Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

3 janvier 2017 2 03 /01 /janvier /2017 02:27

L’islam est une civilisation médiévale incompatible avec la nôtre (4)

Publié le 2 janvier 2017 - par

Dans le précédent article de cette série (1), nous avons vu que si l’islam n’a pas envahi l’Europe chrétienne, c’est parce que celle-ci lui a opposé des forces armées supérieures : dans le contexte géopolitique des siècles passés, la violence a toujours trouvé de bonnes raisons, avec la bénédiction de l’Église et au mépris du pacifisme autrefois prêché par le Christ. Le manichéisme consistant, pour discréditer l’islam, à opposer son violent Coran à nos doux Évangiles est donc une mauvaise argumentation. La vraie différence entre les musulmans et nous n’est pas dans l’usage de la force guerrière en cas de besoin – nous en sommes tout aussi capables qu’eux – mais dans le fonctionnement interne de la société : l’islam est une civilisation médiévale qui, contrairement à notre civilisation occidentale, n’a pas évolué (2).

En Occident, les écrits anciens n’ont pas pesé lourd face à l’évolution inéluctable des modes de vie, donc des mœurs : cela fait belle lurette qu’en dépit de la prescription biblique (Lévitique 20 : 10), les juifs ne lapident plus les femmes adultères. Si donc celles-ci sont toujours fouettées (conformément au Coran 24 : 2) voire lapidées à mort (conformément à plusieurs hadiths) dans certains pays musulmans, cela ne résulte pas tant de l’antique prescription religieuse que du fait que, tout simplement, la mentalité des gens de ces pays n’a pour ainsi dire pas évolué depuis l’Antiquité. Ce n’est pas parce que certains États du Golfe Persique se sont outrageusement enrichis en quelques décennies, que leurs habitants ont pour autant développé une culture comparable à la nôtre – que nous avons mis des siècles à construire. N’eût été le pétrole, ces gens vivraient toujours, comme leurs ancêtres, des maigres ressources naturelles et du produit de la piraterie et des razzias, esclavage compris.

Les pays de l’islam font partie des civilisations dites « primitives », dans lesquelles la religion et la politique, les croyances et la législation, ne font qu’un : y parler de république, a fortiori de démocratie ou de laïcité, est un non-sens. Ces concepts, qui ne signifient rien pour un islamiste, n’ont d’ailleurs pu avoir droit de cité chez nous qu’à partir du moment où les Lumières du XVIIIe siècle ont fait reculer le cléricalisme. Or ces Lumières n’ont pu naître que grâce au développement culturel permis par la constitution d’une bourgeoisie, elle-même résultant de l’amélioration des conditions de vie que permettait, en zone tempérée, l’existence d’importantes ressources naturelles. L’aridité des pays du Moyen-Orient et du Maghreb, en revanche, ne permettait pas qu’une telle évolution se fît spontanément. Ces pays ont donc gardé intact leur mode de vie islamique, et ce malgré la colonisation qui a toujours – à tort ou à raison – plus ou moins respecté les coutumes locales. Le djihad qui sévit actuellement tient à la fois d’un désir de revanche sur les Occidentaux, d’ambitions impérialistes, et de la conquête religieuse : l’islam, c’est tout cela à la fois, et le djihad, c’est l’islam en action.

Il y a donc une clarification à faire quant à la notion de religion. Si, en accord avec la définition classique, nous limitons cette notion à une philosophie métaphysique (ensemble de mythes, de rites et de règles morales) dont l’adoption ou le rejet (l’un et l’autre tout à fait respectables) relève de la liberté individuelle, alors l’islam n’est pas une religion – c’est un totalitarisme qui ne mérite aucun respect, eu égard à nos principes républicains. Si au contraire nous admettons que l’islam soit considéré comme une «religion», ce terme prend alors une signification beaucoup plus vaste : il s’agit du lien (du latin re-ligare) qui englobe toutes les règles de vie en société. Or chez nous, ces règles reposent sur l’égalité, la démocratie, la laïcité, etc., moyennant quoi notre «religion» républicaine est à l’évidence incompatible avec l’islam, lequel doit par conséquent être voué à l’anathème (au sens biblique) sur notre territoire. Pour dire les choses autrement, si l’on accepte en France des gens d’origine musulmane, c’est en leur imposant de respecter nos lois et nos mœurs, quitte à forcer ces gens à changer de mentalité ; et s’ils ne l’acceptent pas parce qu’ils sont soumis à l’islam totalitaire, alors ils n’ont pas vocation à rester dans notre pays – c’est aussi simple que cela.

Enfin… cela aurait pu être simple si nous y avions pensé avant 1976 : c’est en effet à cette époque que nous avons autorisé le regroupement familial qui a conduit à une immigration de peuplement telle que des quartiers entiers se sont islamisés. L’accueil que nous offrons aujourd’hui aux prétendus «réfugiés» aggrave encore une situation qui est en train de devenir ingérable. En effet, autant il est possible d’intégrer culturellement des individus isolés, autant les groupes ont les moyens de résister à l’assimilation (3) : à partir du moment où l’on peut vivre entre soi dans la culture ancestrale, pourquoi chercher à s’adapter ? Et lorsque la crise économique accroît le chômage qui frappe en premier lieu ces populations inadaptées, pourquoi se remettraient-elles en question alors qu’il est si commode d’accuser l’ancien colonisateur ? Les racailles exploitent alors l’économie dite «parallèle», le vol et le marché de la drogue, en retrouvant l’esprit tribal et le goût de la violence caractéristiques de leurs traditions culturelles – lesquelles sont, rappelons-le, bien antérieures au Coran…

Mais un jour, à la mosquée ou en prison, ils rencontrent ce Coran – en mode salafiste : on leur fait découvrir que leurs exactions, loin d’être criminelles, deviennent justifiées si elles s’inscrivent dans la guerre que doit mener l’islam contre les mécréants ; et qu’eux-mêmes, loin d’être des ratés, peuvent devenir des héros grâce au djihad. Et c’est ainsi que l’on fabrique des assassins : vous voyez bien, me dira-t-on, «Les assassins obéissent au Coran» ! (4). Tout à fait exact… sauf que si le Coran n’existait pas, le même djihad (dont le mobile profond est la conquête territoriale) se ferait au nom d’un autre «Mein Kampf  – Hitler a-t-il jamais eu besoin du Coran ? – porteur du même sentiment de supériorité illusoire qui est destiné à la même fonction : justifier la domination violente. En vérité, notre problème, ce n’est pas le Coran, c’est nous-mêmes !

C’est nous qui, par des politiques de Gribouille, avons déstabilisé le Maghreb et le Moyen-Orient et ainsi favorisé le djihadisme. C’est nous qui nous laissons envahir par des hordes de « migrants » sans nous soucier des terroristes potentiels qu’elles peuvent contenir. Et c’est surtout nous qui sommes devenus incapables de nous faire respecter des musulmans parce que nous ne nous respectons plus nous-mêmes : au nom d’intérêts illusoires, nos dirigeants pactisent avec les pays qui soutiennent le djihad ; par clientélisme, nos politiciens se font lèche-babouches au mépris de la laïcité ; et au nom des valeurs altruistes de l’humanisme chrétien, mais en réalité par veulerie, nous nous laissons droguer à la « diversité » et au « padamalgam ». Nous hébergeons donc dans notre pays cette civilisation médiévale incompatible avec la nôtre et qui s’y développe à la manière d’une tumeur cancéreuse, en nous imaginant que « ça va bien finir par se résorber tout seul ».

Eh bien non, ça ne se résorbera pas tout seul. Si nous réagissons assez vite par un traitement de choc (qui ne sera pas agréable), nous pourrons peut-être stopper, puis faire régresser l’islamisme dans notre pays. Pas en interdisant le Coran – ce serait illusoire, il a déjà contaminé Internet ! – mais en affirmant la prééminence de nos propres valeurs (ce qui suppose que nous en soyons convaincus nous-mêmes, bien entendu) et en imposant violemment – je dis bien violemment – le respect de nos frontières d’abord et de nos lois ensuite. Si au contraire nous persistons dans notre idéologie et nos pratiques décadentes, alors ce sera le début de notre agonie en tant que civilisation. Une agonie qui sera douloureuse car nous n’échapperons pas à la guerre civile, même si des partitions de territoire peuvent permettre d’en reculer temporairement l’échéance (5).

Est-ce une raison pour, dès maintenant, nous lancer dans une guerre de religion pour éliminer tous les musulmans, aux cris de «Mort-Dieu ! Il faut tout tuer !», comme lors les massacres de protestants au XVIe siècle ? Évidemment non, parce qu’il tombe sous le sens que la majorité des musulmans de France, de nature plutôt paisible, est susceptible d’évoluer dans le bon sens… À condition quand même qu’on ne lui laisse pas le choix – c’est ce que nous verrons dans le prochain (et dernier) article de cette série.

Jean-Marie Blanc

(novembre 2016)

  1. « Précepte religieux ou pas, la violence trouve toujours de bonnes raisons» : http://ripostelaique.com/la-violence-islamique-trouve-toujours-de-bonnes-raisons-3.html
  1. Voir l’article « Contrairement à d’autres religions, l’islam n’a pas eu besoin d’évoluer» : http://ripostelaique.com/contrairement-a-dautres-religions-lislam-na-pas-eu-besoin-devoluer-2.html
  1. Voir l’article « Du fait de son hérédité culturelle, l’homme est moins libre qu’il n’y paraît» (Riposte Laïque, 27 février 2015) : http://ripostelaique.com/de-la-diversite-culturelle-2-du-fait-de-son-heredite-culturelle-lhomme-est-moins-libre-quil-ny-paraît.html
  1. En référence à l’ouvrage (très bien documenté) de Christine Tasin et René d’Armor (préface de René Marchand) « Les assassins obéissent au Coran» : Édité par Résistance Républicaine, août 2016, 132 p.
  1. Voir l’article « Vers la guerre civile» (Riposte Laïque, 30 avril 2015) : http://ripostelaique.com/de-la-diversite-culturelle-11-vers-la-guerre-civile.html

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur***

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article
3 janvier 2017 2 03 /01 /janvier /2017 02:20

J-18 : Le sang-froid de Poutine-Trump face aux provocations d’Obama

Publié le 2 janvier 2017 - par

En ce 2 janvier 2017, nous sommes sûrs d’assister à l’inauguration de Donald J. Trump comme 45e président des Etats-Unis d’Amérique le 20 janvier à Washington.

Examinons où nous en sommes ?

La retenue de Trump face aux attaques d’Obama et des Démocrates, comme le gouverneur de Californie Jerry Brown,  est remarquable. Il répond par l’ironie ou, parfois, le blâme, mais demeure calme.

Celle de Vladimir Poutine n’est pas moins digne d’éloges. Refus d’entrer dans la polémique  du piratage du parti Démocrate, refus d’entrer en représailles après l’expulsion de 35 diplomates et la fermeture de deux antennes diplomatiques russes par Washington.

Mais 18 jours sont suffisants à Obama pour détruire le fragile équilibre international en usant de provocations plus ou moins sanglantes (false flag) qui lui permettraient, en commandant en chef qu’il est encore, de boucher l’horizon de son successeur ou de rendre nécessaire la suspension de la transition.

L’affaire de la résolution anti-israélienne du conseil de Sécurité de l’ONU est éclairante à cet égard. John Kerry, et donc Obama, a aidé à la rédaction et poussé le texte à l’aide de trois vassaux islamiques membres du Conseil de sécurité, preuve de leur volonté de nuire à la fois à Israël mais aussi à Donald Trump. Celui-ci, certes, rétablira les choses, mais d’abord en défaisant une résolution qui n’aurait pas dû être approuvée si le veto des USA y avait été opposée, ou ensuite en se retirant de l’ONU (Une pétition circule à cet effet). Dans tous les cas de figures, il devra s’opposer de front au Conseil de sécurité où siège la Russie qui vota la résolution en pensant peut-être que le veto américain la rendrait inopérante. Voilà un coin enfoncé entre Trump et Poutine.

Les soutiens de Trump mesurent d’ailleurs fort bien le fossé que le nouveau président devra franchir pour pouvoir appliquer sa politique. Newt Gingrich en a fait la démonstration au micro d’ABC en expliquant son inquiétude de voir la nouvelle administration renoncer devant l’ampleur de la tâche et les risques de confrontations avec les libéraux. Il cita à l’appui de ses craintes la réaction violente probable des écologistes en cas de changements réglementaires à l’EPA (Environment Policy Agency), au ministère de l’Intérieur ou de la politique énergétique. Il précisa également la révolte probable des enseignants si la politique du libre choix en matière d’éducation des enfants était mise en œuvre, ou celle des fonctionnaires fédéraux face à une réforme des services civils, estimant ces rebellions préoccupantes puisque ces réformes sont non-négociables pour permettre la réussite de Donald Trump.  Gingrich craint donc tout à la fois que l’administration perde son sang-froid et qu’elle recule.

Et en effet, l’éditorialiste du Washington Post, Michaël Gerson, adversaire impitoyable de Trump, affirma hier sur CBS que Trump était devant l’alternative d’avoir à affronter une crise constitutionnelle ou de voir échouer lamentablement sa présidence. Ce qui me paraît vrai tant les oppositions de la Cour suprême, du Congrès (Voir les déclarations des sénateurs Mac Kain et Graham sur la Russie à ce sujet), des juges fédéraux et des états libéraux sont déterminées.

Si l’on ajoute qu’Obama vient de signer un décret, à la demande express du gouverneur de Californie Jerry Brown, interdisant de façon permanente la prospection et l’exploitation des gisements pétrolifères et gaziers au large de la côte Pacifique des Etats-Unis (Californie, Oregon et Washington), les obstacles qu’il faudra que Trump abatte ou surmonte pourraient déclencher un conflit avec la Californie dont il ne faudrait pas minimiser la gravité.

La nouvelle administration se trouve donc devant l’obligation d’avoir à mener une nouvelle révolution américaine ou d’avoir à assumer un échec aux conséquences incalculables.

Dans l’un ou l’autre cas, le sort des pays d’Europe en dépendra et des remous y seront inévitables.

Georges Clément

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur***

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 03:43

Laïcité : il n’y a jamais eu de société sans religion

Publié le 1 janvier 2017 - par 

Notre serveur s’appelle «Riposte laïque». Ne serait-il pas utile de réfléchir un peu sur la question de savoir quel sens donnons-nous à ce mot ?
Dans le petit Larousse, l’on trouve la définition suivante : «laïcité n.f. Caractère laïque. Système qui exclut les Églises de l’exercice du pouvoir politique ou administratif, et notamment de l’organisation de l’enseignement».

La laïcité n’est donc pas synonyme de l’athéisme militant. Et l’on peut se demander si l’actuelle faiblesse des Occidentaux, face à l’invasion musulmane, n’est pas due avant tout au fait que la plupart d’entre nous ne croient plus à rien.
Henri Bergson disait : «On trouve dans le passé, on trouverait même aujourd’hui, des sociétés humaines qui n’ont ni science, ni art, ni philosophie. Mais il n’y a jamais eu de société sans religion».
Le rabbin Avraham Ytshaq Hacohen Kook a écrit : «La disposition pour la vocation religieuse se trouve dans les cœurs de tout le genre humain. Elle donne naissance à des religions et à des croyances variées». Dans ses commentaires des textes du rav Kook, Benjamin Gross ajoute : «Il arrive cependant que le lien social s’étant affirmé sur un fondement matériel solide, une économie florissante, le groupe s’imagine pouvoir assurer sa persistance sur cette seule base, sans avoir recours à l’idée divine. Il se coupe ainsi de sa source qui avait assuré sa vitalité et se condamne à un affaiblissement progressif».

L’on sait que la nature a l’horreur du vide. Les sociétés occidentales contemporaines souffrent de la dislocation de la religion, de la nation, de la famille. Ces phénomènes sont interconnectés. L’enfant s’identifie d’abord avant tout à ses parents. Traditionnellement, à côté de son père terrestre – la cause immédiate de son être – il apprenait à vénérer aussi son père céleste, la cause première de son être. Et à côté de sa famille nucléaire, il s’identifiait aussi à sa famille élargie : le clan, la tribu, la nation.

L’affaiblissement, pour ne pas dire la disparition de tout cela, conduit à la solitude. Celle-ci cause une souffrance que même le plus grand bien-être matériel ne peut pas compenser.
Bien sûr, beaucoup d’entrepreneurs et d’hommes d’affaires subordonnent tout à leur âpreté au gain. Mais, tant que le nationalisme servait à écarter les concurrents étrangers, à leur assurer des marchés protégés, ainsi que des matières premières, ils étaient de bons patriotes. Avec la globalisation, ils sont devenus hostiles à toute identité nationale ou religieuse. Car ces identités peuvent être des obstacles à la libre circulation des marchandises, des capitaux et de la main d’oeuvre, qui leur assure les plus grands bénéfices.

Et puis, tant qu’ils redoutaient le triomphe du communisme, ils pouvaient quand même percevoir ces identités comme des contrepoids utiles. Maintenant que le communisme s’est effondré, ce n’est plus le cas.
Quant aux chefs des partis et des mouvements de gauche et d’extrême gauche, ils se rendent bien compte que les travailleurs européens se sont depuis longtemps détournés d’eux. Ils espèrent se mettre à la tête des immigrés et accéder au pouvoir par leur intermédiaire. Ils continuent donc à être hostiles aux identités nationales et religieuse des populations locales, tout en favorisant des identités étrangères, avant tout l’identité des immigrés musulmans.

Je pense que la soif du gain des uns et la soif du pouvoir des autres sont perverses. Le besoin d’une identité est un besoin naturel. L’être humain ne peut pas être heureux, s’il n’a ni famille, ni patrie. J’ai été assez longtemps seul et apatride, pour le savoir.
Je pense qu’il ne peut non plus être heureux, s’il n’a aucune religion. Le mot religion vient du verbe relier. La religion est ce que relie l’individu au grand tout, à la cause première de son être.

Pour ce qui me concerne, quand l’on me demande, si je suis croyant, j’ai la tendance à répondre que je me définirais plutôt comme «espérant». J’espère que ma vie a un sens. J’espère que la beauté que nous pouvons voir dans la nature, l’harmonie que nous pouvons observer dans l’univers, ne sont pas dues seulement à des forces aveugles, à des hasards et des coïncidences.

Et la laïcité ? Bien sûr, il faut défendre la liberté de conscience. Qui souhaiterait revivre les bûchers de la Sainte inquisition, ou la nuit de la sainte Barthélémy ?
Mais n’oublions pas que notre conception de la laïcité, de la séparation des pouvoirs temporel et spirituel, a pour origine la fameuse phrase de Jésus : «Rendez à César ce qui appartient à César et à Dieu ce qui appartient à Dieu». L’islam ne connaît rien de tel. La religion y est inséparable d’une pensée et d’un projet politiques.

Bien sûr, il faut «défendre la liberté contre les ennemis de la liberté», comme disait Saint Just. Qui sont ces ennemis ? Pour trouver la réponse, il suffit de se rappeler que le vingtième siècle fut marqué d’abord par le génocide des Arméniens, commis par le califat ottoman, il y a tout juste un siècle, puis par les génocides nazis et communistes.
L’on peut se poser la question de savoir si ces horreurs n’étaient pas liées au fait que les peuples d’Europe avaient pris trop de distance par rapport à leur héritage spirituel, leur héritage biblique.

Dans l’article que «Riposte laïque» a bien voulu me publier le 16 novembre 2016, je parle un peu de ma modeste personne. Venu en France en 1965, j’avais d’abord beaucoup de mal à comprendre les Français. J’avais le sentiment qu’ils avaient tout et qu’ils ne l’appréciaient pas. Autour de moi, tout le monde contestait.

D’ailleurs, si la France m’a accordé l’asile que m’avait refusé l’Autriche, puis la Belgique, j’apprenais qu’elle comptait aussi, à l’époque, de nombreux prisonniers politiques. Non pas des communistes, ni des islamistes, mais des patriotes, partisans de l’Algérie française. Par exemple, le général Raoul Salan, qui avait combattu les nazis pendant la deuxième guerre mondiale et les communistes pendant la guerre d’Indochine.
J’ai aussi appris que Jacques Soustelle, qui s’était opposé aux accords de Munich et a été ensuite Commissaire à l’information de la France libre, était alors exilé. Entre autres, en Israël. On m’a dit que ce descendant des huguenots était ami personnel de Menahem Begin, à l’époque chef de l’opposition de droite dans l’Etat juif.

Autour de moi, l’on disait de tous ces prisonniers et exilés, que «ce sont des fascistes». Dans mon esprit, les juifs et le fascisme, ça n’allait pas ensemble. Mais progressivement, je me suis habitué à l’idée que pour la gauche et ceux qui se laissent manipuler par elle, tous ceux qui ne leur plaisent pas sont des fascistes.

J’ai déjà écrit dans mon article du 16 novembre que mes camarades de faculté gauchistes ne daignaient pas discuter avec moi, du moment que je ne partageais pas leur admiration de Ho Chi Minh, de Fidel Castro et de Mao Tsé Toung. Mais mes condisciples catholiques ne voulaient pas trop m’écouter non plus. Ils me disaient qu’ils s’entendaient bien avec les communistes. Apparemment, ils voulaient surtout que l’on oublie que leurs parents avaient été pétainistes.

Je crois que l’actuel déclin moral est un peu la suite de tout cela. Mes condisciples maoïstes ou trotskystes sont devenus des dignitaires du parti socialiste au pouvoir. Et mes anciens condisciples catholiques sont des actuels « chrétiens de gauche » qui cirent les chaussures des islamistes souvent encore avec plus de zèle que les marxistes.

L’on sait que la «théologie de libération» s’est développée en Amérique latine, mais aussi en Afrique du Sud et parmi les Palestiniens. Ceux-ci, au nom de l’antisionisme, coopèrent avec les islamistes très activement.

En 1983, j’ai séjourné en Amérique centrale, dans le cadre de mes activités anticommunistes. Outre nos contacts avec les « contras » qui combattaient le régime de Nicaragua, nous écoutions aussi des conférences. Je me souviens que l’on nous disait que l’Église catholique est aujourd’hui très divisée. De notre côté sont notamment des gens de l’Opus Dei. Par contre, beaucoup de jésuites sont proches de «la théologie de la libération». L’on sait que l’actuel pape François est un ancien jésuite.

Malgré tout le terrain qu’elle a perdu, l’Église catholique demeure toujours une très grande puissance. Rien ne serait plus catastrophique que si elle penchait complètement en faveur des ennemis de notre civilisation.
Si le monde libre a gagné la Troisième guerre mondiale, la guerre froide, le catholicisme, et concrètement le pape Jean-Paul II, y ont beaucoup contribué.

Je viens de lire un ouvrage sur le mouvement sus-mentionné «Opus Dei». Il fut fondé en 1928 par un prêtre espagnol Josemaría Escrivá de Balaguer (1902-1975). Celui-ci a souffert de la part de l’extrême gauche, comme c’était aussi le cas de Pie XII et, plus tard, de Jean-Paul II .
Le pape polonais a ensuite assuré la béatification de Josemaría Escrivá de Balaguer en 1992 et sa canonisation en 2002. De son côté, Mgr Jean-Marie Aaron Lustiger, l’archevêque de Paris, prononça en 1992 une homélie très favorable à la béatification du prélat espagnol.
Pendant la guerre civile en Espagne, celui-ci a dû fuir la zone républicaine et a réussi à gagner la zone contrôlée par le général Franco.

Après la guerre civile, en Espagne, le national-catholicisme devint une sorte d’idéologie officielle. Sa doctrine reposait sur l’unité entre la foi religieuse catholique et l’identité nationale : un bon Espagnol est un bon catholique.

Est-ce qu’une telle vision des choses s’accorde vraiment avec le génie du christianisme ? Déjà le mot catholique signifie universel, universaliste. Peut-être que l’orthodoxie russe peut davantage réaliser une unité entre la foi chrétienne et le nationalisme. Ce n’est probablement pas un hasard, si tant d’Occidentaux conservateurs aujourd’hui sympathisent avec la Russie de Poutine.
Le président russe vient de déclarer le deuil national pour le 26 décembre 2016, pour commémorer les 91 victimes de la chute de l’avion qui transportait les membres de la chorale Alexandrov de Moscou en Syrie. Ils devaient chanter dans la ville d’Alep, reconquise par l’armée régulière. L’on sait que la Russie pleure actuellement aussi la disparition de son ambassadeur en Turquie, Andréï Karlov, assassiné par un islamiste, membre de la police turque.

Je dirais que si un bon orthodoxe peut devenir bon nationaliste russe, un bon juif peut encore plus facilement devenir bon nationaliste israélien. Comme l’écrivait Benjamin Gross : «À un moment où la tendance générale est à l’effacement des frontières entre les nations et les États, l’État d’Israël lutte désespérément pour l’établissement de frontières sûres et reconnues».
Mais est-ce qu’un bon catholique peut devenir facilement bon nationaliste français. Ne doit-il plutôt choisir entre les deux ?

C’est un fait que si Moscou se voulait traditionnellement la troisième Rome (après la Rome en Italie et Constantinople), en France, depuis 1789, l’idée de nation et de patrie était longtemps plutôt de gauche. Jean Jaurès écrivait : «Un peu d’internationalisme éloigne de la nation, beaucoup en rapproche».
Dans le «Livre d’or de la patrie» qui, sous la Troisième république formait les enfants des écoles laïques, Jacques Crozot écrivait : «Depuis l’exemple héroïque et sublime de notre immortelle Jeanne d’Arc – la sainte de la Patrie avant celle de l’Église – le sentiment patriotique n’a fait que se développer avec le temps, et, quoi qu’on dise et qu’on fasse, il fleurit vivace encore dans l’âme populaire de notre vieille France….N’est-ce pas cet amour sacré de la patrie qui a inspiré et magnifie à nos yeux les actions des Jeanne d’Arc, des Bayard, des Hoche, des Marceau, des Carnot et des Chanzy ?… Il faut reconnaître, en un mot, que le sentiment patriotique, loin d’être, comme on le croit trop communément, l’antithèse du sentiment de fraternité universelle, en est, au contraire, le corollaire obligé, et prépare le jour béni- mais combien lointain encore ! – où toutes les nations sympathiseront et où tous les hommes communieront enfin dans un même sentiment d’amour, de justice et de solidarité».

Mais qu’est-ce cet idéal, sinon un écho des propos des prophètes bibliques. Concrètement, du prophète Isaïe, nous annonçant que « …alors de leurs glaives ils forgeront des socs de charrue et de leurs lances des serpettes. Un peuple ne tirera plus l’épée contre un autre peuple, et on n’apprendra plus l’art des combats».

Et puis, Jacques Crozot écrivait «toutes les nations sympathiseront». Il n’écrivait pas qu’elles se fonderont dans un magma. C’est la grande différence entre ce qu’était l’idéologie de la Troisième république et l’idéologie de nos maîtres actuelles.

C’est contre ces maîtres-là, des socialistes, des communistes, des écologistes, au service du grand capital multinational, que doivent se dresser tous ceux qui ne veulent pas assister à la disparition de leur identité, de leur culture, de leur civilisation.

Se dresser tous ensemble, qu’ils soient croyants ou non, qu’ils se sentent de gauche ou de droite. Et aux prochaines élections voter pour ceux qui ont le courage de dire que la gigantesque explosion démographique dans le tiers-monde porte avec elle la perspective de graves conflits, auxquels il faut se préparer dès maintenant. Et que l’islam, prônant le devoir religieux de conduire la guerre sainte, jusqu’à ce que l’humanité toute entière se soumette au pouvoir du califat musulman, représente un idéal, capable de mobiliser les masses des futures conquérants.

Dr Martin JANECEK

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 03:42

Voeux : seul Carl Lang a osé dire que la France n’est pas terre d’islam

Publié le 1 janvier 2017 - par 

Il est le seul homme politique, à notre connaissance, à avoir tenu des propos clairs, sur l’islam, lors de ses voeux. Nous ne pouvions donc pas faire moins que de rendre hommage à Carl Lang, président du Parti de la France, qui n’a pas tourné autour du pot, et affirmé clairement les choses.

http://www.parti-de-la-france.fr/Meilleurs-voeux-pour-2017_a2712.html

Espérons que cet exemple sera suivi par l’ensemble des mouvements patriotiques, pendant la campagne pour les présidentielles et les législatives, et notamment par le premier d’entre eux. Le FN aurait tout à gagner à reprendre un tel discours, digne de Donald Trump.

Rappelons qu’en mars 2015, Carl Lang avait répondu à l’invitation de Riposte Laïque et Résistance républicaine, et était intervenu aux Assises sur la liberté d’expression, à Rungis.

Jeanne Bourdillon

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 03:41

Le jour où les Cosaques ont envoyé bouler le sultan de Turquie

Publié le 1 janvier 2017 - par  

La tradition veut qu’en 1676 les Cosaques zaporogues, vainqueurs l’année précédente des armées turques venues leur chercher des noises, reçurent une missive du sultan turc Mahomet IV, modestement auto nommé « le Chevalier invincible », les commandant de bien vouloir se soumettre à ses visées expansionnistes et à sa volonté d’exterminer la communauté chrétienne de la région au nom du grand califat, bien que revendiquant par une dégoulinante takkyia de défendre cette dernière, un comble !

Le sultan Mehmed IV (musée Topkapi)

« En tant que sultan, fils de Muhamad, frère du Soleil et petit-fils de la Lune, vice-roi par la grâce de Dieu des royaumes de Macédoine, de Babylone, de Jérusalem, de Haute et Basse Égypte, empereur des empereurs, souverain des souverains, invincible chevalier, gardien indéfectible jamais battu du tombeau de Jésus Christ, administrateur choisi par Dieu lui-même, espoir et réconfort de tous les musulmans, et très grand défendeur des chrétiens, j’ordonne, à vous les Cosaques zaporogues, de vous soumettre volontairement à moi sans aucune résistance.

Sultan Mehmed IV ».

Ou sinon ? Sinon comme à l’accoutumée ce sera le fil du glaive qui tranchera votre gorge. Il a juste omis le traditionnel « Allah akhbar ! », ce cri de soumission religieuse reconnu aujourd’hui par les médias et les politiques comme étant la marque caractéristique des déséquilibrés™, mais on ne doute pas qu’il l’a pensé très fort.

Mais être cosaque c’est être un patriote fier de ses racines. Aussi, peu chauds pour se laisser dicter une invasion par des hordes de déséquilibrés enturbannés reconnaissables à la marque sombre sur leur front, les virils Cosaques décidèrent de l’envoyer paître à leur façon sous la plume de leur chef Ivan Sirko.

Après s’être ragaillardis d’un petit remontant, c’est dans une atmosphère conviviale et hilare qu’ils se mirent autour d’une table afin de trouver les mots les plus justes pour exprimer le fond de leur pensée. Ce qui fut fait de plus tonitruante façon :

« À Toi Satan turc, frère et compagnon du Diable maudit, serviteur de Lucifer lui-même, salut !

Quelle sorte de noble chevalier au diable es-tu si tu ne sais pas tuer un hérisson avec ton cul nu ? Mange la vomissure du diable, toi et ton armée. Tu n’auras jamais, toi fils de putain, les fils du Christ sous tes ordres : ton armée ne nous fait pas peur et par la terre ou par la mer nous continuerons à nous battre contre toi.

Toi, scullion de Babylone, charretier de Macédoine, brasseur de bière de Jérusalem, fouetteur de chèvres d’Alexandrie, porcher de Haute et de Basse Égypte, truie d’Arménie, giton tartare, bourreau de Kamenetz, être infâme de Podolie, petit-fils du Diable lui-même, Toi, le plus grand imbécile malotru du monde et des enfers et devant notre Dieu, crétin, groin de porc, cul d’une jument, sabot de boucher, front pas baptisé ! Voilà ce que les Cosaques ont à te dire, à toi sous produit d’avorton ! Tu n’es même pas digne d’élever nos porcs. Tordu es-tu de donner des ordres à de vrais chrétiens ! Nous n’écrivons pas la date car nous n’avons pas de calendrier, le mois est dans le ciel, l’année est dans un livre et le jour est le même ici que chez toi, et pour cela tu peux nous baiser le cul ! ».

Voilà qui était envoyé !

A la fin du 19e siècle, le peintre russe Ilia Répine représenta la fabuleuse scène de la rédaction de la lettre au sultan dans une peinture. Considérant les Cosaques avec admiration, il louait leur esprit d’indépendance, une qualité malheureusement de moins en moins répandue : « Tout ce que Gogol a écrit sur eux est vrai ! Un sacré peuple ! Personne dans le monde entier n’a ressenti aussi profondément la liberté, l’égalité et la fraternité ».

Inspiré par la truculente anecdote, Guillaume Apollinaire en avait lui aussi fait ses choux-gras avec un poème chanté plus tard par Léo Ferré :

« Plus criminel que Barabbas
Cornu comme les mauvais anges
Quel Belzébuth es-tu là-bas
Nourri d’immondice et de fange
Nous n’irons pas à tes sabbats
Poisson pourri de Salonique
Long collier des sommeils affreux
D’yeux arrachés à coup de pique
Ta mère fit un pet foireux
Et tu naquis de sa colique
Bourreau de Podolie Amant
Des plaies des ulcères des croûtes
Groin de cochon cul de jument
Tes richesses garde-les toutes
Pour payer tes médicaments »
 

Puisse la lecture de ces libres paroles inspirer pour 2017 les oppresseurs de la liberté d’expression, les adorateurs de dieux humanocides, les pourfendeurs de raison, les aveugles volontaires heureux d’être gavés à la propagande médiatique et à la promotion des idéologies, les amateurs d’émotions victimaires se carapatant à la moindre citation contredisant leurs précieuses convictions, et autres allumeurs de bougies à la fraise.

 
Caroline Alamachère
Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 03:38

Voitures brûlées, policiers et pompiers caillassés, mais Le Roux est content !

Publié le 1 janvier 2017 - par 

Bruno le Roux, que de la gueule !

Digne successeur de son prédécesseur Cazevide, l’actuel ministre de l’intérieur annonce que le réveillon de la Saint-Sylvestre s’est « particulièrement bien passé », sans « problème majeur »…

Nous sommes rassurés, la preuve :

http://www.leparisien.fr/faits-divers/yvelines-25-voitures-incendiees-dans-la-nuit-01-01-2017-6513003.php

http://www.leparisien.fr/abancourt-60220/nuit-de-la-saint-sylvestre-21-voitures-incendiees-dans-l-oise-01-01-2017-6513189.php

https://www.lyonmag.com/article/85128/saint-sylvestre-le-nombre-de-voitures-brles-en-forte-hausse-dans-l-agglo-lyonnaise

http://www.republicain-lorrain.fr/edition-de-forbach/2017/01/01/nuit-de-nouvel-an-voitures-brulees-a-forbach-et-petite-rosselle

http://www.letelegramme.fr/bretagne/nuit-de-la-saint-sylvestre-des-voitures-incendiees-a-rennes-et-brest-01-01-2017-11349493.php

http://www.sudouest.fr/2017/01/01/sept-voitures-et-un-scooter-brules-sur-l-ile-de-re-3069868-4628.php

Certainement aurons-nous l’exploit d’une nouvelle baisse du nombre de voitures brûlées :

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/fait-divers/nuit-du-nouvel-an-2016-forte-baisse-des-violences-urbaines_1749971.html

Avec 100 000 chargés de la sécurité, ce qui n’a jamais été encore mis en place, on pourrait l’espérer !

Avec « problème majeur », voudrait-il dire attentat ? Ouf, encore 4 mois, pourvu qu’Allah leur évite -et nous évite- un nouvel exploit de ses adeptes !

Rajoutons 300 interpellés, pour agressions ou insultes à l’encontre des forces de l’ordre !

Amusez-vous tranquilles braves con-citoyens !

Jean-Paul Saint-Marc

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur***

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 03:33

La Villardière a falsifié l’Histoire d’Israël au profit des Palestiniens

Publié le 1 janvier 2017 - par 

Un diplomate israélien, a récemment fait sourire les délégations diplomatiques aux Nations Unies : Le représentant d’Israël qui venait d’être appelé pour faire son discours, déclara : « Avant de commencer mon discours, je désire vous raconter une histoire à propos de Moïse « : 

Lorsqu’il frappa le rocher et que l’eau se mit à jaillir, Moïse pensa « Quelle belle occasion de prendre un bain !!! « . Il se déshabilla, posa avec soin ses vêtements sur un rocher puis entra dans l’eau. Lorsqu’il en ressortit, ses vêtements avaient disparu, volés par un palestinien. »

Le représentant palestinien, estomaqué et furieux interrompit le discours du représentant israélien et s’écria : « Que racontez-vous? Les palestiniens n’étaient pas là à cette époque ».

Le représentant Israélien sourit puis dit : « Maintenant que ceci est clairement établi, je peux commencer mon intervention ».

Bernard de La Villardière a dû salement se faire taper sur les doigts suite à son reportage sur les banlieues pour oser sortir un tel torchon à propos de Jérusalem avec des sous-entendus digne des caricatures antisémites comme le Juif et l’argent, reprochant à un conférencier de vendre ses livres après sa prestation.

Suite à cette falsification de l’Histoire, Meyer Habib, député des Français de l’étranger de notre circonscription, s’adresse au PDG de M6 d’une manière si éloquente que je vous propose de le lire.

http://www.huffingtonpost.fr/meyer-habib/conflit-israelo-palestinien-m6/

Monsieur Meyer Habib ayant bien exposé le parti-pris de ce reportage, je ne reprendrais pas les mêmes arguments, par contre je vais en profiter pour détricoter des contre-vérités pourtant bien établies y compris par l’administration Israélienne.

Vous comprendrez d’autant plus mon analyse, du fait qu’aujourd’hui, l’intelligentsia Française tente de revisiter l’histoire de France.

L’affirmation « l’état d’Israël a vu le jour le 14 Mai 1948 »,  Archi faux : parler de création est une négation de l’histoire juive et de son antiquité, le terme adéquat devrait être renaissance (Tkhia).

Et sûrement pas le 14 Mai 1948, car ce jour-là, seuls deux événements ont eu lieu : David Ben Gourion a lu la déclaration d’indépendance, ce qui sous-entend que l’état existait déjà et Sir Alan Cunningham nous a fait une crise de nerf à Haïfa sous prétexte que les troupes égyptiennes n’avaient pas réussi à atteindre Ashdod.

De tout temps les Juifs furent présents en Israël, mais le renouveau Juif commence en 1770 ainsi qu’en 1808 par des religieux et il prendra son essor à partir de 1840 grâce aux bateaux à vapeur. La population globale à cette époque compte environ 50.000 personnes dont 10.000 Juifs, la plupart des Juifs résident à Jérusalem, ainsi qu’à Hébron, Tsfat et Tibériade qui sont les villes saintes du Judaïsme.

En 1860, Moses Montefiore fait construire les premières maisons hors des murs de Jérusalem, en 1876 est fondée la ville de Petah Tikva et en 1881, celles de Rishon Le Tsion, Gdera, Zikhon Yackov ainsi qu’une grande partie des villes modernes israéliennes. Entre 1850 et 1895, le mouvement sioniste a signé des accords pour un foyer national Juif sous souveraineté ottomane entérinés par des achats de territoires effectués par des investisseurs indépendants.

En 1895 le congrès sioniste de Bâle marque la volonté politique d’un état indépendant et Herzl reprend des négociations avec l’Empire ottoman, celles-ci échouèrent en 1896 suite à l’emprunt ottoman.

Pendant la première guerre mondiale, la France et l’Angleterre décidèrent de démanteler l’empire ottoman (accords Sikes-Picot en 1917) en 21 états Arabes sous mandats et 1 état Juif dans ce qui est appelé « la Palestine Mandataire » qui était composée de l’Etat d’Israël actuel et du désert de Syrie.

Les dirigeants des états Arabes nouvellement créés se sont plaints à Lord Balfour de la taille de l’état Juif et suite à cela le mouvement Sioniste accepte de se séparer du désert de Syrie sur lequel est créé la Jordanie (accords de Londres 1946), ce qui correspond à 80% du territoire.

Les accords Sikes-Picots furent entérinés par les accords de San Remo le 24 avril 1920, ce qui est la date réelle de la reconnaissance internationale de l’Etat Juif, confirmée par le traité de Sèvres et par la Société des Nations, même si cet état était sous mandat et non indépendant.

L’affirmation selon laquelle la Jordanie cède une partie de son territoire pour la création d’un état palestinien en 1948 est non seulement fausse mais grotesque car il reste à savoir ce qui aurait empêché de créer cet état après que celle-ci a conquis et administré ce territoire de 1949 à 1967.

Les accords de Londres de 1946 déterminent les frontières ouest de la Jordanie, du Jourdain en passant par la mer Morte jusqu’à Akaba, la Judée-Samarie n’en faisant pas partie. En 1947 la résolution 181 de l’assemblée générale de l’ONU prévoit un partage de ce qui reste de la Palestine mandataire en un Etat Juif indépendant et un nouvel Etat Arabe (remarquez que l’on ne parle pas de Palestine).

https://www.youtube.com/watch?v=5YcAmwKYPEM

Le mouvement Sioniste accepte une nouvelle fois de se séparer de 80% de leur territoire, mais la résolution onusienne est refusée par les états Arabes qui envahissent le pays, l’Egypte occupe la bande de Gaza, la Jordanie occupe la Judée-Samarie et Jérusalem Est.

Ces territoires seront libérés suite à la guerre des six jours de 1967, en 1988 la Jordanie abandonne toute souveraineté quant à la Judée-Samarie et en 1994 dans le cadre du traité de paix, il est spécifié que la route 90 qui longe le Jourdain, la mer Morte jusqu’à Eilat devra rester sous contrôle israélien si jamais il y avait un accord entre Israël et l’autorité palestinienne, la Jordanie ne voulant pas de frontière avec ladite autorité.

http://www.europe-israel.org/2014/08/ils-ont-vole-la-terre-des-juifs-les-arabes-ont-envahi-la-palestine/

Le résultat de l’invasion du territoire par les forces armées des états Arabes en 1948 fait que la résolution 181 non seulement n’a jamais été appliquée, mais de plus elle a été purement et simplement envoyée à la poubelle car les résolutions de l’assemblée générale de l’ONU ne sont pas contraignantes et doivent être acceptées par toutes les parties, en conséquences seuls les accords de San Remo définissent les droits et devoirs des états dans la région, ce qui fait que la Judée-Samarie est à Israël ce que l’Alsace-Lorraine est à la France, deux territoires qui furent repris par qui de droit.

L’affirmation de « colon », en ce qui la concerne, je la qualifie d’antisémite car elle a comme objectif de délégitimer la présence juive en Judée-Samarie, ce qui est un comble.

Une colonie est un territoire dont la métropole est séparée de ses colonies par des mers ou des états étrangers. A un caractère principalement commercial et de perspectives d’enrichissement des raisons de la prise de contrôle du territoire. N’a pas de présence constante et durable de ressortissants sur le territoire avant les immigrations.

Le territoire n’est pas le lieu où se sont déroulés les événements légendaires ou historiques constitutifs de la nation des immigrants ? Existence, sur le territoire, de vestiges historiques majeurs, variés et nombreux de la civilisation des  immigrés, datant d’avant les immigrations.

Le territoire fait-il office de lieu de gouvernement principal ou unique pour la nation des immigrés ? La perte du contrôle politique suprême du territoire signifierait-il la fin de la possibilité pour la nation des immigrés, de s’autodéterminer ? (1)

Par tous ces éléments, ni Israël ni la Judée-Samarie ne peuvent être considérées comme des colonies

http://www.lphinfo.com/meyer-habib-jamais-juif-ne-sera-colon-terre-ancestrale-jamais-ne-sera-etranger-a-jerusalem-judee-samarie/

L’affirmation  « terres palestiniennes » à partir d’une carte animée vous en montrant l’érosion supposée, se trouve être les seuls territoires sous autorité Palestinienne de tous temps, et ce suite aux accords d’Oslo en 1993.

En 1917, les Britanniques, suite au démantèlement de l’empire ottoman demandent à ce que tous les habitants de la Palestine mandataire prennent l’appellation « Palestinien » ; les dignitaires Arabes de la région refusèrent en arguant que ce terme était humiliant et qu’ils voulaient être appelés « Arabes ».

Les seuls habitants ayant étés appelés Palestiniens sont les Juifs depuis Rome jusqu’à l’indépendance de l’état Juif devenu Israël le 14 Mai 1948.

Drapeau de la Palestine avant l’indépendance de l’état d’Israël en 1948

Le terme Palestine vient de Rome en 135 après JC par l’Empereur Hadrien qui a débaptisé ce territoire suite à la deuxième révolte des Juifs contre les Romains, il a choisi ce terme en référence aux Philistins qui envahirent le pays en  -1200, c’était des Grecs de Crête et des îles de la mer Egée, entre eux ils s’appelaient « le peuple de la mer ». Ils furent décimés par Alexandre le Grand en -300 remplacés par d’autre Grecs que les Juifs ont battus en -200, c’est à ce titre que nous fêtons Hanouca. Ce terme est un mot biblique, donc Hébreu qui veut dire «envahisseur».

Ainsi, quand Arafat est allé à Moscou, fin des années 60, créer son pseudo-peuple « Palestinien » sur un coin de table au fin-fond d’un bureau du KGB, il s’est choisi comme nom une insulte.

https://www.youtube.com/watch?v=kANLcDZM-u0&app=desktop

Quant au droit International, la situation est claire : la Palestine est légalement le Foyer National du Peuple Juif et l’Etat d’Israël, le seul successeur légal.

http://michelgurfinkiel.com/articles/622-Isral,-la-Palestine-et-le-droit-international.html

http://www.dreuz.info/2016/12/25/la-cour-dappel-de-versailles-olp/

Mais surtout je ne comprends pas l’intérêt de toutes ces gesticulations alors qu’Israël n’est même pas dans la liste du comité de décolonisation de l’ONU.

http://www.dreuz.info/2016/12/26/ma-tete-explose-israel-nest-meme-pas-dans-la-liste-du-comite-de-decolonisation-de-lonu/?utm_content=buffera3d9b&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=buffer

Et de plus, par la résolution 80 l’ONU s’est interdite de créer un état Palestinien. Il s’agit de « la Clause du Peuple Juif ».

http://www.dreuz.info/2016/12/26/par-la-resolution-80-lonu-sest-interdit-de-creer-un-etat-palestinien/?utm_content=buffer8c67c&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=buffer

Nota bene : A l’heure où je boucle cet article j’apprends que le faussaire de l’information de France 2, Charles Enderlin a préparé ce reportage, ce qui m’étonne beaucoup moins.

http://www.dreuz.info/2016/12/21/vous-pensez-avoir-vu-un-reportage-sur-jerusalem-de-bernard-de-la-villardiere-vous-vous-trompez-cetait-de-charles-enderlin/

  • Source : Metula news agency

Laurent Auvigne-Ezran dit « le Gaulois-Judéen »

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 06:19

2017, pour une France islamischenrein

Publié le 31 décembre 2016 - par

L’Année 2016 s’achève. Il était temps !

Avec elle, nous avons vécu la période « la plus sombre de notre histoire ».

Si nous devions en faire un exposé succinct, nous dirions que la collaboration islamique des Français n’a eu d’égale que celle que nous avons subie au temps du nazisme.

A qui la faute ?

Bien évidemment, à cette équipe de socialo-verts qui a dirigé le pays depuis cinq ans. Ceux-là, menés par le plus grand traître à la France qui fut, n’ont cessé durant tout ce temps de démunir les Français pour installer avec tapis rouge et honneurs les représentants de la religion de paix et d’amour qui tue et détruit tout sur son passage.

Un Attila contemporain, en quelque sorte.

Pousse toi d’là que j’m’y mette. C’est exactement ce que  l’islam fait depuis près d’un siècle et demi.

Aurions-nous pensé que des infidèles à la patrie les aideraient de tout leur pouvoir ? Non. Sinon, même les plus à gauche des électeurs ne les auraient pas élus.

Cependant, une fois installés, ils ont mis toute leur passion, on  dira leur acharnement, pour dépouiller les Français de leur identité et de leur culture.

Au commencement, il y a eu l’interdiction des mots, des simples mots, comme « race » ou « arabe » ou « musulman ». Interdits. En France, il n’y a plus de races, il ne reste que des espèces. La plus dangereuse étant l’espèce de con mais, ça, tout le monde connaît, c’est universel, c’est sûrement pour ça qu’ils ont été élus.

Et puis, les années passant, ils ont interdit aux Français, le porc, le pinard, les réunions publiques, les drapeaux tricolores – mais le bleu-blanc-rouge, seulement, parce que, s’il est en vert-blanc-rouge, ça c’est autorisé, surtout s’il est agrémenté d’un croissant.

Pour finir, en cette fin d’année 2016, notre fête religieuse la plus importante, la plus célébrée en France, a purement et simplement été  boycottée, voire déconseillée, sous peine de poursuites judiciaires.

Sans nos sapins illuminés, sans nos crèches où l’enfant Jésus est honoré, sans nos chants de bienvenue au Roi du Monde, ce Noël 2016 était en deuil.

A qui la faute ?

Aux musulmans qui s’en sont réjouis ou aux socialo-verts qui ont voulu offrir à ces musulmans leur volonté d’éradication du christianisme en France ?

Parce que, sans chercher bien loin, on trouvera dans les injonctions qui nous ont été faites, une volonté de faire disparaître notre religion au profit de la religion islamique.

Par exemple, la Hidalgo, est-ce qu’elle nous a offert une soirée spéciale Noël, à la mairie de Paris ? Non. Pourtant, elle s’est empressée de jeter le couscous par les fenêtres quand ils ont fini leur mois ramadanesque.

Et les panneaux publicitaires dans l’espace public ? Vous savez, ceux qui coûtent si cher au contribuable, vous en avez vu qui nous souhaitaient un Joyeux Noël ? Parce qu’on se souvient que, pour ramadan, ils ont mis le paquet. Il n’y avait pas un coin de rue où on ne voyait pas un panneau déroulant envoyant le message : « La mairie de Paris vous souhaite un bon ramadan!».

Et les autres maires de France n’ont pas fait mieux. Ils ne se sont pas déplacés chez nous, Français moyens fêtant la naissance du Christ, avec les caméras de télévision et les journalistes de gauche pour dire quel bien ils pensent de nos coutumes. Estrosi, on s’en souvient, s’est fait filmer pendant une heure chez des musulmans de Nice, à cette occasion.

Nous, on lui aurait offert le foie gras et le homard, en plus de la dinde, s’il avait daigné nous rendre visite. Non. Il était heureux comme tout de partager les loukoums et les dattes. Ça faisait plus couleur locale.

Exactement dans l’air du temps, quoi. La nouvelle France comme ils veulent la dessiner. Judenrein, christenrein !

He oui ! Y en a que pour les musulmans. Les juifs et les chrétiens, qu’ils se grattent ! Comme si on n’existait pas !

Pourtant, cette année, ils auraient fait des économies, puisqu’Hanouka et Noël tombaient en même temps. La fête des Lumières illuminée par la fête de Noël, c’était un moment fort pour les Français juifs et chrétiens, vous ne trouvez pas ?

Bernique. Du moment que c’est pas musulman, y a pas de souhait, même si on éternue.

Vous remarquerez qu’on a fait succinct. On a juste parlé de cette Fête qu’ils nous empêchent de célébrer comme on le fait depuis l’an 354 de notre ère. Pas de l’ère musulmane, ils sont arrivés onze siècles plus tard.

Parce que s’il nous prenait l’envie de faire la liste de tout ce qu’ils nous interdisent pour que l’islam puisse se développer « harmonieusement » dans notre France européenne plurimillénaire, il faudrait reprendre tous les articles de Riposte Laïque depuis ce quinquennat et le compte n’y serait peut-être même pas.

Oui. Il était temps que cette année s’achève. L’année 2017 sera celle du changement, assurément.

En France, ceux qui sont au pouvoir ne reviendront pas de sitôt. La gauche et ses acolytes les verts, les laïcs à sens unique, les communistes et les autres se sont noyés dans un courant islamique qu’ils ont voulu nous imposer, ils ont eu tort.

En Amérique, l’islamiste Obama qui sévit dans le monde, n’en a plus que pour une vingtaine de jours. Une fois partis, tous ces gens iront faire du gringue aux Séoud et autres Qataris, que grand bien leur fasse.

Mais, pour que ce changement nous soit bénéfique, il faudra choisir celle qui, seule, pourra remettre à sa place cet islam invasif comme l’ont fait les États du groupe de Visegrád.

La Hongrie, la Pologne, la Tchéquie, la Slovaquie, toutes anciennement sous régime communiste de l’ancienne URSS, savent mieux que quiconque comment préserver leur identité parce qu’elles l’ont perdue pendant un temps et elles ont décidé que l’islam ne serait pas une religion DE leur pays parce qu’il représente un danger majeur.

A Cracovie, les Polonais viennent de proclamer Jésus-Christ, Roi de Pologne. En Tchéquie, le Président a assimilé immigration et terrorisme islamique. En Hongrie, le premier ministre refuse toute immigration musulmane. En Roumanie, le président a rejeté la nomination d’une musulmane comme Premier ministre.

N’écoutez plus les sirènes boiteuses de l’AFP, du Monde, de Libé ou de l’Huma. Ne vous fiez plus aux infos de BFM, I tele ou des chaînes nationales qui ne sont que des organes de propagande au service de l’islam.

Si nous voulons, longtemps encore, fêter en toutes libertés, Noël, Pâques, Pentecôte et l’Ascension, ’Hanouka, Roch Hachana, Yom Kippour et Pessa’h, nous nous devons de faire de la France, un pays islamischenrein, un pays sans islam.

En tout cas, un pays dans lequel l’islam n’imposera pas sa doctrine.

Que 2017 voie se réaliser notre vœu.

Danièle Lopez

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur***

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 06:14

Face à l’islam nous reculons, mais ça ne va pas durer !

Publié le 31 décembre 2016 - par


L’islam enseigne que la femme est inférieure à l’homme ? Les féministes se taisent.

L’islam impose le voile aux femmes ? Les féministes répondent que le voile c’est la liberté.

L’islam rejette nos valeurs ? Le Pouvoir accueille les valeurs islamiques.

L’islam exécute les homosexuels ? Les associations gays et lesbiennes dénoncent l’église catholique.

L’islam recourt à la peine capitale ? Les abolitionnistes fustigent les Etats américains qui l’appliquent.

L’islam brandit le sabre ? Les pacifistes restent muets.

L’islam condamne la démocratie ? Les démocrates s’en prennent au Front National.

L’islam refuse la laïcité ? Des laïques accusent la laïcité de discriminer l’islam ; d’autres montrent la crèche du doigt !

L’islam vitupère les chrétiens ? Jean-Paul II baise le Coran.

L’islam appelle à tuer les infidèles ? Le Pouvoir répond que l’islam est une religion d’amour.

L’islam ne tolère pas les autres religions ? Le Pouvoir répond que l’islam est une religion de tolérance.

L’islam prêche la guerre sainte ? Le Pouvoir répond que l’islam est une religion de paix.

L’islam affirme que la Terre est plate et immobile ? La communauté scientifique ne trouve rien à redire.

L’islam déclare qu’il veut conquérir l’Europe ? L’Europe lui ouvre grandes les portes.

Et le jour où l’islam nous aura conquis, peut-être comprendrons-nous que notre premier ennemi, c’était nous-mêmes !

Et cependant, les choses ne se passeront pas ainsi, car les Français savent à quel point 2017 est un tournant dans leur Histoire. Or, s’ils le savent, c’est précisément parce qu’ils comptent bien reprendre leur destin en main. Tel est le vœu de tous les patriotes !

Maurice Vidal

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur***

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 06:09

2017 : Ne vous laissez plus empoisonner par l’agro-alimentaire

Publié le 31 décembre 2016 - par

 

Pour ceux qui ne connaissent pas la revue Santé Corps et Esprit, véritable lettre de réinformation,

http://solutions.sante-corps-esprit.com/inscription-projet-sante-corps-esprit/?sourcecode=XSW2S506

voici quelques extraits de la dernière publication, tirés d’un livre explosif, « Mais vous êtes fou d’avaler ça », publié par un ingénieur qui a travaillé dans l’industrie agro-alimentaire.

Des révélations stupéfiantes sur l’envers du décor de cette industrie.

De quoi s’interroger sur ce qu’il y a réellement dans nos assiettes.

 

Et comprendre pourquoi la mondialisation, libérée des contraintes douanières, réglementaires ou environnementales, sert des intérêts financiers avant de se préoccuper de la santé des consommateurs.

Comme l’industrie pharmaceutique ne recule devant aucune combine pour inoculer à nos enfants sa vaccination merdique à l’aluminium, des industriels de l’alimentaire ne reculent devant aucune combine pour nous faire avaler de la « merde », en nous vendant des produits que nous ne devrions jamais consommer.

http://ripostelaique.com/avec-cazeneuve-touraine-des-seringues-sous-le-sapin-de-noel.html

Ainsi, des crottes de rat dans votre paprika, raconte cet ingénieur :  « On a un problème, m’annonça mon boss. On s’est fait enfler par un Indien sur un lot de piment. La marchandise est pleine de crottes de rat. Et maintenant on a 100 tonnes de cette merde sur les bras. Il me faut une solution. Hors de question de jeter 80 000 euros de came ».

Au lieu de détruire ce stock impropre à la consommation, l’industriel a trouvé la solution en vertu d’un droit à 0,5% de « matière étrangère » dans ce type de produit.

En faisant néanmoins subir à ce stock un traitement thermique de choc pour détruire les bactéries dangereuses, puis en le broyant le plus finement possible et en le mélangeant avec un stock de piment propre afin de respecter, en cas de contrôle, la norme de 0,5% de « matière étrangère ».

Et le tour est joué ! Avec la terrible conclusion de cet ingénieur :  « J’aimerais vous dire que cette opération de nettoyage est un cas isolé, mais il nous est arrivé à de très nombreuses reprises de recevoir des lots d’épices de Turquie ou d’Egypte contenant des fientes d’oiseaux, du poivre d’Inde ou de Chine avec ces mêmes crottes de rat et de souris, des mégots de cigarettes et divers déchets ».

Ainsi, cette autre histoire hallucinante de thés bourrés de pesticides :

« – Tu n’as pas l’air dans ton assiette, Dany ? Un truc qui cloche ?

– C’est à cause des pesticides. J’ai 300 tonnes de thé vert de Chine en stock et c’est pourri en pesticides, des doses à tuer un cheval.

– Et alors ? C’est pas nouveau, dis-je, surpris qu’il s’inquiète pour si peu. On a toujours trouvé plein de pesticides dans les thés chinois, largement au-dessus des normes en général, tout le monde le sait et personne n’a jamais rien trouvé à redire.»

– Si on doit détruire 300 tonnes de came, je vais me faire lourder ».

Sauf que cette fois, c’est différent.  Car c’est la brigade de détection des fraudes elle-même qui a découvert cette surdose de pesticides. Mais, à la surprise générale, Dany apprendra quelques jours plus tard que les Fraudes l’autorisent finalement à mettre ce thé toxique sur le marché :  « J’ai reçu un coup de téléphone de l’inspecteur qui m’a dit qu’on pouvait y aller. Il ne veut pas nous autoriser officiellement à vendre un produit hors normes, mais ils fermeront les yeux ». Hallucinant, non ?

Notre ingénieur l’apprendra de la bouche même de l’inspecteur qui a pris cette décision ahurissante : « Sur le ton de la confidence, il me dit que tous les importateurs de thé vert de Chine avaient été contrôlés en France et partout ailleurs en Europe, et que, bien entendu, le niveau de pesticides était trop élevé chez tout le monde. L’information était remontée aux plus hautes instances des États et il avait été décidé qu’il était urgent… de ne rien faire. Surtout ne pas fâcher la Chine, pour qu’elle continue à nous acheter quelques avions et ne bloque pas le vin français, les voitures allemandes, ou l’edam de Hollande à ses frontières. »

D’autres exemples ahurissants, ci-dessous :

https://www.youtube.com/watch?v=_hRXHYgGitg

Alors, n’est-elle pas nuisible au consommateur cette Union Européenne libérale inféodée à la ploutocratie mondiale du profit ?

Cette U.E. que veulent continuer à nous imposer des imposteurs comme Fillon, Macron, Mélenchon et Valls. Entre autres.

Avec ses frontières ouvertes à tous les vents pour le grand marché organisé sans foi ni loi, par les collabos-commissaires européens soumis depuis des décennies à la mondialisation libérale, immigrationniste et multiculturaliste.

En 2017, la reprise en main de notre souveraineté est la seule solution.

Alain Lussay

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur***

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée