Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

31 août 2017 4 31 /08 /août /2017 06:13

CORÉE DU NORD GENÈVE EST «À PORTÉE» DE MISSILES NORD-CORÉENS

Lors d'une conférence de l'ONU, un membre de l'armée américaine a mis en garde contre la menace que représente Pyongyang.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

«Même ici à Genève. Nous sommes tous à portée» des missiles nord-coréens: un collaborateur du comité des chefs d'état-major interarmes de l'armée américaine a mis en garde mercredi devant la Conférence du désarmement contre une menace qui peut cibler «le monde entier».

Appelant à une action multilatérale, le capitaine Murzban Morris a cité une longue liste des cibles à portée de Pyongyang, de Tokyo à Sydney en passant par Moscou avant d'achever son intervention par la ville genevoise.

1000 missiles balistiques

La Corée du Nord dispose d'«environ 1000» missiles balistiques, selon son voisin du sud.

 
 

Ces engins ont une portée variable, a indiqué mercredi à Genève un membre du ministère de la défense.

Pyongyang constitue «la menace la plus importante» pour la sécurité dans le monde, a indiqué ce responsable devant la Conférence du désarmement de l'ONU, au lendemain du tir d'un missile balistique au-dessus du Japon. «La menace nucléaire et des missiles nord-coréens n'est pas seulement une menace pour nous mais pour vos citoyens qui se trouvent près de la Péninsule coréenne», a-t-il également ajouté.

Mardi, le Conseil de sécurité de l'ONU a condamné «fermement» et de manière unanime le tir par la Corée du Nord d'un missile balistique. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
31 août 2017 4 31 /08 /août /2017 06:04

LIBAN L'ONU PROLONGE D'UN AN LE MANDAT DE LA FINUL

Malgré des dissensions entre Américains et Européens, le mandat des casques bleus au Liban sera prolongé d'une année.

L'Italie et la France sont des gros contributeurs de troupes à la Finul. (Mercredi 30 août 2017)

L'Italie et la France sont des gros contributeurs de troupes à la Finul. (Mercredi 30 août 2017)Image: Archives/AFP

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté mercredi à l'unanimité une résolution prolongeant d'un an la mission des Casques bleus de la Finul au Liban, après des dissensions entre Européens et Américains qui voulaient renforcer leur mandat contre le Hezbollah.

«Les nuages de la guerre s'accumulent» dans le sud du Liban et «la résolution demande à la Finul de redoubler d'efforts (...) pour qu'il n'y ait pas d'armes et de terroristes» dans cette zone, a déclaré l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley, en se félicitant d'un mandat qu'elle juge désormais plus fort.

L'Italie, qui compte 1100 Casques bleus au Liban, et la France (700 militaires), rédactrice de la résolution, ont souligné a contrario que l'essence de la mission de la Finul n'était pas modifiée comme le souhaitait à l'origine Washington. Présente au Liban depuis 1978, la Finul compte actuellement quelque 10'500 Casques bleus.

Les Etats-Unis voulaient plus

 
 

Un paragraphe dans le texte adopté prévoit de demander au secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, «d'étudier les moyens de renforcer les efforts de la Finul, notamment pour sa visibilité sur le terrain, via des patrouilles et des inspections, dans son mandat et ses capacités actuels».

Ce passage «ne modifie pas le mandat de la Finul», a fait valoir l'ambassadeur italien à l'ONU, Sebastiano Cardi. Dans la résolution, le rôle des forces libanaises est inchangé et la Finul devra toujours oeuvrer en assistance du Liban pour notamment les inspections sur les armes, a-t-on aussi relevé du côté français.

Les Etats-Unis voulaient beaucoup plus, mais ce n'était pas acceptable car cela modifiait en profondeur le mandat, selon Paris qui s'est targué de l'appui sur ce sujet d'une majorité des membres du Conseil de sécurité.

Pour les Européens, il n'est pas possible de demander aux Casques bleus de pénétrer dans des habitations privées pour y saisir des armes. En vertu de leur mandat, ils n'ont la possibilité de le faire qu'en cas de menace précise et imminente.

Analyses divergentes

Un autre point de dissension important entre Américains et Européens porte sur leur appréciation de la situation dans la région. Pour Washington, premier allié d'Israël, «la situation reste très difficile» dans le sud du Liban, avec notamment l'«accumulation d'un arsenal (...) qui échappe au contrôle du gouvernement» libanais, a affirmé Nikki Haley. Selon elle, le commandement de la Finul est «aveugle» sur cette question.

Israël a répété dernièrement que le groupe chiite libanais Hezbollah ne cessait de s'armer, disposant de 120'000 missiles. Il utilise à des fins militaires des écoles et des mosquées dans le sud du Liban face à Israël, et stocke des armes dans les maisons, ont aussi assuré les Israéliens.

Lors de la réunion du Conseil de sécurité, la France, par la voix de sa représentante adjointe, Anne Gueguen, a souligné pour sa part que la zone était restée «globalement stable depuis dix ans» grâce à la Finul. Elle a aussi parlé de «délicats équilibres» qu'il ne faut pas mettre en cause. «Les Etats-Unis ne vont pas rester les bras croisés alors que le Hezbollah se renforce pour préparer la guerre», a cependant asséné Nikki Haley.

Les Etats-Unis isolés

Le renouvellement du mandat de la Finul a donné lieu tout au long du mois d'août à un bras de fer entre les Etats-Unis et leurs partenaires du Conseil de sécurité. Pour l'administration de Donald Trump, il n'est plus question de procéder à des renouvellements de missions de Casques bleus de manière technique sans s'interroger sur le fond de leur mandat.

Sur la prolongation de la Finul, les Etats-Unis, qui n'ont pas de militaires sur le terrain dans le cadre de cette mission, se sont retrouvés vite isolés au Conseil de sécurité.

Depuis 2006 et la fin d'une guerre entre Israël et le Hezbollah, les Casques bleus sont garants d'un cessez-le-feu et d'un retrait israélien d'une zone tampon à la frontière israélo-libanaise. Ils doivent assurer la sécurité et aider le gouvernement libanais à asseoir son autorité dans la région. (afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
28 août 2017 1 28 /08 /août /2017 15:44

PROCHE-ORIENT A JÉRUSALEM, GUTERRES DÉFEND UN ETAT PALESTINIEN - un autre galeux.

Le secrétaire général de l'ONU a défendu lundi devant les dirigeants israéliens le rêve de voir un jour un Etat palestinien vivre en paix avec Israël.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

«Je rêve d'avoir la chance de voir un jour en Terre sainte deux Etats capables de vivre ensemble, dans une reconnaissance mutuelle, mais aussi dans la paix et la sécurité», a déclaré devant la presse Antonio Guterres, au côté du premier ministre israélienBenjamin Netanyahu.

Le secrétaire général de l'ONU a reconnu l'existence d'un «certain nombre d'obstacles». «J'ai par exemple exprimé mon opposition aux activités de colonisation» israéliennes en Cisjordanie occupée et à Jérusalem-Est annexée.

Mais il a aussi dit la nécessité de condamner «le terrorisme», «les incitations à la haine», dans un message, essentiellement adressé semble-t-il, aux Palestiniens, ainsi que les dissensions entre factions palestiniennes en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.

Le Hezbollah et la Syrie

 
 

Benjamin Netanyahu n'a de son côté évoqué le conflit palestinien que de manière oblique pour dénoncer «l'obsession absurde» des Nations unies contre Israël. «Le problème le plus urgent auquel nous faisons face concerne le Hezbollah et la Syrie», a-t-il dit.

Au moment où le Conseil de sécurité de l'ONU débat du renouvellement du mandat de la force de paix des Nations unies (Finul), le chef du gouvernement israélien a accusé cette dernière de faillir à sa tâche et de ne pas empêcher le Hezbollah de s'armer face à Israël.

Quant à l'Iran, ennemi déclaré d'Israël et soutien du Hezbollah, il «est en train de transformer la Syrie en camp retranché», il y construit des usines de production de missiles, et entend se servir de la Syrie et du Liban «avec l'objectif déclaré d'éradiquer Israël», a-t-il affirmé.

Lutte contre le «sectarisme»

Le premier ministre israélien a par ailleurs dénoncé les «tactiques discriminatoires» employées contre Israël à l'Unesco ou au Conseil des droits de l'Homme de l'ONU.

M. Guterres a défendu de son côté «l'impartialité» de l'ONU devant Benjamin Netanyahu. «Vous mentionnez ceux qui appellent à la destruction de l'Etat d'Israël, c'est une forme moderne d'antisémitisme», avait-il lancé un peu plus tôt au côté du président israélien Reuven Rivlin après s'être rendu à Yad Vashem, mémorial de l'Holocauste à Jérusalem.

«Yad Vashem est là pour nous rappeler que nous devons être en première ligne du combat contre l'antisémitisme, mais aussi du combat contre toutes les formes de sectarisme», a-t-il déclaré. «Mais vous comprenez aussi que je sois parfois en désaccord avec les positions du gouvernement d'Israël», a-t-il ajouté.

Pas d'alternative

Au cours de sa première visite dans la région, Antonio Guterres doit être accueilli mardi par le Premier ministre palestinien Rami Hamdallah en Cisjordanie. Mercredi, il est annoncé dans la bande de Gaza, gouvernement par le mouvement islamiste Hamas.

L'ancien premier ministre portugais devrait prendre la mesure de l'ornière dans laquelle se trouve l'effort de paix. Il a déjà dit qu'il ne voyait «pas d'alternative» à la solution dite à deux Etats. Or cette solution est remise en doute depuis que le président américain Donald Trump a paru prendre ses distances avec elle en février.

M. Guterres est arrivé à Jérusalem dimanche soir quelques jours après le départ du gendre et haut conseiller de M. Trump, Jared Kushner, à la recherche des moyens de relancer l'effort de paix. M. Kushner a laissé derrière lui Jason Greenblatt, représentant spécial pour les négociations internationales.

MM. Guterres et Greenblatt se sont vus dimanche soir et se sont entretenus du conflit israélo-palestinien et de la situation humanitaire dans la bande de Gaza, parmi d'autres sujets, a tweeté le diplomate américain. La bande de Gaza est non seulement soumise aux blocus israélien et égyptien, mais aussi aux pressions financières de l'Autorité palestinienne

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 18:07

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE LES ROBOTS TUEURS, DE LA FICTION À LA RÉALITÉ

Des experts de l’intelligence artificielle ont publié une lettre ouverte appelant l’ONU à agir pour réglementer les robots armés. Vidéo.

 

Vidéo: Catherine Cochard / Yann Bernard

 

Des experts de l'intelligence artificielle s’inquiètent de la dangerosité que pose la démocratisation des robots armés. Dans une lettre adressée à l'ONU et demandant à l'agence de prendre position, il disent notamment: «Ces machines peuvent devenir des armes que les dictateurs et les terroristes pourront utiliser contre des populations innocentes. (...) Nous n’avons pas beaucoup de temps pour agir.» Vidéo. 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 18:06

ATTAQUE À BRUXELLES L'ASSAILLANT ÉTAIT UN BELGE D'ORIGINE SOMALIENNE

L'attaque au couteau sur des militaires à Bruxelles a été perpétrée par un homme habitant à Bruges et qui n'avait pas d'antécédents terroristes.

 

Armé d'un couteau, l'assaillant «s'est précipité dans le dos» de trois militaires, en plein coeur de Bruxelles.
Vidéo: Keystone

L'homme qui a attaqué vendredi soir des militaires à Bruxelles avec un couteau, avant d'être abattu, était un Belge d'origine somalienne, sans antécédents liés à des faits terroristes, a indiqué samedi le parquet fédéral belge.

L'assaillant, né en 1987, avait un domicile à Bruges, dans le nord-ouest de la Belgique, où une perquisition a été menée pendant la nuit, a ajouté dans un communiqué le parquet, qui a ouvert une enquête pour des «faits de tentative d'assassinat terroriste».

Armé d'un couteau, l'assaillant «s'est précipité dans le dos» de trois militaires, en plein coeur de Bruxelles, «et les a frappés» avec un couteau, «en criant Allah Akbar » (Dieu est le plus grand en arabe), selon les détails donnés par les enquêteurs.

L'un des militaires a alors riposté en ouvrant le feu. «L'homme a été touché à deux reprises et est décédé peu après, à l'hôpital, des suites de ses blessures», a détaillé le parquet, ajoutant que l'assaillant, outre son couteau, «était aussi en possession d'une arme à feu factice et de deux corans».

 
 

Arrivé en Belgique en 2004

«L'homme qui a commis les faits est né en 1987 et est de nationalité belge, d'origine somalienne» selon cette même source, précisant qu'il «est arrivé en Belgique en 2004 et a obtenu la nationalité belge en 2015».

«Il n'était pas connu pour des faits de terrorisme, mais bien pour un fait de coups et blessures en février 2017», a ajouté le parquet fédéral, qui a saisi un juge d'instruction de Bruxelles spécialisé en matière de terrorisme.

L'attaque a eu lieu peu après 20h00 (18h00 GMT) sur un boulevard en plein centre de la capitale belge, à proximité de la Grand Place, l'une des zones «sensibles» où patrouillent des militaires armés, en raison de la menace terroriste en Belgique. Cette présence avait été renforcée après les attentats du 22 mars 2016, qui avaient fait 32 morts dans la capitale belge.

Lors de la même soirée de vendredi, un homme a été arrêté à Londres après avoir blessé des policiers devant le palais de Buckingham. La police a indiqué qu'il était détenu dans le cadre de la législation antiterroriste britannique.

Ces deux attaques sont survenues dans un contexte de multiplication des attentats djihadistes en Europe, et alors qu'une grande manifestation pour la paix est prévue samedi en Espagne, une semaine après les attentats de Barcelone et de Cambrils qui ont fait 15 morts et plus de 120 blessés

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 18:00

FRANCE UN DÉSÉQUILIBRÉ, encore un, BLESSE 3 HOMMES AU COUTEAU

Trois hommes ont été blessés au centre-ville de Marseille très tôt samedi par un individu «dans un état d'excitation importante».

Une vue de Marseille.

Une vue de Marseille. Image: Keystone

Un homme de 35 ans, un déséquilibré présumé, a agressé au couteau trois hommes croisés au hasard, les blessant légèrement, samedi à l'aube dans le centre-ville de Marseille, dans le sud-est de la France, a-t-on appris de source policière.

L'homme, «dans un état d'excitation importante», n'a tenu aucun propos à caractère islamiste ou terroriste et devrait être rapidement hospitalisé d'office, a précisé cette source, confirmant une information du Point.fr, le site internet de l'hebdomadaire Le Point.

 

Les attaques ont eu lieu en trois temps, entre 06H30 (04H30 GMT) et 06H55 du matin, heure à laquelle il a été arrêté par la police municipale, a poursuivi la source policière.

 
 

Lundi à Marseille, un homme atteint de troubles psychiatriques avait tué une femme et en avait grièvement blessé une autre en fonçant en camionnette sur deux abribus distincts, semblant imiter le mode opératoire des attaques djihadistes qui ont fait 15 morts mi-août en Catalogne.

Vendredi, deux attaques au couteau ont eu lieu en Belgique et au Royaume-Uni : à Bruxelles, un homme a agressé des soldats avant d'être abattu, une attaque qualifiée de «terroriste» par le parquet, et à Londres, un homme armé d'un sabre été arrêté après avoir blessé des policiers et crié «Allah akbar !» devant le palais de Buckingham

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
24 août 2017 4 24 /08 /août /2017 02:49

TERRORISME PLUS DE 13'400 ATTAQUES TERRORISTES EN 2016

Les attentats ont diminué de 9% selon une étude publiée aux Etats-Unis, faisant néanmoins plus de 34'000 morts.

L'Europe occidentale n'a été le théâtre que de 2% des attaques mondiales en 2016.

L'Europe occidentale n'a été le théâtre que de 2% des attaques mondiales en 2016.

Plus de 13'400 actes de terrorisme ont eu lieu dans le monde en 2016, soit 9% de moins qu'en 2015, causant la mort de plus de 34'000 personnes. Ces chiffres ont été compilés par les chercheurs de l'Université du Maryland (Etats-Unis).

Sur ce chiffre des victimes, plus de 11'600 morts sont des auteurs de ces attentats, précise cette étude annuelle, établie par le National consortium for the study of terrorism and responses to terrorism (Start) de l'université.

Des actes de terrorisme ont eu lieu en 2016 dans 108 pays mais, dans 87% des cas et pour 97% des victimes, ce furent des pays du Moyen-Orient, d'Afrique du Nord, d'Asie du Sud et d'Afrique sub-saharienne.

Dix des onze actions terroristes les plus mortelles en 2016 ont eu lieu au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, dont neuf en Irak. Le bilan le plus lourd a été enregistré en juillet à Bagdad, quand un kamikaze a fait sauter son véhicule dans un centre commercial du quartier de Karada, faisant au moins 382 morts.

 
 

Usage accru de véhicules

L'Europe occidentale n'a été le théâtre que de 2% des attaques mondiales en 2016, résultant à moins de 1% des morts, soit une baisse de 20% par rapport à l'année précédente.

L'étude remarque toutefois un accroissement notable en 2016 de l'usage de véhicules comme armes par destination, afin de renverser des piétons. «Cette tactique n'est pas sans précédent, mais il y a eu une augmentation marquée de sa fréquence et de sa mortalité», note le rapport.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
24 août 2017 4 24 /08 /août /2017 02:44

PROCHE-ORIENT LES PALESTINIENS ATTENDENT L'ÉQUIPE TRUMP- temps et efforts perdus

Des émissaires de Donald Trump doivent se rendre à Ramallah jeudi. Les Palestiniens disent attendre un engagement «clair» de l'administration américaine.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Les responsables palestiniens ont réclamé mercredi une prise de position «claire» de l'administration de Donald Trump en faveur de la création d'un Etat palestinien indépendant, à la veille d'une visite à Ramallah d'émissaires du président américain.

Ils ont déclaré à l'AFP attendre aussi que l'administration Trump s'oppose à la colonisation israélienne dans les Territoires palestiniens. Ces deux questions sont parmi les principaux obstacles dans le processus de paix israélo-palestinien suspendu depuis 2014.

Les dirigeants palestiniens réclament «une réponse claire et franche de l'administration sur sa position concernant la solution à deux Etats et les colonies», a déclaré Ahmed Majdalani, membre du comité exécutif de l'Organisation de libération de la Palestine.

Jared Kushner attendu

 

«Nous n'attendons pas grand-chose de cette administration sans engagement américain envers l'arrêt de la colonisation et la solution à deux Etats», c'est-à-dire la création d'un Etat palestinien indépendant coexistant avec Israël, a-t-il ajouté.

Le président palestinien Mahmoud Abbas doit recevoir jeudi à Ramallah en Cisjordanie une délégation de la Maison Blanche comprenant Jared Kushner, haut conseiller du président américain, et Jason Greenblatt, représentant spécial de Donald Trump pour les négociations internationales.

Les émissaires américains doivent également rencontrer des responsables israéliens, au cours d'une tournée régionale les ayant déjà conduits en Jordanie et en Egypte et censée poursuivre l'effort entrepris pour relancer les discussions entre Israéliens et Palestiniens.

L'incompréhension d'Abbas

Un responsable diplomatique américain a indiqué mercredi soir à des journalistes à Jérusalem que Donald Trump avait «clairement fait savoir qu'oeuvrer pour parvenir à un accord de paix global et durable entre Israéliens et Palestiniens constituait sa première priorité. Il demeure optimiste sur les chances de parvenir à un accord».

Le président américain a toutefois admis qu'il «y aura probablement des hauts et des bas sur la voie de la paix. Conclure un accord de paix va prendre du temps», a-t-il prévenu. Les dirigeants palestiniens cachent de moins en moins leur frustration face à l'attitude des Etats-Unis.

Donald Trump a semblé prendre ses distances avec la solution à deux Etats, un principe de référence de la communauté internationale, en recevant en février le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, suscitant l'alarme palestinienne.

Sur la colonisation, et après l'annonce par Israël de milliers de nouveaux logements dans les Territoires, Donald Trump s'était contenté d'appeler Benjamin Netanyahu à la retenue.

Après la suspension des négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens, la colonisation, c'est-à-dire les implantations civiles israéliennes en territoire palestinien, a continué. La construction dans les colonies a augmenté de 70% entre avril 2016 et mars 2017, selon des statistiques israéliennes.

La communauté internationale considère la colonisation comme illégale et faisant obstacle à la paix. «Aucun gouvernement n'a fait autant pour la colonisation que celui que je dirige», s'est targué Benjamin Netanyahu en août. Les émissaires américains ont rencontré Israéliens et Palestiniens à plusieurs reprises depuis janvier.

«Survie politique»

La délégation américaine a rencontré mardi le roi de Jordanie Abdallah II, acteur incontournable de l'entreprise de paix. Le monarque, qui s'était rendu début août à Ramallah manifester un «soutien total aux droits légitimes des Palestiniens», a affirmé aux Américains la nécessité de lancer des négociations «sérieuses et efficaces sur la base de la solution à deux Etats».

Les experts sont pessimistes quant aux chances d'une avancée prochaine. «L'optimisme au sein de la direction et de la population palestiniennes envers l'administration Trump est au niveau zéro», dit l'analyste palestinien Omar al-Ghoul.

Le conflit n'est pas au premier rang des priorités de l'administration Trump, disent les experts. Mahmoud Abbas est affaibli par le large discrédit de l'Autorité qu'il préside, par les dissensions intestines et par l'émergence d'une alliance entre les concurrents du Hamas islamiste et l'un de ses grands rivaux, Mohammed Dahlane.

Quant à Benjamin Netanyahu, inquiété par les enquêtes judiciaires, «il se bat pour sa survie politique», affirme Dan Shapiro, ancien ambassadeur américain en Israël. «Il a adopté une stratégie qui rend quasiment impossible pour lui de montrer une souplesse significative à court terme dès qu'il s'agit des Palestiniens, s'il ne veut pas perdre le soutien de sa base», dit-il.(afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
21 août 2017 1 21 /08 /août /2017 01:39

FRANCE LA GARE DE NÎMES MOMENTANÉMENT ÉVACUÉE

Un homme qui portait un pistolet «d'alarme» a été placé en garde à vue après son signalement, créant une heure d'émoi à Nîmes.

La gare de Nîmes a été évacuée samedi soir, a-t-on appris auprès de la préfecture du Gard et de la police. Un témoin avait signalé un homme armé dans l'enceinte de la station. Ce dernier a été interpellé et placé en garde à vue.

«Les forces de l'ordre sont arrivées rapidement sur les lieux, ont évacué la gare en établissant un périmètre de sécurité et ont fait les vérifications d'usage dans la gare et dans un TGV qui se trouvait à quai», précise la préfecture. Elle a ajouté qu'il n'y avait «pas eu de fusillade».

Selon une source policière, l'homme portait sur lui un pistolet d'alarme. Aussi appelé pistolet de défense, ce revolver est une réplique exacte d'une arme à feu réelle qui tire des cartouches à blanc ou des balles en caoutchouc.

Une heure

La «levée de doute», comme l'écrit la préfecture sur son compte Twitter, a été annoncée un peu plus d'une heure après le début de cet incident. Auparavant, police et autorités avaient simplement invité les passants à «éviter le secteur de la gare de Nîmes», dans un message diffusé sur Twitter.

 

Fin de la levée de doute : retour à la normale imminent à la gare de Nîmes

 

 

Évitez le secteur de la gare de Nîmes pour permettre la fin de la levée de doute

 

 

@Prefet30 confirme l'absence de fusillade en gare de Nîmes, opération de vérification par rapport à un signalement suspect

 

Cette évacuation est intervenue alors que Nîmes a accueilli samedi le départ de la Vuelta, le tour cycliste d'Espagne. Un dispositif de sécurité massif était déployé dans la ville à cette occasion, après les attentats meurtriers survenus jeudi et vendredi en Catalogne. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
21 août 2017 1 21 /08 /août /2017 01:31

ISRAËL DES ENFANTS PALESTINIENS DÉCOUVRENT JÉRUSALEM ou conment chauffer a blanc les esprits

Des dizaines d'enfants palestiniens de la bande de Gaza ont pu découvrir dimanche Jérusalem pour la première fois de leur vie.

Les enfants ont posé devant le Dôme du Rocher à Jérusalem-Est.

Les enfants ont posé devant le Dôme du Rocher à Jérusalem-Est. Image: AFP

Des dizaines d'enfants palestiniens de la bande de Gaza ont pu découvrir dimanche Jérusalem pour la première fois de leur vie. La visite a eu lieu dans le cadre d'un programme d'échange dirigé par une agence de l'ONU.

Les 91 enfants, âgés de 8 à 14 ans, ont passé la frontière entre Gaza et Israël pour se rendre à Jérusalem, selon l'agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA). Ils ont visité l'esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam et l'église du Saint Sépulcre, site le plus saint du christianisme. Les deux sites sont situés dans la vieille ville de Jérusalem.

La majorité des enfants qui ont participé à cette visite n'ont jamais été à Jérusalem située à 75 kilomètres environ de la bande de Gaza, selon le directeur des opérations de l'UNRWA en Cisjordanie, Scott Anderson. Les enfants ont pris des photos et prié à l'esplanade des Mosquées, selon le journaliste de l'AFP.

«Ils étaient fous de joie», a raconté M. Anderson. Le groupe va visiter plusieurs villes de Cisjordanie avant de rentrer vendredi dans la bande de Gaza.

 
 

Selon l'UNRWA, le programme d'échange a permis aussi à 38 enfants de Cisjordanie de visiter la bande de Gaza il y a quelques semaines. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée