Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 16:50

Un cheikh palestinien décrète le djihad en direct à la télévision libanaise

 

Le cheikh Mohammed Nimr Zaghmout, dirigeant du Conseil islamique palestinien au Liban, a décrété le djihad pour la « libération » de la mosquée d’Al-Aqsa lors d’une interview le 16 juillet 2017 sur Mayadeen TV. Cheikh Zaghmout a affirmé que le djihad est devenu « une obligation individuelle » incombant à chaque musulman, homme comme femme. Extraits :

Mohammed Nimr Zaghmout : D’abord et avant tout, en tant que Palestinien, musulman, arabe et homme du monde, je dis que le temps est venu de sonner les trompettes du djihad. Depuis cette chaîne bénie, je sonne les trompettes du djihad, et je dis : Allah Akbar, Allah Akbar, Allah Akbar, venez au djihad, venez au djihad, venez au djihad.

Le djihad est à présent une obligation personnelle incombant à chaque musulman, homme et femme – initialement en Palestine et aux alentours, puis à terme dans le monde entier. Le djihad est à présent une obligation individuelle, et les hommes comme les femmes doivent se lancer dans le djihad. Tout le monde doit se lancer dans le djihad pour la libération de la mosquée d’Al-Aqsa.

Nous savons que la Palestine n’appartient pas aux Juifs, à leurs descendants, à la pourriture restante, aux étrangers qui errent sur la terre. La Palestine appartient aux Arabes palestiniens musulmans et chrétiens.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 08:29

Le cheikh Imad Hamatu sur la chaîne de l’AP après l’attentat de Jérusalem : le vrai djihad est le ribat de la mosquée d’Al-Aqsa

 

Le cheikh palestinien Imad Hamatu a déclaré le 15 juillet 2017, après l’attentat commis dans la Vieille Ville de Jérusalem, que « de tels coups [la fermeture du complexe Al-Aqsa] réveillent le corps endormi et réveillent la nation, qui se noie dans ses désirs et ses doutes ».  S’exprimant sur la chaîne télévisée officielle de l’Autorité palestinienne, il a ajouté que les appels au djihad pour dllah, en Syrie et ailleurs, « détournent la boussole du véritable djihad du ribat [défense] de la mosquée d’Al-Aqsa ». Extraits :

Imad Hamatu : Notre nation n’est pas venue de l’autre côté de la mer. Ce sont eux qui sont arrivés d’ici et de là. « Et nous les avons répartis en communautés sur la terre. » Et ils sont arrivés ici pour abolir l’histoire, abolir la géographie et abolir nos esprits. Comme je le dis toujours, la cause palestinienne est la cause des Arabes et des musulmans. Il n’y aura jamais la paix, et il n’y aura jamais d’Etat palestinien ou de ministère des Affaires étrangères palestinien. Jérusalem est le trophée qu’Allah décernera à la nation [islamique] le jour où la nation tout entière se réconciliera avec Allah. Par conséquent, de tels coups réveillent le corps endormi, réveillent la nation qui se noie dans ses désirs et ses doutes, et éclipsent les belles bannières appelant au djihad pour Allah, mais détournent la boussole du véritable djihad : le ribat de la mosquée d’Al-Aqsa.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 08:28

Le président de l’AP Abbas dans une rediffusion du Fatah sur Facebook : tous les moyens sont bons pour empêcher les colons de profaner nos lieux saints

 

Dans un discours de 2014, le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, affirmait que les « colons n’ont pas le droit de profaner » les lieux saints, que « nous devrions tous être des murabitoun [combattants en première ligne] à la mosquée d’Al-Aqsa » et que « nous devons les empêcher d’entrer dans le Haram [en référence aux lieux saints], par tous les moyens possibles ». Le discours a été mis en ligne sur la page Facebook officielle du Fatah le 15 juillet 2017, suite à l’attentat commis dans la Vieille Ville de Jérusalem, sous l’intitulé : « Voici l’appel du frère le président Abou Mazen… » Selon le texte qui accompagne l’article, « nous devrions défendre nos lieux saints torses nus et par tous les moyens possibles. Il ne suffit pas de dire qu’il y a des colons à Al-Aqsa. Nous devrions les éloigner et les empêcher de profaner Al-Aqsa par tous les moyens. »

Mahmoud Abbas : Il ne nous suffit pas de dire qu’il y a des murabitoun[combattants au front]. Nous devrions tous être des murabitoun à la mosquée d’Al-Aqsa. Il ne nous suffit pas de dire : « Les colons sont venus. » Ils sont venus, et ils ne doivent pas pénétrer le complexe Haram. Par tous les moyens possibles, nous devons les en empêcher. C’est notre complexe Haram, c’est notre Al-Aqsa et c’est notre Église [du Saint-Sépulcre], et ils n’ont pas le droit d’y entrer. Ils n’ont pas le droit de les profaner. Nous devons les en empêcher. Nous devrions nous tenir debout torses nus face à eux pour défendre nos lieux saints.

Photo de la mosquée d’Al-Aqsa encerclée de rouge, sous le titre : « Jérusalem est arabe »

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 07:30

L’ancien député jordanien des Frères musulmans Hamza Mansour : je loue les opérations martyre, même celles d’enfants de cinq ans

 

L’ancien député jordanien des Frères musulmans Hamza Mansour a déclaré qu’il loue toute opération de martyre, « même si elle est menée par un enfant de cinq ans ». Lors d’un débat sur l’attentat de Jérusalem du 14 juillet et sur les mesures de sécurité imposées ensuite par Israël à la mosquée d’Al-Aqsa, Mansour a déclaré qu’il salue « quiconque mène la résistance contre l’occupation, avec les roues d’une voiture, des couteaux ou des armes artisanales ». L’émission a été diffusée sur Jordan Today le 17 juillet 2017. Extraits :

Hamza Mansour : De manière générale, la position des [dirigeants] arabes est pathétique. Je pense que quelques Arabes ont donné le feu vert à Netanyahou pour qu’il fasse ce qu’il veut à Jérusalem et en Palestine. […]

Je salue tous les mouvements de résistance en Palestine – le Hamas, le FPLP, le Jihad islamique et le Fatah – et quiconque mène la résistance contre l’occupation, par tous les moyens possibles – les roues d’une voiture, des couteaux, des armes artisanales… Je les salue. […]

Je loue toute opération de martyre, même si elle est menée par un enfant de 5 ans. Mes frères, les enfants palestiniens grandissent vite, car ils sont nés du ventre de la misère et de l’oppression.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 07:28

Le représentant du Fatah Abbas Zaki met en garde contre une escalade : la fusillade à Jérusalem est due à l’échec du processus politique

Le membre du Comité central du Fatah Abbas Zaki a déclaré que la fusillade du 14 juillet 2017 dans la Vieille Ville de Jérusalem, menée par des Arabes israéliens, indiquait une escalade de la situation qui, selon lui, va vers l’« explosion ».

« Si le processus politique échoue, nul ne pourra arrêter des gens qui souhaitent mourir », a déclaré Zaki sur la chaîne télévisée libanaise Mayadeen le jour de l’attentat. Evoquant la visite au « mur Al-Buraq » [Mur occidental] du président américain Donald Trump, où il a « accompli les rituels des Juifs », Zaki précise : « C’est très dangereux. » Extraits :

Abbas Zaki : Cette opération est sortie du plus profond des territoires de 1948, d’Oum El-Fahem. Elle est le fait d’individus détenteurs de la carte d’identité israélienne, qui connaissent le mieux les changements intervenus à l’intérieur d’Israël. […]

Au lieu de partir d’Oum El-Fahem pour aller vers Jérusalem, ces jeunes gens auraient pu tuer 20 Israéliens [à Oum El-Fahem], mais le fait qu’ils aient choisi le vendredi pour que leurs âmes montent [au Ciel] depuis le lieu de l’ascension du Prophète, est un voyant rouge : s’il y a un vide dans l’activité nationale et que le processus politique échoue, nul ne pourra arrêter ceux qui souhaitent mourir. […]

Je crois que nous allons vers une grosse explosion. Il est impossible de savoir exactement comment elle se produira. Peu importe que nous condamnions ou soutenions [cet attentat]. Cette opération a été menée par des gens de l’intérieur des frontières de 1948, qui ont des cartes d’identité [israéliennes]. […]

La situation va s’aggraver pour une raison : autrefois, les gens pensaient qu’il y avait une possibilité de paix, mais pour la première fois, un président américain vient et accomplit des rituels juifs au mur Al-Buraq, qu’il appelle le « Mur des Lamentations ». Bien que non accompagné, il a mis une calotte et a accompli les rituels des Juifs. C’est très dangereux.

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 07:26

Réactions jordaniennes aux tirs sur l’esplanade d’Al-Aqsa : le Roi Abdallah les condamne ; Israël est attaqué au parlement et dans les médias ; un éditorialiste d’un quotidien gouvernemental : je suis fier du martyre qui a réveillé le monde arabe de son sommeil

L’attentat du 14 juillet à l’entrée de l’esplanade de la mosquée d’Al-Aqsa, dans la Vieille Ville de Jérusalem, mené par trois Arabes israéliens, au cours duquel deux policiers israéliens ont été tués, et la décision israélienne subséquente de fermer l’esplanade, ont suscité de nombreuses réactions en Jordanie, qui se considère comme le gardien des Lieux saints de Jérusalem.

Le roi de Jordanie, Abdallah II, a condamné l’attaque, lors d’un entretien téléphonique avec le Premier ministre israélien Binyamin Netanyahou. Il a exprimé son opposition à la violence sous toutes ses formes, et souligné l’importance de calmer la situation sur l’esplanade d’Al-Aqsa. Dans le même temps, le souverain a critiqué la décision israélienne de fermer l’esplanade après l’attentat. Il a observé que « la Jordanie s’oppose fermement à la poursuite de la fermeture de l’esplanade d’Al-Aqsa » et a demandé que Netanyahou « rouvre l’esplanade d’Al-Aqsa aux fidèles ».[1]

Des condamnations de la décision israélienne ont également été exprimées dans des déclarations du porte-parole du gouvernement jordanien, Mohammed Al-Momani,[2] ainsi que dans une déclaration virulente publiée le lendemain par le ministre des Cultes jordanien, Wael Arabiyat, dans laquelle il met en garde contre « la poursuite de la violation sans précédent de la sainteté de la mosquée Al-Aqsa, au prétexte de mettre fin à la violence et à la tension ».[3]

Contrairement à la condamnation exprimée par le souverain, les membres du parlement jordanien ont fait l’éloge des trois assaillants. La session conjointe parlement-gouvernement du 16 juillet s’est ouverte par un appel à réciter la Sourate Al-Fatiha du Coran, à la mémoire des trois hommes qui ont mené l’attentat à l’arme à feu, les qualifiant de « martyrs, qui sont tombés [afin] d’abreuver la terre pure de Palestine [de leur sang] », et par un message aux familles des trois hommes, observant qu’ils méritaient la fierté et la gloire. Selon une déclaration parlementaire publiée à l’issue de cette session : « Les crimes graves perpétrés par Israël continueront de justifier qu’on allume le feu de la vengeance parmi la jeune génération, qui hérite encore la haine de l’occupation de ses pères. » Durant la session, on a aussi entendu des appels à expulser l’ambassadeur israélien d’Amman.[4]

L’appel à réciter la Sourate Al-Fatiha à la mémoire des auteurs de l’attentat lors de la session parlementaire jordanienne (Source : Al-Ghad, Jordanie, 17 juillet 2017)

 

 L’appel à réciter la Sourate Al-Fatiha à la mémoire des auteurs de l’attentat lors de la session parlementaire jordanienne (Source : Al-Ghad, Jordanie, 17 juillet 2017)

Lien vers la vidéo sur la session parlementaire sur MEMRI en français.

A travers la Jordanie, on a assisté à des manifestations contre la fermeture par Israël de l’esplanade d’Al-Aqsa. Lors d’une  marche importante organisée  par les Frères musulmans le 15 juillet 2017, partie de la mosquée Al-Husseini au centre d’Amman, les participants ont exprimé leur soutien à la résistance palestinienne et appelé les Palestiniens à se venger des soldats israéliens. Ils ont demandé que le traité de paix avec Israël soit annulé, que la normalisation soit interrompue, et que l’ambassadeur israélien soit expulsé d’Amman. Au cours de ces manifestations, des appels « Mort à Israël » ont aussi été entendus.[5]

 

 

Manifestation à Amman (Source : Al-Sabil, Jordanie, 15 juillet 2017)

De nombreux articles de la presse jordanienne ont abordé l’attentat et ses ramifications. Les auteurs ont condamné Israël et mis en garde contre le dangereux précédent constitué par la fermeture de l’esplanade d’Al-Aqsa.[6]Jumana Ghanimat, rédacteur en chef du quotidien Al-Ghad, a même critiqué la condamnation par le président palestinien Mahmoud Abbas de l’attentat.[7]

L’éditorial d’Ahmad Hasan Al-Zoubi dans le quotidien gouvernemental Al-Rai a étéparticulièrement virulent. Al-Zoubi a loué l’attentat, affirmant qu’il a redonné vie au problème palestinien, généralement éclipsé par la préoccupation du monde arabe avec ses conflits internes. Extraits : [8]

« Le martyre des trois jeunes hommes » m’a rendu « heureux et fier »

Je n’ai pas été mis en colère ni attristé par le martyre des trois jeunes hommes qui ont mené l’opération à la mosquée d’Al-Aqsa. Au contraire, j’étais heureux et fier, car ils ont rectifié la direction [du compas] du conflit, réveillé des millions de musulmans de leur sommeil et de leur oubli, et tiré la sonnette d’alarme. Leur sang est plus important et précieux que l’encre de tous les traités [de paix] et la nouvelle de leur mort en martyrs a obtenu une plus large couverture que celle de tous les sommets arabes. Les martyrs d’Al-Aqsa sont les germes de la récolte de la résistance sans fin. Ils ont sacrifié leur vie pour le Dôme [du Rocher]. Ils ne disparaîtront pas et ne s’effaceront pas avec le temps, car chaque martyr entraîne cent autres combattants et dans le cœur de chaque combattant il y a un millier de martyrs, jusqu’à ce que la terre revienne à ses propriétaires, et que personne d’autre que les fidèles et les colombes de la paix ne touche plus les Lieux saints.

Face à la renonciation arabe au problème palestinien, qui est le plus important de tous et au milieu des disputes et des combats, du siège, des accusations et de la préoccupation pour les batailles médiatiques parmi les Arabes, et au vu de l’inertie paralysante qui affecte les mains de la nation arabe, il était inévitable qu’un événement comme l’attaque d’Al-Aqsa se produise, et proclame dans les balles et le sang : combien vous êtes fermes [lorsqu’il s’agit de] votre propre litige, de votre insistance à négocier… dans votre conflit et votre abandon de la terre de Palestine. Il y avait besoin d’un événement qui nous rappelle la direction dans laquelle pointe le compas de l’hostilité, le compas de l’occupation, le compas du sang. Il n’y avait pas d’échappatoire à un message écrit avec l’aide de la ténacité palestinienne, sur la terre du Miraj [l’ascension], [9] grâce aux doigts qui ont appuyé sur la gâchette.

« Comment votre cœur peut-il vous obéir lorsque vous pointez votre fusil… contre votre frère [et que vous tendez dans le même temps] votre main à ceux qui ont volé votre terre et votre honneur [?] »

Mes frères arabes… mes frères en religion et en destin, aucun de vos problèmes, pas même le moindre d’entre eux, ne sera résolu tant que la [menace] de la potence sera suspendue au-dessus de la terre et des lieux saints [de Palestine]. La question palestinienne ne sera pas résolue, tant que le peuple [palestinien] n’aura pas fait tomber le marteau de l’occupant de sa main, rendu son juste verdict et récupéré sa patrie volée.

Ô partenaires de la langue arabe, ô compagnons de la patrie, comment votre cœur peut-il vous obéir lorsque vous dirigez le canon de votre fusil contre la poitrine de vos frères [et tendez dans le même temps] la main à ceux qui ont volé votre terre et votre honneur… Ne vous souciez-vous pas du tout de nous, dont la mort est le pain quotidien, et si nous ne prions pas dans la [mosquée] d’Al-Aqsa, sachez [du moins] que le fusil y a prié…

Lien vers le rapport en anglais

Notes :

[1] Kingabdullah.jo, 15 juillet 2017.

[2] Al-Ghad (Jordanie), 14 juillet 2017.

[3] Al-Ghad (Jordanie), 15 juillet 2017.

[4] Al-Ghad (Jordanie), 17 juillet 2017.

[5] Al-Sabil (Jordanie), Albosala.com, 15 juillet 2017.

[6] Voir par exemple, Faiz Al-Faiz, Al-Rai (Jordanie), 16 juillet 2017.

[7] Al-Ghad (Jordanie), 16 juillet 2017.

[8] Al-Ghad (Jordanie), 16 juillet 2017.

[9] Le Miraj ou « ascension au Paradis » – selon la tradition musulmane, Mahomet serait monté vers les Sept Cieux depuis le lieu de l’esplanade d’Al-Aqsa.

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
19 juillet 2017 3 19 /07 /juillet /2017 00:48

Le parlement jordanien salue les auteurs de l’attentat de Jérusalem et prie pour leurs âmes

 

Dans une session de la Chambre des représentants en Jordanie, le président Atef Tarawneh a appelé les auteurs de l’attaque du 14 juillet 2017 dans la Vieille Ville de Jérusalem « des martyrs, qui ont arrosé [de leur sang] le sol pur de la Palestine », considérant qu’ils sont « dignes de fierté et de gloire », avant d’appeler les députés à « prier pour l’âme des martyrs ». Les séquences vidéo de la session ont été mises en ligne sur la chaîne YouTube du parlement jordanien le 16 juillet, puis supprimées. Extraits :

Atef Tarawneh : Nous prions pour nos martyrs, qui ont arrosé le sol pur de la Palestine [de leur sang]. Nous pouvons lever haut la tête en raison des sacrifices des jeunes Palestiniens, qui luttent encore pour notre nation. […]

Voyez, la jeunesse palestinienne forme un collier du martyre composé des perles de leurs vies et de leurs grands sacrifices. Ils sont en vie, leur Dieu pourvoie à leurs besoins. Puisse Allah avoir pitié de nos jeunes de la famille Jabarin, dont les proches sont dignes de fierté et de gloire, même si l’occupation le hait et que son oppression est incontrôlable. Mes collègues, les attaques de l’occupation israélienne contre le lieu le plus saint de Jérusalem –  contre la mosquée d’Al-Aqsa et contre le saint Haram de Jérusalem – resteront la cause de la poursuite de la résistance, qui ne s’inclinera pas face à l’injustice et la tyrannie.

Avec votre permission, chers collègues, prions pour l’âme des martyrs.

Les députés se lèvent et prient.

Le parlement adopte-t-il cette déclaration ? Le parlement adopte-t-il cette déclaration ? Je vous remercie.

Applaudissements

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
19 juillet 2017 3 19 /07 /juillet /2017 00:47

Une vidéo d’Al-Qaïda en français fait l’éloge des auteurs du massacre de Charlie Hebdo

 

Ci-dessous un extrait de document JTTM (Jihad and Terrorist Threat Monitor) réservé aux services abonnés. Pour plus d’informations, contacter contact@memri.fr.

Le 30 juin et le 9 juillet 2017, un  groupe de médias en français, dirigé par le membre français d’Al-Qaïda Omar Diaby (alias Omar Omsen) [1], a mis en ligne les deux premières parties d’une vidéo sur l’attentat de Charlie Hebdo de janvier 2015 à Paris.

La série, intitulée « Il était une fois Charlie », est présentée sous la forme d’un documentaire historique, combinant des images d’archives et du texte animé.

La première vidéo, de 17 minutes, se focalise sur la justification de l’attaque. Elle souligne queCharlie Hebdo a sciemment publié des documents offensants pour les musulmans et conteste l’explication de la liberté d’expression. Elle fait valoir que la France a pris parti, vu qu’elle permet d’insulter l’islam et d’autres religions, tout en interdisant de s’attaquer à d’autres cibles. La vidéo montre des images de plusieurs officiels, dont l’ancien président François Hollande et un ancien Premier ministre, présentant Charlie Hebdo comme le reflet des valeurs françaises et de la liberté d’expression. Ainsi, elle laisse entendre que non seulement l’hebdomadaire, mais également la France et son gouvernement, sont coupables de blasphème.

La deuxième partie, de 20 minutes, se focalise sur le prophète Mohammed et sur son importance suprême pour les musulmans.

https://www.memri.org/sites/default/files/jttm/image/2(428).jpg
Omar Diaby, émir de Firqat Al-Ghuraba.

Un message accompagne les vidéos, précisant qu’elles ont été retirées d’Internet presque immédiatement après leur mise en ligne, et présentant cela comme une preuve de l’hypocrisie évoquée antérieurement. Le message remercie également les partisans du groupe de médias d’avoir fait une donation lui ayant permis d’acheter un ordinateur et leur rappelle l’importance de la prédication et du soutien du djihad dans les médias.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 18:06

L’ambassadeur d’Arabie saoudite en Algérie : le Hamas est une organisation terroriste ; l’Arabie saoudite n’a aucun lien avec « l’entité sioniste »

 

L’ambassadeur d’Arabie saoudite en Algérie, Dr Sami Abdullah Al-Saleh, a déclaré que le Hamas était une organisation terroriste. Selon lui, la seule solution est que le Qatar accepte toutes les revendications de l’Arabie saoudite et de ses alliés et cesse d’héberger et de financer les organisations terroristes.

L’ambassadeur a démenti les perspectives de normalisation des relations entre son pays et Israël, assurant que l’Arabie saoudite n’entretenait pas de relations diplomatiques ou économiques avec l’entité sioniste. L’interview, presque entièrement consacrée à la crise du Qatar, a été diffusée sur la chaîne télévisée algérienne Ennahar le 11 juillet 2017. Extraits :

Journaliste : Monsieur l’Ambassadeur, l’Arabie saoudite considère-t-elle le Hamas comme un mouvement terroriste ?

Sami Abdullah Al-Saleh : Bien sûr. Il est catégorisé… Dans ces circonstances, évidemment. S’il cherche à causer des problèmes, bien sûr qu’il est [une organisation terroriste].

Journaliste : Qu’en est-il du droit à la résistance, Monsieur l’Ambassadeur ?

Sami Abdullah Al-Saleh : Le droit à la résistance est garanti à l’OLP, et non à des gens assis dans un hôtel cinq étoiles au Qatar, d’où ils fomentent des complots. […]

Malheureusement, les dirigeants du Qatar continuent d’agir de façon totalement stupide et impudente. Ils ne respectent pas les accords ou ce que nous appelons les « liens fraternels ». Ils soutiennent les groupes extrémistes et les attentats en Arabie saoudite, à Bahreïn, aux Emirats arabes unis et en Egypte. […]

Nous parlons d’un changement de la politiquee [du Qatar], afin qu’il se conforme à la lutte contre le terrorisme. Ils doivent cesser de financer [le terrorisme] et s’engager à expulser les groupes terroristes hébergés au Qatar, que ce soit en Libye, en Égypte, au Pakistan ou ailleurs. Je crois que c’est très important. […]

Journaliste : Qu’est-ce qui vous dérange concernant la chaîne Al-Jazira ?

Sami Abdullah Al-Saleh : La réponse la plus simple serait de vous demander comment il se fait qu’Al-Jazira n’est pas présente en Algérie. Comment se fait-il qu’il n’y a pas de bureaux ou de journalistes d’Al-Jazira en Algérie ? À vous de me le dire. Al-Jazira sème la discorde. […]

Journaliste : Monsieur l’Ambassadeur, quelles sont les différentes manières de traiter la question du Qatar ?

Sami Abdullah Al-Saleh : Le Qatar doit accepter toutes nos demandes.

Journaliste : Ou bien ?

Sami Abdullah Al-Saleh : Ou bien nos pays opteront pour une aggravation des sanctions. […] L’Arabie saoudite ne peut entretenir de relations diplomatiques ou économiques avec l’entité sioniste. Le sujet est clos. Il n’est pas sujet à débat. […]

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 19:18

L’Autorité palestinienne organise les funérailles militaires d’un terroriste

Mohammed Jibrin, [1] du village de Taqua, a été abattu le 10 juillet 2017, après avoir blessé un soldat dans une attaque à la voiture-bélier puis avoir tenté de poignarder des soldats situés près de la localité juive de Teqoa. Le quotidien de l’Autorité palestinienne (AP) Al-Hayat Al-Jadida et le quotidien palestinien Al-Ayyam ont rapporté qu’il avait été tué par les forces israéliennes, « au prétexte » qu’il aurait tenté de perpétrer une attaque, [2] tandis que des sites d’information palestiniens, comme le site du Hamas palinfo.com, ont statué explicitement qu’il avait « perpétré une attaque à la voiture-bélier ».[3]

Jibrin a bénéficié de funérailles militaires officielles, des soldats de l’AP en uniforme portant son cercueil. La cérémonie s’est tenue en présence de Kamel Hmeid, gouverneur de Hébron et ancien dirigeant de la branche de Bethléem du Fatah, ainsi que d’autres représentants du Fatah. En outre, des hauts-représentants de l’AP et du Fatah sont venus présenter leurs condoléances à la famille dans la tente de deuil, parmi lesquels le dirigeant des Renseignements généraux Majed Faraj, proche du président palestinien Mahmoud Abbas ; le membre du Comité central du Fatah Jamal Muhaisen, qui a prononcé un discours au nom d’Abbas et du Fatah ; et Abbas Zaki, lui aussi membre du Comité central, qui s’est exprimé au nom du Fatah. Extraits des déclarations des officiels de l’AP et du Fatah en hommage à Jibrin.

Les orateurs lors des funérailles de Jibrin ont condamné « les crimes de l’occupation », et le gouverneur de Hébron Kamel Hmeid a déclaré : « Le terrorisme d’Etat d’Israël ne dissuadera pas notre peuple palestinien et ne l’incitera pas à abandonner ses revendications justes, en tête desquelles le droit au retour… »

Le dirigeant du comité du Fatah à Taqua a déclaré : « Le Fatah enterre l’un de ses chevaliers, un jeune homme courageux qui croyait en la justesse de la cause palestinienne et au combat de son peuple pour la liberté… Le Fatah promet au martyr Mohammed [Jibrin] et à tous les autres martyrs de poursuivre sur la voie [de la réalisation] des objectifs pour lesquels ils ont été tués. Le Fatah n’hésitera pas et ne restera pas silencieux face aux crimes de l’occupation. » [4]

Des officiels de l’AP et du Fatah présentent leurs condoléances à la famille de Jibrin.

Comme indiqué, de nombreux officiels de l’AP et du Fatah se sont rendus dans la tente de deuil pour réconforter la famille de Jibrin, et y ont prononcé des discours. Le Fatah de Bethléem a rapporté sur sa page Facebook qu’une délégation importante avait visité la famille au nom du mouvement, dont « le frère combattant Jamal Muhaisen, le membre du Comité central du Fatah en charge du recrutement et des opérations, et [notre] frère le général Majed Faraj, dirigeant des Renseignements généraux ».[5]

Le membre du Comité central du Fatah, Jamal Muhaisen, a déclaré dans la tente de deuil : « Au nom du président Abou Mazen et des membres du Comité central du Fatah et du Conseil révolutionnaire, nous présentons nos sincères condoléances pour la mort du combattant Mohammed Jibrin, délibérément tué par les forces de l’occupation sans la moindre raison. » [6]Le membre du Comité central du Fatah Abbas Zaki s’est également exprimé au nom du Fatah.[7]

Jamal Muhaisen s’exprime dans la tente de deuil (Facebook.com/iqlimfateh, 12 juillet 2017)
Abbas Zaki s’exprime dans la tente de deuil (Facebook.com/iqlimfateh, 11 juillet 2017)

Un autre orateur a fait l’éloge de Jibrin, affirmant : « Nous sommes fiers de l’acte de sacrifice qu’il a commis sur la ligne de confrontation, à l’instar du mouvement du Fatah depuis sa création et jusqu’à ce jour. » Une réception a également été organisée en l’honneur d’un groupe de combattants masqués venus consoler la famille. [8]

Le Fatah fait l’éloge de Jibrin

Le mouvement du Fatah a fait l’éloge funèbre de Jibrin sur une affiche qu’il a imprimée et dans des posts sur ses pages Facebook. L’affiche, imprimée par le Fatah de Bethléem et accrochée sur la tente de deuil, comportait des photos du défunt et du président Abbas, accompagnées du texte : « Le mouvement du Fatah pleure son fils devenu martyr, le héros Mohammed Ibrahim Jibrin, qui a abreuvé de son sang pur le sol de la ville de Taqua. » [9]

Selon un post sur la page Facebook officielle du Fatah : « Le Fatah dans le district de Bethléem, dans le secteur de Taqua, [pleure] le héros et martyr Mohammed Ibrahim Jibrin. Gloire et vie éternelle à nos martyrs héroïques. » [10]

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée