Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 01:17

GRANDE-BRETAGNE IL CONSEILLAIT LES TERRORISTES DEPUIS SA CHAMBRE

Un «cyber-terroriste» gallois utilisait neuf lignes téléphoniques, 50 adresses mail et 30 comptes Twitter.

Capture d'écran.

Capture d'écran. Image: DR - Twitter

 

Clés USB dans des boutons de manchette, tutoriels sur des missiles, librairie en ligne: un «cyber-terroriste» gallois aux gadgets dignes de James Bond a été condamné à huit ans de prison mardi par un tribunal de Londres.

Samata Ullah, 34 ans, a fourni tutoriels et conseils aux «terroristes du monde entier» depuis sa chambre à coucher de Cardiff (ouest), selon Scotland Yard, qui a arrêté cet homme divorcé et sans emploi lors d'une opération d'envergure en septembre.

Considéré comme «très dangereux» par la police britannique, ce «loup solitaire» se réclamant de l'organisation extrémiste Etat islamique (EI), avait plaidé coupable pour les cinq chefs d'accusation le visant, notamment appartenance à une organisation interdite et préparation d'actes terroristes.

«C'est un cyber-terroriste, très engagé dans sa cause, qui a monté une librairie en ligne répertoriée où il publiait du matériel de propagande lié essentiellement à Daech (acronyme arabe de l'EI), des conseils sur le cryptage et les moyens d'échapper à la détection des autorités», a expliqué Dean Haydon, le chef de l'unité anti-terrorisme de Scotland Yard, à la presse.

 

 

34 y/o Samata Ullah jailed at the Old Bailey for 8 years after hiding his support for IS in a James Bond-style USB cufflink 

 

Clé USB intégrée

Très prudent, l'accusé au fort accent gallois et au casier vierge brouillait sa voix et utilisait des gants pour cacher ses mains dans les vidéos tutoriels qu'il postait en ligne. Il nourrissait également un blog de conseils.

Lors de son arrestation, les enquêteurs ont trouvé trente paires de boutons de manchette avec clé USB intégrée, certaines de ces clés contenant des informations liées à la «production de missiles».

«Les terroristes du monde entier avaient accès à son site internet», a souligné Dean Haydon. Le patron de l'antiterrorisme a refusé de détailler le nombre et l'origine de ces personnes. Il a seulement indiqué que l'accusé avait «des liens avec Daech» et un certain Abu Fidaa, actuellement en prison au Kenya pour activité terroriste.

Problèmes mentaux

C'est après l'arrestation d'Abu Fidaa que la police britannique a pu remonter la piste jusqu'à Samata Ullah. La défense du Gallois a mis en avant que l'accusé souffrait de problèmes mentaux et notamment d'autisme. La police ignore comment il s'est radicalisé.

Samata Ullah utilisait neuf lignes téléphoniques, 50 adresses mail et 30 comptes Twitter. A son domicile, les enquêteurs ont récupéré huit térabytes de données. «L'équivalent de 2,2 millions d'exemplaires numériques de 'Guerre et Paix'», le roman de Tolstoï, a commenté Dean Haydon, évoquant une «ampleur inédite».

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 01:15

ETATS-UNIS LA TRADUCTRICE DU FBI AVAIT ÉPOUSÉ SON DJIHADISTE

Une agente chargée de surveiller un terroriste international l'avait rejoint en Syrie. Avant de réaliser son erreur et de revenir.

Denis Cuspert a fui l'Allemagne en 2012. Il combat pour l'état islamique depuis 2013 en Syrie et en Irak.

Denis Cuspert a fui l'Allemagne en 2012. Il combat pour l'état islamique depuis 2013 en Syrie et en Irak.Image: AFP

 

L'histoire fait un certain bruit outre-Atlantique et en Allemagne. Une traductrice du FBI chargée de rapporter les propos d'un djihadiste allemand combattant pour l'état islamique (Daech) a fini par l'épouser, raconte CNN sur son site mardi.

Daniela Greene, qui parle couramment l'allemand, s'est vu confier en janvier 2014 par le bureau de Detroit la surveillance de Denis Cuspert. Il s'agit d'un ex-rappeur connu outre-Rhin sous le pseudonyme de Deso Dogg, qui combat sous le nom de guerre d'Abu Talha al-Almani. Elle en est tombée amoureuse.

A peine cinq semaines

La traductrice de 38 ans est allée jusqu'à prévenir Denis Cuspert qu'il était sous surveillance et en juin 2014, elle a pris un avion à destination d'Istanbul, où elle est accueillie par son prétendant. Tous deux se marient peu de temps après mais moins de cinq semaines plus tard, Daniela Greene se rend aux autorités américaines après avoir négocié son retour.

Elle se rend peut-être compte de la nature de son époux. Une vidéo datant de juillet 2014 montre en effet Denis Cuspert entouré de cadavres dans la ville de Homs en Syrie. Il apparaît également en tenant une tête fraîchement coupée.

Condamnée à son retour

Daniela Greene est arrêtée au début août et a immédiatement coopéré. Elle a été jugée en décembre 2014, souligne CNN qui s'est procuré l'acte d'accusation. Plaidant coupable de fausses déclarations dans une affaire de terrorisme international, elle a été condamnée à deux ans de prison. Elle a été libérée à l'été 2016.

L'affaire est d'autant plus embarrassante pour le FBI que sa traductrice disposait d'une autorisation top-secrète. L'agence a pris «plusieurs mesures pour identifier et réduire ses faiblesses en matière de sécurité», a-t-elle précisé à CNN. Mais pour plusieurs experts américains, si Daniela Greene a pu se rendre en Syrie dans les zones contrôlées par l'état islamique, cela n'a pas pu se faire sans l'autorisation de dirigeants.

L'ancienne traductrice travaille désormais à l'accueil dans un hôtel, toujours aux Etats-Unis. Elle n'a pas voulu s'exprimer, de crainte de mettre sa famille en danger. (nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 00:09

ISRAËL ISRAËL SE FIGE DANS LE SILENCE POUR SES MORTS

À l'occasion du jour du Souvenir, les Israéliens ont rendu hommage aux soldats et civils morts pour la patrie ce lundi.

 

 

Les Israéliens se sont figés lundi en silence durant deux minutes, en hommage aux Israéliens tombés pour leur patrie. Les sirènes ont retenti à travers le pays à l'occasion du jour du Souvenir.

Depuis 1860

Lors d'une cérémonie organisée au cimetière national du Mont Herzl à Jérusalem, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a promis de ramener à leurs familles les restes de deux soldats qu'Israël a déclaré morts durant la dernière guerre menée dans la bande de Gaza à l'été 2014.

Les restes des soldats Hadar Goldin et Oron Shaul seraient aux mains du mouvement islamiste Hamas, qui tient cette enclave palestinienne et maintient l'ambiguïté sur la vie ou la mort des deux militaires.

En tout, Israël affirme rendre hommage cette année lors du jour du Souvenir à 23'544 militaires ou civils tués depuis 1860, l'année considérée par l'Etat hébreu comme la première du conflit avec les Palestiniens, celle durant laquelle des juifs ont fondé leur premier quartier en dehors des murs de la Vieille ville de Jérusalem.

Vraie consolation

La création de l'Etat d'Israël, elle, remonte à 1948. Elle sera commémorée à partir de lundi à la tombée de la nuit avec le début des célébrations dites de la journée de l'Indépendance. «Ce soir, quand le drapeau sera rehissé en haut du mât, nous saurons que l'Etat d'Israël est une vraie consolation, la réalisation du rêve de nombreuses générations», a déclaré M. Netanyahu.

Comme chaque année à cette occasion, les statistiques de la population israélienne sont rendues publiques. Selon le bureau central des statistiques, l'Etat hébreu compte 8,68 millions d'habitants --dont 74,7% de juifs et 20,8% d'Arabes Israéliens, les descendants des Palestiniens restés sur leur terre en 1948.

Israël compte parmi eux les quelque 300'000 Palestiniens de Jérusalem-Est,  qui ne détiennent pour leur majorité pas la nationalité israélienne. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 00:06

FRANCE UN 1ER MAI SUR FOND D'AFFRONTEMENTS À PARIS

Plusieurs membres des forces de l'ordre ont été blessés lors d'échauffourées avec des jeunes cagoulés en marge de la manifestation parisienne du 1er mai.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Loin de faire bloc comme en 2002 contre le Front national, les syndicats français ont célébré lundi le 1er mai en ordre dispersé. Des heurts ont éclaté en marge de la manifestation parisienne, faisant quatre blessés dans les rangs de la police.

L'ambiance s'est rapidement tendue après le départ de la manifestation de la place de la République vers celle de la Nation via Bastille. Des heurts ont éclaté peu avant 15h00. «Des individus masqués et cagoulés ont jeté des projectiles et des cocktails Molotov sur les forces de l'ordre», qui ont répondu en faisant «usage de grenades lacrymogènes», a indiqué la police.

Deux CRS sont légèrement blessés. Un troisième a été sérieusement brûlé à la main et au visage, possiblement au troisième degré, selon la préfecture de police. «Son état est très sérieux, il est en état de choc émotionnel», a dit sur BFM TV David Michaux, secrétaire national CRS de l'UNSA Police.

Une fonctionnaire de la Compagnie de sécurisation et d'intervention (CSI) a par ailleurs été blessée sérieusement à la main en manipulant une grenade, a rapporté par la suite la préfecture.

Quatre interpellations

Le cortège, emmené par une intersyndicale CGT-FO-FSU-Solidaires, a rassemblé 30'000 personnes, selon la préfecture de police. C'est le double de l'an dernier (16'000 à 17'000 personnes, selon la police).

Il a dû s'arrêter à plusieurs reprises. Quelque 150 activistes d'ultra-gauche cagoulés et masqués, «Black Bloc» et membres de la Confédération nationale du travail (CNT, anarchiste), avaient pris position en face des forces de l'ordre à l'entame du cortège pour perturber la manifestation.

 

MANIFESTATION À PARIS : Situation tendue Boulevard Beaumarchais (@antoinellorca).

 

Un homme avait été interpellé juste avant le début des heurts pour port d'arme prohibé. Les activistes ont été isolés et encadrés par les forces de l'ordre qui ont procédé à quatre interpellations pour port d'armes prohibé, violences à agent de la force publique et dégradations, a indiqué la préfecture.

Au total, plus de 9000 policiers, gendarmes, et militaires de l'opération Sentinelle avaient été mobilisés, dont 2000 dédiés notamment à la sécurisation de la manifestation parisienne, selon la préfecture de police. La manifestation s'est ensuite poursuivie normalement.

«Faire barrage» à Le Pen

«Je rends hommage aux deux CRS blessés à Paris. C'est cette chienlit et ce laxisme que je ne veux plus voir dans nos rues», a réagi Mme le Pen sur Twitter, évoquant un premier bilan donné par la police.

Les incidents parisiens se sont déroulés en marge d'une journée de mobilisation en ordre dispersé dans toute la France: les uns appelaient à «faire barrage» à Marine Le Pen, d'autres à voter pour Emmanuel Macron et certains à «battre les deux candidats».

«Notre slogan est clair: Il faut battre le FN pour le progrès social. Le FN est un parti raciste, xénophobe, antifemmes et libéral», a déclaré le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez.

En régions, les rassemblements à l'appel de cette intersyndicale ont mobilisé plusieurs dizaines de milliers de personnes: au moins 4800 à Marseille, 4000 à Nantes, 6000 à 7000 à Toulouse, selon la police. Parmi les manifestants, là encore, beaucoup d'électeurs de Jean-Luc Mélenchon, ou de militants de Lutte ouvrière, du parti communiste, de l'Unef...

Le FN, «un épouvantail»

«Pour nous, le 1er mai, c'est l'occasion de dire 'ni l'un, ni l'autre'. Le fascisme est toujours pire que Macron, mais gauche et droite utilisent le FN depuis 30 ans comme un épouvantail», a assuré Thomas, étudiant, dans le cortège bordelais. Des voix discordantes issues des rangs des principaux syndicats appellent également «à battre les deux candidats».

La CFDT (réformiste) et l'Unsa, qui ont, elles, appelé à voter pour Emmanuel Macron le 7 mai pour «battre» la candidate du FN, avaient mobilisé de leur côté. A Paris comme en régions, elles ont réuni à chaque fois quelques centaines de personnes. Lille a fait exception, avec un cortège rassemblant CGT et CFDT.(ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 05:23

PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE A UNE SEMAINE DU CHOIX, ZIZANIE DANS UN PAYS À VIF

Des repas virent à l'aigre et les conversations entre amis au pugilat verbal à quelques jours de l'élection présidentielle.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

«Et un pro-Le Pen viré de ma liste d'amis Facebook!» A une semaine du second tour de la présidentielle en France, des repas de famille virent à l'aigre et des conversations entre amis, au café ou sur les réseaux sociaux, au pugilat verbal.

Des modérés affolés à l'idée d'une victoire de la candidate d'extrême droite Marine Le Pen, aux abstentionnistes furieux d'être sommés d'aller voter pour le jeune centriste Emmanuel Macron - qu'ils honnissent-, les Français en colère se déchirent.

«Les langues se délient, c'est horrible. Mon plus grand sport au boulot est d'éviter le sujet élections. Je découvre des gens», raconte Anne. Cette électrice, qui ne donne que son prénom, est hostile aux idées du Front national, le parti de Mme Le Pen, et vit dans le sud, une région largement acquise à l'extrême droite.

Sa fille Zoé, étudiante, a commencé par effacer trente de ses amis sur Facebook, avant de désactiver son compte, effarée de ne voir que des votes FN ou des abstentionnistes autour d'elle.

Mécontents du second tour

Sept Français sur dix sont mécontents de l'affiche du second tour, selon un sondage. «Quel que soit le président, il y aura un danger», assène Yves, étudiant communiste à Rennes (ouest) qui refuse de choisir le 7 mai entre l'extrême droite et le social-libéral Emmanuel Macron, un ancien banquier de 39 ans.

Comme lui, plusieurs milliers de lycéens et d'étudiants en colère ont défilé jeudi dans toute la France au cri de «ni Le Pen, ni Macron; ni patrie, ni patron», renvoyant dos à dos le projet «fasciste» de la première et «capitaliste» du second.

Diabolisation de Macron

Si la qualification surprise de Jean-Marie Le Pen - père de Marine et co-fondateur du FN - au second tour de la présidentielle de 2002, avait suscité un «front républicain» et un rassemblement quasi-unanime derrière son adversaire d'alors Jacques Chirac, quinze ans plus tard, l'ambiance est radicalement différente.

«Il y a une sorte de diabolisation d'Emmanuel Macron», qui se voit notamment reprocher son passé de banquier d'affaires, «alors qu'en 2002 c'était à l'encontre de Jean-Marie Le Pen», souligne l'historien Jean Garrigues.

«Il y a des oppositions entre des mondes - grandes villes contre périphéries -, avec des gens qui ne se comprennent plus parce qu'ils n'ont plus la même expérience de vie», note Arnaud Mercier, spécialiste des réseaux sociaux.

Lignes de fractures

Depuis la crise économique de 2008, les lignes de fractures se sont creusées, notamment entre protectionnistes, souvent partisans de la sortie de l'euro, et défenseurs d'une Europe ouverte.

«La société est devenue violente pour tout un tas de gens» et cela génère «des attitudes, des discours qui se radicalisent», souligne Arnaud Mercier. «Je le mesure à ce qui se dit sur les réseaux sociaux».

Désillusion, rancoeur

Gérard Siad, un chef d'entreprise parisien de 52 ans, se dit «effrayé de voir que la France est extrêmement fracturée, en quatre blocs. On en arrive à une situation très tendue. Le front républicain ne fonctionne pas».

Au premier tour, quatre candidats ont obtenu entre 19% et 24% des voix, du jamais vu en France. Les partisans des deux candidats restés au pied du podium, le tribun de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon et le conservateur François Fillon, sont en colère. Les partisans de Jean-Luc Mélenchon, s'exaspèrent d'être «sommés» de voter pour Emmanuel Macron afin de faire barrage à sa rivale, à l'instar de leur chef de file qui refuse de donner une consigne de vote.

«Marine Le Pen, je l'exècre, je la vomis, mais je me dis, est-ce que la France n'a pas besoin d'un vrai électrochoc?», s'interroge Vanessa Harounyan, enseignante à Marseille (sud-est), tentée par l'abstention.

Défaite historique

A droite, beaucoup d'électeurs ne digèrent pas la défaite historique de leur champion François Fillon, qui pour la première fois depuis 60 ans exclut les conservateurs du second tour d'un scrutin présidentiel.

Il y a «une désillusion terrible, une rancœur, une amertume», note Jean Garrigues. Avant d'être rattrapé par les affaires, François Fillon était largement favori du scrutin. «Je ne peux pas voter Macron et le combattre ensuite aux élections législatives» de juin, «ce n'est pas possible», martèle Antoine Bulard, étudiant en droit de 20 ans.

Malgré les nombreux amis qui l'ont appelé à «prendre ses responsabilités» pour empêcher l'élection de Marine Le Pen, il a décidé de voter blanc. (afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 18:10

GUERRE IL Y AURAIT EU 45 ATTAQUES CHIMIQUES EN SYRIE

L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) étudie 45 attaques chimiques présumées en Syrie depuis la mi-2016, a annoncé vendredi son directeur.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Le directeur de l'OIAC Ahmet Uzumcu annonce qu'il existe une «longue liste d'allégations» - sur les attaques en Syrie - qui leur ont été rapportées.

Durant «la deuxième moitié de 2016, 30 incidents différents et depuis le début de l'année, 15 incidents séparés, cela fait 45», a-t-il lancé.

Ces incidents comprennent l'attaque chimique présumée du 4 avril à Khan Cheikhoun dans la province syrienne d'Idleb (nord-ouest) qui a fait 88 morts dont 31 enfants.

L'attaque a provoqué l'indignation de nombreuses capitales qui mettent en cause le régime de Bachar el-Assad. Damas et Moscou réfutent les accusations occidentales. L'OIAC tente actuellement de s'assurer que les conditions de sécurité lui permettent de déployer une mission de contrôle à Khan Cheikhoun pour des analyses plus poussées.

La semaine dernière, Ahmet Uzumc avait annoncé que des tests prouvaient de manière «irréfutable» que du gaz sarin ou une substance similaire avait été utilisé.

Soutien de Damas

Le gouvernement de Bachar el-Assad a «déjà fait savoir qu'il soutiendrait cette mission, ils nous ont invités à passer par Damas», a-t-il expliqué vendredi.

«Le problème est que cette zone est contrôlée par différents groupes d'opposition armés, donc nous devons nous assurer d'accords de cessez-le-feu temporaire, ce que, de ce que nous en savons, le gouvernement syrien est désireux de faire», a-t-il poursuivi.

«Si nous parvenons à organiser tout cela, nous nous déploierons. L'équipe est prête et nous avons des volontaires».

Toutefois, l'équipe n'a pas encore de mandat pour visiter la base aérienne d'al-Chaayrate dans la province centrale de Homs, bombardée par les Etats-Unis le 7 avril. Selon le Pentagone, les services américains de renseignement ont établi que les avions ayant mené l'attaque sur Khan Cheikhoun en étaient partis.

Un porte-parole américain a affirmé le 10 avril que des armes chimiques étaient probablement stockées sur cette base. La Russie a réclamé une enquête sur ces accusations.

Gaz moutarde

Par ailleurs, Ahmet Uzumc a confirmé que l'OIAC pensait que le groupe Etat islamique avait utilisé du gaz moutarde près de Mossoul (Irak) récemment.

L'armée irakienne avait accusé l'EI d'avoir utilisé le 15 avril des armes chimiques dans la bataille pour reprendre Mossoul, provoquant des «blessures limitées» chez certains soldats. L'OIAC a proposé son aide à l'armée irakienne pour enquêter mais l'Irak n'a «pas encore formulé de demande d'assistance», selon Ahmet Uzumc. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 18:09

Quelle bellE epoque? ITALIE ELLE SIMULE UNE GROSSESSE, ACHÈTE UN BÉBÉ ET LE REND

Une Italienne de 35 ans a simulé une grossesse et acheté 20'000 euros le bébé d'une jeune Roumaine, avant de le rendre.

Image prétexte.

Image prétexte. Image: Wikicommons

 

Elle l'a finalement rendu trois jours plus tard parce que la fillette que la Roumaine venait de mettre au monde était métisse, a rapporté samedi la presse italienne.

Les deux femmes et un Marocain ayant servi d'intermédiaire ont été arrêtés. Les enquêteurs avaient été alertés par un agent d'état civil de Latina, au sud de Rome, auquel les deux femmes avaient demandé en février par téléphone comment enregistrer un bébé né à la maison mais elles ne s'étaient pas présentées au rendez-vous.

Compagnon en prison

Lorsque les policiers sont venus lui demander des explications, la «fausse» mère a avoué: son compagnon était en prison, elle venait de subir deux fausses couches et avait acheté sur internet des ventres en latex pour simuler une grossesse. En découvrant l'enfant métisse, elle n'avait pas trouvé comment expliquer cette couleur de peau à son entourage.

La mère biologique à son tour a expliqué qu'elle n'avait pas souhaité garder la fillette née d'une courte relation avec un Malien. C'est d'ailleurs chez ce dernier, qui travaille comme médiateur culturel à Rome, que les policiers ont retrouvé l'enfant. Le bébé a été confié à des religieuses en vue d'une adoption, mais pourrait retourner chez son père biologique si ce dernier choisit de le reconnaître. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 06:28

ALLEMAGNE LE PORT DU VOILE INTÉGRAL PARTIELLEMENT INTERDIT

La chambre basse a adopté jeudi une loi interdisant partiellement le port du voile intégral, ainsi que des mesures pour lutter contre les attentats.

Pour les personnes non fonctionnaires, «lorsqu'une identification est nécessaire et requise», les autorités pourront exiger qu'elles retirent le voile ou tissu dissimulant leur visage. (Image d'illustration)

Pour les personnes non fonctionnaires, «lorsqu'une identification est nécessaire et requise», les autorités pourront exiger qu'elles retirent le voile ou tissu dissimulant leur visage. (Image d'illustration) Image: Keystone

 

Les députés allemands ont adopté jeudi soir une loi interdisant partiellement le port du voile intégral, notamment aux fonctionnaires. Ce vote intervient alors que le pays a accueilli plus d'un million de migrants, pour beaucoup musulmans.

Par ailleurs, le Bundestag, la chambre basse du Parlement, a aussi adopté une série de mesures destinées à mieux lutter contre les attentats djihadistes, notamment le port du bracelet électronique pour certains suspects classés «dangereux».

Le premier texte va obliger les agents publics à avoir le visage totalement découvert dans le cadre de leur fonction. Il n'interdit néanmoins pas le port du voile intégral dans l'espace public.

Adopté à quelques mois des élections législatives du 24 septembre, où la question de l'intégration des migrants ayant afflué dans le pays jouera un rôle primordial, il concerne les fonctionnaires et agents de la fonction publique, y compris les juges et les soldats. Il s'applique également aux membres des commissions électorales.

Pour les personnes non fonctionnaires, «lorsqu'une identification est nécessaire et requise», les autorités pourront également exiger qu'elles retirent le voile ou tissu dissimulant leur visage, ajoute le texte. La loi adoptée jeudi soir prévoit toutefois des exceptions, comme par exemple en cas de risque d'infection.

Pas que la burqa

Officiellement, elle ne concerne pas que le voile intégral islamique. Elle a pourtant été rédigée clairement pour la burqa et adoptée après que l'Allemagne, sous l'impulsion de la chancelière Angela Merkel, a accueilli depuis 2015 plus d'un million de demandeurs d'asile, dont beaucoup de musulmans venus de Syrie, d'Irak ou d'Afghanistan.

Cet afflux a suscité des interrogations au sein de la société allemande quant à leur intégration et a boosté les nationalistes anti-immigration de l'Alternative pour l'Allemagne (AfD). Ces derniers ont grimpé jusqu'à 15% dans les intentions de vote, avant de redescendre dans les sondages autour de 10%.

«L'Etat a le devoir de se présenter lui-même de façon idéologiquement et religieusement neutre», insiste le texte de loi. «Une dissimulation religieuse ou idéologique du visage dans l'exercice d'une fonction publique (...) va à l'encontre de ce devoir de neutralité», poursuit-il.

«L'intégration, ça signifie aussi que nous signifions clairement et transmettions à d'autres cultures nos valeurs et les limites de notre tolérance», a indiqué le ministre de l'Intérieur, Thomas de Maizière, cité jeudi dans un communiqué.

D'autres mesures

Le texte doit encore être adopté par le Bundesrat, la chambre haute du Parlement, pour prendre effet.

Avant l'Allemagne, plusieurs pays de l'Union européenne ont déjà interdit, totalement ou partiellement, le port du voile islamique intégral, ou bien ont lancé le processus en vue d'une telle interdiction.

La France a été le premier pays européen à interdire le voile intégral dans l'espace public, par une loi entrée en application en 2011. La Belgique a fait de même, également en 2011. Aux Pays-Bas, un projet de loi adopté en 2016 et prévoyant une interdiction partielle est en cours d'examen au Sénat. En revanche, il n'y a pas d'interdiction dans des pays comme la Grande-Bretagne, l'Espagne ou le Portugal.

Par ailleurs, le Bundestag a adopté jeudi soir plusieurs mesures de renforcement de la sécurité. Parmi elles, le port du bracelet électronique qui, décidé par un juge, pourra être apposé sur certains suspects considérés par les autorités comme particulièrement violents et pouvant représenter une menace sécuritaire importante, à l'image des radicaux islamistes.

Dysfonctionnements

Les députés ont également validé la création d'une base de données centrale commune aux polices fédérale et régionale, durci les sanctions contre les personnes agressant les policiers, les militaires ou les services d'urgence et approuvé la directive européenne sur l'échange de données des passagers aériens, destinée notamment à mieux lutter contre le terrorisme.

Ces mesures avaient été initiées par le gouvernement d'Angela Merkel juste après l'attentat au camion-bélier qui avait fait 12 morts sur un marché de Noël le 19 décembre à Berlin.

L'attentat, commis par Anis Amri, un demandeur d'asile tunisien débouté et connu de la police pour sa dangerosité, avait été revendiqué par l'organisation djihadiste Etat islamique (EI). Il avait choqué le pays et mis en exergue les dysfonctionnements de l'appareil sécuritaire allemand.

L'opposition, écologistes et gauche radicale Die Linke, a voté contre les deux textes.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
27 avril 2017 4 27 /04 /avril /2017 05:25

RUSSIE DES PÉDOPHILES SÉVISSAIENT DANS UN ORPHELINAT

Des responsables de l'établissement situé à Saint-Pétersbourg sont accusés d'avoir abusé de plusieurs mineurs.

Image: Archives/Photo d'illustration/AFP

 

Un réseau pédophile a été démantelé à Saint-Pétersbourg. La police a arrêté cinq personnes liées à un orphelinat et accusées d'avoir abusé sexuellement de mineurs pendant des années.

«Cinq personnes âgées de 41 à 70 ans ont été placées en détention pour deux mois le temps de l'enquête. Elles sont accusées de viols et d'agressions sexuelles», crimes passibles de 15 ans de prison, a indiqué le tribunal Kirovski de la deuxième ville de Russie.

Les accusés sont le directeur adjoint de l'orphelinat N°8 de Saint-Pétersbourg, le directeur de l'école N°565 liée à celui-ci, le responsable d'un centre d'aide sociale pour anciens orphelins et deux anciens membres de l'établissement.

Au moins quatre victimes

Selon les enquêteurs, au moins quatre garçons de l'établissement, aujourd'hui âgés de 22 à 26 ans, ont été entre 2005 et 2010 victimes d'«abus sexuels systématiques» de la part des accusés.

Une enquête avait été ouverte en 2016 après la diffusion d'un film de 35 minutes réalisé par une étudiante de Saint-Pétersbourg dans le cadre d'un concours ayant pour thème les droits de l'Homme. Dans ce film intitulé «Mon histoire», un jeune homme nommé Iacha raconte avoir, à l'époque, été abusé sexuellement à plusieurs reprises dans l'établissement tout comme d'autres orphelins.

«Il est difficile de croire que les autres responsables de cet établissement n'étaient pas au courant de ce qu'il se passait. Il s'agit soit de négligence, (...) soit de complicité», a dénoncé Irina Iarovaïa, vice-présidente de la Douma (chambre basse du Parlement russe). (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
27 avril 2017 4 27 /04 /avril /2017 05:23

THAÏLANDE COLÈRE APRÈS UN INFANTICIDE EN DIRECT SUR FACEBOOK

Les internautes ont vivement critiqué les médias qui ont diffusé la vidéo de l'homme tuant son bébé en direct sur le réseau social.

La mère de la petite victime lors des funérailles.

La mère de la petite victime lors des funérailles. Image: AFP

 

Le meurtre par un Thaïlandais, en direct sur Facebook Live, de son bébé, avant son suicide, a suscité mercredi un vent de critiques contre les médias ayant diffusé les images. Selon la police, le père, Wuttisan Wongtalay, âgé de 20 ans, a décidé de cette mise en scène macabre dans la station balnéaire de Phuket, dans le sud du royaume, après s'être disputé avec sa femme.

 

 

La vidéo montrant la pendaison de sa petite fille de 11 mois, puis la sienne, est restée en ligne plusieurs heures lundi, avant que Facebook ne la retire. Plusieurs chaînes et médias thaïlandais l'ont publiée mardi, avec le corps de l'enfant et de l'homme floutés.

Mais mercredi, les critiques des internautes sur les réseaux sociaux étaient vives. Et le News Broadcasting Council, organisme de supervision des médias, a appelé ceux-ci à cesser de diffuser de telles vidéos, dans un pays où les médias diffusent des images d'accidents de voiture ou de cadavres habituellement sans guère de précautions.

De l'audience à tout prix

«Cette couverture était inappropriée», a réagi le Conseil dans un communiqué diffusé mercredi: «Cela pourrait donner envie de faire pareil, pour attirer l'attention». «Il y a de nombreux adolescents et enfants qui manquent de discernement et pourraient vouloir faire pareil», peut-on lire sur le réseau social Pantip, entre autres critiques des médias, jugés mercantiles et «soucieux de faire de l'audience».

D'après le porte-parole de la police thaïlandaise, la vidéo avait été rapidement détectée par les services de police qui ont averti le ministère en charge du numérique, qui a contacté Facebook. «Nous n'avons qu'une poignée de policiers en service (pour surveiller le web), nous devons donc compter sur le public pour nous informer», a déclaré à l'AFP Krissana Pattanacharoen, le porte-parole de la police nationale.

Mardi soir, Facebook avait qualifié la vidéo «d'épouvantable». «Il n'y a pas de place pour des contenus de ce genre sur Facebook et elle a été retirée», avait indiqué le groupe.

Un flux énorme de contenus

Ce meurtre survient quelques jours après celui de Cleveland, aux Etats-Unis, où un homme de 37 ans avait tué un retraité, et diffusé la vidéo sur Facebook. Après trois jours de traque, le tueur s'était suicidé.

Facebook dispose d'une équipe de modérateurs opérant 24 heures sur 24 qui peuvent décider de retirer des contenus qui leur sont signalés. Les suicides et crimes sont traités en priorité, mais la rapidité de sa réaction est limitée par l'énorme quantité de contenus postés en ligne chaque jour.

Facebook note aussi que des vidéos de tentatives de suicide ont permis aux forces de l'ordre de sauver des vies, comme par exemple en janvier en Thaïlande. (afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée