Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

12 août 2017 6 12 /08 /août /2017 17:40

EGYPTE UNE COLLISION DE TRAINS FAIT AU MOINS 42 MORTS

L'accident a eu lieu vendredi au niveau de la localité de Khourchid dans le nord de l'Egypte.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Au moins 42 personnes ont été tuées vendredi dans la collision de deux trains dans le nord de l'Egypte, près d'Alexandrie, un des accidents ferroviaires les plus graves de ces dernières années dans le pays.

Toute la nuit, à la lumière des projecteurs, les sauveteurs ont fouillé dans les carcasses des wagons à la recherche de victimes après l'un des plus graves accidents de train survenu en Egypte, selon des journalistes de l'AFP sur place. Certains ont utilisé la lumière de leur téléphone portable pour se guider.

Selon le porte-parole du ministère de la Santé, Khaled Moujahed, «jusqu'à tard vendredi soir, 40 morts ont été dénombrés». Il a également fait état de 123 blessés. Mais le bilan risque de s'alourdir, selon les médias égyptiens.

Des images diffusées par la télévision publique égyptienne montraient l'un des trains en partie renversé, un wagon ayant déraillé dans un champ ainsi que des secours transportant les morts et les blessés vers des ambulances.

 

 

Ouverture d'une enquête

Après la collision, les blessés ont été extraits des wagons et placés sur des couvertures le long des rails, dans un champ situé en périphérie de la grande ville méditerranéenne. D'autres passagers ayant survécu à la catastrophe étaient eux aussi à l'extérieur du train en état de choc. Quelque 25 ambulances ont été envoyées sur les lieux de l'accident, a précisé un responsable des secours, Ahmed El-Ansari.

La collision aurait été causée par l'arrêt de l'un des deux trains sur les voies après une panne, a rapporté la télévision d'Etat citant des responsables du ministère des Transports. L'autre train l'aurait alors percuté, selon la même source. L'un des trains effectuait la liaison entre Le Caire et Alexandrie. Le deuxième reliait la ville de Port Saïd (est) à Alexandrie.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a exprimé ses condoléances aux familles des victimes et ordonné l'ouverture d'une enquête afin que les responsables de l'accident «rendent des comptes», a indiqué la présidence.

Réseau vétuste

L'Egypte connaît régulièrement de graves accidents routiers ou ferroviaires dus à une circulation anarchique, des véhicules vétustes, des routes et des voies ferrées mal entretenues et peu surveillées.

L'accident ferroviaire de vendredi est le plus meurtrier depuis la collision en 2012 entre un bus scolaire et un train à un passage à niveau dans la province d'Assiout (centre) qui avait 47 morts.

En novembre 2013, une collision entre un train et un bus au sud du Caire avait fait 27 morts. La plupart des personnes décédées revenaient d'un mariage.

Les Egyptiens reprochent depuis longtemps au gouvernement de ne pas avoir réussi à réduire les accidents de transports et les problèmes d'infrastructures.

En 2002, un incendie survenu dans un train avait fait 373 morts à une quarantaine de kilomètres au sud du Caire, la tragédie ferroviaire la plus meurtrière dans l'histoire de l'Egypte et une des plus graves de ces vingt dernières années dans le monde.(afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
12 août 2017 6 12 /08 /août /2017 17:38

ARGENTINE LA GROSSESSE D'UNE FILLETTE DE 10 ANS CHOQUE LE PAYS

Enceinte de 8 mois, la fillette pourrait avoir été violée par son oncle qui a été arrêté vendredi par la police.

«La mineure ne s'était pas rendue compte de sa grossesse. Elle est un peu forte et ne s'était pas aperçue qu'elle était enceinte de 32 semaines», a détaillé le procureur général. (Photo d'illustration)

«La mineure ne s'était pas rendue compte de sa grossesse. Elle est un peu forte et ne s'était pas aperçue qu'elle était enceinte de 32 semaines», a détaillé le procureur général. (Photo d'illustration)

 

La grossesse d'une fillette argentine de 10 ans a secoué l'opinion publique dans la province de Mendoza, dans l'ouest du pays. L'enfant pourrait avoir été violé par son oncle arrêté vendredi par la police.

La fillette, dont l'identité n'a pas été révélée, se plaignait de douleurs abdominales auprès de sa mère, qui l'a conduite à l'hôpital de Mendoza. Les médecins ont découvert une grossesse de 32 semaines (huit mois). L'enfant a été hospitalisée.

«La mineure ne s'était pas rendue compte de sa grossesse. Elle est un peu forte et ne s'était pas aperçue qu'elle était enceinte de 32 semaines», a détaillé le procureur général Alejandro Gullé, de la Cour de Justice de la province, sur la chaîne Télévision Mendoza.

«Abus sexuel aggravé»

 
 

A l'issue de l'audition de la fillette, la procureure en charge du dossier, Cecilia Bignert, a ordonné l'arrestation de l'oncle de la fillette, âgé de 23 ans, qui avait vécu quelques mois au sein de cette famille modeste. Ce dernier, qui pourrait être incarcéré pour «abus sexuel aggravé», sera soumis à des tests génétiques.

L'avortement est interdit en Argentine, mais autorisé lorsque la grossesse est le fruit d'un viol ou qu'elle met en danger la vie de la mère. Toutefois, le parquet a estimé que l'avortement n'était pas possible en raison de l'avancement de la grossesse. Les parents de la fillette devront décider s'ils veulent prendre soin du bébé ou le faire adopter. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
12 août 2017 6 12 /08 /août /2017 17:37

INDE SOIXANTE ENFANTS MEURENT DANS UN HÔPITAL

Un manque de bonbonnes d'oxygène a provoqué le décès de dizaines de bambins, en cinq jours.

Une enquête a été ouverte après cette vague de décès.

Une enquête a été ouverte après cette vague de décès. Image: AFP

 

Au moins 60 enfants sont morts en cinq jours dans un hôpital public du nord de l'Inde, ont déclaré samedi des responsables locaux, les médias mettant en cause la pénurie de bonbonnes d'oxygène dans l'établissement.

«Nous avons ouvert une enquête et un rapport préliminaire devrait être publié aujourd'hui. Oui, 60 patients sont morts à l'hôpital ces cinq derniers jours, mais nous ne pensons pas que ce soit lié aux informations faisant état d'un pénurie d'oxygène», a déclaré à l'AFP Anil Kumar, un responsable de la police de Gorakhpur.

Selon des médias indiens, des dizaines d'enfants sont morts jeudi et vendredi en raison d'une rupture d'approvisionnement en oxygène, après que la société fournissant les bonbonnes eut mis fin à ses services, apparemment en raison du non-paiement de factures se montant à plusieurs millions de roupies.

Enquête ouverte

 
 

Une enquête a été ouverte sur l'hôpital Baba Raghav Das, dans le district de Gorakhpur, dans l'Uttar Pradesh, l'Etat le plus peuplé du pays, gouverné par le parti de droite Bharatiya Janata Party du Premier ministre Narendra Modi. Selon un communiqué publié par le bureau du ministre en chef de l'Uttar Pradesh Yogi Adityanath, qui a ordonné l'enquête, les 60 décès sont intervenus sur une période de cinq jours à partir de lundi.

Selon ce communiqué, 23 enfants sont morts jeudi quand «la pression de l'alimentation en oxygène est devenue basse». Le journal The Hindustan Times a décrit dans son édition de samedi des scènes de chaos dans l'hôpital, lorsque l'alimentation en oxygène a été perturbée.

Directeur suspendu

Le ministre de la Santé de l'Uttar Pradesh, Sidharth Nath Singh, a suspendu le directeur de l'hôpital dans l'attente des résultats de l'enquête. «Il y a eu de multiples causes dans la perturbation de l'approvisionnement en oxygène, mais notre enquête montre qu'il n'y a pas eu de morts à cause de cela», a-t-il cependant affirmé à des journalistes après une visite à l'hôpital.

«Même lorsque 90 grosses bonbonnes ont été mises en service vendredi, l'hôpital s'est retrouvé à court d'oxygène vers une heure», a rapporté le journal. «Ce qui a provoqué un chaos complet, avec des parents de patients qui couraient pour obtenir de l'aide et le personnel de l'hôpital qui essayait de maintenir l'alimentation en oxygène avec des sacs manuels de respiration».

Un «massacre»

Le prix Nobel de la Paix indien et défenseur des droits des enfants Kailash Satyarthi a dénoncé sur Twitter «un massacre». «Ce n'est pas une tragédie. C'est un massacre. Est-ce cela que signifient 70 années de liberté pour nos enfants?» a-t-il tweeté.

 

 

30 kids died in hospital without oxygen. This is not a tragedy. It's a massacre. Is this what 70 years of freedom means for our children?

 

Les hôpitaux publics indiens sont souvent débordés et au bord du point de rupture : les patients doivent faire face à de longues listes d'attente, même pour des interventions simples, et sont contraints à partager des lits.

De ce fait, ceux qui le peuvent évitent les hôpitaux publics et se tournent vers les clinique privées, même si une consultation privée coûte ne moyenne 1.000 roupies (plus de 13 euros), une somme énorme pour les millions d'Indiens qui vivent avec moins de deux euros par jour. (afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
11 août 2017 5 11 /08 /août /2017 05:27

YÉMEN PRÈS DE 300 MIGRANTS JETÉS À LA MER

Des passeurs ont jeté par dessus bord leurs passagers clandestins, jeudi, au large des côtes yéménites. La veille, l'OIM avait dénoncé un cas similaire.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Quelque 300 Africains ont été intentionnellement jetés à la mer en 24h par des passeurs au large du Yémen, dont des dizaines sont morts ou portés disparus. Ce nouveau drame illustre le traitement inhumain dont sont victimes des migrants en quête d'une vie meilleure.

Jeudi, 19 Somaliens et Ethiopiens ont probablement péri noyés au large de la province de Chabwa dans le sud du Yémen, rapporte l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Cette dernière avait dans un premier temps évoqué un bilan de 55 morts. Il s'agit du deuxième drame du genre depuis mercredi, a indiqué une porte-parole de l'OIM au Yémen.

Selon l'OIM, au total 180 personnes en provenance d'Ethiopie ont été jetées à la mer jeudi par des passeurs. Les migrants étaient en majorité des adolescents et de jeunes adultes.

La veille, 120 migrants en provenance des mêmes pays ont été jetés à la mer délibérément à l'approche également de la côte de Chabwa, a rappelé l'OIM. L'agence onusienne estime à environ 50 le nombre de victimes dont 29 ont été découvertes dans des tombes creusées à la hâte sur la plage.

 
 

Tandis que 27 personnes sont parvenues à rejoindre le rivage saines et sauves. L'organisation a dit travailler étroitement avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) pour donner une sépulture aux morts et soigner les survivants. Les migrants en provenance de la Corne de l'Afrique continuent d'affluer au Yémen, qui est pourtant un pays pauvre déchiré par la guerre, avec l'espoir d'atteindre les pays du Golfe plus riches, selon l'OIM.

«Choquant et inhumain»

«Les survivants ont dit à nos collègues sur la plage que les passeurs leur avaient demandé de se jeter à la mer après avoir vu ce qui semblait être des représentants des autorités», a indiqué Laurent de Boeck, chef de mission de l'OIM, en parlant de l'incident de jeudi. «Ils nous ont également raconté que les passeurs avaient repris la route de la Somalie pour continuer le même trafic et emmener plus de migrants au Yémen», a-t-il ajouté.

«C'est choquant et inhumain. La souffrance des migrants sur cette route est immense. Beaucoup de jeunes gens paient les passeurs avec l'espoir d'avoir une vie meilleure», a encore dit le responsable, en estimant à 16 ans l'âge moyen des migrants. Le trafic d'être humains entre la Somalie, où l'autorité de l'Etat est quasi-nulle, et le Yémen, qui connaît le même phénomène, n'a jamais cessé.

L'OIM estime à 55'000 le nombre de migrants - dont un tiers de femmes - arrivés au Yémen en provenance de la Corne de l'Afrique depuis le début de l'année. Plus de 30'000 de ces nouveaux migrants ont moins de 18 ans. L'OIM s'est étonnée du fait que le trafic d'êtres humains se poursuivait alors que la saison connaît des vents violents dans l'océan Indien.

Victimes directes du conflit

Déchiré depuis trois ans par une guerre opposant des rebelles pro-iraniens à des forces gouvernementales pro-saoudiennes, le Yémen, pays sans ressources, compte de nombreux camps où s'entassent des milliers de migrants africains. La guerre a fait près de 8400 morts et quelque 48'000 blessés depuis mars 2015.

L'ONU estime que le Yémen - où une épidémie de choléra a déjà fait plus de 1900 morts - est le théâtre de «la plus grave crise humanitaire dans le monde». Certains des migrants africains ont été même des victimes directes du conflit.

En mars dernier, un hélicoptère a tiré sur un bateau de Somaliens au large du Yémen, faisant 42 morts et selon un rapport confidentiel des Nations unies, l'appareil appartenait à la coalition sous commandement saoudien. L'embarcation transportait 140 personnes, avait précisé l'ONU en dénonçant une violation du droit humanitaire international. (afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
11 août 2017 5 11 /08 /août /2017 05:25

ETATS-UNIS FORCÉE À ÔTER SON VOILE, ELLE OBTIENT 85'000 DOLLARS

La ville de Long Beach est parvenu à un accord amiable avec une musulmane forcée à retirer son voile par la police.

«Kirsty Powell avait porté plainte après que des policiers ont enlevé de force son voile devant d'autres policiers masculins et des dizaines de détenus», dénonce le Conseil des relations américano-islamiques. (Photo d'archives)

«Kirsty Powell avait porté plainte après que des policiers ont enlevé de force son voile devant d'autres policiers masculins et des dizaines de détenus», dénonce le Conseil des relations américano-islamiques. (Photo d'archives) Image: AFP

Une musulmane qui avait eu son voile enlevé de force par des policiers, lors de sa garde à vue, va recevoir 85'000 dollars de la ville de Long Beach, en banlieue de Los Angeles, dans le cadre d'un accord amiable.

«Kirsty Powell, une afro-américaine musulmane, avait porté plainte après que des policiers ont enlevé de force son voile devant d'autres policiers masculins et des dizaines de détenus», d'après le communiqué publié jeudi par le Conseil des relations américano-islamiques(Cair) sur son site internet.

«Mme Powell porte le voile dans le cadre de ses croyances religieuses et a été forcée de passer la nuit tête nue quand elle était en détention. Elle a décrit l'expérience comme profondément traumatisante», ajoute le communiqué du Cair.

Accord amiable

 
 

Long Beach a voté mardi pour approuver l'accord amiable, qui comprend 85'000 dollars de dommages et intérêts, précise le Cair, notant que la ville et d'autres localités des comtés d'Orange et San Bernardino, en périphérie de Los Angeles, ont amendé leurs réglementations pour protéger le droit au foulard islamique en détention.

Ce sont maintenant des policières qui doivent retirer le voile d'une détenue «quand c'est nécessaire pour la sécurité de l'agent», et en dehors de la présence de policiers ou détenus masculins, a affirmé Monte Machit, procureur assistant de la ville de Long Beach, cité dans le Los Angeles Times.

Kirsty Powell avait été arrêtée lors d'un point de contrôle routier en mai 2015 sur des chefs d'accusations encore en cours d'examen. Pendant l'arrestation les agents de police lui ont dit qu'elle devait enlever son foulard. Sa demande qu'une policière la fouille a été rejetée et elle n'a pas eu le droit de garder son voile en garde à vue.

«Je ne souhaite à personne de traverser ce que j'ai ressenti pendant cet épisode», avait-elle déclaré dans sa plainte déposée l'an dernier à Los Angeles. (afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
11 août 2017 5 11 /08 /août /2017 05:23

MOYEN-ORIENT EI ET AL-QAÏDA CONSERVENT LEURS CAPACITÉS D'ACTION

Un rapport de l'ONU souligne la capacité de nuire encore importante de l'EI et d'Al-Qaïda malgré la pression militaire.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Les groupes djihadistes Etat islamique et Al-Qaïda ont conservé des capacités d'action importantes au cours des six premiers mois de l'année 2017 malgré la pression militaire internationale à leur encontre, selon un rapport d'experts de l'ONU.

En dépit de cette pression en Irak et en Syrie, l'organisation EI «est toujours capable d'envoyer des fonds à ses militants hors de la zone de conflit» moyen-orientale, souligne le texte destiné au Conseil de sécurité et circulant depuis jeudi au siège des Nations unies. Les transferts de fonds sont souvent réalisés avec de petites sommes, les rendant difficiles à détecter.

Les sources de financement de l'EI n'ont pas changé fondamentalement, reposant toujours sur l'exploitation du pétrole et l'imposition de taxes à la population locale, note aussi le document.

Réalisé par des experts mandatés pour suivre l'application des différentes résolutions et des sanctions adoptées contre les deux groupes djihadistes , le texte de 24 pages relève que l'EI «continue de motiver et de rendre possible des attaques» hors du Moyen-Orient. Comme en Europe qui demeure une «région prioritaire» pour des attaques par des individus soutenant l'idéologie du groupe.

 
 

L'organisation EI veut s'établir en Asie du sud-est comme le montrent les récents combats dans le sud des Philippines, ajoute le rapport en relevant par ailleurs que le nombre de membres voulant gagner l'Irak et la Syrie continue de décroître.

Utilisation de drones

De plus en plus de mineurs seraient en train de quitter les zones de combats au Moyen-Orient. «Leurs expériences, incluant leur participation aux entrainements et à de la violence extrême, comme leur radicalisation (...) réclament une attention particulière et des stratégies», jugent les experts.

«La résistance de l'EI à Mossoul montre que sa structure de commandement et de contrôle n'a pas été complètement cassée et que le groupe reste une menace militaire significative». Outre son utilisation de drones trouvés dans le commerce, l'EI «a développé une capacité de les modifier et de construire ses propres modèles» pour diffuser sa propagande, faire de l'observation ou pour emporter de petites bombes ou explosifs, notent également les experts.

En Afrique de l'ouest, en Afrique de l'est et dans la péninsule arabique, notamment au Yémen, Al-Qaïda conserve de son côté des réseaux puissants. En dépit de la «compétition stratégique» que se livrent les deux organisations, des alliances et des coopérations permettent dans plusieurs régions des mouvements de combattants entre différents groupes, relève aussi le rapport.

En Libye, le nombre de combattants de l'Etat islamique est estimé par un Etat membre à entre 400 et 700, rapportent les experts. Au Sahel, Al-Qaïda continue de représenter «une menace significative», comme en Afrique de l'est où les membres affiliés à ce groupe et à l'organisation Etat islamique seraient entre 6000 et 9000.

Parmi ses recommandations, le groupe d'experts de l'ONU demande entre autres au Conseil de sécurité de rappeler aux Etats membres que le paiement de rançons à des preneurs d'otages est illégal au regard des sanctions imposées aux groupes Al-Qaïda et Etat islamique. (afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 20:04

CORÉE DU NORD LA BOMBE NUCLÉAIRE EMBARQUÉE SUR LES MISSILES

Pyongyang est désormais capable d'insérer un engin atomique dans ses missiles balistiques.

Des spectateurs assistaient au lancement d'un missile fin juillet à Pyongyang.

Des spectateurs assistaient au lancement d'un missile fin juillet à Pyongyang. Image: AFP

 

La Corée du Nord a réussi à miniaturiser suffisamment une bombe nucléaire pour l'embarquer sur l'un de ses missiles intercontinentaux. Ces conclusions secrètes d'experts du renseignement américain ont été révélées mardi par le Washington Post.

Cette capacité marquerait une avancée significative pour la Corée du Nord qui deviendrait ainsi une puissance nucléaire à part entière, souligne le quotidien américain. Il a eu connaissance d'un rapport confidentiel achevé le mois dernier par l'agence américaine de renseignement militaire (DIA).

Pour l'heure, le régime de Pyongyang a testé plusieurs engins atomiques et réussi deux lancements de missiles balistiques intercontinentaux capables de frapper les Etats-Unis. Mais sa capacité à mettre une bombe atomique sur l'un de ces lanceurs était encore en doute. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 12:27

CISJORDANIE DE NOUVEAUX GRAFFITIS DE TRUMP À BETHLÉEM

Deux nouveaux graffitis du président américain ont été dessinés sur le mur de séparation construit par Israël, dans la ville de Bethléem en Cisjordanie. Vidéo.

 

Vidéo: AFP

 

De nouveaux dessins apposés sur le mur de séparation et représentant Donald Trump attirent les touristes, dans la ville de Bethléem, en Cisjordanie. Sur l'un des dessins, Trump caresse le mur - comme il l'a fait lors de sa visite à Jérusalem - et une bulle façon bande dessinée lui fait penser: «Je vais te construire un frère...»

«Je pense que le graffitis représente assez bien la position des États-Unis au sujet du conflit israélo-palestinien, explique Dilys, une chercheuse française. Je crois que les États-Unis ont l'intention de transférer leur ambassade à Jérusalem sans tenir compte de la situation. D'après-moi, cela représente très bien notre situation pour les quatre prochaines années.» (afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 09:49

CHINE UN VOYAGEUR TRANSPORTAIT DEUX BRAS DANS SA VALISE

Arrêté dans une gare routière du sud-ouest de la Chine, l'homme a expliqué qu'il ramenait les membres de son frère amputé.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: Keystone

 

Un voyageur a été interpellé par la police chinoise dans une gare routière après la découverte de deux bras dans son bagage, à la suite d'un contrôle de sécurité. Il devrait cependant s'en tirer sans poursuites judiciaires.

Traditions funéraires

Le quinquagénaire s'apprêtait à embarquer la semaine dernière dans un autocar au départ de Duyun, une petite ville du Guizhou (sud-ouest de la Chine), lorsque les autorités locales ont fait cette macabre découverte, rapporte le quotidien régional Chongqing Chenbao.

Arrêté par les forces de l'ordre et soupçonné de meurtre, l'homme a expliqué que les membres tronçonnés appartenaient à son frère, ce dernier ayant dû subir une amputation à la suite d'une électrocution accidentelle.

 
 

Or, il est de tradition en Chine d'enterrer ou d'incinérer le corps d'un défunt dans son intégralité, avec les quatre membres au complet, afin de préserver son avenir dans l'au-delà.

Le frère du voyageur l'avait donc chargé de transporter ses bras amputés dans leur village natal, afin qu'ils y soient conservés, dans la lointaine perspective de ses funérailles.

Dires vérifiés

La police a finalement remis l'homme en liberté, après s'être assuré de la véracité de ses explications auprès de l'établissement hospitalier.

Contacté par l'AFP, un employé de la gare routière a confirmé l'incident dans ses grandes lignes.

Un responsable du commissariat local a expliqué à l'AFP qu'il était fort improbable que ce «convoyeur de bras humains» soit visé par des poursuites judiciaires, mais qu'il pourrait encourir «une sanction administrative» --ce qui consiste habituellement en une amende.

D'après la presse chinoise, l'homme aurait pu trouver d'autres moyens de ramener au pays natal les bras amputés de son frère.

Des autorisations peuvent ainsi être octroyées pour le transport d'organes et parties de corps humains -- mais celui-ci est d'ordinaire prohibé dans les transports publics «par souci d'hygiène», selon le personnel de la gare cité par le journal.(afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
7 août 2017 1 07 /08 /août /2017 22:23

PALESTINE LE ROI(telet) DE JORDANIE REND UNE RARE VISITE À ABBAS

Le souverain affiche son soutien au président palestinien, isolé, alors que les tensions avec Israël se sont accrues ces derniers temps.

La Jordanie est un acteur incontournable du conflit israélo-palestinien: soutien des Palestiniens, seul pays arabe avec l'Egypte à avoir fait la paix avec Israël, gardien historique de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem, interlocuteur respecté des administrations américaines.

La Jordanie est un acteur incontournable du conflit israélo-palestinien: soutien des Palestiniens, seul pays arabe avec l'Egypte à avoir fait la paix avec Israël, gardien historique de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem, interlocuteur respecté des administrations américaines. Image: AFP

 

Le roi(telet) Abdallah II de Jordanie a rencontré le président palestinien Mahmoud Abbas, lundi à Ramallah. Le souverain a livré un message de soutien aux Palestiniens et appelé Washington à intensifier ses efforts dans le processus de paix en panne depuis des années.

Dans un contexte de tensions ravivées avec Israël et d'inquiétude devant l'inaction américaine pour la paix, le roi de Jordanie s'est rendu en Cisjordanie occupée, une première depuis 2012. Habituellement, il reçoit le président palestinien à Amman, à 70 kilomètres de Ramallah.

Les deux dirigeants se sont entretenus durant près de deux heures. Abdallah II a exprimé «le soutien total de la Jordanie aux droits légitimes» des Palestiniens et à la création d'un Etat indépendant avec pour capitale Jérusalem-Est.

Moins de deux semaines après un accès de violences autour de l'esplanade des Mosquées, le roi a exprimé «l'engagement jordanien à continuer à protéger les lieux saints (de Jérusalem) en coopération avec la communauté internationale», a rapporté un communiqué du palais royal. Sans citer Israël, le souverain hachémite a mis en garde contre «les conséquences négatives dans toute la région» qu'aurait une remise en cause du «statu quo» existant.

 
 

Il a aussi appelé directement le président américain Donald Trump à «oeuvrer à la paix entre Palestiniens et Israéliens». Il a souligné combien il est important d'intensifier les efforts pour tracer «de véritables perspectives politiques de progrès».

Solution «à deux Etats»

L'effort de paix est paralysé depuis l'échec d'une initiative américaine en 2014. Les perspectives de création d'un Etat palestinien coexistant avec Israël, principe de référence de la communauté internationale, paraissent s'éloigner de jour en jour. Le roi a rappelé que la solution dite à deux Etats devait servir de fondement à une reprise des négociations. En février, Donald Trump a estimé toutefois que cette solution n'est pas la seule possible.

L'avènement de Donald Trump avait donné à certains Palestiniens le bref espoir qu'une approche non-conventionnelle les sortirait de l'impasse. Après avoir ménagé l'administration américaine, les responsables palestiniens se lâchent désormais. Pour eux, Jared Kushner, conseiller de M. Trump chargé du dossier, s'est «disqualifié» en déclarant, selon un enregistrement publié la semaine passée par la presse américaine, qu'il n'y avait «peut-être pas de solution» au conflit.

Esplanade des Mosquées

La Jordanie est un acteur incontournable du conflit israélo-palestinien: soutien des Palestiniens, seul pays arabe avec l'Egypte à avoir fait la paix avec Israël. Le royaume hachémite est aussi le gardien historique de l'esplanade des Mosquées et un interlocuteur respecté des administrations américaines.

Amman s'est à nouveau retrouvé aux avant-postes diplomatiques en juillet quand des affrontements quasiment quotidiens ont opposé fidèles musulmans palestiniens et forces israéliennes autour de l'esplanade des Mosquées.

Les violences se sont dissipées à Jérusalem quand le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a battu en retraite et renoncé à installer de nouveaux dispositifs de sécurité autour de l'esplanade. Ces mesures avaient été perçues par les Palestiniens comme un empiétement israélien supplémentaire sur le troisième lieu saint de l'islam.

Ressentiment jordanien

L'esplanade se situe à Jérusalem-Est,. Si la Jordanie, maîtresse des lieux jusqu'en 1967, en conserve la garde en vertu de l'accord de paix de 1994 avec Israël, ce dernier en contrôle tous les accès.

La présence d'Abdallah à Ramallah aux côtés des Palestiniens qui revendiquent d'avoir victorieusement défendu l'esplanade permettait ainsi de rappeler le rôle de la Jordanie. Environ la moitié de la population jordanienne (9,5 millions de personnes) est d'origine palestinienne. (afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée