Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

30 novembre 2016 3 30 /11 /novembre /2016 02:41

 

Le Fatah, principal parti palestinien, a ouvert mardi son premier Congrès depuis sept ans et a réélu d'emblée à sa présidence Mahmoud Abbas, vieillissant et affaibli par une contestation populaire et interne.

Dès l'ouverture, les 1400 membres ont voté pour reconduire - «par consensus» selon un porte-parole - M. Abbas, 81 ans et également chef de l'Autorité palestinienne et de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), à la tête de leur parti.

Pas de débats

Cette élection n'a pas suscité de débats. En revanche celles, à partir de vendredi, des instances dirigeantes du Fatah, le Conseil révolutionnaire -- 80 membres élus et une quarantaine nommés -- et le Comité central -- 18 membres élus et quatre nommés par le président, s'annoncent plus serrées.

Leurs résultats donneront une idée du poids des différents courants au sein du Fatah, en proie à des divisions internes et au sein duquel M. Abbas tente d'écarter les voix dissonantes, notamment les partisans de Mohammed Dahlane, principal opposant au président qui vit en exil aux Emirats arabes unis, affirment des analystes.

Les cadres récemment écartés

A la mi-journée, des cadres, récemment écartés du parti, ont assuré avoir fait les frais de cette politique.

Dimitri Diliani, élu au Conseil révolutionnaire lors du dernier Congrès en 2009 n'a pas été invité cette année avec des dizaines d'autres parce que, dit-il à l'AFP, «nous portons une voix différente». Il comptait tenir avec d'autres dans un camp de réfugiés proche de Ramallah une conférence de presse, annulée au dernier moment après «des menaces, dont certaines de mort, des services de sécurité».

Jibril Rajoub, membre du Comité central venu des services de sécurité, reconnaît qu'une «erreur» a été commise vis-à-vis «des opposants et des dissidents» qui n'ont pas été invités. Il assure toutefois que «personne n'est visé» et que «la priorité est de tenir le Congrès».

Car ce rassemblement doit, dit-il, avant tout permettre de revoir de fond en comble l'organisation du mouvement, fondé en 1959. «Le système des années 1960 ne marche plus en 2016», affirme-t-il à l'AFP.

Une prochaine étape compliquée

«Il faut prendre en compte les circonstances actuelles: le système a été créé lorsque nous étions en diaspora et nous sommes maintenant sur le sol national, il a été mis en place pour une étape révolutionnaire, maintenant nous avons un Etat».

Ces élections permettront de «choisir des dirigeants pour la prochaine étape», explique à l'AFP Saëb Erakat, numéro deux de l'OLP, candidat pour un nouveau mandat au sein du Comité central, selon une source proche.

Une prochaine étape qui s'annonce compliquée alors que le processus de paix est au point mort depuis des années, que la question palestinienne a été reléguée à l'arrière plan diplomatique par les autres crises régionales et que la division entre l'Autorité palestinienne qui contrôle la Cisjordanie et le Hamas islamiste qui tient la bande de Gaza empêche la tenue d'élections depuis dix ans.

Artisan des accords d'Oslo

Lors de son long discours de politique générale M. Abbas, artisan des accords d'Oslo signés en 1993 avec Israël qui devaient créer un Etat qui se fait toujours attendre, devrait aborder toutes ces questions.

Le Fatah est la «colonne vertébrale» de l'OLP, l'entité reconnue internationalement comme représentant les Palestiniens, rappelle Wassel Abou Youssef, membre de la direction de l'OLP issu du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP, gauche historique). Tout changement au sein de ce parti aura donc une incidence sur l'OLP, qui chapeaute l'Autorité palestinienne, entité intérimaire qui perdure faute d'Etat.

L'objectif du Congrès, explique son porte-parole Mahmoud Abou al-Hija, est de déterminer «que faire» face à «l'horizon politique bouché et à l'impasse des négociations». Le Fatah évoquera ainsi, assure-t-il, les différentes initiatives de paix portées par la France ou les pays arabes et la possible saisie du Conseil de sécurité de l'ONU face à la colonisation israélienne qui grignote chaque jour les Territoires occupés.

Occupé par Israël

Depuis plusieurs jours, les préparatifs vont bon train pour accueillir le Congrès du Fatah dans une salle de la présidence à Ramallah, en Cisjordanie, petit territoire palestinien occupé depuis près d'un demi-siècle par Israël. Des tentes ont été installées aux abords du complexe où des policiers ont été déployés en masse pour accueillir les 1.400 membres du Congrès, venus de Cisjordanie, de Gaza et de l'étranger.

Mardi, lors de l'appel des participants, «1'322 membres ont répondu présents et 87 étaient absents», a indiqué M. Abou al-Hija. Ils ont été empêchés de venir de Gaza et du Liban par Israël, qui contrôle toutes les frontières des Territoires palestiniens à l'exception de la frontière sud de Gaza avec l'Egypte, a-t-il ajouté. (afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
30 novembre 2016 3 30 /11 /novembre /2016 02:39

Etats-Unis L'EI revendique l'attaque sur le campus

L'attaque a fait onze blessés lundi soir sur un campus dans l'Ohio. L'agresseur, un jeune étudiant, a été abattu par les forces de l'ordre.

Le ressortissant somalien qui a blessé onze personnes à l'Ohio State University de Columbus, lundi, s'était radicalisé tout seul. Il a agi comme «un loup solitaire», ont indiqué des responsables fédéraux américains mardi.

Les enquêteurs ont fouillé le passé du suspect. Ils n'ont toutefois pas fourni d'explication aux agressions qu'ils a commises sur le campus de l'université où il étudiait.

Le jeune homme, âgé de 20 ans, a d'abord précipité sa voiture sur des passants avant d'attaquer plusieurs autres personnes à l'aide d'un couteau de boucher, faisant onze blessés. Il a été abattu peu après par un policier.

Les enquêteurs n'ont pour l'instant pas trouvé d'éléments montrant des liens éventuels avec d'autres activistes, cellules ou groupes connus, précisent deux agents fédéraux ayant exigé l'anonymat.

Le mode opératoire correspond à celui d'un terroriste isolé. Cela avait déjà été le cas pour le tueur qui avait abattu 49 personnes dans une boîte gay d'Orlando en juin et le meurtrier de quatre Marines et d'un soldat de la Navy dans une fusillade à Chattanooga dans le Tennessee l'an passé. Dans les trois cas, les assaillants étaient musulmans et ont été abattus par la police.

Revendication de l'EI

L'agence de propagande du groupe Etat islamique (EI) Amaq, citée mardi par le centre américain de surveillance des sites djihadistes SITE, a pourtant affirmé que l'auteur de l'attaque était un «soldat de l'Etat islamique». Il a «mené son opération en réponse aux appels à cibler les citoyens de pays de la coalition internationale» qui combat les djihadistes en Irak et en Syrie, a indiqué une «source» anonyme à l'agence.

Dans un message incendiaire posté sur Facebook, le suspect affirmait être «dégoûté et fatigué» de voir des musulmans assassinés. Il se disait «près de l'explosion», a précisé un des agents fédéraux.

Né en Somalie, le jeune homme possédait un permis en règle de résidence aux Etats-Unis où il était arrivé en 2014. Les enquêteurs pensent qu'il aurait séjourné au Pakistan pendant sept ans.

Quatre victimes étaient toujours hospitalisées mardi. Mais leurs jours n'étaient pas en danger.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 08:37

Indonésie Flagellés devant une foule enthousiaste

Deux femmes et trois hommes ont reçu des coups de bâtons devant la population à Aceh, en Indonésie.

Une scène de flagellation en Indonésie.

Une scène de flagellation en Indonésie. Image: Archives/photo d'illustration/AFP

 

Des scènes de flagellation ont eu lieu lundi devant une foule enthousiaste à Aceh, seule province d'Indonésie à appliquer la loi islamique, où cinq personnes ont été frappées à coups de bâton de rotin conformément à la charia.

Une femme de 34 ans coupable d'avoir passé du temps à proximité immédiate d'un homme qui n'était pas son mari a hurlé de douleurs en recevant sept coups de bâton, dans l'enceinte d'une mosquée de Banda Aceh, la capitale de cette région à la pointe nord de l'île de Sumatra (ouest), a constaté un journaliste de l'AFP.

Cris enthousiastes

Une autre femme, âgée de 19 ans, a été frappée à 100 reprises pour avoir eu des relations sexuelles avant le mariage. Elle a baissé la tête, sans réaction. Trois hommes ont également été châtiés.

Ces scènes, où le public lance des cris enthousiastes, se produisent régulièrement. La précédente remonte à octobre, quand 13 personnes, parmi lesquelles six femmes, avaient été sanctionnées à coups de bâton.

Outre les relations entre hommes et femmes non mariés, la consommation d'alcool et les relations sexuelles entre personnes de même sexe ainsi les jeux d'argent y sont interdits.

Aceh est la seule des 33 provinces de ce pays d'Asie du Sud-Est autorisée à appliquer la loi islamique. Elle avait commencé après s'être vu accorder un statut d'autonomie en 2001 par le gouvernement central de Jakarta, pour mettre fin à plusieurs décennies de rébellion séparatiste.

(afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 08:35

Iran Incident entre marines iranienne et américaine

Un acte «risqué et contraire au code professionnel» a eu lieu dans le détroit d'Ormuz samedi.

Illustration: un  hélicoptère SH-60 américain, sur lequel la marine iranienne a braqué ses armes le 26 novembre 2016.

Illustration: un hélicoptère SH-60 américain, sur lequel la marine iranienne a braqué ses armes le 26 novembre 2016. Image: AFP

Un navire du corps des gardiens de la révolution iranienne a braqué ses armes sur un hélicoptère de la marine américaine dans le détroit d'Ormuz samedi, indiquent deux responsables américains. Selon eux, cette initiative constitue un acte «risqué et contraire au code professionnel».

L'incident, précisent ces deux responsables de la défense s'exprimant sous le sceau de l'anonymat, concernait un hélicoptère SH-60 de la Navy, qui volait à un peu moins d'un kilomètre de deux navires militaires iraniens dans les eaux internationales.

La défense américaine précise qu'à aucun moment le comportement de l'équipage de l'hélicoptère n'a pu être interprété comme menaçant. L'action des gardiens de la révolution a été qualifiée de risquée, car elle aurait pu conduire à une escalade, ajoutent-ils. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 07:29

Un Britannique approchait ses victimes sur des sites de rencontre gays. L'homme a été reconnu coupable d'avoir tué quatre jeunes hommes.

Image: DR/Photo d'illustration

Stephen Port, 41 ans, a été reconnu coupable mercredi des meurtres entre juin 2014 et septembre 2015 de quatre jeunes hommes. Il a également été déclaré coupable d'avoir drogué ou violé sept autres hommes par la Cour criminelle de l'Old Bailey à Londres.

Cuisinier de profession, l'homme invitait ses proies, rencontrées notamment sur l'application Grindr, dans son appartement de l'est de Londres, avant de leur administrer des doses mortelles de GHB, la drogue dite du violeur.

Il abusait de ses victimes - toutes âgées d'une vingtaine d'années - une fois qu'elles étaient inconscientes, avant de déposer leurs corps non loin de chez lui.

Fausse lettre de suicide

Ceux de deux des jeunes gens ont été découverts au cours de l'été 2014 par le même promeneur et son chien, à trois semaines d'intervalle, dans le cimetière de l'église St Margaret, à Barking, tandis qu'une autre victime a été retrouvée morte près d'une benne à ordures.

Pour tromper les enquêteurs, une fausse lettre de suicide avait été placée par Stephen Port dans la main de l'un des défunts.

«Stephen Port est un homme sournois, manipulateur et égocentrique qui n'a pas montré la moindre once de regret pour ses actes» au cours de son procès, a déclaré dans un communiqué le commandant Stuart Cundy, de la section criminelle de la police de Londres.

Le tribunal doit prononcer sa peine vendredi matin.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 16:08

ETATS-UNIS TRUMP VEUT ÊTRE CELUI QUI RAMÈNERA LA PAIX EN ISRAËL

Le futur président américain a évoqué plusieurs sujets mardi, dont le conflit israélo-palestinien et le climat.

Donald Trump, à son arrivée dans le bâtiment du «New York Times».

Donald Trump, à son arrivée dans le bâtiment du «New York Times». Image: AP/Keystone

Le président élu américain Donald Trump a affirmé mardi qu'il aimerait «être celui qui fera la paix entre Israël et les Palestiniens», lors d'un entretien avec le «New York Times».

«Ce serait une superbe réussite», a ajouté Donald Trump, dont la proposition de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël – contrairement à la tradition américaine – avait provoqué la colère des Palestiniens.

 

Le milliardaire républicain a ajouté que son gendre, Jared Kushner, le mari de sa fille Ivanka, pourrait jouer un rôle dans d'éventuels pourparlers de paix. Homme d'affaires et investisseur, il a été un proche conseiller du magnat de l'immobilier durant la campagne électorale.

Satisfaction en Israël

La droite israélienne s'était montrée particulièrement satisfaite de la victoire de Donald Trump à l'élection du 8 novembre, y voyant l'annonce d'une reprise, ou d'une accélération, de la colonisation des Territoires palestiniens occupés par Israël, et même la fin de l'idée d'un Etat palestinien indépendant.

L'équipe de Donald Trump avait cependant appelé la droite israélienne à ne pas s'emballer, les collaborateurs du président élu demandant davantage de mesure, avait rapporté le ministre de la Défense Avigdor Lieberman.

L'actuel secrétaire d'Etat américain John Kerry a multiplié durant des mois les efforts pour faire avancer les pourparlers de paix entre Israéliens et Palestiniens, sans succès. Les discussions directes entre les deux parties sont au point mort depuis deux ans et demi.

Pas de non aux accords climatiques

Dans le même entretien accordé au «New York Times», Donald Trump s'est dit «ouvert» au sujet de l'accord de Paris sur le changement climatique, après avoir promis tout au long de sa campagne d'en retirer les Etats-Unis. «Je regarde ça de très près. Je reste ouvert sur cette question», a dit le président élu. «Je pense qu'il y a un lien (ndlr: entre les humains et le changement climatique), il y a quelque chose, mais tout dépend combien», a aussi reconnu Donald Trump, notoirement climato-sceptique, selon les tweets d'un reporter du quotidien de référence.

Le milliardaire républicain a ainsi précisé qu'il fallait voir «combien cela va coûter à nos entreprises», et quels effets il pourrait avoir sur la compétitivité américaine.

«Bannon pas raciste»

Le futur président américain a également défendu son proche conseiller, Steve Bannon, assurant que, s'il estimait «qu'il était raciste» ou d'extrême droite, «je ne penserais même pas à l'embaucher». Le milliardaire s'est également démarqué d'un groupe de néo-nazis qui a fêté sa victoire samedi à Washington lors d'une conférence marquée par des saluts nazis. «Je les désavoue et je les condamne», a-t-il dit au «New York Times», selon la correspondante du journal à la Maison Blanche, Julie Davis.

Agé de 62 ans, Steve Bannon était jusqu'à récemment encore le patron de Breitbart, un site d'information servant de caisse de résonance à une nébuleuse d'extrême droite apparue récemment aux Etats-Unis et baptisée «alt-right». Il avait lui-même défini le site comme «une plateforme pour l'alt-right», dans un entretien au site Mother Jones

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 14:21

CRISE DES MIGRANTS LE DANEMARK CESSE D'ACCUEILLIR DES RÉFUGIÉS DE L'ONU

Le pays est traversé par de nombreux migrants tentant de rejoindre la Suède.

La ministre danoise de l'Immigration et de l'Intégration, Ingrid Støjberg, le 25 janvier 2016.

La ministre danoise de l'Immigration et de l'Intégration, Ingrid Støjberg, le 25 janvier 2016.

 

Le Danemark va cesser d'accueillir jusqu'à nouvel ordre le demi-millier de réfugiés proposés chaque année par le Haut commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR). La décision a été annoncée par la ministre de l'Immigration et de l'Intégration, Ingrid Støjberg.

«Cela donnera aux municipalités un peu de répit et de place pour prendre mieux soin de ceux qui sont déjà arrivés ici», a-t-elle déclaré, lors d'une réunion de la commission parlementaire sur l'immigration, retransmise sur internet.

 

Mme Støjberg incarne la politique d'immigration restrictive du gouvernement de centre-droit danois. Elle avait annoncé en août que l'accueil prévu de 491 réfugiés cette année était reporté.

«Le Danemark a la responsabilité d'aider les personnes qui veulent se réfugier. Mais nous avons aussi la responsabilité de maintenir la cohésion économique, sociale et culturelle du Danemark», a-t-elle justifié.

Assentiment

La décision a obtenu l'assentiment des deux plus grands partis au Parlement danois, tous deux non représentés au gouvernement, les sociaux-démocrates et le Parti populaire danois (anti-immigration).

Le Danemark, pays de 5,7 millions d'habitants, a enregistré comme d'autres un pic des demandes d'asile en 2015 (21'000). Celles-ci ont toutefois chuté en 2016 (5700 jusqu'ici) en raison de la fermeture de multiples frontières en Europe.

Le passage sur le territoire de nombreux migrants cherchant à rejoindre la Suède voisine, à la politique d'immigration plus généreuse, avait poussé le gouvernement à prendre une multitude de mesures dissuasives. Parmi lesquelles figurent notamment la possibilité de confisquer les objets de valeur et l'argent liquide des demandeurs d'asile. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
17 novembre 2016 4 17 /11 /novembre /2016 23:04

Irak Sous le joug de l'EI, le calvaire des Chrétiens

Des chrétiens irakiens ont été torturés, forcés à cracher sur un crucifix ou à se convertir à l'islam. Certains ont survécu.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: AFP

Lorsque les islamistes ont envahi la plaine de Ninive dans le nord de l'Irak en 2014, ils ont laissé le choix aux chrétiens entre se convertir, quitter les lieux ou mourir. Environ 120'000 d'entre eux ont pris la fuite. Aujourd'hui, alors que les forces irakiennes ont repris une bonne partie de la région, ceux qui n'ont pas eu la possibilité de partir, mais qui ont survécu, témoignent de ces deux années de privation et d'isolement.

Ismail Matti avait 14 ans lorsque l'EI est entré dans sa ville de Bartalla, à l'est de Mossoul. Il attendait l'arrivée de proches pour fuir avec sa mère malade, mais personne n'est venu. Ils ont donc tenté de partir, mais ont été refoulés deux fois par des djihadistes, qui les ont mis en prison à Mossoul. «Il y avait plein de chiites dans la cellule voisine de la nôtre. Ils en ont pris un, lui ont tiré une balle dans la tête et ont tiré son corps devant nous», raconte-t-il.

Les voisins, tous de Daech

«Ils ont averti ma mère que le même sort m'attendait si nous refusions de nous convertir. On s'est donc converti», se rappelle Ismail, désormais accueilli dans un refuge géré par l'Eglise à Erbil, la capitale du Kurdistan irakien.

La mère et son fils retournent ensuite à Bartalla, puis sont envoyés dans le village de Churikhan, à l'ouest de Mossoul. «Tous nos voisins étaient de Daech», précise-t-il, en utilisant l'acronyme arabe de l'EI. «Ils venaient vérifier que je respectais bien la charia (loi islamique)». «S'ils constataient que je n'étais pas allé à la mosquée pour prier, ils pouvaient me fouetter.»

Ismail sortait parfois pour recueillir de la nourriture auprès d'habitants compréhensifs, mais sa mère est toujours restée cloîtrée. Aujourd'hui, la mère rechigne à raconter ces deux années, mais loue l'aide apportée par son fils. «Lui, Dieu et Marie nous ont sauvés de la mort. Nous serons toujours ensemble», murmure-t-elle.

Zarifa Bakoos Daddo, 77 ans, n'a elle non plus quasiment pas quitté sa maison à Qaraqosh, qui fut la principale ville chrétienne d'Irak. Elle y hébergeait une amie âgée, Badriya.

Jeunes hostiles

«Pendant tout ce temps, nous n'avons pas vu les nôtres, juste ces gars-là», les djihadistes, raconte la veuve illettrée. «Les plus âgés nous rassuraient en disant que nous étions comme des sœurs pour eux, mais les jeunes étaient hostiles». Zarifa et Badriya ont été brièvement emprisonnées à Mossoul, où elles ont côtoyé des femmes divorcées ou veuves. Avant d'être reconduites à Qaraqosh.

«Un jour, l'un d'eux est venu réclamer de l'argent et de l'or. Il a enfoncé son fusil dans mes côtes en me menaçant», se rappelle Zarifa. Elle donna les 300 dollars qu'elle avait et son amie 15 carats d'or. «Une autre fois, c'était un jeune d'environ 20, 21 ans, qui est entré pour nous dire de nous convertir. Je lui ai répondu qu'il avait sa foi et nous la nôtre.»

Alors, «il m'a ordonné de cracher sur une reproduction de la vierge Marie et sur un crucifix. J'ai refusé, mais il m'a forcée. Pendant tout ce temps, j'ai parlé à Dieu dans mon cœur pour lui dire que c'était contre ma volonté», poursuit-elle. «J'ai su que Dieu m'avait entendue, car lorsque l'homme a essayé de brûler l'image de la vierge, son briquet n'a pas fonctionné», précise Zarifa, déclenchant les rires de sa famille écoutant son récit.

Lorsque les forces irakiennes sont entrées dans Qaraqosh à la fin octobre, les deux femmes sont restées à l'intérieur pendant les combats. Des soldats les ont découvertes plusieurs jours après avoir repris la ville à l'EI. Les retrouvailles avec leurs proches font oublier aux deux femmes leurs tourments. Zarifa, dont la première langue est le syriaque, retire même une satisfaction de ces deux années sous la loi des djihadistes: «Mon arabe s'est amélioré à leur contact».

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
17 novembre 2016 4 17 /11 /novembre /2016 01:20

Israël Une loi légalisant des maisons de colons votée (Torpillee par Kahlon)

Le texte controversé vient de passer en lecture préliminaire devant le Parlement israélien.

Une vue de la colonie juive de Amona.

Une vue de la colonie juive de Amona. Image: Ronen Zvulun/Reuters

 

Le Parlement israélien a adopté mercredi en lecture préliminaire un projet de loi controversée qui légaliserait des milliers de maisons construites pour des colons israéliens en Cisjordanie. Ce texte a été critiqué à l'étranger.

Le projet a été adopté par 58 voix contre 50 avec le soutien du Premier ministre Benjamin Netanyahu. Il concerne entre 2000 à 3000 logements en Cisjordanie. Avant d'avoir force de loi, il doit encore passer par trois lectures au Parlement et risque ensuite d'être soumis à l'examen de la Cour suprême.

Compromis

Ce vote est intervenu à la suite d'un compromis de dernière minute entre Benjamin Netanyahu et le ministre des Finances Moshé Kahlon, chef du parti centriste Koulanou, qui avait initialement dit qu'il ne voterait pas le texte.

Moshé Kahlon a cependant prévenu que son parti se réservait toujours le droit de «bloquer le texte si au cours des prochaines étapes de son adoption, il portait atteinte (aux décisions de) la Cour suprême».

Il faisait référence au rôle crucial joué dans cette affaire par la plus haute instance judiciaire israélienne. Celle-ci a ordonné la démolition d'ici au 25 décembre de la colonie dite sauvage d'Amona. La sauvegarde d'Amona est au cœur de la mobilisation des défenseurs de la colonisation et des promoteurs du texte approuvé mercredi. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
16 novembre 2016 3 16 /11 /novembre /2016 03:05

Allemagne Les autorités frappent les réseaux islamistes (reveil tardif)

Berlin a également interdit l'organisation salafiste qui distribuait des Corans dans la rue.

Plus de 200 lieux ont été perquisitionnés dans toute l'Allemagne.

Plus de 200 lieux ont été perquisitionnés dans toute l'Allemagne. Image: Twitter @bild.de

Le gouvernement allemand a interdit l'organisation salafiste «Die wahre Religion» (DWR ), a annoncé mardi le ministre le de l'Intérieur Thomas de Maizière, peu après une vaste opération policière. Il l'accuse de recruter des combattants pour le groupe djihadiste et terroriste Etat islamique (EI).

DWR («Vraie religion») est soupçonnée d'avoir incité 140 personnes à rejoindre les rangs du groupe Etat islamique (EI). L'organisation DWR est connue pour des distributions gratuites de Corans dans les rues, lors de campagnes baptisées: «Lis!».

Deuxième interdiction

«Le message que nous envoyons aujourd'hui est de dire qu'il n'y a pas de place en Allemagne pour les islamistes», a déclaré M. de Maizière mardi matin devant les médias à Berlin. «Nous ne voulons pas de terrorisme en Allemagne, nous ne voulons qu'il y ait de la propagande en faveur du terrorisme en Allemagne ou qu'il soit exporté depuis l'Allemagne», a-t-il ajouté.

C'est la deuxième fois seulement depuis 2001, que les autorités allemandes prennent une telle décision: à l'époque, un groupuscule appelé «L'Etat du califat», agissant depuis Cologne, avait lui aussi été interdit en raison de son idéologie extrémiste.

Agence de recrutement

Selon une porte-parole du ministère de l'Intérieur, l'organisation DWR sert d'agence de recrutement pour le compte du groupe Etat islamique, sans pour autant que des éléments indiquent qu'elle ait préparé elle-même des attentats. Le ministre pense que DWR a enfreint la Loi fondamentale (Constitution) de l'Allemagne et incité à la haine, a ajouté la porte-parole.

C'est dans ce cadre que la police allemande a lancé tôt mardi matin une opération dans dix Etats régionaux contre DWR. Des centaines de policiers ont perquisitionné plus de 200 mosquées, appartements et bureaux des responsables et d'adhérents de l'organisation salafiste.

Le mouvement visé mardi est soupçonné d'avoir encouragé environ 140 Allemands à rejoindre les rangs de l'EI en Syrie ou en Irak en glorifiant les attentats du groupe, a précisé à la presse à Berlin le ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière. Il avait aussi décrété que le refus de la démocratie était «un devoir pour les musulmans», selon le ministre. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée