Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 03:54

2017 dernière chance avant le Grand Remplacement : Français, libérez le territoire !

Publié le 13 mars 2017 - par 

 

http://static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2017/03/Invasionmigratoire4.jpg
Quand un ami de Riposte Laïque, l’écrivain Renaud Camus, répond aux questions d’un autre ami de Riposte Laïque, l’homme politique et éditeur Renaud Karsenty, cela donne un livre d’entretiens, intitulé « 2017, dernière chance avant le Grand Remplacement ». Et l’occasion de discuter avec l’homme qui a inventé ce concept, de plus en plus présent dans la vie quotidienne des Français…

Riposte Laïque : Vous nous proposez, de manière inédite, un nouveau livre, intitulé « 2017, dernière chance avant le Grand Remplacement », où vous répondez aux questions de l’éditeur Philippe Karsenty. Comment est né ce projet ?

Renaud Camus : Oh ce n’est pas un nouveau livre à proprement parler, pas un livre-livre : ce sont des entretiens avec Philippe Karsenty, adjoint au maire de Neuilly, que j’ai rencontré lors de la visite en France du Middle East Forum, venu se rendre compte de la situation en Europe. Daniel Pipes, le président du Middle East Forum, m’avait proposé, à travers notre ami commun Michel Gurfinkiel, de faire une conférence sur le sujet. Philippe Karsenty était là aussi, il a également pris la parole, très brillamment. Et il m’a proposé cet ouvrage de conversation, où j’ai l’occasion de reprendre et résumer mon point de vue.

http://static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2017/03/RenaudCamus2017dernierechance.jpg

Riposte Laïque : Que doit-on comprendre d’un tel titre ? C’est, pour vous, la victoire de Marine qui serait la dernière chance de la France ? Et dans ce cas, alors pourquoi avoir annoncé votre candidature à la présidentielle ?

Renaud Camus : Non, ce n’est pas nécessairement l’élection de Marine Le Pen qui est la dernière chance pour la France : c’est la révolte, le grand refus de la colonisation, le rejet du changement de peuple et de civilisation. L’élection présidentielle est la dernière chance pour que cette question capitale, la submersion migratoire, affleure enfin clairement dans le débat. Ensuite elle pourra toujours revenir, bien sûr, elle reviendra nécessairement, même, car les peuples ne meurent pas comme ça : mais ça ne sera plus politiquement, dans le cadre des lois et de la Constitution. L’occupant est déjà trop présent pour cela, il aura bientôt trop de poids dans le processus électoral. Si tout cela est remis sur le tapis, et c’est le cas de le dire, ce sera nécessairement, hélas, sur un autre mode. 2017 est la dernière chance pour une solution politique (et pacifique) au problème posé par la conquête en cours. Il n’y aura plus d’autre alternative, après cette élection présidentielle, que la soumission ou la guerre. Personnellement, et quoique avec horreur, je préfèrerais encore la guerre à la soumission. La guerre n’aurait d’ailleurs aucun caractère deguerre civile, malgré l’ampleur de la Collaboration : ce serait une classique guerre de libération coloniale. Mais si l’on pouvait l’éviter…

Riposte Laïque : Au fait, où en êtes-vous de cette candidature ?

Renaud Camus : Nulle part. Il semble à présent exclu, à moins d’un miracle, que j’obtienne les cinq cents signatures qui me permettraient de me présenter. Il faut bien comprendre que ce que je dis est très exactement ce que notre société ne veut entendre à aucun prix. La colonisation de la France, c’est ce dont il ne doit être question sous aucun prétexte. Tous les élus que je rencontre, une fois un peu en confiance et quand il s’oublient, me racontent des histoires à faire dresser les cheveux sur la tête (si j’ose dire) à propos de l’attitude de l’occupant, qu’il s’agisse des cantines scolaires, du prétendu “logement social”, des caillassages de pompiers ou des subventions qui coulent à flots pour acheter la prétendue “paix sociale”. Mais ils ne veulent pas signer de déclaration de parrainage. Ils sont à l’image de l’Europe : ils aiment mieux mourir que d’avoir des ennuis. Ils craignent plus un froncement de sourcil de la Collaboration que sept siècles de soumission. Ils ont plus peur d’un mot de travers à l’agglo que du mépris de leurs petits-enfants, dans vingt ans.

Riposte Laïque : Sans vouloir révéler le contenu de ce livre, quel message fort avez-vous souhaité faire passer, en répondant aux questions de Philippe Karsenty, qui, faut-il le rappeler, est maire-adjoint LR à Neuilly ?

Renaud Camus : Oh, mon message tient facilement en deux mots,Révoltez-vous !, ou en trois : Résistance, Libération, Décolonisation. Je crois que nous avons trois modèles principaux : premièrement la lutte des peuples pour leur droit à disposer d’eux-mêmes, notamment en Europe au XIXe siècle, Grèce, Serbie, Hongrie, Pologne, etc., aujourd’hui Kurdistan, Kabylie, Sahara ou Tibet ; deuxièmement la résistance, bien sûr, au temps de la Première Occupation et de la Première Collaboration ; troisièmement, et peut-être principalement, toutes les luttes anticolonialistes, Gandhi, Soekarno, Frantz Fanon, Jomo Kenyatta, Bourguiba, Ben Bella, etc. Il nous faudrait un FLN, un Front de Libération Nationale, et même européenne. L’urgence est sortir une bonne fois de l’ère colonialiste de l’histoire du monde, des colonisations et contre-colonisations, et d’en arrêter à jamais le balancier fou, de préférence au-dessus de la Méditerranée.

Riposte Laïque : Vous avez souvent un regard très particulier sur l’analyse des situations politiques. Comment voyez-vous cette élection présidentielle, à six semaines du premier tour ?

Renaud Camus : Comme des élections impériales à Byzance, en 1452, où il ne serait question que du prix de la patente pour les échoppes de l’avenue Théodora, du point indiciaire de retraite pour les bateliers du Bosphore ou de la forme du pictogramme sur la porte des toilettes transgenre. C’est le sexe des anges dans sa perfection absolue : on parle de tout sauf de l’invasion, de la colonisation et du comportement des troupes d’occupation. Jamais dans l’histoire du monde un peuple n’a été hébété à ce point. Il meurt dans un moment de distraction.

Il y a au moins un élément de clarté, toutefois, c’est Macron. Macron a tous les caractères de l’évidence. Il est l’incarnation idéale du remplacisme absolu. Peuples, cultures, nations, tout cela n’a plus aucune signification pour lui. Il représente la fin du politique et des politiques, le passage au gouvernement direct par les banques et par la finance hors-sol, évidemment antiraciste puisque l’interchangeabilité générale est la condition de fonctionnement des industries de production de la MHI, la Matière Humaine Indifférenciée. En l’élisant la France serait le premier pays à adopter la Davocratie directe, le gouvernement par Davos.

Riposte Laïque : Vous avez rejoint le Siel. Serez-vous candidat aux prochaines élections législatives ?

Renaud Camus : Pas que je sache, non. Mon intention n’a jamais été de faire une carrière politique : il serait d’ailleurs un peu tard pour y songer. Ma seule ambition est de pousser un cri, un hurlement même, mais tout est fait pour qu’il soit étouffé, comme le vôtre. Tout jeune vieillard que je suis, je suis le petit garçon d’Andersen, celui qui dit que le roi est nu, c’est-à-dire qui nomme l’évidence indicible : l’invasion, la conquête, la colonisation gabegique, l’occupation bidonvillesque, la collaboration, la soumission — tout ce contre quoi nos ancêtres ont souffert mille morts et que nous acceptons d’un cœur hagard, par l’effet d’un abrutissement savamment créé et entretenu.

Riposte Laïque : Avez-vous un nouveau livre dans les tuyaux, que vous auto-éditerez, si nous avons bien compris votre souhait de ne plus passer par les éditeurs ?

Renaud Camus : Ah, pour le souhait, c’est eux qui ont commencé, hein, en me fermant toutes les portes… Mais je m’en accommode assez bien. Quant aux projets littéraires, j’en ai plutôt trop que pas assez. Il y a toujours un livre dans les tuyaux, comme vous dites, et plutôt deux ou trois qu’un. Celui qui va sortir le plus prochainement est mon journal pour l’année 2016, Insoumission.

Riposte Laïque : Quelque chose à ajouter, Renaud ?

Renaud Camus : Révoltez-vous, entrez en résistance, libérez le territoire — mais ce n’est pas à vous que je vais dire ça !

Propos recueillis par Pierre Cassen

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article
12 mars 2017 7 12 /03 /mars /2017 01:09

Le Coran Brûlant, de Lisa Guimard : de l’humour pour dénoncer le mal

Publié le 11 mars 2017 - par 

http://static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2017/03/CoranBrulant.jpg

Sonia, professeur en sociologie réunit chez elle cinq étudiants croyants et athées pour les faire réagir sur les textes d’un livre dont elle a caché le titre. Pour les besoins de son étude, elle a remplacé le mot » Infidèles » qui dans ce livre désigne les juifs, chrétiens et les incroyants, par le mot « Musulmans ». Ainsi au lieu de leur lire : « Dieu a promis aux infidèles le feu de l’enfer », elle lira : « Dieu a promis aux musulmans le feu de l’enfer ». Au lieu de lire : « quand vous rencontrerez les infidèles (Juifs, Chrétiens, Athées), tuez-les jusqu’à en faire un grand carnage », elle leur lira : « quand vous rencontrerez les musulmans, tuez-les jusqu’à en faire un grand carnage. » Après lecture d’une quinzaine de versets de ce genre les étudiants se révoltent et c’est finalement le jeune Youssouf déchaîné qui jette ce livre raciste dans le feu de cheminée.

Après avoir constaté que cet ouvrage c’est le Coran, les étudiants sont dès lors déterminés à approfondir, les véritables textes qu’ils découvrent : heureusement Sonia est là pour répondre à toutes les questions qui les perturbent. S’ils approuvent avec bonheur la beauté de certains messages éclairés et humanistes, ils rejettent la violence extrême des versets qui ordonnent ni plus ni moins que de tuer les juifs, les chrétiens les athées et même les musulmans modérés, considérés comme des non-croyants.

En dénonçant le mal à sa racine, cet ouvrage « Le Coran brûlant » constitue les prémisses d’une prise de conscience, et cultive l’espoir d’édifier, avec franchise, les bases d’une véritable fraternité entre le peuple musulman et les autres peuples.

L’auteur dans l’écriture de son récit, utilise une forme narrative vivante et étonnamment pleine d’humour. Cette forme de narration, lui permet de dénoncer courageusement les versets violents qui incitent à la guerre contre les non musulmans ; versets sacrés que personne n’ose critiquer, versets à l’origine de la haine séculaire entre les croyants musulmans et les non croyants, versets que l’on enseigne aux jeunes dans les écoles coraniques (madrasas), mais que l’on essaie d’occulter officiellement en faisant passer le Coran pour un livre de paix et d’amour.

L’auteure, manifeste d’étonnantes connaissances du Coran mises judicieusement à la portée de tous par l’intermédiaire d’une fiction animée.

On peut se procurer ce livre étonnant, Le Coran Brûlant ‘’ sur le site internet :www.Amazon.fr ‘. J’ignore tout de cette auteure si courageuse Lisa Guimard, mais retenons que l’originalité de son ouvrage vient du fait qu’elle offre au lecteur une mise en scène stupéfiante entrecoupée de dialogues pleins d’humour, et de citations bien placées des versets sacrés, sources de révélations du texte coranique que tout un chacun découvrira avec surprise.

Patrick Granville

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article
11 mars 2017 6 11 /03 /mars /2017 22:00

Les Saoudiens vont virer 5 millions d’immigrés : silence de Hollande !

Publié le 11 mars 2017 - par 

http://static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2016/08/Hollandelegionhonneur.png

Chez nos “amis” saoudiens, ces despotes arriérés que François Hollande ne cesse de chouchouter, les immigrés sont devenus indésirables.

Alors qu’il faudrait couper les ponts avec toutes ces monarchies moyenâgeuses, nous leur faisons des courbettes pour quelques barils de pétrole et quelques juteux contrats d’armement.

C’est pitoyable. L’Elysée se vend pour quelques pétro-dollars.

On se plie à tous les caprices de la famille royale.

On privatise une plage publique pour plaire au roi.

On écarte les femmes des équipes policières chargées de sa sécurité.

On décore un prince saoudien de la Légion d’Honneur.

On accepte les mosquées salafistes quand l’Arabie interdit les églises.

Le principe de réciprocité, seule règle équitable dans les rapports entre Etats, la France ne connaît pas et se soumet docilement aux diktats des monarchies arabes.

La patrie des droits de l’homme se compromet avec le régime saoudien qui promeut le wahhabisme à travers l’Europe, l’islam le plus radical qui soit, qui n’accorde aucune liberté aux femmes et qui finance le terrorisme depuis des lustres. Elle est belle notre morale qui se veut universelle !

5 millions de travailleurs étrangers sont donc sur le point d’être expulsés, accusés dans la presse d’occuper le pays “de façon sournoise”. Traités comme des esclaves, ils subissent le contrecoup de l’effondrement du prix du brut.

“Aucun peuple n’accepterait qu’il y ait des générations de personnes insaisissables qui changent la démographie, qui constituent de graves dangers et qui nous embêtent sur le plan sécuritaire et sur le plan de notre vie sociale.”

Bien entendu, ce droit de rester maitres chez eux, que nos élites refusent au peuple français, n’offusquera personne chez les apôtres du politiquement correct.

“L’Arabie aux Saoudiens”, c’est légitime. Mais “Les Français d’abord”, c’est du racisme.

“Il s’agit également pour les autorités saoudiennes de concrétiser la “saoudisation de l’emploi”. En France on ouvre les vannes malgré nos 6,5 millions de chômeurs.

Quand on regarde l’état de délabrement du monde arabe, après la destitution de tous les despotes pro-occidentaux, on mesure combien les deux guerres du Golfe ont été des erreurs monumentales.

Il eut mieux valu laisser Saddam Hussein avaler les monarchies du Golfe et s’emparer du pétrole.

Nous n’aurions pas connu de 11 septembre 2001. Et son pétrole, Saddam ne l’aurait pas bu, il nous l’aurait vendu.

Nous avons fait le choix stupide de sauver les monarchies du Golfe qui sont le terreau du terrorisme. Nous avons sauvé ceux qui veulent islamiser l’Europe.

Al Qaïda et Daech sont des monstres que les Occidentaux ont enfantés.

Il est temps de couper les ponts avec des régimes qui veulent la perte de l’Occident.

Rapprochons nous de la Russie, qui partage les mêmes valeurs que nous et qui nous fournira tout le pétrole et le gaz qu’on peut souhaiter.

Jacques Guillemain

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article
11 mars 2017 6 11 /03 /mars /2017 17:36

La France va découvrir le vote ethnique

Publié le 10 mars 2017 - par Anne Lauwaert - 35 commentaires - 1 808 vues

Partager

http://static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2017/01/votemusulmanMantes.jpgVu de l’extérieur. Ce qui se passe en France a toujours été, et aujourd’hui plus que jamais, est vital et cette fois peut même être mortel, pour toute l’Europe. Il est impérieux que la droite l’emporte. Donc, “le Système” fera TOUT pour que la droite ne l’emporte pas. La gauche est à la débandade, donc déjà à la merci du Système. La droite doit l’emporter, n’importe comment et la fin justifie tous les moyens. Quelle droite ? Ceux qui ont compris que le logo de campagne “AJ !” de Juppé signifie Ali (puisque A comme A, le J est un L en arabe et le ! est un i renversé) n’ont pas voulu de lui car trop impliqué dans “la mosquée” et ils ont voté Fillon. Le Système n’a pas été content et est allé chercher les poussières balayées sous les tapis de chez Fillon et le tour est joué : tous contre Fillon… car Fillon est un voleur… Mais ils sont tous des voleurs : il suffit de chercher et on trouve. N’importe quel citoyen “honnête” qui a 1 fois utilisé le téléphone du bureau pour un appel privé est un voleur. Plus grande est l’occasion, plus visible est le larron.

Le nombre des mécontents qui plébiscitent Marine Le Pen augmente ? Le Système va la torpiller en récupérant les poussières sous ses tapis. Immunité parlementaire révoquée. Bravo le Système : à la guerre comme à la guerre et la fin justifie les moyens. La fin c’est Macron. Peu importe qu’il soit brillant ou nul, honnête ou voleur, l’important c’est qu’il soit élu car il est la créature du Système.

Logiquement la droite et même la gauche, devraient aller récupérer les poussières sous les tapis Macron. Ben, pas du tout… les droites s’acharnent sur Fillon au lieu de faire bloc contre Macron… Est-ce si difficile d’attaquer Macron ? Mais pas du tout : lui aussi a des tapis.

Est-ce Machiavel ou Sun Tzu qui explique qu’en premier lieu il faut décrédibiliser l’adversaire, même les mamy qui font du Tai Chi savent qu’il faut déstabiliser l’adversaire… Le Système le fait avec Fillon et Le Pen, pourquoi ne pourrait-on pas le faire avec Macron ?

Lors de l’élection précédente, si après la ridicule tirade du “moi président” Sarkozy avait éclaté de rire et répondu “Bravo Cyrano, mais gouverner la France, ce n’est pas de la comédie” il aurait déstabilisé Hollande et même gagné l’élection car il aurait eu les rieurs de son côté. Au lieu de cela il est resté bouche bée comme nous tous, ahuris par tant de bêtise et les Français ont voté Hollande… 5 ans de gauche /Système… On ressort Juppé dont on n’a pas voulu, car il est le plus Système-compatible…

Il est capital que toutes les droites fassent bloc derrière 1 candidat, même en se pinçant le nez : l’union sacrée pour faire élire un candidat de droite. Juppé a été désavoué et Marine continue à faire peur, il reste Fillon. Que Fillon soit un voleur ou un honnête homme n’a aucune importance, la seule chose qui compte c’est qu’un candidat de la droite soit élu. Après l’élection vient le temps des tractations pour un gouvernement d’union nationale de droite… Un quinquennat avec les ego au frigidaire dans le but vital d’échapper à la gauche/Système et pour, pendant ce quinquennat de droite, pouvoir préparer l’élection de 2022 tout en se servant de l’avantage d’être au pouvoir.

Si le candidat de droite n’est pas élu ce sera le candidat du Système qui sera élu. Attention cela ne sera pas “un quinquennat pour RIEN”, bien au contraire ce sera encore un quinquennat pour le Système . C’est quoi ce “Système” ? C’est tout ce que vous ne voulez pas : les procès pour faire taire les Zemmour, Christine, Pierre, Sébastien, Marine et les autres suivront, immigration, directives de l’UE, traités transatlantiques, frontières ouvertes, travailleurs à 5€/h, mosquées, cours d’arabe, nivellement de l’éducation par le bas, banlieues perdues, violences, émeutes, suicide des paysans… et même “la guerre civile qui vient”… Disons « Mondialisme » ou « le Nouvel Ordre Mondial »? Je ne vais pas vous énumérer tout ce que vous ne voulez pas, il suffit de citer Hollande chez les Franc-Maçons: cf.

http://www.bvoltaire.fr/remymahoudeaux/transhumanisme-francois-hollande-evoque-boussole-franc-maconnerie

“mutations inouïes” “nouvelles technologies du vivant” “transhumanisme” “homme augmenté” “bouleversements” et… “le progrès ne doit pas être suspecté, nous devons le favoriser”

Ça ne sera pas un quinquennat pour RIEN, ça sera un quinquennat décisif.

A ce propos écoutez ce qu’en dit l’algérien Aldo Sterone dans le dernier tiers de sa vidéo « La France découvre l’ethno-mathématique »

https://www.youtube.com/watch?v=fw7a2ftUGDo

dans laquelle il explique que dans le Tiers Monde, ce n’est pas le programme politique qui compte mais l’appartenance ethnique et c’est ce qui est en train d’arriver en France. (mais aussi dans toute l’Europe)

« Ce sera l’ethnie majoritaire qui va avoir quelqu’un au pouvoir » « ça finit par des jeep pleines de gamins, des machettes, des Ak47 » « viendra le moment où sans le vote communautaire il sera impossible en France de faire passer quelqu’un à la présidence » « l’ethno mathématique française est particulière : ce n’est pas chaque ethnie qui vote pour son représentant ethnique parce que Juppé ou Hollande ou Macron ne vont pas être le représentant ethnique d’arabo-musulmans originaires du Maghreb, mais ilsdonnent des gages à cette communauté religio-ethnique » « en face il y a les Français qui ne sont pas issus de cette immigration et qui ne se perçoivent pas comme une entité ethnique et qui vont écouter le discours politique et qui vont être divisés – les « Français de souche », leur vote sera éclaté – très peu vont voter sur des bases ethniques – des outsiders peuvent jouer de manière effrontée le vote ethnique – le vote ethnique + une partie de l’électorat non ethnique ça peut faire l’affaire – cette ethno mathématique est en train de s’imposer de plus en plus, je crois franchement que 2017 sera la dernière élection en France qui sera potentiellement gagnable sans ethno mathématique, mais c’est la dernière, le sentiment ethnique devient de plus en plus fort, le fossé devient de plus en plus profond entre les ethnies présentes en France »…

Ça, c’est un blogueur algérien qui nous le dit et comme réponse, l’électeur français, qui est pourtant le premier concerné, se contente de glousser « Fillon l’a dans le fion »… Il en va de la France, il en va de l’Europe.

Anne Lauwaert

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article
11 mars 2017 6 11 /03 /mars /2017 17:32

Que Belkacem se taise, et prépare ses valises !

Publié le 10 mars 2017 - par Josiane Filio - 22 commentaires - 1 611 vues

Partager

http://static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2017/03/belkacem-a-rtl-e1489171214257.jpg

Ah, comme elle sait être virulente la punaise, forte de son pompeux titre de ministre de l’Education nationale, quand il s’agit de taper sur le camp adverse ; en l’occurrence Marine Le Pen et François Fillon, s’étant permis de donner leur avis sur les dernières violences dans un lycée de Seine-Saint-Denis ; le premier évoquant une « guérilla urbaine, la seconde accusant le gouvernement de passer plus de temps à faire campagne pour l’élection présidentielle qu’à gouverner (Messieurs Hollande, Cazeneuve, Le Roux » si vous nous lisez).

Les deux ayant également l’outrecuidance de se défendre contre les sordides affaires déterrées en pleine campagne électorale, par son camp de mauvais perdants manipulateurs.

« Monsieur Fillon ou madame Le Pen, je le rappelle, à titre personnel, dans le cadre de cette campagne se soustraient à la justice pour les affaires qui les concernent, passent leurs temps à déclarer la justice de ce pays illégitime et non-indépendante. Comment veulent-ils faire respecter cette même justice ensuite par les jeunes qui nous écoutent ? Donc moi je leur dis : « commencez par vous occuper de vos affaires, respectez la justice et la sécurité de ce pays et ensuite vous pourrez donner des leçons » a-t-elle éructé !

http://video.lefigaro.fr/figaro/video/vallaud-belkacem-a-fillon-respectez-la-justice-et-ensuite-vous-donnerez-des-lecons/5353001037001/

Or, si quelqu’un ferait bien mieux de s’occuper de ses affaires au lieu de vilipender des adversaires respectables malgré ses dires, c’est bien cette péronnelle au visage bouffi de vanité et de haine.

Comme son patron le nullissime Hollande qui prétend laisser un bilan positif, est-elle si satisfaite du sien concernant l’Education Nationale ?

Cela ne semble pourtant pas le cas si l’on en juge par le rapport de la Cour des Comptes, dénonçant le système de remplacement des professeurs absents, par des mots très durs : « Point faible », « échec durable », « situation dégradée » …

« Selon un référé rendu public le 8 mars, 5 à 20 % seulement des absences de courte durée sont remplacées, et le système éducatif produit lui-même ces absences ».

« Ce n’est pas l’absentéisme des professeurs que la Cour des comptes met en cause, mais plutôt le fonctionnement du système éducatif qui produit, lui-même, des heures de cours perdues. Selon une enquête ministérielle à laquelle il est fait référence dans le rapport (menée chaque année sur un échantillon d’environ 900 établissements), 80 % des absences non remplacées sont dues à des « motifs institutionnels » : participation à des jurys ou à l’organisation d’examens, sorties scolaires, formation continue des enseignants…

Ainsi, Superwoman Najat n’a donc pas réussi ce challenge qui normalement, pour madame je-sais-tout, aurait dû être rapidement liquidé.

http://www.lemonde.fr/education/article/2017/03/08/la-cour-des-comptes-denonce-l-echec-durable-du-remplacement-des-enseignants-absents_5091389_1473685.html

On comprend mieux sa rage devant les piques de Marine Le Pen, d’autant plus qu’en laissant ainsi s’exprimer son mépris et sa hargne sur une célèbre radio, elle ne fait que confirmer que ce qui visait le gouvernement en général, la concerne tout particulièrement.

Il est vrai que, toujours comme Hollande, elle ne perd aucune occasion de se balader, et dans ses conditions on admet volontiers que ses dossiers puissent prendre du retard …

https://www.francebleu.fr/infos/politique/najat-vallaud-belkacem-en-visite-en-correze-ce-vendredi-1484150031 janvier 2017

http://www.leparisien.fr/creteil-94000/creteil-najat-vallaud-belkacem-en-visite-au-college-laplace-20-09-2016-6136035.php septembre 2016

https://www.ac-strasbourg.fr/academie/actualites/toutes-les-actualites/actualite/article/visite-de-najat-vallaud-belkacem/ juin 2016

https://www.francebleu.fr/infos/education/najat-vallaud-belkacem-en-visite-dans-le-puy-de-dome-1457367268 mars 2016

En revanche, il semble curieux, qu’alors que son ministère ne soit pas au top, loin s’en faut, madame la ministre ait trouvé indispensable de se rendre en Tunisie et en Algérie(pourquoi pas au Maroc pendant qu’elle y était ) comme si la lourde tâche incombant à son ministère n’exigeait pas de sa part une présence en ses bureaux plus effective …

http://static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2017/03/najat-en-algerie-e1489171392858.jpg

http://www.najat-vallaud-belkacem.com/2015/10/25/la-visite-officielle-en-algerie/octobre 2015

http://static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2017/03/najat-en-tunisie-e1489171479625.jpg

http://www.najat-vallaud-belkacem.com/2014/12/06/visite-officielle-en-tunisie-relever-ensemble-les-defis-de-leducation-et-de-la-recherche/ décembre 2014

D’autant plus qu’en mars 2013, c’est une chaine de télévision française qu’elle honorait de sa présence, pour y briller en raillant une représentante du camp adverse :

« Invitée de Canal Plus ce 29 mars, Najat Vallaud-Belkacem s’est prêtée au jeu de questions-réponses de la rubrique « normal/pas normal », la première question portant sur un tweet de Nadine Morano. Elle en a profité pour moquer les fautes d’orthographe de l’ancienne ministre »

http://static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2017/03/tweet-morano-e1489171612881.jpg

http://lelab.europe1.fr/najat-vallaud-belkacem-moque-les-fautes-d-orthographe-de-nadine-morano-dans-ses-tweets-8123

En 2014 c’est sur l’orthographe de Jean-François Copé qu’ elle ironisait !

http://lelab.europe1.fr/najat-vallaud-belkacem-ironise-sur-l-orthographe-de-jean-francois-cope-12879

Ce qui, venant de celle qui régulièrement est raillée sur les réseaux sociaux pour sa prose et son orthographe défaillantes, ne manque pas de piquant !

http://static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2017/03/tweet-sos-education-e1489171844239.jpg

En 2014, alors ministre des Droits des Femmes, elle « tweetait » au PSG qui conservait son titre de champion de France : « J’adresse mes plus chaleureuses félicitations au Paris Saint-Germain qui a fait rêvé (sic) notre jeunesse ».

En février 2015, elle commettait une faute d’accord avec un complément d’objet direct placé après le verbe (« nous avons réunis »). Par deux fois, les tweets ont été supprimés puis repostés sans coquille. L’erreur est humaine, sauf pour une ministre de l’Education nationale.

http://www.programme-tv.net/news/people/105542-najat-vallaud-belkacem-moquee-par-les-internautes-pour-une-nouvelle-faute-d-orthographe/

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2014/12/12/31003-20141212ARTFIG00394-najat-vallaud-belkacem-ou-le-degre-zero-de-l-education.php

http://www.lepoint.fr/editos-du-point/sophie-coignard/najat-vallaud-belkacem-mediocre-a-l-ecrit-29-04-2015-1924971_2134.php

Et comme à Riposte, nous sommes bien moins méchants qu’on se plait à le répandre dans les couloirs des ministères et des tribunaux, pour vous en donner la preuve, c’est avec un immense plaisir que nous conseillons à la petite Najat, de feuilleter la nouvelle version (pour élèves d’aujourd’hui) du célèbre Bescherelle que les citoyens de ma génération ont bien connu.

http://static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2017/03/nouveau-becherelle.jpg

De rien Najat, nous, quand on peut aider …

Josiane Filio

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article
11 mars 2017 6 11 /03 /mars /2017 17:28

Ces politiciens français payés par le Qatar : balançons quelques noms…

Publié le 10 mars 2017 - par 

http://static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2017/03/BerangereBonte.jpg

C’est une information qui a été diffusée par France Inter le samedi 25 février dernier.

Comme vous le savez, France Inter est une radio qui, normalement, fait la promotion de la diversité de nos banlieues, qui est donc pour l’immigration, pour le mondialisme, et qui reconnaît l’islam comme un enrichissement culturel…, mais qui – il faut le reconnaître – a aussi des émissions instructives…

L’une d’entre elles s’appelle « Secrets d’info » dirigée par Jacques Monin, et ce samedi-là, il avait invité Bérengère Bonte pour parler de son enquête qu’elle a rapportée dans un livre intitulé : « La république française du Qatar ; Petits arrangements et grandes compromissions ».

Le livre montre que le Qatar a arrosé de cadeaux les élites françaises entre 2003 et 2013. De nombreux élus de la République ont abusé de ses largesses. À l’hôtel Sheraton de Doha sont passés, pendant ces 10 années, des centaines d’hommes, de femmes, de droite comme de gauche, qui sont venus aux frais de l’émir…, et cette situation ne s’est bien sûr pas arrêtée depuis…

Il y a des forums très prisés avec à peu près tout le gratin mondial politique, et les Français y sont particulièrement bien représentés. En 2013, la délégation française comportait 80 personnes –principalement des parlementaires. L’immense majorité du personnel politique actuel est passé par là : pour des petits week-ends…

Tout était au frais de l’émir qui, à une certaine époque, faisait aussi discrètement cadeau de chèques de 10.000 euros à, comme par exemple : Hubert Védrine, Michel Rocard, Renaud Donnedieu de Vabres…

Il y avait aussi en France jusqu’en 2013, un ambassadeur très actif qui s’appelait Mohammed Al-Kuwari qui décernait des prix à l’ambassade accompagnés de ces petits chèques, dont pratiquement tous les récipiendaires disaient après coup qu’ils l’avaient rendu ou redonné… Tel le député Maurice Leroy, qui a prétendu l’avoir donné ensuite à une athlète paralympique de sa circonscription.

Autres personnalités :
– Michelle Alliot-Marie ; Patrick Balkany ; François Fillon (tiens-tiens…) ; Éric Raoult –qui se déplaçait à quatre avec Jérôme Chartier (son conseiller spécial), Caroline Morard (son attachée de presse), et puis un secrétaire.

De même :
– Manuel Valls ; Jacques Chirac ; Alain Juppé ; Carla Bruni ; Ségolène Royal ; et même Jean-Vincent Placé des écologistes… qui adore les espaces naturels…

Aussi, un certain Nicolas Bays (Avec un « s », contrairement à la personne mentionnée dans l’émission pour cibler le Front National, vraisemblablement de manière intentionnelle), député socialiste du Nord, demande clairement par SMS à l’ambassadeur du Qatar d’être invité : « car il n’a pas les moyens, et a besoin de vacances avec sa famille… », mais reçoit cependant un refus en retour…

Autre faveur :
– le secrétaire d’État de Manuel Valls – Jean-Marie Le Guen – a demandé à ce que le Qatar signe un contrat avec la société « Infolink » de son ami Karim Guellati, en échange de quoi, il essaierait de freiner le « Qatar bashing » auprès des députés et des sénateurs français. Nicolas Sarkozy avait fait de même avec l’ambassadeur du Qatar au sujet du PSG pour redresser son image de marque…

En effectuant une démarche identique, une connexion s’est alors établie entre Le Guen et Sarkozy qui retrouvaient alors un intérêt commun dans le lobbying en faveur de leurs amis.
S’ajoute à cela :

– un dîner de rencontre entre l’ambassadeur du Qatar et Jean-Marie Le Guen qui a justement eu lieu à Neuilly chez ce Karim Guellaty, avec Olivier Spithakis – inculpé dans l’affaire de la MNEF –, en vue de calmer les ardeurs, les critiques, et les questions embêtantes à l’Assemblée…

D’autre part – alors que le Qatar est suffisamment riche –, une convention fiscale très avantageuse a été votée en 90 et lui a été octroyée en 93 sous Mitterrand qui exonère l’émir et sa famille de l’ISF, et qui leur permet d’investir en bourse et dans les biens immobiliers… Le premier ministre Qatari est même exonéré de tout impôt en 2006 – privilège normalement réservé aux seuls chefs d’États. Puis en 2008, c’est le tour de toute société commerciale liée à la famille de l’émir…

Sachant que toute société là-bas est plus ou moins liée avec la famille… : alors aucun Qatari qui vient en France ne paie d’impôt…

Ensuite, avec tous ces liens que nos hommes politiques ont noués avec le Qatar, le travail parlementaire n’est pas effectué. Par exemple, Valérie Rabault –qui est rapporteur au budget à l’Assemblée–, n’a eu de cesse depuis 2004 de demander des comptes à Bercy pour savoir si l’ordre de grandeur du manque à gagner était dans les 20 ou dans les 200 millions d’Euros ?… Et elle s’est vue entendre : Valérie, tu arrêtes ! On ne touche pas à cette convention ! C’est bon !…

La majorité socialiste qui – en théorie – est contre l’évasion fiscale, étouffe l’affaire…, alors qu’elle avait hurlé en 2008 quand Nicolas Sarkozy avait établi l’avenant à la convention fiscale…
Concernant cet avantage fiscal de 2008 : il était, au début de son quinquennat, en fait officiellement la contrepartie donnée au Qatar dans la résolution de l’affaire des infirmières libyennes…

Pour terminer, le nombre des propriétés immobilières des Qatari en France est incroyable : une vingtaine de villas dans l’arrière-pays cannois, 24 immeubles à Paris, dont le Printemps, des immeubles sur les Champs Élysées, place Vendôme, des hôtels particuliers…, et il y a même une société à Paris qui se fait très discrète et qui gère tout ce patrimoine au nom de l’émir. On ne peut y pénétrer, car la culture bédouine n’aime pas trop ce genre d’étalage dans un pays où il y a du « Qatar bashing »…

L’émission : https://www.franceinter.fr/emissions/l-interview/l-interview-25-fevrier-2017

Ainsi que la preuve – écrite dans le livre de l’année dernière « Nos très chers émirs » de Christian Chesnot et de Georges Malbrunot qui donne le nom de la véritable personne, dans un article du Huffington Post – que Nicolas Bay du Front National n’avait rien à voir dans cette histoire :
http://www.huffingtonpost.fr/2016/10/20/le-livre-qui-accuse-jean-marie-le-guen-rachida-dati-et-nicolas/

Ainsi que par l’intéressé lui-même

:https://twitter.com/nicolasbayfn/status/789057740916289536

Elie Prodhomme

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article
11 mars 2017 6 11 /03 /mars /2017 17:22

 

Le « déséquilibré » prie sur son tapis après avoir foncé dans le funérarium

Publié le 11 mars 2017 - par 

La presse belge relate un drôle d’accident survenu vendredi dans la ville de Sclayn près de Namur où le conducteur d’un véhicule immatriculé en France a foncé dans la vitrine d’une entreprise de pompes funèbres, dans laquelle reposait un défunt, causant, nous dit-on des « dégâts considérables ».

Cela apparaît comme un banal accident de la route, un fait divers ordinaire.

Le propriétaire des pompes funèbres Warzée, manifestement abasourdi aurait déclaré « on a vécu un truc de fous ». Et qui dit fous…

Après enquête, il apparaît que l’auteur des faits serait un Français converti au Déséquilibre, autrement dit, un déséquilibré radicalisé montrant de forts signes de dérèglements psychiatriques. Encore un ! C’est une épidémie !

 

Le dénommé « déséquilibré », originaire de Givet, a été retrouvé, selon le témoignage du patron de l’entreprise Warzée, aux côtés de sa voiture en train de prier sur son tapis, remerciant Allah d’être encore en vie après l’accident qu’il a lui-même occasionné, et promettant que « l’islam vaincrait l’Europe », ajoutant qu’il se vengerait contre les mécréants. Se venger de quoi ? On ne sait pas mais on peut présumer sans trop se tromper que l’individu n’est pas très Charlie.

Il semble que le converti aurait déjà tenu des propos radicaux « inquiétants » et qu’il serait suivi par les services de sécurité français suite à ses problèmes mentaux. On voit d’ailleurs avec quelle compétence lesdits services le surveillaient puisqu’il a pu se rendre chez nos voisins belges sans difficulté grâce à l’abolition des frontières à laquelle nous devons aussi de voir se construire un mur tout autour de la Tour Eiffel pour limiter les attentats plutôt à l’extérieur du périmètre de celle-ci.

Selon le procureur du roi, sa conversion au Déséquilibre le dédouanerait d’avoir foncé volontairement dans les couronnes mortuaires. Il ressort simplement de son acte que celui-ci « n’est pas rationnel ». On s’en serait un peu douté. Ceci dit, j’ai plein d’individus près de chez moi qui se vêtent comme en 732 à Médine alors que nous sommes en 2017 en France, ce n’est pas hyper rationnel non plus, notez.

Le Parquet de Namur, désireux de ne pas amalgamer, se hâte de nier tout lien avec le terrorisme. Non, le converti qui prie Allah sur son tapis n’est pas un djihadiste, c’est juste un déséquilibré qu’on vous dit ! Le procureur croit même bon de préciser que sa conversion au Déséquilibre serait « son droit le plus strict ».

En attendant, ce même jour, un autre membre de la même confrérie a attaqué à la hache des mécréants allemands à Düsseldorf mais bon, peu importe la liste des morts et des blessés qui s’allonge en Europe, le plus important c’est de ne pas amalgamer.

Caroline Alamachère

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article
9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 23:08

Macron, le candidat de l’immigration massive et de la racaille des banlieues…

Publié le 8 mars 2017 - par 

http://static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2017/03/Ri7macronl%C3%A8che.jpg

C’était hier, dans le 9-3 , comme on dit…

Une horde sauvage issue de produits récents ou anciens de l’immigration de peuplement subie depuis 40 ans par notre pays s’est livrée à une vraie bataille rangée contre un lycée (et ses occupants) de Saint Denis (lycée difficile, assure le journaleux…), témoignant ainsi du peu de cas fait par ces délinquants (dont les activités quotidiennes sont sûrement fort éloignées des mathématiques comme de l’analyse littéraire…) d’un des axes essentiels de notre société laïque et démocratique, l’éducation, et du respect dû aux citoyens de notre pays…(1)

Ce sont ces déviants que le candidat de » l’extrême banque » Macron veut valoriser… à hauteur de 15 000 euros par personne donnés à chaque « patron » qui en embaucherait un : il appelle ça « la discrimination positive »!(2)

Outre que cela discriminerait amplement tous ceux qui n’habitent pas ces zones de non-droit (et vous devinez qu’il s’agira là des enfants français « de souche » …) et constituerait une atteinte au principe d’égalité et d’unité qui fonde notre espace social et sociétal, il va s’agir de jeter encore plus d’argent public en des lieux où la « politique de la ville » a déjà consommé 90 milliards d’euros en 10 ans, où coule à grands flots l’assistanat social, où s’imposent toutes les formes de l’économie illégale…

…sans parler des « magouilles » et des détournements des crédits publics, comme a pu le faire la famille du nommé Théo accusée d’avoir en 2 ans encaissé 700 000 euros pour créer des dizaines d’emplois « bidons » lui permettant de toucher les primes publiques liées aux « emplois aidés »…(3)

On l’a bien compris : le « projet Macron », c’est continuer à abonder le gouffre sans fond des crédits destinés aux « hordes » des banlieues pour assurer « la paix sociale » et leur permettre de continuer leurs trafics juteux…

En tout quiétude, d’ailleurs, puisque le même Macron s’est prononcé pour « la tolérance zéro »… pour les policiers (4) ! Quant à celle destinée à la racaille urbaine et banlieusarde, c’est motus et bouche cousue ! On devine ce qui se passerait si ce bonhomme dangereux était élu !

Ainsi, citoyens travailleurs et respectueux des lois, bossez ferme et payez vos lourds impôts, vos cotisations qui vont augmenter, vos taxes qui vont se multiplier… fermez-la, et laissez-moi cajoler par votre argent les voyous qui viendront vous pourrir la vie et vous imposer leur loi… tandis que vos enfants croupiront dans un chômage endémique qui s’accroîtra, car, pour eux, point d’aide, point de « discrimination positive », point de considération !

La visée de Macron est d’autant plus claire qu’il la présente nettement !

Car tout ceci s’inscrit dans le droit fil de la politique immigrationniste, multiculturaliste et islamophile qu’il prétend imposer à notre Peuple.

Immigrationniste, le Macron, qui ne craint pas d’affirmer que l’arrivée des (pseudo) réfugiés est une « opportunité économique » pour la France…(5) alors que 6 millions de chômeurs et d’emplois précaires nous accablent, que la crise du logement est aiguë, que les budgets de l’assurance sociale sont dans « le rouge »

… Opportunité pour le MEDEF, oui, car il pourra peser sur les salaires et les conditions de travail tout en jouant sur un volant potentiel de main d’oeuvre destinée essentiellement aux services, au BTP, aux emplois de maison et annexes… On comprend que le sieur Gattaz ne jure que par Macron !

Aussi celui-ci va-t-il jusqu’à Berlin pour encourager la Merkel à faire encore plus dans l’accueil de ces migrants ( et des autres…) dont il rêve de « peupler » la France… 200 000 par an, rythme actuel, c’est pour lui le minimum ! (6) Et peu lui importe que seulement 11% des Français soutiennent cette position : croyez-vous que l’opinion de 89% du Peuple l’intéresse ? (7) Et pourtant, ils ont raison ! (8)

D’autant qu’il plaide pour des implantations et des naturalisations automatiques et rapides : il a hâte, le bonhomme, d’imposer à notre Peuple des populations d’autres cultures, arabo-musulmanes essentiellement, afin de noyer nos valeurs, nos principes, notre Histoire sous les flux d’individus qui n’ont rien à voir avec eux !

Que voulez-vous : pour ce représentant de la haute finance mondialiste apatride, la France n’a ni art ni culture ni identité propres : plus inepte que lui, tu meurs ! Et quand il évoque son Histoire, c’est pour la couvrir de sa bêtise crasse… et injurier nos prédécesseurs !

Mais cette ineptie est lourde de dangers pour notre pays et pour nous mêmes !

La politique d’immigration massive voulue par ce fossoyeur de notre Nation et de notre identité conduira à rendre quotidiens les faits du 9-3 ci-dessus évoqués… et à couvrir encore plus de quartiers, de villes et de villages, du voile de la « charia » qui s’est déjà imposée dans maintes zones de nos villes… Car rien dans son discours n’évoque le combat à mener sans faille ni répit contre le terrorisme islamique, rien non plus pour contrôler et éradiquer la prégnance de l’islam sur les populations qu’il soumet…

Avec Macron, ce projet politico-religieux aliénant trouvera l’espace pour développer ses métastases mortifères.

C’est vrai que face à lui, il y a le projet politique de Marine Le Pen dont le succès permettrait de geler les flux migratoires, d’empêcher le développement de l’islam politique et terroriste, de chasser la « charia » des quartiers, d’éradiquer l’économie illégale et de restreindre fortement la délinquance sous toutes ses formes en valorisant, notamment, l’action des forces de l’ordre.

Chacun a devant lui l’avenir social, sociétal, sécuritaire, identitaire, qui l’attend : le choix est clair !

Empédoclatès

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article
9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 22:59

Les casseroles de Macron dont les Radios-Télévisions ne parlent pas

Publié le 9 mars 2017



Il suffit de cliquer sur google et faire une recherche sur les casseroles de Macron pour réaliser qu’elles sont bien là, sauf dans vos journaux télévisés et sur vos radios. Source

Les casseroles de Macron s’accumulent, elles s’étalent dans la cuisine électorale, mais les médias, occupés, se trouvent en  recherche de croustillant dans les salles de bains et les toilettes de François Fillon et de Marine Le Pen. Ils n’entendent pas semble-t-il, le tintamarre. Il est vrai qu’avec des boules quies de type Drahi, (patron de Jean Jacques Bourdin et des Grandes Gueules de RMC, BFMTV, etc.)  Bergé, (Patron du journal Le Monde)  Attali sans compter Minc, tous d’excellentes marques efficaces pour étouffer les mauvais bruits, ils ne risquent pas d’entendre quoi que ce soit. Bien trop dangereux !

Alors que le « Pénélopegate » menace gravement la candidature de l’ancien Premier ministre, les affaires semblent donc glisser sur l’ex-ministre de l’Économie démissionnaire qui reste le favori des médias.Marine Le Pen, François Fillon, Benoît Hamon et Emmanuel Macron bénéficient-ils du même traitement médiatique ? Bien sûr que non.

Indépendance de la presse ? La question se pose dans les médias, les 20h, et autres magazines « populaires ». Il faut voir l’agressivité des journalistes envers des Nicolas Bay, Florian Philippot, Marine Le Pen et dans une moindre mesure, Marion Maréchal Le Pen.  Indépendance oui, mais à très petites doses dans la presse écrite. Quelques journalistes dignes de ce nom, font quand même leur boulot.

Le Figaro : l’Inspection générale des finances (IGF) soupçonne un délit de favoritisme concernant l’organisation d’une soirée à Las Vegas en 2016 (…). Le 6 janvier 2016, en plein Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas (Etats-Unis), grand-messe mondiale de l’innovation technologique, Emmanuel Macron avait été ovationné par plus de 500 personnalités et dirigeants de start-up français. Cette opération de séduction, montée dans l’urgence, à la demande expresse du cabinet du ministre, a été confiée au géant Havas par Business France (l’organisme de promotion de la French Tech dépendant de Bercy) sans qu’aucun appel d’offres ait été lancé« , révèle Le Canard enchaîné. Il semble que là aussi, c’est plusieurs centaines de milliers d’euros qui ont été dépensés (381 759 euros, dont100 000 rien que pour l’hôtel). (Source)  Pas d’argent pour loger les SDF ? 

À ce jour, le parquet financier n’a eu aucune réaction ! Trop occupé sans doute à régler son compte à François Fillon.

Sur une autre casserole: Philippe Vigier et Christian Jacob accusent et s’appuient sur un livre-enquête (Dans l’enfer de Bercy: Enquête sur les secrets du ministère des Financesconsacré aux coulisses du ministère de l’Économie et des Finances dont un croustillant passage est consacré à Emmanuel Macron à Bercy.

«Il y a des choses importantes qu’on a apprises … notamment au niveau des frais de bouche, puisque 120.000 euros des crédits du ministre à Bercy ont servis aux  agapes « d’En marche« ! Pour réunir telle ou telle autre personnalité, pour préparer sa campagne présidentielle», accuse le député UDI Philippe Vigier.

Les journalistes Marion L’Hour et Frédéric Says ajoutent :«Emmanuel Macron a utilisé à lui seul 80% de l’enveloppe annuelle des frais de représentation accordée à son ministère par le Budget.[…] L’enveloppe annuelle des frais de représentation du ministère de l’Économie dépasse cent cinquante mille euros, soit au moins cent vingt mille euros utilisés en huit mois par le jeune ministre pour ses seuls déjeuners et dîners en bonne compagnie». (source)

Marianne : révèle que « Florian Humez le fondateur des Jeunes avec Macron est employé par le député macroniste de Fresnes Jean-Jacques Bridey, à mi-temps. En deux jours, il gagne donc assez pour militer pour Macron les autres jours de la semaine, tout en contournant la loi qui interdit aux assistants parlementaires de participer à la campagne d’un candidat »

Florian Humez avait évité « de rendre public ce nouvel engagement professionnel. Il se présente uniquement, sur les réseaux sociaux, comme « militant » et « cofondateur des Jeunes avec Macron »

Et puisque l’on parle beaucoup ces temps-ci des emplois d’assistants parlementaires, Marianne précise que Bridey a une enveloppe de « 9.561 euros à distribuer entre trois temps partiels. Ou quand le budget de l’Assemblée aide à militer l’esprit léger ». Décidément, il y a des Pénélope partout à l’Assemblée ! On voit bien que l’affaire Fillon n’est pas la seule qui existe, même si c’est l’une des rares auxquelles la justice s’intéresse vraiment. Allez savoir pourquoi ?

Les inrocks affirment que « le président de la République a discrètement organisé le déplacement de son ancien ministre de l’Économie au Liban. L’occasion pour ce dernier de se donner une stature internationale et d’organiser quelques levées de fonds !

[…] Emmanuel Macron aurait reçu un sérieux coup de pouce de la part de l’Élysée, du ministère des Affaires étrangères, et de l’ambassade de France au Liban au cours de sa visite à Beyrouth les 23 et 24 janvier. […] Lors de ce déplacement, le président d’En marche s’est entretenu avec le président libanais Michel Aoun et le Premier ministre Saad Hariri. Une rencontre qui aurait été, une fois de plus, organisée par l’Élysée. Emmanuel Macron aurait été également présent à deux repas de levées de fonds. L’histoire ne dit pas s’il a rencontré le grand Mufti du Liban avec sa femme voilée ! Dommage !

Macron est-il un ange ou un démon? J’ai ma petite idée !

En clair, cela fait bien de Macron une marionnette de François Hollande a minima, un pantin de Bruxelles en fait, un outil de la finance bancaire !

Vu par l’ImMonde, journal social-gauchiste appartenant au millionnaire Bergé, celui qui trouve normal que les femmes puissent louer leur ventre, aux même titre que leurs bras, la nuance est obligatoire, et pour cause, Bergé soutient Emmanuel Macron. Cet argent a-t-il financé le mouvement de M. Macron demande ce journal ? La réponse est NON nous dit-il !

Emmanuel Macron l’a démenti à plusieurs reprises, et d’ailleurs, les journalistes Marion L’Hour et Frédéric Says ne mentionnent jamais dans leur livre le financement d’événements estampillés « En marche » par ces crédits ministériels. Le tour de passe-passe de Monsieur Macron aurait été plus subtil : il aurait simplement « élargi » le panel de ses rencontres, ciblant des interlocuteurs plus susceptibles de l’aider à préparer sa future campagne présidentielle qu’à alimenter ses activités de ministre… mais sans jamais se départir de ses habits de ministre.

Et le tour est joué. Ce qui n’est pas valable et relève de l’ignoble pour certains, se retrouve nickel chrome pour d’autres ! Le 1er février, surTF1, Emmanuel Macron a assuré « assumer » avoir été un « ministre actif » : les 120 000 euros en question sont « des crédits de fonctionnement pour le ministère, qui vous permettent de recevoir vos homologues, des entrepreneurs, des femmes et des hommes de la vie française ».

Terminons par une autre casserole qui consiste à son acquittement de l’ISF (Impôt sur la fortune). Comme tout bon socialiste qui se respecte, on n’est pas obligé de jouer les pauvres, tout de même, de porter un bleu de travail, de savoir lire et écrire, d’avoir son permis de conduire pour parler de morale sociale. Le pauvre  Emmanuel Macron aurait donc sous-évalué son patrimoine immobilier sans le faire exprès ! C’est ballot tout de même pour un ancien banquier ! Vous y croyiez ? Moi non !

Les vérifications entreprises par Bercy après son entrée au gouvernement ont conduit à une réévaluation de la valeur de la maison de son épouse au Touquet (Pas-de-Calais), qu’il déclarait à 1,2 million, quand le fisc l’évaluait à 1,4 million. Résultat : son patrimoine dépassant finalement le seuil de déclenchement de 1,3 million d’euros, M. Macron s’est retrouvé éligible à l’ISF. Je ne vous raconte pas la pression dans les couloirs de Bercy entre les vérificateurs et leur ministre. 

Le ministre a donc  reconnu l’affaire quand elle a éclaté dans la presse, en mai 2016. (Pas avant) Il a toutefois démenti avoir fait l’objet d’un redressement fiscal. Emmanuel Macron a trouvé un accord avec le fisc (C’est en effet plus facile lorsque Ministre de l’économie). Il a donc envoyé spontanément une déclaration rectificative pour les années 2013 et 2014, ce qui lui a évité un redressement fiscal. Ouf, il l’a échappé belle…

Macron n’a rien d’un ange

Mon sentiment sur cet Emmanuel Macron et son programme : Il est, sera demain, s’il est élu, le tueur de la Nation France:

Lisons le résumé qu’en fait Bérénice Levet dans un superbe édito dans le Figaro: « L’adaptation de la France à la marche du monde sera parfaite enfin, lorsque notre nation sera définitivement convertie au multiculturalisme, autrement dit lorsqu’elle ne sera plus qu’une mosaïque de communautés vivant les uns à côté des autres, chacune avec ses mœurs et son calendrier »!

Belle promesse d’une mort annoncée de ce que l’on est aujourd’hui, pour un futur Liban européen ! C’est le programme d’un Macron sous contrôle de la finance mondialiste avec l’appui des Attali, Bergé, Minc, et autres qui haïssent la France charnelle, la Patrie, l’histoire de notre peuple.

Voter Macron, c’est accepter la mort de la famille, cellule de base de notre société et la filiation qui va avec.

Voter Macron, c’est accepter l’adoption d’enfants et le déracinement de leur filiation, pour des homosexuels en quête d’une bonne affaire, d’un gosse au meilleur prix, d’un enfant pour satisfaire leur besoin. C’est permettre la location des ventres par des femmes en détresse, pour quelques milliers d’euros. C’est l’esclavage des femmes coincées entre la faim, le loyer à payer et son ventre à louer. Que feront-elles ?

Voter Macron, c’est accepter la mort de nos racines à terme, un monde sans mémoire. Corvéable et malléable, et à la disposition de l’OCDE et des multinationales qui seront de fait, débarrassées des contingences sociologiques et culturelles spécifiques du pays.

Voter Macron c’est accepter l’ouverture totale à l’immigration alors que des européistes affirment que l’Europe aurait besoin de 6 millions d’immigrés, à bas salaires, et de fait accepter la perte de nos filets sociaux de protection.

Voter pour Macron, c’est donner le couteau pour égorger Marianne et notre façon de vivre. C’est cracher sur nos ancêtres, nos aïeuls, nos Rois, Empereurs et Républiques. C’est vomir sur 1500 ans d’histoire, sur nos soldats de la Grande Armée, ceux de Valmy, ceux des tranchées de 14/18, etc.
Voter Macron en 2017 sera un acte suicidaire pour la France. 

Gérard Brazon (Liberté d’expression)

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article
9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 01:21

La propagande migratoire dans un film d’horreur : Under the Shadow

Publié le 8 mars 2017 - par 

http://static.ripostelaique.com/wp-content/uploads/2017/03/Undertheshadow.jpg

Sans être un spécialiste des études cinématographiques, j’ai analysé plusieurs films récents avec des méthodes empruntées à la critique littéraire, qui m’est plus familière, dans un ouvrage : La Métaphysique au cinéma, paru chez Orizons en 2016. Ma motivation étant de montrer l’idéologie délétère véhiculée par ces films et qui, en France notamment, favorise l’implantation de l’islamisme (ou ce que Flaubert en son temps appelait « le musulmanisme ») en Europe. Mais on ne finit jamais de débusquer ces pièges idéologiques au cinéma ; en témoigne un film d’horreur très récent dont l’action, dans l’Iran des années 80, semble être le prétexte d’une vision complaisante de la migration des réfugiés « politiques » de notre décennie.

Le film iranien de Babak Naveri Under the Shadow (2016) qui, tourné en langue persane, a bénéficié d’une production anglaise, n’a que les apparences d’un film d’horreur. Le scénario qui nous transporte dans l’Iran des années 80, exposé à la violence de l’Irak, semble plutôt voué à soutenir les mouvements migratoires de notre époque. Or, les personnages du film, dans leur rapport et dans leur psychologie, incarnent une contradiction violente qui, dans un paradoxe apparent, reproduit celle qui les menace dans le scénario. Dans l’immeuble habité par l’héroïne, les partisans de cette politique intérieure voisinent avec ceux qui lui résistent — dans une certaine mesure. Cette situation coïncide avec le lien, si peu visible, qui unit les actants des formes intestines du terrorisme : un phénomène que les médias ignorent, dans leur vision du terrorisme contemporain.

La dissociation de la victime et du persécuteur est invalidée par les effets de miroirs multipliés dans le scénario, au gré desquels le drame des populations oppressées par un pouvoir totalitaire se resserre entre les membres d’une même maisonnée, une même famille, et jusqu’entre un mari et sa femme, ou cette femme et sa fille unique, qui tiennent successivement ces rôles de victime et de persécuteur. Cette leçon qui ne se veut pas telle vaut pour les formes intestines du terrorisme actuel.

Curieusement, à l’exception de cette légende des Djinns, objet d’un ouvrage parcouru par Shideh, l’héroïne, le passé proche ou lointain de l’Iran (et donc celui de l’islam) n’est aucunement évoqué, à l’avantage de la culture occidentale et de la tradition judéo-chrétienne — du moins ses grandes figures, qui revivent dans le Coran. Cette ellipse, même si elle n’est pas entière, manifeste pour ainsi dire le refoulé de la tradition musulmane, qui doit tant à son aînée, mais sans pleinement le reconnaître (comment le pourrait-elle ?).

Le génie musulman, à l’époque d’un multiculturalisme qui met l’essence de ce génie à l’épreuve, est confronté à l’évidence de ses emprunts à la tradition judéo-chrétienne. De cette confrontation culturelle résulte pour le monde musulman une schizophrénie sans thérapie, qui génère ou du moins favorise les formes externes du terrorisme. — Et ses formes internes, puisque de notre tradition, l’islam a surtout retenu la figure d’Abraham, justement déclinée dans tous ses aspects dans ce film. Or, le geste d’Abraham, avec les fantasmes d’infanticide qui s’y attachent, mais amputé du sens spirituel qu’il revêt dans la Bible, trouve des échos sans nombre dans le déchaînement d’un nouveau Pouvoir musulman contre les enfants mêmes de cette culture.

Abraham anamorphosé

Le nom d’Abraham (Ibrahim dans le Coran) se retrouve dans celui du ménage « Ebrahimi », dont le neveu a joué un rôle ambigu dans l’obsession de sa petite voisine Dorsa, fille de Shideh, pour les Djinns. Avant de s’en prendre au garçon, Mme Ebrahimi, sa tante, accusera Dorsa de favoriser la venue des Djinns, ne serait-ce qu’en parlant d’eux, etc. Ce climat de persécution n’épargne pas Shideh, rejetée au début du film par le directeur d’une école de médecine où elle n’est plus en grâce. Son mari fait de même, lors de leurs différends. Ces contraintes oppressives dont pâtissent ces personnages se conjuguent dans le missile qui a défoncé la terrasse en toiture de la maison. Une voisine en accuse les Djinns ; supérieure incarnation, même si elle est invisible, du père punisseur. La menace, proférée par maman Shideh de jeter la poupée de Dorsa à la poubelle, fait de cette poupée « Kimia », double vital de Dorsa, une figuration d’Isaac. Dorsa accusera justement sa mère d’avoir « tué » cette poupée, maintes fois perdue.
Le mythe s’anamorphose, dans une réminiscence du conte de Blanche Neige, quand Shideh (dans le rôle de la cruelle marâtre ?) offre à sa fille une pomme rouge, choisie parmi toutes celles qu’elle a lavées à grande eau. Sa fille est justement plongée dans un livre de contes, où on aperçoit fugitivement le face à face d’une vague sorcière et d’une silhouette blanche. Ce lavage des pommes s’inscrit d’ailleurs parmi les activités ménagères très énergiques de maman Shideh, aux effets parfois aussi violents que celui du missile ! Autant de purgations d’une violence parentale, féminisée, et qui tourne à vide. Ce constat d’échec rejaillit sur le mythe d’Abraham, ou plutôt sur son emprise dans l’imaginaire musulman.

Je ne dirai rien ici des très nombreuses références à Abraham dans le Coran, qui expliquent la résurgence de ce mythe dans ce film. Leur nombre même, mais encore les luttes obsessives d’Abraham contre les idolâtres, détériorent dans le Coran l’aura mystique de cette figure majeure. Dans Under the Shadow, les références à l’iconographie chrétienne, que je montrerai bientôt, sont elles aussi un souvenir coranique. On pourrait voir dans ce film une critique de cette manipulation littéraire qui ne se veut pas telle, mais ces références à notre culture perdent leur pouvoir de fascination, éclipsées par celui du pouvoir violent qui se joue d’elles et qui, héroïsé, a le dernier mot dans cette démonstration qui culmine dans un croisement de sens contraires…

Le site d’Elam, destination du mari de Shideh, évoque d’ailleurs le roi d’Elam, dont Loth lui-même, délivré par son frère Abraham, est prisonnier. La légende de Loth est maintes fois associée à l’évocation d’Abraham dans le Coran ; d’où peut-être la vision finale du film, où Shideh s’éloigne en voiture de la maison détruite : sa fille va sans doute regretter cette nouvelle Sodome, qui abrite la tête de sa poupée décapitée..

La figure du Père, souvent féminisée dans le scénario, se singularise par la contradiction qui en émane, selon la théorie de René Girard. La cyclothymie des personnages, les contradictions qu’ils s’infligent, sont autant d’échos de cette contradiction, qui n’est dépassée que sur le plan esthétique, dans les couleurs très douces du film : une palette de pastels ou plutôt de couleurs écrasées, douteuses. Dans un échange de paroles entre Sihdeh et son mari, la vie et la mort de sa mère (défunte) ne semblent plus distinctes. On songe à la minceur de la limite qui, dans la vision des musulmans, sépare la vie et la mort. Cette vision du monde, qui comporte des dangers, est-elle en partie liée aux altérations que le Coran fait subir à l’Abraham biblique, réduit dans le Coran à un rôle de pourfendeur des « idolâtres » (en estompant son alliance avec Dieu et son rôle fondateur)?

Egarée par la peur, Shideh s’aventure parmi les rues, sans voile sur la tête, sa fille dans les bras. Une gardienne de l’ordre, plus sévère que le magistrat qu’elle sert, la menace de coups de fouets, tout en l’informant qu’elle sera épargnée : autre écho de cette contradiction. Plus subtil, le vide sur lequel s’ouvre vers l’extérieur la porte de l’appartement de Shideh, inquiétée par des bruits. Cette présence-absence, qui envahit les dernières séquences, exprime abstraitement la contradiction en question, qui prend une forme plastique dans le tchador bicolore où se masque le Djinn, sous les apparences d’une « dame » (ainsi nommée par Dorsa), qui n’a d’humain que ce nom. Cette « dame », d’abord crainte, est bientôt évoquée par la capricieuse fillette comme une rivale avantagée de sa maman.

Un voile bicolore

La fameuse contradiction, située à l’aube de la culture humaine par René Girard, se verrait exorcisée (et non pas reprise en écho) dans le sacrifice interrompu de l’Abraham biblique. Dans maintes sourates, les entorses à la chronologie, ajoutées au caractère apparemment décousu de la succession et du contenu des sourates, de même que les retournements très brusques dans les situations décrites, seraient moins une défaillance littéraire que le moyen de perpétuer cette contradiction, prétendue paternelle. Les effets de cette contradiction, dopés par le scandale apparent de ce sacrifice qui hante l’imaginaire musulman, prennent toute leur dimension dans la confrontation culturelle du Moyen-Orient et de l’Occident, ce modèle obstacle, désormais menacé par le terrorisme extérieur.

Le pouvoir destructeur du Djinn, quand il prend la forme d’un missile, se nuance par l’uniformisation du groupe humain. En même temps ce pouvoir est celui d’une expansion à laquelle participent autant ses agents que ses victimes. Quoi qu’il en soit, ce projet cinématographique est moins celui d’une remise en cause méditée du Coran, dont la parole se perpétue dans ce film, que celui d’une plaidoirie pour la cause des exilés.

Certes, Shideh rejette son voile quand elle est seule, mais le sens salvateur de ce geste est ruiné par la victoire finale du tchador bicolore qui couvre le Djinn invisible ; ce signe de soumission, qui se renie avec la malice d’un tapis volant, s’affirme comme une puissance invincible, pour le personnage et pour le spectateur. La seule vision du monstre est celle de sa bouche géante et dévoreuse, quand Shideh le découvre sous le lit de sa propre fille. Si on peut ainsi assimiler le Djinn et Dorsa, la bouche ouverte de Shideh hurlant de peur apparaît comme le reflet de celle du Djinn. « Réelle ou non », la « dame » incarne bien la division de l’être, tout aussi marquée chez le mari qui, au téléphone, insulte sa femme avec une violence qui ne peut être que celle du Djinn. Cette violence exprime celle du terrorisme intérieur qui, dans maintes régions du monde musulman, a succédé aujourd’hui au conflit de l’Iran et de l’Irak. L’Iran d’hier et celui d’aujourd’hui étant moins impliqués dans cette énigme cinématographique que les populations en exode, jetées aujourd’hui sur les routes par la Syrie.

Si la violence est mimétique, c’est aussi vrai du terrorisme islamique actuel ; ses aspects suicidaires semblent liés au désir contrarié d’égaler l’Occident. On peut d’ailleurs voir dans les prouesses architecturales d’un Dubaï, une surenchère orientale de ce que l’Occident a de plus insultant. Cette imitation ne peut être que de surface, et manquera toujours son but. Même dans ses formes inconscientes, elle génère chez ceux qui l’éprouvent un dégoût de soi-même, dont Jean Genet a tout dit dans Les Bonnes.

Le thème de l’imitation revêt un éclat énigmatique dans le scénario. Le jeu auquel se livrent Dorsa et sa maman, qui miment un tea time mondain, n’est qu’un moment de répit dans la concurrence de leurs volontés. Cette paix très éphémère où l’une et l’autre femme s’arrachent à leur ethnie, dans ce goûter factice qui contraste avec le thé à l’orientale servi par une voisine, tourne court avec la violence qui se déclare dans la colère subite de Shideh, quand sa fille l’empêche d’entendre les informations guerrières sur une radio portative. Plus tard, la même violence est campée par la fillette qui, dans une sorte de cauchemar où Shideh croit être violée par un substitut de son mari, réprimande sa mère. Cette inversion des rôles, qui s’ajoute à celui de la réalité et du rêve, est peut-être plus typique de l’esthétique musulmane que l’aspect des tissus du décor intérieur, où s’affadit l’art de l’ancien Iran.

Dans le générique du film, des images récentes des horreurs de la guerre au Moyen-Orient (sans ancrage géographique précis) alternent avec une brève séquence d’une autre époque, surexploitée au cinéma depuis plus d’un demi-siècle, montrant des bombes tombant à pic à la fin de la Seconde Guerre mondiale : en Allemagne ? Cet anachronisme, exemplaire des contradictions qui travaillent l’imagination de ce réalisateur, est révélateur d’une impossible maîtrise du vocabulaire culturel de l’Occident.

Les ombres du Christ

Le film est d’ailleurs rythmé par les accès d’hystérie successifs (est-ce une imitation différée ?) des trois membres de la famille. La recherche de la poupée, ou celle de l’identité menacée de la doctoresse sans diplôme, sont le prétexte de ces accès. (Nombre de jeunes femmes musulmanes incultes ont d’ailleurs la nostalgie d’études de médecine abandonnées, plus rêvées que réelles…) Ces querelles (de même dans le voisinage) qui rythment le film en définissent la structure, symbolisée dans maintes séquences (et sur l’affiche du film) par le X que forment les bandes adhésives collées sur les carreaux des fenêtres, menacés par les éventuelles explosions. Shideh les utilise pour colmater les fissures du plafond qui s’entrouvrent soudainement, au gré des apparitions-disparitions du Djinn. Ces croix qui n’en font qu’une, sont autant d’inversions sataniques de la Sainte Croix puisqu’en effet, le scénario comporte maintes séquences sacrificielles qui évoquent le sacrifice de soi-même, dont le Christ est le modèle absolu. Si la confusion de ces souvenirs bibliques est inspirée par leur entrecroisement dans le Coran, le vidage de leur sens mystique serait autorisé par la redistribution même, dont ils sont l’objet dans le témoignage de Mahomet.

L’apparence de Shideh et de sa fille, accompagnées d’une voisine après la chute du missile, est celle d’une Vierge à l’Enfant. Cette mère se laisse justement fasciner, en visite chez une voisine, par un angelot raphaélesque, qui décore le mur. Dorsa elle-même est filmée comme une sainte en transe quand, dans un cauchemar de sa mère, un plan la montre assise, nimbée dans un faisceau de lumière diagonal, émané d’une puissance céleste… mais malveillante.

Accusée d’avoir tué la poupée par sa fille, Shideh s’exclame : « Je n’ai rien fait »… La parole de la victime innocente paraît bien servir des fins politiques, extérieures au scénario. Ces personnages qui se disculpent apparaissent comme les porte-parole des victimes (ou des actants) du terrorisme intérieur de notre époque. Non que les migrants soient leurs propres persécuteurs, mais leur drame est celui d’un binôme sacrificiel, résultant de la digestion politicienne de mythes dérobés à l’Ancien Testament.

Un lapsus de l’accusée multiplie l’être du Djinn : « ils l’ont prise [la poupée], ils veulent que tu croies que c’est moi ». Voilà suggérée l’identification de tous les acteurs de ce drame (et même ceux qui sont extérieurs à son action) au Djinn. Autrement dit le mal intérieur, qui hante le peuple musulman avec la force inexplicable (sinon par le « stress ») de la fièvre qui s’est emparée de Dorsa, élémentaire manifestation de sa possession par le Djinn.

Le souvenir de la Passion se précise dans la bouche de Dorsa : « Tu m’as encore abandonnée », parmi d’autres énoncés qui, en 2016, évoquent le besoin d’aide des musulmans en déroute : « tu ne pouvais pas t’occuper de moi et elle [la dame] elle le pouvait ». Ces propos s’entendent comme un écho de la victimisation politique de l’Occident, accusé de ne pas aider assez les victimes de l’islamisme. C’est plus explicite dans certains propos de la jeune Tawakkol Karman, gratifiée du prix Nobel de la paix en 2011. (Les motifs du voile dont elle couvre sa tête sur les photos officielles se retrouvent sur le tchador de la « dame » du film.) De même dans un film algérien de M.-R.Benhadj Parfums d’Alger (2010) ou dans le film français de Xavier Durringer, Ne m’abandonne pas (2016), analysé lui aussi dans mon ouvrage La Métaphysique au cinéma.
Le « Pardonne-moi » lancé par la mère à sa fille peut encore s’entendre comme l’expression d’un repentir (imaginaire) d’Abraham. Cet énoncé aurait d’ailleurs pu être placé dans la bouche de Dorsa; mais l’islam n’a pas pris le chemin d’honorer vraiment ses mères bibliques, considérées de trop haut, que sont l’Ancien et le Nouveau Testament.
*
Les dernières images du film montrent la voiture où les deux femmes s’éloignent de la demeure hantée. Mais pour aller où ? Chez les parents du mari, devenu hostile à cette visite ? Comme leur voisine, elles n’ont « aucune raison de rester ici ». Paris, convoitée par une voisine soucieuse de valider des visas, est-elle préférée à Londres en raison du moindre éloignement, malgré la connaissance de l’anglais, très répandue parmi les Iraniens ? Est-ce un choix politique des producteurs anglais ? Mais on n’échappe pas à soi-même. Dorsa ne s’est pas encore aperçue que sa poupée est décapitée, depuis le sauvetage de sa mère, qu’elle a empêchée de s’enliser dans les escaliers, liquéfiés dans une sorte de coulée noire. Une matière qui évoque d’ailleurs le goudron dont la route finale est faite. La tête de Kimia la poupée, quand s’éloigne la voiture, est toujours sur une marche de l’escalier redevenu du béton. De la tête au corps de Kimia, qui gît sur la banquette arrière, la distance est illusoire. L’angoisse imaginable de Dorsa, quand elle se rendra compte de cette décapitation, envahit l’espace de l’Iran tout entier. Si loin qu’aille la voiture, ce démembrement de la poupée, aggravé par la distance, reste la promesse d’une expansion des dissensions, exportées à Paris ou ailleurs.

On peut apprécier dans ce film (contrairement à ceux que j’ai cités plus haut) l’absence d’allusions au souvenir de la colonisation occidentale. Le vécu politique de l’Iran explique cela, malgré la colonisation culturelle qui transparaît dans les décors du film. La colonisation est plutôt celle qui s’annonce dans l’embardée de ses voisins sur Paris, dont le sillage semble appeler les roues de la voiture rose de Shideh : un encouragement à l’implantation culturelle extrêmement diversifiée du monde musulman en Europe, et particulièrement en France.

Michel Arouimi

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée