Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 02:49

Discours de Khamenei à la Sixième conférence internationale de soutien à l’Intifada palestinienne en Iran : « Nous [nous tenons] aux côtés de chaque groupe qui reste tenace sur la voie [de la résistance] » ; « La ‘tumeur cancéreuse’ Israël doit être traitée en plusieurs phases

 

Le 21 février 2017, le Guide suprême iranien Ali Khamenei a ouvert la sixième Conférence internationale de soutien à l’Intifada palestinienne. Selon les organisateurs iraniens, les participants incluaient des représentants de 80 pays, ainsi que du Hamas et du Jihad islamique palestinien. De nombreux responsables du régime iranien devaient prononcer des allocutions, dont le président du Majlis (parlement), Ali Larijani, qui préside la conférence, et le président iranien Hassan Rohani.

Dans son discours d’ouverture, Khamenei a déclaré : le peuple palestinien a été « chassé de son foyer et de son pays et un autre groupe de gens venant de régions reculées du monde y a été amené pour remplacer cette nation. On n’a jamais vu qu’une entité authentique soit ignorée et qu’une fausse entité prenne sa place… Mais ceci [Israël] est une autre page scabreuse dans l’histoire qui sera refermée, avec la permission et l’aide d’Allah le Glorifié. »

Il a affirmé que la « tumeur cancéreuse » – à savoir Israël – « s’est développée en plusieurs phases, jusqu’à devenir la catastrophe actuelle ». Il a ajouté que le traitement de cette tumeur doit se faire en plusieurs phases, représentées par toutes les violentes Intifadas palestiniennes et les guerres contre Israël impliquant le Hezbollah au Liban et les factions palestiniennes à Gaza. Il a ajouté que grâce à la « résistance » et au Hezbollah, la lutte contre l’ennemi sioniste, qui reposait autrefois exclusivement sur les Palestiniens, est aujourd’hui sur la bonne voie.

Khamenei a cité les deux paradigmes palestiniens concernant la manière de traiter avec Israël – la résistance et le compromis – soutenant que la résistance est le seul moyen efficace d’atteindre les objectifs palestiniens. Soulignant que l’identité et les symboles palestiniens doivent être préservés, il a ajouté que ceux-ci garantissent que « l’entité illégitime du régime sioniste » ne pourra se renforcer, c’est pourquoi la résistance héroïque doit être célébrée. Selon lui, si la résistance n’a pas encore atteint son objectif ultime de libération totale de la Palestine, elle a réussi à maintenir la question palestinienne en vie.

Khamenei a également déclaré que la libération du Sud-Liban et de Gaza représentait deux phases cruciales sur la voie de la libération de la Palestine. Il a fait l’éloge des branches militaires de plusieurs groupes palestiniens, parmi lesquels les Brigades Al-Qods du Jihad islamique palestinien, les Brigades Al-Qassam du Hamas, les Brigades des Martyrs Al-Aqsa du Fatah et les Brigades Abou Ali Mustafa du FPLP [Front populaire de la libération de la Palestine].

Il a également appelé à soutenir les mouvements de résistance, affirmant que l’aide de l’Iran à ces groupes dépend de leur niveau d’engagement envers le principe de « résistance » [la destruction d’Israël]. Il a souligné que la Cisjordanie en particulier a besoin d’aide pour la résistance et exhorté à canaliser les conflits et les divergences d’opinion internes palestiniennes et à adopter un mécanisme qui exerce une pression sur « l’ennemi » et contribue à renforcer l’objectif de l’unité nationale comme base du djihad.

En conclusion, il a déclaré que si un groupe déposait le flambeau de la résistance, un autre surgirait immédiatement pour le remplacer.

Avant de commencer son discours, Khamenei a mentionné que le 21 février était la date de « l’anniversaire du martyre de Malcolm X, un dirigeant musulman américain » et a demandé à tous les participants de prier « pour l’âme de ce martyr ».

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 00:19

L’acteur syrien Jamal Soliman dans un plaidoyer pour la démocratie : C’est une culture, un mode de vie, non une solution magique

 

Dans une interview télévisée diffusée sur Al-Jazeera, l’acteur syrien Jamal Soliman évoque le rôle de la culture et de l’éducation dans la prévention du terrorisme et de l’extrémisme, affirmant que les mesures de sécurité, si elles sont nécessaires, ne sont pas suffisantes. « C’est une question d’éducation et de culture », estime-t-il. La rupture de la relation citoyen-État crée une « situation dangereuse », dit-il encore. Selon lui, si la démocratie n’est pas une solution magique et ne se résume pas aux urnes, « nous devons commencer à l’instituer demain, afin que dans 20 ans, nous puissions vivre dans un vrai pays ». L’interview a été diffusée le 5 janvier 2017. Extraits :

Jamal Soliman : Nous parlons d’un complot contre la région arabe. Monsieur, je crois dans les théories du complot et je sais que de tels complots existent. Mais à mon avis, personne ne complote plus contre nous que nous-mêmes. Nous aidons les complots à prospérer. Nous leur déroulons le tapis rouge. C’est comme si quelqu’un voulait brûler ma maison et que je lui préparais un tas de bois sec devant ma porte, afin que le feu se répande vite et soit mortel.

Je pense que la culture joue un rôle déterminant dans ce qui est arrivé et ce qui arrive dans le monde arabe. Le discours qu’on y entend aujourd’hui mentionne le combat contre l’extrémisme et l’idéologie extrémiste, qui mènent à la violence, aux meurtres, au takfir, etc. Comment lutter contre l’extrémisme et la violence ? Allons-nous combattre l’extrémisme par le seul moyen des agences de renseignements ? Je comprends très bien que lorsqu’une cellule terroriste projette de faire exploser un endroit et de tuer des innocents, il faille sans nul doute les attaquer et les arrêter, et leur tirer dessus si nécessaire. C’est incontestable, car c’est le devoir de l’Etat. Mais comment allons-nous empêcher l’émergence de nouveaux terroristes et extrémistes ?

C’est une affaire d’éducation et de culture. Le développement social dans le monde arabe est quasi-inexistant, car les gens n’ont pas les moyens de devenir éclairés. Même la relation entre le citoyen arabe et l’Etat s’est déformée et brisée, au point de sembler hostile. C’est une situation dangereuse. Il est vrai qu’ici la justice, la bienséance, la vie dans des conditions économiques et humaines raisonnables, la dignité humaine, entrent en ligne de compte, mais aussi la culture, le fait que ce soit là mon pays, ma patrie, que j’en suis un partenaire et que je la défends, tout comme je la critique quand elle a tort.

Je crois que même la démocratie à laquelle nous aspirons dans notre bien-aimée et précieuse Syrie… Beaucoup me demandent si la démocratie résoudra les problèmes. Non. Nous devons commencer à instituer la démocratie demain, afin que dans 20 ans, nous puissions vivre dans un vrai pays. La démocratie n’est pas une recette magique, et elle ne se résume pas aux urnes – parce que [si c’était le cas], je pourrais acheter des votes au prix d’un shawarma. Les gens voteraient selon leur affiliation communautaire, tribale ou géographique, et ce serait mortel pour la démocratie. C’est pourquoi [les élections] peuvent être mortelles, et c’est là qu’on se met à languir l’époque de la dictature.

La démocratie est une culture, un mode de vie. Nous devons renforcer ces aspects, à travers des livres, des pièces de théâtre, des films et des séries télévisées – particulièrement des séries télévisées, car ce sont elles qui ont le plus d’influence sur le téléspectateur arabe.

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 00:15

Marwan Abou Ras sur la chaîne Al-Aqsa du Hamas : Les Juifs recrutent des filles atteintes du sida pour attirer les Arabes – Ni les personnes, ni les arbres, ni les pierres n’aiment les Juifs

Le 6 janvier 2017, le député du Hamas Marwan Abou Ras a prononcé un sermon du vendredi à Gaza, dans lequel il a cité le hadith antisémite des arbres et des pierres et déclaré que les Juifs étaient la « nation la plus répugnante » dotée des « pires valeurs morales que l’humanité connaisse ». Abou Ras a ajouté que les Juifs recrutent des prostituées dans les rangs de leur armée « pour attirer les Arabes dans leurs pièges », qu’ils envoient « des filles infectées du sida pour qu’elles forniquent avec de jeunes musulmans », tout en empêchant l’entrée de marchandises utiles. « La victoire arrive bientôt », a-t-il promis, précisant : « Leur Etat est sur le point de disparaître. » Abou Ras a prié Allah de « détruire les Juifs criminels et ceux qui les aident et les soutiennent, ainsi que ceux impliqués dans la coordination sécuritaire avec eux ! » Le sermon a été diffusé sur la chaîne Al-Aqsa du Hamas. Extraits :

Marwan Abou Ras : Qui sont [les Juifs] ? C’est le peuple le plus répugnant, la nation la plus répugnante. Ils ont les pires valeurs morales que l’humanité connaisse. Dès qu’un prophète leur disait quelque chose qui leur plaisait, ils le suivaient. Mais si un prophète les contredisait, même sur une question des plus triviales, soit ils le traitaient de menteur, soit ils le tuaient. Ils ne se sont jamais comportés autrement, car leurs valeurs morales sont mues par la traîtrise et la trahison. Ils n’ont que faire des valeurs morales, de l’honnêteté ou de l’honneur. Ils ne savent pas ce que c’est que l’honneur. Savez-vous qui les Juifs recrutent dans les rangs de leur armée, une armée qui sera bientôt vaincue, si Allah veut ? Ils recrutent des prostituées pour attirer les Arabes dans leurs pièges, et dans les pièges de leurs agences de renseignements. Ainsi, s’ils recrutent des filles pour piéger les gens, que reste-t-il de leurs valeurs morales ? […]

Ils furent les premiers à propager l’usure, les premiers à diffuser de répugnants films et sites pornographiques. Ils sont en tête du peloton de la propagation des drogues et de l’alcool. […] Savez-vous quelle marchandise pénètre Gaza en grandes quantités, avec la bénédiction de l’ennemi ? Les drogues. Seulement les drogues. La seconde marchandise est le tabac. Ceux qui veulent effectuer de la contrebande de drogues ou du tabac peuvent le faire librement, mais la contrebande d’une denrée utile à Gaza ? C’est interdit. […] Ô Juifs criminels, Allah nous a décrit vos attributs. Vous ne pouvez rester sur notre terre. Nous ne renoncerons jamais à un seul pouce de notre terre.

Mon message à notre nation islamique est : revenez à la raison ! Sachez que cet ennemi est votre ennemi, tout comme il est notre ennemi. Je ne comprends pas ce qui passe par la tête de ces Arabes. L’ennemi déclare ouvertement que sous couvert de tourisme, il envoie des filles infectées du sida forniquer avec de jeunes musulmans, afin de répandre la fornication et le sida au sein de la jeunesse musulmane. […]

Mes frères, ayez de la patience. La victoire est proche, si Allah veut. Leur Etat est sur le point de disparaître. Nous ne savons pas comment cela se produira exactement, mais nous savons ce que notre Seigneur et notre Prophète nous ont dit. Le temps des miracles est presque là. Certains miracles se sont déjà produits. Nous voulons entendre les pierres et les arbres appeler les musulmans et dire : « Ô musulman, ô serviteur d’Allah, il y a un Juif derrière moi. Viens le tuer ! » La seule exception sera l’arbre Gharqad, car c’est l’arbre des Juifs.

Mes frères, sachez que les personnes, les pierres et les arbres haïssent tous [les Juifs]. Tous sur terre haïssent cette nation répugnante, une nation extrinsèque à l’Humanité. Ce fait a été clarifié par le Coran et par la Sunna. Ô Allah, détruis les Juifs criminels et ceux qui les aident et les soutiennent, ainsi que ceux impliqués dans la coordination sécuritaire avec eux ! Ô Allah, assène-leur un coup retentissant, car ils ne Te conviennent pas.

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 04:28

Le politicien jordanien Thaher Ahmad Amr : Israël connaîtra sa fin le 13 juillet 2023 ; personne ne veut des Juifs

 

Thaher Anmad Amr, fondateur du parti jordanien Al-Hayat, a déclaré : « Nous avons reçu deux promesses : la première au sujet de l’essor arrogant de ces Juifs, et nous avons reçu une autre promesse sur leur anéantissement. » Dans une interview diffusée sur la chaîne jordanienne Kaifa le 16 janvier 2017, Amr a prédit, se basant sur des « conclusions numériques, religieuses, intellectuelles et politiques », que l’Etat d’Israël connaîtra sa fin le mercredi 13 juillet, 2023. « Par Dieu, je vois l’anéantissement d’Israël aussi clairement que je vous vois », a-t-il dit à l’intervieweur. Extraits :

Thaher Anmad Amr : Nous avons reçu deux promesses : la première portait sur l’essor arrogant de ces Juifs, et nous avons reçu une autre promesse sur leur anéantissement.

Intervieweur : Oui.

Thaher Anmad Amr : Selon moi, nous vivons actuellement les temps de la première promesse, celle de l’essor arrogant des Juifs.

Intervieweur : Leur « essor » signifie leur domination politique, militaire, économique et intellectuelle.

Thaher Anmad Amr : Un symbole de leur essor est la visite de Netanyahou à la Maison Blanche, lorsqu’il est allé en Amérique et s’est rendu au Congrès des États-Unis, sans la permission d’Obama. Il est entré au Congrès et a prononcé un discours tel l’un des grands héros de l’Amérique – ils l’auraient applaudi 26 ou 28 fois – et il est parti – exactement comme il est entré – sans la permission du maître des lieux. […]

Avant que les Juifs ne viennent en Palestine – c’était tout récemment – des restaurants en Europe et en Amérique affichaient des pancartes indiquant : « Entrée interdite aux Noirs, aux chiens et aux Juifs ». C’était tout récemment. Ils ne pouvaient pas se montrer en public, ni dans le monde arabe et islamique et ni en Occident. Ils étaient tels des chauves-souris vespérales, si vous me suivez. Leur essor arrogant a commencé quand ils sont arrivés en Palestine. […]

[Notre] nation ne triomphera jamais tant qu’un seul Juif régnera, ne serait-ce que sur un seul kilomètre carré de la terre de Palestine. […]

J’ai écrit un article dans lequel j’ai écrit que le mercredi 13 juillet 2023 marquerait la fin de l’État d’Israël.

Intervieweur : 2023 ?

Thaher Anmad Amr : C’est exact, ou peut-être était-ce 2022…

Intervieweur : Et vous y croyez toujours ?

Thaher Anmad Amr : Absolument, je suis convaincu qu’ils seront anéantis mais…

Intervieweur : Oui, mais en quelle année ?

Thaher Anmad Amr : Ce n’est pas dans le Coran ou dans le Hadith. Ce sont mes propres conclusions – numériques, religieuses, intellectuelles et politiques.

Intervieweur : Êtes-vous absolument certain que les Juifs seront anéantis ?

Thaher Anmad Amr : Par Dieu, je vois l’anéantissement d’Israël aussi clairement que je vous vois. Cet Etat est transitoire. Il n’a pas de fondations, vous comprenez ? Il n’a pas de racines, il sera donc facilement anéanti. […]

Six millions de Juifs vivent actuellement sur la terre de la Palestine historique, et d’autre part, il y a six millions de musulmans. […]

Ces six millions [de Juifs] se sont rassemblés de tous les coins de la Terre, et aucun d’entre eux ne sait qui était son arrière-arrière-grand-père. Ils vivent tous sur cette terre. Ni les six millions [de Palestiniens], ni les 350 millions d’Arabes, ne veulent des six millions de Juifs là-bas… Je parle des peuples, pas des quelque 500 dirigeants… La majorité des peuples arabes ne veulent pas de ces Juifs. Les musulmans, en général, ne veulent pas non plus des Juifs, ni les peuples libres partout au monde. Les gens qui ont souffert entre leurs mains ne veulent pas des Juifs. Donc, à mon avis, ils ne peuvent subsister qu’en nous détruisant, en détruisant nos maisons, en…

Intervieweur : Par la discrimination.

Thaher Anmad Amr : Ils ont réussi à nous voler la terre de Palestine dans sa totalité. Ils ont volé et pillé notre histoire. La seule chose qu’ils ne peuvent pas voler, ce sont les gènes dans notre sang. Ils ne peuvent pas voler la Palestine qui est dans nos gènes.

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 04:27

AQMI diffuse une vidéo menaçant la France

Le 16 février 2017, Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) a posté une vidéo en hommage à son commandant, Abou Al-Nur Al-Andalusi, alias Zakariyya Mohammed Said, tué par les forces françaises au Mali en février 2016.

La vidéo de 20 minutes, postée sur la chaîne Telegram d’AQMI, (1) retrace le cheminement d’Al-Andulasi vers le djihad, sur la base de témoignages de plusieurs camarades djihadistes qui apparaissent dans la vidéo.

Selon le camarade djihadiste Said Al-Maghrebi, Al-Andalusi viendrait de la « ville occupée par les chrétiens espagnols » Melilla, au nord du Maroc. Al-Maghribi raconte qu’ils se sont connus à Melilla et ont émigré ensemble au Mali.

Said Al-Maghrebi.

Al-Andalusi serait arrivé au Mali en 2012, après la prise de plusieurs villes du nord du Mali (Azawad) par des insurgés. En conséquence, des forces maliennes et françaises ont lancé une série de campagnes militaires pour reprendre la zone d’insurrection.

La vidéo présente les aptitudes militaires et de commandement d’Al-Andalusi, et notamment sa passion pour les formations militaire et les opérations contre les « Croisés » [forces françaises]. Al-Andalusi aurait attaqué les forces françaises à l’aéroport de Tombouctou.

Al-Andalusi a été tué avec d’autres djihadistes, dont un commandant égyptien du nom de Marwan Al-Masri, par des frappes aériennes françaises.

Abou Abdallah Al-Tunisi.

Un combattant tunisien se faisant appeler Abou Abdallah Al-Tunisi livre un message à la fin de la vidéo, menaçant la France de venger la mort d’Al-Andalusi et de ses camarades : « J’envoie d’ici un message à la France croisée : [Comprenez]…  que son sang et celui de ses frères locaux et étrangers, répandu sur cette terre bien-aimée… n’aura pas été versé en vain. »

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 04:25

Le secrétaire général du Hezbollah, Nasrallah, menace d’attaquer avec des missiles les installations d’ammoniac israéliennes et la centrale nucléaire de Dimona

 

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a exhorté Israël « non seulement à déplacer l’installation d’ammoniac de Haïfa, mais à démanteler la centrale nucléaire de Dimona », affirmant : « Ils savent ce qui adviendra d’eux et de leur entité [sioniste] si des missiles frappent cette usine. » Dans son allocution du 16 février 2017, diffusée sur la chaîne télévisée Mayadeen, Nasrallah a déclaré : « Peu importe où ils déplaceront le réservoir [d’ammoniac de Haïfa], nous pourrons l’atteindre. »  Extraits :

Hassan Nasrallah : Concernant l’installation de stockage d’ammoniac à Haïfa, il a été décidé il y a plusieurs jours que les entrepôts d’ammoniac à Haïfa devaient être vidés dans les dix jours. Pourquoi ? Après tout, ces entrepôts d’ammoniac se trouvent là depuis des décennies… Parce que la résistance a évoqué ces entrepôts de stockage et les a comparés à une bombe nucléaire. En outre, il y a un bateau qui transporte l’ammoniac, et le livre dans l’installation de Haïfa et dans d’autres installations. 

J’ai affirmé que l’installation d’ammoniac de Haïfa équivaut à une bombe nucléaire, mais ils ont dit que le bateau qui transporte l’ammoniac en Palestine occupée représente cinq bombes nucléaires. Par où exactement ce navire pourrait-il nous échapper ? Supposons qu’ils vident l’installation de Haïfa… Tout d’abord, peu importe où ils déplacent cette installation de stockage, nous pourrons l’atteindre, avec l’aide Allah. De toute évidence, c’est plus facile [de choisir] Haïfa – il n’y a aucun doute à ce sujet – mais peu importe où ils déplacent cette installation de stockage, nous pourrons l’atteindre. Supposons que vous arriviez à cacher cette installation de stockage. Où cacherez-vous le bateau ? Sous quelle vague le cacherez-vous ? 

Cet ennemi affronte une résistance dotée de capacités, qui a le courage d’utiliser ces capacités dans toute confrontation réelle, c’est pourquoi il prend mille choses en considération. Par conséquent, ils ont décidé de vider l’installation d’ammoniac, et les habitants de Haïfa ont remercié le Hezbollah. « Nous l’exigeons depuis 20-30 ans, mais personne ne nous a écoutés », ont-ils affirmé. 

Aujourd’hui, j’appelle l’ennemi, non seulement à déménager l’installation d’ammoniac de Haïfa, mais aussi à démanteler la centrale nucléaire de Dimona. Ils savent que cette usine est vieille et obsolète. Cette usine est vétuste et en état de délabrement, et elle ne peut résister à une attaque de missiles massive. Ils savent ce qui adviendra d’eux et de leur entité [sioniste] si des missiles frappent cette usine. […]

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 04:23

Le philosophe russe pro-Kremlin Dugin : L’alternative au libéralisme est de revenir au Moyen-Age

Dans une interview sur la chaîne télévisée russe orthodoxe nationaliste Tsargrad, le philosophe pro-Kremlin Alexander Dugin a expliqué sa Quatrième Théorie politique.[1] Dugin a classé les trois théories politiques selon leur ordre d’apparition au 20e siècle : le libéralisme (première théorie), le communisme (deuxième théorie) et le fascisme (troisième théorie). Le fascisme a émergé plus tard que les autres grandes théories politiques et a disparu avant elles. L’alliance entre la première théorie politique (libéralisme) et la deuxième (communisme) et les mauvais calculs politiques d’Adolf Hitler sont responsables de la défaite de la troisième théorie politique. La disparition du fascisme a laissé la voie libre pour les première et deuxième théories politiques, le dualisme de la Guerre froide ayant créé un monde bipolaire qui a duré près d’un demi-siècle. L’effondrement de l’Union soviétique en 1991 a signifié la victoire de la première théorie politique (libéralisme) sur la deuxième (socialisme). Ainsi, à la fin du 20e siècle, le libéralisme demeurait la seule théorie encore vivante.

Dugin a souligné : « Cela signifie que vous pouvez être de droite ou de gauche, vous pouvez soutenir la deuxième ou la troisième théorie, mais seulement dans le cadre de la première théorie. Et c’est la situation qui prévaut actuellement. La première théorie politique n’est plus seulement une théorie parmi d’autres, comme c’était le cas auparavant. Elle fait partie de nous. Nous ne pensons à rien en dehors du libéralisme. Il n’y a plus qu’une seule théorie pour nous. Il est tout simplement inscrit dans la constitution de l’Union européenne que l’UE reconnaît les Etats qui partagent ses valeurs, à savoir le libéralisme démocratique. »

Toutefois, à présent que seul le libéralisme est resté, Dugin soutient qu’il est actuellement devenu évident que toutes les trois théories politiques sont totalitaires, et que le libéralisme peut donc être décrit comme le « porteur de la dernière forme de totalitarisme ». Dugin explique : « Ils [les libéraux] affirment la même chose que les communistes et que les fascistes : si vous êtes libéral, vous avez le droit d’être tout ce que vous voulez dans le cadre du libéralisme et de la démocratie. Si vous êtes en dehors du libéralisme et de la démocratie, alors vous êtes un dangereux extrémiste, un fanatique, un terroriste… » Décrivant la mondialisation, Dugin l’a définie comme « le processus d’imposition de l’affirmation du renforcement totalitaire du libéralisme comme seule idéologie inévitable. On peut dire que la mondialisation est une conséquence ou un processus ».

Cependant, le libéralisme est lui-même devenu de plus en plus décadent. « Le libéralisme d’aujourd’hui est si rongé de l’intérieur qu’il est assez facile de le rejeter maintenant, car il a lui-même reconnu le progrès, la liberté, et le développement comme étant des fictions absolues. Le libéralisme a reconnu qu’il était une sorte d’approche totalitaire particulière. Derrière toutes ces idées de libération, de liberté, d’égalité, d’individualisme, etc. il n’y a rien d’autre que la volonté de puissance », a expliqué Dugin. Par conséquent, pour éviter de régresser vers le communisme et le fascisme, Dugin a suggéré qu’une Quatrième Théorie politique était nécessaire, dont les prémisses reposeraient sur le rejet du post-modernisme, de la société post-industrielle, de la pensée libérale appliquée et du mondialisme. Ainsi, l’une des premières étapes vers une Quatrième Théorie politique est la « réhabilitation mondiale de la tradition ». Dugin, dont la philosophie est influencée par les écrits du philosophe russe mystique Nicolas Berdiaev (1874-1948), [2] a souligné le besoin de revenir au Moyen-Age ou d’y trouver une source d’inspiration. Dans son livre Le nouveau Moyen-Age, Berdiaev analyse la crise de la civilisation européenne au lendemain de la Grande Guerre et de la Révolution russe. Berdiaev nous dit que « l’époque moderne, avec son humanisme raté, est remplacée par une nouvelle époque : ‘le nouveau Moyen-Age’, une époque de ténèbres, de nuit universelle de l’histoire. Berdiaev affirme que cette nuit est positive : dans l’obscurité, qui est un retour à la vie de l’esprit mystérieuse, la destruction infligée par la période précédente de ‘lumière’ sera réparée » [3]. Berdiaev a défini la civilisation médiévale comme une « renaissance en opposition à la barbarie et à l’obscurité qui ont suivi la chute de la civilisation de l’Antiquité, un chaos dans lequel le christianisme seul a incarné la lumière et le principe d’ordre ». [4]

Quant à l’avenir de la Russie, Dugin explique que la seule manière d’assurer sa survie est d’adopter une quatrième théorie qui rejettera le libéralisme occidental, car il n’y a pas de place pour la Russie dans le « meilleur des mondes du globalisme mondial, de la post-modernité et du post-libéralisme ». Dugin affirme : « Le problème est que toute l’histoire russe constitue une argumentation dialectique avec l’Occident et la culture occidentale, une bataille pour l’affirmation (parfois comprise seulement intuitivement) de sa propre vérité russe, de son idée messianique… Les meilleurs esprits russes ont clairement vu que l’Occident se dirigeait vers l’abîme, et aujourd’hui, quand on regarde où l’économie néo-libérale et la culture de la post-modernité ont amené le monde, nous pouvons être tout à fait certains que cette intuition, qui a incité une génération de Russes à chercher des alternatives, était totalement fondée. » Ainsi, selon Dugin, « il est clair que la Russie doit trouver une autre voie. Sa propre voie… Pour que la Russie soit en mesure de se sauver, elle et d’autres, il ne suffit pas d’inventer des moyens techniques ou des stratagèmes malhonnêtes… Dans une telle situation, l’avenir de la Russie dépend directement de nos efforts pour élaborer la Quatrième théorie politique. Si nous examinons localement les variantes qu’un régime mondialisé nous offre avec une rectification superficielle du statu quo, nous n’irons pas loin ; nous perdrons simplement notre temps. »

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 04:19

Enfin une vérité - Faisal Al-Qassem : Israël traite mieux ses prisonniers que le régime syrien

 

Faisal Al-Qassem, animateur de la chaîne télévisée Al-Jazeera, a présenté une photo de Samir Quntar, qui a « quitté la prison israélienne avec une bedaine et un doctorat », près de celle d’un détenu syrien décharné. Bachar Al-Assad devrait « traiter les prisonniers et les détenus syriens de la même manière qu’Israël traite ses ennemis dans ses prisons », a-t-il dit. Ses propos ont été diffusés le 14 février 2017. Extraits :

Faisal Al-Qassem : Voici une photo de Samir Quntar, à sa sortie d’une prison israélienne. Il a quitté la prison israélienne avec une bedaine et un doctorat. A côté de lui, se trouve la photo d’un détenu syrien, après avoir été libéré de l’une des prisons d’Assad. Remarquez la différence ! Remarquez la différence ! Je ne défends pas les prisons israéliennes, mais malheureusement, c’est la situation. Les gens disent : « Ô Bachar Al-Assad, ô parti Baath, traitez les prisonniers et les détenus syriens de la même manière qu’Israël traite ses ennemis dans ses prisons, comme Samir Quntar et d’autres. »

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 02:28

AQMI diffuse une vidéo menaçant la France

Le 16 février 2017, Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) a posté une vidéo en hommage à son commandant, Abou Al-Nur Al-Andalusi, alias Zakariyya Mohammed Said, tué par les forces françaises au Mali en février 2016.

La vidéo de 20 minutes, postée sur la chaîne Telegram d’AQMI, (1) retrace le cheminement d’Al-Andulasi vers le djihad, sur la base de témoignages de plusieurs camarades djihadistes qui apparaissent dans la vidéo.

Selon le camarade djihadiste Said Al-Maghrebi, Al-Andalusi viendrait de la « ville occupée par les chrétiens espagnols » Melilla, au nord du Maroc. Al-Maghribi raconte qu’ils se sont connus à Melilla et ont émigré ensemble au Mali.

Said Al-Maghrebi.

Al-Andalusi serait arrivé au Mali en 2012, après la prise de plusieurs villes du nord du Mali (Azawad) par des insurgés. En conséquence, des forces maliennes et françaises ont lancé une série de campagnes militaires pour reprendre la zone d’insurrection.

La vidéo présente les aptitudes militaires et de commandement d’Al-Andalusi, et notamment sa passion pour les formations militaire et les opérations contre les « Croisés » [forces françaises]. Al-Andalusi aurait attaqué les forces françaises à l’aéroport de Tombouctou.

Al-Andalusi a été tué avec d’autres djihadistes, dont un commandant égyptien du nom de Marwan Al-Masri, par des frappes aériennes françaises.

Abou Abdallah Al-Tunisi.

Un combattant tunisien se faisant appeler Abou Abdallah Al-Tunisi livre un message à la fin de la vidéo, menaçant la France de venger la mort d’Al-Andalusi et de ses camarades : « J’envoie d’ici un message à la France croisée : [Comprenez]…  que son sang et celui de ses frères locaux et étrangers, répandu sur cette terre bien-aimée… n’aura pas été versé en vain. »

Ceci est un extrait de document JTTM (Jihad and Terrorist Threat Monitor) réservé aux services abonnés. Pour plus d’informations, contacter contact@memri.fr.

Note :

(1) Telegram, 16 février 2017.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 02:26

Le quotidien libanais Al-Akhbar attaque la coordinatrice spéciale de l’ONU au Liban pour son opposition aux armes du Hezbollah

Le 11 février 2017, dans une interview diffusée sur la chaîne égyptienne CBC, le président libanais Michel Aoun défendait la possession d’armes par le Hezbollah : « Tant que des terres [libanaises] sont occupées par Israël, et tant que l’armée [libanaise] ne sera pas assez forte pour combattre Israël, nous aurons le sentiment que les armes de la résistance sont vitales pour compléter celles de l’armée […] Les armes du Hezbollah ne mettent absolument pas en cause l’Etat et sont un élément essentiel de la défense du Liban. » [1]

Les déclarations d’Aoun ont suscité les critiques de la coordinatrice spéciale pour le Liban, Sigrid Kaag, qui a tweeté le 13 février : « Rappeler la résolution SCR 1701 est vital pour la stabilité et la sécurité du Liban. La résolution appelle au désarmement de tous les groupes armés. Pas d’armes en dehors du contrôle de l’Etat. » [2] Kaag a ensuite déclaré au quotidien libanais Al-Nahar que les commentaires d’Aoun étaient préoccupants et qu’elle avait l’intention de solliciter un entretien avec lui à ce sujet.[3]

Le lendemain, le 14 février, le quotidien libanais Al-Akhbar comportait un article de l’éditorialiste Hassan Aliq, connu pour son soutien au Hezbollah, intitulé « Sigrid Kaag, taisez-vous ! », qui lui reprochait son opposition aux armes du Hezbollah. Dans cet article, il lui demandait de « se taire », allant jusqu’à écrire : “Etranglez-vous de rage”. Il ajoutait que Kaag, à l’instar des autres diplomates occidentaux au Liban, était mécontente de constater que le régime libanais se voyait dirigé par une figure puissante comme Aoun, qui refuse de s’incliner et s’exprime avec franchise. Le Hezbollah, précisait-il, est devenu « une force régionale importante » qui se développe de jour en jour, accumule des armes, possède des armes qui changent la donne, opère au sud du Litani et n’a que faire de la résolution 1701 du Conseil de sécurité. Il ajoutait que les Libanais soutienent la force croissante du Hezbollah et « seraient déçus de la résistance si elle obtenait moins qu’une bombe nucléaire ». Extraits : [4]

Le Liban est attrayant pour les consuls. Il abrite une armée de politiciens, de gens qui aspirent à devenir ministres ou députés, d’hommes d’affaires, de religieux, hommes de médias, personnalités, intellectuels, etc. – qui vouent un culte aux consuls [étrangers] et tirent leur force uniquement de leur [position au service des] ambassades étrangères [au Liban]. Rien n’a de valeur à leurs yeux, si cela ne provient pas [de quelque] grande puissance. Ils affirment que l’ancien ambassadeur de France à Beyrouth, Bernard Emié, a sombré dans une profonde dépression après [son renvoi du Liban] et sa réassignation comme ambassadeur en Turquie. [Tout cela parce] qu’à Beyrouth, Emié a fait équipe avec [l’ancien ambassadeur américain au Liban] Jeffrey Feltman, pour faire en sorte que le régime de Beyrouth [agisse selon leur volonté] après le retrait syrien du Liban. Il était l’invité d’honneur dans d’innombrables réunions et banquets. Personne ne le contredisait. Il était au-dessus de la constitution [libanaise], et son influence dépassait celle de la loi. La différence entre lui et tout haut-commissaire ayant dirigé le Liban avant 1943 ne tient qu’à leurs fonctions officielles. A l’inverse, en Turquie, il est strictement un ambassadeur qui représente les intérêts de son pays, sans serviteurs, sans cortège d’automobiles et sans applaudissements pour accompagner son arrivée lors des réunions. Il ne reçoit pas de cadeaux, n’est pas invité [aux événements officiels] et aucun politicien n’est prêt à tout simplement pour recevoir une recommandation de « Son éminence », pour que son nom soit inclus sur la liste des gens qui recevront quelque Ordre du Mérite du Palais de l’Elysée.

Le poids de l’ambassadeur américain à Beyrouth est plusieurs fois supérieur à celui de l’ambassadeur français. C’est un véritable Dieu aux yeux de nombreux politiciens. L’ambassadeur de Grande-Bretagne et le représentant de l’UE sont traités eux aussi, au bas mot, comme des prophètes. Ces dernières années, à la liste des personnalités adulées [au Liban] s’est ajouté le coordinateur spécial de l’ONU [pour le Liban]. Cette même ONU, qui n’a aucun pouvoir véritable dans le monde, possède un haut-commissaire au Liban qui se rend du domicile d’un politicien [libanais] à un autre, d’un ministère à une administration, et d’une association à une autre, sans que quiconque ne l’arrête… Parce qu’il s’agit du Liban, le coordinateur spécial de l’ONU devient un haut- commissaire au plein sens du terme. Sigrid Kaag occupe actuellement cette fonction. Les commentaires du président Michel Aoun il y a deux jours [le 11 février] concernant le rôle de la résistance [le Hezbollah] au Liban ont irrité [Kaag], qui nous a rappelé la Résolution 1701 [du Conseil de sécurité de l’ONU] et les paroles habituelles et creuses sur le « désarmement de tous les groupes armés ».

Cette dame, qui n’aborde jamais les violations israéliennes de la souveraineté libanaise ou l’occupation de la région de Jaroud Arsal par l’Etat islamique, et qui fonctionne comme une employée de très bas échelon de l’administration américaine, qui s’oppose au renforcement de l’armée libanaise, a affirmé au site [du quotidien libanais] Al-Nahar [le 13 février] que les propos d’Aoun étaient « préoccupants ». Elle a ensuite démenti sur la [chaîne d’information libanaise] LBCI avoir fait des commentaires sur les remarques d’Aoun.

Disons la vérité : Les remarques d’Aoun sont effectivement préoccupantes [pour eux]. Pour la première fois en une décennie, la communauté internationale rencontre un officiel libanais de ce niveau, qui parle franchement…

Mais en vérité, nous devons remercier Kaag pour son courage. Hier, elle a pris sur elle-même de s’exprimer au nom de ses collègues américains, britanniques, français et européens qui sont mécontents d’Aoun et de ses positions, et qui s’opposent à tout ce qui touche à la possibilité même de construire un Etat fort au Liban. Cela parce qu’il vaut mieux pour eux [que le Liban] reste un domaine [privé] et soumis, nécessitant leur protection et rien de plus.

Mme Kaag, merci de votre courage, mais vous pouvez vous étrangler de rage. La résistance libanaise est devenue une importante force régionale. Ses capacités augmentent de jour en jour en termes d’armement, d’équipement et de personnel, et également en termes d’armes capables de changer la donne, tant au nord qu’au sud du Litani. Quant à la Résolution 1701 – c’est le dernier de nos soucis. En fait, on peut supposer que les membres de la résistance qui ont creusé les sites de missiles ont oublié jusqu’à l’existence de [la Résolution 1701] ou qu’ils ne s’en sont jamais souciés. La seule chose qui leur importe, en tant que défenseurs de la sécurité de notre pays, est d’accroître la puissance de notre résistance. De nombreux Libanais seront mécontents si la résistance obtenait moins qu’une bombe nucléaire.

Mme Kaag, ce pays est très différent de ce que vous croyez. Il y a ici des gens qui pensent que c’est une nation indépendante et souveraine, y compris celui qui dirige le pays, Michel Aoun.

Mme Kaag, parlez joliment ou bien taisez-vous.

Notes :

[1] Al-Mustaqbal (Liban), 12 février 2017.

[2] Twitter.com/SigridKaag, 13 février 2017.

[3] Al-Nahar (Liban), 13 février 2017.

[4] Al-Akhbar (Liban), 14 février 2017.

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée