Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 00:59

Le président de l’AP Abbas : La Nakba palestinienne se poursuit à ce jour ; notre choix stratégique est la paix, si elle inclut le droit au retour et une indemnisation selon la Résolution 194

 

Dans son discours du 15 mai 2017 marquant le 69e anniversaire de la Nakba, qu’il a prononcé lors de sa visite en Inde, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a déclaré que la Nakba du peuple palestinien se poursuivait jusqu’à ce jour, et que la source de cette injustice historique envers le peuple palestinien était la Déclaration Balfour de 1917, pour laquelle il a appelé la Grande-Bretagne à présenter des excuses au peuple palestinien.[1] Abbas a souligné que le choix stratégique des Palestiniens était la paix, à condition qu’elle soit juste et globale, fondée sur les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies et sur l’Initiative de paix arabe, et qu’elle comprenne le droit au retour des réfugiés et une indemnisation, conformément à la résolution 194 des Nations unies. Dans son discours, il a également fait l’éloge des « martyrs » et du combat des prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes, les qualifiant de « héros » et promettant d’agir sans relâche pour obtenir leur libération. Extraits : [2]

Aujourd’hui, nous célébrons le 69e anniversaire de la Nakba. Célébrer la Nakba de 1948 ne signifie pas célébrer un événement passé et révolu, c’est une célébration douloureuse [d’un événement] qui fait toujours partie de nos vies. Notre peuple palestinien, qui a payé le prix d’une histoire qui n’est pas la sienne [à savoir l’Holocauste des Juifs], souffre toujours de la même injustice qui date de plus d’un siècle, avec l’émergence du sionisme et de sa vision erronée déniant notre existence sur notre terre – qui dénie toujours nos droits nationaux légitimes, explicitement mentionnés dans les résolutions internationales légitimes.

En ce douloureux anniversaire, nous avons pour mission de souligner que l’injustice historique causée à notre peuple, qui s’intensifie sans cesse, a débuté en réalité avec la regrettable Déclaration Balfour. D’ici, j’appelle le gouvernement britannique à assumer sa responsabilité historique et morale et à ne pas célébrer le 100e anniversaire de cette déclaration erronée, mais à s’empresser de présenter des excuses à notre peuple palestinien, qui a payé chèrement, en vies humaines et en déracinement [de sa terre], en conséquence de l’application de cette déclaration regrettable au détriment de notre patrie historique, de notre peuple et de ses droits légitimes.

Notre peuple n’abandonnera pas la question de la Nakba, tant que tous ses droits nationaux légitimes ne seront pas reconnus, sans exception, en premier le droit au retour et le droit à l’autodétermination et à la création d’un Etat indépendant et pleinement souverain, dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est pour capitale.

Nous avons déjà clarifié, à chaque occasion, que la paix était notre choix stratégique, mais pas à n’importe quel prix. Il doit s’agir d’une paix juste et globale fondée sur les résolutions internationales légitimes et sur l’Initiative de paix arabe, incluant le droit au retour des réfugiés et une indemnisation, conformément à la Résolution 194.

Aujourd’hui, alors que nous célébrons la Journée de la Nakba, nous n’oublierons en aucun cas nos héros prisonniers dans les prisons de l’occupation israélienne, nous les saluons et leur promettons que nous ne connaîtrons pas de repos ni ne nous tairons jusqu’à ce obtenir leur liberté et leur retour dans leurs familles, la tête haute. D’ici, j’appelle la communauté internationale à intervenir et à agir pour faire pression sur le gouvernement israélien, afin qu’il respecte les demandes humanitaires, légitimes et justes [des prisonniers], en guise de prélude à leur libération totale et inconditionnelle.

Ô, notre puissante communauté du peuple palestinien ! Notre combat, notre ténacité sur notre terre, et notre détermination à nous cramponner à nos droits nationaux sont l’élément essentiel qui conduira inévitablement à la liberté et à l’indépendance, car nous avons tiré les leçons de la Nakba, notamment au regard de ces sérieux défis qu’affronte la cause palestinienne.

En conséquence, je renouvelle mon appel à mettre un terme au schisme [intra-palestinien], et à unifier les rangs [à l’échelon national], pour que [nous puissions] relever tous les défis. Cela du fait que notre unité nationale est un principe sacré, et que c’est uniquement par sa volonté que notre peuple réalisera ses espoirs et ses aspirations, et construira son Etat indépendant avec Jérusalem pour capitale.

A la gloire des justes martyrs,

Liberté pour nos héros prisonniers,

Longue vie à une Palestine libre et indépendante.

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 00:57

Le chef du Jihad islamique palestinien : le « César » Trump se rend dans la région pour collecter la taxe de capitation auprès des dirigeants arabes

 

Ramadhan Abdallah Shalah, secrétaire général du Jihad islamique palestinien, a qualifié le voyage imminent du président américain Trump au Moyen-Orient de « carnaval sans précédent » et déclaré que « le César de la nouvelle Rome vient pour collecter la taxe de capitation (jizya) auprès de certains Arabes et musulmans – des centaines de milliards de dollars, le paiement des contrats d’armements américains ». Son intervention, le 15 mai 2017, à l’occasion de la Journée de la Nakba, a été diffusée sur Al-Aqsa TV. Extraits : 

Ramadhan Abdallah Shalah : En cette Journée de la commémoration de la Nakba de cette année, le monde attend l’arrivée du nouveau président américain Trump, dans le Pays des Deux Saintes Mosquées [l’Arabie saoudite], où a été transmise la révélation divine. La plupart des dirigeants de la région se sont réunis pour l’accueillir, dans un carnaval sans précédent. […]

Le César de la nouvelle Rome vient récolter la taxe de capitation de la jizya auprès de certains Arabes et musulmans – des centaines de milliards de dollars, le paiement des contrats d’armements américains. Une partie de cet argent s’écoulera dans les poches des riches juifs américains, qui financent le crime d’avaler et de judaïser Jérusalem. Avec cette visite de mauvais augure, la région pourrait entrer dans une nouvelle ère, à tous points de vue, dans laquelle les ennemis de notre nation s’efforceront de redessiner les cartes de la région, de changer son identité et d’éradiquer la cause palestinienne, intégrant ainsi Israël dans la région comme un pays hégémonique normal. […]

Nous continuerons à dire : « Non à Israël », car cela signifie « Oui à la Palestine » – la Palestine dans sa totalité. La Palestine est notre patrie avant la Nakba et après la Nakba – hier, aujourd’hui et demain. Avec l’aide d’Allah, elle sera libérée, tout comme elle a été libérée de tous les envahisseurs dans le passé, nonobstant les désaccords entre les Arabes et les musulmans au sujet de la cause du djihad et du devoir de libération. […]

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 02:00

Un prédicateur palestinien à la mosquée Al-Aqsa : le djihad durera tant qu’il y aura des infidèles non gouvernés par l’islam

 

Dans une intervention prononcée à la mosquée d’Al-Aqsa, le cheikh palestinien Abd Al-Salam Abou Al-Izz a déclaré que les relations avec les autres pays devaient « avoir pour objectif de répandre l’islam » et que les « traités temporaires » et les « relations de bon voisinage » avaient pour seul but de permettre de diffuser l’islam dans ces pays. Selon le cheikh Abou Al-Izz, toute forme de gouvernance autre que l’islam relèverait de la tyrannie et le djihad se poursuivra tant qu’il y aura des infidèles non gouvernés par l’islam. Son sermon a été mis en ligne le 9 mai 2017. Extraits :

Abd Al-Salam Abou Al-Izz : Nombreux sont ceux qui affirment que l’islam ne s’est pas répandu par l’épée. Ils essaient de cacher le fait que le djihad pour Allah est un moyen de répandre l’islam. Ils disent que les musulmans n’ont fait que se défendre, et que s’ils ont conquis tel ou tel pays, c’était seulement pour mettre fin à la tyrannie. En d’autres termes, si des personnes souffraient de la tyrannie, les musulmans mettaient fin à cette tyrannie.

Dans ce cas, pourquoi [les musulmans] devaient-ils rester dans ces pays et y instaurer l’islam ? Est-il vrai que les musulmans ne partaient pas conquérir un pays, à moins que la tyrannie ne règne dans ce pays ? La tyrannie, c’est une gouvernance non conforme à l’islam. Tout système de gouvernance dans le monde correspond à de la tyrannie contre l’humanité, excepté l’islam. En considérant la situation sous cet angle, nous constatons qu’il y a de la tyrannie dans chaque pays. N’oublions pas que le Coran nous enjoint de répandre l’islam par le djihad : « Combattez les infidèles qui sont près de vous ; et qu’ils trouvent de la dureté en vous. »

« Combattez les infidèles qui sont près de vous », c’est-à-dire ceux qui sont à vos frontières. Cela signifie que le djihad se poursuivra tant qu’il y aura des infidèles non gouvernés par l’islam. Ainsi, les légistes ont rendu compte du djihad par l’existence d’infidèles – ou pour être plus précis, par l’existence d’infidèles non gouvernés par l’islam – car il y a des infidèles dans l’Etat islamique, les dhimmis,mais s’ils sont gouvernés par l’islam, le djihad contre eux cesse, et nous passons à d’autres. […]

Nous devons cultiver le système de gouvernance islamique dans la nation islamique. Le système de gouvernance islamique mettra un terme à la tyrannie du capitalisme dans le monde. Nous devons expliquer les règles de l’islam. Qu’est-ce que le djihad pour Allah dans le but de répandre le message de l’islam ? Cela signifie que les musulmans devraient avoir un Etat puissant, qui aspire à devenir la première superpuissance mondiale, afin de répandre l’islam à travers le monde.

Nos relations avec tous les pays devraient avoir pour objectif de répandre l’islam. Même s’il existe des traités provisoires, et que nous avons des relations de bon voisinage [avec d’autres pays], c’est uniquement pour que la situation s’apaise et que nous puissions répandre l’islam dans ces régions. Ce n’est pas parce que l’on nous empêche de propager l’islam que nous arrêterons [de mener le djihad]. Nous ne signerons pas de traités temporaires ni n’aurons de bonnes relations de voisinage.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 01:58

Suite aux attentats dans des églises en Egypte, le chercheur Ahmad Abdou Maher s’attaque aux enseignements d’Al-Azhar

 

Suite aux attaques du 9 avril 2017 contre deux églises coptes en Egypte, le chercheur Ahmad Abdou Maher a accusé l’Université Al-Azhar d’enseigner une « jurisprudence dépravée et criminelle ».

« Al-Azhar a été réinvestie par le salafisme et le wahhabisme », a déclaré Maher. « Pourquoi ne pas enseigner [les découvertes] d’Alexander Fleming, qui a découvert la pénicilline, plus grande trouvaille jamais réalisée ? », a-t-il demandé au cours de l’interview diffusée sur Mayadeen le 13 avril. Extraits :

Ahmad Abdou Maher : La vérité est que nous avons été affectés par des gens qui pensent que Dieu n’a guidé personne hormis eux-mêmes. Ce sont les gens d’Al-Azhar. Pendant cinq ans, jusqu’en 2015, je leur ai mené bataille pour qu’ils remplacent les ouvrages traditionnels, qui sont remplis, chargés et même piégés de destruction et de meurtres d’autrui, en particulier de chrétiens et de juifs. Mais ce fut en vain. […]

Tous ces livres s’évertuent à répandre une jurisprudence dépravée, ou une jurisprudence criminelle, ce qui a été démontré il y a trois jours [lors des attentats contre des églises en Egypte]. Mon frère, nous sommes en crise, crise causée par le Cheikh d’Al-Azhar et ses hommes. […]

Le Cheikh d’Al-Azhar est-il vraiment un « symbole de l’islam ? » L’islam a-t-il un autre symbole que le saint Coran ? L’islam a-t-il un autre dieu qu’Allah ? Comment se fait-il que cet homme ne démissionne pas ? Mon frère, Al-Azhar ne veut pas purger la compilation Muslim du Hadith, où il est dit que les musulmans ne doivent pas saluer les juifs et les chrétiens, et que s’ils les rencontrent sur une route, ils doivent les obliger à emprunter l’allée la plus étroite. La compilation Bukhari du Hadith raconte la même chose. Dans la compilation Muslim, on dit qu’au Jour du Jugement, un chrétien et un juif seront amenés pour chaque musulman, auquel Allah dira : « Ces deux-là t’épargneront du feu de l’Enfer. » Sont-ce les propos d’un dieu ? Les gens d’Al-Azhar vénèrent-ils vraiment Allah ? Ou peut-être adorent-ils un autre dieu… […]

Cette culture instille la jurisprudence de la haine et de la malveillance. Une telle culture n’émerge pas du jour au lendemain. Notre président et les agences de sécurité égyptiennes devraient être vigilants face à cette culture. Au Service de renseignement général, ils devraient lire ces livres afin de prendre connaissance des catastrophes qui y figurent, affectant la sécurité. Imaginez ce qui se passerait si les chrétiens agissaient comme les musulmans. 92 millions d’Egyptiens se retrouveraient dans une guerre civile. Cela doit être pris au sérieux et traité avec sévérité et force. Toute personne – toute créature – qui croit qu’elle prêche la religion d’Allah en vertu de cette absurdité et de cette jurisprudence déformée doit être démise de ses fonctions. […]

La triste vérité est que le gouvernement a laissé toutes les questions relatives à l’islam entre les mains d’Al-Azhar, et qu’Al-Azhar a été réinvestie par le salafisme et le wahhabisme. Mon frère, reportez-vous au royaume saoudien et à sa jurisprudence wahhabite trempée de sang. Ce royaume brise tout ce qui l’entoure. Il pratique sa propre religion privée, qu’il appelle « l’islam », mais qui n’a rien à voir avec l’islam ». […]

Pouvez-vous croire que dans notre pays, où nous affirmons croire en la Torah, au Nouveau Testament et au Coran, Al-Azhar enseigne ce livre, dans lequel il est écrit qu’il est permis de nettoyer votre derrière avec des pages déchirées de la Torah ou du Nouveau Testament ? C’est juste là, page 73. Cette crasse, cette vile jurisprudence, est enseignée à nos fils à Al-Azhar, et vous vous demandez encore pourquoi nous sommes ainsi ?

L’Etat fait boule de neige avec le wahhabisme, et il ne sait plus où est son noyau. Le noyau est parti et le salafisme a totalement pris le contrôle. L’Etat doit donner une chance aux intellectuels et aux chercheurs éclairés. Arrêtez de lutter contre les réformes. Arrêtez de répandre des rumeurs selon lesquelles nous avons des motivations colonialistes et nous nous évertuons à détruire l’islam. En quelle religion croient-ils ? Celle qui tue les apostats, qui tue ceux qui ne prient pas, qui tue les dissidents théologiques, qui tue les juifs, qui tue les chrétiens, qui tue tout le monde. Allah accorde-t-il la vie aux personnes simplement pour que cette bande de tueurs les achève ? Allah envoie-t-Il des tueurs mener le djihad pour Sa cause? Le djihad est-il mené au nom d’Allah par des tueurs et des kamikazes ? Mon frère, l’islam véritable a disparu de notre pays. Nous suivons l’islam wahhabite, que le grand Mohammed Ali Pacha a combattu. […]

Les officiers [qui surveillent ces livres] doivent être tenus responsables. Le ministre de l’Intérieur devrait être tenu responsable. Le cheikh d’Al-Azhar devrait être tenu responsable, de même que quiconque propage des contes de chevaliers avec des armes et des casques. Pourquoi n’enseignent-ils pas, par exemple, [les trouvailles] d’Alexander Fleming, qui a découvert la pénicilline, plus grande découverte jamais réalisée ?

Journaliste : Exact.

Ahmad Abdou Maher : C’est le genre de héros qui devrait nous servir de modèle. [Ils n’en parlent] pas parce qu’il était chrétien ? Alexander Fleming a découvert la pénicilline dans la moisissure, et c’est devenu l’icône de la science à ce jour. Comment se fait-il qu’il n’y ait pas de livre contenant son nom ? Voulons-nous que les gens s’instruisent ou voulons-nous les transformer en voyous ? Ces chevaliers deviendront des voyous belligérants. Comprenons-nous quoi que ce soit sur l’éducation ? Nous devons sortir de notre torpeur. Nous devons nous débarrasser de l’Arabie saoudite et de sa jurisprudence.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 01:56

Abbas à Trump : « Nous élevons nos jeunes, nos enfants et petits-enfants dans la culture de la paix », ce qui est contredit par les faits sur le terrain

 

Au cours de sa rencontre du 3 mai 2017 avec le président américain Trump, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a déclaré : « M. le Président, je vous affirme que nous élevons notre jeunesse, nos enfants et nos petits-enfants dans une culture de paix. » [1] On trouvera ci-après des extraits de rapports publiés par MEMRI ces dernières années, qui reflètent l’endoctrinement des enfants par l’Autorité palestinienne et par le Fatah, à la lutte armée, au djihad et au martyre. Un endoctrinement qui inclut la glorification des terroristes et la défense du droit au retour des réfugiés dans leurs maisons en Israël « sous la bannière de la gloire, du djihad et du combat ». 

Abbas rencontre un jeune de 14 ans qui avait tenté de poignarder des civils [israéliens]

Le 8 mars 2017, MEMRI a rapporté que Mahmoud Abbas a rencontré des Palestiniens qui ont mené des attentats, dans le cadre de la vague de terrorisme palestinien, entre octobre 2015 et mi-2016, dont des adolescents. Parmi eux, il a rencontré Osama Zaidat, 14 ans, qui a été neutralisé par balle alors qu’il tentait de poignarder des civils à Kyriat Arba, le 20 septembre 2016. La photo ci-dessous de cette rencontre a été postée sur la page Facebook d’Abbas :

Sur la page Facebook d’Abbas : Rencontre avec le jeune Osama Zaidat, qui a tenté de poignarder des civils à Kyriat Arba (Facebook.com/President.Mahmoud.Abbas/photos, 5 mars 2017)

Des enfants défilent avec de faux missiles RPG et de fausses ceintures d’explosifs pour la parade du Jour du Fatah

Le 10 janvier 2016, MEMRI a fait un compte rendu des événements marquant la Journée du Fatah, le 51e anniversaire de la création du mouvement le 1er janvier 1965, qui se sont déroulés cette année sous l’impact de la vague de terrorisme palestinien de 2015-2016. Les événements de la Journée du Fatah incluaient un défilé dans le camp de réfugiés de Deheishe, auquel ont assisté de hauts-responsables de l’AP et du Fatah, et des enfants armés de faux missiles RPG et de fausses ceintures d’explosifs.

Un enfant portant une fausse ceinture d’explosifs brandit le drapeau du Fatah.
Des enfants portant un faux pistolet et un faux cocktail Molotov.
Des jeunes armés de fusils d’assaut M-16.

Des jeunes filles scouts participent à une cérémonie du Fatah à la mémoire de la terroriste Dalal Al-Mughrabi

Le 17 mars 2016, MEMRI a fait un compte rendu d’une cérémonie du Fatah à Ramallah à la mémoire de la terroriste Dalal Al-Mughrabi. Al-Mughrabi était la commandante adjointe de l’attentat mené par le Fatah en mars 1978 sur une route côtière, au cours duquel 35 civils israéliens, parmi lesquels 13 enfants, ont été tués. Pendant la séquence « artistique » de la cérémonie, une petite fille nommée Majd Abou Rmeileh a récité un poème, et une troupe de scouts ont présenté un spectacle musical.

La gouverneure de Ramallah et d’Al-Bireh Laila Ghanam et des jeunes filles scouts, lors de la cérémonie. (Facebook.com/R.b.Governorate, 12 mars 2016)

Parmi les participants à la cérémonie figuraient la gouverneure de Ramallah et d’Al-Bireh, Laila Ghanam, ainsi que des membres du Comité exécutif de l’OLP et du Comité central du Fatah. Ghanam a fait l’éloge d’Al-Mughrabi et déclaré : « Le surnom ‘sœur de Dalal’ fait la fierté de toutes les femmes palestiniennes. Dalal a tenu à porter des armes aux côtés de ses camarades hommes et à être avec eux sur le terrain. »

L’AP glorifie les lycéens morts en menant des attaques au couteau

Le 13 juillet, MEMRI a rendu compte d’articles de la presse de l’AP glorifiant les lycéens qui sont morts en menant des attaques au couteau contre des Israélienspendant la vague de terrorisme de 2015-2016. Ces articles, parus après la publication des résultats des examens finaux des lycéens par le ministère de l’Education de l’Autorité palestinienne, faisaient l’éloge des élèves morts, les qualifiant de source de fierté pour leurs familles et pour tout le peuple palestinien. Ils citaient les expressions de louanges et de nostalgie des membres de leurs familles et de leurs amis, et évoquaient les adolescents auteurs d’attentats comme des martyrs tués par « les balles de l’occupation », en omettant de mentionner leurs actes.

Selon un article en une d’Al-Hayat Al-Jadida : « La place des 16 élèves ne manquait pas dans l’annonce faite hier des résultats aux examens du lycée. Ceci malgré le fait que les balles de l’occupation aient mis fin à leur vie et les aient empêchés de passer leurs examens finaux, car ils sont devenus des martyrs au Paradis. Seize [élèves] ont passé le [test] difficile de mourir en martyrs pour leur patrie, car mourir en martyr est la voie de l’excellence et de la suprématie. »

Le membre du Comité exécutif de l’OLP Ahmed Al-Majdalani a également mentionné les élèves « martyrs », affirmant : « Dans ces moments, nous ressentons l’absence des 16 élèves, les martyrs qui auraient dû passer les examens finaux du lycée mais en ont été empêchés par les forces d’occupation violentes et agressives, qui ont privé leurs familles de cette joie… »

Un article de l’agence de presse palestinienne WAFA se focalisait sur les excellents élèves qui ont dédié leur succès aux « martyrs » du peuple palestinien. Mohammed Abou Nahla, élève ayant obtenu une mention dans le cursus d’ingénieur, a dédié son succès au « martyr » Adnan Al-Mashni, tué en tentant de mener une attaque au couteau. Abou Nahla a déclaré : « Je dédie mon succès au leadership palestinien et à son président Mahmoud Abbas ; à la famille éducative et pédagogique ; à ma famille et à notre peuple ; et en particulier à mon ami, le martyr de 17 ans Adnan Aaid Hamed Al-Mashni Al-Halaiqa, de la ville d’Al-Shayoukh, qui est devenu martyr au carrefour de Beit Einun, à l’est de Hébron, le 12 janvier 2016… J’aurais tellement apprécié qu’il puisse célébrer sa réussite aujourd’hui, mais les balles de l’occupation nous l’ont enlevé, nous privant, nous et ses parents, de cette joie. Mais nous sommes tous fiers de la mort en martyr qu’il a atteinte. »

Le ministre de l’Education de l’AP participe à une réunion de solidarité avec le « héros » de 13 ans Ahmad Manasra, qui a poignardé un garçon [juif] à Jérusalem

Un rapport de MEMRI du 30 décembre 2015 a examiné la commémoration par l’AP des terroristes tués au cours des mois précédents en menant des attaques contre des Israéliens. Le rapport passait en revue les cérémonies, événements et rassemblements tenus en leur honneur, y compris plusieurs qui ont eu lieu dans les écoles ou avec la participation d’enfants et de jeunes.

Le 29 novembre 2015, un lycée dans la région de Hébron a tenu un rassemblement en solidarité avec Ahmad Manasra, jeune Palestinien de 13 ans qui avait poignardé un Juif de son âge le 12 octobre 2015 à Jérusalem. Le rassemblement, sous le slogan « Arrêter les enfants tue l’enfance. Laissez leur le temps d’étudier et de jouer », a été sponsorisé par la commission des prisonniers palestiniens, le ministère de l’Education de l’AP et le mouvement du Fatah, et s’est tenu en présence du gouverneur de Hébron Kamel Hmeid, du ministre de l’Education palestinien de l’AP Sabri Saidam, du président du club des prisonniers palestiniens Qaddoura Fares, du membre du Conseil révolutionnaire du Fatah Fahmi Al-Za’air, du secrétaire du Fatah Kamal Makhamra, d’une délégation de la commission des prisonniers, de proches de Manasra et de proches de Hassan Manasra, qui a également participé à l’attaque et a été abattu.

Le ministre de l’Education Sabri Saidam a parlé aux élèves du sens de la loyauté et de la dévotion envers les martyrs, et a ajouté : « L’objet de cette campagne est d’attirer l’attention du monde sur les problèmes des enfants emprisonnés en encourageant les élèves à envoyer des lettres au secrétaire-général des Nations unies Ban Ki-moon, intitulées ‘Le héros Ahmad Manasra’. » Saidam a également présenté ses condoléances à la famille de Mohammed Al-Shubaki du camp de réfugiés d’Al-Fawar, abattu après avoir poignardé un soldat.

Des élèves d’une école élémentaire de Hébron observent une minute de silence en souvenir de l’auteur d’un attentat au couteau de 18 ans

Ledit rapport faisait aussi état d’une autre initiative du ministère de l’Education, comportant une cérémonie à l’école élémentaire de garçons Huda Abd Al-Nabi de Hébron, au cours de laquelle une minute de silence a été observée à la mémoire de Mustafa Fanoun, âgé de 18 ans, abattu en tentant de poignarder un soldat au poste-frontière de Tel Rumeida. La cérémonie s’est tenue en présence du chef de cabinet de l’Education Bassam Tahboub, de représentants du syndicat des enseignants et de proches de Fanoun.

Des compétitions sportives en Cisjordanie en l’honneur de Muhannad Al-Halabi

Comme mentionné dans le rapport, l’AP et le Fatah ont également organisé des compétitions sportives en l’honneur d’assaillants qui ont été abattus. A la mi-décembre, le « tournoi de tennis de table du martyr Muhannad Al-Halabi » s’est tenu, sous le patronage du membre du Comité central du Fatah Jibril Rajoub, avec la participation de 14 équipes.

Le tournoi du martyr Muhannad Al-Halabi, sponsorisé par le « Général Jibril Rajoub ». (Photo : Maannews.net, 19 décembre 2015)

Le 30 octobre 2015, le Centre de jeunesse du martyr Yasser Arafat a organisé le « tournoi de football Muhannad Al-Halabi » dans la région de Ramallah. L’avis annonçant le tournoi portait l’emblème du « Conseil suprême de la Jeunesse et des Sports de l’Etat palestinien – Centre de jeunes du martyr Yasser Arafat », et le tournoi a été couvert par le quotidien de l’AP, Al-Hayat Al-Jadida.

L’annonce du tournoi et une photo des matchs. (Photos : Alwatanvoice.com, 1er novembre 2015)

 Un championnat de football s’est tenu en novembre 2015 à Hébron en l’honneur des « martyrs » du peuple palestinien, notamment ceux du « Réveil national » [nom donné par l’AP à la vague de violence de 2015-2016], et à la mémoire de Basel Sidr, tué le 14 octobre 2015 en tentant de poignarder un soldat israélien près de la porte de Damas à Jérusalem. 

Dans les manuels scolaires palestiniens, le narratif du retour “sous la bannière de la gloire, du djihad et du combat”

Le 20 mars 2013, MEMRI a publié un rapport sur le narratif du retour dans les manuels scolaires palestiniens. Un manuel de CM2 en arabe faisait de nombreuses références à la question du retour, consacrant deux unités – 9 et 10 – aux réfugiés et aux personnes déplacées et à leur retour. L’unité 10 commence par le poème « Nous revenons », de Haroun Hashem Rashid, qui inclut les lignes suivantes :

Retourner dans les maisons, les avions et les montagnes,
Sous les bannières de la gloire, du djihad et du combat.
Avec notre sang et notre sacrifice, la fraternité et la loyauté,
Nous retournons.
Retournons, ô montagnes, retournons, ô avions,
Retournons à notre enfance et notre jeunesse.
Pour mener le djihad avec une épée brandie et pour cultiver notre terre.
Nous retournons (p. 88).

L’unité 10 d’un manuel de CE1 sur des études sur la patrie qualifie les camps de réfugiés de « camps où les réfugiés palestiniens ont été installés après avoir été contraints de quitter leurs villes et leurs villages en Palestine, où ils sont déterminés à revenir » (p. 36).

Les manuels scolaires mentionnent souvent les villes en Israël comme des lieux vers lesquels les Palestiniens aspirent à revenir. Un manuel de CP incluait un texte dans lequel un petit garçon fait le vœu « Nous retournerons à Jaffa » ; un manuel d’arabe de CM2 incluait le poème « Murmurer à une colombe » de Rashid Hussein, qui évoque Jaffa et Safed ; un manuel de Troisième incluait un poème sur Bisan (Beit Shean), par un « poète de Palestine », Ahmad Al-Muflih, qui disait « la séparation de toi [Bisan] est une tragédie et la réunion [avec toi] un paradis. La vie sans tes yeux est un enfer ».

Un présentateur d’une émission pour enfants à la télévision de l’AP : « Je suis certain que Jaffa… Haïfa, Acre, Nazareth et toutes les villes palestiniennes occupées en 1948 nous reviendront un jour »

Un clip de MEMRI TV du 22 mai 2015 montre un extrait d’une émission pour enfants de la télévision de l’AP, dans lequel une marionnette nommée Marwan est filmée en train de visiter Tel-Aviv et déclare : « C’était autrefois Jaffa, et c’est devenu Tell Al-Rabi ». Le présentateur affirme ensuite : « Je suis certain que Jaffa – et pas seulement Jaffa, mais aussi Haïfa, Acre, Nazareth et toutes les villes palestiniennes occupées en 1948 – nous reviendront un jour. »

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 01:53

Un cheikh sur les ondes de l’Autorité palestinienne : Les juifs répandent la corruption, la prostitution et les drogues dans le monde arabe

 

 

Le cheikh palestinien Imad Hamatu a déclaré dans une récente intervention sur la chaîne télévisée officielle de l’Autorité palestinienne, le 12 mai 2017, que les juifs, ces « tueurs de prophètes et d’innocents », sèment des troubles dans le monde arabe et propagent la corruption, la prostitution et le sexe. Hamatu a ajouté que les services secrets américains disposaient d’une « unité de contrôle de l’humeur du monde », qui transfèrait du Tramadol et d’autres comprimés d’Israël vers Gaza, la Jordanie et le Levant. « [Ils contrôlent] ce que vous et vos enfants pensez », a-t-il précisé. Extraits :

Imad Hamatu : Au nom d’Allah, le Clément, le Miséricordieux – Allah dit : « Ô croyants ! Ne prenez pas pour alliés les juifs et les chrétiens. » […] Israël est un Etat étranger et une tumeur cancéreuse. Nous l’appelions autrefois ‘tumeur cancéreuse’. Mais de nombreux intellectuels parlent aujourd’hui de coexistence avec lui, et de lui tendre une main pacifique, alléguant qu’Israël fait partie de la région. […]

Nous avons commencé à écouter Arab Idol et d’autres émissions similaires, originaires d’Occident et qui ont été commercialisées dans un emballage israélien, afin que nos fils les acceptent et que nous participions à ces concours télévisés, à tel point que nos esprits et notre culture ont commencé à cohabiter avec ceux de l’occupant. Ils ont judaïsé la terre, puis la culture, et le danger aujourd’hui et qu’ils judaïsent l’esprit arabe. […]

Leur façon de faire a toujours consisté à répandre la corruption sur la terre. […]

Ils sont les tueurs des prophètes et les tueurs d’innocents. C’est ainsi qu’ils sont décrits dans le Coran. […]

Ce sont des gens qui pratiquent l’usure. Par conséquent, vous noterez que les banques qui perçoivent des intérêts outranciers dans le monde… Les individus qui détiennent l’argent en ce monde se comptent sur les doigts de la main. Il s’agit d’une poignée de personnes qui appartiennent toutes aux communautés juives. Ils possèdent les médias, les finances et la presse. Ils sont derrière tous les plans. 5,5 % du budget israélien est consacré à la recherche scientifique. Ils ont atteint l’Espace intersidéral et ont obtenu des secrets de tous les pays. Ils ont réussi à utiliser les médias à bon escient. Un ami de Grande-Bretagne m’a dit qu’une immense société médiatique a fait faillite, et a été rachetée par un juif, qui a décidé d’investir en elle. Simultanément, un Arabe du Golfe a acheté un club de sports comme investissement. Quels sont leurs investissements et quels sont les nôtres ? […]

Que font [les juifs] pour disséminer cette corruption ? Ils ont des méthodes qu’ils appliquent : d’abord, ils déclenchent des troubles et des guerres internes dans le monde arabe. Deuxièmement, ils répandent un fanatisme communautaire dans la famille [arabe], la maison et le pays. Puis, ils répandent la corruption, la prostitution et le sexe. Il existe une unité au sein de l’agence de renseignements américaine mondiale, appelée « Unité de contrôle de l’humeur mondiale ». Que prescrit-elle à Gaza, à la Jordanie et au Levant ? Du Tramadol, des narcotiques, du sexe, le football de Barca et de Real Madrid, des maisons de mode… Elle leur en administre pendant des heures à travers les médias. Un expert en économie m’a dit que le Tramadol est fabriqué dans des usines spéciales en Inde, puis expédié en bateau en Israël, et d’Israël, il est distribué, via le Sinaï, à l’ensemble de la région. [C’est le travail de] « l’unité de contrôle de l’humeur mondiale ». [Ils contrôlent] ce que vous et vos enfants pensez. […]

Vous allez me dire : les musulmans respectent-ils encore ce qu’Allah a transmis dans Son Livre ? Les juifs sont-ils toujours ceux contre qui Allah nous a mis en garde dans Son Livre ? Quelle est la nation de la science aujourd’hui, et quelle est la nation de la corruption et du sang ? Qui tue impitoyablement aujourd’hui, décapite et bouffe des cœurs d’humains ? Le tueur ignore pourquoi il tue, et la victime ignore pourquoi elle a été tuée. […]

Notre nation aujourd’hui est en fin de liste : Nous n’avons ni science ni éducation. […]

A l’heure ou 32 scientifiques israéliens ont remporté le Prix Nobel dans divers domaines scientifiques, seulement six Arabes ont reçu ces distinctions. Pourquoi notre nation demeure-t-elle en arrière ? Car nous copions chez les Israélites exactement ce contre quoi Allah nous a mis en garde chez eux. […]

Nous avons emprunté la pire chose possible des juifs et des Chrétiens : la doctrine du sang. Ils ont réussi à judaïser l’islam. Ils ont réussi à extraire l’islam du creuset de la miséricorde, de la connaissance d’Allah et de Sa création, et à l’amener à la doctrine du sang et de la destruction des pays et de l’Humanité.

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 11:57

Le fils d’Osama Ben Laden, Hamza, adresse ses recommendations aux « candidats au martyre » en Occident

 

Le 13 mai 2017, Al-Sahab, la branche médiatique d’Al-Qaïda, a diffusé une vidéo de 10 minutes comprenant un enregistrement audio de Hamza Ben Laden, fils du chef d’Al-Qaïda abattu Osama Ben Laden, qui explique aux « candidats au martyre » résidant en Occident comment choisir leurs cibles. Hamza classe les cibles dans l’ordre suivant : quiconque insulte l’islam et Mahomet ; les intérêts juifs ; les Américains ; les Etats membres de l’OTAN ; la Russie. Soulignant que « le message que vous [l’assaillant] voulez transmettre avec votre opération bénie doit être expliqué sans équivoque dans les médias », il ajouté qu’ « il est absolument impératif que les gens connaissent l’objectif de votre opération ». Il convient de reprendre les arguments d’Al-Qaïda utilisés par le groupe pour justifier ses actions. Ci-dessous des extraits traduits du message de Hamza, à partir de la transcription en anglais originale fournie par Al-Sahab :

« … Aux vaillants héros de l’islam… En Amérique, en Occident et en Palestine occupée… Que la paix, la miséricorde et les bénédictions d’Allah soient avec vous ! Ceci est un conseil à tous ceux qui ont l’intention de mener une opération-martyre.

Pour commencer, je demande à Allah d’accorder Sa miséricorde à vos grands martyrs qui ont écrit avec leur sang un chapitre glorieux [de l’histoire] pour leur bien-aimée oumma. Sachez, ô noble chevalier, que vous allez accomplir un acte qui est l’un des plus vertueux qui soient, et la forme de culte la plus glorifiée qui soit. Purifiez donc votre intention, car l’aide provient d’Allah et est proportionnelle à la pureté de l’intention. Vendez votre âme bon marché pour le plaisir du Seigneur de l’humanité, car c’est Allah l’acquéreur…

Vengez votre Din [religion], pour votre Prophète (la paix soit avec lui), pour les enfants d’Al-Shaam [Syrie], pour les veuves de Palestine, pour les honorables femmes libres d’Irak, pour les orphelins d’Afghanistan, et entrez ainsi dans les plus hauts jardins du Paradis.

Pratiquez la patience et la réflexion… Réalisez vos objectifs dans le secret. Atteignez le plus haut niveau de perfection.

Dans vos actions, soyez extrêmement soigneux et prudents, et préparez-vous assidûment afin d’nfliger des pertes paralysantes à ceux qui ont mécru. […] Pour cela, inspirez-vous du magazine [d’Al-Qaïda dans la Péninsule arabique] Inspire. Choisissez parfaitement vos cibles, afin de causer le plus de préjudice possible à vos ennemis. Choisissez vos armes avec professionnalisme. Il n’est pas nécessaire d’utiliser un outil militaire. Si vous pouvez choisir une arme à feu, très bien, sinon, les options sont nombreuses.

Suivez les traces des candidats au martyre qui vous ont prédécés. Reprenez de là où ils sont partis, car cela vous aidera. Ne vous sous-estimez pas, ne dépréciez pas votre travail, car le nombre d’opérations individuelles exécutées avec professionnalisme en Occident a dépassé celui des opérations en Orient.

Peut-être désirez-vous émigrer. Peut-être aspirez-vous au sacrifice sur les champs de bataille. Sachez que le fait d’infliger des punitions aux Juifs et aux Croisés parmi lesquels vous vous trouvez est plus contrariant et grave pour l’ennemi. C’est plus effectif qu’une centaine d’ogives pointées sur leurs agents. Effectuez votre acte avec énergie et soignez votre cœur en les combattant et en les éradiquant.

Accordez la priorité aux cibles suivantes :

D’abord : à tous ceux qui pèchent contre notre Religion pure ou contre notre Prophète bien-aimé (la paix soit avec lui). Ensuite, cherchez les intérêts juifs en tout lieu. Si vous ne parvenez pas à les trouver, visez les Croisés américains. Si vous ne pouvez pas vous attaquer aux Croisés américains, visez les intérêts des États membres de l’OTAN croisé. Et puisque la Russie a oublié ce qu’elle a goûté en Tchétchénie et en Afghanistan, et est retournée une fois de plus s’ingérer dans des affaires relatives à l’islam, ne l’excluez pas de vos objectifs prioritaires. Faites à la Russie un rappel pertinent du temps de vos prédécesseurs.

Je vous conseille vivement d’expliquer le message que vous souhaitez transmettre à travers votre opération bénie de manière univoque dans les médias. Il est absolument impératif que les gens connaissent l’objectif de votre opération.

Nous, à Al-Qaïda, soulignons l’importance de transmettre les messages suivants aux Etats occidentaux, et nous vous conseillons de faire de même :

  1. Notre religion et notre Prophète (que la paix soit avec lui) sont des LIGNES ROUGES. Que ceux qui franchissent ces lignes se souviennent de Charlie Hebdo.
  2. La Palestine est une cause de notre oumma islamique. Et quiconque soutient les occupants juifs ne doit jamais rêver de paix, avec la permission d’Allah.
  3. Le Shaam est une cause de notre oumma islamique. Notre peuple du Shaam subit un génocide. Et ceux qui participent à leurs tourments par des bombardements ou en aidant Bachar [Al-Assad] et ses alliés ne doivent pas échapper au châtiment.
  4. Nos terres sont occupées. La Terre des Deux Sanctuaires [l’Arabie saoudite] est occupée. Nous continuerons de vous prendre pour cibles jusqu’à ce que vous retiriez vos forces de la péninsule Arabique et de chaque terre d’islam.
  5. Notre espace aérien est violé par vos avions qui larguent leurs charges explosives mortelles sur nos enfants. Nos richesses et nos ressources sont expropriées chaque jour. Vous aurez droit à un traitement équivalent de notre part, jusqu’à ce que vous arrêtiez de vous ingérer dans nos affaires.

Ces messages doivent être transmis avec nos opérations. Une fois votre cible sélectionnée, procédez à sa reconnaissance. Rassemblez autant d’informations que possible sur votre cible et adoptez une couverture appropriée pour ce travail. Votre reconnaissance ne devrait pas éveiller le moindre soupçon ; ainsi, vous pourrez observer silencieusement les forces de l’ennemi et ses points faibles. Connaissez parfaitement votre cible, afin de pouvoir infliger des dégâts bien plus importants que tout ce que l’ennemi pourrait imaginer.

Prenez garde à vous. Prenez le temps de vous détendre suffisamment avant l’opération, de sorte que votre performance soit optimale et votre niveau de vigilance élevé, car des pensées excessives et des nuits blanches entravent les capacités sur le terrain. Si Allah vous donne la chance de vaincre votre ennemi, utilisez à bon escient l’élément de surprise. Prenez l’initiative d’infliger des pertes, d’attaquer la jugulaire de l’ennemi et de le frapper aux articulations. Les gains les plus importants sont réalisés dans la salve d’ouverture, alors faites-en le meilleur usage…

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 11:47

L’universitaire égypto-canadien Mamdouh Shoukri : Il y a trop de religion dans le système éducatif égyptien

 


Dr Mamdouh Shoukri, président de l’Université York de Toronto, a averti que la composante religieuse s’était beaucoup développée dans le système éducatif d’Egypte. Selon lui, « par sa nature même, l’éducation religieuse limite la capacité d’une personne à réfléchir et à garder un esprit ouvert ». S’exprimant sur la chaîne télévisée égyptienne DMC le 20 avril 2017, il a précisé : « Je ne sais pas comment elle peut préparer quelqu’un à vivre dans une société ouverte. » Extraits :

Mamdouh Shoukri : L’objectif de l’ensemble du processus éducatif, de la maternelle à la fin des études universitaires, est de former un bon citoyen, qui pourra bénéficier à la société et en bénéficier à son tour, élever une famille, etc. Il est donc très important de commencer l’éducation à la maternelle. […]

L’éducation de base [en Égypte] a considérablement changé depuis ma petite enfance. […]

Le volume de l’éducation religieuse a considérablement augmenté en Egypte. Avec tout le respect dû aux religions, par sa nature même, l’éducation religieuse partout et à toutes les époques limite la capacité de réfléchir et de garder un esprit ouvert. Je pense que c’est l’un des grands problèmes. Le second problème – et je ne citerai pas de chiffres car je n’en suis pas sûr – a trait au pourcentage du PNB égyptien investi dans l’éducation. Il est inférieur à la moyenne, donc il y a négligence. Mais bien évidemment, il ne s’agit pas seulement d’argent. Je pense que l’éducation religieuse est le plus grand problème de l’Égypte. J’ai vu les chiffres. Le nombre d’écoles primaires, secondaires et de lycées d’Al-Azhar a augmenté plus qu’il ne se doit. C’est un phénomène que je ne comprends pas. Pourquoi l’État a-t-il confié l’éducation aux organisations religieuses ? J’ai du mal à comprendre. Les gens devraient envisager de faire marche arrière et de revenir à la situation passée. Si vous voulez étudier la religion, vous pouvez le faire à la mosquée, à l’église ou à la maison, et vous pouvez aussi prendre un cours de religion hebdomadaire.

Journaliste : Ou vous pouvez décider d’étudier [la religion] en profondeur si vous souhaitez rejoindre Al-Azhar.

Mamdouh Shoukri : Exact. Mais lorsque vous étudiez la région toute la journée dans un institut religieux, j’ignore comment cela peut vous préparer à vivre dans une société ouverte. Le monde s’est ouvert. La technologie a connecté tout le monde. Comment pourriez-vous comprendre les autres de cette façon ?

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 08:11

Après la révélation par MEMRI TV du discours d’un prédicateur de Copenhague citant un hadith appelant à tuer les Juifs, le gouvernement danois sévit et les médias se mobilisent

 

MEMRI a dans le passé révélé au grand jour les discours inacceptables de prédicateurs tenant des prêches en Allemagne, Espagne, Italie, Belgique, France et au Canada. C’est au tour d’un prédicateur de Copenhague incitant au meurtre et au djihad de voir son sermon diffusé par MEMRI TV. La révélation de ce discours a mobilié les médias européens et incité le gouvernement danois à prendre des mesures.

Le 8 mai 2017, MEMRI TV a diffusé une vidéo du sermon du vendredi du prédicateur Mundhir Abdallah en date du 31 mai 2017, prononcé à la mosquée Al-Faruq de Copenhague, au Danemark, dans lequel il citait un hadith antisémite affirmant que les musulmans tueraient les Juifs au Jour du Jugement. Il a ajouté qu’il y aurait bientôt un Califat qui « mènera le djihad contre ses ennemis », « libèrera la mosquée Al-Aqsa de la crasse des sionistes » et « déracinera l’entité juive, cette base colonialiste et croisée ». Le sermon a été diffusé sur la chaîne YouTube de la mosquée Al-Faruq le 7 mai 2017.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 17:18

Un cheikh d’Al-Azhar sur « l’animosité » entre juifs et musulmans : les juifs ont commencé

 

Le cheikh d’Al-Azhar Ahmad Al-Tayyeb a déclaré que ce sont les juifs qui ont initié l’animosité envers les musulmans, en rejetant le message du prophète Mahomet. Dans un entretien du 5 mai 2017 sur la Première chaîne télévisée égyptienne, cheikh Al-Tayyeb a déclaré que les juifs « ont pris des mesures réelles pour contrecarrer, tuer et enterrer l’appel islamique dans ses balbutiements ». Alors que 1 400 ans se sont écoulés depuis l’avènement de l’islam, le cheikh d’Al-Azhar estime que « vous sommes toujours victimes d’une ingérence judéo-sioniste dans les affaires des musulmans. » Extraits :

Ahmad Al-Tayyeb : Le Coran qualifie la relation entre musulmans et chrétiens de bonne. Entre eux, il y a de l’amitié, de la clémence, etc., etc. Ceci entre en opposition avec la manière dont la relation entre les musulmans et les juifs est dépeinte. (…) Les juifs sont ceux qui ont initié cette animosité. Même si certains d’entre eux ont prédit – avant l’avènement du prophète Mohammed – qu’un prophète viendrait à la fin des temps, et qu’ensemble, ils combattraient les païens, les infidèles et les polythéistes, ils ont exprimé de l’hostilité envers le prophète Mohammed après son arrivée. Telle est parfois la nature des êtres humains. Ils ne se sont pas contentés de déclarer leur animosité. Ils ont pris des mesures réelles pour contrecarrer, tuer et enterrer l’appel islamique dans ses balbutiements. […]

Le Coran dit : « Tu trouveras certainement que les juifs et les associateurs sont les ennemis les plus acharnés des croyants. »

Journaliste : Oui.

Ahmad Al-Tayyeb : Par conséquent, cette partie du verset saint affirme que la relation entre les musulmans d’un côté, et les juifs et les polythéistes de l’autre, est une relation d’animosité.

Journaliste : Mais c’est l’autre côté qui a commencé, les juifs et les polythéistes.

Ahmad Al-Tayyeb : Oui, nous comprenons aussi à partir de ce verset que ceux qui ont initié cet état d’animosité ou l’ont exprimé n’étaient pas les musulmans. Ils n’ont pas déclaré leur animosité envers les juifs et les polythéistes. C’est l’inverse qui s’est produit. […]

C’est un fait historique qui ne changera jamais. Même aujourd’hui… Voyez comme nous souffrons du sionisme mondial et du judaïsme. Nous musulmans avons connu une existence pacifique avec les chrétiens tout au long de l’histoire. L’avènement de l’islam date d’il y a 1 400 ans, et pourtant nous subissons toujours une ingérence judéo-sioniste dans les affaires des musulmans. C’est une source de grande difficulté pour les musulmans. […]

Même dans leur législation, il y a des choses très bizarres. Par exemple, on est autorisé à prélever des intérêts dsur des non-juifs. Des choses interdites entre juifs sont permises entre juifs et non-juifs. Ils obéissent à une hiérarchie terrible, fondamentale et attestée, et ils n’en ont pas honte car elle est inscrite dans la Torah. Elle se réfère au meurtre, à l’esclavage, etc. Par conséquent, ils ont créé un problème qui déteint sur les relations, pas seulement avec les musulmans, mais avec toutes les autres nations.

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans MEMRI
commenter cet article

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée