Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

17 avril 2016 7 17 /04 /avril /2016 04:51

Tripoli en proie à des combats

Libye

Des affrontements ont eu lieu dans la capital libyenne après la visite des ministres français et allemand.

Mis à jour à 02h27

Ahmed Maiteek, président du conseil national lybien, avec Frank-Walter Steinmeier et Jean-Marc Ayrault, le 16 avril 2016 à Tripoli.

Ahmed Maiteek, président du conseil national lybien, avec Frank-Walter Steinmeier et Jean-Marc Ayrault, le 16 avril 2016 à Tripoli.
Image: Reuters

 

Des combats ont éclaté samedi en début de soirée à Tripoli, quelques heures après une visite dans la capitale libyenne des ministres français et allemand des Affaires étrangères pour soutenir le gouvernement d'union nationale, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les affrontements avaient lieu dans le quartier Hay el-Andalous, dans le nord de Tripoli, et étaient toujours en cours vers 0h30 heure de Suisse. Les protagonistes étaient inconnus, ainsi que le bilan.

Les combats avaient commencé en début de soirée par une fusillade nourrie et des explosions de petite intensité pendant environ une demi-heure, selon le journaliste de l'AFP. Depuis, les bruits de fusillade et d'explosions se poursuivent de manière sporadique, et on peut entendre des sirènes d'ambulance.

Premiers combats depuis le nouveau gouvernement

Le quartier Hay el-Andalous abrite des ambassades et des résidences d'hommes politiques, dont certains membres du gouvernement d'union soutenu par les Nations unies. Il se trouve à quelques kilomètres du QG de ce gouvernement, installé dans la base navale de Tripoli.

L'AFP a contacté téléphoniquement trois hauts responsables sécuritaires qui n'ont pas répondu.

Ces combats sont les premiers dans la capitale libyenne depuis l'arrivée du gouvernement d'union dans la ville le 30 mars.

La police tente de reprendre le contrôle de Tripoli et a déployé plus d'hommes dans les rues depuis l'arrivée du gouvernement d'union, mais les milices de Tripoli sont toujours armées et installées dans la ville.

Visite surprise de Steinmeier et Ayrault

Les diplomates étrangers qui s'y sont succédé cette semaine ont proposé leur assistance pour aider la police à rétablir la sécurité.

Les chefs de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier et française Jean-Marc Ayrault ont notamment effectué samedi une visite surprise pour soutenir le gouvernement d'union, avec l'espoir qu'il contribue à mettre fin au chaos dans ce pays où croît la menace djihadiste, .

Pays riche en pétrole situé à 300 kilomètres des côtes européennes, la Libye a sombré dans le chaos après la chute du dictateur Mouammar Kadhafi en 2011 en raison des disputes entre milices armées.

Divisions

A l'été 2014, le pays s'était retrouvé avec deux "gouvernements" rivaux après la prise de Tripoli par une coalition de milices, dont certaines islamistes, jamais reconnue par la communauté internationale.

Profitant des divisions et de la faiblesse des autorités, le groupe Etat islamique (EI) s'est implanté dans la ville de Syrte, sur la côte méditerranéenne, et a renforcé son ancrage en Libye. 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
16 avril 2016 6 16 /04 /avril /2016 17:53

«Des musulmans ont dansé après les attentats»

Belgique

Lors d'une interview publiée samedi, le nationaliste flamand Jan Jambon a mis en cause la politique d'intégration de la communauté musulmane.

Mis à jour à 17h24 

Le ministre belge de l'Intérieur affirme que la politique d'intégration des étrangers en Belgique a échoué, y voyant pour preuve le fait qu'«une partie significative de la communauté musulmane a dansé à l'occasion des attentats», dans un entretien samedi avec le quotidien flamand «De Standaard».

Cette figure de proue de la Nouvelle alliance flamande (N-VA), parti qui est un pilier de la coalition de droite au pouvoir depuis octobre 2014, ne précise pas à quels attentats il fait allusion, ceux de Paris en 2015 (130 morts le 13 novembre) ou ceux de Bruxelles le 22 mars (32 morts).

Et M. Jambon d'enchaîner : «ils ont jeté des pierres et des bouteilles en direction de la police et de la presse au moment de l'arrestation de Salah Abdeslam (le seul survivant des commandos djihadistes du 13 novembre à Paris, interpellé le 18 mars dans sa commune bruxelloise de Molenbeek, ndlr). C'est ça le vrai problème».

«Appeler un chat un chat»

«Les terroristes, on peut les arrêter, les écarter de la société. Mais ils ne sont qu'une pustule. En dessous se trouve un cancer beaucoup plus difficile à traiter. Nous pouvons le faire, mais pas du jour au lendemain», assure encore le ministre, qui revendique de dépasser «la pensée politiquement correcte» et d'«appeler un chat un chat».

Il explique aussi que le «danger» lié à la radicalisation de jeunes issus des troisième et quatrième générations de l'immigration a désormais «trop profondément pris racine» dans certains quartiers, car la Belgique «a ignoré pendant des années les signaux de détresse».

Après les attentats du 13 novembre, Jan Jambon avait créé la polémique en promettant de «nettoyer Molenbeek», quand il était apparu que plusieurs membres des commandos ayant frappé Paris étaient issus de cette commune qui a désormais la réputation d'être un des principaux foyers du jihadisme en Europe. 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
15 avril 2016 5 15 /04 /avril /2016 05:42

Débat houleux entre Clinton et Sanders à New York

Primaires démocrates

Les candidats démocrates s'opposaient à la télévision avant la primaire de mardi.

Mis à jour à 05h30Hillary Clinton et Bernie Sanders ont débattu à Brooklyn (New York), le 14 avril 2016.

Hillary Clinton et Bernie Sanders ont débattu à Brooklyn (New York), le 14 avril 2016.
Image: AFP

 

Les démocrates Hillary Clinton et Bernie Sanders se sont violemment affrontés jeudi soir dans un débat à haut risque cinq jours avant les élections primaires de New York, Hillary Clinton cherchant à prouver qu'elle était la plus qualifiée pour devenir présidente, et Bernie Sanders mettant en cause son jugement.

Le sénateur du Vermont a affirmé d'entrée de jeu qu'Hillary Clinton «manquait du genre de jugement dont nous avons besoin, pour être le genre de président dont nous avons besoin».

Il a rappelé qu'elle avait voté pour la guerre en Irak, pour des accords commerciaux «désastreux», et dénoncé le fait qu'un de ses super-pac (comité d'action politique qui finance les campagnes) ait reçu des millions de Wall Street.

Liens de Clinton avec Wall Street

«Les New-Yorkais ont voté deux fois pour que je sois leur sénatrice», a riposté Hillary Clinton. «Le président Obama a fait suffisamment confiance à mon jugement pour me demander d'être sa secrétaire d'Etat», a-t-elle ajouté, avant de rappeler que dans une récente interview Bernie Sanders avait eu du mal à «répondre à des questions» sur un objectif clé de son programme, le démantèlement des grandes banques, et sur des points de politique étrangère.

Durant le débat, les deux démocrates se sont affrontés sur l'économie, le réchauffement climatique, le gaz de schiste, le contrôle des armes, le salaire minimum, l'université gratuite voulue par M. Sanders, l'assurance maladie, la politique étrangère.

Bernie Sanders s'est moqué des liens de Mme Clinton avec Wall Street et de son insistance à dire qu'elle était montée au créneau contre les grosses banques quand elle était sénatrice.

Sandy Hook

«Etait-ce avant ou après que vous avez reçu de grosses sommes d'argent pour faire des discours ? Ils ont du être très très contrariés par ce que vous leur avez dit», a-t-il ironisé.

Hillary Clinton a attaqué Bernie Sanders pour être contre la possibilité pour les victimes de poursuivre les fabricants d'armes à feu. D'autant que jeudi, une juge a estimé que les familles des enfants de l'école de Sandy Hook (Connecticut), tués en 2012, avaient le droit de poursuivre le fabricant de l'arme impliquée.

L'augmentation du salaire horaire minimum à 15 dollars les a également opposés. Hillary Clinton a affirmé qu'elle était prête à signer une loi en ce sens. «Je suis sûr que beaucoup de gens sont très surpris d'apprendre que vous êtes pour» cette augmentation, a répondu Bernie Sanders.

Scrutin le 19 avril

Tout au long du débat, organisé à la Duggal Greenhouse, dans les anciens chantiers navals de Brooklyn, les deux démocrates se sont fréquemment coupé la parole.

Le débat est devenu à un point tellement tendu, que le modérateur de CNN leur a dit que s'ils criaient ainsi, les téléspectateurs ne pourraient les entendre ni l'un ni l'autre.

Le débat était la dernière occasion, pour les millions d'électeurs new-yorkais, de voir les deux démocrates côte à côte avant les primaires du 19 avril.

Hillary Clinton a une moyenne de 13,8 points d'avance sur le sénateur du Vermont dans les sondages, et veut une large victoire dans l'Etat dont elle a été sénatrice de 2001 à 2009.

Sanders combattif

Bernie Sanders, né à Brooklyn, veut croire à son élan, porté par sept victoires consécutives aux primaires dans autant d'Etats depuis le 22 mars, et il s'est montré particulièrement combatif jeudi soir.

L'enjeu des primaires de New York est de taille: 291 délégués démocrates (dont 44 super-délégués) sont en jeu, le plus gros butin derrière la Californie. Hillary Clinton, 68 ans, espère l'emporter largement pour creuser définitivement l'écart avec Bernie Sanders, 74 ans, et voguer sans souci vers l'investiture de son parti pour la présidentielle de novembre.

Elle a déjà engrangé plus de 1'700 délégués, contre un peu plus de 1'100 pour M. Sanders. Il en faut 2'383 pour devenir le candidat du parti démocrate à l'élection présidentielle.

Bernie Sanders s'est pourtant dit persuadé jeudi soir qu'il allait gagner l'investiture.

Promesses irréalistes

Hillary Clinton a suggéré que ses promesses étaient irréalistes, et affirmé qu'à l'inverse, elle ne se contenterait pas de «faire des promesses que nous ne pouvons pas tenir. Nous aurons des résultats», a-t-elle affirmé.

Après le débat, Hillary Clinton part faire campagne samedi en Californie.

Bernie Sanders va lui s'envoler pour le Vatican, pour y participer vendredi à une conférence sur les problématiques sociales, économiques et environnementales. Il aurait «beaucoup aimé» à cette occasion une rencontre avec le pape, mais aucune n'était prévue. 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
15 avril 2016 5 15 /04 /avril /2016 05:38

Démarrage officiel de la campagne «Brexit»

Grande-Bretagne

Les britanniques vont bientôt devoir se prononcer sur la place qu'ils souhaitent tenir au sein de l'UE, à l'issue d'une campagne lourde de conséquences.

Mis à jour à 07h21David Cameron se veut confiant en la victoire de son camp.

David Cameron se veut confiant en la victoire de son camp.
Image: Keystone

 

La campagne officielle du référendum sur la place du Royaume-Uni dans l'Union européenne démarre vendredi, à dix semaines du vote que les sondages annoncent serré et qui sera la première consultation des Britanniques sur l'Europe depuis 1975.

La commission électorale a désigné mercredi les deux campagnes officielles qui vont s'opposer jusqu'au 23 juin: «Vote Leave», le camp officiel en faveur du Brexit, face à «The In Campaign» pro-UE.

Une désignation officielle qui leurs donne le droit de dépenser chacun un maximum de 7 millions de livres (8,7 millions d'euros), tandis que les autres groupes n'auront le droit de dépenser qu'un maximum de 700'000 livres chacun.

Le Premier ministre David Cameron mène le camp du maintien dans le bloc des 28 en défendant le «statut spécial» du Royaume-Uni au sein de l'UE qu'il a négocié en février avec ses partenaires européens. Il répète depuis que le pays sera plus riche et plus fort en demeurant au sein de l'UE. Il se veut confiant en la victoire de son camp même si la question divise son parti conservateur et malgré ses récentes difficultés et sa perte de popularité liées aux révélations des «Panama Papers».

Les principaux partis politiques et plusieurs des plus importants employeurs du pays se sont prononcés en faveur du maintien dans l'UE. Le Fonds monétaire international (FMI) a également fait valoir qu'une sortie du pays de l'UE «pourrait causer de graves dégâts régionaux et mondiaux en perturbant des relations commerciales bien établies».

Convaincre les jeunes

Jeudi, le leader du parti travailliste Jeremy Corbyn a tenu son premier grand discours pro-UE. Il pourrait jouer un rôle-clé pour convaincre les électeurs, notamment les jeunes, de voter en faveur du maintien dans l'UE, estiment les observateurs. Mais dans le camp favorable à une sortie du pays de l'UE, emmené par le très populaire maire conservateur de Londres Boris Johnson, on compte persuader les Britanniques qu'ils pourraient avoir un avenir radieux en s'épargnant les formalités administratives européennes.

Boris Johnson a ainsi comparé le Brexit à une évasion de prison, affirmant qu'avec le référendum, c'était «comme si le geôlier avait accidentellement laissé la porte de la prison ouverte et que les gens pouvaient apercevoir les terres ensoleillées au loin». La campagne «Vote Leave» est une initiative pluripartite appuyée notamment par 128 députés conservateurs qui s'est imposé devant le mouvement soutenu par le chef du parti europhobe et anti-immigration Ukip Nigel Farage.

Elle organise vendredi et samedi un véritable «Blitz» d'événements à travers le pays pour faire les louanges du Brexit (British Exit). Boris Johnson est ainsi attendu pour des rassemblements dans les villes du nord de l'Angleterre de Manchester, Newcastle et Leeds.

Pour l'heure, les sondages annoncent un vote serré alors que les discussions ont surtout porté sur l'économie et l'immigration et que peu de Britanniques, en dehors de la sphère politique, se sont ouvertement positionnés sur la question. Selon un sondage des sondages effectué par des universitaires au sein du projet «What UK Thinks», les deux camps sont crédités d'un soutien de 50% chacun. Le taux de participation sera un élément clé du résultat, jugent les experts. Selon John Curtice de la Strathclyde University, des éléments montrent de façon récurrente que les électeurs favorables au Brexit «sont présentés comme plus enclin à aller voter».

La semaine dernière, seulement 32% des Néerlandais ont voté à un référendum sur un accord de l'UE avec l'Ukraine, ce qui a été vu par les partisans de «Vote Leave» comme l'expression d'un rejet silencieux des institutions de Bruxelles. Ils comptent ainsi bénéficier de l'abstention.

«The In Campaign» a, quant à elle, lancé cette semaine une campagne sur YouTube pour appeler les jeunes à parler à leurs grands-parents pour les persuader de voter en faveur du maintien dans l'UE

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
13 avril 2016 3 13 /04 /avril /2016 05:31

Les rangs de l'EI plus «clairsemés» que jamais

Etats-Unis

Sans donner de chiffres, des responsables américains estiment que les effectifs de Daech sont au plus bas depuis 2014.

Mis à jour à 01h09 

L'Américain Antony Blinken, secrétaire d'Etat adjoint, s'est exprimé lors d'une audition au Sénat, le 12 avril, en présence du chanteur Bono (voir encadré). (Image - 12 avril 2016)

L'Américain Antony Blinken, secrétaire d'Etat adjoint, s'est exprimé lors d'une audition au Sénat, le 12 avril, en présence du chanteur Bono (voir encadré). (Image - 12 avril 2016)

 

Les rangs du groupe Etat islamique (EI) n'ont «jamais été aussi clairsemés» depuis 2014, lorsque les Etats-Unis ont commencé à recenser ces combattants, a affirmé mardi un haut responsable de la diplomatie américaine à la veille d'une réunion de Barack Obama sur la lutte antijihadiste.

Mercredi, l'équipe de sécurité du président sera réunie au siège de la CIA et ses membres conviés à «faire des propositions» pour accentuer la pression sur les djihadistes en Irak et en Syrie, a détaillé le porte-parole de Barack Obama, Josh Earnest.

«En travaillant avec des partenaires locaux, nous avons repris 40% des territoires que Daech (acronyme en arabe du groupe Etat islamique, ndlr) contrôlait il y a un an en Irak et 10% en Syrie», a affirmé pour sa part Antony Blinken, secrétaire d'Etat adjoint.

Entre 20 et 30'000 en 2014

«Nous estimons que les rangs de Daech n'ont jamais été aussi clairsemés depuis que nous avons commencé à dénombrer leurs partisans en 2014», a ajouté Antony Blinken qui s'adressait au comité du Sénat chargé de superviser les fonds alloués au département d'Etat dans la lutte pour contrer l'extrémisme violent.

Antony Blinken n'a pas donné de chiffres sur les effectifs actuels du groupe EI, mais en septembre 2014, un responsable du renseignement américain avait affirmé à l'AFP que la CIA estimait de 20'000 à 31'500 le nombre de combattants du roupe EI, locaux et étrangers.

Depuis cette date, les forces irakiennes et kurdes appuyées par la coalition internationale conduite par Washington ont repris les villes de Tikrit et Ramadi en Irak et les djihadistes du groupe EI ont été chassés de Palmyre en Syrie par les troupes du régime de Bachar el-Assad, appuyées par Moscou.

Irak en suspens

Interrogé sur un éventuel renforcement du nombre de troupes américaines en Irak, Josh Earnest a refusé de se prononcer, indiquant simplement que Barack Obama s'exprimerait à l'issue de la réunion de mercredi.

«Il n'est pas rare que le président prenne des décisions dans le cadre de ces réunions», a-t-il noté.

Les Etats-Unis, qui se sont retirés militairement d'Irak fin 2011 après huit ans de guerre, y ont redéployé officiellement 3870 soldats non-combattants ces derniers mois.

Perte d'espoir ?

Le groupe EI «est clairement en train de perdre du terrain, de perdre des chefs, de perdre des combattants, de perdre de l'argent, et donc, sans surprise, ses membres sont aussi en train de perdre espoir», avait souligné vendredi à Bagdad le secrétaire d'Etat américain John Kerry.

Les Etats-Unis assurent, de loin, le plus grand nombre de sorties aériennes dans le cadre de l'opération «Inherent Resolve» (Détermination absolue), lancée en août 2014 pour frapper les positions du groupe EI. La coalition d'une soixantaine de pays a effectué en plus d'un an et demi quelque 11'000 frappes aériennes contre les djihadistes en Syrie et en Irak, parallèlement aux opérations de l'armée syrienne et de son allié russe, ainsi que des forces irakiennes. 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
13 avril 2016 3 13 /04 /avril /2016 04:59

Alerte et évacuation à l'aéroport d'Amsterdam

Pays-Bas

Une personne a été arrêtée. L'aéroport est désormais à nouveau ouvert.

Mis à jour à 05h29 

L'aéroport Schipol est situé à une vingtaine de kilomètres d'Amsterdam. (Image d'archive)

L'aéroport Schipol est situé à une vingtaine de kilomètres d'Amsterdam. (Image d'archive)
Image: AFP

 

L'aéroport international d'Amsterdam-Schipol a été partiellement évacué mardi soir à la suite d'une alerte et un homme a été arrêté, ont indiqué des responsables à l'AFP. «La police a évacué une partie de l'aéroport ainsi que l'hôtel Sheraton voisin, et a arrêté une personne», a déclaré la porte-parole de l'aéroport Danielle Timmer, indiquant qu'elle n'avait pas d'autre information.

«L'aéroport a été déclaré à nouveau en sécurité», a indiqué aux journalistes le porte-parole de la police militaire Alfred Ellwanger. Un hélicoptère a survolé l'aéroport jusqu'à ce que l'alerte soit levée vers 01h30.

Des images de télévision ont montré des membres lourdement armés de la police militaire patrouillant autour de l'aéroport qui avait relevé son niveau de sécurité depuis les attentats du 22 mars à Bruxelles.

 

 

«A 21h45 un homme a été arrêté sur la place devant l'entrée principale de l'aéroport», a déclaré à l'AFP Alfred Ellwanger, porte-parole de la police militaire.

«L'équipe de déminage est sur place et ils contrôlent les bagages de l'homme», a-t-il dit.

Pas de vol perturbé

Aucun vol n'a été perturbé, a ajouté Alfred Ellwanger et les trains arrivaient normalement à la gare qui relie l'aéroport au reste du pays.

On ne savait pas immédiatement combien de personnes avaient été évacuées lorsque la police militaire a bouclé la zone, mais selon Alfred Ellwanger il ne restait plus à cette heure que quelques départs ou arrivées d'avions pour la journée.

«Une partie de Schiphol n'est pas accessible en raison d'un incident. La police enquête sur l'affaire. Pour l'instant, le trafic aérien n'a pas été affecté», a écrit l'aéroport sur son compte Twitter officiel.

Schiphol, qui se trouve juste à côté de la capitale néerlandaise Amsterdam, est l'un des aéroports les plus fréquentés d'Europe avec environ 50 millions de passagers chaque année.

Seconde arrestation, non liée

Une personne a également été arrêtée à la gare de Leiden, située à proximité, pour avoir déclenché une «fausse alerte», a déclaré à l'AFP un porte-parole de la police de La Haye, ajoutant que cet incident n'était pas lié à l'enquête en cours à Schiphol.

Depuis les attaques de Bruxelles qui ont fait 32 morts le mois dernier, le gouvernement néerlandais a relevé le niveau de sécurité dans les gares et aéroports du pays et a renforcé les contrôles à sa frontière avec la Belgique. 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
12 avril 2016 2 12 /04 /avril /2016 18:06

L'EI s'est emparé de la majorité du camp de Yarmouk

Syrie

Les djihadistes se sont emparés du camp palestinien dans le sud de Damas.

Mis à jour le 12.04.2016

Le groupe État islamique (EI) a chassé son rival Al-Qaïda de ce camp où vivaient des réfugiés palestiniens avant la guerre. Environ 18'000 personnes vivent encore sur ce site. Le dirigeant de l'OLP à Damas l'a affirmé mardi.

«Daech (acronyme arabe de l'EI) a commencé vendredi à attaquer les positions de son ancien allié à Yarmouk, le Front Al-Nosra (branche syrienne d'Al-Qaïda) et s'est emparé de 60% du camp», a déclaré Anouar Abdel Hadi.

«Une partie des combattants d'Al-Nosra ont rejoint les rangs de Daech. L'EI a assiégé les dernières positions d'Al-Nosra et a exigé qu'il évacue le camp», a-t-il ajouté.

Il a précisé que «les affrontements avaient fait des morts, surtout dans les rangs d'Al-Nosra, en plus d'au moins trois civils».

De violents combats faisaient toujours rage dans le camp mardi, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Aamaq, l'agence de presse liée à l'EI, a rapporté également que le groupe ultraradical s'était emparé de la majeure partie du camp.

Six mille civils

Yarmouk est un grand quartier du sud de la capitale syrienne. Plus de 160'000 personnes y vivaient avant le début du conflit en 2011.

Il ne reste plus que 6000 civils dans le camp. L'EI possède 3000 combattants à Yarmouk et dans le quartier limitrophe de Hajar al-Aswad, tandis qu'Al-Nosra n'en compte que 300.

Depuis avril 2015, Al-Nosra et l'EI contrôlaient 70% du camp, selon le responsable de l'OLP, tandis que les organisations palestiniennes et les forces gouvernementales sont présentes dans le nord du camp. «L'EI a lancé cette offensive après ses défaites à Palmyre et à al-Qaryatayn pour prouver qu'il est toujours fort et capable de combattre», a-t-il dit en condamnant l'attaque.

Un accord qui prévoyait l'évacuation de 4000 personnes, dont 2000 djihadistes appartenant à l'EI et à Al-Nosra, de Yarmouk et des quartiers limitrophes avait échoué fin décembre. 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 05:01

Daech envisage des attentats en Allemagne

Services secrets

Préparation ou recrutement, le chef du contre-espionnage allemand évalue l'état de la menace djihadiste en Allemagne.

Mis à jour à 06h59 

Georg Maassen, le chef des services de contre-espionnage allemands estime à environ 1100 le nombre d'islamistes considérés comme pouvant être liés à un risque d'attentats en Allemagne. (Image d'archive - mars 2016)

Georg Maassen, le chef des services de contre-espionnage allemands estime à environ 1100 le nombre d'islamistes considérés comme pouvant être liés à un risque d'attentats en Allemagne. (Image d'archive - mars 2016)
Image: Keystone

 

Le groupe Etat islamique veut mener des attentats en Allemagne ou contre des intérêts allemands, déclare le chef des services de contre-espionnage allemands (BfV), Hans-Georg Maassen, dans un entretien au Welt-am-Sonntag.

Il n'est toutefois pas au courant d'un projet précis.

Le groupe Etat islamique a diffusé mardi dernier une vidéo laissant entendre qu'il pourrait mener de nouveaux attentats en Occident après ceux de Bruxelles et de Paris. Il a cité les villes de Londres, Berlin et Rome comme objectifs possibles. Georg Maassen précise qu'il s'agit pour Daech d'encourager ses partisans à prendre l'initiative d'organiser des attentats en Allemagne.

Attentats ratés

Dans plusieurs cas, note-t-il, on peut relier des Allemands rentrant de Syrie à des projets d'attentat. Le danger constitué par les djihadistes venus d'Allemagne est, selon lui, important.

Le responsable souligne que le pays a pour l'instant évité un gros attentat grâce au travail des services de sécurité et également à la chance, comme, dans un ou deux cas, quand un détonateur n'a pas fonctionné correctement.

En 2014, un Allemand présenté comme un islamiste radical a été accusé d'avoir dissimulé deux ans auparavant une bombe artisanale, qui n'a jamais explosé, à la gare de Bonn. En 2006, deux bombes dans des valises laissées par des islamistes dans des trains à Cologne n'ont pas explosé.

300 tentatives de recrutement

Le chef du contre-espionnage allemand estime à environ 1100 le nombre d'islamistes considérés comme pouvant être liés à un risque d'attentats. Ses services sont au courant de quelque 300 tentatives de recrutement de la part de salafistes ou d'autres islamistes.

Les mineurs seuls sont «délibérément visés», a-t-il précisé, en se disant «particulièrement préoccupé» par ces profils. 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
10 avril 2016 7 10 /04 /avril /2016 03:17

Investissement: un fonds de 15 milliards

Egypte - Arabie Saoudite

Les deux pays ont signé samedi des accords qui créent un important fonds d'investissement.

Mis à jour le 10.04.2016

Image - twitter

 

L'Egypte et l'Arabie saoudite ont signé samedi différents accords dont un portant sur un fonds d'investissement de 16 milliards de dollars, à l'occasion d'une visite au Caire du roi Salmane d'Arabie saoudite. La télévision publique égyptienne a montré en direct l'annonce des différents accords signés en présence du roi Salmane et du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi au palais d'Abedin, dans le centre du Caire.

Les deux pays ont convenu «de mettre en place un fonds d'investissement saoudien-égyptien avec un capital de 60 milliards de rials saoudiens (15,26 milliards de francs)», a déclaré le présentateur, sans donner plus de détails.

Plus d'une dizaine d'autres accords, y compris un protocole d'accord pour mettre en place une zone industrielle en Egypte, ont également été annoncés.

Projets

Depuis son arrivée jeudi, Salman et sa délégation ont annoncé une série d'investissements en Egypte, ainsi qu'un projet extravagant de construction d'un pont sur la mer Rouge pour relier les deux pays.

Ryad compte parmi les principaux soutiens du président Abdel Fattah al-Sissi et, depuis que l'ex-chef de l'armée a destitué en 2013 son prédécesseur islamiste Mohamed Morsi, l'Arabie saoudite a apporté des milliards de dollars en aide pour une économie égyptienne en lambeaux.

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
8 avril 2016 5 08 /04 /avril /2016 05:28

Erdogan menace l'UE de ne pas respecter l'accord

Migrants

La Turquie réclame l'exemption des visas pour l'Europe dès juin.

Mis à jour à 04h03 

Tout l'accord, sinon pas d'accord: la Turquie a mis la pression sur l'UE pour qu'elle applique ses engagements dans le cadre du plan controversé de retour des migrants, grâce auquel la Grèce s'apprêtait à y renvoyer vendredi 50 personnes.

Le président Recep Tayyip Erdogan a prévenu jeudi que la Turquie ne remplirait pas sa part du marché si l'Union européenne ne respectait pas elle-même ses promesses, évoquant notamment l'exemption des visas dès juin pour les citoyens turcs voulant se rendre en Europe.

«Il y a des conditions précises. Si jamais l'Union européenne n'effectue pas les pas nécessaires, ne tient pas ses engagements, alors la Turquie n'appliquera pas l'accord», a déclaré M. Erdogan lors d'un discours à Ankara.

Accord au ralenti

«Tout se passera en fonction de ce qui a été promis», a-t-il insisté.

Cet accord, signé le 18 mars et déjà au ralenti après un démarrage en fanfare lundi, vise à dissuader les passages clandestins en Europe, confrontée à sa pire crise migratoire depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

La Turquie s'y est engagée à accepter le retour sur son sol de tous les migrants entrés illégalement en Grèce depuis le 20 mars. Le plan prévoit en outre que pour chaque réfugié syrien renvoyé en Turquie, un autre sera «réinstallé» dans un pays européen dans la limite de 72'000 places.

En contrepartie, les Européens ont accepté de relancer les discussions d'intégration de la Turquie à l'UE et à accélérer le processus de libéralisation des visas pour les Turcs, mais en soulignant qu'ils ne transigeraient pas sur les critères à remplir.

Aide financière

«La Turquie en est encore loin», a indiqué à l'AFP Marc Pierini, analyste à la fondation Carnegie Europe et ancien ambassadeur de l'UE à Ankara. «Il serait faux de considérer que la Turquie va bénéficier d'un "rabais" sur les conditions d'entrée dans l'UE juste à cause des réfugiés», a-t-il ajouté.

Sur le plan financier, l'UE a promis une aide pouvant aller jusqu'à six milliards d'euros. «Il y a eu des promesses, mais rien n'en sort pour l'instant», a déploré M. Erdogan.

L'accord est officiellement appliqué depuis lundi, quand un premier groupe de 202 personnes a été ramené de Grèce en Turquie. Mais le processus s'est depuis embourbé, Athènes faisant face à une explosion des demandes d'asile que ses autorités sont obligées de traiter avant toute expulsion.

Pénurie de juristes

La Grèce, qui dit être confrontée à une pénurie de juristes et d'interprètes, a estimé mercredi que le traitement des dossiers entraînerait une «pause» de 15 jours des renvois. Elle s'apprêtait toutefois à renvoyer vendredi 50 migrants en Turquie, sauf demande d'asile de dernière minute, selon des sources policière et du gouvernement.

Dans le «hotspot» de Moria, sur l'île grecque de Lesbos, où restent enfermés au moins 3'000 migrants, un groupe de 70 Pakistanais a commencé jeudi une grève de la faim pour protester contre son éventuel renvoi en Turquie.

Le gouvernement grec a commencé à transférer du camp de Moria vers le camp ouvert de Kara Tepe, sur l'île de Lesbos, des familles avec enfants et des personnes vulnérables, une opération «visant à décharger Moria», selon une source gouvernementale.

François à Lesbos le 16 avril

Symbole de la crise migratoire que l'Europe affronte depuis l'année dernière, l'île de Lesbos, devenue la principale porte d'entrée des migrants, accueillera le pape François le 16 avril pour une visite, a confirmé jeudi le Vatican.

L'accord signé entre l'UE et Ankara est vivement critiqué par des ONG, qui considèrent notamment que la Turquie ne peut pas être considérée comme un «pays sûr» pour les réfugiés syriens.

Voisine de la Syrie, la Turquie accueille quelque 2,7 millions de réfugiés syriens fuyant leur pays en guerre, dont 250.000 vivent dans des camps, et a déjà dépensé quelque 10 milliards de dollars pour subvenir à leurs besoins, selon Recep Tayyip Erdogan.

«Nous avons reçu beaucoup de remerciements pour notre action pour les réfugiés et contre les terroristes», a déclaré le président turc jeudi. «Nous ne faisons pas cela pour les remerciements».

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée