Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 04:39

IRAK APRÈS L'EI, PLACE AUX SERPENTS ET AUX SCORPIONS

Les habitants qui ont fui l'enfer de Mossoul et de Daech se retrouvent dans des camps insalubres.

Dans le camp d'Al-Khazer, les déplacés irakiens ont peut-être échappé aux combats et aux djihadistes du groupe Etat islamique mais doivent affronter d'autres ennemis comme les serpents et scorpions qui pullulent dans ces secteurs désertiques, mettant notamment en danger les jeunes enfants.

Quelque 32'000 personnes ayant fui les violences à Mossoul, où les forces irakiennes mènent depuis octobre une offensive visant à déloger l'EI, logent dans les 7000 tentes de ce camp situé au sud-est de la deuxième ville du pays.

La température oscillant entre 40 et 45 degrés celcius en cette saison à Mossoul, favorise l'émergence d'un tas de reptiles, dont certains venimeux qui sèment la panique. Louaï Mohamed Youssef a dû bricoler pour sa petite fille un lit bébé à partir d'un cageot en plastique et l'a suspendu avec des cordes au milieu de la tente pour éviter ces visiteurs non grata.

Lit suspendu

Dans son berceau suspendu, Siham, qui n'a que 40 jours, dort paisiblement dans son body sans manche. «Je ne pouvais pas lui offrir un véritable lit car je n'en ai pas les moyens. Je lui ai donc confectionné ce berceau», affirme à l'AFP Louaï, 22 ans, qui est arrivé il y a un mois dans le camp avec sa femme et son bébé.

«Elle cesse de crier (...) quand je la fais dormir» dedans, ajoute-t-il. Le lit est suspendu en l'air pour éviter les morsures de reptiles, explique t-il. «Au début, elle dormait par terre, mais j'ai eu peur un jour lorsque j'ai vu un mille-pattes s'approcher d'elle».

«J'ai paniqué à l'idée qu'elle puisse être un jour mordue par un reptile», assure-t-il. Le nombre de scorpions, serpents et autres reptiles venimeux augmente au fur et à mesure que la chaleur devient plus accablante. «Nous n'y pouvons rien», affirme Louaï avec résignation.

- Panique et résignation -

Ces dernières semaines, les habitants du camp ont paniqué en voyant le nombre de ces reptiles augmenter. Dans une clinique de l'International Medical Corps à al-Khazer, Mohanned Akram, un pédiatre affirme examiner des dizaines de patients chaque jour, dont de nombreux enfants.

Il dit constater l'augmentation ces dernières semaines du nombre de morsures et, il y a quelques jours, il a soigné un enfant mordu par un scorpion. Nawar Hassan Hussein dit ne pas fermer l'oeil craignant que des insectes ou reptiles ne s'en prennent à sa fille de six mois qui dort par terre.

Cet homme de 22 ans raconte que les jeunes enfants souffrent aussi de la chaleur, l'obligeant, lui et sa famille, à rester cloîtré sous la tente. «Ma fille souffre de la chaleur et faute d'électricité dans le camp, le climatiseur qui a été fourni par l'administration du camp est inutilisable», regrette Nawar.

Selon Mohanned Akram, des dizaines de déplacés sont par ailleurs affectés par la gale en raison de la chaleur et des mauvaises conditions d'hygiène. «Nous avons recensé des centaines de cas de cette maladie, nous avons prodigué les soins nécessaires ainsi que des conseils car la gale est contagieuse».

Des campagnes de sensibilisation pour combattre ces maladies sont parallèlement menées dans les camps, a indiqué à l'AFP Dastan Mansour, un responsable du camp d'Al-Khazer

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
6 juin 2017 2 06 /06 /juin /2017 23:53

BIRMANIE DES MILLIERS DE RATS ENVAHISSENT DES VILLAGES

Plusieurs communes situées dans le delta de l'Irrawaddy sont assiégées par des milliers de rongeurs.

Image: dr/Facebook

 

Des milliers de rats ont envahi les villages d'une île située dans le sud-ouest de la Birmanie, un événement interprété par certains comme un signe précurseur de désastre, a-t-on appris mardi auprès d'un responsable local.

Depuis le week-end, les habitants de l'île de Haingyi, l'une des principales dans le delta de l'Irrawaddy ont vu les rongeurs affluer en masse. Impuissantes, les autorités se sont résolues à leur offrir 50 kyats (4 centimes) par animal tué afin de tenter de contenir l'invasion.

«Plus de 4000 rats ont été tués depuis qu'ils ont assailli les villages», a déclaré à l'AFP le député local Phyo Zaw Shwe. «Les croyances traditionnelles veulent que ces animaux présagent des intempéries, donc les gens s'inquiètent de possibles inondations ou séismes».

Des études effectuées par des scientifiques japonais ont montré que les souris et les rats sont sensibles à des ondes électromagnétiques semblables à celles souvent observées avant d'importants séismes. Toutefois, aucune activité sismique notable n'a été enregistrée en Birmanie ces derniers jours.

Bâtons, lance-pierres et cailloux

Des photos partagées sur les réseaux sociaux montrent des habitants rassemblant des cadavres de rats pour les empiler. Certains de ces cadavres ont été envoyés dans des laboratoires pour rechercher la présence éventuelle de maladies, sans résultat pour le moment.

Les villageois tuent les rats «avec des bâtons, des lance-pierres et des cailloux», a raconté aux médias locaux un habitant du village de Than Cho Tan. «Ce soir, les rats sont entrés dans notre village et nous avons déjà réussi à en tuer plus de 800», a-t-il dit à News Watch.

Ce phénomène s'est déjà produit ailleurs en Birmanie. L'Etat Chin (nord-ouest) est régulièrement victime d'invasions de rats qui viennent se régaler des fruits du bambou lesquels n'apparaissent que tous les cinquante ans environ. Lors de la dernière invasion en date, en 2008, les rats en avaient profité pour dévorer en outre toutes les récoltes locales. (afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
6 juin 2017 2 06 /06 /juin /2017 23:50

PROCHE-ORIENT UNE INFIRMIÈRE ISRAÉLIENNE ALLAITE UN BÉBÉ PALESTINIEN

Un couple de Palestiniens a eu un grave accident de voiture, à Hébron. Leur nourrisson de neuf mois s'est retrouvé sans subsistance.

Ola Ostrovsky-Zak allaite le petit Yaman.

Ola Ostrovsky-Zak allaite le petit Yaman.

Un nourrisson palestinien a notamment eu la vie sauve grâce au geste généreux d'une infirmière israélienne. Son père mort et sa mère grièvement blessée dans un accident de la route, Yaman, neuf mois, arrive à l'hôpital Hadassah de Jérusalem, vendredi. Sur place, le bébé, légèrement blessé, refuse les biberons qu'on lui propose, car il a toujours été allaité jusque-là. Après sept heures sans manger et des pleurs continuels, ses tantes s'inquiètent et demandent à une infirmière, Ola Ostrovsky-Zak, si elle connaît quelqu'un pouvant l'allaiter.

La soignante, israélienne et mère de trois enfants, dont le plus jeune a un an et demi, accepte immédiatement, à la surprise de la famille du petit. «Elles ne pouvaient pas croire qu'une mère juive accepte d'allaiter un bébé palestinien. Elles m'ont pris dans les bras, m'ont embrassée, n'arrêtaient pas de m'enlacer», a confié la jeune femme au Huffington Post.

Une seconde maman

Durant la nuit de vendredi à samedi, l'infirmière a ainsi allaité le bébé à cinq reprises. Les tantes lui disent alors qu'en islam, une femme qui nourrit cinq fois un bébé au sein devient sa seconde mère. «J'ai été très touchée», a expliqué Ola Ostrovsky-Zak. «Évidemment, je ne remplacerai pas sa mère, mais maintenant, je peux dire que j'ai un fils palestinien.»

Le samedi matin, quand la soignante doit quitter son travail, elle poste un appel sur Facebook pour trouver d'autres mères prêtes à se relayer auprès de Yaman. En deux heures, elle récolte près de 1000 likes et des femmes s'annoncent.

Depuis, l'infirmière est retournée allaiter le bambin samedi et dimanche. Un oncle l'a aussi remerciée en lui disant qu'elle était désormais comme une sœur pour lui.

Yaman se trouve à présent auprès de sa grand-mère et d'une tante allaitante. Sa mère est encore hospitalisée.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
6 juin 2017 2 06 /06 /juin /2017 23:45

GRESSION À NOTRE-DAME MILLE PERSONNES CONFINÉES DANS LA CATHÉDRALE

Un homme a agressé un policier avec un marteau sur le parvis de Notre-Dame. Il a crié «c'est pour la Syrie» selon le Ministre de l'Intérieur.

L'incident s'est déroulé mardi. Le quartier de Notre-Dame a été bouclé.

L'incident s'est déroulé mardi. Le quartier de Notre-Dame a été bouclé. Image: Keystone

Un homme a attaqué mardi au marteau un policier qui patrouillait sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Il a été blessé par un tir de riposte. Cet incident survient dans un contexte de menace terroriste élevée, trois jours après l'attentat de Londres. Au moment de l'agression, à 16h20, l'assaillant a crié «C'est pour la Syrie», a expliqué le ministre français de l'Intérieur Gérard Collomb qui s'est rendu sur place. L'agresseur s'en est pris au policier avec un marteau, mais était également porteur «de couteaux de cuisine», a-t-il précisé.

 

Le policier agressé a pour sa part été légèrement blessé, a-t-on appris de source policière. Un de ses collègues a riposté avec son arme de service, blessant l'agresseur au thorax. Celui-ci s'est revendiqué être «un soldat du califat», un terme utilisé pour désigner le califat autoproclamé en juin 2014 de l'organisation djihadiste État islamique (EÌ), selon une source proche de l'enquête.

L'homme portait sur lui une carte l'identifiant comme «étudiant algérien», document dont il faut encore vérifier l'authenticité, a ajouté M. Collomb. Il a été évacué vers un hôpital, selon la préfecture de police.

 

 

 

Une enquête a immédiatement été ouverte par le parquet antiterroriste. Les principales voies d'accès menant à la cathédrale, où de nombreuses voitures de police affluaient, ont été bouclées par des cordons de sécurité. Et des centaines de badauds ont été repoussés de l'autre de la Seine, hors du périmètre de sécurité.

Mille personnes confinées dans la cathédrale

Située en plein coeur du Paris touristique, Notre-Dame est l'un des monuments les plus visités d'Europe, avec 13 millions d'entrées par an. Plus d'un millier de personnes ont été confinées dans le calme à l'intérieur de l'édifice religieux et étaient toujours à l'intérieur de l'édifice aux alentours de 18h30.

🚨 ALERTE - La section antiterroriste du Parquet de Paris ouvre une enquête après l'agression au marteau d'un policier a Notre Dame de Paris

Première photo a l'intérieur de la cathédrale Notre Dame de Paris où 900 personnes sont confinéespic.twitter.com/Um5V8d1own

Voir l'image sur Twitter

La préfecture de police a demandé à la population d'éviter le secteur, mais faisait état d'une «situation maîtrisée» peu avant 17h30. Cette agression intervient trois jours seulement après l'attentat du London Bridge, à Londres, qui a fait sept morts et 48 blessés samedi soir. La France a quant à elle été la cible d'attaques revendiquées par le groupe Etat islamique (EI) à plusieurs reprises depuis les attentats du 13 novembre 2015 (130 morts). La cathédrale Notre-Dame a déjà été au cœur d'une enquête antiterroriste. En septembre 2016, les autorités françaises avaient démantelé un commando de femmes djihadistes à l'origine d'un attentat avorté à la voiture piégée, retrouvée non loin de Notre-Dame bourrée de bonbonnes de gaz.

Examen le 12 septembre

La France est sous le régime de l'état d'urgence depuis les attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis. Emmanuel Macron a fait savoir le 24 mai qu'il demanderait la prolongation de l'état d'urgence, qui arrive à échéance le 15 juillet, jusqu'au 1er novembre. Le groupe EI, qui perd du terrain en Irak et en Syrie où il a proclamé un califat en 2014, menace régulièrement la France de représailles pour sa participation à la coalition militaire internationale dans ces deux pays. L'EI a appelé en outre à frapper les «mécréants» partout où cela est possible et le groupe cherche à s'exporter en Europe grâce aux djihadistes qui reviennent de Syrie avec pour mandat de mener des opérations sur le sol européen.

Paris, parvis de Notre-Dame : un policier a tiré sur un homme qui l'a attaqué à coup de marteau. L'agresseur est blessé. 

 

Intervention à Notre-Dame de Paris: "J'ai entendu deux déflagrations ", décrit un témoin

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 22:27

ESPAGNE UN CADAVRE DANS LE CONGÉLO DE LA MARCHANDE DE GLACE

Une femme de 44 ans a été condamnée à douze ans de prison pour avoir tué un homme avant de le cacher dans son congélateur.

La femme s'est rendue elle-même à la police.

La femme s'est rendue elle-même à la police. Image: AFP

 

Dans une décision de justice datée du 29 mai, une cour de Séville condamne la marchande de glaces de 44 ans pour homicide, a appris lundi l'AFP.

Le 9 janvier 2016 au matin dans sa boutique, elle s'est disputée avec un homme de 62 ans, l'a «frappé fortement à la tête avec un objet contondant», puis «avec l'intention de le tuer, l'accusée s'est mise à genoux sur (sa) poitrine» et «l'a étranglé avec un câble ou un objet similaire», selon la décision de justice.

Dès le matin, des policiers alertés par la disparition de l'homme «ont réalisé une inspection sommaire de la boutique sans trouver le cadavre, que (l'accusée) avait caché dans un congélateur». Mais la meurtrière s'est finalement rendue dans l'après-midi au commissariat pour avouer le crime. Un témoin a assuré avoir vu la femme et sa victime «entrer ensemble dans la boutique» la veille au soir.

Le tribunal a rejeté la thèse de la légitime défense, assurant qu'il n'existait «pas l'ombre d'une preuve que la victime ait agressé physiquement ou sexuellement l'accusée» et qu'il n'était pas en mesure de se défendre au moment où elle l'a étranglé.

La marchande de glaces, qui devra verser près de 244 milles francs suisses à la famille de la victime, peut faire appel.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 22:24

ATTENTAT DE LONDRES LA POLICE DÉVOILE L'IDENTITÉ DE DEUX ASSAILLANTS- Le Maroc en vedette

Deux hommes de 27 et 30 ans sont à l'origine des attentats qui ont fait 7 morts sur le London Bridge et à Borough Market samedi.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

La police britannique a révélé lundi l'identité de deux des trois auteurs de l'attentat de Londres, Khuram Shazad Butt, un Britannique né au Pakistan connu des services de police, et Rachid Redouane, qui se présentait comme un binational marocain et libyen. Le commandant de l'unité antiterroriste Mark Rowley a déclaré que Khuram Shazad Butt, 27 ans, et Rachid Redouane, 30 ans, avaient participé avec un troisième complice encore en cours d'identification à l'attaque, qui a fait sept morts et une cinquantaine de blessés.

Les dix personnes encore détenues dans le cadre de l'enquête sur l'attentat de Londres ont en outre été relâchées sans poursuites, a annoncé lundi soir la police londonienne. Ces dix personnes avaient été arrêtées dimanche lors de perquisitions menées dans le quartier de Barking, dans l'est de Londres, d'où étaient originaires deux des trois auteurs de l'attentat de samedi soir. Deux autres personnes avaient déjà été relâchées sans poursuites.

Khuram Butt était connu des services de police et de renseignement, qui n'avaient toutefois pas d'éléments laissant penser qu'il préparait un attentat. Rachid Redouane, quant à lui, n'était pas connu des services. Tous deux sont originaires du quartier de Barking, dans l'est de Londres, selon le communiqué.

Samedi soir, les trois assaillants ont percuté des piétons à bord d'une camionnette Renault blanche en fonçant dans la foule sur le London Bridge, avant d'abandonner leur véhicule et d'attaquer les passants à l'aide de couteaux dans le quartier voisin de Borough Market.

L'attentat a été revendiqué par le groupe Etat Islamique. Parmi les sept morts figurent plusieurs étrangers, dont un Français et une Canadienne, et 36 blessés étaient toujours hospitalisés lundi soir, dont 18 dans un état critique.

Minute de silence

En hommage aux victimes, des centaines de personnes se sont réunies lundi en fin de journée pour observer une minute de silence - il en sera fait de même mardi à 11h00 (10h00 GMT) dans l'ensemble du Royaume-Uni - pendant une veillée dans les jardins de Potter Field, à proximité immédiate de l'hôtel de ville de Londres.

Au cours d'une courte cérémonie, le maire travailliste de la capitale, Sadiq Khan, s'est présenté en «Britannique musulman patriote» et a dénoncé «l'idéologie perverse» des terroristes, parlant d'«actes répugnants». «Nous ne laisserons personne, pas même Donald Trump, diviser nos communautés», a déclaré l'élu à la BBC.

Le président américain a accusé sur Twitter Sadiq Khan de prendre le terrorisme à la légère, réitérant ses critiques lundi.

Deuxième attaque à Londres en moins de trois mois, l'attentat a également alimenté le débat politique national, à trois jours des élections législatives. Le chef de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn a appelé la Première ministre Theresa May à la démission, lui reprochant des réductions d'effectifs policiers ordonnées lorsqu'elle était ministre de l'Intérieur (2010-2016).

Son parti conservateur reste toutefois en tête, avec 42% des voix contre 38% pour les travaillistes, selon un sondage You Gov réalisé auprès de 1.989 personnes, les 1er et 2 juin. Theresa May espère sortir du scrutin avec une majorité renforcée au Parlement avant d'aller négocier la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne avec Bruxelles.

500 enquêtes antiterroristes

L'enquête sur l'attentat avance «rapidement», a assuré la police. Sur douze personnes arrêtées dans le quartier de Barking, un homme et une femme ont été relâchés sans poursuites, tandis que quatre hommes et six femmes ont été maintenues en détention. Dans ce quartier multi-ethnique, les habitants tentaient de comprendre comment des terroristes pouvaient se trouver parmi leur voisins.

«Ca fait très peur», a témoigné à l'AFP Sonam Chamdal, 21 ans, effrayée par les opérations de police effectuées «bien près de chez (elle)». Le quartier, «tranquille et calme», disent les habitants interrogés, compte une forte communauté pakistanaise. Mark Rowley a rappelé que 500 enquêtes antiterroristes concernant 3.000 personnes restaient «actives» au Royaume-Uni, et que cinq attentats avaient été déjoués depuis l'attaque perpétrée à Westminster le 22 mars, qui avait fait cinq morts. Un autre attentat, dans lequel 22 personnes avaient péri, avait visé Manchester le 22 mai.

Humour britannique

A Londres et sur les réseaux sociaux, les Britanniques relèvent la tête et multiplient les hashtags pour se moquer du terrorisme ou de la presse étrangère lorsqu'elle affirme que leur pays a du mal à se remettre de ces attaques à répétition.

Avec le mot dièse #IslamicStateClaims, les internautes portent les accusations les plus triviales à l'encontre du groupe Etat Islamique, qui revendique systématiquement tous les attentats. Un usager leur reproche ainsi d'avoir réduit la taille des boîtes de chocolats Quality Street, tandis qu'un autre assure qu'il est responsable de la déprogrammation par la BBC de la célèbre émission de cuisine «Bake Off». En visite à Londres, le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian a précisé lundi soir qu'un deuxième Français était porté «disparu». Il a notamment rencontré les familles des victimes, des blessés et devait s'entretenir avec son homologue Boris Johnson.

 

Brits turn on the humour with hashtag that blames ISIS for *everything*, and we mean everything http://thesun.uk/60128Y7Xp 

Au total huit Français ont été blessés, dont quatre grièvement. Deux Allemands, deux Australiens, un couple de Néo-Zélandais, un Bulgare et un Grec sont également sur la liste des blessés.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 22:20

QATAR RUÉES SUR LES COMMERCES ET FERMETURE DES FRONTIÈRES

Interdictions de survol, restriction sur le déplacement des personnes et chute de la bourse. Autant de conséquences de la crise qui agite le Moyen-Orient.

Des habitants de Doha ont pris d'assaut les supermarchés, où des queues se sont formées et où le lait, le riz ou le poulet ont rapidement disparu des rayons.

Des habitants de Doha ont pris d'assaut les supermarchés, où des queues se sont formées et où le lait, le riz ou le poulet ont rapidement disparu des rayons. Image: Keystone

 

Le Qatar, riche pays gazier du Golfe à la politique étrangère controversée, a réagi avec colère, en accusant à son tour ses voisins de vouloir le mettre «sous tutelle» et de l'étouffer économiquement.

Cette crise intervient deux semaines après une visite du président américain Donald Trump à Ryad où il a exhorté Arabes et musulmans à se dresser contre les groupes extrémistes et fustigé l'Iran dont le rapprochement avec le Qatar exaspère ses voisins. Dans une apparente médiation, l'émir du Koweït Sabah al-Ahmad Al-Sabah a reçu un émissaire saoudien et s'est entretenu au téléphone avec le chef d'Etat du Qatar. D'autres pays comme les Etats-Unis, la Russie, la Turquie et l'Iran ont appelé au dialogue pour désamorcer la crise.

 

Si le soutien du  au terrorisme est avéré, les liens étroits d'une partie de notre classe politique avec cet Etat seraient gravissimes

L'Arabie saoudite, Bahreïn, les Emirats arabes unis, le Yémen, l'Egypte et les Maldives ont annoncé la rupture des liens diplomatiques avec le Qatar. S'y ajoutent des mesures économiques comme la fermeture des frontières terrestres et maritimes, les interdictions de survol et des restrictions sur le déplacement des personnes.

Première conséquence: la suspension par l'Egypte et six compagnies aériennes du Golfe des vols sur Doha, dont la compagnie Qatar Airways sera obligée de rallonger ses nombreuses routes vers l'Europe et les Amériques en raison de la fermeture de l'espace aérien saoudien.

La fermeture du seul accès terrestre au Qatar, via l'Arabie saoudite, affectera les importations de biens de consommation, notamment de produits alimentaires.

- Ruée sur les supermarchés -

Affolés par le blocus de facto saoudien, des habitants de Doha ont pris d'assaut les supermarchés, où des queues se sont formées et où le lait, le riz ou le poulet ont rapidement disparu des rayons.

«C'est un cycle de panique», dit Ernest, un Libanais, poussant deux chariots pleins à craquer. Pour tenter de rassurer les habitants, le gouvernement a affirmé qu'il prendrait «toutes les mesures nécessaires pour mettre en échec les tentatives de nuire à (sa) population et (son) économie».

La Bourse de Doha a elle aussi accusé le coup, clôturant en baisse de 7,58%. Cette crise est la plus grave depuis la naissance en 1981 du Conseil de coopération du Golfe (CCG -Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Oman et Qatar). Le Koweït et Oman n'ont pas commenté cette crise.

Le Qatar a toujours poursuivi sa propre politique régionale affirmant son influence par le sport et les médias, avec l'organisation du Mondial-2022 de football et la chaîne de télévision Al-Jazeera dont les bureaux à Ryad ont été fermés.

Il est accusé par ses détracteurs de soutenir les réseaux djihadistes Al-Qaïda et groupe Etat islamique (EI), ainsi que les Frères musulmans classés «terroristes» par certains pays arabes.

Le Qatar est aussi accusé de soutenir «les activités de groupes terroristes soutenus par l'Iran dans la province (saoudienne) de Qatif» où se concentre la minorité chiite, ainsi qu'à Bahreïn.

L'Iran chiite est le grand rival régional de l'Arabie saoudite sunnite et leurs relations diplomatiques sont rompues depuis 2016. Le Qatar a par ailleurs été exclu de la coalition militaire arabe qui combat au Yémen des rebelles pro-iraniens.

- Appels au dialogue -

Pour le Qatar, la rupture est une décision «sans fondement» dont «l'objectif clair est de placer l'Etat sous tutelle». Cela est «totalement inacceptable», ont dit les Affaires étrangères à Doha.

Le Qatar, dirigé par le jeune émir cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, «n'interfère pas dans les affaires d'autrui» et «lutte contre le terrorisme et l'extrémisme», selon elles. Alliée à la fois de Ryad et de Doha, Washington a invité les pays du Golfe à rester «unis».

Les Etats-Unis disposent à Al-Udeid au Qatar d'une grande base aérienne où sont stationnés 10'000 soldats américains. Cette base, siège du commandement militaire américain chargé du Moyen-Orient, est utilisée pour les raids contre l'EI en Syrie et en Irak.

La Turquie a proposé son aide pour désamorcer la crise, alors que les chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif et russe Sergueï Lavrov se sont entretenus séparément par téléphone avec leur homologue qatari. Les présidents turc Recep Tayyip Erdogan et russe Vladimir Poutine ont discuté au téléphone de la crise et appelé au dialogue pour «parvenir à des solutions de compromis».

L'émir du Koweït, dont le pays n'a pas rejoint le mouvement de rupture, a reçu un émissaire du roi saoudien Salmane et a ensuite appelé l'émir du Qatar pour l'«exhorter à la retenue» et lui demander de donner «leur chance aux efforts» visant à contenir la crise.

La semaine dernière, le Qatar s'était dit victime de «hackers» ayant publié sur le site de l'agence officielle QNA de faux propos attribués à l'émir Tamim. Ces propos, considérés comme authentiques par Ryad et Abou Dhabi, rompaient avec le consensus régional sur des sujets sensibles, notamment l'Iran, vu comme un allié stratégique alors qu'il est considéré par Ryad comme «le fer de lance du terrorisme». Ils contenaient aussi des commentaires négatifs sur les relations entre l'administration Trump et le Qatar. (afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 02:19

ATTENTAT À LONDRES «ILS POIGNARDAIENT LES GENS EN CRIANT «POUR ALLAH»

Le coeur de Londres a été frappé samedi soir par deux attaques, notamment sur le London Bridge. Des témoins racontent.

 

Stations de métro et rue fermées, fêtards enfermés dans les bars et restaurants, voitures de police passant toutes sirènes hurlantes : Londres a vécu une nuit de cauchemar samedi soir. (Samedi 3 juin 2017)
Vidéo: AFP

'était un samedi soir comme les autres lorsque Londres a basculé dans la terreur, à London Bridge, où une camionnette a fauché des piétons, et à Borough Market, où la police a fait état d'agressions au couteau. Stations de métro et rue fermées, fêtards enfermés dans les bars et restaurants, voitures de police passant toutes sirènes hurlantes : ces deux sites touristiques et festifs du centre de la capitale britannique sont passés de la fête au cauchemar peu après 22H00 samedi.

 

Londoners are offering beds, food, and cups of tea to those stranded in the wake of terrorist incidentshttp://cnn.it/2rE21r6 

Sur le London Bridge, «J'ai vu une camionnette rouler en zigzag en tentant de faucher un maximum de personnes. Les gens essayaient d'échapper à la course du véhicule. J'ai ensuite essayé d'aider les blessés, des jeunes essentiellement», a raconté un témoin Alessandro, à la BBC.

«Des coups de feu ont été tirés»

«C'est une attaque terroriste, j'en suis sûre. J'ai vu une camionnette heurter la rambarde du London Bridge, puis un homme sortir avec un couteau pour se diriger vers un bar», a déclaré à l'AFP Dee, 26 ans, une habitante de Londres. «Ils poignardaient tout le monde en criant C'est pour Allah», a affirmé à la BBC Gerard, un témoin qui dit avoir vu une jeune femme s'effondrer. Evoquant un «massacre», un autre témoin, Eric, indique lui aussi avoir entendu ce cri.

Plusieurs autres témoins ont fait état d'un ou de plusieurs hommes armés de couteaux, descendant de la camionnette accidentée pour poignarder des gens au hasard. La police a confirmé peu après qu'elle enquêtait sur des informations selon lesquelles des passants ont été agressés au couteau à Borough Market, célèbre marché situé non loin du pont, sur la rive sud de Londres.

 

Witnesses say they were told to leave their accommodation by police after hearing "gunshots and a lot of crashes"

«Des coups de feu ont été tirés» à la suite de l'incident à Borough Market, a indiqué la police. Des vidéos partagées sur les réseaux sociaux montraient la police entrer dans des bars et des restaurants pour sommer les clients de se coucher sous les tables.

Deux attaques, deux de plus

«Je suis venu voir ce qui se passe et je suis tombé sur un chef cuisinier qui avait du sang sur l'épaule. Il était sous le choc. Il m'a dit que trois personnes avaient attaqué son restaurant avec des couteaux et des machettes», a rapporté à l'AFP Gerard Kavanar, 46 ans, qui habite dans le quartier.Tout le monde ici a encore en mémoire l'attaque terroriste du 22 mars lorsque un homme avait foncé sur la foule sur le pont de Westminster, tuant quatre personnes avant de poignarder à mort un policier devant le Parlement. «C'est terrible que ça se reproduise aussi vite et que ce genre de choses est devenu aussi fréquent», a commenté à l'AFP Jacob Chick, 23 ans, qui habite près de London Bridge.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 02:15

CINÉMA ALGER agonisant, INTERDIT AUSSI «WONDER WOMAN»

Après le Liban, c'est au tour d'Alger d'annuler la projection du film «Wonder Woman» prévue le 8 juin à Alger lors d'un festival.

En une nuit, toutes les affiches du film «Wonder Woman» ont été retirées des rues au Liban.

En une nuit, toutes les affiches du film «Wonder Woman» ont été retirées des rues au Liban.

 

Le film américain Wonder Woman, incarnée par l'actrice israélienne Gal Gadot, a été déprogrammé dimanche d'un festival à Alger, où sa projection prévue avait enflammé les réseaux sociaux.

Les organisateurs ont assuré à l'AFP que la déprogrammation était liée à des problèmes de droits d'exploitation et non à la campagne en cours contre sa diffusion, en raison de la présence à l'affiche de Gal Gadot.

L'actrice israélienne avait défendu à l'été 2014 sur Facebook l'offensive meurtrière d'Israël contre la bande de Gaza.

Le film devait être projeté le 8 juin à Alger, mais dimanche il n'apparaissait plus dans le programme «modifié» de la 2e édition des Nuits du cinéma organisée à l'occasion du ramadan par la société privée de distribution MD Ciné et l'Établissement public Arts et Culture d'Alger.

«Le film sera reprogrammé une fois les contraintes administratives liées aux droits d'exploitation réglées», a assuré à l'AFP Amine Idjer, responsable de la communication de MD Ciné.

Le trailer officiel du film

Il a précisé que «le ministère algérien de la Culture avait donné le visa d'exploitation» et assuré que cette déprogrammation n'avait rien à voir avec la campagne de boycott lancé sur internet.

Le ministère de la Culture n'était pas joignable dans l'immédiat. Depuis jeudi, une pétition en ligne intitulée «Non! Pas en Algérie» demande l'interdiction du film Wonder Woman, «dont l'actrice principale glorifie l'attaque au phosphore blanc contre Gaza», selon le texte.

La pétition estimait en outre «inacceptable» que la date prévue de la projection corresponde «au 50e anniversaire (du début) de l'occupation de Gaza durant la Guerre des Six jours», du 5 au 10 juin 1967.

Le Liban a interdit le 1er juin la diffusion du film en raison de la présence de l'actrice israélienne.

Des projections restent en revanche prévues en juin dans d'autres pays arabes, comme la Tunisie, les Emirats arabes unis ou l'Egypte. (afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 02:12

DIPLOMATIE ISRAËL ET LE SÉNÉGAL NORMALISENT LEURS RELATIONS

Netanyahu et le président sénégalais Sall «ont annoncé la fin de la crise entre les deux pays», selon un communiqué israélien.

Benjamin Netanyahu a profité de sa présence au sommet de la Cédéao au Liberia pour normaliser les relations de son pays avec le Sénégal. (Samedi 4 mai 2017)

Benjamin Netanyahu a profité de sa présence au sommet de la Cédéao au Liberia pour normaliser les relations de son pays avec le Sénégal. (Samedi 4 mai 2017) Image: AFP

 

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président sénégalais Macky Sall ont annoncé dimanche en marge d'un sommet ouest-africain une normalisation de leurs relations, après une brouille à la suite d'un vote à l'ONU contre la colonisation des territoires palestiniens occupés.

Benjamin Netanyahu et Macky Sall se sont rencontrés à l'occasion du sommet de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao, 15 membres) au Liberia, selon des communiqués de leurs services respectifs.

A la suite du vote en décembre au Conseil de sécurité de l'ONU d'une résolution condamnant la colonisation, parrainée notamment par le Sénégal et la Nouvelle-Zélande, Israël a rappelé ses ambassadeurs dans ces deux pays et annulé son programme d'aide au Sénégal, de même qu'une visite prévue du ministre sénégalais des Affaires étrangères.

«Les deux dirigeants ont annoncé la fin de la crise entre leurs deux pays», selon le communiqué du Premier ministre israélien. Le texte de la présidence sénégalaise, bien qu'intitulé «communiqué conjoint», ne reprend pas cette formulation, indiquant néanmoins, au sujet de la levée des sanctions diplomatiques israéliennes, que «le président Macky Sall a apprécié avec satisfaction ces mesures».

Retour d'Israël dans l'UA

Les deux dirigeants sont convenus du retour au Sénégal de l'ambassadeur d'Israël, de l'organisation prochaine de la visite du chef de la diplomatie sénégalaise, suspendue en raison de ce différend, et de la reprise de leur coopération, selon les deux communiqués.

En outre, «le Sénégal soutiendra la candidature d'Israël comme observateur à l'Union africaine» (UA), selon les services du gouvernement israélien. Sur ce point, Dakar se borne à indiquer que «dans l'esprit de la Déclaration conjointe Cédéao/Israël issue du sommet de Monrovia, le Sénégal a pris bonne note de l'intention de l'Etat d'Israël de bénéficier d'un statut d'observateur auprès de l'Union africaine».

Dans son discours devant les dirigeants de la Cédéao dimanche, Benjamin Netanyahu a réitéré son souhait de voir Israël retrouver auprès de l'UA le statut d'observateur dont il bénéficiait au sein de l'Organisation de l'unité africaine (OUA) jusqu'en 2002.

Le roi du Maroc Mohammed VI, dont la Cédéao examinait dimanche la demande d'adhésion à l'organisation, a renoncé à assister au sommet en raison de tensions, selon Rabat, dues à l'invitation adressée au Premier ministre israélien. (afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée