 lieux ont été perquisitionnés dans toute l'Allemagne.

Plus de 200 lieux ont été perquisitionnés dans toute l'Allemagne. Image: Twitter @bild.de

Le gouvernement allemand a interdit l'organisation salafiste «Die wahre Religion» (DWR ), a annoncé mardi le ministre le de l'Intérieur Thomas de Maizière, peu après une vaste opération policière. Il l'accuse de recruter des combattants pour le groupe djihadiste et terroriste Etat islamique (EI).

DWR («Vraie religion») est soupçonnée d'avoir incité 140 personnes à rejoindre les rangs du groupe Etat islamique (EI). L'organisation DWR est connue pour des distributions gratuites de Corans dans les rues, lors de campagnes baptisées: «Lis!».

Deuxième interdiction

«Le message que nous envoyons aujourd'hui est de dire qu'il n'y a pas de place en Allemagne pour les islamistes», a déclaré M. de Maizière mardi matin devant les médias à Berlin. «Nous ne voulons pas de terrorisme en Allemagne, nous ne voulons qu'il y ait de la propagande en faveur du terrorisme en Allemagne ou qu'il soit exporté depuis l'Allemagne», a-t-il ajouté.

C'est la deuxième fois seulement depuis 2001, que les autorités allemandes prennent une telle décision: à l'époque, un groupuscule appelé «L'Etat du califat», agissant depuis Cologne, avait lui aussi été interdit en raison de son idéologie extrémiste.

Agence de recrutement

Selon une porte-parole du ministère de l'Intérieur, l'organisation DWR sert d'agence de recrutement pour le compte du groupe Etat islamique, sans pour autant que des éléments indiquent qu'elle ait préparé elle-même des attentats. Le ministre pense que DWR a enfreint la Loi fondamentale (Constitution) de l'Allemagne et incité à la haine, a ajouté la porte-parole.

C'est dans ce cadre que la police allemande a lancé tôt mardi matin une opération dans dix Etats régionaux contre DWR. Des centaines de policiers ont perquisitionné plus de 200 mosquées, appartements et bureaux des responsables et d'adhérents de l'organisation salafiste.

Le mouvement visé mardi est soupçonné d'avoir encouragé environ 140 Allemands à rejoindre les rangs de l'EI en Syrie ou en Irak en glorifiant les attentats du groupe, a précisé à la presse à Berlin le ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière. Il avait aussi décrété que le refus de la démocratie était «un devoir pour les musulmans», selon le ministre. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
16 novembre 2016 3 16 /11 /novembre /2016 02:56

Etats-Unis La chambre renouvelle les sanctions (ineffectives) contre l'Iran

La majorité républicaine les a prolongées de dix ans et voté d'autres sanctions contre la Syrie.

Illustration: la Chambre des représentants, à Washington DC.

Illustration: la Chambre des représentants, à Washington DC. Image: AFP

Les députés américains de la chambre des représentants ont adopté mardi un projet de loi renouvelant pour dix ans les sanctions visant l'Iran. Ils se sont également prononcés en faveur de nouvelles sanctions à l'égard du régime syrien.

La chambre, à majorité républicaine, a accepté par 419 voix contre une le renouvellement des sanctions contre Téhéran contenues dans l'«Iran Sanctions Act» (ISA), qui expire le 31 décembre. Pour entrer en vigueur, le projet de loi doit encore être ratifié par le Sénat, une étape susceptible d'être plus ardue, et signé par le président sortant Barack Obama.

La Maison-Blanche a prévenu le congrès à plusieurs reprises qu'elle s'opposerait au vote de nouvelles sanctions si elles venaient interférer avec l'accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015.

Mesure adoptée en 1996

L'Iran Sanction Act a été adopté une première fois en 1996, pour dissuader Téhéran de poursuivre un programme nucléaire militaire.

La majorité des députés américains estiment le maintien de la loi nécessaire afin, disent-ils, de permettre aux futurs gouvernements de rétablir rapidement des sanctions en cas d'infraction iranienne.

Un second projet de loi adopté mardi par la chambre prévoit des sanctions contre Damas et ses soutiens, notamment la Russie et l'Iran, pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 01:11

Israël Deux projets de loi scandalisent les Palestiniens -les eternels scandalises

La légalisation de colonies sauvages et la limitation du volume des appels à la prière musulmane créent déjà des tensions.

Les deux textes doivent encore être votés en trois lectures par le Parlement israélien.

Les deux textes doivent encore être votés en trois lectures par le Parlement israélien. Image: Keystone

Les Palestiniens étaient lundi vent debout contre deux projets de loi adoptés la veille par le gouvernement israélien, le premier ouvrant la voie à la légalisation de colonies sauvages et le second à la limitation du volume des appels à la prière musulmane.

«Les récentes mesures israéliennes vont mener à des catastrophes dans la région», s'est alarmé Nabil Abou Roudeina, porte-parole de la présidence palestinienne.

Les deux textes ont été adoptés par la commission ministérielle des lois et doivent encore être votés en trois lectures par le Parlement israélien.

«Une provocation flagrante»

«La direction palestinienne va se tourner vers le Conseil de sécurité de l'ONU et toutes les autres organisations internationales pour stopper ces mesures israéliennes», a affirmé M. Abou Roudeina, dénonçant des démarches «totalement inacceptables».

De son côté, sur la radio publique palestinienne, le ministre des Affaires étrangères Ryad al-Malki a accusé le gouvernement israélien de chercher à «imposer des faits accomplis sur le terrain et créer de nouvelles réalités en légalisant les actions illégales qu'il commet».

Le Hamas a pour sa part dénoncé «une provocation flagrante à l'encontre de tous les musulmans et une ingérence inacceptable dans leur culte».

«Ce projet viole le droit international qui protège les lieux saints et les droits religieux et historiques de notre peuple», ajoute la formation islamiste.

Le texte sur les colonies sauvages, ces implantations illégales non seulement aux yeux de la communauté internationale mais aussi de la loi israélienne, concerne la Cisjordanie occupée.

Le texte sur les appels à la prière s'appliquerait aux mosquées en Israël ainsi que dans les Territoires qu'Israël a annexés, c'est-à-dire le Golan syrien et Jérusalem-Est, palestinienne.

Mise en garde palestinienne

La population israélienne comprend une minorité arabe (17,5%) musulmane dans son immense majorité, qui s'estime victime de discriminations. Les Arabes israéliens sont les descendants des Palestiniens restés sur leurs terres à la création d'Israël en 1948.

«Le gouvernement israélien s'attaque à l'appel à la prière, car il veut s'en prendre à toute présence arabe en général», a ainsi accusé dans une vidéo Ayman Odeh, chef de file de la liste arabe au Parlement israélien. Le gouvernement israélien, qui a fait le choix du «nationalisme étroit» veut transformer «le conflit politique en conflit religieux», a-t-il encore dit.

Jeudi déjà, le président palestinien Mahmoud Abbas avait mis en garde: «Ils ne doivent pas interdire l'appel à la prière à Jérusalem (...) il ne s'agit pas de religion, mais d'un conflit, de la colonisation et de la mainmise sur notre terre». (afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 01:01

Israël La colonie d'Amona démolie avant Noël

Une quarantaine de familles sont installées dans cette colonie établie près de Ramallah, sur une terre privée palestinienne.

Amona est une colonie dite sauvage, donc illégale non seulement aux yeux de la communauté internationale - qui considère la colonisation comme telle -, mais aussi au regard des lois qu'Israël applique en Cisjordanie.

Amona est une colonie dite sauvage, donc illégale non seulement aux yeux de la communauté internationale - qui considère la colonisation comme telle -, mais aussi au regard des lois qu'Israël applique en Cisjordanie. Image: Reuters

La Cour suprême israélienne a rejeté lundi la demande du gouvernement de repousser la date butoir pour la démolition d'Amona et a maintenu au 25 décembre au plus tard l'échéance pour détruire cette colonie emblématique de Cisjordanie occupée.

«L'évacuation doit avoir lieu avant le 25 décembre. Le tribunal rejette le report demandé par l'Etat», dit la Cour suprême dans son arrêt.

Une quarantaine de familles sont installées dans cette colonie établie près de Ramallah, sur une terre privée palestinienne.

Amona est une colonie dite sauvage, donc illégale non seulement aux yeux de la communauté internationale - qui considère la colonisation comme telle -, mais aussi au regard des lois qu'Israël applique en Cisjordanie.

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a réagi à ce verdict, affirmant «comprendre le désarroi des habitants d'Amona».

«Nous agissons par différents moyens afin de leur trouver une solution», a ajouté Benjamin Netanyahu lors d'une réunion avec les députés de son parti le Likoud.

Demande rejetée

Un projet de loi israélien controversé, prévoyant une légalisation de colonies sauvages construites sur des terres privées palestiniennes en Cisjordanie occupée, a franchi une première étape dimanche et risque de braquer la communauté internationale.

Adopté à l'unanimité par la commission ministérielle des lois, il stipule que le gouvernement peut ordonner la confiscation de terrains appartenant à des propriétaires privés palestiniens en échange du versement d'indemnisations.

A court terme, ce projet de loi a été adopté pour maintenir en place la colonie sauvage d'Amona alors que le gouvernement a demandé à la Cour suprême de reporter l'évacuation prévue de 7 mois.

Les trois juges ont décrété à l'unanimité de rejeter la demande de report, arguant du fait que «la décision de l'évacuation n'était pas une recommandation ou une option mais un élément essentiel du système judiciaire auquel doivent obéir les autorités de l'Etat».

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
14 novembre 2016 1 14 /11 /novembre /2016 08:01

Israël en voie de légaliser de nouvelles colonies

Netanyahu a également exprimé son soutien à un projet de loi limitant le volume des appels à la prière des mosquées.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a exprimé dimanche son soutien à un projet de loi limitant le volume des appels à la prière des mosquées. Un autre projet prévoyant une légalisation de colonies sauvages construites sur des terres privées palestiniennes a franchi une première étape. Les deux textes ont été adoptés par la commission ministérielle des lois.

Le premier texte qui doit limiter le volume des appels a été, élaboré par des députés du Foyer juif, un parti nationaliste religieux membre de la majorité. Il doit être voté en trois lectures par le Parlement avant d'être appliqué.

«Je ne peux pas compter le nombre de fois où des citoyens se sont adressés à moi (...) pour se plaindre du bruit et des souffrances causés par le bruit excessif des appels» à la prière, a affirmé M. Netanyahu lors du conseil des ministres. Il s'est déclaré favorable à la limitation du volume de ces appels comme l'ont fait de «nombreuses villes en Europe et dans différents endroits dans le monde musulman».

La population israélienne comprend une minorité arabe (17,5%) musulmane dans son immense majorité, qui s'estime victime de discriminations. Les Arabes israéliens sont les descendants des Palestiniens restés sur leurs terres à la création d'Israël en 1948.

Le projet de loi doit également s'appliquer à Jérusalem-Est occupée et annexée par Israël où vivent plus de 300'000 Palestiniens. Les médias ont fait état de manifestations et de pétitions d'Israéliens vivant dans cette partie de la ville qui se plaignent du volume des appels lancés par les mosquées situées près de leurs quartiers.

L'ONG Israel Democracy Institute s'est prononcée contre le projet de loi, accusant des politiciens de droite d'exploiter dangereusement ce dossier pour gagner quelques points dans l'opinion publique.

Confiscation

Le second projet de loi israélien prévoit une légalisation de colonies sauvages construites sur des terres privées palestiniennes en Cisjordanie occupée. Il stipule que le gouvernement peut ordonner la confiscation de terrains appartenant à des propriétaires privés palestiniens en échange du versement d'indemnisations. Pour être appliqué, le texte doit être voté en trois lectures par le Parlement mais aussi ne pas être abrogé ensuite par la Cour suprême en cas d'appels probables.

A court terme, ce projet de loi a été adopté pour maintenir en place la colonie sauvage d'Amona. La Cour suprême a ordonné l'évacuation avant le 25 décembre de la quarantaine de familles israéliennes installées dans cette colonie établie près de Ramallah.

Les durs de la coalition au pouvoir menés par Naftali Bennett, chef du Foyer juif, parti partisan de la colonisation et qui refuse toute évacuation, sont parvenus à forcer la main au Premier ministre.

Selon Naftali Bennett, il faut profiter de l'élection aux Etats-Unis de Donald Trump pour abandonner l'idée de la création d'un Etat palestinien et accélérer la colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem-Est annexée.

Benjamin Netanyahu a en revanche prêché dimanche une certaine prudence. Il a expliqué que ce vote allait «porter atteinte» à la demande présentée à la Cour suprême de retarder de plusieurs mois l'évacuation d'Amona. Et de souligner que ce texte avait toute chance d'être retoqué par la haute instance judiciaire du pays.

Doublé

Le Premier ministre s'est toutefois retrouvé doublé sur sa droite. La plupart des ministres de son parti, le Likoud, ont soutenu le projet de Naftali Bennett. Mis ainsi en minorité, il a finalement voté le texte qui a été adopté à l'unanimité.

Selon les médias, le conseiller juridique du gouvernement, qui fait office de procureur général, Avichai Mandelblit, a déclaré que ce texte «porte atteinte à la propriété privée est contraire au droit israélien et au droit international». Le juriste a également annoncé qu'il ne serait pas, dans ces conditions, en mesure de défendre cette loi, si elle était définitivement adoptée, comme le prévoit normalement sa fonction devant la Cour suprême.

Aux yeux de la communauté internationale, toutes les colonies quels que soient leurs statuts juridiques du point de vue israélien, sont illégales. Il existe parmi elles une centaine de colonies «sauvages», c'est-à-dire n'ayant pas obtenu toutes les autorisations nécessaires des autorités israéliennes.

«Une honte»

Dans le passé, les dirigeants israéliens s'étaient engagés auprès des Etats-Unis à les démanteler. Mais cette promesse est restée lettre morte.

Hagit Ofran, une des dirigeantes de la Paix Maintenant, une ONG israélienne opposée à la colonisation, a dénoncé le vote. «C'est une honte, le gouvernement soutient une loi qui va permettre de confisquer des terres privées palestiniennes pour construire des colonies», a-t-elle affirmé à l'AFP. Selon elle, le projet de loi pourrait permettre de légaliser à posteriori quelque 2000 maisons construites sur des terres privées appartenant à des Palestiniens. (afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
12 novembre 2016 6 12 /11 /novembre /2016 23:09

AFGHANISTAN ATTAQUE CONTRE LA PLUS GRANDE BASE AMÉRICAINE

Quatre Américains ont été tués dans l'explosion qui a frappé samedi la plus la plus grande base militaire américaine à Bagram

Une explosion a frappé tôt samedi matin la plus grande base militaire américaine d'Afghanistan située à Bagram, près de Kaboul. Quatre Américains ont été tués. L'attaque a été revendiquée par les talibans.

«Un kamikaze a tué deux soldats américains et deux sous-traitants américains sur la base» de Bagram. «L'explosion a blessé 16 autres soldats américains et un soldat polonais qui participait à la mission de l'OTAN», a précisé le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter dans un communiqué.

 

L'OTAN avait auparavant indiqué dans un communiqué que quatre personnes étaient mortes dans l'attaque et 14 autres blessées, sans préciser la nationalité des victimes. Le ministre américain a rappelé que «la protection de nos soldats est toujours une priorité pour nous en Afghanistan».

Il a indiqué qu'une enquête allait être menée sur cette attaque afin «d'améliorer» cette protection. Les attaquants «ne nous décourageront pas dans notre mission qui consiste à protéger notre pays et aider l'Afghanistan à sécuriser son avenir», a conclu M. Carter.

Employé afghan

Le général John Nicholson, qui commande l'opération de l'OTAN en Afghanistan, a adressé ses «plus vives condoléances» aux familles des victimes.

Les autorités afghanes ont évoqué de leur côté un attentat-suicide: Waheed Sediqi, porte-parole du gouvernorat de la province de Parwan, où se situe Bagram, a déclaré qu'un kamikaze s'était fait exploser près d'un réfectoire à l'intérieur de la base.

«Nous ignorons l'identité des victimes, mais l'assaillant était l'un des employés afghans sur place», a-t-il affirmé. Immédiatement après l'attaque, la base a été placée en alerte rouge et totalement verrouillée, interdisant toute entrée ou sortie de son enceinte.

Zabihullah Mujahid, porte-parole des talibans, a revendiqué l'attentat mené dans cette base pourtant très sécurisée. Elle a fait «beaucoup de victimes dans les rangs de l'envahisseur américain», a-t-il clamé samedi peu après 05h30 (02h00 en Suisse).

Défi aux Américains

Ce nouvel attentat met en évidence la dégradation de la situation sécuritaire, presque deux ans après la fin formelle des opérations de combat de l'OTAN en Afghanistan et alors que les forces afghanes sont à la peine face aux insurgés islamistes talibans.

Il représente aussi un véritable défi aux Américains au sein même d'une de leurs installations les plus protégées du pays: la base de Bagram est enveloppée d'enceintes gardées par des troupes afghanes et américaines, surmontées de caméras de surveillance et de tours de guêt.

Depuis le retrait de la majorité des forces occidentales fin 2014, l'opération Resolute Support compte 12'000 hommes, dont près de 10'000 Américains. Sous commandement américain, ils sont chargés de former, conseiller et assister leurs pairs afghans et de les appuyer dans leur lutte contre les talibans et le groupe Etat islamique, surtout présent dans l'Est du pays. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 10:27

Elections américaines Le site canadien de l'immigration ne répond plus

Plusieurs célébrités américaines ont promis de déménager au Canada en cas de victoire de Donald Trump.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée