Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 05:51

Le cheikh palestinien Khaled Al-Maghrabi à la mosquée Al-Aqsa : Les Simpsons ont prédit la montée de Trump ; composer le 911, c’est appeler à l’aide Satan et l’Antéchrist

 

Dans un sermon donné à la mosquée Al-Aqsa, cheikh Khaled Al-Maghrabi a commenté un épisode des « Simpsons », série créée par des « adorateurs du diable ». Il s’agit de l’épisode où Donald Trump est élu président des États-Unis : « Ils ont comploté pendant 17 ans pour que cela devienne réalité », a-t-il déclaré le 9 mars 2017. Il a appuyé sa théorie sur l’idée qu’en pliant les billets de dollars d’une certaine manière, on pouvait voir la destruction des Tours jumelles et qu’en composant le 911, numéro d’urgence aux Etats-Unis, on appelait à l’aide Satan et l’Antéchrist. Al-Maghrabi, emprisonné dans le passé pour incitation à la violence et déclarations racistes, a estimé que tout était complot pour vaincre Allah. Extraits :

Khaled Al-Maghrabi : Il y a une émission télévisée appelée « Les Simpsons » ou « La famille Simpson ». Certains d’entre vous en ont peut-être entendu parler ou l’ont déjà vue. La Famille Simpson est une émission télévisée d’adorateurs du diable. Elle a été créée par les adorateurs du diable. En 2000, il y a eu un épisode des « Simpsons » – c’est sur Internet – dans lequel Trump devient président. Comme nous le savons, Trump est devenu président en 2017. Combien d’années se sont écoulées entre 2000 et 2017 ? 17 ans. Mes frères, je peux envoyer un lien vers la vidéo, si vous le voulez.

Dans cet épisode des Simpsons d’il y a 17 ans, on nous montre la scène – dans le dessin animé – où Trump devient président. Trump descend un escalator, comme ceux que vous voyez dans les centres commerciaux, avec deux gardes du corps au sommet de l’escalator pour le protéger, et il y a des gens autour tenant des pancartes et le félicitant pour son [élection] à la présidence. Trump lève l’une de ses mains et dresse le pouce de l’autre. On vous montre également une personne tenant une affiche de soutien à Trump la faire tomber accidentellement. Tout cela est dans le dessin animé. Ensuite, on nous montre les images réelles, filmées 17 ans plus tard, lorsque Trump devient président des États-Unis. Il descend le même escalator.

En regardant ces deux vidéos, vous voyez que les personnages du dessin animé, comme les deux gardes du corps, se tiennent debout au même endroit, et vous voyez l’homme faire tomber la pancarte de la même manière. La façon dont Trump descend l’escalator et les gestes de ses deux mains sont identiques dans le dessin animé d’il y a 17 ans et ce qui s’est passé 17 ans plus tard.

Mes frères, quel est le but de tout cela ? L’objectif principal est de faire croire aux gens qu’ils peuvent prédire l’avenir. Mais mes frères, je vous dis que c’est faux. [Le Coran dit] : « Nul dans les cieux et sur la terre ne connaît l’Invisible, hormis Allah. » Il est possible, cependant, qu’ils aient comploté pendant 17 ans, et qu’après 17 ans de complot, ils soient parvenus à mener à bien leur complot. Il y a 17 ans, ils ont mis en scène ce qu’ils planifiaient dans un dessin animé, et lorsque le complot s’est réalisé, qu’ont-ils dit à Trump ? Ils ont dit : « Vous devriez reproduire exactement les mêmes gestes, et placer les mêmes personnes aux mêmes endroits, pour que nous puissions faire un film qui serait la réplique exacte du passé. Par conséquent, le présent a été mis en scène conformément au passé. […]

Ils attribuent à Satan le chiffre 9, et le 11 à l’Antéchrist, et ils accordent à notre Allah le nombre 10, entre les deux. Ils éludent toujours le 10. Laissez-moi vous rappeler, mes frères, comme je l’ai fait dans des sermons précédents, qu’en Amérique, quand vous avez besoin d’aide, quel numéro composez-vous ? Le 911. Ils disent : « Neuf-un-un. » En d’autres termes, vous demandez de l’aide à Satan et à l’Antéchrist, et qui ignorez-vous ? Vous passez outre Allah. C’est leur façon de faire. […]

Si vous pliez les billets de 5, 10, 20, 50 et 100 dollars d’une certaine façon – nous parlons de cinq différents types de billets de dollars – vous verrez les Tours jumelles du World Trace Center s’effondrer, comme dans un film d’animation. Que veulent-ils transmettre au peuple ? « Nous avons prédit l’effondrement des Tours jumelles du WTC et nous pourrons donc prédire d’autres événements. Tout comme nous avons prédit la montée de Trump, nous pouvons prédire que nous vaincrons Allah. » […]

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 03:51

Le chef d’AQMI se félicite de la fusion de quatre groupes affiliés à Al-Qaïda au Sahel ; « les musulmans exporteront la guerre vers les villes françaises »

 

Le 17 mars 2017, Al-Andalus, le groupe de médias d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), a publié une déclaration par laquelle le chef du groupe, Abou Moussab Abd Al-Wadood, a félicité le mouvement récemment formé Jamaat Nusrat Al-Islam Wal-Muslimeen , « Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans » (GSIM), suite à la fusion de quatre groupes affiliés à Al-Qaïda [1].

Dans la déclaration postée sur le compte Twitter officiel d’Al-Andalus, Abd Al-Wadood a également prévenu que les musulmans du Sahel et du Sahara exporteraient leur guerre vers les terres et les villes françaises. Dans l’enregistrement audio de quatre minutes, Abd Al-Wadood s’est félécité de la fusion de ces groupes et a affirmé : « Je ne doute pas que cette déclaration ait embaumé le cœur des musulmans et les ait ravis, et ait enragé et attristé les infidèles. »

Après avoir mentionné les efforts déployés par les architectes de la fusion des quatre groupes, Abd Al-Wadood a exhorté tous les groupes djihadistes à imiter les actions de leurs frères au Sahel et au Sahara.

Condamnant la France, Abd Al-Wadood l’a décrite comme « celle qui a traversé les mers et les déserts pour envahir notre terre, répandre notre sang et profaner nos lieux saints, et nous empêcher de mettre en œuvre les décisions de notre Dieu et de pratiquer les rites de notre religion ». Il a ajouté : « L’oppression et l’agression de la France contre les nations et les tribus du Sahel et du Sahara ne fera que renforcer la fraternité, la solidarité et l’unité de ces tribus… Elle ne fera que renforcer leur détermination à mener le djihad et à résister aux agresseurs. Elle ne fera que renforcer la détermination des musulmans à exporter la guerre de leurs terres vers les terres de France et de nos villes vers ses villes, afin qu’elle connaisse la peur que notre peuple endure sur nos terres occupées. »

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 14:45

Des responsables médiatiques de l’EI dans un documentaire d’Al-Arabiya : certains djihadistes ont été entraînés pour être envoyés à l’étranger, notamment en France

 

Un documentaire intitulé « Studio de l’horreur », a été diffusé sur la chaîne télévisée Al-Arabiya le 9 février 2017. Il examine de près les mécanismes médiatiques de l’Etat islamique, donne la parole aux responsables des médias de l’EI, évoque les méthodes de tournage et les effets utilisés dans les vidéos d’exécutions. Selon l’un des interviewés, « lorsque vous entrez dans le bureau de médias de l’EI, vous avez l’impression d’entrer dans une énorme société de production internationale », ayant à sa disposition un budget de 2-2,5 millions de dollars. Extraits :

Narrateur : Pour comprendre comment fonctionnent les médias de l’EI, il faut aller à la source et rencontrer les responsables de la production de ces films. Leur témoignage a été vérifié et nous avons des preuves de leur implication [dans ces productions]. Seule une poignée de personnes a accepté de parler. Certaines d’entre elles ressentent des remords, mais ce sont encore des djihadistes à part entière.

Abou Mussab Al-Urduni : Je m’appelle Abou Mussab Al-Urduni (« le jordanien »). J’ai rejoint l’Etat islamique d’Irak et du Levant il y a quatre ans. […]

J’ai été nommé commandant d’un camp d’entraînement à Racca. Nous avons créé une force spéciale et formé des moudjahidines de différents pays : de France, de Tunisie, d’Algérie et du Maroc, ainsi que de Syrie. Nous recrutions les meilleurs diplômés parmi les Syriens et les étrangers pour la force spéciale. Les combattants acquéraient une grande expertise dans les armes lourdes, la guerre urbaine, les tactiques d’embuscade et les assassinats. Certains étaient formés pour être envoyés à l’étranger, pour effectuer des opérations en Tunisie, en Arabie saoudite ou en France, par exemple. […]

Ici, les membres de la force spéciale prennent leurs couteaux, pour massacrer les membres du régime de Nusayri. La plupart des membres de la force spéciale sont des étrangers.

Narrateur : Quand l’Etat islamique a repris Racca en janvier 2014, Ziyad n’était qu’un activiste islamique parmi d’autres. Il a été placé en prison pendant un mois, puis ses amis l’ont convaincu de rejoindre le bureau des médias de l’EI.

Ziyad : J’étais présent à l’une des batailles contre la 17e division syrienne. […]

Il y avait plus de cinq cameramen. Les combattants étaient déployés, de cette manière, et les cameramen avançaient avec eux. En plus des cinq ou six cameramen professionnels, une trentaine de caméras étaient fixées sur la tête des combattants. Il y a avait également des caméras attachées aux fusils AK-47. […]

Lorsque vous entrez dans le bureau des médias de l’EI, vous avez l’impression de vous introduire dans une immense société de production internationale. Il y a des plateaux d’enregistrement, des plateaux radio et des plateaux de tournage. À Racca, nous avions le personnel d’élite des médias de l’Etat islamique. Je crois que c’e fut le premier bureau de médias de l’Etat islamique. Il y avait environ 120 caméras en tous genres là-bas. […]

Narrateur : Cet homme, qui s’appelait Tareq, fait partie de ceux qui ont construit la machine de médias de l’EI, lorsque l’organisation est arrivée en Syrie, début 2013. Il est né à Alep, la deuxième plus grande ville de Syrie, et a travaillé avec l’EI pendant un an, d’abord comme caméraman puis comme ingénieur technique.

Tareq : L’émir des médias était irakien. Il voulait juste éduquer les hommes. Nous avons aidé à mettre en place sept ou huit bureaux de presse. Les responsables des médias étaient irakiens et il y avait aussi deux Français. Vu leur manière de distribuer les ordres, il semble que les hauts responsables aient été chargés des médias. Ils étaient membres du cercle intime d’Al-Baghdadi. Ils étaient toujours avec Al-Baghdadi. Ils prenaient des mesures de sécurité très strictes. Les émirs ne communiquaient avec nous que directemment. Pour ce qui est de l’argent ou de tout ce dont nous avions besoin, nous avions carte blanche. N’importe quelle caméra ou ordinateur portatif que nous voulions nous parvenait facilement de Turquie. Ils n’étaient soumis à aucune inspection. Quand j’étais là-bas, les dépenses mensuelles du bureau des médias ne dépassaient pas les 100 000 $. Maintenant, après la déclaration du Califat, les dépenses ont énormément augmenté. Un ami du bureau des médias m’a dit que les dépenses du bureau médiatique de Racca à lui seul sont estimées à 2 à 2,5 millions de dollars. […]

Narrateur : Le 13 février 2015, six mois après la création du soi-disant « Califat », l’EI a mis en ligne une vidéo intitulée « Apaiser le cœur des croyants ».

Muath Safi Youssef Al-Kasasbeh : Je suis le Premier Lieutenant Muath Safi Youssef Al-Kasasbeh…

Narrateur : Comme pour toutes les vidéos d’exécution de l’EI, les aveux de la victime étaient mis en scène. Les images étaient de haute qualité : des programmes 3D étaient utilisés pour montrer des flammes numériques. Mais le reste du film a choqué le monde. Dans un silence total, le pilote jordanien se promenait dans un quartier de Racca détruit par des bombardements aériens, tandis que des soldats de la force spéciale regardaient. Ces hommes ont été formés par l’émir Abou Mussab Al-Urduni, qui était présent là-bas ce jour-là.

Abou Mussab Al-Urduni : L’équipe des médias était composée de cinq hommes et de quatre caméras. Ils ont dit aux combattants de la force spéciale où se positionner. Les combattants portaient des masques et des treillis de haute qualité pendant le tournage. Le pilote jordanien ignorait, jusqu’au dernier moment, qu’il allait être brûlé, jusqu’à ce que l’essence soit versée sur lui, et qu’il soit introduit dans cette cage. Al-Adnani a participé à l’immolation d’Al-Kasasbeh, afin d’envoyer un puissant message.

Ici, l’EI a fait écrire qu’il était l’émir de l’une des unités, mais en fait, il était l’émir de l’Etat islamique au Levant. C’était Al-Adnani qui instruisait les équipes des médias de produire des films de massacres, de meurtres, d’immolations ou de noyades. Telle était la stratégie d’Al-Adnani et de l’Etat islamique : envoyer des messages de terreur et de défi à ceux qui tentaient de le combattre.

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 14:43

Mahmoud Al-Zahhar : Le Coran nous dit de chasser les Juifs de la totalité de la Palestine

 

Mahmoud Al-Zahhar, l’un des dirigeants du Hamas à Gaza, a déclaré que le devoir de « chasser les Juifs de la terre qu’ils ont occupée en 1948 est un principe immuable » mentionné dans le Coran. Et d’ajouter : « Notre position est : la totalité de la Palestine et pas un grain de terre de moins. » Le 8 mars 2017, Al-Zahhar conseillait au Hamas et au Djihad islamique de ne jamais mentionner les frontières de 1967, car « cela donne le sentiment d’être partie prenante d’un plan commun ». Extraits :

Mahmoud Al-Zahhar : Allah dit [dans le Coran] : « Et éconduisez-les d’où ils vous ont éconduits. » Comment les linguistes interprètent-ils le mot « d’ » ? Il est dit dans le Coran « vous ont éconduits », « d’où ils vous ont éconduits ». D’où les Juifs nous ont-ils éconduits ? Des frontières de 1967 ou des frontières de 1948 ? Des frontières de 1948. Ainsi, vous devez les chasser des frontières de 1948, tout comme ils vous ont chassés. Par conséquent, [le devoir de] faire partir les Juifs de la terre qu’ils ont occupée en 1948 est un principe immuable, car il est mentionné dans le Livre d’Allah. « Econduisez-les d’où ils vous ont éconduits. » Ainsi, à la lumière de ce verset, nous disons que notre conflit avec les factions palestiniennes qui parlent des frontières de 1967 [est un conflit] relatif à la foi. Sur cette question, nous nous basons sur notre religion, contrairement à vous. […]

[Dans le Coran il est dit :] « Ils entreront dans la mosquée comme ils y étaient entrés la première fois. » Entrer dans la mosquée signifie entrer dans la capitale, et entrer dans la capitale signifie libérer la Palestine dans sa totalité et exécuter l’ordre : « Econduisez-les d’où ils vous ont éconduits. » […]

Permettez-moi de conseiller à nos frères et à nos sœurs du mouvement islamique – du Hamas et du Djihad islamique – de ne jamais utiliser l’expression « [frontières de] 1967 ». Lorsque nous mentionnons les frontières de 1967, puis faisons certaines exceptions, en disant : « tant que nous ne renonçons pas… », etc., nous donnons le sentiment de devenir partie prenante d’un plan commun. Nous avons libéré Gaza, une partie de la Palestine, mais je ne suis pas prêt à accepter seulement Gaza, et plus tard… Notre position est : la Palestine dans sa totalité et pas un grain de terre de moins.

[Il est dit dans Le Coran :] « Et tuez-les, où que vous les rencontriez. » Allah n’a pas défini les frontières de 1967 ou les frontières de 1948. Nous les combattrons partout où nous le pouvons – sur terre, sous terre, et si nous avons des avions, nous les combattrons du ciel.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 14:24

Un journaliste jordanien au sujet de la libération de Daqamseh : notre conception de l’héroïsme est problématique

 

Lors d’une émission de radio jordanienne suite à la libération de l’ancien soldat jordanien Daqamseh, qui a assassiné sept écolières israéliennes en 1997, le journaliste Basel Rafayeh a déclaré que qualifier ses actions d’« opération héroïque » constituait « un sérieux problème dans notre conception de l’héroïsme » et du conflit avec Israël. Il s’exprimait sur l’antenne de Hayat FM le 12 mars 2017, jour de la libération de Daqamseh. Extraits :

Animatrice Iris Jarrar : Il n’y a pas de civils dans la société de l’entité israélienne. Ils font tous partie de l’armée. Ce sont tous des soldats. Votre position politique est différente.

Basel Rafayeh : Qui a dit cela ?

Iris Jarrar : Tout le monde sait cela sur la société israélienne.

Basel Rafayeh : Ce sont des généralisations inexactes. La société israélienne est composée de soldats et de civils. Elle comprend des écoliers, des syndicats et des civils.  Elle inclut également des groupes qui s’opposent au racisme israélien, à l’occupation et à ses colonies. Si nous voulons occulter tout cela, et qualifier ce qui est arrivé à Baqoura [Naharayim] en 1997 d’opération héroïque, cela reflète un sérieux problème dans notre conception de l’héroïsme, et un problème encore plus grave dans notre conception du conflit avec l’ennemi israélien.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 00:26

Un quotidien koweïtien : Des usines de missiles et d’armes construites par le CGRI au Liban ont récemment été transférées au Hezbollah

 

Le quotidien koweïtien Al-Jarida a rapporté le 11 mars 2017, citant un conseiller du commandant du Corps des Gardiens de la Révolution, Mohammad Ali Jafari, que l’Iran avait créé des installations de fabrication de missiles et d’autres armes au Liban et qu’il en avait récemment transféré la gestion au Hezbollah. Selon cette source du quotidien, les installations seraient enfouies à plus de 50 mètres sous le sol et lourdement protégées contre les attaques aériennes. De même, les divers éléments des missiles auraient été fabriqués dans différentes usines et assemblés par la suite. Traduction : [1]

Devant les pressions grandissantes exercées par  l’administration de Donald Trump et le gouvernement israélien de Binyamin Netanyahou sur l’Iran, un conseiller du commandant du CGRI a affirmé à Al-Jarida que l’Iran avait construit des usines [de fabrication] de missiles et d’autres armes au Liban et qu’il les avait récemment transférées au Hezbollah. En réction aux déclarations du ministre iranien de la Défense, Hossein Dehghan, il y a plusieurs jours – qui a déclaré que le Hezbollah était capable de fabriquer des missiles [capables de] frapper toute partie d’Israël, sans fournir de détails ou d’explications – une source bien informée ayant souhaité garder l’anonymat a affirmé que, après la destruction par Israël, il y a plusieurs années, d’une usine d’armes iranienne au Soudan qui fournissait des armes au Hezbollah, et après le bombardement [par Israël] d’un convoi d’armes destiné au Hezbollah en Syrie, le CGRI a lancé un projet visant à créer des usines d’armes au Liban [même]. [Cette source] a également affirmé qu’un département spécial avait été créé à l’université de l’Imam Hussein du CGRI [à Téhéran] pour former des spécialistes libanais et d’autres pays, et que des centaines de spécialistes avaient d’ores et déjà été formés.

Selon cette source,  les usines sont enfouies à plus de 50 mètres sous le sol, et elles sont recouvertes de plusieurs couches de blindages pour empêcher les avions israéliens de les attaquer. En outre, la fabrication des missiles n’a pas lieu dans une seule usine ; les divers éléments sont fabriqués dans différentes usines et ensuite assemblés. Il a ajouté que le transfert de la gestion des usines au Hezbollah était graduel mais qu’elles se trouvaient sous la responsabilité du Hezbollah depuis déjà trois mois.

Cette source a souligné le fait que le Hezbollah était capable de fabriquer plusieurs types de missiles, dont certains d’une portée de plus de 500 km, y compris des missiles sol-sol et sol-mer ;  des torpilles lancées de vedettes légères à grande vitesse ; des drones espions et des drones équipés d’armes et de missiles ;  des missiles antitanks et des vedettes rapides blindées. [La source] a précisé que les armes fabriquées dans ces usines avaient été utilisées lors de la guerre en Syrie et s’étaient avérées efficaces. Les missiles antitanks sont ainsi parvenus à détruire des voitures piégées qui visaient des combattants du Hezbollah. Elle a également observé que le Hezbollah fabriquait des canons, des mitrailleuses, des canons anti-aériens, des mortiers et [divers] autres missiles et balles, notamment anti-blindage…

L’article dans Al-Jarida.
Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 15:59

Le ministre des Affaires étrangères iranien et un membre du Majlis s’affrontent au sujet des relations Iran – Etats-Unis

 

Récemment, le membre du Majlis iranien et de la Commission de la Sécurité nationale et de la politique étrangère Javad Karimi Ghodosi, qui appartient au camp idéologique, critique du JCPOA et des relations iraniennes avec les Etats-Unis, a formulé des accusations contre le ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif. Dans une interview en date du 28 février 2017, Ghodosi a affirmé au site YJC, qui appartient au Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI), que Zarif avait envoyé une lettre à son homologue américain, le secrétaire d’Etat Rex Tillerson, demandant notamment que l’ancien secrétaire d’Etat John Kerry soit désigné comme représentant spécial pour le JCPOA. Ghodosi a également fait remarquer qu’il “n’est pas évident de savoir si la lettre a été envoyée en coordination avec les officiels du régime en Iran”.

Le ministre des Affaires étrangères a immédiatement démenti les allégations de Ghodosi, lui attribuant des motifs cachés et affirmant qu’il tentait de diffamer les diplomates iraniens.

Ces déclarations doivent être examinées dans le contexte des appréhensions du leadership iranien concernant ce que va faire l’administration Trump, suite au tweet du président américain, le 2 février, affirmant que “l’Iran a été formellement MIS EN DEMEURE pour avoir tiré un missile balistique” et son commentaire supplémentaire selon lequel le JCPOA était un “accord terrible”. Elles doivent aussi être examinées dans le contexte du désaccord interne au leadership iranien concernant la réaction appropriée face aux Etats-Unis : coopérer, conformément à l’approche du camp pragmatique, ou bien renforcer les liens stratégiques avec la Russie, position du CGRI.

Traduction de l’interview de Ghodosi parue sur le site YJC et de la réaction du ministère des Affaires étrangères :

Le membre du Majlis Ghodosi : Le ministre des Affaires étrangères Zarif a demandé au Secrétaire d’Etat Tillerson de désigner John Kerry comme représentant pour le JCPOA en raison de ses liens avec les Iraniens

« Le ministre des Affaires étrangères [Zarif] a envoyé une lettre au [Secrétaire d’Etat américain] Rex Tillerson comportant quatre demandes. J’espère que le ministre des Affaires étrangères ne le démentira pas, car tout ce que je dis est vrai.

Une des demandes présentées par Zarif au secrétaire d’Etat américain est que l’Amérique ne prenne pas d’autres mesures pour annuler le JCPOA, et que si c’était le cas, l’Iran soumettrait une plainte au Conseil de Sécurité [des Nations unies] concernant les violations américaines du JCPOA.

La demande la plus importante de Zarif au secrétaire d’Etat américain est que le Département d’Etat américain désigne un représentant spécial pour le JCPOA. La lettre affirmait que John Kerry devrait être choisi à ce poste, parce qu’il a des bonne relations transparentes avec l’équipe de négociation [iranienne].

Dans cette lettre, Zarif a [aussi] proposé au nouveau Secrétaire d’Etat américain la tenue d’une réunion bilatérale secrète à Istanbul, en Turquie.

En outre, Zarif a demandé qu’une ligne directe d’urgence soit instaurée pour les cas spéciaux entre les ministères des Affaires étrangères des deux pays.

A ce jour, aucune réponse du nouveau Secrétaire d’Etat américain à la lettre du ministre iranien des Affaires étrangères n’a été reçue, et il n’est pas évident de savoir si la lettre a été envoyée en coordination avec les officiels du régime iranien. Toutefois, étant donné que l’Iran n’approuve pas de telles relations [avec les Etats-Unis], nous devons poser la question [de savoir si elle a été coordonnée avec des officiels du régime].

En outre, le ministre des Affaires étrangères iranien a envoyé trois lettres à la [représentante de l’UE pour les Affaires étrangères Federica] Mogherini, présentant les [allégations iraniennes de violations américaines] du JCPOA. C’est une excellente lettre révolutionnaire.

Les officiels du régime ont souligné au ministre des Affaires étrangères iranien que le public devait être informé de telles lettres et des violations du JCPOA. Dans tous les cas, la quatrième lettre de Zarif, [adressée à] la Commission iranienne de la Sécurité nationale, ne mentionnait même pas de telles violations du JCPOA.

Au vu de la sévérité des sanctions, qui continue de s’accroître, le gouvernement, et en particulier le [président] Rohani et le [ministre des Affaires étrangères] Zarif, doivent être transparents vis-à-vis de l’opinion publique sur les questions nucléaires”.

Le ministère des Affaires étrangères dément avec véhémence les arguments de Ghodosi

Le communiqué du ministère iranien des Affaires étrangères a affirmé que “ce nouvel argument, mensonger et infondé, de Karimi Ghodosi sur la question des lettres adressées par Zarif au Secrétaire d’Etat américain, est démenti avec force.

Le ministère des Affaires étrangères est choqué et attristé par le mécanisme de pensée impropre et bizarre de Karimi Ghodosi, qui s’entête à propager des allégations fausses et infondées sur l’échelon supérieur du corps diplomatique iranien. Tout cela dans le but apparent de perturber l’opinion publique et de s’auto-glorifier. Comme dans le passé, ces allégations ne serviront pas ses objectifs spécifiques.

Les membres avertis et diligents du Majlis sont bien informés de la politique étrangère de l’Iran et ne seront pas influencés par ces fausses allégations.

Un tel dévoiement n’influera [pas non plus] sur le respect des principes du ministère des Affaires étrangères, ni sur ses cadres opérationnels généraux. Les mesures qui perturbent l’opinion publique sont nuisibles à la sécurité nationale et doivent être traitées par des moyens légaux”. [1]

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 15:57

L’ancien ministre des Affaires étrangères égyptien Ahmed Aboul-Gheit : Le Printemps arabe est la Destruction arabe

 

L’ancien ministre des Affaires étrangères égyptien Ahmed Aboul-Gheit a qualifié le Printemps arabe de « destruction arabe ». « Une grande catastrophe menace la frontière égyptienne à l’ouest », a-t-il déclaré lors d’une interview diffusée le 17 février 2017 sur la chaîne télévisée égyptienne Sada Al-Balad. Aboul-Gheit a également évoqué la promesse préélectorale du président américain Trump de transférer l’ambassade américaine à Jérusalem, affirmant qu’elle « ouvrirait les portes de Enfer ». Extraits :

Journaliste : La principale déclaration de Trump avant son arrivée à la Maison Blanche fut pour exprimer son intention de transférer l’ambassade des États-Unis à Jérusalem…

Ahmed Aboul-Gheit : Il ouvrira les portes de l’Enfer.

Journaliste : Pouvez-vous répeter cela ?

Ahmed Aboul-Gheit : Il ouvrira les portes de l’Enfer. 1,3 à 1,5 milliard de musulmans accordent à Jérusalem et à la Mosquée [Al-Aqsa] une place prépondérante dans leur vie. Pour 300 à 350 millions d’Arabes, Jérusalem est très importante. […]

Mme Condoleezza Rice a écrit, et le président Bush Jr. a dit : « Commencez à changer et développer l’Egypte. L’Égypte est le leader du monde arabe. Si l’Égypte se réveille, tous les Arabes se réveilleront. Développez l’Egypte. Que l’Égypte s’ouvre à la démocratie et aux droits de l’Homme. » Ce sont là de merveilleuses déclarations, mais comment peuvent-elles être mises en œuvre dans une société où 60 % des femmes et 40 % des hommes sont analphabètes ? […]

Journaliste : Dans le contexte du Printemps arabe…

Ahmed Aboul-Gheit : Je ne l’ai pas appelé « Printemps ».

Journaliste : Comment l’avez-vous appelé ?

Ahmed Aboul-Gheit : Certains m’en ont voulu, mais la vérité était là devant nous. Je l’ai appelé « Destruction arabe », car 350 000 personnes en Syrie – certains disent 400 000 ou 500 000 – sont mortes. 9 à 11 millions de Syriens ont été chassés de leurs foyers ; ils sont réfugiés en Europe, en Syrie ou au Liban. En outre, 5,5 millions de Syriens sont déplacés à l’intérieur même de la Syrie. Après l’apparition de l’Etat islamique, des dizaines de milliers d’Irakiens… Depuis juin 2014… Ce fut la suite du Printemps arabe, car la frontière syro-irakienne a été violée. Où se trouve Racca, la capitale de l’Etat islamique ? En territoire syrien. Une grande catastrophe menace la frontière égyptienne à l’ouest. L’Etat libyen n’est plus. N’est-ce pas une destruction ? Voulons-nous encore l’appeler « Printemps » arabe ?

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 15:56

Le cheikh égyptien Essam Elruby : Il est vrai qu’Allah a transformé certains Israélites en singes et en porcs

 

Répondant à un téléspectateur, le cheikh égyptien Essam Elruby a affirmé que l’histoire de la transformation de certains Israélites en singes et en porcs par Allah est véridique et n’a rien d’un mythe. Selon Elruby, « quand ils eurent commis l’injustice, la tyrannie, le péché et l’hérésie, rejetant et tuant Ses prophètes, Allah dit : ‘Soyez des singes méprisables !’ » L’émission a été diffusée le 24 février 2017 sur Al-Hayat 2. Extraits :

Essam Elruby : Amal Al-Hayat pose la question suivante : Est-il vrai qu’il y a longtemps, les singes étaient des êtres humains, mais qu’ensuite, Allah les a frappés de Sa colère ? Cette histoire est-elle véridique ou est-ce un mythe ? C’est une histoire vraie, pas un mythe. Allah nous a raconté cette histoire. Dans les chapitres Al-Baqarah et Al-Araf du Coran, Allah raconte qu’Il était en colère contre certains Israélites, et que c’est pourquoi Il les a transformés en singes et en porcs. […]

Après qu’ils eurent agi avec injustice, tyrannie, péché et hérésie, bravant la voie d’Allah, rejetant et tuant Ses prophètes, Allah a dit : ‘Soyez des singes méprisables !’. 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 06:11

Le général égyptien Nagy Shaoud dévoile un complot : Les Juives épousent des Bédouins pour rendre le Sinaï juif

 

Le général égyptien à la retraite Nagy Shaoud, ancien vice-directeur des services de renseignements militaires, a attiré l’attention sur le fait que des femmes juives épouseraient de jeunes Bédouins dans le cadre d’un complot visant à modifier l’équilibre démographique du Sinaï. Le général Shahoud a déclaré que si ce phénomène se poursuivait, le Sinaï serait juif d’ici 2100. Lors d’une interview accordée le 28 février 2017 à la chaîne télévisée égyptienne LTC, il a déclaré avoir rencontré huit cas de mariage mixte. Extraits :

Nagy Shaoud : À un moment donné – je ne vous dirai pas où et quand – j’ai vu huit Bédouins épouser huit femmes juives. Le problème, c’est que j’ai découvert que sept des huit femmes étaient enceintes. Depuis quand les femmes juives tombent-elles enceintes si vite ? Les sociétés classent les femmes juives comme « stériles », non comme « fertiles ». Depuis quand les femmes juives tombent-elles enceintes après la première rencontre ?

Ah… J’ai commencé à me demander ce qui arriverait dans 100 ans… En Israël, l’enfant appartient à la mère… D’ici 100 ans, quatre ou cinq générations auront vu le jour. Ces huit enfants [juifs] qui naîtront élèveront des familles. D’ici 100 ans, ces familles seront juives et seront propriétaires de la terre. Ainsi, l’Egypte nous sera arrachée très simplement. D’ici 100 ans – en 2100 – il ne restera pas d’Egyptiens dans le Sinaï. Ils seront tous juifs, car leur religion est déterminée par leur mère. Quelle catastrophe !

Journaliste : C’est une théorie…

Nagy Shaoud : C’est une certitude ! […]

Je le prédis. Ainsi je dis : faites attention, ô garçons bédouins, à ne pas épouser de filles juives. Ce n’est pas vous qui riez les derniers… Oh que non. Je le dis en sachant pertinemment que je pourrais m’attirer des ennuis. Comme je vous l’ai dit au début, ce que j’ai ici dans ma tête ne m’appartient pas… Mon rôle est de transmettre aux Égyptiens ce que j’ai dans la tête avant mon départ.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée