Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 23:11

Strategie hamassienne : L'EI utilise les habitants comme bouclier humain

Syrie

La population de Raqa servirait de rempart aux djihadistes, selon un militant.

 

 

Les djihadistes du groupe Etat islamique (EI) se fondent délibérément dans la population à Raqa pour échapper aux frappes aériennes, a affirmé un militant syrien mardi. Ce stratagème devrait compliquer l'offensive pour les déloger leur bastion.

«Ils utilisent les civils comme rempart. Vous les voyez dans les mêmes bâtiments. Dans un immeuble civil, il y a deux ou trois appartements pour les combattants de l'EI», a expliqué Abdel Aziz al-Hamza, cofondateur du groupe «Raqqa is Being Slaughtered Silently» (RBSS, «Raqa est massacrée en silence»).

«Ils parlent aussi de certaines écoles comme d'endroits où aller parce que ces écoles ont des sous-sols et ils sont donc protégés des bombardements aériens» d'autant qu'«elles sont entourées de bâtiments civils», a-t-il déclaré en marge de l'Oslo Freedom Forum, un rassemblement de militants de la paix dans la capitale norvégienne.

Civils «pris en tenaille»

Les forces démocratiques syriennes (FDS), une coalition arabo-kurde syrienne soutenue par la coalition internationale, ont annoncé mardi le lancement d'une offensive contre l'EI au nord de Raqa, des informations confirmées par un responsable américain.

«Les civils sont pris en tenaille, ils ne peuvent pas quitter la ville, car l'EI le leur interdit», a souligné Abdel Aziz al-Hamza, aujourd'hui réfugié en Allemagne après avoir fui Raqa en janvier 2014. La ville venait alors de tomber aux mains de l'EI qui en a fait la «capitale» en Syrie de son «califat» autoproclamé.

Pas le paradis

La vie y est depuis lors difficile pour les habitants contrairement à ce qu'affirment les vidéos de propagande de l'EI, selon l'activiste de RBSS.

«Ils essaient toujours de montrer que leur ville est un paradis, que tout va bien et que vous y trouvez ce que vous voulez», a-t-il indiqué. Mais, en réalité, «on y voit d'immenses files d'attente formées de milliers de personnes qui attendent de la nourriture et qui l'obtiennent auprès d'une cantine d'urgence qui n'est pas soutenue par l'EI».

«La plupart des civils souffrent. Des civils dorment dans la rue, en particulier ceux qui sont déplacés et venus d'autres villes», a-t-il ajouté.

Selon les responsables américains, plusieurs milliers de combattants de l'EI défendent Raqa tandis que les SDF comptent environ 25'000 combattants et environ 5000 combattants arabes, toujours selon des estimations américaines. 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 12:54

Un ultraconservateur dirigera l'Assemblée des experts

Iran

L'ayatollah ultraconservateur Ahmad Janati, 89 ans, dirigera le groupe chargé de superviser et de nommer le guide suprême.

Mis à jour à 10h15

Ahmad Janati dirige aussi le Conseil des gardiens de la Constitution, chargé de superviser les élections et d'approuver la conformité des lois votées par le Parlement avec la Constitution et les règles de l'islam.

Ahmad Janati dirige aussi le Conseil des gardiens de la Constitution, chargé de superviser les élections et d'approuver la conformité des lois votées par le Parlement avec la Constitution et les règles de l'islam.
Image: Keystone

 

L'ayatollah ultraconservateur Ahmad Janati, 89 ans, a été élu mardi président de l'Assemblée des experts par ce puissant organe du régime iranien, a annoncé la télévision officielle.

Renouvelée le 26 février au suffrage universel, l'Assemblée des experts est composée majoritairement de religieux, chargés de nommer, superviser et éventuellement démettre le guide suprême.

Elle pourrait être amenée à jouer un rôle primordial en raison de l'âge du guide actuel, l'ayatollah Ali Khamenei, 76 ans, qui est la plus haute autorité en Iran.

Un revers pour les modérés

L'ayatollah Janati a remporté une majorité de 51 voix (sur 85 votants) tandis que les deux autres candidats, les ayatollahs Ebrahim Amini et Mahmoud Hachémi Chahroudi ont obtenu respectivement 21 et 13 votes.

Les partis réformateurs et modérés, soutenant le président Hassan Rohani et l'ex-président Akbar Hachemi Rafsandjani, tous les deux membres de cette assemblée, avaient fait campagne pour l'élection de l'ayatollah Amini pour faire barrage à l'ayatollah Janati.

Déjà durant l'élection du 26 février, la coalition des partis modérés et réformateurs avait demandé aux électeurs d'éliminer l'ayatollah Janati ainsi que deux autres religieux ultraconservateurs, les ayatollahs Mohammad Yazdi et Mohammad Taghi Mesbah Yazdi. Ces deux derniers avaient été battus, M. Janati étant élu de justesse à Téhéran.

Les conservateurs dominent toujours

Cette élection renforce la position de M. Janati, qui dirige aussi le Conseil des gardiens de la Constitution, chargé de superviser les élections et d'approuver la conformité des lois votées par le Parlement avec la Constitution et les règles de l'islam.

L'élection de M. Janati est le signe que les conservateurs dominent largement la nouvelle Assemblée des experts, malgré la défaite de MM. Yazdi et Mesbah Yazdi.

L'ayatollah Khamenei avait affirmé en mars que l'Assemblée des experts devait «rester une assemblée révolutionnaire, penser de manière révolutionnaire et agir de manière révolutionnaire». 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 05:18

Près de 150 morts dans des attaques de l'EI

Syrie

Sept attentats ont visé le fief alaouite du président syrien et des lieux stratégiques, qui abritent des bases militaires russes.

Mis à jour le 23.05.2016

Le régime syrien a été frappé en plein coeur, lundi, par une série d'attentats qui ont fait 148 morts dans ses fiefs de la région côtière. Ces attaques, survenues dans une zone qui abrite des bases russes, ont été revendiquées par le groupe terroriste Etat Islamique (EI).

Dans sa revendication, diffusée par l'agence de presse Amaq qui lui est liée, le groupe djihadiste précise que ses commandos ont visé des rassemblements d'Alaouites, la branche de l'islam chiite à laquelle appartient le président Bachar al Assad.

Au total, la police a fait état de quatre voitures piégées et de trois attentats suicide, tandis que l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a rapporté deux attentats à la voiture piégée et cinq attaques suicides. Les explosions ont visé la gare routière de Tartous et la gare routière, la compagnie d'électricité et deux hôpitaux de Jablé.

L'OSDH, basé à Londres, a établi en fin d'après-midi un nouveau bilan de 148 morts, dont une centaine à Jablé, et des dizaines de blessés, la quasi-totalité des civils. L'agence officielle Sana a de son côté fait état d'au moins 78 morts.

Cibles symboliques

Jamais depuis le début du conflit syrien, il y a cinq ans, le «pays alaouite» avait été aussi lourdement frappé par des attentats. Le choix des cibles est aussi symbolique: Tartous héberge une base navale russe et Jablé, dans la province de Lattaquié, est située près d'une base aérienne utilisée par l'aviation russe pour bombarder les ennemis de Bachar al Assad.

Le mode opératoire est la marque de fabrique d'Al-Qaïda, dont est issu l'EI. Ce dernier groupe n'a pas de présence connue sur la côte syrienne, contrairement au Front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda, qui combat le régime dans la province de Lattaquié. Mais l'organisation compte énormément sur ses cellules dormantes pour attaquer ses ennemis.

Ces attentats sans précédent ont été menés alors que l'EI fait face à une pression croissante en Syrie comme en Irak, où les forces gouvernementales ont lancé lundi la bataille pour chasser les djihadistes de la ville de Fallouja. L'EI a par ailleurs revendiqué un double attentat qui a fait au moins 41 morts au Yémen.

Inquiétude du Kremlin

Interrogé par la chaîne de télévision progouvernementale Ikhbariya, le ministre syrien de l'Information Omran al Zoubi a accusé les «terroristes» de s'attaquer aux civils au lieu de combattre sur les lignes de front.

Réagissant à ces attaques, le Kremlin a exprimé son «inquiétude» face à «la montée des tensions et de l'activité terroriste en Syrie».

Ces attentats «démontrent une nouvelle fois à quel point la situation est fragile en Syrie et la nécessité de prendre des mesures énergiques pour relancer le processus de paix», a-t-il ajouté. Pour Moscou, ce regain de violences souligne la nécessité de poursuivre les négociations de paix sous l'égide de l'ONU.

Ces négociations sont au point mort depuis des semaines, en raison de positions inconciliables sur l'avenir politique de M. Assad. Après diverses tentatives de cessez-le-feu, les combats ont repris de plus belle dans les régions d'Alep et Damas où rebelles d'une part et forces gouvernementales appuyées par leurs alliés iraniens et libanais d'autre part ont lancé de grandes offensives.

Réfugiés pris à partie

A Paris, le Quai d'Orsay a de son côté dénoncé des attentats «odieux». Il s'agit des attaques les plus meurtrières depuis celles du 16 avril 1986, lorsque des bombes avaient explosé à Tartous et dans d'autres localités avoisinantes, faisant 144 tués. Les autorités avaient accusé la confrérie des Frères musulmans avec l'appui financier de l'ancien dictateur irakien Saddam Hussein.

Après les attentats, des habitants de Tartous s'en sont pris à des réfugiés d'Alep et d'Idleb, qui sont des fiefs de la rébellion, en les accusant de «sympathie avec le terrorisme». 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 05:15

Netanyahu rejette l'initiative (piege) de paix française

Proche-Orient

Benjamin Netanyahu a rejeté lundi l'initiative française pour relancer l'effort de paix avec les Palestiniens.

Mis à jour le 23.05.2016

Benjamin Netanyahu: «J'accepterais avec joie une initiative française différente, avec un changement important: l'initiative pourrait toujours se tenir à Paris, ce serait un endroit merveilleux pour signer un accord de paix.»

Benjamin Netanyahu: «J'accepterais avec joie une initiative française différente, avec un changement important: l'initiative pourrait toujours se tenir à Paris, ce serait un endroit merveilleux pour signer un accord de paix.»
Image: Reuters

 

Le premier ministre israélien a proposé à son homologue français, Manuel Valls, que Paris accueille des négociations bilatérales entre Israéliens et Palestiniens.

Benjamin Netanyahu a répété devant le premier ministre français que les négociations bilatérales entre Israéliens et Palestiniens étaient «le seul moyen de progresser vers la paix». Ce qui n'est pas le cas, selon lui, des «conférences internationales à la manière onusienne» ou des «diktats internationaux» décidant du sort des Israéliens et des Palestiniens.

«J'accepterais avec joie une initiative française différente, avec un changement important: l'initiative pourrait toujours se tenir à Paris, ce serait un endroit merveilleux pour signer un accord de paix», a-t-il dit.

«Cela s'appellerait l'initiative française», a-t-il dit, «à cette différence près: je serai seul assis directement face à face avec le président (palestinien Mahmoud) Abbas, à l'Elysée ou là où il vous plaira».

«Tous les sujets difficiles seront mis sur la table: reconnaissance mutuelle, incitation à la violence, frontières, réfugiés mais aussi les colonies. Tout», a-t-il assuré. «Je suis prêt à prendre des décisions difficiles».

Manuel Valls a semblé ne pas vouloir s'engager sur une proposition apparemment inattendue. Manuel Valls rencontrait Benjamin Netanyahu avec l'intention de défendre le projet français de réunir à l'automne une conférence de paix internationale. Paris a prévu d'en jeter les bases le 3 juin en réunissant les chefs de la diplomatie d'une vingtaine de pays et les représentants de grandes d'organisations internationales, mais sans participation israélienne ni palestinienne.

Echec des approches bilatérales

Benjamin Netanyahu s'est constamment opposé à l'idée d'une conférence internationale et s'est toujours dit prêt à rencontrer M. Abbas à tout moment et en tout lieu. La nouveauté dans la contre-proposition de Benjamin Netanyahu est que les négociations bilatérales auraient lieu à Paris.

Mais elle ne semble pas modifier fondamentalement la donne. Les Palestiniens se disent lassés des tractations bilatérales ne menant nulle part, aggravant chaque jour le fait accompli de l'occupation et de la colonisation et éloignant toujours davantage la création d'un Etat palestinien indépendant. Ils sont acquis au projet français.

Quant aux Français, leur initiative part dans une large mesure du constat que les approches bilatérales ont échoué et que la voie de la négociation est bloquée. Ils avaient conscience que Manuel Valls allait au-devant de fortes résistances quand il rencontrerait Benjamin Netanyahu après être allé se recueillir sur les tombes des victimes juives des attentats en France.

Depuis le début de sa visite, Manuel Valls a multiplié les gestes symboliques et les gages d'amitié, y compris personnelle, envers Israël, tout en répétant que «la colonisation doit cesser». Il a souligné à plusieurs reprises que «cette initiative n'est pas contre Israël», mais au contraire, dans son intérêt comme dans celui des Palestiniens. 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 05:09

Rencontre entre le pape et le grand imam d'Al-Azhar

Vatican

L'audience privée entre Jorge Bergoglio et le représentant de la plus prestigieuse institution de l'islam sunnite a duré une trentaine de minutes environ.

Mis à jour le 23.05.2016 

Le cheikh Ahmed el-Tayyib (à gauche), Grand Imam d'Al-Azhar, est accueilli par le cardinal Jean-Louis Tauran.

Le cheikh Ahmed el-Tayyib (à gauche), Grand Imam d'Al-Azhar, est accueilli par le cardinal Jean-Louis Tauran.
Image: Keystone

 

Le pape François et le grand imam d'Al-Azhar, Ahmed al-Tayeb, se sont vus lundi à la mi-journée au Vatican, pour une rencontre historique et «très cordiale» selon le Saint-Siège, après dix ans de relations tendues entre les deux institutions religieuses.

Le «message» à retenir de cette rencontre entre les deux hommes, qui se sont donné l'accolade, c'est «notre rencontre», a affirmé François à la presse.

C'est la première fois qu'une telle rencontre se déroule au Vatican. Le 24 février 2000, Jean-Paul II avait rendu visite au grand imam d'Al-Azhar, le cheikh Mohammed Sayed Tantawi, au Caire.

L'audience privée entre Jorge Bergoglio et le représentant de la plus prestigieuse institution de l'islam sunnite a duré une trentaine de minutes environ, selon un communiqué du Saint-Siège.

Les deux hommes ont salué «la signification importante de cette nouvelle rencontre dans le cadre du dialogue entre l'Eglise catholique et l'Islam».

Selon le Vatican, ils se sont entretenus principalement de «la paix dans le monde, du refus de la violence et du terrorisme, de la situation des chrétiens dans le contexte des conflits et des tensions au Moyen-Orient, ainsi que de leur protection».

Une encyclique en cadeau

L'entretien s'est tenu dans la bibliothèque du Vatican. François a offert à son invité son encyclique sur l'environnement, «Laudato si», ainsi qu'un médaillon de la paix.

Cette rencontre entre Ahmed al-Tayeb et François marque une nouvelle étape dans la réconciliation, après 10 ans de relations tendues entre leurs deux institutions en raison de propos controversés de Benoît XVI semblant lier islam et violence.

Les liens se sont réchauffés petit à petit après l'arrivée du pape François, qui a fait du dialogue interconfessionnel l'une de ses priorités, et avait notamment salué les musulmans en 2013 à l'occasion de la fin du ramadan.

Depuis son arrivée, le pape François multiplie les messages de tolérance. Il avait ainsi ramené trois familles musulmanes syriennes de sa visite en avril sur l'île grecque de Lesbos: «Je n'ai pas fait de choix entre chrétiens et musulmans (... Tous) sont fils de Dieu». 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 04:57

Le mouvement islamiste Ennahda acte sa mue en créant une démocratie musulmane (???)

Tunisie

Le parti, vainqueur des élections de l'après-révolution en 2011, a officialisé la séparation entre activités politiques et religieuses.

Mis à jour le 22.05.2016Le leader historique du parti Ennahda, Rached Ghannouchi.

Le leader historique du parti Ennahda, Rached Ghannouchi.
Image: Mohamed Messara/Keystone

 

Le parti islamiste tunisien Ennahda a voté dimanche la séparation entre ses activités politiques et religieuses. Un quota de femmes a également été discuté.

La décision a été officialisée au cours du dixième congrès d'Ennahda dans un hôtel d'Hammamet, à 60 km au sud de Tunis. Les 1200 congressistes du parti ont débattu jusqu'à tard dans la nuit de samedi puis dimanche matin des différentes priorités de la stratégie de leur formation sur les plans politique, économique et social.

Celle concernant la séparation entre la prédication et la politique a été votée à plus de 80%, a indiqué le porte-parole du congrès, Oussama Sghaier. Des discussions se poursuivaient par ailleurs sur la charte interne et le règlement intérieur du parti, qui pourraient «redistribuer l'équilibre du pouvoir qui existe au sein du leadership d'Ennahda aujourd'hui», selon la députée Sayida Ounissi.

En débat aussi, l'établissement d'un quota de 10% de femmes au sein du Conseil de la Choura, le parlement interne du parti. Ce seuil est jugé trop bas par certains congressistes. Les délégués devaient aussi élire le président d'Ennahda - sauf surprise le leader historique Rached Ghannouchi - et une partie du Conseil de la Choura.

«Démocratie musulmane»

Rached Ghannouchi, 74 ans, avait récemment expliqué dans un entretien au quotidien français Le Monde que son parti voulait une activité politique «totalement indépendante» de l'activité religieuse. «On sort de l'islam politique pour entrer dans la démocratie musulmane», avait-il assuré. (démocratie musulmane signifie aucune démocratie)

Cette mue, en gestation depuis quelques années, a été présentée par les responsables comme le résultat de l'expérience du pouvoir et du passage de la Tunisie de la dictature à la démocratie. Réprimé sous la dictature de Zine El Abidine Ben Ali, Ennahda avait été le grand vainqueur des premières élections de l'après-révolution en 2011. Mais après deux années mouvementées au pouvoir, il avait dû se résoudre à céder la place sur fond de crise politique majeure. 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 04:55

Le Pakistan dénonce la frappe américaine

Mort du chef des talibans

Islamabad estime que l'opération des Etats-Unis qui aurait tué le mollah Mansour, est une «violation» de sa souveraineté.

Mis à jour le 22.05.2016 

La surveillance a été renforcée en Afghanistan après la frappe de drone américaine.

La surveillance a été renforcée en Afghanistan après la frappe de drone américaine.
Image: Muhammad Sadiq/Keystone

 

Le Pakistan a dénoncé dimanche la frappe de drone américaine qui pourrait avoir tué le chef des talibans afghans, la qualifiant de «violation» de sa souveraineté, et affirmant que seules des négociations pourraient amener une paix durable en Afghanistan.

Selon le communiqué publié tard dimanche par le ministère pakistanais des Affaires étrangères, l'une des victimes de la frappe est un chauffeur nommé Muhammad Azam, tandis que l'identité de l'autre victime est «en cours de vérification».

«Violation de la souveraineté»

L'opération visant le mollah Akhtar Mansour, menée près de la frontière afghane, est «une violation de la souveraineté (du Pakistan), une question qui a déjà été évoquée avec les Etats-Unis par le passé», a souligné le ministère.

«Le Premier ministre et le chef d'Etat major ont été informés (par les Etats-Unis, NDLR) après que la frappe de drone ait eu lieu», précise le communiqué.

Le ministère souligne que lors d'une réunion internationale organisée mercredi pour relancer le processus de paix afghan, des représentants de l'Afghanistan, du Pakistan, mais aussi des Etats-Unis et de la Chine, étaient tombés d'accord pour dire qu'«un accord négocié était la seule option viable pour une paix durable en Afghanistan». 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 04:51

Israël rend des antiquités importées en contrebande

Egypte

Le trafic concerne des couvercles de sarcophages égyptiens antiques.

Mis à jour à 00h17Illustration.

Illustration.
Image: AFP

 

Les autorités israéliennes ont annoncé avoir rendu dimanche aux égyptiennes des pièces d'antiquité qui avaient été sorties d'Egypte en contrebande et introduites en Israël de manière illégale via un pays tiers.

Selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères, deux couvercles de sarcophages -- l'un remontant à entre le 16e et le 14e siècle av. J.-C. et l'autre entre le 10e et le 8e -- ont été remis à l'ambassadeur d'Egypte en Israël Hazem Khairat.

Les objets ont été saisis par l'Autorité israélienne des antiquités et entreposés jusqu'à leur remise dimanche aux autorités égyptiennes, selon le communiqué.

Le texte ne donne pas plus de précision sinon que les procédures pour le rapatriement des deux vestiges ont été facilitées par «le dialogue renforcé entre le ministère des Affaires étrangères et l'ambassade égyptienne en Israël.»

Passés par Dubaï et Londres

Selon le quotidien Jerusalem Post, citant un responsable des Antiquités israéliennes, ces couvercles de sarcophages sortis d'Egypte, étaient passés par Dubaï, puis Londres, avant d'arriver en Israël en 2012.

L'Egypte est le premier pays arabe à avoir signé un traité de paix avec Israël en 1979.

Il a nommé en juin 2015 Hazem Khairat ambassadeur en Israël, un poste qui était resté vacant depuis 2012. Cette année là, l'ex-président islamiste Mohamed Morsi avait rappelé son ambassadeur pour protester contre une offensive israélienne sur la bande de Gaza, dirigée par le mouvement islamiste du Hamas. 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 04:48

Clinton rattrapée dans les sondages par Trump

Etats-Unis

La candidate à l'investiture démocrate se démarque de son concurrent républicain avec un nouveau slogan: «we're stronger together».

Mis à jour le 22.05.2016

Hillary Clinton est désormais au coude-à-coude avec Donald Trump dans plusieurs sondages pour la présidentielle américaine de novembre. Elle a insisté dimanche sur sa différence avec le candidat à l'investiture républicaine, nouveau slogan à l'appui.

Un sondage réalisé pour le quotidien Washington Post et la chaîne ABC, publié dimanche, donne un léger avantage à l'homme d'affaires. Il est crédité de 46% contre 44% pour la candidate à l'investiture démocrate.

Hillary Clinton conserve une légère avance dans un autre sondage publié dimanche également et réalisé pour la chaîne NBC et le quotidien Wall Street Journal. Elle recueille 46% contre 43% à l'homme d'affaires.

Son avance a fondu

La nette avance que possédait l'ancienne sénatrice de l'Etat de New York depuis le début de la campagne a fondu. Il dépassait encore dix points en moyenne il y a un mois.

«Les sondages si éloignés du jour du scrutin ne veulent rien dire», a-t-elle objecté dimanche, lors de son passage dans l'émission «Meet the Press», de la chaîne NBC. Elle a pourtant fait évoluer son discours, affichant sa volonté de se démarquer de celui de Donald Trump.

Efforts contre Trump

L'ancienne secrétaire d'Etat a invité le camp démocrate, en premier lieu les supporteurs de son rival Bernie Sanders, à concentrer leurs efforts contre le promoteur milliardaire. «Je ne veux pas que les républicains modérés, les démocrates et les indépendants commencent à considérer sa candidature comme normale. Elle ne l'est pas», a-t-elle lancé dimanche.

Elle a mis en avant les déclarations et les propositions de Donald Trump en matière de politique étrangère, qu'elle considère comme iconoclastes. L'homme d'affaires a ainsi proposé de faire exécuter les familles de terroristes, de laisser davantage de pays se doter de l'arme nucléaire et de dialoguer avec le dirigeant nord-coréen.

Nouveau slogan d'Hillary Clinton

Invitée à résumer le sens de sa campagne, Hillary Clinton a dévoilé un nouveau slogan: «Nous sommes plus forts ensemble» («We're stronger together»).

«Nous avons besoin d'unifier notre pays», a-t-elle professé, assurant qu'elle était en mesure de rassembler. Elle a rappelé qu'elle avait su collaborer avec les républicains lorsqu'elle était au Sénat ou secrétaire d'Etat.

Mark Cuban se lance

L'entrepreneur et propriétaire d'une équipe de NBA Mark Cuban s'est jeté dimanche dans l'arène politique américaine, exprimant son intérêt pour être colistier de Donald Trump ou de sa potentielle adversaire de la présidentielle Hillary Clinton. Celle-ci s'est dite ouverte à la proposition.

Mark Cuban, 57 ans, est connu aux Etats-Unis pour sa participation à l'émission de télé-réalité «Shark Tank» sur la chaîne ABC. Il y investit son argent dans les projets d'entrepreneurs débutants.

Mark Cuban

Dans une interview sur la chaîne NBC, le milliardaire et investisseur du secteur internet, s'est dit «profondément indépendant» sur le plan politique. Si le candidat probable du parti républicain le sollicite: «Je dirais, Ok Donald, c'est génial, on va discuter, on va tous les deux devoir creuser et se pencher sur les problèmes pour trouver des solutions».

Mais la possibilité d'être colistier d'Hillary Clinton, l'intéresse «absolument», même s'il souhaiterait voir la candidate démocrate se positionner «plus au centre». Ni Donald Trump, ni Hillary Clinton n'ont, à ce stade, dit qui ils choisiraient pour devenir leur vice-président s'ils sont élus le 8 novembre.  

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 05:12

Manuel Valls est en visite en Israël

Persona non grata - Pas fichu de resoudre ses problemes de maison, il pretend resoudre le conflit israelo-palestinien

Le Premier ministre français vient porter une initiative de paix. Il rencontrera son homologue Benjamin Netanyahu.

La visite de Manuel Valls intervient une semaine après celle du chef de la diplomatie française, Jean-Marc Ayrault.

La visite de Manuel Valls intervient une semaine après celle du chef de la diplomatie française, Jean-Marc Ayrault.
Image: Archives/Keystone

 

Le Premier ministre français Manuel Valls est arrivé samedi soir en Israël. Il effectue jusqu'à mardi une visite dans l'Etat hébreu et dans les Territoires palestiniens, où il doit notamment défendre l'initiative française de relance du processus de paix.

L'avion gouvernemental transportant Manuel Valls s'est posé peu avant 19h45 (locales et suisses) à l'aéroport international de Tel-Aviv, a indiqué une conseillère. Le Premier ministre était accompagné d'une délégation d'invités dont deux proches des victimes des attentats perpétrés par Mohammed Merah à Toulouse en 2012.

Processus de paix

La visite officielle du chef du gouvernement français commence dimanche matin à Tel-Aviv, après un dîner privé samedi soir. Elle vise notamment à sauvegarder les chances d'une initiative française de relance de processus de paix israélo-palestinien, fraîchement accueillie par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Les deux hommes doivent se rencontrer lundi midi à Jérusalem, une semaine après la visite du chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault, devant lequel le Premier ministre de l'Etat hébreu avait émis des doutes sur «l'impartialité française». Il visait le vote de la France en soutien d'une résolution de l'Unesco sur Jérusalem.

Territoires palestiniens

Mardi, Manuel Valls se rendra dans les Territoires palestiniens. L'initiative française intervient alors que le processus de paix est au point mort depuis l'échec en avril 2014 d'une initiative américaine. Israël et les Territoires palestiniens sont secoués par une vague de violences depuis le mois d'octobre.

La France a annoncé la tenue le 3 juin d'une réunion internationale sur le processus de paix, en présence des grandes puissances et de pays riverains, mais sans les Israéliens ni les Palestiniens. L'objectif est de mettre en place une conférence à l'automne, cette fois avec les deux parties, selon Paris. 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée