Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 01:50

ETATS-UNIS -RUSSIE POUTINE PRÊT À DÉVOILER L'ENTRETIEN TRUMP-LAVROV

Le président russe s'est dit ouvert à partager l'enregistrement de la rencontre entre son chef de la diplomatie et le président américain.

Donald Trump avait rencontré Sergueï Lavrov à Washington, le 11 mai.

Donald Trump avait rencontré Sergueï Lavrov à Washington, le 11 mai. Image: Keystone

 

Vladimir Poutine s'est dit mercredi «prêt à fournir l'enregistrement» du récent entretien à Washington entre Sergueï Lavrov et le président américain Donald Trump. Le locataire de la Maison Blanche est accusé d'avoir divulgué des informations classifiées au chef de la diplomatie russe.

«Si l'administration américaine l'autorise, nous sommes prêts à fournir l'enregistrement de la conversation entre Lavrov et Trump au Congrès et au Sénat américains», a déclaré M. Poutine, lors d'une conférence de presse à Sotchi avec le Premier ministre italien Paolo Gentiloni.

Il a plaisanté en promettant d'adresser une «réprimande» à son ministre des Affaires étrangères parce qu'il «n'avait pas partagé ses informations secrètes» avec lui ou avec les services spéciaux russes, déclenchant le rire de M. Lavrov et d'autres responsables russes.

«Schizophrénie politique»

M. Poutine a estimé que régnait une «schizophrénie politique» aux Etats-Unis. «Que vont inventer de plus ces personnes qui génèrent ces bêtises? S'ils ne comprennent pas qu'ils portent préjudice à leur propre pays, ils sont tout simplement stupides. S'ils comprennent tout, ils sont dangereux et malhonnêtes», a-t-il estimé.

Donald Trump a été accusé par le «Washington Post» d'avoir divulgué des renseignements concernant une opération préparée par le groupe djihadiste Etat islamique, lors d'une rencontre le 11 mai avec Sergueï Lavrov et l'ambassadeur russe aux Etats-Unis Sergueï Kisliak dans le Bureau ovale. Ces informations avaient été communiquées par un partenaire des Etats-Unis qui n'avait pas donné l'autorisation à Washington de les partager.

Ces révélations ont provoqué un tollé aux Etats-Unis. Le sénateur républicain américain John McCain a affirmé qu'il s'agissait d'un «message inquiétant aux alliés de l'Amérique et à ses partenaires dans le monde». De son côté, Chuck Schumer, chef de l'opposition démocrate du Sénat, a demandé que la retranscription de la rencontre entre MM. Trump, Lavrov et Kisliak soit donnée aux commissions du Renseignement du Congrès. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 01:47

NUCLÉAIRE IRANIEN TRUMP POURSUIT LA POLITIQUE D'OBAMA

L'administration américaine continuera à respecter l'accord sur le nucléaire iranien pris en 2015.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Les Etats-Unis vont poursuivre la politique de levée des sanctions contre l'Iran dans le cadre de l'accord historique sur le programme nucléaire de Téhéran signé en 2015 par Barack Obama et que Donald Trump avait promis de «déchirer».

A deux jours d'une élection présidentielle en Iran où le modéré Hassan Rohani brigue un second mandat, la diplomatie américaine a annoncé une prolongation de l'allègement des sanctions économiques contre Téhéran tel qu'il est prévu par l'accord international sur le nucléaire du 14 juillet 2015.

En revanche, le Trésor américain maintient une ligne de fermeté et a rendu publiques de nouvelles sanctions ciblées contre des responsables iraniens liés au programme de missiles balistiques.

Pour le nucléaire, l'exécutif américain a informé le Congrès que «les Etats-Unis allaient continuer d'alléger les sanctions comme l'exigent les engagements américains de lever ces sanctions liées au Joint Comprehensive Plan of Action (JCPOA)», l'accord mis en oeuvre depuis le 16 janvier 2016 entre l'Iran et les grandes puissances (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne).

Ce JCPOA prévoit un contrôle international de la nature purement civile et pacifique du programme nucléaire iranien en échange d'une levée des sanctions qui ont étranglé l'économie de la puissance régionale.

L'Iran tient ses engagements

Même les détracteurs du texte - caciques républicains conservateurs aux Etats-Unis, responsables israéliens ou de pays arabes - ont reconnu que l'Iran avait tenu jusqu'à présent ses engagements. Le mois dernier, le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson avait admis devant le Congrès que Téhéran avait bien ouvert ses sites nucléaires aux inspections internationales et cessé ses activités d'enrichissement.

Le prédécesseur de Rex Tillerson, John Kerry, architecte de l'accord sur le nucléaire, vient de fonder avec d'anciens conseillers un groupe de pression, Diplomacy Works. Dans un communiqué, l'association a insisté sur «la nécessité de préserver le JCPOA, meilleure solution pour protéger la sécurité et la prospérité de l'Amérique».

La décision de l'administration du républicain Trump s'inscrit donc dans la continuité de la politique de l'équipe du démocrate Obama qu'elle avait pourtant tant décriée. Durant sa campagne, le milliardaire avait promis de «déchirer» ce texte négocié pendant des années par les Etats-Unis et l'Iran.

Une fois élu, Donald Trump avait mis de l'eau dans son vin, peut-être sensibilisé à l'équilibre régional entre la République islamique chiite et les monarchies sunnites du Golfe que Barack Obama avait tenté de rétablir. Le président Trump n'en avait pas moins décrété que l'accord nucléaire était l'un des «pires» jamais signés par Washington.

Nouvelle phase de tensions

La prolongation de l'allègement des sanctions intervient avant la présidentielle iranienne du 19 mai où concourt le sortant Hassan Rohani, favorable au JCPOA et qui avait amorcé un très timide rapprochement avec Barack Obama.

Mais Téhéran et Washington, qui n'ont plus de relations diplomatiques depuis 1980 dans la foulée de la Révolution islamique, sont de nouveau dans une phase de tensions depuis l'arrivée de Donald Trump. Samedi, jour de la présidentielle iranienne, le président américain commencera d'ailleurs son tout premier voyage à l'étranger, avec une visite en Arabie saoudite, alliée des Etats-Unis et grande rivale sunnite de l'Iran chiite.

Signe des tensions, le Trésor américain a ainsi annoncé simultanément des sanctions ciblées contre «des responsables de la Défense iranienne, une entité iranienne et un réseau basé en Chine», en raison de leurs liens présumés avec le programme de missiles balistiques. En violation de «la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies», selon le Trésor.

L'Iran «triche»

Pour le département d'Etat, «l'Iran continue de chercher des technologies de missiles capables de transporter une arme nucléaire» et «les Etats-Unis n'accepteront jamais que le régime iranien se dote d'une arme» atomique.

En outre, l'administration Trump a promis de «nouvelles actions» pour répondre aux «atteintes aux droits de l'homme dont l'Iran est tenu pour responsable». La diplomatie américaine a enfin réaffirmé sa «détermination à contrecarrer les activités déstabilisatrices de l'Iran dans la région, qu'il s'agisse de son soutien au régime (syrien du président Bachar) al-Assad, à des organisations terroristes comme le Hezbollah» chiite libanais ou «à des milices violentes qui fragilisent les gouvernements en Irak et au Yémen».

Le patron du groupe de pression conservateur Foundation for Defense of Democracies, Mark Dubowitz, s'est félicité de ces nouvelles sanctions, affirmant même dans un communiqué que «le JCPOA ne fonctionnait pas» et que le «régime iranien trichait». (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 01:44

MALI UN COUPLE ACCUSÉ DE CONCUBINAGE LAPIDÉ

Des «islamistes» ont lapidé un couple accusé de concubinage dans le nord du Mali, ont indiqué des élus locaux mercredi.

Un soldat français à Tessalit en 2013. (Archive)

Un soldat français à Tessalit en 2013. (Archive) Image: AFP

 

Un homme et une femme ont été lapidés dans la région de Kidal, dans le nord du Mali, par des «islamistes» qui, selon des élus locaux mercredi, leur reprochaient de vivre en concubinage, cinq ans après des faits similaires dans la même zone alors sous contrôle de djihadistes .

La mise à mort du couple s'est déroulée mardi dans la vallée de Taghlit, entre les localités d'Aguelhoc et Tessalit, a précisé un des élus de la région de Kidal interrogés mercredi par l'AFP par téléphone depuis Bamako.

C'est la première fois depuis 2012 que des faits similaires sont signalés au Mali, dont le vaste Nord a été contrôlé pendant près de dix mois (mars-avril 2012 jusqu'à mi-janvier 2013) par des groupes djihadistes liés à Al-Qaïda.

Visite de Macron

Cette annonce intervient deux jours avant la visite au Mali du nouveau président français Emmanuel Macron, qui fera un aller-retour vendredi et se rendra à Gao (nord-est) auprès de la force française Barkhane déployée contre le terrorisme au Sahel (4000 soldats sur cinq pays).

Accusé d'avoir «violé la loi musulmane», le couple «a été arrêté» et tué à coups de pierres par les islamistes, qui ont filmé la scène, a expliqué un des élus locaux. Selon lui, la lapidation avait été annoncée aux habitants, «entre 11 et 21 personnes (y) ont assisté».

«Les islamistes ont creusé mardi deux trous dans lesquels ils ont mis l'homme et la femme qui vivaient maritalement sans être mariés», a affirmé un deuxième élu local. De même source, leurs bourreaux ont été «quatre personnes». Aucune indication n'a pu être obtenue sur l'identité des victimes, ni des «islamistes» en question.

Une source de sécurité malienne a simplement indiqué avoir «appris l'exécution par lapidation d'un homme et d'une femme mardi dans la région de Kidal par les terroristes qui les accusaient d'avoir eu des relations sexuelles hors mariage».

L'Association malienne de défense des droits de l'Homme (AMDH) a condamné de «lâches assassinats», et demandé que leurs auteurs soient «arrêtés et jugés».

Les civils pris en étau

Gaëtan Mootoo, chercheur sur l'Afrique de l'Ouest à Amnesty International, a appelé à «garantir la sécurité des populations, des civils» dans le nord du Mali. Dans certaines zones écumées par des djihadistes , narcotrafiquants et criminels divers, «les civils sont pris en étau», a-t-il dit à l'AFP.

Le 29 juillet 2012, alors que le nord du Mali était sous le joug des djihadistes , des membres du groupe Ansar Dine avaient lapidé en public à Aguelhoc un homme et une femme auxquels ils reprochaient d'avoir eu des enfants sans être mariés.

D'autres exactions, dont des amputations et flagellations en public, ont aussi été perpétrées ailleurs dans le Nord durant cette période par les djihadistes prétendant appliquer la charia (loi islamique).

Le nord du Mali était tombé en 2012 sous la coupe d'organisations djihadistes à la faveur d'une rébellion touareg, d'abord alliée à ces groupes qui l'ont ensuite évincée. Les djihadistes ont été en grande partie chassés par une intervention militaire internationale, lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France et qui se poursuit actuellement.

«Force d'intervention rapide»

Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes, françaises et de l'ONU, régulièrement visées par des attaques meurtrières, malgré la signature en 2015 d'un accord de paix censé isoler définitivement les djihadistes . Depuis 2015, ces assauts se sont étendus au centre et au sud du pays.

En visite au Mali, le chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU, le Français Jean-Pierre Lacroix, a annoncé mercredi soir le déploiement prochain d'une «force d'intervention rapide» composée de Casques bleus sénégalais dans le centre du Mali.

Plus tôt, le Parti pour la renaissance nationale (Parena, opposition) s'était dit «alarmé par la détérioration de la situation sécuritaire deux ans après la signature de l'accord» de paix au Mali.

Selon le décompte du Parena, «entre le 1er janvier et le 14 mai 2017, au moins 309 personnes, dont des étrangers, ont perdu la vie au cours de 70 incidents armés» au Mali, pour moitié dans le centre du pays. (afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 17:10

ETATS-UNIS DONALD TRUMP SE RENDRA À BETHLÉEM

Donald Trump rencontrera également Emmanuel Macron au cours de son voyage. Image: Keystone

 

Donald Trump se rendra à Bethléem, au cours de son premier voyage à l'étranger durant lequel il doit également faire escale en Arabie saoudite, en Israël et au Vatican, a affirmé mardi son conseiller à la sécurité nationale.

A l'issue de la première partie de ce voyage, le président américain participera à ses premiers sommets: celui de l'Otan, à Bruxelles le 25 mai, et du G7, en Sicile les 26 et 27.

Son conseiller, le général H.R. McMaster, a confirmé que M. Trump rencontrera à cette occasion le nouveau président français Emmanuel Macron pour un déjeuner de travail le 25 mai à Bruxelles. Ce sera la première rencontre entre les deux dirigeants.

Le président républicain doit entamer son voyage ce vendredi. Après sa visite en Arabie saoudite, il se rendra en Israël où il sera reçu lundi 22 mai par le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Rôle de médiateur

Ce voyage en Israël survient dans un contexte en pleine évolution sur un dossier dans lequel les Etats-Unis ont toujours joué un rôle unique de médiateur.

Le lendemain, mardi, il se rendra à Bethléem où «il va appuyer la nécessité de faciliter un accord pour mettre fin au conflit (israélo-palestinien) et il appellera les dirigeants à prendre des mesures qui aideront à conduire à la paix», a précisé M. McMaster.

M. Trump a reçu mi-février son «ami» Benjamin Netanyahu, avant d'accueillir au début du mois le président palestinien Mahmoud Abbas. A cette occasion il a affirmé qu'il «voul(ait) créer la paix entre Israël et les Palestiniens».

«Nous y arriverons!», avait lancé le milliardaire, qui se targue d'être un «faiseur d'accords», affirmant qu'un traité de paix serait «peut-être moins difficile que ce que les gens pensent depuis des années».

Il n'a cependant rien dit de la manière dont il s'y prendrait pour régler l'un des plus vieux conflits de la planète pour lequel les positions ont rarement été aussi éloignées et sur lequel tous les présidents américains se sont cassé les dents.

Le lendemain de son passage dans les Territoires palestiniens, Donald Trump sera reçu par le pape au Vatican, le 24 mai.(afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 04:59

SYRIE UN «CRÉMATORIUM» POUR CACHER DES ATROCITÉS?

Les Etats-Unis ont présenté des photos satellites qui révèlent que le régime syrien a recours à un «crématorium» pour éliminer les traces des meurtres de masse.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Les Etats-Unis ont accusé lundi la Syrie d'avoir utilisé un «crématorium» pour brûler une partie des milliers de prisonniers assassinés ces dernières années et ont exhorté la Russie à exiger de son allié syrien la fin de ces «meurtres de masse». Le département d'Etat a voulu frapper les esprits en dévoilant devant la presse des photos satellites «déclassifiées» de ce qu'il affirme être le tristement célèbre complexe pénitentiaire de Saydnaya, au nord de Damas. Sur ces clichés datés d'avril 2017, d'avril 2016, de janvier 2015 et d'août 2013, on y voit des bâtiments, dont l'un est légendé «prison principale» et l'autre «probable crématorium». «Bien que les nombreuses atrocités du régime soient bien documentées, nous pensons que la construction d'un crématorium est une tentative pour dissimuler l'étendue des meurtres de masse perpétrés à Saydnaya», a condamné le secrétaire d'Etat adjoint par intérim pour le Moyen-Orient, Stuart Jones.

 

Acting A/S of @StateDept Stuart Jones: evidence shows  go'vt has built crematorium near Sednaya prison.

Neige fondue

Sur une autre photo, la légende «neige fondue sur une partie du toit» attesterait, selon le diplomate américain, de l'existence d'un «crématorium installé par le régime syrien». Ces allégations du gouvernement américain relaient un rapport, photos satellites à l'appui, qu'avait publié en février l'organisation de défense des droits de l'homme Amnesty International.

 

Syrie : L’horrible prison de Saidnaya, par Amnesty International http://bit.ly/2oJCQld 

L'ONG accusait le régime de Damas d'avoir pendu quelque 13.000 personnes entre 2011 et 2015 dans cette prison de Saydnaya et dénonçait une «politique d'extermination» constituant des «crimes de guerre et crimes contre l'humanité». Amnesty n'avait cependant pas évoqué de «crématorium» et la Syrie avait contesté un rapport «totalement faux».

D'après M. Jones, «le régime syrien avait commencé en 2013 à modifier un bâtiment au sein du complexe de Saydnaya pour (en faire) ce que nous pensons être un crématorium». Citant Amnesty, il a estimé qu'«entre 5000 et 11'000 personnes avaient été tuées à Saydnaya entre 2011 et 2015», soit «50 meurtres par jour». Il n'a toutefois pas dit avec certitude si le «crématorium» était toujours en service, renvoyant à la photo satellite du 18 avril dernier montrant la prison et son «probable crématorium». Ces accusations de Washington surviennent quelques jours après la visite à la Maison Blanche et au département d'Etat du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, dont le pays est l'allié militaire du régime syrien.

Enorme influence russe

«Le secrétaire d'Etat (Rex) Tillerson a été ferme et clair avec le ministre Lavrov: la Russie a une énorme influence sur (le président) Bachar el-Assad», a rendu compte la porte-parole du département d'Etat Heather Nauert. M. Tillerson a demandé à son homologue russe de faire en sorte que Moscou «contienne» Damas.  M. Jones n'est pas allé jusqu'à accuser la Russie d'être complice des «crimes de masse» perpétrés précisément à Saydnaya. Mais, de manière générale, il a rappelé que «les Etats-Unis avaient exprimé maintes fois leur consternation devant les atrocités commises par le régime syrien». «Ces atrocités ont été perpétrées avec, semble-t-il, le soutien inconditionnel de la Russie et de l'Iran», a condamné le diplomate américain. Après sa rencontre le 10 mai avec le président Donald Trump dans le Bureau ovale, M. Lavrov s'était félicité d'une «compréhension mutuelle» et d'une volonté de «coopérer» entre deux puissances aux relations exécrables depuis 2012, notamment en raison du conflit syrien.

La guerre a fait depuis mars 2011 plus de 320.000 morts -M. Jones a parlé de «plus de 400.000» tués en citant l'ONU- déplacé plus de la moitié de la population et provoqué la fuite de millions de réfugiés. Depuis six ans, ni Washington, soutien de l'opposition, ni Moscou, allié du régime, n'ont réussi à s'entendre pour faire cesser les massacres. A la fin de la présidence de Barack Obama (2009-2017), les Etats-Unis s'étaient même progressivement mis en retrait du processus diplomatique et avaient laissé la Russie prendre la main. Ainsi, dans le cadre du processus diplomatique dit d'Astana, la Russie, la Turquie et l'Iran se sont entendus début mai sur la création de quatre «zones de désescalade» et des «zones de sécurité» censées faire baisser les violences. Washington s'est dit «sceptique» et préfère «soutenir» le processus de Genève de négociations politiques indirectes entre le régime syrien et l'opposition sous l'égide de l'ONU.

Ces pourparlers reprennent mardi, mais sans grand espoir.(afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
13 mai 2017 6 13 /05 /mai /2017 18:47

FRANCE LE RIDEAU TOMBE SUR LA PRÉSIDENCE DE HOLLANDE

Impopularité record, attentats, chômage: le quinquennat difficile de François Hollande s'achève dimanche.

Le président sortant achève son mandat avec une cote de confiance en chute libre, à 14%. (Vendredi 12 mai 2017)

Le président sortant achève son mandat avec une cote de confiance en chute libre, à 14%. (Vendredi 12 mai 2017) Image: Archives/AFP

 

François Hollande remet dimanche les clés de l'Elysée à Emmanuel Macron. Son quinquennat aura été marqué par l'impopularité, la tragédie des attentats et l'échec contre le chômage, mais aussi par quelques succès comme l'accord sur le climat.

A 10h00 précises, le chef sortant de l'Etat français accueillera sur le perron du palais présidentiel son ex-protégé, ancien secrétaire général adjoint et ministre de l'Economie. Il se rendra ensuite au siège du PS. Comme François Mitterrand en 1995, après la passation de pouvoirs avec Jacques Chirac.

Cette passation de pouvoir, qu'il veut «simple, claire et amicale», symbolisera plus que jamais une présidence au cours imprévisible. Le président sortant aura connu une impopularité record, achevant son mandat avec une cote de confiance en chute libre, à 14%, lui qui entendait être un président «normal», proche du peuple.

Loi travail

Ce qui l'emporte certainement sur tout le reste, c'est un chômage de masse qui mine la société française depuis le milieu des années 1970 et dont il n'est pas parvenu à retourner décisivement la courbe ascendante en dépit de ses promesses répétées. Le marché de l'emploi convalescent n'a pas encore effacé les effets de la crise de 2008. La reprise de l'emploi depuis 2015 a toutefois permis un début d'inversion de la courbe du chômage en 2016, avec trois ans de retard sur sa promesse.

Accusé d'avoir tourné le dos à l'esprit du discours du Bourget en 2012 dans lequel il promettait de ramener l'argent au rang de «serviteur et non d'un maître», il verra aussi sa majorité se fracturer irrémédiablement sur la loi travail, ultime tentative de redresser les chiffres de l'emploi, pourfendue entre autres par les «frondeurs» du PS et contestée dans la rue.

Dans les innombrables déplacements de ces dernières semaines en province et dans les «quartiers sensibles» où il a multiplié les avertissements contre les extrêmes, François Hollande a multiplié les bains de foule, semblant quasiment jouir d'un regain de sympathie, comme celle accordée à un souverain déchu.

Moments terribles

D'où ce mot qui lui ressemble tant, au détour d'un entretien avec L'Obs: «Je suis à deux doigts d'être aimé». François Hollande évoquait aussi une face sombre de son quinquennat, celles des attentats djihadistes qui ont ensanglanté la France en 2015. Les guerres et les attentats se chargent de le «présidentialiser». Il gagne en gravité. «La mort habite la fonction présidentielle», dit-il. Devant le siège de Charlie Hebdo, devant le Bataclan ensanglanté, il apparaît en père de la nation, garant de son unité.

Une image restera: sa marche dans les rues de Paris au bras de la chancelière allemande Angela Merkel et du président malien Ibrahim Boubacar Keïta avec une quarantaine d'autres dirigeants étrangers, quatre jours après l'attentat contre Charlie Hebdo. Mais l'unité nationale volera en éclats avec son projet d'étendre la déchéance de nationalité. Il fractura la majorité présidentielle et sera finalement abandonné.

Activité diplomatique

Son mandat a aussi été marqué par les opérations extérieures lancées sous ses ordres. Comme au Mali, où l'avancée de colonnes djihadistes qui menaçaient de fondre sur la capitale est stoppée par l'intervention militaire française en janvier 2013.

La face lumineuse de ce quinquennat c'est aussi le coup de marteau salvateur de Laurent Fabius sur le bureau de la COP21 au Bourget, où la France parvient à mettre d'accord 195 pays sur un programme de lutte contre le réchauffement climatique. François Hollande a aussi été très actif sur le front diplomatique, qu'il s'agisse des crises ukrainienne, grecque ou de la zone euro avec quelque 250 déplacements à l'étranger au cours de son quinquennat, sans doute un record.

Evasif sur la suite

Dimanche, le portail de l'Elysée se refermera définitivement derrière lui. Redoute-t-il cet instant? «Je n'ai pas peur du vide», assurait-il il y a peu.

François Hollande, qui compte prendre quelques jours de vacances en France, n'a pas l'intention de tirer définitivement un trait sur la politique. Mais il reste encore évasif sur d'éventuels nouveaux mandats politiques. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
13 mai 2017 6 13 /05 /mai /2017 18:42

PALESTINE LES PALESTINIENS SE RENDENT AUX URNES

Les élections municipales palestiniennes, limitées à la Cisjordanie, ont commencé ce samedi matin.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Les Palestiniens ont commencé à voter samedi matin en Cisjordanie occupée pour renouveler leurs conseils municipaux. Ce scrutin est à nouveau marqué par les divisions palestiniennes, la bande de Gaza en est exclue.

Les bureaux de vote ont ouvert à 07h00 (06h00 en Suisse) dans une centaine d'écoles à travers la Judee et Samarie. Ils fermeront à 19h00 (18h00 en Suisse) et le dépouillement commencera directement.

Dona Kafri s'est rendue dès l'ouverture dans son bureau de vote du quartier cossu d'al-Tireh à Ramallah, le siège de l'Autorité palestinienne. «Il était temps que nous puissions décider dans notre ville et notre pays», a déclaré cette électrice. Les dernières élections en Cisjordanie, également des municipales, datent de 2012.

Un million d'électeurs

La dernière présidentielle remonte, elle, à 2005. Le mandat du président Mahmoud Abbas, qui s'est achevé en 2009, court toujours, faute de consensus avec le mouvement islamiste Hamas, grand rival de l'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas. Depuis 2007, le Hamas contrôle la bande de Gaza et l'Autorité palestinienne dirige la Cisjordanie. Rami Nazal, employé de l'agence de l'ONU chargée des réfugiés palestiniens (UNRWA), a voté dans une école du quartier d'Aïn Mesbah, à flanc d'une des nombreuses collines qui vallonent Ramallah.

«Il est important que chacun apporte sa voix», mais il faudra aussi que les élus «assument la responsabilité qui leur est donnée», estime-t-il. Au total, plus d'un million d'électeurs sont inscrits en Cisjordanie. Mais «environ 70% d'entre eux sont appelés aux urnes» samedi, selon Hicham Kheil, en charge de la Commission électorale qui a organisé et supervise ce scrutin.

Dans 180 circonscriptions, majoritairement des villages, les habitants ont en effet décidé par consensus qu'une seule liste se présenterait et les résultats sont donc déjà connus.

Pas de scrutin à Gaza

Dans la bande de Gaza, en revanche, pas de scrutin. A l'issue d'un long feuilleton judiciaire, la Haute cour de justice palestinienne a refusé que le scrutin, initialement prévu dans les deux territoires pour la première fois depuis 2006, ne s'y tienne. La non-participation de la bande de Gaza, avec ses deux millions d'habitants, scelle un nouvel échec des efforts de réconciliation, alors que des élections nationales aurait pu délivrer le message d'une unité entre Palestiniens. (ats/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
13 mai 2017 6 13 /05 /mai /2017 18:41

VIRUS UN «HÉROS PAR ACCIDENT» A RALENTI LA CYBERATTAQUE

Un chercheur britannique en cybersécurité a expliqué comment il a réussi à freiner la propagation du virus Wannacry.

Capture d'écran.

Capture d'écran. Image: Twitter @MalwareTechBlog

 

Sur son blog www.malwaretech.com, un résident britannique de 22 ans, attaché à son anonymat, raconte comment il a «sauté dans tous les sens» d'excitation après avoir trouvé «par accident» un moyen de ralentir l'attaque qui a touché une centaine de pays et perturbé le bon fonctionnement de dizaines d'entreprises et organisations.

La presse britannique l'a aussitôt désigné comme un «héros par accident» même s'il a fait preuve d'une grande expertise informatique et qu'il a travaillé toute la nuit de vendredi à samedi pour freiner le virus.

Tweetant à partir de @Malwaretechblog, le chercheur en cybersécurité a expliqué avoir trouvé la parade en trouvant et achetant un nom de domaine pour quelques dollars. «Généralement un logiciel malveillant est relié à un nom de domaine qui n'est pas enregistré. Simplement en enregistrant ce nom de domaine, on arrive à stopper sa propagation», a-t-il dit.

Sur Twitter, il a avoué qu'il ne savait pas, au moment d'enregistrer le domaine, que la manœuvre suffisait à arrêter le virus et que son action était donc «accidentelle au départ».

 

 

I will confess that I was unaware registering the domain would stop the malware until after i registered it, so initially it was accidental.

 

Autres formes possibles

Mais il a été chaudement félicité sur les forums spécialisés et son blog a été publié sur le site internet du National Cyber Security Centre (NCSC), le centre britannique de cyber-sécurité.

Le NCSC a affirmé que «MalwareTech» était une «organisation privée» et que le «héros» du jour n'était pas l'un de leurs employés, mais qu'ils pouvaient avoir recours à son expertise. «Il a clairement réussi à enrayer la propagation», a assuré Marco Cova, spécialiste en cybersécurité chez Lastline.

De là à l'arrêter complètement? Laurent Maréchal, expert en cybersécurité chez McAfee, a préféré rester prudent. «Le nom de domaine en question est-il le seul nom de domaine concerné? Il est trop tôt pour le dire. Il se pourrait très bien que le logiciel vienne à se décliner sous d'autres formes», a-t-il dit.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
12 mai 2017 5 12 /05 /mai /2017 05:52

PAYS-BAS IL VA DÉPOLLUER LES OCÉANS PLUS TÔT QUE PRÉVU

Grâce à une meilleure technologie, le Néerlandais qui veut dépolluer les océans va se lancer dans les 12 prochains mois au lieu de 2020.

Présentation du projet «The Ocean Cleanup» à Utrecht, aux Pays-Bas. (Jeudi 11 mai 2017)

Présentation du projet «The Ocean Cleanup» à Utrecht, aux Pays-Bas. (Jeudi 11 mai 2017) Image: Keystone

 

Un Néerlandais qui veut nettoyer les océans des déchets plastiques a annoncé jeudi qu'il se lancerait dans les douze prochains mois au lieu de 2020, comme prévu à l'origine, grâce à une amélioration technologique de son projet.

 

Read a summary of The NeXt Phase announcement here:http://bit.ly/2pDoaSE 

 

Demonstration of our drifting concept.

 

Mais des ingénieurs avec lesquels il travaille comptent désormais remplacer cette unique barrière par «une flotte de plusieurs petits systèmes», plus rentable et plus efficace, comme il l'a expliqué lors d'une présentation à Utrecht, aux Pays-Bas. Une trentaine de barrières mesurant d'un à deux kilomètres de long seront mises à l'eau. Elles ne seront pas attachées au fond marin mais à une ancre flottante de 12 mètres de long qui évoluera dans l'eau avec les déchets en plastique, au gré des courants.

 

Boyan unveils the anchors of the pilot!

 

«Pour attraper le plastique, il faut agir comme le plastique», a lancé Boyan Slat lors de sa présentation. Grâce à ces innovations il espère nettoyer 50% de la grande plaque de déchets du Pacifique d'ici cinq ans, contre 42% en dix ans comme prévu à l'origine. Plusieurs tests ont été réalisés en mer du Nord, près des côtes néerlandaises, sur un petit prototype de 100 mètres de long installé en juin dernier. D'après «Ocean Cleanup», 8 millions de tonnes de plastique viennent polluer les océans chaque année. La majorité s'accumule dans des «soupes plastiques», un mélange de déchets de tailles diverses.

 

This is the stomach content of a single sea turtle found last year. Microplastics will increase dozens of times unless we clean it up.

 

Entraînés dans les cinq principales gyres, des courants marins circulaires, les déchets s'agglutinent et forment d'énormes plaques avec le temps. Ces «continents» de plastique sont un fléau pour les espèces marines et, à terme, pour l'Homme. Dauphins et phoques s'y empêtrent, s'étranglent et se noient tandis que les tortues ingèrent les sacs car elles les prennent pour des méduses. Décomposées en petites particules néfastes pour la santé, ces matières entrent ensuite dans la chaîne alimentaire. (afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 15:04

AUSTRALIE LE PATRON DE QANTAS ENTARTÉ LORS D'UN DISCOURS

Alan Joyce a reçu en pleine figure une tarte meringuée au citron. L'auteur de l'attaque est un opposant au mariage entre personnes du même sexe.

Le moment de l'entartage à Perth

 

Le patron de la compagnie aérienne australienne Qantas, Alan Joyce, entarté pour ses positions en faveur du mariage gay, a promis mercredi qu'il continuerait à s'exprimer sur les sujets de société.

Le directeur général de Qantas a été visé mardi, lors d'un discours à Perth, par un homme en costume qui s'est avancé sur la scène et lui a mis dans la figure une tarte meringuée au citron.

Un opposant de 67 ans

D'après le groupe Australian Broadcasting Corporation, l'entarteur se nomme Tony Overheu, 67 ans, et est un opposant au mariage entre personnes du même sexe. Pour l'instant, il n'a été inculpé que pour déclaration mensongère, selon la police. «Alan Joyce est très actif dans le processus (en faveur du mariage gay) et dans ce contexte, c'était une cible appropriée», a déclaré l'homme sur ABC.

«Je n'ai jamais rien fait de tel, je suis respectueux de la loi, mais je crois que c'est un retour de bâton inévitable. Lorsque les gens sont en colère, les personnalités qui dépassent les bornes doivent s'attendre à un retour de bâton d'une manière ou d'une autre. Les gens en général en ont plein les bottes».

En mars, M. Joyce avait signé une lettre pour soutenir l'égalité face aux mariage avec 19 autres patrons de grandes entreprises australiennes.

Pas encore légalisé

Dans un communiqué mercredi, il a dit que cet incident ne l'empêcherait pas de continuer à prendre position. «J'ai longtemps considéré que les entreprises et les pdg avaient leur mot à dire sur les questions économiques et sociales. Mon opinion n'a pas changé», écrit-il.

«Nous allons continuer à nous exprimer sur les grands sujets de société, y compris la réconciliation avec les populations indigènes, la diversité des genres et l'égalité face au mariage, parce que c'est la bonne chose à faire».

L'Australie est en retard par rapport à de nombreux pays occidentaux ayant déjà légalisé le mariage entre homosexuels malgré le soutien d'une grande partie de la population au mariage gay.

Les couples du même sexe peuvent nouer des contrats d'union civile et faire reconnaître leur relation dans la plupart des Etats australiens, mais ces unions ne sont pas reconnues au niveau fédéral. (afp/nxp)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée