Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

7 janvier 2016 4 07 /01 /janvier /2016 04:49

La bombe H, bien plus puissante qu'Hiroshima

Corée du Nord

Les bombes H du type de celles que la Corée du Nord affirme avoir essayé avec succès, ont une puissance supérieure aux bombes A, comme celles de Hiroshima et Nagasaki en 1945.

http://youtu.be/WwlNPhn64TA

La Corée du Nord a affirmé mercredi avoir réussi son premier essai de bombe à hydrogène, bien plus puissante que la bombe atomique ordinaire, une annonce accueillie avec le plus grand scepticisme par les spécialistes.

Les bombes A libèrent une énergie déclenchée par la fission d'éléments comme l'uranium ou le plutonium. Celles à hydrogène - ou thermonucléaires - utilisent d'abord la technique de la fission, puis celle de la fusion nucléaire dans une réaction en chaîne.

Aucune larguée hors des tirs d'essai

Aucune bombe H n'a à ce jour été utilisée en dehors de tirs d'essai. L'arsenal stratégique nucléaire américain, mais aussi sans doute celui de la Russie, est exclusivement composé aujourd'hui de ce type d'engins, mais sous une forme miniaturisée, à la puissance très variable.

La bombe H, «bombe à hydrogène» ou encore «thermonucléaire», est basée sur le principe de la fusion nucléaire et libère une énergie supérieure aux températures et aux pressions en oeuvre au coeur du soleil.

Quand une bombe H éclate, des explosions chimique, nucléaire et thermonucléaire se succèdent en un laps de temps infinitésimal. Une première bombe à fission entraîne une très forte augmentation de la température qui déclenche la fusion.

Aux îles Marshall

Le 1er novembre 1952, les Etats-Unis faisaient exploser secrètement ce nouveau type d'engin dans les îles Marshall, en plein océan Pacifique. 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
7 janvier 2016 4 07 /01 /janvier /2016 04:48

Le Conseil de sécurité menace de renforcer ses sanctions (qui ne servent a rien)

Corée du Nord

Des diplomates de l'ONU ont indiqué que le Conseil allait envisager de renforcer les sanctions internationales en vigueur depuis les trois premiers essais nucléaires.

Mis à jour le 06.01.2016 

Le Conseil de sécurité s'est réuni mercredi.

Le Conseil de sécurité s'est réuni mercredi.
Image: AFP

 

Le Conseil de sécurité a «condamné fermement» mercredi le nouvel essai nucléaire nord-coréen et a décidé de préparer des «mesures supplémentaires» contre Pyongyang, un euphémisme pour désigner des sanctions.

Dans une déclaration adoptée à l'unanimité -- y compris par la Chine, allié traditionnel de Pyongyang -- les 15 pays membres indiquent qu'ils vont «commencer à travailler immédiatement sur de telles mesures», qui seront contenues «dans une nouvelle résolution du Conseil de sécurité».

La déclaration ne précise pas quelles seront ces «mesures supplémentaires» et ne parle pas explicitement de sanctions.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
7 janvier 2016 4 07 /01 /janvier /2016 04:44

Ils auraient contrôlé les assaillants depuis Bruxelles

Attentats de Paris

La presse belge affirme ce mercredi que deux hommes munis de fausses cartes d'identité ont orchestré les attentats de novembre à Paris.

Par che/nxp. Mis à jour le 06.01.2016

1/85 Selon la presse belge, deux hommes munis de fausses cartes d'identité aux noms de Samir Bouzid et de Soufiane Kayal ont orchestré les attentats de Paris depuis Bruxelles (Mercredi 6 janvier 2016)
Au moins 130 personnes sont mortes. L'organisateur présumé a été tué. Un terroriste en cavale est toujours recherché.

Ces dernières semaines, l'enquête sur l'orchestration des attentats de Paris le vendredi 13 novembre 2015 a mis en lumière les liens étroits entre des têtes pensantes à Bruxelles et des assaillants entraînés en Syrie dans la capitale française.

Deux hommes présents dans la capitale belge, connus sous les faux noms de Samir Bouzid et de Soufiane Kayal, ont longuement échangé par SMS avec les terroristes à Paris dans la soirée du 13 novembre. Ils font l’objet d’un avis de recherche depuis le 4 décembre dernier, selon la Libre Belgique.

Selon une source proche de l'enquête citée par le quotidien belge, les deux hommes auraient joué un rôle central dans les attaques qui ont fait 130 morts. Le parquet fédéral ne confirme toutefois pas cette information.

«La source n’a pas voulu indiquer comment les enquêteurs belges sont arrivés à la conclusion que les destinataires des SMS étaient "Samir Bouzid" et "Soufiane Kayal", mais on sait que le destinataire peut être localisé par l’opérateur» note La Libre Belgique. Actuellement recherchés, tout comme le terroriste Salah Abdeslam, la police belge ignorerait leur véritable identité et leur nationalité.

Salah Abdeslam «n’est pas sorti par l’armoire»

Parallèlement, le quotidien belge revient sur la fuite de Salah Abdeslam. Suite au raid infructueux sur le 47 de la rue Delaunoy à Molenbeek, «des médias, se fiant à des sources apparemment crédibles, avaient émis l’hypothèse que le suspect avait échappé à l’attention d’une large perquisition effectuée le lundi 16 novembre en se cachant dans une armoire au cours d’un déménagement».

Or, toujours selon une source proche de l'enquête, l'hypothèse ne tient pas la route et ne serait qu'une rumeur, reprise par des médias du monde entier.

«Tout ce qui sortait et rentrait dans cette maison était surveillé de près. Il n’est pas sorti par l’armoire», assure la source. 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
6 janvier 2016 3 06 /01 /janvier /2016 06:25

Le petit fils de Khomeiny exclu des élections?

Iran

Hassan Khomeiny, proche des réformateurs et petit-fils de l'ayatollah Rouhollah Khomeiny pourrait être exclu des élections pour ne pas avoir participé à un examen de théologie.

Mis à jour à 15h13 

Religieux de rang moyen âgé de 43 ans, Hassan Khomeiny est un proche de l'ex-président réformateur Mohammad Khatami.

Religieux de rang moyen âgé de 43 ans, Hassan Khomeiny est un proche de l'ex-président réformateur Mohammad Khatami.
Image: DR/Photo d'illustration

 

Quelque 400 candidats ont participé mardi à l'examen organisé par le Conseil des gardiens de la Constitution dans la ville sainte de Qom, mais Hassan Khomeiny n'était pas présent. Le petit-fils du fondateur de la République islamique d'Iran se voit reprocher de n'avoir pas participé à un examen.

«Si quelqu'un n'a pas participé à l'examen pour faire évaluer son niveau de connaissance théologique, il n'aura pas les conditions requises pour être candidat», a déclaré Siamak Rah-Peyk, membre du Conseil et porte-parole de la commission chargée de superviser les élections.

«Nous avons informé les candidats par médias et via le site officiel du Conseil», a-t-il ajouté à la télévision d'Etat.

Pas «d'invitation ni de texto»

Un proche de Hassan Khomeiny a déclaré à l'agence officielle Irna que ce dernier n'avait pas reçu «d'invitation ni de texto» pour se rendre à l'examen. «Au moment de l'examen, il était en train de donner un cours» de théologie, a ajouté cette source.

Religieux de rang moyen âgé de 43 ans, Hassan Khomeiny est un proche de l'ex-président réformateur Mohammad Khatami.

L'Assemblée des experts, qui comprend actuellement 86 membres, est chargée de nommer, surveiller et éventuellement démettre le guide suprême iranien. Elle peut avoir un rôle important en cas de disparition du numéro un iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, âgé de 76 ans.

Selon Siamak Rah-Peyk, 540 des 800 candidats avaient été invités à participer à cet examen - dont une dizaine de femmes - mais seuls 400 se sont présentés.

Les candidats n'ayant pas fait d'études religieuses sont exclus d'office, l'Assemblée étant entièrement composée de religieux, même si des laïcs ont le droit de faire acte de candidature.

Election en février

L'élection aura lieu en février en même temps que celle pour renouveler le Parlement qui compte 290 membres et pour laquelle 12'000 candidats se sont inscrits.

Ce scrutin est crucial pour le président Hassan Rohani qui espère obtenir une majorité d'élus réformateurs et modérés au Parlement, actuellement contrôlé par les conservateurs.

Les candidats aux deux élections doivent obtenir l'approbation du Conseil des Gardiens de la Constitution, une instance chargée de superviser toutes les élections générales et dominée par les conservateurs.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
6 janvier 2016 3 06 /01 /janvier /2016 06:22

Les futurs mariés sont priés de ne pas flirter

Turquie

Les fiancés peuvent se parler pour faire connaissance mais ils doivent éviter de se tenir par la main et surtout s'abstenir de flirter, ont recommandé les autorités islamiques.

Mis à jour le 05.01.2016

Image: LoloStock-Fotolia

 

»Il n'y a pas de mal à ce que les fiancés se rencontrent pour faire connaissance, dans la mesure où ils ne s'exposent pas en public«, a doctement répondu la plus haute autorité islamique turque, la Diyanet, à une question sur l'opportunité de laisser se rencontrer les futurs mariés avant qu'ils ne passent l'anneau.

»Mais les fiancés doivent s'abstenir de flirter, de vivre ensemble, de s'isoler lors de tête-à-tête qui pourraient susciter des commérages, de se tenir la main et de tout autre comportement qui ne sont pas approuvés par l'islam«, se sont empressés d'ajouter les dignitaires dans cet avis publié sur leur site internet.

La Diyanet a été créée en 1924, un an après la fondation de la République laïque turque sur les ruines de l'Empire ottoman. Elle a notamment pour fonction, selon la Constitution, d'éclairer la population sur les questions religieuses.

Si la plus grande ville du pays, Istanbul, a largement adopté les modes de vie occidentaux, l'essentiel de la population turque, à une écrasante majorité de confession musulmane sunnite, reste très conservateur.

En Anatolie profonde, les relations sexuelles avant le mariage restent ainsi un tabou.

Au pouvoir depuis 2003, l'actuel président islamo-conservateur turc Recep Tayyip Erdogan est fréquemment accusé par ses détracteurs d'avoir »islamisé« le pays et souvent critiqué pour ses déclarations sur les femmes, jugées sexistes.  

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
6 janvier 2016 3 06 /01 /janvier /2016 06:19

Téhéran dévoile une base souterraine de missiles

Iran

Le gouvernement iranien a toujours nié chercher à se doter de l'arme nucléaire et affirme que ses missiles ne sont pas conçus pour supporter une telle bombe.

Mis à jour le 05.01.2016 

Le président iranien Hassan Rohani.

Le président iranien Hassan Rohani.
Image: ARCHIVES/AFP

 

La télévision iranienne a montré mardi les images d'une nouvelle base souterraine contenant des missiles d'une portée de 1700 kilomètres, sur fond de tension avec les Etats-Unis. Washington envisage en effet des sanctions liées au programme balistique de Téhéran.

Sur les images diffusées par la télévision d'Etat Irib, le président du parlement Ali Larijani est vu en train de visiter une base souterraine où sont entreposés différents types d'engins, dont des missiles Emad. La télévision n'a pas révélé la localisation de cette base souterraine.

L'Iran avait effectué au moins un essai réussi de ce type de missile en octobre. Selon des experts de l'ONU, cela constituait une violation d'une résolution datant de 2010 interdisant l'utilisation par l'Iran de missiles balistiques de peur qu'ils ne soient dotés d'une tête nucléaire.

L'Iran a toujours nié chercher à se doter de l'arme nucléaire et affirme que ses missiles ne sont pas conçus pour supporter une telle bombe. Ali Larijani a indiqué que le parlement soutiendrait lors de la présentation prochaine du plan quinquennal, le renforcement du programme balistique souhaité par le président Hassan Rohani.

Ce dernier avait dénoncé jeudi les «interventions hostiles et illégales» des Etats-Unis qui venaient d'annoncer une nouvelle série de sanctions économiques - par la suite suspendues - liées à deux récents essais de missiles par l'Iran. 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
6 janvier 2016 3 06 /01 /janvier /2016 06:15

A Berlin, un projet de mosquée-synagogue-église

«Trois en un»

«The House of One», un lieu de culte inter-religieux, pourrait ouvrir ses portes dans la capitale allemande.

Non sans rappeler la «Haus der Religionen» abritant à Berne 5 religions sous un même toit, une «House of One», ou («Maison de L'un»), pourrait voir le jour à Berlin. Trois dignitaires religieux allemands veulent en effet concrétiser une idée qui semble, en 2016, folle à certains et évidente à d'autres: réunir chrétiens, juifs et musulmans dans la ville multiculturelle.

Entre les murs de la «House of One», une entrée commune à tous les croyants donnerait accès à une salle ouverte à tous, tandis que des escaliers mèneraient à trois salles de prières propres à chacune des religions représentées. Ce lieu de culte serait érigé sur l'emplacement de l'ancienne église Saint-Pierre, la première de Berlin (XIIIe siècle), détruite après la seconde guerre mondiale.

Des donateurs du monde entier

L'église propriétaire du terrain a récemment jugé intéressante l'idée de combiner les trois lieux de culte au lieu de reconstruire une «simple» église , et ce pour plusieurs raisons, note le webzine Fast Company: Les chrétiens sont de moins en moins pratiquants à Berlin, et financer une église pour une si petite communauté de fidèles aurait été peu judicieux. Par ailleurs, le projet se veut un symbole des valeurs berlinoises aujourd'hui: une métropole qui oeuvre en faveur d'une coexistance active. L'idée a séduit l'imam Kadir Sanci et le rabin Tovia Ben Chorin, qui ont joint leurs efforts à ceux du prêtre Gregor Hohberg.

Si le projet se décrit encore au conditionnel, c'est qu'il est conditionné à une campagne de financement participatif qui a encore un long chemin à parcourir. A l'heure de la mise en ligne de cet article, plus de 1700 donateurs du monde entier avaient donné plus d'un million d'euros. Une première pierre.

«La Maison de L'Un n'est pas seulement conçue pour Berlin. (...) D'autres pourraient voir le jour dans différents pays», s'enthousiasme le rabin Tovia Ben Chorin dans une vidéo de promotion du concept, dont des extraits ont été repris dans la vidéo ci-dessus de la chaîne AJ+ (Al Jazeera). «Pour nous, les musulmans, ce projet représente une superbe opportunité d'être reconnus et pris au sérieux chez nous, en Allemagne (...) et d'apprendre à connaître et apprécier nos voisins et amis», poursuit l'imam Kadir Sanci. «Dans la "Maison de L'Un", la justice, la paix et la réconciliation auront un toit» résume le prêtre Gregor Hohberg. 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
6 janvier 2016 3 06 /01 /janvier /2016 06:11

Ils sont fous : Le Vatican vilipende la caricature de Charlie sur Dieu

Médias

Le Saint-Siège juge malhonnête le dessin de la Une du numéro spécial de l'hebdomadaire français représentant un Dieu barbu, armé d'une kalachnikov et à l'habit ensanglanté.

Mis à jour le 05.01.2016

<i>Charlie Hebdo</i> sort ce mercredi un numéro spécial avec en Une un Dieu barbu, armé d'une kalachnikov et à l'habit ensanglanté. Ce numéro doit être tiré à environ un million d'exemplaires, dont des dizaines de milliers expédiés à l'étranger.

Charlie Hebdo sort ce mercredi un numéro spécial avec en Une un Dieu barbu, armé d'une kalachnikov et à l'habit ensanglanté. Ce numéro doit être tiré à environ un million d'exemplaires, dont des dizaines de milliers expédiés à l'étranger.
Image: DR-CHARLIE HEBDO

 

La caricature de Charlie Hebdo montrant un Dieu armé, sous le titre «un an après, l'assassin court toujours», n'est pas appréciée au Vatican.

«Utiliser Dieu pour justifier la haine est un blasphème, comme l'a dit le pape François», affirme l'Osservatore Romano.

Charlie Hebdo sort ce mercredi un numéro spécial avec en Une un Dieu barbu, armé d'une kalachnikov et à l'habit ensanglanté. Ce numéro doit être tiré à environ un million d'exemplaires, dont des dizaines de milliers expédiés à l'étranger, et notamment en Suisse.

«L'épisode n'est pas une nouveauté: derrière le drapeau trompeur d'une laïcité sans compromis, l'hebdomadaire oublie encore une fois ce que tant de dirigeants religieux de toutes appartenances ne cessent de répéter pour rejeter la violence au nom de la religion. Utiliser Dieu pour justifier la haine est un véritable blasphème, comme l'a dit à plusieurs reprises le pape François», affirme l'Osservatore Romano dans son édition de mardi.

«Dans le choix de Charlie Hebdo, il y a le triste paradoxe d'un monde de plus en plus attentif au politiquement correct au point de frôler le ridicule, mais qui ne veut ni reconnaître ni respecter la foi en Dieu de tout croyant, quelle que soit sa religion», observe encore le quotidien du Vatican.

L'an dernier, dans l'avion qui le ramenait des Philippines, le pape avait estimé que la liberté religieuse comme la liberté d'expression étaient deux valeurs inaliénables. Mais il avait ajouté que la liberté d'expression ne devait pas être utilisée pour l'offense et l'insulte. Si un ami «dit un gros mot sur ma mère, il doit s'attendre à recevoir un coup de poing», avait argumenté François.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
6 janvier 2016 3 06 /01 /janvier /2016 06:06

Emu aux larmes, Obama dénonce le port d'armes à feu (Pas de larmes pour les victimes de la terreur islamique)

Etats-Unis

Le président américain a dévoilé une série de mesures pour mieux encadrer et contrôler la vente des armes à feu dans le pays.

Barack Obama a essuyé des larmes: «A chaque fois que je pense à ces enfants, cela me met en colère».

Tour à tour ému et pugnace, Barack Obama a souligné mardi «l'urgence absolue» d'agir sur les armes à feu aux Etats-Unis.

Le président américain a dévoilé une série de mesures - limitées mais politiquement explosives - pour mieux encadrer et contrôler leur vente.

«Le lobby des armes a peut-être pris le Congrès en otage mais il ne peut prendre l'Amérique en otage», a lancé Barack Obama pour mieux dénoncer l'inaction de ses adversaires républicains, majoritaires dans les deux chambres, qui refusent de légiférer sur ce thème.

Principal objectif des mesures annoncées lors d'une allocution à la Maison Blanche: colmater les failles du système en vigueur sur le contrôle des antécédents judiciaires et psychiatriques des acheteurs d'armes. Entre foires itinérantes et ventes sur Internet, nombre d'entre eux échappent aujourd'hui aux procédures fédérales imposées à un individu qui se rend dans une armurerie homologuée.

Ses adversaires républicains jugent qu'en court-circuitant le Congrès, le président outrepasse ses pouvoirs et bafoue le deuxième amendement de la Constitution qui stipule qu'il ne pourra être porté atteinte au «droit du peuple» de détenir et de porter des armes.

Riposte immédiate

Le sujet s'impose déjà dans la campagne pour la présidentielle du 8 novembre. Les candidats républicains sont montés au créneau mardi. «Au lieu de confisquer les armes des citoyens respectueux de la loi (...), nous devons empêcher les armes de tomber entre les mains des terroristes qui veulent tuer d'innocents Américains», a commenté Jeb Bush, candidat aux primaires de son parti.

«Nous ne battrons pas les méchants en confisquant nos armes. Nous battrons les méchants en utilisant nos armes», avait déjà déclaré la veille à la presse un autre candidat conservateur, Ted Cruz. De son côté Marco Rubio a affirmé sur Fox News: «cela ne fera pas baisser la violence ou la criminalité, car les criminels n'achètent pas d'armes de cette façon. Ils les achètent sur le marché noir».

Excuses inefficaces

Quelque 30'000 personnes trouvent la mort par armes à feu aux Etats-Unis chaque année. «Le temps des excuses pour justifier l'inaction est révolu», a lancé Barack Obama en présence de nombreuses familles de victimes des fusillades qui ont endeuillé le pays.

En évoquant la fusillade de Sandy Hook en décembre 2012 (26 morts dont 20 enfants), l'un des pires carnages jamais commis dans un établissement scolaire, le président a essuyé des larmes: «A chaque fois que je pense à ces enfants, cela me met en colère», a-t-il dit.

Après cette tuerie, le débat avait semblé, un temps, prendre une tournure différente aux Etats-Unis. Barack Obama avait chargé son vice-président Joe Biden, fin connaisseur des arcanes du Congrès, de s'emparer du dossier. Quatre mois plus tard pourtant, les élus sonnaient le glas d'une réforme. Pointant du doigt le lobby des armes, Barack Obama dénonçait «un jour de honte pour Washington».

Efficacité relative

Présentant ses mesures, Barack Obama a ironisé sur les inquiétudes du lobby des armes, soulignant qu'il ne s'agissait pas d'un «complot visant à confisquer les armes de tout le monde». La portée et l'efficacité de ces mesures seront cependant extrêmement difficiles à mesurer. Et la Maison Blanche se garde bien d'avancer la moindre prévision chiffrée sur le nombre de personnes concernées.

Le président a notamment proposé la création de 200 nouveaux postes au sein de l'Agence fédérale sur l'alcool, le tabac et les armes (ATF). Il suggère au Congrès d'investir 500 millions de dollars pour améliorer la prise en charge des personnes souffrant de troubles psychiatriques. Il a également appelé à mettre les ressources nécessaires au service de l'innovation pour plus de sécurité.

«Si nous savons faire en sorte qu'un enfant ne puisse ouvrir un tube d'aspirine, nous devrions pouvoir nous assurer qu'il ne puisse appuyer sur la gâchette d'une arme», a-t-il déclaré. 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article
6 janvier 2016 3 06 /01 /janvier /2016 06:04

Agressions sexuelles pendant le Nouvel An

Allemagne

Plusieurs dizaines de jeunes gens ont agressé une centaine de femmes à Cologne et Hambourg. La polémique devient politique.

Mis à jour à 03h34Voiture de police devant la gare de Cologne (Allemagne), le 5 janvier 2015.

Voiture de police devant la gare de Cologne (Allemagne), le 5 janvier 2015.
Image: AFP

 

Une centaine d'agressions sexuelles commises la nuit du Nouvel an à Cologne (ouest) et attribuées à des «jeunes apparemment d'origine arabe» a provoqué mardi l'émoi en Allemagne, le gouvernement condamnant les violences tout en s'inquiétant d'une stigmatisation des réfugiés.

La chancelière Angela Merkel a téléphoné à la maire de Cologne Henriette Reker et lui a fait part de «son indignation face à ces actes de violence insupportables et à ces agressions sexuelles», tandis que d'autres responsables politiques cherchaient eux à établir un lien avec la présence de nombreux migrants dans le pays.

L'affaire, qui a pris de l'ampleur à mesure que se multipliaient les plaintes de victimes, suscite une forte émotion dans le pays.

Mardi en début de soirée, entre 200 et 300 personnes (selon la police) se sont symboliquement rassemblées devant la cathédrale de Cologne pour appeler à plus de respect envers les femmes.

La police critiquée

«Madame Merkel, que faites-vous ? Ça fait peur», s'interrogeait sur une pancarte une des manifestantes. Le ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière a lui critiqué dans la soirée l'inaction des forces de l'ordre à Cologne le soir des faits. «La police ne peut pas travailler comme ça», a-t-il dénoncé.

Au total, 90 plaintes ont été déposées et selon le chef de la police de Cologne, Wolfgang Albers, «d'autres devraient suivre».

Ces agressions sont attribuées à des groupes de 20 à 30 jeunes hommes ivres qui ont encerclé leurs victimes au milieu du millier de personnes qui s'était rassemblé autour de la cathédrale et de la gare centrale de Cologne. Mais la police a aussi signalé une dizaine de plaintes à Hambourg (nord).

Seules les femmes visées

«Un groupe d'une dizaine, vingtaine, trentaine de jeunes hommes étrangers s'en est pris à nous», a raconté une victime sur le plateau de la chaîne d'information en continu N-TV.

«Ils se sont mis à nous agresser, nous prenant l'entre-jambe, touchant nos décolletés, sous les manteaux», a-t-elle expliqué, ajoutant que «seules les femmes» étaient visées.

Selon Wolfgang Albers, les policiers intervenus ce soir-là font état «dans leur très large majorité de jeunes hommes, âgés de 18 à 35 ans, apparemment d'origine arabe ou nord-africaine», un constat corroboré par les descriptions des victimes.

Tensions avec les réfugiés

«Nous n'avons aucun indice montrant qu'il puisse s'agir de réfugiés séjournant à Cologne» ou dans les environs, a insisté la maire Henriette Reker, jugeant ce rapprochement «inadmissible» à la suite d'une réunion de crise à la mairie.

Le ministre de la Justice Heiko Maas a lui aussi mis en garde contre toute «instrumentalisation» de ces agressions dans un pays où l'afflux de réfugiés a parfois suscité de vives tensions ces derniers mois.

Son homologue de l'Intérieur a abondé contre «la suspicion généralisée» à l'égard des immigrés mais demandé aussi qu'il n'y ait «pas de tabou» s'il devait se confirmer que les auteurs sont d'origine étrangère.

Aucune arrestation

Sans attendre, plusieurs personnalités politiques ont commencé à utiliser l'événement. Après ces incidents, «est-ce que l'Allemagne est suffisamment ouverte sur le monde et multicolore pour vous, Madame Merkel ?» a lancé, provocatrice, Frauke Petry, la patronne du parti populiste Alternative für Deutschland (AfD) qui progresse dans les sondages.

Au sein même de la coalition gouvernementale, les conservateurs bavarois de la CSU, qui tempêtent depuis des mois contre la politique favorable aux réfugiés de la chancelière, ont trouvé aussi matière à alimenter leurs griefs.

«Si des demandeurs d'asile ou des réfugiés se livrent à de telles agressions (...) cela doit conduire à la fin immédiate de leur séjour en Allemagne», a lancé Andreas Scheuer, secrétaire général du parti, qui recevra mercredi Angela Merkel en Bavière lors d'une réunion prévue de longue date. Pour l'heure, la police n'a fait état d'aucune arrestation spécifiquement liée aux incidents.

Renforcement des effectifs de police

Les plaintes visent des faits allant du harcèlement à au moins un viol en passant par des dizaines d'autres agressions sexuelles et des vols.

Un renforcement des effectifs des forces de l'ordre ainsi que de la vidéo-surveillance a été annoncé par le président de la police de Cologne qui se prépare à accueillir du 4 au 10 février des centaines de milliers de fêtards pour le carnaval, l'événement emblématique de cette ville. 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Le Matin
commenter cet article

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée