Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

21 août 2017 1 21 /08 /août /2017 01:24

QUÉBEC La pagaille est totale - HEURTS ENTRE POLICE ET MANIF PRO-IMMIGRATION

Des violences ont eu lieu à Québec en marge d'une contre-manif anti-raciste

Des heurts ont eu lieu entre la police de Québec et quelques dizaines de manifestants anti-racistes, dimanche, alors qu'une manif pro-immigration tentait de contrer un rassemblement d'extrême-droite. (Image - dimanche 20 août 2017)

Des heurts ont eu lieu entre la police de Québec et quelques dizaines de manifestants anti-racistes, dimanche, alors qu'une manif pro-immigration tentait de contrer un rassemblement d'extrême-droite. (Image - dimanche 20 août 2017) Image: AFP

Des échauffourées ont éclaté entre la police et quelques dizaines de militants antiracistes en marge d'une manifestation en faveur de l'immigration dimanche à Québec alors qu'une autre manifestation prévue par des militants d'extrême droite a peu mobilisé, a constaté une journaliste AFP.

Quelques centaines de personnes se sont réunies en début d'après-midi au centre de Québec à l'appel du collectif Bienvenue aux réfugiés et pour faire barrage à un rassemblement d'environ 400 à 500 militants nationalistes d'extrême droite qui sont restés dans un stationnement de la ville une bonne partie de la journée avant de défiler en silence.

Pour chercher à isoler les deux rassemblements, la police avait érigé un cordon de sécurité mais a finalement demandé la dissolution de la manifestation antiraciste où quelques individus cagoulés ont lancé des projectiles sur les policiers et des bagarres sporadiques ont éclaté entre manifestants, faisant quelques blessés légers.

Déclarée illégale

 
 

«Étant donné des actions de violence et de vandalisme, la manifestation est illégale», a posté sur son compte Twitter la police de Québec, signifiant la dissolution de la manifestation. La police a indiqué avoir procédé à une arrestation.

 

 

 

La contre-manifestation avait été organisée en réponse au groupe d'extrême droite La Meute, qui avait appelé les Québécois à s'élever contre les mouvements migratoires au Canada.

Outre les 40'000 réfugiés accueillis depuis fin 2015, de nombreux migrants continuent d'arriver illégalement via la frontière avec les Etats-Unis, principalement depuis l'entrée en fonction du président Donald Trump.

Après l'entrée de 6500 demandeurs d'asile au premier semestre, environ 7000 ont pénétré au Canada via la province du Québec depuis début juillet, dont environ 6000 Haïtiens. Ce flux s'est accéléré avec la fin prévue d'ici janvier 2018 du Statut de protection temporaire (TPS) accordé à près de 60'000 Haïtiens après le séisme de 2010 par les Etats-Unis, l'administration de Donald Trump ayant fait savoir qu'il ne serait pas prolongé.

Revendications

Le groupuscule La Meute avait appelé les Québécois à venir réclamer du gouvernement «la souveraineté» des frontières et la protection de la qualité de vie du peuple tout en assurant «des conditions favorables à l'intégration des immigrants légaux par une gestion responsable de nos ressources et des fonds publics».

Les militants de La Meute, arborant des drapeaux noirs frappés d'une patte de loup blanche, et plus discrètement quelques drapeaux québécois bleus avec la fleur de lys blanche ont défilé en silence avec en tête une pancarte avec l'inscription «Immigration illégale». (afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
19 août 2017 6 19 /08 /août /2017 17:49

FINLANDE L'AUTEUR PRÉSUMÉ EST UN MAROCAIN DE 18 ANS

La police détient à présent six personnes, dont l'auteur de l'agression qui a coûté la vie à deux personnes vendredi à Turku.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

La police finlandaise a annoncé samedi qu'elle traitait comme un acte terroriste l'attaque au couteau commise la veille à Turku, dans le sud-ouest du pays. L'agresseur présumé, blessé et interpellé par la police, est un Marocain âgé de 18 ans.

«L'attaque a d'abord été qualifiée de meurtre, mais pendant la nuit, nous avons reçu des informations supplémentaires qui indiquent que les infractions pénales sont maintenant des meurtres et tentatives de meurtres à caractère terroriste», a déclaré la police dans un communiqué. La police a programmé une conférence de presse à 13h.

La police avait rapidement arrêté vendredi le principal suspect armé d'un couteau, le blessant par balles à la jambe, sur une place du centre-ville de cette ville portuaire du sud-ouest de la Finlande. L'homme avait poignardé à mort deux personnes. Il s'agit de deux Finlandais.

Le bilan des blessés a été revu à la hausse, passant de six à huit, dont trois actuellement hospitalisés en soins intensifs. Deux Suédois et un Italien figurent parmi les blessés.

 
 

Cinq arrestations

«Nous avons maintenant six suspects en détention, le principal suspect et cinq autres», a déclaré à l'AFP le commissaire Markus Laine, du Bureau national d'enquête.

«Nous enquêtons sur le rôle de ces cinq autres personnes, mais nous ne sommes pas encore sûrs si elles ont un lien» avec l'attaque, a ajouté M. Laine. «Nous allons les interroger et nous pourrons ensuite en dire plus (...). Mais ils ont été en contact avec le principal suspect».

Le niveau d'alerte a été renforcé dans tout le pays, notamment à l'aéroport d'Helsinki et dans les gares de la capitale. (afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
17 août 2017 4 17 /08 /août /2017 22:46

AUSTRALIE UNE ÉLUE EN BURQA AU PARLEMENT

Une sénatrice d'extrême droite s'est présentée au Sénat revêtue d'une burqa avant d'appeler à son interdiction dans le pays.

La sénatrice Pauline Hanson, connue pour ses positions anti-musulmanes, a tenté un coup de pub audacieux pour l'interdiction de la burqa en Australie.

La sénatrice Pauline Hanson, connue pour ses positions anti-musulmanes, a tenté un coup de pub audacieux pour l'interdiction de la burqa en Australie. Image: EPA LUKAS COCH/Keystone

Dans le cadre d'une campagne visant à interdire le port de la burqa en Australie, la sénatrice Pauline Hanson, leader du parti d'extrême droite «One Nation», s'est présentée revêtue du vêtement religieux devant le Sénat.

Elle est ainsi restée durant plusieurs minutes avant de retirer la burqa et d'appeler à son interdiction dans le pays pour des raisons de sécurité, rapporte The Guardian.

 
 

Un geste qui a provoqué l'indignation de bon nombre d'élus, à commencer par George Brandis, leader de la majorité du Sénat. «Nous n'interdirons pas la burqa», a-t-il déclaré à l'attention de la sénatrice. «Je vous recommande et vous conseille d'être très, très prudente de l'insulte que vous pourriez faire aux sensibilités religieuses d'autres Australiens.»

Avant d'ajouter: «Nous avons près d'un demi-million d'Australiens de confession musulmane dans ce pays et la grande majorité d'entre eux sont respectueux de la loi, de bons Australiens. Le fait d'être un citoyen australien respectueux de la loi est tout à fait compatible avec celui d'être musulman.»

Des propos qui lui ont valu une «standing ovation» de la part de ses collègues de parti.

(Le Matin)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
17 août 2017 4 17 /08 /août /2017 22:45

EUROPE DES MILLIERS DE DJIHADISTES AUX PORTES DE L'EUROPE

Entre 1200 et 3000 Européens ayant combattu avec l'Etat islamique en Irak et Syrie pourraient revenir sur le Vieux continent, selon des experts.

Image d'archive.

Image d'archive. Image: AFP

Un rapport d'experts prévoit de nombreux retours de combattants qui appelle les pays concernés à préparer minutieusement la gestion de ces retours à risques.

«La plupart des pays membres de l'Union européenne s'attendent à une augmentation lente mais progressive des retours de combattants» de l'EI et du groupe Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ancien front al-Nosra, lié à Al-Qaïda), souligne le Réseau européen de sensibilisation à la radicalisation (Radicalization awareness network, RAN), créé par la Commission européenne, dans ce rapport dont l'AFP a pris connaissance jeudi.

Retour en cas de défaite de l'EI

Le nombre de ces «revenants» devrait notamment augmenter si le «califat» autoproclamé de l'EI, qui a beaucoup cédé de territoire en Syrie et Irak ces derniers mois, «est vaincu militairement ou s'effondre», note-t-il dans un rapport remis en juillet aux pays membres de la Commission.

 
 

Diverses estimations prévoient «entre 1200 et 3000 retours» d'Européens avec «des antécédents différents», en grande partie «des femmes et des enfants», ajoute le RAN, qui estime qu'«environ 30%» sont déjà rentrés, en connaissance des autorités - ils sont alors souvent arrêtés - ou clandestinement.

42'000 combattants de 120 pays

Selon le RAN, «plus de 42'000 combattants terroristes étrangers» ont voyagé pour rejoindre Daech (acronyme arabe de l'EI) depuis plus de 120 pays entre 2011 et 2016 - un afflux d'une ampleur inédite dans l'histoire du jihad dans le monde - dont «plus de 5000» d'Europe.

Ces derniers sont pour beaucoup partis «de Belgique, de France, d'Allemagne et du Royaume-Uni, d'Autriche, du Danemark, de Finlande, d'Italie, des Pays-Bas, d'Espagne et de Suède», ajoute-t-il, en précisant que le taux de retour «est plus élevé», proche de la moitié, pour le Danemark, la Suède et le Royaume-Uni.

15 à 20% sont morts sur place, 30 à 35% sont déjà rentrés et environ 50% sont encore en Syrie et en Irak, selon l'Union européenne.

Alors que la mobilisation des combattants étrangers a semblé atteindre un pic en 2015, la perspective de retours importants est «une préoccupation sérieuse et croissante» en Europe, sachant que certains «revenants» ont participé aux attaques islamistes de novembre 2015 à Paris et de mai 2014 et mars 2016 à Bruxelles, souligne le rapport.

Ils peuvent également revenir car ils ont perdu leurs illusions, ont des remords, par opportunisme (ils sont toujours radicaux mais veulent de meilleures conditions de vie), pour intégrer une cellule djihadiste, dormante en Europe, ou de manière involontaire (lorsqu'ils sont arrêtés), explique-t-il.

«Deux générations de revenants»

Le rapport distingue deux générations de «revenants». La première, majoritairement masculine, inclut ceux qui sont allés en Syrie pour raisons humanitaires ou combattre le régime de Bachar el-Assad, plus portés à revenir désillusionnés et possiblement moins violents que la seconde, l'actuelle, plus aguerrie, idéologisée et peut-être de retour en Europe avec le souhait d'y mener des attentats.

«La plupart d'entre eux seront victimes de traumatismes pour avoir causé ou été témoins de violences», souligne enfin le RAN qui, au-delà du constat, présente un catalogue de mesures pour encadrer au mieux ces retours, notamment une évaluation rapide des niveaux de dangerosité, un traitement complet et individualisé de chaque cas mettant l'accent sur la normalisation et la resocialisation.

Après s'être emparé en 2014 de vastes territoires en Irak, l'EI a perdu ces deux dernières années beaucoup de terrain face aux offensives de l'armée irakienne aidée par la coalition internationale antijihadistes dirigée par les Etats-Unis, qui on notamment repris la ville de Mossoul après de longs combats. L'organisation islamiste est également en perte de vitesse en Syrie, où elle est en difficulté à Raqa (nord), sa «capitale» de facto. (afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
17 août 2017 4 17 /08 /août /2017 22:41

ATTENTAT DE BARCELONE CARNAGE SUR LA RAMBLA, CŒUR TOURISTIQUE LA VILLE

L'attentat terroriste a ciblé l'artère la plus célèbre de Barcelone, toujours très prisée des nombreux touristes étrangers.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

La Rambla, la plus célèbre artère de Barcelone, était remplie de touristes lorsqu'une camionnette a foncé sur la foule jeudi, laissant un spectacle de carnage et de chaos.

«Il y avait des corps par terre avec les gens qui s'attroupaient autour d'eux. Les gens pleuraient», raconte à l'AFP Xavi Perez, qui vend des magazines sportifs à peine cent mètres du lieu où a été commise l'attaque. Cette attaque, qualifiée de «terroriste» par la police, a fait 13 morts et plus de cent blessés, selon Joaquin Forn, le responsable de l'Intérieur du gouvernement régional catalan.

Parmi les étrangers qui déambulaient sur l'avenue au moment où le véhicule a percuté la foule, se trouvait Aamar Anwar, un avocat défenseur des droits de l'homme écossais venu pour une conférence.

«Soudain, j'ai entendu un fracas et toute la rue s'est mise à courir en criant», a-t-il déclaré à la chaîne Sky News, évoquant des milliers de personnes saisies par la panique. «J'ai vu une femme près de moi qui pleurait» en cherchant ses enfants, a-t-il dit. Mais en à peine «30 secondes, les véhicules de police, les policiers armés arrivaient, nous avons été isolés et rapidement repoussés» en dehors de la zone de l'attaque, a-t-il ajouté.

 
 

Deux suspects arrêtés

Un autre témoin a vu un homme en train de s'enfuir. «J'ai vu un homme courir vers le bas de la Rambla, poursuivi par la police, et il a laissé tomber un objet en métal noir, ça avait l'air d'un pistolet ou d'un taser», a expliqué Sergio à l'AFP. Un autre témoin interrogé par la télévision espagnole TVE a dit avoir vu un suspect au moment de l'attentat. «Il a une vingtaine d'années, il est très jeune, les cheveux foncés et un visage fin», a-t-il dit.

Deux suspects ont été arrêtés, et l'un d'eux identifié. Les passants mis en fuite par l'attaque ont rapidement été remplacés par des policiers armés qui ont mis en place un cordon de sécurité. «Les véhicules de police arrivaient les uns derrière les autres», raconte Aamar Anwar.

Une touriste, Susan McLean, qui se trouvait à 100 mètres, évoque une foule prise de panique. «Soudain, un grand nombre de personnes ont couru vers nous, hystériques, des enfants hystériques. Ils ont d'abord dit qu'on avait tiré sur quelqu'un».

«Ca s'est calmé un moment puis soudain une seconde vague a dévalé la rue», a-t-elle raconté à Sky News. «Nous pouvions voir la police, nous pouvions voir toutes les voitures à l'arrêt», a-t-elle ajouté, précisant qu'elle avait pu se réfugier à son hôtel qui se trouvait une rue plus loin. «La police faisait son travail. Nous n'avions vraiment aucune idée de ce qu'il se passait, à part que nous devions quitter très rapidement» les lieux, a-t-elle dit.

«Un bruit d'écrasement»

Tom Gueller, qui vit dans une rue voisine, s'est enfui lorsqu'il a vu la camionnette percutant la foule. «J'ai entendu des hurlements et un bruit d'écrasement», a-t-il raconté à la BBC. «J'ai vu cette camionnette qui descendait les Ramblas au milieu à fond la caisse et j'ai immédiatement compris qu'il s'agissait d'une attaque terroriste ou quelque chose d'approchant». La camionnette fonçait «droit devant au milieu de la foule en plein milieu de l'avenue», selon son témoignage.

Steve Garrett, venu de Grande-Bretagne, s'est abrité dans une boulangerie, dans un marché à proximité. L'attaque de jeudi lui a rappelé celle de Londres. En mars, un homme avait lancé sa voiture sur la foule sur le pont de Manchester, tuant quatre personnes.

Les policiers armés sont alors apparus, explorant la zone du marché. «Ils semblaient chercher quelqu'un, ils avançaient avec une grande prudence, étal par étal», se souvient-il. (afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
17 août 2017 4 17 /08 /août /2017 01:00

GAZA HAMAS: ATTENTAT SUICIDE À UN POINT DE CONTRÔLE

Un homme s'est fait exploser jeudi dans le sud de la bande de Gaza, à un point de contrôle du Hamas.

Un inconnu s'est fait exploser jeudi à un point de contrôle duHamas dans le sud de la bande de Gaza, a annoncé le mouvement islamiste palestinien qui gouverne ce territoire.

«Tôt ce matin, les forces de sécurité ont arrêté deux individus qui s'approchaient de la frontière sud» de la bande avec l'Egypte, a déclaré un porte-parole du ministère de l'Intérieur de Gaza. «L'un d'eux s'est fait exploser, se tuant lui-même et blessant l'autre ainsi qu'un certain nombre de membres des forces de sécurité», a indiqué ce porte-parole. (afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 05:22

OEUFS CONTAMINÉS LES NÉERLANDAIS SUBISSENT DES PERTES MASSIVES

L'affaire des oeufs contaminés engendre des pertes estimées à des dizaines de millions d'euros pour les éleveurs de volaille et détaillants néerlandais.

Des oeufs non contaminés étaient de retour dans les rayons de nombreux magasins à travers les Pays-Bas.

Des oeufs non contaminés étaient de retour dans les rayons de nombreux magasins à travers les Pays-Bas.Image: Keystone

Les éleveurs de volaille et détaillants néerlandais ont estimé à des dizaines de millions d'euros lundi les pertes dues au scandale des oeufs contaminés qui s'est largement répandu en Europe. Par ailleurs, des suspects sont attendus devant le juge mardi.

«Les dommages s'établissent aux alentours de 150 millions d'euros pour le moment», a rapporté Mark de Jong, porte-parole de l'association des agriculteurs et maraîchers du sud des Pays-Bas ZLTO. Il a souligné que ce chiffre pouvait «encore augmenter.»

«Pour les chaînes de supermarchés, les pertes ont atteint des dizaines de millions d'euros», a ajouté René Roorda, directeur de la fédération de détaillants CBL, qui compte parmi ses membres les géants de la distribution alimentaire Albert Heijn, Aldi, Lidl et Jumbo. «Nous avons dû retirer des oeufs des rayons de 4000 supermarchés. Des millions ont dû être détruits», a rapporté M. Roorda auprès de l'agence de presse nationale ANP.

Elevages fermés

 
 

Tandis que des oeufs non contaminés étaient de retour dans les rayons de nombreux magasins à travers le pays, des dizaines d'élevages de volailles restaient fermés depuis la révélation au grand public le 1er août de la contamination des oeufs par le fipronil, dangereux pour la santé humaine.

Le syndicat néerlandais des aviculteurs n'avait pas encore estimé le montant total du préjudice, a fait savoir sa trésorière Iris Odink-Schrijver à l'AFP. «A ce stade, nous sommes toujours en train de désinfecter nos poulaillers, en espérant enfin se débarrasser du fipronil», a-t-elle dit.

Comparution à huis clos

Pendant ce temps, deux hommes âgés de 31 et 24 ans devaient comparaître mardi pour la première fois dans le cadre de cette affaire devant un juge du tribunal de Zwolle (centre). Il s'agirait des propriétaires de Chickfriend, une entreprise néerlandaise démarchée par des agriculteurs pour éradiquer le pou rouge, un parasite, dans leurs poulaillers.

«Ils comparaîtront à huis clos devant un juge qui décidera s'ils doivent rester en détention ou pas», a fait savoir à l'AFP Marieke van der Molen, porte-parole du parquet.

17 pays touchés

Des oeufs contaminés par le fipronil ont été signalés dans 17 pays européens, l'affaire ayant même atteint Hong Kong. Dernier en date: l'Autriche qui a confirmé lundi être également concernée.

Le fipronil est un insecticide courant utilisé pour les animaux de compagnie contre les poux, les tiques et les acariens. Son utilisation est interdite sur les animaux destinés à la chaîne alimentaire dans l'Union européenne.

L'affaire a provoqué des affrontements entre les trois pays au centre de la crise, la Belgique, les Pays-Bas et l'Allemagne, chacun s'accusant de ne pas avoir agi plus tôt. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 05:13

MALI ATTAQUES CONTRE L'ONU: AU MOINS 9 MORTS

Neufs personnes dont un Casque bleu sont mortes lors de deux attaques distinctes menées contre la mission de l'ONU au Mali.

Des Casques bleus ont été également blessés lors de l'attaque, mais les six terroristes ont été neutralisés», a déclaré à l'AFP, une source au sein de la mission de l'ONU au Mali à Tombouctou. (Photo d'archives)

Des Casques bleus ont été également blessés lors de l'attaque, mais les six terroristes ont été neutralisés», a déclaré à l'AFP, une source au sein de la mission de l'ONU au Mali à Tombouctou. (Photo d'archives) Image: AFP

Neuf personnes, dont un Casque bleu togolais et cinq agents de sécurité maliens, ont été tuées lundi lors de deux attaques distinctes contre la mission de l'ONU au Mali (Minusma).

Ces attaques -auxquelles s'ajoute un attentat meurtrier dimanche au Burkina Faso (18 morts)- sont survenues alors que le Conseil de sécurité des Nations unies doit discuter mardi de la sécurité en Afrique. La constitution d'une force internationale antidjihadistes au Sahel doit y être évoquée.

Une première attaque d'«hommes armés non identifiés» a visé des camps de la Minusma à Douentza, dans le centre du pays, a annoncé la force de l'ONU au Mali. Un Casque bleu togolais et un soldat malien ont été tués. Un autre Casque bleu a été blessé.

«Un premier groupe d'assaillants a tiré sur un camp de la Minusma à partir d'une colline adjacente. En réaction, les forces armées maliennes, établies à proximité du camp, ont riposté», a expliqué la Minusma. «Un second groupe se dirigeant à pied vers l'autre camp de la Minusma a ouvert le feu. Les Casques bleus ont riposté et deux assaillants ont été abattus», a ajouté la mission onusienne, condamnant «cette attaque terroriste révoltante».

 
 

Lors d'une attaque distincte dans l'après-midi, des hommes armés ont pris d'assaut le quartier-général de la Minusma à Tombouctou (nord-ouest). Cinq gardes maliens de la mission de l'ONU, un membre de la gendarmerie malienne et un agent civil contractuel de la Minusma, ont été tués, a indiqué la Minusma. En outre, un garde de sécurité malien et six Casques bleus ont été blessés, dont deux grièvement.

«Abattus lors de la riposte»

«Six assaillants ont été abattus lors de la riposte», a précisé l'ONU. Une force de réaction rapide et des hélicoptères d'attaque ont été déployés pour «sécuriser» le QG et «traquer d'éventuels assaillants», a-t-elle expliqué.

Selon un responsable du gouvernorat de Tombouctou, les «terroristes» étaient armés de grenades et de Kalachnikov. «Dès qu'ils sont arrivés devant l'entrée principale de la Minusma à Tombouctou, ils ont ouvert le feu sur les agents de sécurité d'une société de gardiennage qui travaille pour la Minusma», a déclaré à l'AFP une source sécuritaire malienne.

Le chef de la Minusma, Mahamat Saleh Annadif, a condamné un «acte lâche et ignoble». Ces attaques à Douentza et Tombouctou contre les Casques bleus «peuvent constituer des crimes de guerre en vertu du droit international», a abondé à New York le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres.

Dans un communiqué, les 15 membres du Conseil de sécurité ont aussi condamné les attaques contre les camps de l'ONU «qui ont causé la mort d'un Casque bleu togolais et blessé un autre». Ils appellent le Mali à enquêter «rapidement» sur ces attaques et à traduire leurs auteurs devant la justice.

Force de 5000 hommes

Mardi, lors d'une réunion prévue de longue date, le Conseil de sécurité doit notamment discuter de la création d'une force militaire par les pays du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad) pour renforcer les dispositifs militaires nationaux et multinationaux dans la région. Cette force de quelque 5000 hommes devrait être opérationnelle à l'automne, mais son financement est loin d'être assuré. Son coût est estimé à plus de 420 millions d'euros.

En mars-avril 2012, le nord du Mali est tombé sous la coupe de groupes djihadistes liés à Al-Qaïda à la faveur d'une déroute de l'armée face à la rébellion, d'abord alliée à ces groupes qui l'ont ensuite évincée.

Ces groupes armés en ont été en grande partie chassés par une intervention militaire internationale conduite par la France, qui se poursuit actuellement. Des zones entières échappent cependant toujours au contrôle des forces maliennes et étrangères, régulièrement visées par des attaques meurtrières, malgré un accord de paix censé isoler définitivement les djihadistes.

Dans son communiqué, le Conseil de sécurité se dit préoccupé face à la situation sécuritaire au Mali. Il exhorte «les parties maliennes à appliquer totalement cet accord sans nouveau retard». «Sa pleine application et l'intensification des efforts contre des menaces asymétriques peuvent contribuer à améliorer la situation sécuritaire au Mali», estiment les membres du Conseil.

 

 

(afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
14 août 2017 1 14 /08 /août /2017 06:26

ARMEMENT L'IRAN VA S'ARMER FACE AUX ETATS-UNIS

Le Parlement iranien a voté une rallonge pour développer son programme balistique, dimanche.

L'Iran veut se préserver de l'«aventurisme» américain.

L'Iran veut se préserver de l'«aventurisme» américain. Image: Keystone

Le Parlement iranien a voté l'allocation de 520 millions de dollars pour développer le programme balistique de l'Iran et renforcer les activités régionales des Gardiens de la révolution, armée d'élite du régime. Cela en réponse à l'«aventurisme» des Etats-Unis.

«Les Américains devraient savoir qu'il ne s'agit là que de notre première action», a prévenu le président du Parlement, Ali Larijani. Il avait auparavant annoncé un vote à une majorité écrasante en faveur d'un train de mesures destinées à «faire face aux actions terroristes et aventuristes des Etats-Unis dans la région».

Sans opposition aucune, 240 élus (sur 244 présents) ont voté en faveur du projet de loi, qui prévoit l'allocation de 260 millions de dollars pour le «développement du programme de missile» et d'une somme équivalente pour la Force Qods, la branche des Gardiens de la révolution chargée des opérations extérieures, a indiqué l'agence officielle IRNA.

Accord international

 
 

«Ce projet de loi (voté dimanche par le Parlement iranien) est soutenu par le ministère des Affaires étrangères et le gouvernement. Il fait partie d'une série de mesures proposées par le comité de supervision du JCPOA pour faire face à la récente loi (votée par le) Congrès américain», a déclaré dimanche Abbas Araghchi, haut négociateur et vice-ministre iranien des Affaires étrangères.

Il fait référence à l'accord international sur le programme nucléaire de la République islamique, connu sous son acronyme JCPOA (Joint Comprehensive Plan of Action), signé en grande pompe le 14 juillet 2015 à Vienne par l'Iran et des grandes puissances (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne).

Donald Trump n'a cessé de critiquer cet accord, qu'il qualifie d'«horrible», mais ne l'a pour l'heure pas remis en cause. L'Iran, qui n'entretient plus de relations diplomatiques avec les Etats-Unis depuis 1980, assure de son côté que les dernières sanctions américaines sont une «violation» de cet accord.

Contre les Etats-Unis

Le document voté dimanche à Téhéran considère «toutes les forces militaires et de renseignement américaines comme des groupes terroristes» en raison de leur «soutien implicite et explicite à des groupes terroristes» et «à des dictatures et des régimes qui violent les droits humains fondamentaux» au Moyen-Orient.

Ce projet de loi doit être ratifié par le Conseil des gardiens de la Constitution. Il demande au ministère des Affaires étrangères de publier une liste de personnes à sanctionner dans le but de confisquer leurs avoirs et de bloquer leurs transactions financières, en excluant les lanceurs d'alerte qui révèleraient les «activités illégales, crimes, tortures et fraudes électorales» des Etats-Unis.

Elle enjoint également au ministère de l'Economie de rendre prioritaires les accords commerciaux avec les pays et les sociétés qui ignorent les sanctions contre l'Iran. Avec ce «message direct» aux Etats-Unis, l'Iran veut «montrer qu'il n'est pas satisfait des violations (de l'accord nucléaire, ndlr) tout en faisant en sorte de ne pas lui-même le violer», a déclaré à l'AFP Foad Izadi, professeur de Politique internationale à l'université de Téhéran. Selon lui, l'idée est qu'en faisant payer aux Etats-Unis leurs «violations», ils y réfléchiront à deux fois à l'avenir, ce qui permettra in fine de préserver l'accord nucléaire.

Nouvelles sanctions étasuniennes

Ce vote survient après de nouvelles sanctions américaines annoncées en juillet contre le programme de missiles balistiques de l'Iran. Le département d'Etat américain considère l'Iran comme le «premier Etat soutien du terrorisme» dans le monde.

«Les Etats-Unis demeurent profondément préoccupés par les activités pernicieuses de l'Iran au Moyen-Orient, qui sapent la stabilité, la sécurité et la prospérité de la région», avait alors affirmé la porte-parole de la diplomatie américaine Heather Nauert.

Elle avait dénoncé «le soutien continu de l'Iran à des groupes terroristes tels que le Hezbollah, le Hamas et le Djihad islamique palestinien qui menacent Israël et la stabilité au Moyen-Orient».(ats/afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
13 août 2017 7 13 /08 /août /2017 04:26

ETATS-UNIS UN RASSEMBLEMENT À CHARLOTTESVILLE VIRE AU DRAME

Lors d'un rassemblement de l'extrême droite en Virginie, une voiture a foncé sur les contre-manifestants tuant une femme.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Un rassemblement de mouvements d'extrême droite américains a dégénéré en violences qui ont fait un mort et des dizaines de blessés samedi à Charlottesville (Virginie), suscitant une controverse après une prise de position ambiguë du président Donald Trump. L'une des victimes est une femme de 32 ans qui a été tuée lorsqu'une voiture a foncé, volontairement selon des témoins, dans une foule de contre-manifestants venus s'opposer à un rassemblement unitaire de la droite radicale américaine: néo-nazis, suprémacistes blancs, Ku Klux Klan (KKK) jusqu'à la droite alternative ou Alt Right, dont une partie au moins avait soutenu Donald Trump à l'élection présidentielle.

Une voiture fonce sur une foule venue manifester contre l'extrême droite. Plusieurs blessés graves #Charlottesville

21:36 - 12 août 2017Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

Par ailleurs, deux policiers sont morts dans l'accident de leur hélicoptère aux abords de la ville, sans qu'un lien ne soit établi entre cet accident et les violences. Des affrontements entre manifestants des deux camps s'étaient multipliés avant le rassemblement de Charlottesville, finalement annulé par les autorités de cette petite ville historique de l'est des Etats-Unis.

Dos à dos Le président américain Donald Trump a condamné les violences de Charlottesville, sans se prononcer sur la responsabilité de l'un ou l'autre des camps en présence. «Nous condamnons dans les termes les plus forts possibles cette énorme démonstration de haine, de sectarisme et de violence venant de diverses parties», a-t-il déclaré depuis son golf de Bedminster (New Jersey), où il passe ses vacances. 

Donald J. Trump 

 

@realDonaldTrump

We ALL must be united & condemn all that hate stands for. There is no place for this kind of violence in America. Lets come together as one!

20:19 - 12 août 2017Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

En semblant renvoyer dos à dos les deux camps, le président américain a provoqué l'indignation chez les Démocrates mais aussi un malaise chez les Républicains, son propre parti. «La haine et la division doivent cesser, et elles doivent cesser immédiatement», a lancé le président. Interpellé par des journalistes, il a refusé de condamner spécifiquement les mouvements d'extrême droite. 

La démocrate Hillary Clinton, battue par M. Trump à l'élection présidentielle de 2016, l'a critiqué sans le nommer. «Chaque minute où nous permettons à cela de se poursuivre par un encouragement tacite ou par inaction est une honte et un danger pour nos valeurs», a-t-elle tweeté.8h

Hillary Clinton 

 

 @HillaryClinton

En réponse à @HillaryClinton

But the incitement of hatred that got us here is as real and condemnable as the white supremacists in our streets.

Hillary Clinton 

 

@HillaryClinton

Every minute we allow this to persist through tacit encouragement or inaction is a disgrace, & corrosive to our values.

23:09 - 12 août 2017

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

Le sénateur républicain de Floride, Marco Rubio, est lui aussi intervenu sur Twitter. «Très important pour la nation d'entendre le président décrire les événements de Charlottesville pour ce qu'ils sont, une attaque terroriste menée par des suprémacistes blancs».

Marco Rubio 

 

@marcorubio

Very important for the nation to hear @potus describe events in #Charlottesville for what they are, a terror attack by #whitesupremacists

00:30 - 13 août 2017

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

«Une fille au sol a été mutilée» L'ex-président Barack Obama est sorti de sa réserve en citant Nelson Mandela: «Personne ne naît en haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau, ou de ses origines, ou de sa religion».

 

Barack Obama 

 

@BarackObama

"No one is born hating another person because of the color of his skin or his background or his religion..."

03:06 - 13 août 2017

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

 

Dans la soirée, le ministre de la Justice Jeff Sessions a dénoncé «l'intolérance raciale et la haine». Les violences de Charlottesville «trahissent nos valeurs fondamentales et ne peuvent être tolérées», a-t-il dit. Le FBI, la police fédérale, a annoncé l'ouverture d'une enquête sur les circonstances dans lesquelles la voiture a foncé sur la foule, tuant la jeune femme de 32 ans et blessant 19 autres personnes. Le conducteur du véhicule a été placé en garde à vue et la police traite les faits comme un «homicide criminel», a déclaré le chef de la police de Charlottesville, Al Thomas. Selon la chaîne de télévision CNN, le suspect, James Alex Fields Jr, 20 ans, originaire de l'Ohio, a été inculpé de meurtre, de blessures et de délit de fuite. «On marchait dans la rue quand une voiture, une berline noire ou grise, nous a foncé dessus, elle a percuté tout le monde. Puis elle a reculé et nous a encore heurtés», a déclaré un témoin à l'AFP. «Une fille au sol a été mutilée. C'était volontaire, ils ont fait exprès de faire marche arrière», a raconté un autre homme qui avait assisté à la scène. Une quinzaine d'autres personnes ont subi des blessures à d'autres moments des manifestations et contre-manifestations.  L'annonce de ce rassemblement de mouvements d'extrême droite, qui voulaient dénoncer le projet de démontage de la statue d'un général sudiste et favorable à l'esclavage de la guerre de Sécession, suscitait les plus grandes inquiétudes. Il se présentait comme l'un des plus importants de cette mouvance politique depuis au moins une décennie avec des centaines de participants, selon les organisations antiracistes. Dès le début de la journée, de nombreux manifestants arboraient des armes semi-automatiques, comme le permet la loi en Virginie. Et devant de premières échauffourées très violentes, les autorités locales décrétaient l'état d'urgence et l'interdiction du rassemblement.

Drapeaux confédérés et salut nazi De nombreux partisans de l'extrême droite brandissaient des drapeaux confédérés, que beaucoup d'Américains considèrent comme un symbole de racisme. Certains faisaient le salut nazi. Les militants anti-racistes agitaient des drapeaux du mouvement Black Lives Matter (BLM), qui proteste régulièrement contre les décès de Noirs victimes d'usage excessif de la force par la police. Ils scandaient des slogans comme «Nous disons non à la peur raciste» ou «Pas de nazis, pas de KKK, pas de fascistes aux USA». En fin d'après-midi, le centre de Charlottesville était pratiquement désert à part une forte présence des forces de sécurité. Dans la soirée, le gouverneur de Virginie a attaqué les groupes d'extrême droite. «J'ai un message pour tous les suprémacistes blancs et les nazis qui sont venus aujourd'hui à Charlottesville. Notre message est simple et clair. Rentrez chez vous. Vous n'êtes pas les bienvenus dans cette belle communauté», a-t-il dit. 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée