Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 05:52

Un éditorial saoudien : L’Occident a commis des erreurs avec la Corée du Nord ; il les répète aujourd’hui avec l’Iran

coree

 

Suite aux informations selon lesquelles la Corée du Nord a effectué un test de bombe à hydrogène, le quotidien saoudien Al-Riyad a publié un éditorial intitulé « L’Iran sur les traces de la Corée du Nord », critiquant sévèrement la réaction inadéquate des superpuissances face la politique nucléaire de la Corée du Nord, et débattant de ses répercussions sur le dossier nucléaire iranien. Le quotidien craint que la politique défectueuse vis-à-vis de la Corée du Nord ne s’applique à l’Iran, plaçant les Etats du Golfe dans une situation similaire à celle de la Corée du Sud. Extraits : [1] 

À la mi-juin de l’année dernière, un mois avant [l'annonce de] l’accord nucléaire entre l’Iran et les grandes puissances [JCPOA], le président iranien Hassan Rohani a rencontré le ministre nord-coréen des Affaires étrangères Ri Su-yong. Les deux parties ont convenu de poursuivre leur coopération. Téhéran et Pyongyang se sont trouvé de nombreux points communs : tous deux sont hostiles à l’Occident, sont très controversés dans leurs régions [géographiques respectives] et causent des dommages répétés à leurs voisins.

Les deux pays ont un long passé de coopération suscitant une certaine inquiétude, dans [le domaine de la technologie] nucléaire et balistique. Certains rapports font état de visites répétées de techniciens nucléaires nord-coréens [en Iran] pour fournir à leurs homologues iraniens les conseils et l’équipement technique nécessaire. Notons que l’Iran a déjà confirmé avoir produit un gramme et un microgramme [sic] de plutonium, utilisé pour fabriquer une bombe nucléaire, pour ses réacteurs à eau lourde d’Arak. [En outre,] il est de notoriété publique que la Corée du Nord est dotée d’une technologie de pointe permettant d’armer des ogives avec de petites quantités [seulement] – jusqu’à cinq kilogrammes – de plutonium ; un matériau hautement compatible avec l’utilisation balistique.

Ce contexte est essentiel pour comprendre l’idée que je tiens à préciser dans cet article. Il y a deux jours, la Corée du Nord a effectué son premier test de bombe à hydrogène. C’est une mesure grave en termes de sécurité régionale et internationale. En effet, les grandes puissances n’ont pas caché leur mécontentement face à ce test – [qui est] un exemple clair de ce qui peut arriver [lorsque les superpuissances] se fient à des promesses faites par des régimes hostiles qui mettent en danger la sécurité régionale et mondiale. L’une des conséquences est qu’un régime de ce genre viole l’ordre mondial et bouleverse l’équilibre des forces régionales. Les implications sont amplifiées lorsque le régime en question est défectueux et tyrannique jusqu’à atteindre la folie.

[La probabilité] que ce modèle se reproduise dans notre région du Moyen-Orient est grande, l’Iran n’étant pas vraiment différent de la Corée du Nord, et les superpuissances répétant la même erreur, suivant les mêmes méthodes, pour trouver une solution au dossier nucléaire [iranien]. En 1994, les États-Unis ont signé un accord-cadre avec Pyongyang, qui l’a enfreint plusieurs années plus tard, poursuivant son programme [nucléaire] jusqu’à se trouver en mesure de détoner sa bombe nucléaire.

Aujourd’hui, les superpuissances, derrière les Etats-Unis, sont impuissantes face à une nation nucléaire. Par ailleurs, paradoxalement, elles sont fortement intéressées à protéger indirectement le régime tyrannique de Kim Jong-un, car l’anarchie ou les bouleversements au sein de cette nation nucléaire pourraient causer de réels dommages à la sécurité internationale. Ce scénario pourrait se reproduire dans le cas de Téhéran, qui se trouve à trois mois de l’étape du statut d’ « Etat de seuil nucléaire ». Cela signifie qu’il faut [trois mois] pour produire l’uranium nécessaire pour construire une seule [bombe] nucléaire.

La Corée du Nord a menti lorsqu’elle a signé l’accord-cadre avec les États-Unis, puisque [parallèlement] elle enrichissait secrètement de l’uranium. Lorsque cette information a été divulguée, la Corée du Nord a expulsé les inspecteurs [de l'ONU] et détoné sa bombe nucléaire. Ce scénario peut se reproduire avec le régime de Téhéran, qui ne peut être ni digne de confiance ni fiable, notamment car il continue de mener une politique agressive contre ses voisins. Les pays occidentaux, menés par les Etats-Unis, finiront par condamner un régime théocratique qui appelle à leur chute et souhaite ardemment leur mort, tandis que les pays du Golfe connaîtront un sort semblable à celui de la Corée du Sud, devenant des otages de la protection américaine. Quelqu’un apprendra-t-il la leçon [de l'histoire] ? »

Notes : 

[1] Al-Riyad (Arabie saoudite), le 7 janvier 2016.

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 05:49

Des membres d’Al-Qaïda dans la région islamique du Maghreb-Sahara promettent d’envahir les villes européennes et appellent les musulmans du Mali à expulser les Français

AQMI

 

Le 7 janvier 2016, l’organisation médiatique Al-Andalus, appartenant à Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), a mis en ligne une vidéo de 13 minutes intitulée « Des profondeurs du Sahara – 1 » ;  cette vidéo a été diffusée par le compte Twitter d’AQMI. La vidéo est divisée en plusieurs parties qui décrivent l’activité de l’organisation dans la région du Sahara. L’un des combattants promet qu’un jour, les moudjahidines expulseront l’ennemi étranger de la terre du Sahara, et qu’ils l’attaqueront aussi sur son propre sol, à Naples, Madrid et Rome.

Au centre de la vidéo apparaît Abou Basir Al-Bambari, qui a séjourné dans une prison malienne et a été libéré en décembre 2014, en échange de l’otage français Serge Lazarovich. Il appelle les musulmans du Mali à se joindre au djihad pour expulser les Français qui, selon lui, pillent les ressources de leur pays.

La vidéo montre également une réunion entre des commandants d’AQMI-Sahara et des résidents locaux de la ville malienne de Bujbeha, dans la région de l’Azawad. Au cours de la réunion, les commandants appellent les habitants locaux à rejoindre le djihad et la guerre contre l’ennemi.

Il convient aussi de mentionner que, bien que cette vidéo ait été produite par AQMI, la branche d’Al-Qaïda en Afrique du Nord, les drapeaux qui y apparaissent sont en fait identifiés à l’Etat islamique (EI). De même, la bande son de la vidéo inclut plusieurs chants également identifiés à l’EI, tels que  « Avance vers la mort et charge ! » et « Sois sur le front et fais preuve de patience », qui ont été produits par l’organisation médiatique de l’EI, Al-Ajnad. Ceci s’explique apparemment par une erreur rédactionnelle, et ne signifie pas nécessairement qu’AQMI s’identifie à l’EI.

La vidéo s’ouvre avec un groupe d’hommes rassemblés dans un lieu désert. L’un d’eux déclare : « Aujourd’hui, les ennemis sont dans notre pays, dans ce pays, mais avec l’aide d’Allah, le jour viendra où nous les chasserons et envahirons [leurs terres], frapperons leur pays, les frapperons à Naples, Rome, Madrid et déclencherons des explosions partout, avec l’aide d’Allah. »

La vidéo poursuit en décrivant la vie quotidienne d’un groupe de moudjahidines. Un narrateur explique que beaucoup de gens pensent, notamment suite à la propagande des médias, que les moudjahidines souffrent dans les montagnes, qu’ils sont effrayés et affamés et se sentent persécutés. Au contraire, affirme-t-il, les moudjahidines sont sereins et tranquilles, prient leur Dieu et savent que leur avenir est assuré dans l’Au-delà.

Un combattant d’AQMI promet : « Nous expulserons l’ennemi, envahirons [leur pays], les frapperons à Naples, Rome et Madrid »

La partie suivante de la vidéo représente Abou Basir Al-Bambari ; la séquence d’ouverture affirme qu’il a été libéré « de la prison des tyrans » du Mali en échange du captif français Serge Lazarovitch. S’adressant aux musulmans au Mali, dans ce qui semble être le dialecte malien Bambara [sous-titré en arabe], Al-Bambari déclare : « Sachez que votre gouvernement a appelé l’armée française au Mali afin de faire revenir le Mali aux lois de la Jahiliyya [temps préislamiques]. La venue de la France dans votre pays vous laisse-t-elle indifférents ? La France est arrivée et a supprimé votre droit d’instituer la charia. Allah soit loué, la charia a été appliquée [au Mali], mais la France est venue et a tout corrompu. Il [votre gouvernement] a invité la France, et la France a répondu et est venue. Quel bénéfice avez-vous retiré de cette intervention française ? La France a-t-elle réussi à vous apporter quoi que ce soit, hormis le pillage des ressources des musulmans ? Levez-vous, ô musulmans, réfléchissez et comprenez. Faites don de vos âmes et de votre argent à votre religion. C’est une guerre idéologique et logique. Ils vous combattent au nom de la guerre contre le terrorisme, mais la vérité est qu’ils sont eux-mêmes des terroristes. Ce sont eux qui pillent vos ressources sans que vous le sachiez. Réveillez-vous, ô musulmans, levez-vous et suivez les traces de votre Prophète, Mohamet, et menez le djihad dans le sentier d’Allah. »

Abou Basir Al-Bambari

La partie suivante de la vidéo montre une rencontre entre des membres d’AQMI-Sahara et des habitants de Bujbeha, dans la région d’Azawad, au Sahara. Les habitants accueillent les membres d’AQMI et deux représentants du groupe s’adressent aux habitants et leur demandent de rejoindre le djihad, afin de défendre l’islam contre l’ennemi croisé. L’un d’eux, le commandant Talaha Al-Azawadi, promet que tout l’Azawad sera reconquis et gouverné par les musulmans et que les lois de la charia seront rétablies, comme jadis.

Dans la dernière partie, un homme âgé, Abou Laith Al-Sahrawi, appelle les musulmans sunnites à mener le djihad pour défendre leur religion et libérer leur patrie. A la fin de ses propos, il monte dans un camion piégé et se fait exploser avec son véhicule près d’un poste des forces des Nations unies.

Des membres d’AQMI rencontrent des habitants au Sahara ; le commandant Abou Talaha Al-Azawadi est au centre

Abou Laith Al-Sahrawi en route vers une opération suicide

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 03:55

L’animatrice égyptienne Duaa Salah apparaît le visage tuméfié pour protester contre la violence faite aux femmes

IMAGE women violence_mod

 

Le 11 décembre 2015, l’animatrice égyptienne Duaa Salah est apparue à la télévision le visage maquillé comme celui d’une femme battue, pour protester contre la violence faite aux femmes. Deux semaines après la Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes, Salah a déclaré que « malheureusement, de nombreux acteurs et actrices égyptiens ont oublié ce jour » et « omis de se montrer et de parler de nos droits, les droits des femmes ».

La violence domestique reste un grave problème en Egypte, déclare-t-elle dans l’émission, diffusée sur Al-Nahar TV, et « malheureusement, certaines ont encore trop honte pour en parler ». Extraits :

Duaa Salah : Puis-je vous poser une question ? Puis-je poser une question à chaque femme qui nous regarde ? Puis-je poser une question aux hommes qui nous regardent,  tous âges confondus ? Combien d’entre nous sont restées à la maison afin que personne ne nous voie dans cet état ? Combien [de femmes] se sont abstenues de se rendre à l’université, à l’école ou au travail, afin que les gens n’assistent pas à ce spectacle ? Combien de femmes ont été élevées dans un foyer violent ? Battues par leur père, leur frère, et parfois même, je regrette de le dire, leur mère… Combien de femmes ont eu affaire, malheureusement, après leur mariage et leur rêve d’un nouveau foyer, à une autre forme de violence – la violence physique de l’homme envers sa femme ?

Dans nos sociétés et pays arabes, une femme sur sept est une femme battue, ou une femme qui subit des violences physiques. J’utilise le terme « battue », qui est un terme dur et affligeant. Vous qui nous regardez maintenant, avez-vous battu votre fille lorsqu’elle était petite ? Peut-être ne vous en souvenez-vous pas, mais elle si. Combien de fois avez-vous battu votre sœur ? Peut-être ne vous en souvenez-vous pas, mais elle si.

[…]

Malheureusement, dans les pays [arabes], aucune loi spécifique n’empêche la violence domestique que les jeunes filles connaissent à la maison.

[…]

37 % des femmes dans le monde sont victimes de harcèlement sexuel. Il ne s’agit pas seulement de coups, mais aussi de harcèlement sexuel. Malheureusement, 700 millions de filles se marient avant l’âge de 15 ans. C’est une tragédie.

[…]

Aujourd’hui, je parle des femmes, et j’espère que nos sociétés orientales y prêteront attention. Lors de la Journée internationale [de l’éradication de la violence contre les femmes], des actrices à travers le monde sont apparues dans l’état où je suis aujourd’hui. Je n’ai rien inventé. Mais malheureusement, beaucoup d’acteurs et d’actrices égyptiens ont oublié cette journée. Ils ont omis de se montrer et de parler de nos droits, des droits des femmes.

[…]

Dans nos sociétés arabes, nous n’avons pas vu les attractions touristiques s’éclairer en orange, en signe de soutien à la campagne [anti-violence]. Nous n’avons rien vu de la sorte. Nous n’avons pas vu d’actrices parler de ces sujets. Certaines ont admis avoir été battues et humiliées par leurs maris. De nombreuses femmes ont compris que lorsqu’elles se trouvent dans une telle situation, elles doivent revendiquer leurs droits légaux. Mais malheureusement, certaines sont toujours trop timides pour en parler.

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 03:54

Réaction du secrétaire général du Hezbollah Nasrallah à l’exécution d’Al-Nimr : Elle sonne le glas du régime et du clan saoudiens

nasrallah

 

Dans un discours en date du 3 janvier 2016, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a déclaré en réaction à l’exécution du chiite saoudien cheikh Nimr Al-Nimr : « Ce sang qui a été versé sonnera le glas du régime et du clan [saoudien]. »

Et d’ajouter : « Quand un régime perd la tête et perd jusque la moindre parcelle d’humanité… cela signifie qu’il a atteint le bord de l’abîme. » Le discours a été diffusé sur Al-Manar TV. Extraits :

Hassan Nasrallah : Permettez-moi de vous le dire, la réaction à l’exécution du martyr, l’éminent érudit cheikh Nimr Baqir Al-Nimr, sera une réaction du type de celle de Zaynab. Tout le peuple doit se lever et dire la vérité, tout comme Zaynab a affronté Ibn Ziyad et Yazid bin Muawiya, sans craindre qui que ce soit et sans nulle autre considération.

[...]

Foule : Non à l’humiliation !

Non à l’humiliation !

Non à l’humiliation !

Non à l’humiliation!

Non à l’humiliation !

Hassan Nasrallah : Le sang versé injustement au Yémen, sur la terre de la Péninsule arabique et dans ses prisons, et sur toute la terre arabe et islamique, où le sang est versé en raison de l’idéologie, du capital et des armes de ces gens… Ce sang qui a été versé sonnera le glas du régime et du clan saoudiens. Il marquera leur fin. La loi divine et la loi de l’Histoire le dictent. Quand un régime perd la tête, et perd jusque la moindre parcelle d’humanité, en oublie jusqu’au comportement humain le plus fondamental, c’est qu’il a atteint le bord de l’abîme. J’unis ma voix à celles de tous ceux qui ont affirmé que les signes du trépas de ce régime corrompu, criminel, injuste, tyrannique, takfiri et terroriste apparaissent à l’horizon.

[...]

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 03:52

Utilisation par l’EI de Twitter et d’autres médias sociaux américains pour diffuser des images et vidéos de punitions islamiques

isis video execution

 

Au cours des dernières semaines, un débat s’est fait jour au sein des principaux experts juridiques, au sujet du Premier Amendement et de l’activité de l’Etat islamique (EI) sur Internet. Le 15 décembre 2015, dans un article sur Slate intitulé « L’EI ne nous donne pas d’autre choix que d’envisager de limiter la liberté d’expression », le professeur de droit de l’université de Chicago Eric Posner appelle à de plus grandes restrictions à la liberté d’expression. Il observe que la capacité accrue des groupes terroristes à utiliser les médias sociaux afin de recruter des jeunes gens pour leur mission a « provoqué un danger d’une gravité sans précédent provenant de la radicalisation et du recrutement » et suggère d’édicter une « loi qui incriminerait l’accès aux sites Internet glorifiant et exprimant leur soutien ou leur encouragement à l’EI ».

Si certains experts juridiques désapprouvent, soulignant que le contenu en ligne de l’EI et des autres groupes djihadistes était protégé par la liberté d’expression, un nombre grandissant de leurs collègues défendent la thèse d’Eckholm.

Erik Eckholm a écrit le 27 décembre 2015 dans le New York Times,sous le titre « L’influence de l’EI sur le web nous appelle à réviser le Premier Amendement » : « C’est l’un des préceptes les plus sanctifiés du droit constitutionnel moderne : la liberté d’expression ne peut être restreinte, sauf lorsqu’elle pose un danger ‘clair et présent’… Mais certains experts juridiques se demandent si le moment est venu de reconsidérer ce dogme constitutionnel… Le gouvernement ne doit-il pas avoir un moyen, demandent-ils, de bloquer les messages qui facilitent des actes terroristes ? » Il observe qu’en novembre 2015, le professeur de droit de Harward et ancien membre de l’administration Obama, Cass R. Sunstein, a déclaré qu’il était « légitime de se demander si le moment de reconsidérer le test [du ‘danger clair et actuel’] n’était pas arrivé ». Et d’ajouter que selon Posner, il était nécessaire de « repenser les compromis » du Premier Amendement « au vu des changements technologiques et sociaux ». Eckholm écrit que « si tous ces experts juridiques, y compris M. Posner, s’accordent pour dire que la Cour suprême actuelle invaliderait » une loi dans la veine de celle suggérée par Posner, tous conviennent que le raisonnement de la Cour serait différent si davantage d’Américains endoctrinés par des vidéos djihadistes menaient des attentats. Il conclut en citant l’expert en droit constitutionnel de l’université de Chicago, Geoffrey R. Stone : « D’ici cinq ans, qui sait ? Vous pouvez imaginer un scénario où l’état des faits serait si grave que vous décidez d’alléger les protections [légales]. »

Les discussions de ces experts portent entre autres sur le nombre considérable de vidéos et d’images de châtiments islamiques très choquantes de l’EI – décapitations, amputations, crucifixions, lapidations et bûchers, et projections du haut de toits – mis fréquemment en ligne par l’EI et d’autres groupes djihadistes sur les réseaux sociaux américains ces deux dernières années, et diffusées auparavant par Al-Qaïda. Tous les participants à ce débat auront du mal à soutenir que ces contenus doivent être protégés par la liberté d’expression ou rester accessibles. Même si ce débat apparaît seulement maintenant au grand jour, au cours des dernières années, MEMRI fait régulièrement état de ces châtiments islamiques, comme on peut le voir dans le rapport suivant.

Préface : Préparer le terrain pour la diffusion actuelle de décapitations sur les réseaux sociaux

En mai 2004, la décapitation filmée de l’Américain Nicholas Berg par le chef d’Al-Qaïda en Irak, Abou Mussab Al-Zarqawi, a été mise en ligne par de nombreux sites djihadistes, et largement partagée, donnant le ton à de nombreuses vidéos similaires diffusées au cours de la deuxième guerre d’Irak. On la trouvait encore récemment sur Twitter, le 14 décembre 2015.

Quelques mois plus tard, en juillet 2004, la vidéo de la décapitation de l’employé de Lockheed Martin en Arabie saoudite, Paul Johnson Jr., est également devenue virale, tout comme les photos de sa tête coupée, brandie par l’un de ses assassins. Après cette décapitation, le magazine d’Al-Qaïda Sawt Al-Jihad a publié un article intitulé « Une lettre à la femme du défunt Paul Johnson, par la femme d’un des martyrs », qui avertissait : « Ce n’est qu’un début, et le corps de votre mari sera suivi par des montagnes de corps de ses compatriotes. »

La vidéo de la décapitation de l’entrepreneur de l’Illinois Robert Jacob à Riyad a été mise en ligne en juin 2004, et celles des décapitations de l’ingénieur de Géorgie Jack Hensley et de l’entrepreneur du Michigan Eugene Armstrong ont toutes deux été mises en ligne en septembre 2004. En juin 2006, le Conseil de la Shoura des moudjahidines, dont Al-Qaïda en Irak faisait partie, a déclaré en ligne avoir « massacré » les soldats américains Thomas Tucker et Kristian Menchaca, suggérant qu’ils avaient été décapités.[2] Si aucune vidéo de ces assassinats n’a été diffusée,[3] le Conseil de la Shoura des moudjahidines a émis une vidéo montrant la décapitation d’un diplomate russe et l’assassinat de deux autres [4]kidnappés en Irak le même mois.

D’autres vidéos mises en ligne de décapitations en Irak comportaient celles du photographe italien Salvatore Santoro et du traducteur coréen Kim Sun-il, toutes deux en décembre 2004, et de l’entrepreneur japonais Akihiko Saito, en mai 2005.

Dans son éditorial du 11 septembre 2013 sur les attentats du 11/9, le quotidien tunisien Al-Haqaiq écrivait : « Ce qui est absurde est que le moulin du terrorisme international, qui a frappé ceux qu’il qualifie de mécréants dans leurs bastions de New York, Madrid, Londres et Moscou, a ensuite récolté les têtes de milliers de musulmans dans les mosquées et les marchés d’Irak. » [5]

Au cours de la guerre en Irak, et depuis lors, les djihadistes ont décapité des Syriens, des Irakiens et d’autres locaux. Des décapitations de chauffeurs de camions et d’entrepreneurs turcs ont été montrées dans une vidéo filmée en octobre 2004 en Irak ; une vidéo de janvier 2005 montrait la décapitation de l’homme d’affaires libanais Badri Ghazi Abou Hamzah, en Irak aussi, et en juillet 2005, une vidéo montrait la décapitation de l’ambassadeur d’Egypte en Irak, Ihab Al-Sherif.[6]

Une vidéo de deux diplomates algériens capturés en Irak, Ali Balarousi et son collègue Azzedin Belkadi, a été mise en ligne en juillet 2005 par Al-Qaïda en Irak. Le groupe a ensuite revendiqué leur assassinat.[7]

Un programme télévisé populaire de confessions de terroristes, diffusé par les chaînes irakiennes Al-Iraqiya et Al-Fayhaa, se focalise souvent sur le thème des décapitations. Ainsi, le 23 février 2005, le terroriste irakien capturé Shihab Al-Sabawi expliquait comment des membres des services des renseignements syriens lui avaient enseigné la manière de tuer et de décapiter [8]. L’émission du 30 mars 2005 montrait un autre terroriste irakien capturé, Omar Allawi, qui affirmait avoir été payé 200 dollars pour filmer des décapitations[9] ; et dans l’émission du 21 avril 2005, le terroriste irakien capturé Adnan Elias déclarait qu’il avait tué des otages par éviscération. [10]

En 2005, le public était choqué par ces premières décapitations ; aujourd’hui, dix ans plus tard, un nouveau groupe est apparu en Syrie, en Irak et dans la région, qui a rendu ternes les premières décapitations.

Introduction : Les punitions islamiques en Irak et en Syrie, l’émergence de l’EI et la diffusion d’images et de vidéos sur les réseaux sociaux américains

Depuis sa création, l’Etat islamique (EI) et les groupes tels que Jabhat Al-Nusra (JN), filiale d’Al-Qaïda en Syrie, ainsi que d’autres groupes affiliés à Al-Qaïda et ses antennes, utilisent les services des réseaux sociaux basés aux Etats-Unis comme un outil essentiel pour promouvoir leurs objectifs, notamment leur propagande. L’EI utilise Twitter, YouTube et d’autres réseaux américains pour répandre la peur, tant dans les cœurs de ses ennemis que dans ceux des habitants des régions déjà sous son contrôle, avec des images violentes de décapitations, crucifixions, flagellations et autres punitions islamiques.

Le rapport qui suit expose la manière dont l’EI et les autres organisations ont utilisé, et continuent d’utiliser, les réseaux sociaux basés aux Etats-Unis pour diffuser des images et des vidéos de ces punitions ; un historique des décapitations djihadistes sur les réseaux sociaux, dont celles commises par des combattants occidentaux en Syrie et en Irak ; différentes catégories de punitions islamiques diffusées par les réseaux sociaux ; et de nombreux exemples de posts djihadistes comportant des décapitations, dont des vidéos.

Ces punitions islamiques, souvent prononcées par des tribunaux locaux dirigés par ces organisations, et souvent justifiées par des extraits du Coran, sont largement appliquées contre les minorités, y compris les chrétiens, les yazidis, les Kurdes et les homosexuels ;[11] contre les membres, ou membres soupçonnés, de groupes djihadistes rivaux, des forces du régime syrien, du Hezbollah et des forces armées iraniennes ;  et contre des locaux. Des preuves abondantes de ces punitions sont partagées et diffusées sur les comptes officiels de ces groupes, sur des supports de réseaux sociaux comme Twitter, YouTube et autres. Ces images sont également diffusées par des membres individuels et des partisans de ces groupes, des éléments pro-syriens et anti-syriens, et d’autres éléments dans le monde entier, comme MEMRI en fait état depuis trois ans.

Souvent, ces punitions sont infligées en public, devant des foules de spectateurs ; ces foules incluent souvent des enfants, ces événements étant utilisés pour leur endoctrinement et instruction. De nombreux combattants étrangers, en particulier européens, auteurs de ces décapitations, figurent couvent dans ces productions médiatiques de l’EI.

La surveillance de ces contenus n’est pas une tâche aisée. Selon certaines informations, les agences de renseignements, dont la CIA, la NSA et le Centre national de lutte antiterroriste, emploient des thérapeutes pour aider les analystes à gérer le traumatisme émotionnel qu’ils subissent, en visionnant et analysant les vidéos et les images de décapitations et autres images violentes.[12] Mais il est essentiel de faire connaître au grand public et d’accumuler des preuves de la brutalité des contenus diffusés sur les réseaux sociaux. Ainsi, l’Occident pourra mieux comprendre à quels ennemis il fait face.

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 03:50

Les tensions irano-saudiennes s’étendent au sport : La fédération de football saoudienne annonce qu’il n’y aura pas de match en Iran

Azadistadium_tehran_iran

 

Par H. Varulkar*

Dans le contexte de l’escalade des tensions entre l’Arabie Saoudite et l’Iran, avec notamment l’incendie à l’ambassade saoudienne à Téhéran et la rupture consécutive des relations diplomatiques avec l’Iran, les clubs de football saoudiens ont exprimé leur appréhension face aux équipes iraniennes en Iran, à l’occasion de la Ligue des champions d’Asie. Le porte-parole du club a déclaré que les joueurs saoudiens avaient toujours rencontré de l’hostilité en l’Iran, et que dans les circonstances actuelles ils craignaient même pour leur vie. En réponse, la Fédération de football saoudien (SAFF) a annoncé qu’elle allait déposer une demande auprès de la Confédération asiatique de football (AFC), qui organise les matchs de la Ligue des champions, afin que les matchs irano-saoudiens se tiennent hors d’Iran.

Les clubs de football saoudiens refusent de jouer en Iran, affirmant craindre pour la vie des joueurs

Quatre clubs de football saoudiens – Al-Ahli, Al-Hilal, Al-Ittihad et Al-Nasr, qui représentent l’Arabie saoudite aux matchs de la Ligue des champions d’Asie 2016 – doivent jouer contre des équipes iraniennes, en Iran, à partir de février 2016. Toutefois, suite à l’incendie de l’ambassade saoudienne à Téhéran le 2 janvier 2016, le porte-parole de ces clubs a dit qu’ils craignaient pour la vie des joueurs saoudiens, et a demandé que les matchs contre des équipes iraniennes aient lieu dans un pays neutre.

Ainsi, le prince ‘Abd Al-Rahman bin Musaid, ancien président du club Al-Hilal, a tweeté : « Je dis à la Féderation [de football] saoudienne et à nos clubs qui participent à la Ligue des champions d’Asie : [Vous devriez ] demander que les matchs contre des équipes iraniennes soient transférés dans un pays neutre. Nous ne voulons pas aller chez eux, et nous ne voulons pas qu’ils viennent chez nous. »

Dans un autre tweet, il a appelé les clubs dans d’autres pays du Golfe à exprimer leur solidarité avec cette demande saoudienne, « car nous ne pouvons pas garantir la sécurité de nos fils quand ils seront dans ce pays ennemi [l'Iran] … » [2]

Les tweets d’Abd Al-Rahman bin Musa’id

‘Abdallah Al-Batterjee, le vice-président du club Al-Ahali, a aussi tweeté : « La direction de [notre] demandera à la Fédération de football [SAFF] qu’elle exige auprès de l’AFC le transfert de tous les matchs [du club] programmé contre les équipes persanes vers un endroit neutre. »[3]

Les tweets d’Abdallah Al-Batterjee

Le vice-président de la SAFF, Muhammad Al-Nuwaiser a rejoint ces appels, tweetant : “Il y a une crise entre l’Arabie Saoudite et l’Iran. Si l’Iran est incapable de protéger des ambassades, comment va-t-il protéger des stades ? Nous demandons que les équipes saoudienne et iranienne jouent dans un pays neutre.” [4]

Le tweet de Muhammad Al-Nuwaiser

Al-Nuwaiser a tenu des propos similaires dans un entretien avec le journal saoudien Al-Sharq Al-Awsat basé à Londres : “L’Iran ne respecte pas les traités [internationaux] et les accords qui protègent les représentations diplomatiques, donc il ne protégera sûrement pas les délégations sportives dans des stades où des milliers de supporters seront présents.”

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 03:45

Le député égyptien Elhami Angina : Les autorités devraient mettre en garde contre la coutume de se faire la bise

IMAGE elhami agina_mod

 

Le député égyptien Elhami Angina déclare que la « coutume idiote » de se saluer en se faisant la bise pourrait être source de transmission de virus et de maladies de la peau. Et d’ajouter qu’il a enjoint les prédicateurs de mosquée de mettre en garde la population contre cette pratique. Les édifices gouvernementaux devraient avoir des affiches montrant des gens qui se serrent la main, dit-il dans une interview télévisée du 6 janvier 2016 sur Faraeen TV. Extraits :

Elhami Angina : Adepte du proverbe « mieux vaut prévenir que guérir », j’ai parlé au ministre du Patrimoine religieux hier, et je lui ai dit que pour empêcher les maladies, il faudrait éviter toute coutume qui favoriserait la propagation de certaines maladies, comme des virus et des maladies de la peau. Il faut combattre la mauvaise habitude qu’ont les gens de se faire la bise lorsqu’ils se voient, car certaines maladies se transmettent lorsqu’un visage en touche un autre.

[…]

J’ai donc demandé au ministre du Patrimoine religieux d’enjoindre aux prédicateurs des mosquées de faire prendre conscience aux gens que les maladies et les virus peuvent se transmettre à des gens en bonne santé par la bise.

[…]

Je ne parle pas d’interdire les bises en soi. Je dis simplement qu’il s’agit d’une coutume idiote, comme la cigarette, le mensonge, l’hypocrisie et tout cela. Les prédicateurs des mosquées devraient prévenir ces choses-là.

[…]

Dans chaque bâtiment gouvernemental, on trouve des affiches « Ne pas fumer » ; il devrait y avoir des affiches montrant des gens qui se serrent la main. D’ailleurs, il existe des hadiths du Prophète qui mettent en garde contre cela.

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
7 janvier 2016 4 07 /01 /janvier /2016 22:51

Une campagne de l’EI prend pour cible l’Arabie saoudite et appelle à perpétrer des attentats contre la monarchie saoudienne, les chiites et les polythéistes

Les Saoud

Par : M. Khayat*

 

L’Etat islamique (EI) a employé de nombreux efforts au cours des dernières semaines pour attaquer l’Arabie saoudite, ses dirigeants et chefs religieux, au moyen d’une campagne médiatique intensive et bien coordonnée. Cette campagne comportait la mise en ligne de 15 vidéos officielles de l’EI émanant de différentes provinces, ainsi que la mise en ligne de contenus similaires prolifiques, par la société médiatique affiliée à l’EI Al-Battar, sur les réseaux sociaux et les forums djihadistes. Cet effort est sans précédent.

Cette campagne, destinée au public saoudien en général, visait à lui « ouvrir les yeux » sur la trahison et la corruption supposées des Al-Saoud – la famille régnante saoudienne (désignée par l’expression péjorative d’Al-Saloul, en référence à Abdallah bin Saloul, personnage hypocrite bien connu de l’époque de Mahomet). La famille Al-Saoud est présentée comme un corps étranger à la Péninsule arabique, et comme composée de souverains indignes. La campagne appelle les Saoudiens à rejoindre le djihad sous l’étendard de l’EI, afin de prendre pour cible la famille régnante, son infrastructure religieuse et ses militaires. Elle vise aussi à unir les Saoudiens sunnites contre leurs compatriotes chiites, accusés de pouvoir librement pratiquer leur religion dans le pays (grâce aux Al-Saoud). La campagne fait également référence de manière répétitive aux prisonniers sunnites en Arabie saoudite, promettant que l’EI viendra à leur secours.

Ce n’est pas la première fois que l’EI se focalise sur l’Arabie saoudite. En mai 2015, le chef de l’EI Abou Bakr Al-Baghdadi avait dénoncé la collaboration entre la famille Al-Saoud et l’Occident, et notamment les Etats-Unis. Il avait aussi critiqué la campagne militaire saoudienne, dirigée à l’époque contre les Houthis chiites au Yémen, la qualifiant de tentative saoudienne pour plaire aux Etats-Unis.[1]Peu de temps après, les terroristes de l’EI en Arabie saoudite avaient appelé à prendre pour cibles les chiites du pays, tout en prétendant que l’EI était le seul protecteur véritable des sunnites.[2]  Dans son dernier discours, en date de décembre 2015, Al-Baghdadi a condamné l’alliance militaire islamique récemment constituée sous direction saoudienne pour combattre le terrorisme et a menacé tous les pays membres de représailles.[3]

L’organisation et la présentation de la campagne comportent plusieurs des marques de fabrique devenues indissociables des activités en ligne de l’EI, et notamment le volume, la coordination et la persistance. L’EI mise sur le volume : le même message, ou des variantes, sont présentés de manière répétée, à destination d’un public donné, pour créer un impact. Cette méthode est très utilisée dans les questions les plus importantes pour l’EI, et elle le fut également lors de précédentes campagnes.[4] La saturation de messages peut toutefois sembler parfois exagérée, ou même être perçue comme une tentative désespérée de l’EI de faire passer un message qui aurait pu être diffusé simplement en une seule vidéo.

Dans la campagne anti-saoudienne actuelle, l’ensemble des 15 vidéos ainsi que les autres contenus diffusés font toujours écho aux mêmes messages fondamentaux, avec toutefois des accents et une présentation différente. La campagne a été bien coordonnée, le contenu étant mis en ligne régulièrement pendant plusieurs jours, sur de nombreuses plateformes, parmi lesquelles le forumShumoukh Al-Islam, Twitter, etTelegram. Le contenu a en outre été re-posté chaque fois qu’il était signalé ou retiré. Il s’agit quasi-systématiquement de combattants saoudiens s’adressant personnellement à leurs compatriotes saoudiens. Ces vidéos sont de durée variable, allant de cinq minutes à une demi-heure.

Lire le rapport intégral

*M. Khayat est chercheur à MEMRI

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
7 janvier 2016 4 07 /01 /janvier /2016 22:49

Nouvelle vidéo pro-EI en réaction à la campagne française contre la radicalisation

banner2

 

Le 4 janvier 2016, un groupe médiatique pro-Etat islamique (EI) a mis en ligne une vidéo de 15 minutes en français, sous-titrée en arabe et intitulée « Message aux musulmans en France séduits par les médias ». La vidéo a été produite en réaction à la campagne « StopDjihadisme » [1] lancée en janvier 2015 par le gouvernement français pour combattre l’idéologie djihadiste. Elle dépeint la campagne du gouvernement français comme mensongère, manipulatrice et ayant pour dessein d’égarer les musulmans de France. Elle est diffusée sur le forum djihadiste Shumoukh Al-Islam [2] et Twitter et hébergée sur YouTube, Dailymotion, Google Drive, Vidto, Sendvid et Archive.org.

La vidéo a été annoncée et distribuée avec la bannière ci-dessus.

La vidéo a été produite et distribuée par les militants de « Izzah (honneur) of Jihad for Media Production », liés au principal forum pro-EI en arabe, Shumoukh Al-Islam.

Logo du groupe « Izzah of Jihad for Media Production ».

La vidéo participe à la campagne médiatique « StopColonialisme », riposte à la campagne parrainée par le gouvernement français « StopDjihadisme ». Ci-dessous le message en français et en arabe :

« Notre campagne médiatique se poursuit toujours contre la France pour que les musulmans raisonnables sachent qui est le sincère et qui est le menteur. Concernant les ignorants qui ne veulent rien savoir que d’être et rester des montures pour le koufr, on leur dit ‘Salaman’ car nos messages sont pour les raisonnables seulement. »

« Il y a beaucoup plus encore et par la permission d’Allah, nous enlèverons le masque mis sur le visage noir de la France et par lequel elle a tellement trompé des peuples. L’Histoire existe toujours et celui qui est vraiment sincère et cherche la vérité, il n’a qu’à lire l’Histoire et à ce moment-là il pourra distinguer entre le vrai et le faux. »

« C’est la guerre des cerveaux lancée depuis longtemps par le koufr mondial contre l’islam, et si cette guerre est basée sur les mensonges, la falsification et la distorsion, elle est perdue sans aucun doute car jamais le faux ne résiste devant le vrai. »

« Et on va voir combien pourra résister le faux du StopDjihadisme devant la vérité et faits réels du StopColonialisme. »

« C’est la guerre des cerveaux lancée depuis longtemps par le koufr mondial contre l’islam, et si cette guerre est basée sur les mensonges, la falsification et la distorsion, elle est perdue sans aucun doute car jamais le faux ne résiste devant le vrai. »

double

Photo de la campagne anti-radicalisation du gouvernement (à gauche) « Ils te disent : Sacrifie-toi à nos côtés, tu défendras une juste cause » et la réponse du groupe pro-EI (à droite) : « En réalité la France a colonisé les pays musulmans, a tué des millions d’entre eux et elle le fait toujours en Syrie sous le nom de lutte anti-terrorisme. »

La vidéo de l’EI est divisée en trois parties. La première partie montre des personnalités publiques occidentales dénonçant la propagande de leurs gouvernements pour manipuler l’opinion publique.

La deuxième partie, la plus importante, montre une déclaration tirée d’un clip anti-radicalisation du gouvernement français, avant de le contrecarrer. Le principal message de la vidéo est le suivant : la France a massacré et maltraité les musulmans en Algérie, et elle pratique une politique étrangère colonialiste et impérialiste, qui s’inscrit en faux contre les déclarations publiques françaises selon lesquelles la France est le grand défenseur des droits de l’Homme et le porte-étendard de la liberté à travers le monde. La vidéo énonce : « La falsification mondiale des faits par les médias empoisonne la pensée des musulmans ignorants et les incite à abandonner l’islam [et à se tourner] vers l’apostasie quand ils choisissent le camp de la mécréance mondiale. C’est une guerre mondiale contre l’islam et les musulmans. #StopColonialism. »

double2

La vidéo montre des images d’archives, notamment de soldats français qui commettent des atrocités pendant la guerre d’Indépendance algérienne.

La dernière partie de la vidéo est un extrait d’un discours du chef de l’EI, Abu Bakr Al-Baghdadi, annonçant la création du « califat qui rendra dignité et pouvoir » aux musulmans. Les images en arrière-plan proviennent d’une vidéo de l’EI montrant l’enthousiasme populaire à la nouvelle de l’émission de la monnaie de l’EI [3].

Notes :

[1] Stop-djihadisme.gouv.fr

[2] Shamikh1.biz, 1er janvier 2016.

[3] Voir rapport MEMRI JTTM ISIS Touts New Currency As Means For Toppling ‘Capitalist Financial System Of Enslavement’, 31 août 2015

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
7 janvier 2016 4 07 /01 /janvier /2016 22:47

Réaction du secrétaire général du Hezbollah Nasrallah à l’exécution d’Al-Nimr : Elle sonne le glas du régime et du clan saoudiens

IMAGE - nasrallah

https://www.youtube.com/watch?v=FGIxyNkFMHA

Dans un discours en date du 3 janvier 2016, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a déclaré en réaction à l’exécution du chiite saoudien cheikh Nimr Al-Nimr : « Ce sang qui a été versé sonnera le glas du régime et du clan [saoudien]. »

Et d’ajouter : « Quand un régime perd la tête et perd jusque la moindre parcelle d’humanité… cela signifie qu’il a atteint le bord de l’abîme. » Le discours a été diffusé sur Al-Manar TV. Extraits :

Hassan Nasrallah : Permettez-moi de vous le dire, la réaction à l’exécution du martyr, l’éminent érudit cheikh Nimr Baqir Al-Nimr, sera une réaction du type de celle de Zaynab. Tout le peuple doit se lever et dire la vérité, tout comme Zaynab a affronté Ibn Ziyad et Yazid bin Muawiya, sans craindre qui que ce soit et sans nulle autre considération.

[...]

Foule : Non à l’humiliation !

Non à l’humiliation !

Non à l’humiliation !

Non à l’humiliation!

Non à l’humiliation !

Hassan Nasrallah : Le sang versé injustement au Yémen, sur la terre de la Péninsule arabique et dans ses prisons, et sur toute la terre arabe et islamique, où le sang est versé en raison de l’idéologie, du capital et des armes de ces gens… Ce sang qui a été versé sonnera le glas du régime et du clan saoudiens. Il marquera leur fin. La loi divine et la loi de l’Histoire le dictent. Quand un régime perd la tête, et perd jusque la moindre parcelle d’humanité, en oublie jusqu’au comportement humain le plus fondamental, c’est qu’il a atteint le bord de l’abîme. J’unis ma voix à celles de tous ceux qui ont affirmé que les signes du trépas de ce régime corrompu, criminel, injuste, tyrannique, takfiri et terroriste apparaissent à l’horizon.

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée