Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 23:26

M. Valls, en inaugurant la mosquée de Cergy, vous avez commis une faute grave contre la France

M. André  BONNETAIN                                                                                Le 20 juillet 2012 17000 LA ROCHELLE

Monsieur Manuel VALLS

Ministère de l’Intérieur

Place Beauvau

75008 PARIS

Monsieur le Ministre,

Le Ministre de l’Intérieur chargé des cultes que vous êtes a inauguré le 6 juillet 2012 la grande mosquée de CERGY-PONTOISE et a prononcé à cette occasion le discours d’usage, discours très élogieux sur l’islam, apologie d’une « religion d’amour, de tolérance et de paix » et en même temps, paradoxalement, fervent plaidoyer pour la laïcité.

Je n’approuve pas du tout le contenu de ce discours et je m’en explique.

Tout d’abord, je conteste votre présence même, en tant que Ministre du gouvernement de la République, à cette cérémonie. L’article 2 de la loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des églises et de l’Etat stipule : « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte ». Selon le Larousse, que signifie « reconnaître » ? Définition : « admettre la légitimité, l’existence officielle et juridique ». Votre simple présence à cette cérémonie, vous Ministre de la République, fait de l’islam une religion d’Etat, contrevenant ainsi aux dispositions de la loi de la République Française.

Des représentants de l’Etat s’aventurent-ils à l’inauguration d’autres lieux de culte, catholiques, protestants, juifs (en dehors des offices rendus en hommage à une personnalité défunte ou en commémoration d’évènements tragiques, ce qui est tout à fait différent) ? Non.

Le 22 avril 2012 avait lieu à PLOUHARNEL dans le Morbihan l’inauguration de la nouvelle abbaye de Saint-Michel-de-Kergonan, presque entièrement détruite en avril 2007 par un incendie et reconstruite ; cette abbaye est un chef d’œuvre et un élément important du patrimoine cultuel et culturel de la France. Vous n’étiez pas présent à cette cérémonie et la loi a été respectée.

Vous avez déclaré : « L’inauguration de la grande mosquée de CERGY contribue à marquer l’histoire de notre pays, ce que nous faisons aujourd’hui n’est pas un acte anodin ». En effet, votre acte est très loin d’être anodin, il est même totalement déplacé, en vertu de ce même article 2 de la loi de 1905. Vous donnez à l’islam une place qu’il n’a pas à avoir. C’est une faute grave de votre part.

Dans votre discours, vous avez cité l’article 10 de la Déclaration des droits de l’Homme de 1789 accordant à tout être humain la liberté de conscience. Très bien. Vous avez aussi déclaré : « Toute attaque contre une religion, contre un de ses fidèles ou un de ses lieux de culte est une attaque délibérée contre la République et ses valeurs ». Attaque contre des fidèles et des lieux de cultes, d’accord (à ce propos, que constatons nous actuellement : agressions de musulmans contre des juifs en France, agressions et tueries contre des chrétiens et des juifs partout dans les pays musulmans ; le responsable, l’islam).

Attaque contre une religion. Voulez-vous dire qu’il est interdit de critiquer une religion, de « stigmatiser » une religion et ses fidèles, en somme de restreindre ou de supprimer la liberté d’expression, l’une des valeurs essentielles des démocraties occidentales. Voulez-vous interdire le blasphème ?

Dans ces conditions, faut-il interdire le journal Charlie Hebdo dont les locaux ont été saccagés par des musulmans (acte rappelant étrangement les heures les plus sombres de l’histoire de l’Europe, notamment dans l’Allemagne nazie) ? Ces mêmes musulmans qui ont tué Théo VAN GOGH, qui menacent physiquement de nombreux intellectuels partout dans le monde en lançant des fatwas à leur encontre (Salman RUSHDIE, Robert REDECKER….).

Je vous répondrais par l’article 11 de la Déclaration des droits de l’Homme de 1789 : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté, dans les cas déterminés par la loi ».

La liberté de pensée est un des droits inaliénables dans les démocraties occidentales, ce qui exclut bien sûr les pays d’islam.

En effet, vous n’êtes pas sans savoir (je n’ai pas la prétention de vous apprendre quoique ce soit par mon présent courrier) que les pays musulmans ne reconnaissent pas la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 approuvée par l’ONU ; les pays musulmans, par l’Organisation de la Conférence Islamique, ont promu la Déclaration des droits de l’homme en islam le 5 août 1990 au Caire, texte qui est un copier/coller du coran et qui impose la charia. Aucun texte ultérieur n’a supprimé la loi islamique, la charia.

L’islam est donc totalement incompatible avec la démocratie.

Et ceci est confirmé par de nombreux spécialistes de l’islam, je vous cite l’islamologue néerlandais de renom (contrairement à l’islamologue auto-proclamée et patentée du parti socialiste, Dounia BOUZAR) Christiaan Snouck HURGRONJE : « L’islam est une révélation : le message divin a été révélé aux hommes et il n’est pas question de le modifier par un vote humain ou par la négociation. L’idée qu’il puisse exister des êtres, des activités ou des aspects de l’existence humaine qui échappent à l’emprise de la religion et de la loi divine est étrangère à la pensée musulmane. Le coran fixe de manière précise nombre de règles de droit qui, complétées par des haddiths, constituent la charia, la loi divine. La charia prime le droit des hommes et ne peut être adaptée par un quelconque parlement ou par la volonté du peuple ».

Mais, Monsieur le Ministre, vous allez me dire que nous sommes en France, que dans notre pays il existe  un « islam de France », un « islam modéré », mieux un « islam des Lumières »…

A cela je vous rétorquerais par un extrait d’une interview d’un certain Amar LASFAR parue dans la revue « Hommes et migrations », Amar LASFAR, comme vous le savez, étant « l’imam MODERE » de la mosquée de Lille-Sud, Président de la Ligue islamique du Nord, l’un des principaux responsables de l’U.O.I.F., proche de Tariq RAMADAN et grand ami de Martine AUBRY. Cet homme n’est pas un musulman intégriste, il n’est pas un « Mohamed MERAH », il n’est pas un membre de l’organisation des « fous de Dieu » Forsane Alizza, il est un musulman modéré, éclairé.

Que dit cet Amar LASFAR : « Dans l’islam, la notion de citoyenneté n’existe pas, mais celle de communauté est très importante, car reconnaître une communauté, c’est reconnaître les lois qui la régissent. Nous travaillons à ce que la notion de communauté soit reconnue par la République. Alors, nous pourrons constituer une communauté islamique, appuyée sur les lois que nous avons en commun avec la République, et ensuite appliquer nos propres lois à notre communauté » – « L’assimilation suppose que les populations islamiques se fondent à terme dans la population. Ceci est exclu car cela signifie l’abandon de la loi islamique ; il n’y aura pas de dérogation à cette règle ».

Cela a le mérite d’être clair, Monsieur le Ministre, qu’en pensez-vous ? Un rejet de la démocratie, l’instauration de la charia, un développement séparé des communautés, l’instauration d’un « apartheid » en France !

L’islam modéré ou l’islam des Lumières (quelle insulte pour nos Maîtres du 18ème siècle) n’existe pas, il n’existe qu’un islam radical, obscurantiste et totalitaire, mais vous et vos semblables ne voulez pas le voir.

Quant à d’autres extraits de votre discours « Le message que porte l’islam se nourrit à la fois de tolérance, d’altérité et de solidarité » – « L’islam, dans sa dimension universelle… » – « Je veux condamner tous les clichés alimentés par certains responsables politiques irrespectueux ou ignorants de ce qu’est l’islam de France », je dirais tout simplement qu’il s’agit là, de votre part, d’un déni total de la réalité de l’islam.

De la part d’un Ministre de la République Française démocratique et laïque, qui, lui,  « n’est pas ignorant de ce qu’est l’islam », ce discours m’apparaît comme irresponsable et intolérable.

Vous devriez allez demander l’avis, sur le sujet, aux victimes de l’islam de France (un certain nombre de faits divers ont fait la une des médias) et aux victimes des pays musulmans en guerre civile ou sous le joug de l’islam intégriste.

Je termine par une citation de l’un de nos Grands Hommes, Monsieur Jean JAURES, en date du 3 mars 1904 : « Nous combattons l’église et le christianisme parce qu’ils sont la négation du droit humain et renferment un principe d’asservissement humain ».

Je vous laisse imaginer sa réaction face à « l’islam de France » !

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre,  l’expression de mes sentiments distingués.

André Bonnetain

Repost 0
Published by La Libellule - dans Riposte Laique
commenter cet article
22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 23:23

Non, Hollande, la France n’est pas davantage responsable de la rafle du Vel d’Hiv que des assassinats de Merah (suite)

Comme prévu, Normal 1er, l’homme qui demande pardon au nom de la France plus vite que son ombre (sans doute le souvenir de sa vie passée avec Ségolène Royal, qui passait son temps à s’excuser au nom du peuple français) a rejoint ce matin le discours de Chirac, et tourné le dos à celui de Mitterrand.

http://christinetasin.over-blog.fr/article-il-a-ose-ce-crime-a-ete-commis-en-france-par-la-france-108397073.html

A lire aussi le remarquable texte de Paul-Marie-Couteaux, au nom du Siel.

En déclarant que la rafle dite du Vel d’Hiv du 17 juillet 1942, fut « un crime commis en France par la France », le Président de la République contrevient à la vérité historique que pourtant il invoque : si ce crime fut commis sur la territoire national, comme tant d’autres le furent sous l’Occupation, et si la police parisienne était à la botte de l’Occupant, la responsabilité de ce crime n’est nullement imputable à la France. Aucune des autorités que reconnaissaient alors les Français, celle de Vichy pas plus que celle de Londres ne gouvernait la zone occupée. Faut-il rappeler que, odieux rouage de la folie criminelle que l’impérialisme allemand imposait alors à presque toute l’Europe, le général Oberg, commandant la place de Paris, avait ordonné à la police parisienne, dont les agents étaient arrêtés ou instantanément fusillés s’ils n’obéïssaient pas, la livraison de 25 000 juifs étrangers réfugiés en France mais que des policiers français ont, au péril de leur vie, supprimé des fichiers ou prévenu dans la nuit des milliers de familles juives, en sorte que la moitié de ce qu’exigeait l’Occupant furent arrêtés ? Faut-il rappeler que c’est la France qui accueillit le plus grand nombre de réfugiés de confession juive, et en France qu’en furent sauvés le plus grand nombre ?

M. Hollande ignore l’Histoire, à la différence de François Mitterrand et Charles de Gaulle qui la connaissaient assez pour avoir toujours refusé de commémorer des faits qui ne sont pas davantage de la responsabilité de la France défaite que ne le furent les atrocités commises par l’Occupant sur le sol national. A force de mensonges et de repentances controuvées, une part croissante de notre peuple s’accuse de crimes qui ne lui sont nullement imputables, érodant sa mémoire, par là sa fierté, par là sa volonté. Jusqu’où les grands prêtres de l’abandon national, oubliant l’héritage du Général de Gaulle, renouant avec les traditions politiques du radicalisme et du pacifisme qui furent responsables du désarmement de la République face au péril nazi, iront-ils pour dédouaner l’Allemagne des horreurs qu’elle a commises et en accabler la France ? Jusqu’où iront-ils pour désarmer la confiance des Français en la France, et les soumettre aux hégémonies nouvelles d’une construction européenne à direction allemande -et d’ailleurs de plus en plus équivoque ?

Il y a une semaine, j’avais écrit un texte (voir ci-dessous) qui m’a valu, ainsi qu’à Pierre Cassen, en tant que responsable de RL, quelques courriers vengeurs, voire parfois insultants, de la part de membres de la communauté juive. Pour illustration, je vous mets, ci-dessous, le texte d’un lecteur, qui sommait Pierre de lui répondre, et sa réponse.

Pierre Cassen approuve-t-il Lucette Jeanpierre ?

Monsieur,

L’article que j’incrimine ici n’étant pas le fait d’un de vos lecteurs mais d’une de vos collaboratrices, c’est d’abord à vous que je m’adresse.

« La France n’est pas davantage coupable de la déportation du Vel d’Hiv que des assassinats de Merah »

Donc ce n’était pas l’Etat français en France de 1940-44, ce n’était pas l’assemblée nationale, ce n’était pas la police française qui a arrêté mon grand-père maternel médaillé de 14-18 et qui l’a livré aux Allemands qui l’ont tué, ce n’était pas l’Etat français qui a déporté les Juifs, volé ma famille de tous ses biens, c’était selon Mme Lucette Jeanpierre la faute  l’occupant… Revoyez les images de Mitterand refusant avec des paroles menaçantes de reconnaître la réalité de la culpabilité de l’Etat français, les faits sont têtus et Chirac a apaisé des douleurs réelles pour nombre de familles françaises et pas que françaises. Alors dans le désir de refuser la repentance dite coloniale, mettre tout dans le même sac d’une plume lourdement  inconséquente, c’est manier l’équivoque, c’est caricatural jusqu’au ridicule achevé, et c’est offenser la résistance, la vraie qui s’est sacrifiée pendant les années noires. C’est con à un point que je vous demande de me rassurer quant à une telle tromperie : est-ce seulement ridicule ou l’approuvez-vous ?

Danste

REPONSE DE RL

Cher Monsieur,

Vous me posez une question précise, me sommant presque de me démarquer de la contributrice de RL Lucette Jeanpierre. Entendons-nous bien, d’abord, afin de lever toute ambiguïté, dans ce débat, il n’y a pas les méchants, qui refusent de reconnaître la responsabilité de l’Etat français, et les gentils, qui demandent pardon. Il n’y a pas ceux qui ont du cœur, et ceux qui n’en ont pas. Je connais nombre de personnes qui, comme vous, ont perdu des membres de leur famille, qui ont eu des ancêtres résistants, et qui ne partagent pas le point de vue de Jacques Chirac ou de Christiane Taubira pour autant. Donc, évitons les intimidations manichéennes.

Je considère que l’Etat français pendant le régime de Vichy était un Etat de fait, non un Etat de droit, et par conséquent les actes qu’il a accomplis n’engagent pas la France. En effet ce régime n’avait aucune légitimité puisque  la loi du 10 juillet 1940 par laquelle l’assemblée nationale (à l’époque on appelait ainsi la réunion de la chambre des députés et du sénat) a délégué ses pouvoirs à Pétain pour élaborer une nouvelle constitution, n’a pas été respectée.

Elle prévoyait que la nouvelle constitution serait ratifiée par la nation, et appliquée par les assemblées qu’elle aurait créées.  Or Pétain une fois en possession des pleins pouvoirs les a utilisés pour gouverner seul, n’a jamais élaboré de constitution (sauf 12 actes « constitutionnels » disparates), n’a jamais consulté la nation, n’a jamais créé la moindre assemblée. En outre le vote du 10 juillet 1940 devenait rétroactivement illégal puisque le régime qui s’en était suivi n’était pas républicain, or la constitution de 1875 interdisait que l’on remette en cause la forme républicaine du régime par une modification constitutionnelle.

Dès lors on était en présence d’une sorte de coup d’état suivi d’une dictature, sous la protection implicite des troupes allemandes.

Si on adopte ce point de vue, on considère que les réparations qui ensuite ont été accordées aux Juifs à partir de 1999  l’ont été au titre de la solidarité nationale sans qu’il y ait reconnaissance de responsabilité, encore moins de culpabilité, un peu comme on le fait vis à vis des victimes d’infractions qui sont parfois indemnisées par la collectivité dans un premier temps.

Par ailleurs, vous savez sans doute aussi bien que moi dans cette période, certains policiers se sont comportés comme les pires salauds, et que d’autres, quand ils le pouvaient, prévenaient les familles qui allaient prochainement arrêtées.

Si je devais faire une comparaison, si d’ici deux générations, notre pays tombait sous la loi de la charia (ce qui hélas n’est pas une hypothèse totalement exclue) des policiers et des juges français feraient appliquer ces lois (certains avec empressement), et agiraient de manière aussi ignoble vis-à-vis de vos enfants ou des miens que les policiers français avec votre famille. Cela rendrait-il la France pour autant responsable, et pourrait-on considérer que la charia, ses lapidations de femmes, ses exécutions de juifs et d’homosexuels, etc. c’est encore la France et ses valeurs démocratiques et laïques ?

Je vous invite enfin à lire cette contribution de Pierre Lefranc, ancien combattant de Bagnolet, et de sa remarquable conclusion.

Déclarer aujourd’hui que Vichy était la France c’est insulter la nation et les victimes qui ont payé pour son salut, et l’on ne peut que déplorer que de très hautes instances de l’Etat aient cru bon de rappeler la noire entreprise de Vichy, en paraissant lui reconnaître une légitimité. Ceux qui se sont réjouis d’une telle inutile et malencontreuse réhabilitation, au point de qualifier de « bonne nouvelle », ne refusent pas l’abaissement de leur pays et ne portent sans doute pas en eux la certaine idée de la France qui pousse les victimes des dictatures à chanter La Marseillaise avant de tomber.

J’ignore si je vous ai convaincu, mais j’ai répondu avec le maximum de sincérité à votre vive interpellation.

Bien à vous,

Pierre Cassen

TEXTE DE LUCETTE JEANPIERRE PUBLIE LE 16 JANVIER

Nous sommes dans une période où on attribue à la France tous les crimes du monde, et où notre pays est sommé de s’excuser en permanence, souvent par les pires dictateurs. En 1995, Chirac osait reconnaître la responsabilité de la France, pourtant occupé et qui avait donc perdu sa souveraineté, dans la rafle du Velodrome d’Hiver du 16 juillet 1942, il y a juste 70 ans aujourd’hui.

Pourtant son prédécesseur, François Mitterrand, exprimait, en des termes très vifs, sa totale hostilité à ce qu’il appelait des revendications qui exprimaient un discours de haine de la France.


http://www.dailymotion.com/video/xi9jxy_mitterrand-puis-chirac-face-a-la-rafle-du-vel-d-hiv_webcam

Sans surprise, la ministre de gôche francophobe Taubira, ce matin, a rendu hommage non pas au président de son camp, mais à Jacques Chirac. Qu’en pense Normal 1er, et que dit notre gouvernement du fait que, grâce à ses disciples qui sévissent dans l’Education nationale depuis plus de trente ans, aujourd’hui, 60 % des Français de moins de 35 ans ne savent rien de cet événement ?

Il est intéressant de constater que ceux qui exècrent la France s’empressent de lui faire porter des responsabilités qui ne sont pas les siennes. Qui a oublié la démarche de l’ancien candidat francophobe écolo Alain Lipietz, qui a traîné devant les tribunaux la SNCF, accusée d’avoir convoyé son père durant les années 1940 !

Dans le même registre, nous avons eu droit à un couplet de Laurent Joffrin, qui faisait un parallèle sordide entre l’antisémitisme historique qu’il attribuait à la France et les crimes de Mohamed Merah, en oubliant évidemment d’évoquer le poids de l’islam dans ces actes.

Faut-il rappeler que l’idéologie du régime de Vichy, qui a sévi sur notre sol, il y a soixante-dix ans, et la barbarie islamiste, qui s’y implante, ne représentent absolument pas les valeurs de la République, ni celles de la France. Elles sont, dans le premier cas, le fruit d’une défaite militaire, et d’une perte de souveraineté, dans le deuxième cas, la conséquence d’une politique immigrationniste irresponsable, qui, en s’appuyant sur un lent grignotage de nos valeurs et sur la démographie, entend imposer à notre pays une dictature barbare, sans avoir besoin d’une occupation militaire.

Faut-il rappeler également qu’Adolf Hitler était fasciné par l’islam, et que Mein Kampf demeure un best seller dans les pays arabo-musulmans, qui ont rendu hommage récemment au négationniste Roger Garaudy. Donc, pas davantage Vichy que Merah, unis par le même antisémitisme, ne représentent la France.

Notre pays, n’en déplaise aux apôtres de la repentance, n’avait pas davantage à présenter, hier, des excuses pour la rafle du Vel d’Hiv qu’il n’en a, aujourd’hui, à présenter aux dictateurs algériens, et encore moins aux égorgeurs islamistes et à leurs adeptes qui sévissent aujourd’hui, tel des Merah, sur notre territoire.

Lucette Jeanpierre

Repost 0
Published by La Libellule - dans Riposte Laique
commenter cet article
22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 23:20

Ni laïcité, ni même concordat, Valls et Hollande confirment que l’islam est en France la religion d’Etat (RR)

Manuel Valls a assimilé la libre critique des religions à un sacrilège en déclarant le 6 juillet dernier, dans son discours d’inauguration à la Grande mosquée de Cergy, que «toute attaque contre une religion est une attaque contre la République». Il s’est soumis le 21 juillet dernier à une prescription coranique en prenant part à des agapes nocturnes que les mahométans qualifient de «rupture du jeûne», il a en outre, à cette occasion, en mangeant halal, participé à un rite sacrificiel. Nous avons la certitude à Résistance républicaine que le ministre de l’Intérieur ne participera pas officiellement au sacrifice de la messe en communiant à l’occasion des prochaines célébrations de la Nativité ou de Pâques et que les auteurs de critiques même très véhémentes et soutenues contre le christianisme continueront de recevoir honneurs, lauriers et subventions pendant que ceux qui critiquent l’islam continueront de recevoir des coups.

Non seulement la laïcité est bafouée mais son invocation ne sert plus qu’à dispenser l’islam des contraintes d’un régime concordataire. L’islam acquiert jour après jour le statut de religion d’Etat. Au pays de Clermont-Tonnerre il est loin d’être envisagé que l’islam se soumette à notre substrat culturel, voire à nos lois, l’islam étant  par dessus tout une loi. C’est en acceptant de modifier la loi mosaïque que les juifs sont devenus nos frères égaux en droits et en devoirs. Résistance républicaine salue au passage la décision du tribunal d’Orenbourg qui interdit la vente sur le territoire de la Russie de 65 livres islamiques parmi lesquels les hadith-s de Boukhari, ceux de Muslim et la Sira. Résistance républicaine continue de demander que soit interdit de célébration,  d’apologie, de récitation, de lecture et d’enseignement tout un corpus de textes islamiques que même les musulmans les plus «modérés» se refusent à répudier comme l’a démontré la tentative de dialogue qui a tourné court entre nous et l’imam Chalghoumi.

Quel est le sacré en France ? Autrement dit où est le sacrilège et où est le sacrifice ? Que peut-on moquer ou critiquer ? Pour quelle cause accepte-t-on de mourir ou de tuer ?  Une partie de la réponse a été donnée plus haut. L’autre partie nous est donnée par François Hollande : les familles des trois militaires assassinés par Mohamed Merah n’ont pas été invitées au défilé du 14 juillet, alors que c’est la  tradition, pour les parents de soldats morts pour la France.

Nous sommes malgré tout sereins parce que nous faisons confiance au peuple de France qui sait se montrer courageux dans les moments difficiles, bientôt des millions de chevaliers de la Barre se lèveront pour écraser l’infâme.

Pour le Directoire de Résistance républicaine,

La Présidente, Christine Tasin

Repost 0
Published by La Libellule - dans Riposte Laique
commenter cet article
22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 23:15

L’assassin de Thomas voulait faire le djihad (vidéo)

En visionnant le reportage de France 3 consacré à la famille du jeune thomas tué de sept coups de couteau à Sérignan dans l’Hérault, on ne peut que s’interroger sur le traitement médiatique de cette affaire.
S’interroger sur la prudence et la discrétion du journaliste au sujet de l’identité du meurtrier qui, comme nous l’apprend le figaro (1), voulait faire le djihad.
S’interroger aussi sur l’une des photos floutées où on le voit arborer fièrement un tee-shirt avec le portrait de Che Guevara (1mn42)… le meurtrier était-il un sympathisant de Besancenot ou de Mélenchon ?
Quels auraient été les commentaires du journaliste si des photos l’avaient montré avec un vêtement à l’effigie de Mussolini ? Ou même avec une simple croix celtique ? La police de la pensée n’aurait-elle pas qualifié ce criminel de raciste s’il avait avoué avoir commis son crime au nom de la Reconquista ?

Parions que ce gentil criminel nous aurait été présenté par nos journalistes vigilants comme un dangereux fasciste influencé par les discours xénophobes de Marine Le Pen….

Parions que l’ensemble de la cohorte des bien-pensants, jamais avare de moraline, se serait précipitée sur les plateaux de télévison pour condamner le retour de la bête immonde au ventre encore fécond, et n’aurait pas trouver de mot assez sentencieux pour en appeler à la résistance.

 

Imaginons même un concert avec le groupe subventionné Zebda et tout ce que la France multiculturelle compte de pies jacassantes. Un jolie concert d’indignés vantant la richesse de l’immigration cher aux lecteurs du Nouvel Obs et de Télérama… avec des discours émouvants du MRAP, de SOS racisme, de clémentine Autain devant un parterre comprenant Audrey Pulvar, Manuel Valls, et sous le regard attendri du président du CRIF et du recteur de la moquée de Paris.

Or, curieusement…. silence.
Doit-on comprendre que l’assassin n’a pas la bonne identité pour faire un bon salopard média-compatible ? Serait-il, selon la nouvelle classification orwellienne du Monde, un Vladimir ?
À moins ce soit l’identité du petit Thomas qui pose problème. Il est vrai que selon les critères en vigueur il n’a ni la tête ni le parcours de la bonne victime.

On espère que les français se rendent assez vite compte de l’avachissement politique de leur pays et qu’ils réagissent enfin au matraquage idéologique qu’ils subissent. !

http://rutube.ru/video/35e4b64678453191abc84d31a01cdec0/

(1)L’assassin de Thomas voulait faire le djihad

La famille d’un adolescent tué de sept coups de couteau à Sérignan (Hérault), en 2010 lors d’une fête votive, a dénoncé aujourd’hui la lenteur de l’instruction à Béziers, la justice ayant été contrainte de remettre en liberté le meurtrier présumé après deux ans de détention provisoire.

« Le problème, c’est qu’on remet en liberté un garçon considéré, selon les experts, comme potentiellement dangereux car il peut recommencer« , a dit René Mouginot, oncle de Thomas, ajoutant que le suspect « a fait parler de lui même en détention et a déclaré en cours de procédure qu’il voulait faire le djihad« . [...]

Le Figaro

 

Jérôme Cortier

Repost 0
Published by La Libellule - dans Riposte Laique
commenter cet article
22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 01:02

Rompre le jeûne du ramadan est un acte religieux : Manuel Valls n’a donc rien à faire à la Grande Mosquée de Paris

Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, s’apprête à assister, samedi 21 juillet, à sa première rupture de jeûne à la grande mosquée de Paris (1). Sans doute n’est-il pas au courant que la rupture du jeûne est un acte religieux.

La rupture du jeûne consiste à s’alimenter, ce que l’on nomme en cette occasion l’iftar. Le jeûne et la rupture du jeûne sont des prescriptions religieuses. En effet, à partir du moment où le soleil se couche, le jeûne s’achève, le dieu coranique ordonnant : « mangez et buvez jusqu’à ce que se distingue, pour vous, le fil blanc de l’aube du fil noir de la nuit. Puis accomplissez le jeûne jusqu’à la nuit [suivante] » (s2,v 187).

De nombreux hadiths (actes et paroles de Mahomet) indiquent également la nature religieuse de l’iftar (2) : ainsi il est recommandé que le musulman rompe le jeûne aussitôt que le soleil se couche, qu’il invoque Dieu au moment même de la rupture du jeûne.

Pour bien faire comprendre en quoi cette rupture de jeûne est bien une injonction religieuse, et que le jeûne ne peut donc être poursuivi la nuit, on peut rajouter ce hadith d’Ahmed : « Le Sahour (dernier repas avant le lever du jour) est tout entier bénédiction ; ne le délaissez pas. Prenez en, ne serait-ce qu’une gorgée d’eau, car Allah et ses anges prient sur celui qui fait ce repas » (2).

Même la préparation culinaire de l’iftar s’effectue toujours avec en arrière-plan une motivation religieuse. Ainsi sur le site internet de la grande mosquée de Lyon peut-on lire que quiconque offre le repas de l’iftar à un jeûneur aura une récompense égale à celle du jeûne et à celle de la piété accomplie par la force de ce repas. Mahomet ayant déclaré que « le fait d’offrir à votre frère le repas de l’iftar et de lui faire éprouver cette joie, est mieux récompensé que votre jeûne lui-même » (3).

Cette fin de jeûne s’exprime aussi par la volonté de se démarquer des jeûnes chrétiens et juifs : « Ce qui distingue notre jeûne de celui des gens du Livre, c’est le repas de fin de nuit (souhour) », rapporte Moslim. Y participer revient donc à accréditer l’idée que les musulmans doivent absolument se démarquer des autres membres de la République, ce qui nous éloigne de la volonté d’universalité de celle-ci.

En effectuant cette rupture du jeûne mahométan, le ministre obéirait donc à une injonction coranique, effectuant un acte religieux dans le cadre de ses fonctions, ce qui irait à l’encontre des exigences laïques d’un ministère de la République. Imaginons qu’un ministre, présent dans une église, à la suite d’un décès, en tant que représentant de la République communie, en prenant l’hostie ou fasse le signe de croix, et ce serait une indignation générale justifiée.

La présence d’un représentant de la République, dans un lieu de culte, lors d’une cérémonie religieuse, est totalement scandaleuse. Renoncez, Monsieur le Ministre à cette présence anti-laïque.

Jean Pavée

Repost 0
Published by La Libellule - dans Riposte Laique
commenter cet article
22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 00:58

Ramadan : A cause des Hollande-Delanoë-Valls, la France est devenue la putain de l’islam

Lors de son discours de campagne, au Bourget, le candidat François Hollande avait fait vibrer la salle, en évoquant la laïcité, et en affirmant qu’il ferait mettre dans la constitution la loi de 1905. Tous les barons socialistes, Delanoë, en tête, avaient fait semblant de le croire, et les candides bénêts de base, entendant le mot « laïcité » se disaient que la gauche retrouvait enfin ses valeurs.


YouTube

http://www.youtube.com/watch?v=cJf6rWhiQV4

A Riposte Laïque, Robert Albarèdes, et d’autres, faisaient part de leur grand scepticisme, et dénonçaient déjà l’imposture laïque du candidat Hollande.

Deux mois plus tard, les masques tombent, et les faits montrent l’ampleur de l’escroquerie laïque à laquelle se sont livrés les faussaires socialistes. On se souvient que ces derniers avaient poussé des cris d’orfraie, à juste titre, quand Nicolas Sarkozy avait tenu son discours de Latran, et notamment évoqué le rôle de l’instituteur et du curé.


http://www.dailymotion.com/video/x4egg6_sarkozy-l-instituteur-et-le-cure_news

Deux mois après la victoire de Normal 1er, c’est un véritable concours de lèche-babouches de gôche auquel nous assistons.

C’est d’abord le même François Hollande qui reçoit, dès le premier jour du ramadan, l’ineffable recteur de la Mosquée de Paris, qui avait pourtant déposé plainte contre Charlie Hebdo, suite à sa couverture de soutien aux dessinateurs danois, et entendait s’opposer, en 1996, à la venue de Salman Rushdie. On ne voit vraiment pas pourquoi le président d’une République laïque se sent obligé de recevoir ce recteur liberticide, et encore moins les raisons qui le poussent à rendre hommage à un rituel religieux imbécile, obscurantiste, nuisible à l’intégration des musulmans, contraire à l’intérêt de nos entreprises, et dangereux pour la santé de ceux qui le pratiquent. Faudrait-il croire, selon Normal 1er, que, pour les musulmans, jamais l’instituteur ne pourra remplacer l’imam…

Que dire de cet autre lèche-babouche de Bertrand Delanoë ? Ce soir 21 juillet 2012, exactement comme l’an passé, il organise, dans la mairie de Paris, une cérémonie en l’hommage de la rupture du jeûne du ramadan. Faut-il rappeler à cet islamo-collabo que l’article 2 de la loi de 1905 affirme que l’Etat (dont la mairie de Paris est sensée respecter les lois) ne reconnaît, ne salarie et ne subventionne aucun culte ? Peu importe que le maire de Paris ait d’autres largesses avec d’autres Eglises, le fait qu’il commémore un acte religieux dans sa mairie est un viol manifeste des principes laïques, qui devrait, si nous étions dans une vraie République laïque, lui valoir une destitution immédiate de son mandat.

Plus grave encore est l’attitude du troisième lèche-babouche socialiste, le ministre de l’Intérieur Manuel Valls, chargé des relations avec les cultes. Non content, tel un vulgaire Fillon à Argenteuil, d’avoir inauguré la mosquée de Cergy, il y a deux semaines, et d’y avoir tenu des propos scandaleux, notamment quand il osait affirmer que toute attaque d’une religion était une attaque contre la République, le voilà qui franchit une nouvelle étape.

En effet, en imitant Sarkozy ou Hortefeux, qui, eux aussi, avaient été rompre le jeûne du ramadan, Manuel Valls, comme l’explique Jean Pavée, se rend coupable de pratiquer un acte religieux, semblable, s’il était dans une église, au fait de communier avec une hostie, ou de faire un signe de croix dans l’exercice de ses fonctions.

On se demande ce qu’il se passerait, dans ce pays, si, à la veille du Carême, nos dirigeants recevaient le pape, ou passaient leur temps à faire des signes de croix dans les églises. Ce serait une levée de boucliers de toute la gôche, de Mélenchon aux associations laïques et passant par les franc-maçons. Mais dès qu’il s’agit de commémorer le rituel imbécile de la religion d’amour, de tolérance et de paix, nous sommes confrontés au silence complice assourdissant de tous les islamo-collabos déguisés en laïques ou en socialistes. Sans doute ne faut-il pas déranger les camarades du PS, et les laisser remercier les électeurs musulmans qui, grâce aux 93 % de suffrages accordés à Hollande, ont été déterminants dans son élection.

Finalement, Caroline Alamachère avait trouvé la bonne formule. « La France fût jadis la fille aînée de l’Eglise, grâce à vous et aux autres dhimmis dans votre genre elle est désormais devenue la putain de l’islam ».

Certes, il est difficile, un 21 juillet, d’organiser des mobilisations massives, comme le réclamerait l’ampleur de ces trahisons laïques. Mais il est malgré tout possible d’agir. Soyez nombreux à protester auprès du Ministère de l’Intérieur, de l‘Elysée et de Matignon, et n’hésitez pas à engueuler votre député, s’il est de gauche pour cautionner ce scandale, et s’il est de droite pour ne pas le dénoncer.

Paul Le Poulpe

Repost 0
Published by La Libellule - dans Riposte Laique
commenter cet article
19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 23:37

Ce soir, j’attendais Madeleine, mais à 96 ans, elle a croisé Hassan et ses deux copains

Tout le monde connaît ce formidable succès de Jacques Brel.


http://www.dailymotion.com/video/xnq2b_madeleine-1962_music

Comment ne pas y penser quand on lit le sordide fait-divers, ci-dessous, paru dans le journal belge Ubu-Pan. Nos voisins sont, hélas, confrontés aux mêmes problèmes que ceux rencontrés par nombre de nos compatriotes. Trop de faits divers, où ce sont trop souvent les mêmes qui tuent, et les mêmes qui sont tués, sont tus dans les médias. Le 13 décembre 2011, à Liège, celui qu’on avait qualifié de forcené, un nommé Nordine, avait, à l’issue d’une fusillade, causé la mort de cinq personnes. Cette fois, c’est à Laeken qu’une vieille dame, Madeleine, 96 ans, a été mortellement agressée. Le coupable, âgé de 15 ans, se prénomme Hassan, mais il aurait pu s’appeler Vladimir. Donc, surtout pas de stigmatisation, surtout pas d’amalgame !

Paul Le Poulpe

Ce soir j’attends Madeleine…

Madeleine a 96 ans. Elle a traversé les deux guerres mondiales. Une grand-mère pleine de vie !
Il aura fallu que son chemin croise celui de 3 petites crapules de 15 ans dans son quartier. Elle y a grandi, elle y a vécu. Il a bien changé « son » quartier. Mais à 96 ans, on ne déménage plus. Madeleine aurait pu espérer avoir une fin de vie en douceur, mais c’était sans compter sur les nouveaux habitants de son quartier transformé en ghetto. Ces jeunes qui ne respectent rien, même pas les vieux. Ces jeunes qui n’ont aucune éducation et plus aucune valeur, en tout cas pas les nôtres. L’éducation c’est celle de la rue, celle du ghetto où les seules règles qu’ils respectent sont celles de leur communauté, celles de leurs chefs de gangs plus âgés. Leur parents leur ont expliqué et leur montrent que l’argent est facile. L’exemple vient d’en haut. Ils ont la double nationalité. Ils se sentent attachés à leur pays d’origine en ce qui concerne les coutumes, la culture et la religion, mais ils se sentent attachés à leurs papiers (qu’on leur a gracieusement offert en échange de leur vote) pour bénéficier de cet argent facile : chômage, sécurité sociale, logements à prix dérisoires, ou allocations diverses.

Madeleine a vu évoluer son quartier, elle l’a vu se transformer en ghetto, mais naïvement, elle pensait que ces jeunes, même s’ils ne respectent pas grand-chose, auraient un minimum de respect pour une presque centenaire. Il aura fallu que son chemin croise celui de ces 3 petites crapules pour que tout bascule. Une agression d’une lâcheté indescriptible et d’une violence incroyable !

Un des auteurs est identifié par les caméras de surveillance et est arrêté. Il s’agit d’un merdeux de 15 ans prénommé Hassan. Pas question bien sûr de faire le moindre commentaire sur l’origine de son prénom. Ce n’est pas de sa faute, c’est de la faute de gens comme moi qui s’insurgent. Ce pauvre gamin est une victime de la société, il se sent exclu…

Les deux autres courent toujours dans la nature. S’ils avaient le moindre remord ou un semblant de conscience de la gravité de l’acte qu’ils ont commis, ils se rendraient. S’il ne se comportait pas déjà comme un petit caïd, Hassan dirait aux enquêteurs où trouver ses deux camarades, ses deux complices. Mais à 15 ans, ce petit morveux est déjà un vrai délinquant, qui a compris que l’argent ça ne se gagne pas, mais ça se vole ! Un vrai délinquant qui sait que pour évoluer dans ce milieu on ne « balance » pas, on ne dénonce pas ses camarades. Ce n’est donc pas un accident. Hassan et ses deux complices, bien que mineurs sont déjà de vrais truands, qui viennent de prendre des points dans le monde de la criminalité. Ils seront respectés parce qu’ils ne se sont pas rendu et qu’ils ont tenu tête au système sur lequel ils crachent mais dont ils profitent et abusent.

Puisqu’ils sont mineurs, il y aurait pourtant un moyen très simple pour enrayer le phénomène : responsabiliser les parents ! Lorsque votre enfant mineur fait une bêtise, ce sont les parents qui sont responsables et qui « paient », c’est d’ailleurs pourquoi nous avons une assurance familiale. Et bien qu’on applique le même principe en cas de délit grave commis par un mineur. Suppression totale des allocations familiales, mais aussi suppression totale de toutes les aides dont bénéficient (ou profitent) les parents : Chômage, loyer à prix réduits, allocations diverses. Arrêt total de tout « revenu » provenant de la solidarité. La solidarité ça va dans les deux sens et ça se mérite aussi. Vous verrez alors que les parents auront le contrôle de leur progéniture et que celle-ci sera un peu plus respectueuse des valeurs de notre société. On peut toujours rêver…

Ce soir j’attends Madeleine, mais il pleut sur mes lilas. Il pleut comme toutes les semaines et Madeleine n’arrive pas. Ce soir j’attends Madeleine. C’est trop tard pour le tram 33, trop tard pour les frites d’Eugène, Madeleine n’arrivera plus… ( Jacques Brel)

Magnum UBU

Repost 0
Published by La Libellule - dans Riposte Laique
commenter cet article
19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 23:29

Entrées hommes-femmes séparées à Vandoeuvre : la complaisance d’édiles locaux avec les salafistes

Donc le maire de Vandoeuvre-lès-Nancy, commune où s’est déroulé le « séminaire » salafiste (1) ce week-end dernier, ne connaissait pas la tenue de ce rassemblement salafiste (2). Donc Olivier Caillard, le représentant du syndic du centre d’affaires des Nations, n’était pas au courant de l’aménagement des entrées séparées hommes-femmes dans le vaste espace public que constitue le centre commercial des Nations (3).

Soit. Pourtant, il est curieux que personne n’ait pris connaissance de leurs affiches apposées en plusieurs endroits.

l'affiche du "séminaire salafiste"

Soit. Pourtant, il est curieux que personne n’ait renseigné le maire et le syndic à l’issue de la première journée, puisque ces salafistes, non contents de parquer « leurs » femmes dans les salles louées, ont pris un malin plaisir à tester la réactivité des Vandopériens, en plaçant dans le reste du centre commercial des pancartes indiquant le chemin pour les dames et un autre chemin pour les messieurs. Notons leur absence de galanterie, puisque l’entrée des hommes bénéficiait d’un ascenseur, alors que l’entrée des dames s’effectuait par un détour et un escalier, ce qui fait penser à une entrée de service pour un personnel.

Ces salafistes ont pu constater que, si l’on excepte l’indignation du journaliste de l’Est Républicain, la réactivité fut quasiment nulle, puisque le samedi, deuxième jour du rassemblement salafiste, les pancartes étaient toujours là, comme l’a constaté le journaliste. Une fois informé, le maire de Vandoeuvre a-t-il pris les mesures nécessaires pour les ôter ?

Soit, le maire de Vandoeuvre et le syndic n’étaient pas au courant. Bernés une fois, retiendront-ils la leçon pour ne pas l’être en une autre occasion ? Ce maire, mais aussi tous les maires de France, prendront-ils des mesures préventives, par exemple en convoquant les loueurs potentiels de salles de leur commune en leur demandant de prendre les informations pertinentes sur les possibles locataires, permettant d’éviter ce genre de manifestation, et en établissant ensuite des contrats plus précis d’utilisation des locaux ; ces informations étant ensuite transmises au maire qui jugera de la pertinence de la demande de location.

Mais au-delà de cette négligence, plus grave apparaît la complaisance marquée par d’autres édiles locaux à l’égard de l’association organisatrice de ce rassemblement salafiste. En effet, l’union des musulmans de Jarville avait demandé l’obtention d’une salle de prières dans la commune de Jarville au début de l’année 2010 (4). Dans cette intention, ils avaient rencontré le maire de Jarville, ainsi que leur conseiller général et leur député.

Les délégués de cette association ont su faire preuve de charme, puisque dans une lettre envoyée au maire de Jarville (5), Jean-Pierre Hurpeau, indépendant, anciennement MODEM,  ils lui rappellent que suite à leur entretien, il ne s’opposera pas à leur demande de salle de prières, exprimant même une neutralité bienveillante.

Bienveillance et complaisance qui sont aussi exprimées par les socialistes René Mangin et Hervé Féron (4). Le conseiller général Mangin a vu ce projet bien-fondé et a souhaité « une bonne continuation » à l’association, et effectivement ils ont bien (?) continué avec leur rassemblement salafiste. Le député Féron, fraîchement réélu aux législatives de juin, a souhaité à l’association tous ses vœux de réussite. Des souhaits donc bien peu inspirés !

le député socialiste Hervé Féron

Ce qui laisse douter de la compétence des sieurs Féron, Mangin et Hurpeau (6), dans la situation que nous évoquons ici, n’est bien sûr pas qu’ils ne s’opposent pas à un projet qui permettrait à des musulmans d’exercer leur culte dans un lieu privé, comme une mosquée, tous les citoyens ayant le droit d’exercer leur culte, à partir du moment où cette expression du culte ne trouble pas l’ordre public. Mais en cette occasion, ils ont facilité la tâche à une association dont l’objectif caché est de saper les valeurs de notre société. Et donc est reproché à nos élus le fait qu’ils n’ont pas cherché à en savoir plus sur cette union des musulmans de Jarville. Ils auraient fait une brève enquête auprès des services de la DCRI (ex RG), et ils auraient su que cette association était contrôlée en fait par des salafistes.

On peut penser alors qu’ils se seraient bien gardés de les aider à se développer, par leurs encouragements complaisant. Mesdames, messieurs les élus, votre bien-pensance, nécessaire si elle n’est pas dévoyée, ne doit pas vous aveugler en vous faisant oublier que vous êtes là pour défendre les concitoyens qui vous ont fait confiance en vous élisant. C’est aussi aux citoyens de rappeler leurs élus à leurs devoirs.

Jean Pavée

Repost 0
Published by La Libellule - dans Riposte Laique
commenter cet article
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 16:57

Depuis l’Afrique du Sud, je pense à l’apartheid en gestation… en France

D’Afrique du Sud…

… où à une heure de route de Capetown, il est un bourg nommé Franschoek (prononcer frantchouk). Créé au 17è siècle par les Protestants français qui y implantèrent un vignoble aujourd’hui réputé dans le monde entier, ce village fait du 14 Juillet de chaque année une fête célébrant les pionniers qui l’enfantèrent.

Personne n’y parle plus le moindre mot de notre langue.

Mais j’ai vu par le plus grand des hasards, dans la rue unique et principale qui le traverse, une fanfare d’adolescents noirs jouer le refrain de la Marseillaise sous une floraison de drapeaux tricolores, pour le plaisir d’une foule de blancs et de noirs mêlés, au coeur d’une foire fleurant bon le cochon grillé des barbecues.

Quel symbole!

J’ai su que le le même jour, en France, à Nançy pour être précis, des édiles confondant le déroulé de la fête nationale avec celui du devoir multi-culturel, ont laissé des Salafistes (mis à la porte par Guéant, récupérés à la fenêtre par Valls) répandre leur venin sur la ville de Stanislas avec, pour point d’orgue signifiant la complète imbécilité des uns comme des autres, des entrées séparées pour les hommes et les femmes, exactement comme dans les toilettes publiques.

Quel symbole là aussi!

La situation des Sud-Africains, quelle que soit la couleur de leur peau, n’est pas une tartine de miel. Loin de là. Moi, c’est celle des Français qui m’intéresse. Alors, à Franschoek, j’ai vu et entendu le contraire de ce qui nous pend au nez : une messe festive et sympathique tentant de tordre le cou à des années d’austère et implacable séparatisme, une volonté partagée de former, ne fut-ce que le temps d’une journée dans un magnifique cirque de montagne, une nation. En rendant hommage au passé.

Par simple comparaison, l’apartheid français me crève aujourd’hui les yeux. Et ce ne sont pas les « sous-chiens » majoritaires, ces larves que la force montante écrasera bientôt, qui l’auront voulu ; mais ceux-là mêmes qu’ils ont accueillis, nourris, préservés des risques comme ils le font d’eux-mêmes. Minoritaires et sûrs d’eux-mêmes, les soldats de Dieu version cauchemar s’arment et se ceinturent de fil électrifié comme ils voilent leurs filles et condamnent leurs femmes à la réclusion à perpétuité.

Des comparses leur facilitent le travail. Ils sont nos élus. Fin de race. La France s’éteint dans leur invraisemblable haine d’eux-mêmes. Et les gagnants de ce jeu sordide, les « modérés » de la Vraie Croyance, toujours prêts à ne pas trop condamner les excès de leurs frères, s’étonnent ouvertement de ramasser aussi facilement la mise. Dame, on leur offre un pays, sans même s’inquiéter de savoir qui ils sont!

Penser cela est une étrangeté, si loin de chez soi. Pourtant, la conviction se renforce à comparer les manières dont les nations se font ou se défont. Et les misères que l’on fait ces jours-ci aux quelques esprits français suffisamment libres pour refuser l’indicible la confortent. Puisse la contagion de la résistance s’étendre, loin, et vite. Car parmi les fumées des braseros de Franschoek flottait un remugle fade et veule de bête égorgée, en provenance directe de Lorraine.

Alain Dubos

Repost 0
Published by La Libellule - dans Riposte Laique
commenter cet article
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 01:04

Conquête : Les dignitaires musulmans annoncent la couleur, et l’occident ne veut pas entendre

Sachant que j’ai été élevé dans un environnement islamique et que je critique l’islam, beaucoup de mes interlocuteurs me posent cette question embarrassante : « Est-il vrai que les musulmans recourent à la dissimulation et au mensonge pour duper leurs interlocuteurs ? ».

Ceux qui m’interpellent s’attendent à une réponse simple du type oui ou non. Or la réalité est ambivalente. D’ailleurs, celui qui pose une telle question a déjà une idée derrière la tête. On peut aisément imaginer qu’il n’est pas aussi dupe, aussi dupé que cela.

La réalité est que bon nombre de musulmans de par le monde, par leurs actes hostiles à l’Occident et dans leurs prêches et discours publics, diffusés à tout-va, proclament clairement, à qui veut les écouter, qu’ils sont toujours fidèles à la prescription coranique du jihad et qu’ils vénèrent par dessus tout Mahomet qui l’avait pratiqué, sabre en main. Ces prêches et ces discours publics en appellent à tous les musulmans pour rester fidèles à la mission qui leur fut confiée par le Coran et par Mahomet : faire en sorte que l’islam triomphe de toute autre religion. Tuer et se faire tuer pour cette cause n’est nullement considéré comme immoral, mais plutôt comme vertu emprunte de courage et d’abnégation méritant récompense auprès d’Allah, honneur, gloire et butin pour les survivant ici-bas ! L’obligation du jihad, dans l’active, est un devoir, jusqu’à atteinte du nombre suffisant de combattants (فرض كفاية).

Face à ces faits, vérifiables par le premier venu qui sait effectuer une recherche sur Internet, on peut être interloqué par la sincérité des musulmans et par la limpidité des mots qu’ils utilisent pour signifier qu’ils sont toujours acquis à un esprit de conquête, dignes héritiers de leurs glorieux prédécesseurs.

Le problème est que face à ces actes, à ces prêches et à ces discours, qui n’ont rien de spécial pour les musulmans, nos compatriotes français et bien des Occidentaux se mettent à inventer des catégories d’excuses pour se persuader qu’il ne s’agit-là que de hurluberlus ou d’extrémistes musulmans, en sommes d’une infime et obscure minorité et n’osent pas, de ce fait, regarder la réalité des votes, si ce n’est plébiscites musulmans.

Finalement, c’est là qu’on se rend compte qu’effectivement nos médias, nos hommes politiques et même nos éminents politologues ont été sérieusement dupés, non seulement par des dirigeants des pays musulmans, mais aussi par des soi-disant musulmans modérés. Ensemble, ils ont réussi à nous  “vendre” l’idée stipulant que l’islam est bien différent de « l’islam politique », de « l’islamisme », du « wahhabisme », du « salafisme » et autres « balivernisme », pour ne pas avouer ce que l’enseignement coranique a toujours produit comme monstres et comme monstruosités, dont l’antisémitisme est l’un des aspects que nos gouvernants successifs ont vainement tenté de cacher sous le tapis de leur hypocrisie.

Je vous invite à écoutez attentivement ce qu’a dit récemment Henri Boulad, un jésuite égyptien, à ce sujet. Rappelons-nous que les Egyptiens (les Coptes) avaient choisi le christianisme bien avant la conquête islamique et, qu’à présent, ils risquent de disparaître définitivement de l’Egypte en quelques décennies. Sarkozy avait bien qualifié ce processus « d’épuration religieuse ».

 

12 minutes d’entretien avec le père Boulad

Et pour mieux faire comprendre les propos et les avertissements que nous a délivrés ici Henri Boulad, j’ai estimé utile de traduire un discours très clair et très musclé tenu il y a quelques mois par celui qui, entre-temps, est devenu le premier président égyptien sorti des urnes : édifiant !

10 minutes d’un discours du président égyptien

N’allez donc plus vous dissimuler, à vous-même et à vos interlocuteurs, ce qu’un  musulman, démocratiquement élu par des musulmans déclare ici clairement. Le président égyptiens est tout simplement un Frère musulman qui fait reprendre à la foule le credo des Frérots. Il ne manquait à la vidéo de ce discours que le logo historique de la confrérie qui, en quelques mots, un livre et deux épées,  énonce clairement la couleur et le commandement coranique : préparez-vous [au combat].

Logo des Frères musulmans

C’est le premier mot de la sourate 8, verset 60 : « Et préparez contre eux tout ce que vous pouvez comme force et comme cavalerie équipée, afin d’effrayer l’ennemi d’Allah et le vôtre, et d’autres encore que vous ne connaissez pas en dehors de ceux-ci mais qu’Allah connaît. Et tout ce que vous dépensez dans le sentier d’Allah vous sera remboursé pleinement et vous ne serez point lésés. »

C’est ce verset que Geert Wilders a repris en tête de son film vidéo FITNA.

Il me semble que si certains musulmans tentent de présenter l’islam sous un beau jour, ce sont aussi les Occidentaux qui essayent de se dissimuler, à eux-mêmes, d’évidentes réalités que l’islam et les musulmans leur ont toujours donné à comprendre.

Pascal Hilout, né Mohamed

Repost 0
Published by La Libellule - dans Riposte Laique
commenter cet article

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée