Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

2 août 2017 3 02 /08 /août /2017 21:47

CRISE MIGRATOIRE L'ITALIE MET SOUS SÉQUESTRE LE BATEAU D'UNE ONG

Bloqué à Lampedusa par les gardes-côtes, un bateau de l'ONG Jugend Rettet est soupçonné d'avoir aider à l'immigration illégale.

Le «Iuventa» été «préventivement» placé sous séquestre. (Mercredi 2 août 2017)

Le «Iuventa» été «préventivement» placé sous séquestre. (Mercredi 2 août 2017) Image: Archives/AFP

 

Un bateau de l'ONG allemande Jugend Rettet, soupçonné d'avoir facilité l'immigration illégale, a été «préventivement» placé mercredi sous séquestre, a annoncé la police italienne dans un communiqué.

Le «Iuventa» avait été bloqué mercredi à Lampedusa, île au sud de la Sicile et au nord de la Libye, pour des «contrôles» par les gardes-côtes italiens, dans le cadre d'une enquête démarrée en octobre 2016. (afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
2 août 2017 3 02 /08 /août /2017 21:42

INDE UN BÉBÉ NAÎT «ENCEINTE» DE SON JUMEAU

Un fœtus long de 7 centimètres a été découvert dans le ventre d'un nouveau né. Un cas rarissime.

Photo d'illustration

Photo d'illustration Image: Jasmin Merdan/Fotolia

 

C'est lors d'un contrôle prénatal sur une jeune fille de 19 ans début juillet que l'anomalie a été décelée.

Selon le quotidien britannique The Independent, une radiologue avait alors repéré une masse inhabituelle dans la poche des eaux du bébé.

Il s'agissait d'un jumeau parasite long de sept centimètres appelé «fœtus in fœtu» et situé dans le ventre du nouveau né. Cette malformation congénitale correspond au «développement d'un fœtus à l’intérieur de son jumeau», ce qui l'empêche de grandir, nous apprend le magazine Slate.

Immédiatement retiré dès la naissance du petit garçon à Mumbra (Inde), le jumeau parasite était semi-formé, avec des bras et des jambes. Il n'avait pas de crâne mais possédait une petite tête avec un cerveau. Le bébé serait quant-à-lui en bonne santé.

 
 

Et si ce cas a été détecté très tôt, il peut arriver que l'on découvre l'anomalie des années après la naissance. En 2015, un jumeau parasite avait été découvert dans l'ovaire gauche d'une Britannique de 45 ans lors d'une consultation pour des douleurs abdominales. Il avait déjà un visage, une dent, un œil et même de longs cheveux noirs.

«J'essaie de ne pas me sentir triste. J'essaie de me souvenir qu'il n'avait pas de cœur ou de cerveau et que ça m'aurait certainement tué si [les médecins] ne l'avaient pas trouvé et retiré de mon corps.», avait-elle confié à l'époque au Mirror Online.

Le «fœtus in fœtu» est un cas rarissime puisque moins de 200 ont été recensés dans le monde.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 16:54

JÉRUSALEM Les chiens aboient et la caravane passe «ACTIONS PROVOCATRICES» D'ISRAËL DÉNONCÉES

Réunis mardi à Istanbul, les pays musulmans ont fermement condamné les mesures israéliennes autour de l'esplanade des Mosquées.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Des représentants des pays musulmans ont dénoncé mardi les «actions provocatrices» d'Israël autour de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem. Ils se sont exprimés lors d'une réunion organisée à Istanbul pour apporter leur soutien aux Palestiniens.

La réunion au niveau ministériel des 57 membres de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) s'est tenue alors qu'une vive tension continue de régner dans la vieille ville de Jérusalem, en dépit du retrait des détecteurs de métaux et de toutes les mesures de sécurité mises en place par Israël à la mi-juillet après une attaque meurtrière ayant coûté la vie à deux policiers israéliens.

Dans un communiqué diffusé à l'issue de la réunion, l'OCI a «fermement condamné les récentes actions provocatrices d'Israël, dont la fermeture de l'esplanade des Mosquées et l'interdiction faite aux Palestiniens, musulmans et chrétiens, de prier dans les lieux saints à Jérusalem».

Un sanctuaire «appartenant à l'islam»

 
 

L'organisation panislamique a affirmé que l'esplanade, également vénérée par les Juifs qui l'appellent Mont du Temple, était «un sanctuaire appartenant à l'islam». Elle a aussi rejeté toute mesure israélienne «susceptible de porter préjudice au droit palestinien d'une pleine souveraineté sur Jérusalem-est en tant que capitale de l'Etat de Palestine».

A l'ouverture de la réunion, le chef de la diplomatie palestinienne Riyad al-Malki a accusé le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de toujours chercher à modifier le statu quo en place, selon lequel les musulmans ont le droit de prier sur l'esplanade de jour comme de nuit, tandis que les juifs peuvent s'y rendre à certaines heures, mais pas y organiser de prières.

«Netanyahu va essayer de nouveau d'imposer son statu quo et nous devons nous préparer pour le prochain round, qui pourrait arriver très bientôt et être très rude», a déclaré M. Malki. La levée de mesures israéliennes «est une petite victoire dans une longue bataille pour la liberté», a-t-il ajouté.

Des actes réclamés

Son homologue turc Mevlut Cavusoglu, dont le pays est le président en exercice de l'OCI, a pour sa part appelé les pays musulmans à soutenir les Palestiniens «avec des actes et non pas des paroles».

Il a réitéré l'appel lancé il y a quelques jours par le président turc Recep Tayyip Erdogan à tous les musulmans de visiter Jérusalem. «Nous devons agir pour protéger la mosquée Al-Aqsa et la Palestine», a-t-il ajouté.

De nombreuses manifestations avaient suivi l'installation par Israël de détecteurs de métaux et des heurts entre forces israéliennes et manifestants palestiniens ont coûté la vie à sept Palestiniens à Jérusalem-Est, en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Un Palestinien a également tué trois colons en Cisjordanie.

Confronté à de fortes pressions internationales, M. Netanyahu a finalement reculé, annonçant d'abord le retrait des détecteurs de métaux puis de toutes les nouvelles mesures de sécurité.(ats/nxp) - du brouillard pour ne pas voir les détecteurs...

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 05:41

ALLEMAGNE DEUX MORTS APRÈS DES TIRS DANS UNE DISCO PRÈS DE LA FRONTIÈRE

Des coups de feu ont fait deux morts et quatre blessés dans une boîte de nuit de Constance (All), dans la nuit de samedi à dimanche. Il ne s'agit pas d'un acte terroriste, selon la police.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Une fusillade survenue dans la nuit de samedi à dimanche à l'intérieur et aux abords d'une discothèque de la ville de Constance, en Allemagne, a fait deux morts, dont l'agresseur, et quatre blessés, a annoncé la police locale.

Un homme de 34 ans a d'abord tué une personne et en a blessé trois autres grièvement à l'arme à feu à l'intérieur de l'établissement appelé «Grey Club», avant de blesser un policier à l'extérieur et d'être finalement tué par les forces de l'ordre, a indiqué la police dans un communiqué.

Une affaire sentimentale?

La fusillade, intervenue vers 04H30 du matin dans une zone industrielle de Constance, proche de la Suisse, n'est pas en lien avec un acte «terroriste». «Le déroulement des événements durant la soirée est à présent plus clair et cela exclut à vrai dire une motivation terroriste», a souligné le porte-parole de la police locale, Fritz Bezikhofer, sur la chaîne de télévision allemande n-tv, sans vouloir donner plus de détails.

 
 

«On ne part pas du principe qu'il s'agit d'un acte de violence terroriste», a-t-il ajouté. Le tireur est un Irakien de 34 ans, installé dans la région «depuis longtemps». L'homme n'est pas un demandeur d'asile, a précisé le porte-parole. Selon une autre source policière, les faits pourraient être liés à une «affaire sentimentale».

Pas de victime suisse

Aucun Suisse ne figure parmi les victimes de la fusillade survenue dans la nuit de samedi à dimanche à Constance, a confirmé à l'ats le Département fédéral des affaires étrangères 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 05:37

PAYS-BAS LA PLUS GRANDE RAFFINERIE D'EUROPE PREND FEU

Un incendie s'est déclaré dans la nuit de samedi à dimanche dans la raffinerie Shell de Rotterdam aux Pays-Bas, entraînant l'arrêt d'une partie du site.

Image: Twitter / RTL Nieuws

 

Un incendie s'est déclaré dans la nuit de samedi à dimanche dans la raffinerie Shell de Rotterdam aux Pays-Bas, la plus importante d'Europe, entraînant l'arrêt d'une partie du site. «Le feu a pris cette nuit dans une centrale électrique à haute tension de la raffinerie Shell Pernis de Rotterdam», a déclaré un porte-parole de Shell à l'AFP. L'incendie a été maîtrisé par les pompiers au petit matin, peu avant 6h00 locales, mais de gigantesques flammes étaient encore visibles de très loin au-dessus de la raffinerie.

«Plusieurs unités sont à l'arrêt et, pour des raisons de sécurité, nous brûlons à la torche les gaz restants à l'intérieur», a expliqué le porte-parole, ajoutant que ce processus était «totalement contrôlé» et que la société «essaie de limiter ce brûlage pour ne pas trop déranger les habitants des alentours.»

Shell Pernis à Rotterdam est, avec environ 60 usines, la plus grande raffinerie d'Europe. L'incendie pourrait être dû à un court-circuit selon des médias locaux. Une information non confirmée par Shell, qui «attend d'en savoir plus sur les circonstances de l'incident.» Selon le responsable de la sécurité régionale, il n'y a pas trace de dégagement de produits toxiques dans la fumée, mais il peut y avoir de la suie dans l'air.

 

«Chaque incident en est un de trop»

«Chaque incident en est un de trop. Notre priorité est de sécuriser le site», a fait savoir le porte-parole de la société, conscient de l'inquiétude que suscite dans la région une grande boule de feu «impressionnante» au-dessus de la raffinerie. Shell n'était pas encore en mesure de déterminer les dégâts dimanche, ni quand la raffinerie serait de nouveau pleinement en fonction.

«La mise à l'arrêt et la remise en marche des unités peut prendre plusieurs heures, voire même un jour pour certaines», a expliqué le porte-parole de la société. «Ce ne sont pas des cafetières que l'on allume ou que l'on éteint en un claquement de doigt.»

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
29 juillet 2017 6 29 /07 /juillet /2017 19:36

NUCLÉAIRE IRAN: LES OCCIDENTAUX HAUSSENT LE TON - un pet dans l'eau

Washington, Paris, Londres et Berlin ont «condamné» vendredi le test iranien d'un lanceur de satellites effectué la veille.

Téhéran a effectué un essai de lanceur de satellites. (Jeudi 27 juillet 2017)

Téhéran a effectué un essai de lanceur de satellites. (Jeudi 27 juillet 2017) Image: AFP

 

Les Etats-Unis et leurs alliés européens ont nettement haussé le ton vendredi contre l'Iran en sommant Téhéran de cesser ses tirs de missiles balistiques, au lendemain d'un essai de lanceur de satellites par la République islamique.

Dans un contexte de fortes tensions américano-iraniennes depuis l'arrivée au pouvoir du président Donald Trump, le Trésor américain a également imposé de nouvelles sanctions contre ce programme de missiles balistiques interdit par une résolution de l'ONU.

Dans un communiqué commun, Washington, Paris, Londres et Berlin ont «condamné» le test iranien, jeudi, d'un lanceur de satellites et ont «appelé» Téhéran à «ne plus procéder à d'autres lancements de missiles balistiques et aux activités liées» à ce programme.

Aux yeux des Américains et des Européens, ce programme balistique «reste incompatible avec la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l'ONU et a un impact déstabilisateur dans la région».

 
 

«Préoccupations»

Cette résolution 2231 avait été votée il y a deux ans aux Nations unies pour consacrer l'accord international sur le programme nucléaire iranien signé le 14 juillet 2015 à Vienne entre l'Iran, les Etats-Unis, la Chine, la Russie, la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne.

Mais cette résolution «appelle (aussi) l'Iran à ne pas entreprendre d'activités liées à des missiles balistiques et capables de porter des armes nucléaires», ont souligné les Etats-Unis et leurs alliés européens dans un communiqué diffusé par le département d'Etat.

La diplomatie américaine a précisé que «les gouvernements français, allemand et britannique» avaient chacun entrepris des «discussions bilatérales» avec l'Iran et lui avaient fait part de leurs «préoccupations».

Washington de son côté n'a plus de relations diplomatiques avec Téhéran depuis 1980 et l'administration Trump n'a pas poursuivi les contacts directs avec Téhéran que le gouvernement de Barack Obama avait noués à la faveur des négociations sur le nucléaire iranien.

«Soutien aux terroristes»

Les quatre pays alliés ont également écrit au secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres. Au siège des Nations unies à New York, l'ambassadrice américaine Nikki Haley a réagi séparément par voie de communiqué pour condamner «le large soutien de l'Iran aux terroristes» et «la rupture de ses obligations sur les tests de missiles». Cela «nous montre que nous ne pouvons pas leur faire confiance», a tonné cette proche du président Trump et qui semble parfois prendre l'ascendant sur le discret secrétaire d'Etat Rex Tillerson.

Malgré sa promesse électorale de «déchirer» l'accord nucléaire, Donald Trump a, jusqu'à présent, continué de respecter ce texte historique, succès diplomatique de son prédécesseur Barack Obama et percée en matière de multilatéralisme et de non-prolifération.

Il est cependant loin d'être certain que l'administration américaine continuera tous les trois mois de «certifier» que l'Iran respecte bien l'accord et qu'elle poursuivra la levée de sanctions économiques liées au programme nucléaire.

Il y a dix jours, en imposant déjà des mesures punitives contre le programme balistique, Washington avait jugé que Téhéran «violait l'esprit» de l'accord sur le nucléaire, connu sous son acronyme JCPOA (Joint Comprehensive Plan of Action). Pour les Européens, les deux dossiers - nucléaire et balistique - doivent être traités de manière distincte.

Sanctions ciblées

Reste que le test d'un lanceur de satellites utilise des «technologies proches de celles du développement de missiles balistiques», ont souligné Washington, Paris, Londres et Berlin dans leur protestation commune.

En réaction à l'essai d'un lanceur de satellites, le Trésor américain a imposé vendredi matin de nouvelles sanctions ciblées contre six organisations et «entités» iraniennes liées au programme balistique. Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin a dénoncé dans un communiqué les «actions provocatrices» de Téhéran et la «menace» que l'Iran représenterait pour le Moyen-Orient.

Les Occidentaux soupçonnent l'Iran de chercher à développer, en utilisant la technologie de ses lanceurs de satellites, des lanceurs balistiques à longue portée capables d'emporter des charges conventionnelles ou nucléaires. La puissance régionale chiite a toujours démenti, affirmant que son programme spatial est uniquement à objectif pacifique

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
29 juillet 2017 6 29 /07 /juillet /2017 19:33

ETATS-UNIS - IRAN NOUVEL ACCROC DANS LE GOLFE PERSIQUE

Un incident s'est produit vendredi entre des navires américains et des frégates iraniennes munies de missiles. Par ailleurs, Téhéran a condamné de nouvelles sanctions américains.

Le porte-avions Nimitz serait impliqué dans l'incident.

Le porte-avions Nimitz serait impliqué dans l'incident. Image: AFP

 

Un nouvel incident a opposé des navires américains et des bateaux iraniens dans le Golfe, après un précédent qui a eu lieu mardi dernier, selon un communiqué des Gardiens de la révolution publié sur leur site officiel.

Selon le communiqué, l'incident s'est produit vendredi après-midi entre le porte-avions Nimitz et les navires l'accompagnant d'un côté et des frégates iraniennes équipées de missiles de l'autre.

Hélicoptère américain

«A 16h00 locales (13h30 heure suisse) vendredi, le porte-avion Nimitz et les navires accompagnateurs américains, qui étaient sous la surveillance des frégates iraniennes équipées de missiles dans la zone proche du champ pétrolier Ressalat (dans la région centrale du Golfe, ndlr), ont fait décoller un hélicoptère pour s'approcher des bateaux des Gardiens de la révolution», affirme le communiqué.

 
 

Il dénonce l'attitude «provocatrice et non professionnelle des Américains», qui «ont lancé des avertissements, notamment des fusées éclairantes en direction des frégates iraniennes». Les frégates iraniennes «ont néanmoins poursuivi leur mission alors que le porte-avion américains et ses navires accompagnateurs ont quitté la zone», ajoute le texte.

Des précédents

Mardi, un patrouilleur de la marine américaine a tiré des coups de semonce contre un vaisseau iranien des Gardiens de la révolution islamique, qui s'était approché à moins de 140 mètres, avait indiqué un responsable américain de la Défense.

Les incidents se sont multipliés ces derniers mois entre bateaux américains et vaisseaux iraniens dans le Golfe. En janvier, le destroyer USS Mahan avait tiré une fusée éclairante, en signe d'avertissement, à un bateau des Gardiens de la révolution iranienne qui s'approchait de lui.

Téhéran condamne les sanctions américaines

L'Iran va poursuivre «avec toutes ses forces» son programme balistique, a déclaré samedi le porte-parole du ministère iranien des affaires étrangères. Téhéran condamne par la même occasion les nouvelles sanctions américaines annoncées la veille.

«Nous condamnons l'action hostile et inacceptable» des Etats-Unis, a ajouté Bahram Ghassemi à la télévision d'Etat, en référence aux sanctions votées par le Congrès que le président Donald Trump doit encore signer.

Deux jours après la Chambre des représentants, le Sénat a adopté jeudi à la quasi-unanimité (98 contre deux) un projet de loi pour imposer des sanctions contre la Russie, l'Iran et la Corée du Nord.

Programme balistique et soutien à des groupes armées

Dans le cas iranien, ces sanctions concernent le programme balistique de l'Iran, les droits de l'Homme et le soutien de Téhéran à des groupes comme le Hezbollah libanais ou palestiniens qualifiés de «terroristes» par les Etats-Unis.

«Notre politique dans le domaine militaire et balistique est très claire et concerne nos affaires intérieures. Les autres pays n'ont pas le droit de s'y ingérer ou en parler et très certainement nous ne leur donnons pas ce droit», a ajouté M. Ghassemi.

A propos des sanctions adoptées par le Congrès américain, il a aussi jugé que cette «loi concerne les sanctions non-nucléaires (...) mais visent à affaiblir l'accord nucléaire» conclu en 2015 entre l'Iran et les grandes puissances internationales. «Nous nous réservons le droit de prendre des mesures de représailles», a conclu le porte-parole de la diplomatie iranienne.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
29 juillet 2017 6 29 /07 /juillet /2017 19:26

HAMBOURG LES PASSANTS ONT MAÎTRISÉ L'AGRESSEUR AU COUTEAU

L'attaque au couteau d'un homme de 26 ans, qui a fait un mort vendredi, a été stoppée grâce au courage de simples citoyens.

 

Lors de l'attaque au couteau qui a fait un mort à Hambourg vendredi soir, ce sont des passants qui ont finalement stoppé l'agresseur.

Plusieurs d'entre eux l'ont pris en chasse lorsqu'il est sorti en courant du supermarché couteau à la main. Une vidéo amateur montre comment ils l'entourent au beau milieu d'une rue et lui jettent des chaises, tandis que l'assaillant fait face en criant et en agitant son couteau.

Il sera finalement frappé un peu plus loin d'un coup de barre de fer par un riverain, selon le Spiegel, et immobilisé au sol avant que la police ne l'arrête.

«Connu comme islamiste»

L'homme était connu comme islamiste et avait montré des signes de radicalisation, ont révélé samedi les autorités allemandes, mais ses motivations restent incertaines car il était aussi instable psychologiquement.

Si les enquêteurs cherchent encore à percer les raisons précises de ce que le maire de Hambourg a qualifié d'«attentat odieux», le débat sur l'accueil des migrants, lui, a repris en Allemagne car l'assaillant est un demandeur d'asile débouté.

«Il était connu comme islamiste mais pas comme djihadiste, » par les services de sécurité, a déclaré à la presse le ministre de l'Intérieur de la ville-Etat de Hambourg, Andy Grote.

L'homme de 26 ans, un Palestinien né aux Emirats arabes unis arrivé en mars 2015 en Allemagne depuis la Norvège, était considéré comme «un cas suspect» suite à «des éléments montrant une radicalisation» religieuse.

Changement de comportement

Il s'était récemment vêtu d'habits religieux musulmans, récitait des sourates du Coran dans son foyer et avait «changé», selon les autorités locales.

«Pendant le dernier ramadan il a acheté des vêtements islamistes et lisait le Coran dans sa chambre a voix haute», a raconté à l'AFP son voisin de chambre, Mohamad, 31 ans. Il s'était rendu dans une université de la ville «pour faire des prêches, il criait aux étudiants qu'on tuait des musulmans, il parlait de la situation en Palestine», ajoute-t-il.

Mais dans le même temps, les autorités de Hambourg ont mentionné une «instabilité psychologique» chez l'homme. Au final la situation reste «confuse» et il n'est pas encore possible de savoir «lequel des éléments a constitué l'élément déclencheur», a souligné M. Grote.

Le ministre fédéral de l'Intérieur Thomas De Maizière, proche de la chancelière Angela Merkel, a appelé dans ce contexte à ne pas tirer de conclusions hâtives, alors que la droite nationaliste de l'AfD s'est empressée de mettre en cause «l'islam» à Hambourg.

«Il faut s'attendre à ce que l'idéologie djihadiste, soit utilisée comme justification pour des actes qui ont d'autres motivations» et trouvent leur origine peut-être «dans la personnalité» des auteurs, a-t-il dit.

Pas de réseau

Une chose paraît établie : l'assaillant a agi seul vendredi. «Il n'y a pas d'éléments sur l'existence d'un réseau», a souligné la police locale.

L'homme a d'abord fait irruption dans un supermarché, s'est emparé dans un rayon d'un couteau de cuisine avec une lame de 20 centimètres et a immédiatement poignardé mortellement un Allemand de 50 ans. Il a ensuite blessé deux autres clients à l'intérieur du magasin puis quatre autres dans la rue, en criant «Allah Akbar» (Dieu est le plus grand) sur son passage.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
28 juillet 2017 5 28 /07 /juillet /2017 02:51

ARABIE SAOUDITE UN MISSILE DU YÉMEN INTERCEPTÉ À LA MECQUE- PAS d'israéliens

Un missile tiré par les rebelles chiites du Yémen a été intercepté jeudi soir près de La Mecque, à un mois du pèlerinage annuel.

Image: Capture d'écran Google Maps

 

Un missile balistique tiré par les rebelles chiites du Yémen a été intercepté jeudi soir près de la ville sainte de la Mecque en Arabie saoudite, à un mois du Hajj, le pèlerinage annuel musulman, a annoncé la coalition arabe qui intervient militairement au Yémen.

L'engin a été intercepté à 69 km au sud de la ville sainte située dans l'ouest de l'Arabie saoudite, a indiqué la coalition dans un communiqué, en parlant d'une «tentative désespérée des rebelles chiites Houthis de perturber le Hajj» à La Mecque, qui commence cette année fin août.

Ce n'est pas la première fois qu'un tel missile est tiré à partir du Yémen en direction de La Mecque. La coalition avait indiqué le 28 octobre 2016 avoir intercepté un engin similaire dirigé contre la ville sainte. Mais le nouveau tir fait planer une menace contre le Hajj de cette année qui devrait réunir quelque deux millions de fidèles venus des quatre coins du monde.

Le conflit s'est intensifié

 
 

La guerre au Yémen oppose les rebelles chiites Houthis, alliés aux partisans de l'ancien président Ali Abdallah Saleh, aux forces loyales au président Abd Rabbo Mansour Hadi, reconnu par la communauté internationale.

Le conflit s'est intensifié depuis l'intervention en mars 2015 d'une coalition arabe menée par l'Arabie saoudite, puissance régionale sunnite, qui accuse les rebelles yéménites d'être soutenu par l'Iran, son grand rival chiite. Cette coalition soutient le président Hadi.

Depuis mars 2015, les combats ont fait plus de 8000 morts, majoritairement des civils, et plus de 44'500 blessés. Sept accords de trêve négociés par l'ONU n'ont pas tenu et les efforts de paix sont au point mort.

Le conflit a provoqué une crise humanitaire majeure dans ce pays qui était déjà considéré avant la guerre comme le plus pauvre de la péninsule arabique. Près de deux millions d'enfants souffrent d'une «malnutrition aiguë» au Yémen qu'une «combinaison vicieuse» de guerre, de pauvreté et de choléra a placé «au bord de la famine», a averti mercredi l'ONU.

Ce cri d'alarme a été lancé par une délégation de haut rang de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), de l'Unicef et du Programme alimentaire mondial (PAM), au terme d'une visite de trois jours au Yémen, ravagé par la guerre depuis plus de deux ans et touché par une épidémie de choléra qui a fait près de 1900 décès et quelque 400'000 cas suspects.

Trafic d'armes

Pour la coalition arabe, le tir du nouveau missile balistique est la preuve de la «poursuite du trafic d'armes (au profit des rebelles chiites) au port de Hodeida», sur la mer Rouge. «Les missiles continuent d'être introduits frauduleusement en raison de l'absence de contrôle au port de Hodeida», a accusé la coalition dans son communiqué.

Cela s'explique aussi, selon la même source, par le «détournement des autorisations données par la coalition arabe --qui vérifie les cargaisons en mer-- pour l'acheminement de l'aide humanitaire et des cargaisons commerciales».

La coalition arabe n'a cessé d'accuser les rebelles chiites Houthis de recevoir des armes, ce qu'ils démentent, tout comme Téhéran, en affirmant disposer d'un programme de développement de missiles balistiques dont ils multiplient les tirs sur le sud de l'Arabie saoudite.

Hodeida est le principal point d'entrée de l'assistance humanitaire destinée au nord du pays et à la capitale Sanaa qui sont sous le contrôle des rebelles Houthis.

La coalition veut placer ce port sous son contrôle ou du moins sous contrôle de l'ONU qui rejette cette idée en craignant des complications pour l'arrivée de l'aide humanitaire Dans le sud du pays, repris aux rebelles pendant l'été 2015, cette aide transite par le port d'Aden. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
27 juillet 2017 4 27 /07 /juillet /2017 00:32

GRANDE-BRETAGNE FIN DE L'ESSENCE ET DU DIESEL EN 2040

Les Britanniques ne pourront plus acheter de véhicules polluants d'ici une vingtaine d'années.

Le passage à la pompe va changer en Grande-Bretagne.

Le passage à la pompe va changer en Grande-Bretagne. Image: Keystone

 

Le gouvernement britannique a annoncé mercredi vouloir mettre fin à la vente de voitures diesel ou essence à partir de 2040. Le ministre français de la transition écologique, Nicolas Hulot, a fixé le même objectif le 6 juillet pour la France.

«Nous ne pouvons pas continuer à utiliser des voitures diesel et à essence, pas seulement à cause des problèmes de santé que cela pose mais aussi parce que leurs émissions signifient une accélération du changement climatique, nuisent à notre planète et à la prochaine génération», a déclaré le ministre de l'Environnement Michael Gove sur la radio BBC 4.

L'objectif est de réduire la pollution au dioxyde d'azote ou NO2, produit en particulier par les voitures et camions. Le Royaume-Uni figure parmi les cinq pays mis en garde en février par la Commission européenne pour la qualité de leur air, avec la France et l'Allemagne.

Plus de 40'000 morts par an

 
 

Selon des chiffres officiels, cette pollution tue plus de 40'000 personnes par an dans le pays. Elle provoque également une épidémie de maladies respiratoires, en particulier chez les jeunes enfants. Face à ce constat et saisie par une organisation de défense de l'environnement, la Haute Cour de Londres avait intimé l'an dernier au gouvernement de revoir sa copie concernant les objectifs à atteindre.

Londres prévoit de consacrer 3 milliards de livres (3,4 milliards d'euros) pour son plan d'amélioration de la qualité de l'air, dont 255 millions destinés à aider les municipalités à prendre des mesures pour limiter la pollution automobile en particulier au diesel. Ce carburant émet trois fois plus de NO2 que l'essence.

Il pourra s'agir de «changer ou adapter la flotte de bus», a dit M. Gove mais aussi de restreindre la circulation dans certains secteurs urbains. Le ministre s'est en revanche dit opposé à l'introduction d'un péage spécifique, comme le prévoit le maire de Londres Sadiq Khan. Celui-ci avait annoncé en avril la création d'une zone à ultra basse émission à partir de 2019 à Londres.

Pas assez vite, selon Greenpeace

Les annonces gouvernementales ont été accueillies fraîchement par le directeur général de l'Association des constructeurs et des vendeurs d'automobiles (SMMT) Mike Hawes. Ce dernier juge qu'elles risquent «d'affaiblir un secteur automobile britannique prospère si nous ne lui laissons pas assez de temps pour s'adapter».

Au contraire, l'organisation écologiste Greenpeace estime que Londres ne va pas assez vite. «Nous ne pouvons pas attendre près d'un quart de siècle pour agir vraiment face au problème urgent de santé publique causé par la pollution», déclare Areeba Hamid, une de ses porte-parole, dans un communiqué. Elle a appelé le gouvernement à imiter la Norvège. Oslo ambitionne de cesser dès 2025 les ventes de nouvelles voitures équipées seulement d'un moteur à combustion. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée