Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 10:12

Sarkozy et Hollande de mèche pour assassiner la France

Repost 0
Published by La Libellule - dans Riposte Laique
commenter cet article
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 13:05

Encore Glavany ! Pour que les musulmans votent Hollande, il qualifie Israël de véritable apartheid !

Posted on by Alon Gilad - Article du nº 233

 

Plus le mensonge est gros… vous connaissez la suite. C’est ainsi que procède un de ces très spécifiques ambitieux personnages, ayant surfé et bâti une prospère carrière sur la vague rosâtre de la « rupture avec le capitalisme » affirmée par le parti mitterrandien de 1981.

Je veux parler ici du ci-devant député Jean Glavany, que RL avait épinglé pour sa conception d’une laïcité aux accommodements raisonnables, en faveur de l’islam.

En effet, notre ex-anticapitaliste -selon le congrès d’Epinay et le « programme commun »- vient de déposer un « rapport parlementaire » dénonçant vigoureusement Israël.

C’est un rapport qui présente le traitement et la distribution de l’eau, par Israël, comme étant un véritable apartheid… L’accusation est grave.

Ce rapport est très particulier. Il montre du doigt Israël, pour la mise en œuvre d’une activité cadrée, avec beaucoup de précision, par un accord international contresigné par la Russie, l’union européenne, les USA, la Jordanie et l’Egypte. Ce faisant, notre rapporteur, jouant au Vychinski d’opérette dans ce procès de Moscou nouvelle manière, invite l’Egypte -désormais dominée par les Frères musulmans et les salafistes- et la Jordanie, à dénoncer leur signature. Un homme de dialogue et de paix, c’est évident, ce député PS.

Le traité international dont il est question détermine et les quantités et la qualité de l’eau qu’Israël doit traiter et distribuer. N’est-il pas respecté ? En quoi ? On ne le saura pas. Manifestement, pour le sieur Glavany, la question n’est pas là.

A-t-il d’ailleurs interrogé les responsables israéliens qu’il accuse avec véhémence? Point n’est besoin, la cause est entendue. Accuser Israël, salir Israël, c’est l’unique objet de ce pseudo rapport, fruit d’une obsession opportuniste déterminant notre homme à cracher dans le sens d’un vent mauvais.

Cette fois, le prétexte est l’eau

A en croire notre désintéressé personnage, toutes les difficultés des « palestiniens » proviendraient d’Israël et de lui seul. Il n’y aurait pas d’autres causes à leurs difficultés quotidiennes. La preuve, pourrait-il dire : regardez ! Regardez comme vivent les Arabes dans les autres pays, voyez leurs réalisations quand ils sont maîtres d’eux-mêmes… C’est sur, notre député dit la vérité et rien que la vérité.

Vous en doutez ?

Alors regardez, voyez, observez attentivement comment y vivent les peuples, les femmes plus particulièrement. Après cela, comme monsieur notre député, on aura sa religion faite, pour toujours : n’est-ce pas que tout y est pour le mieux dans le meilleur des mondes ? N’est-ce pas que si quelque chose ne va pas, -pour les peuples que l’on appelle arabes-, c’est entièrement la faute à Israël ?

Regardez, l’irrigation existe en tout lieu.

Voyez ces pays : le paysan arabe est partout prospère. Observez avec attention, l’ouvrier arabe possède les droits les plus développés qui soient. Entendez, la parole y est libre, le droit d’expression du peuple est partout souverain, les minorités nationales et religieuses sont toujours et tout le temps à égalité avec la majorité arabe ou arabisée et musulman ? De cela, Jean Glavany déduit que l’on doit parler d’apartheid au Moyen-Orient. Où ? Mais en Israël, voyons.  Où cela serait-il possible au Moyen-Orient, en dehors de ce pays ?

Monsieur le député Glavany, soyons sérieux. Parlons du Moyen-Orient

Pour monsieur le député, sans intérêt, probablement inexistantes, les persécutions religieuses, massacres d’Assyro-chaldéens d’Irak, pogromes frappant les Coptes (les autochtones/aborigènes d’Égypte).

Pour notre parlementaire rapporteur, surement une invention des agents du sionisme : les persécutions et l’oppression politique des Kurdes, la majorité nationale libanaise bafouée par le parti armée irano-libanais Hezbollah, -violant les droits politiques de la majorité des Libanais chrétiens, Druzes, sunnites, Arméniens-, la Turquie qui bâtit des barrages sur les hauts Tigre et Euphrate, la Turquie de l’islamisme modéré asséchant le croissant fertile et transformant en désert les parties autrefois verdoyantes de l’Irak … Non tout cela n’existe pas, tout cela ne doit pas exister.

Une seule chose existe ou doit exister, même si elle n’est pas réelle encore. Cette chose c’est : Israël qui discrimine. C’est Israël qui fait un « véritable apartheid » même  s’il ne fait qu’appliquer un traité international de l’eau.

Au Moyen-Orient, un problème et un seul, Israël, moi, monsieur Glavany, je le dis. L’assèchement du Tigre et de l’Euphrate par la Turquie de ce bon bougre d’Erdogan, qui Fait bombarder les villages Kurdes et occuper la moitié de la république de Chypre, ça n’existe pas, ça ne doit pas exister ! Je vous le dis, foi de Glavany !

Le problème, le seul, l’unique dont je veuille entendre parler et faire état, c’est encore et toujours ces Juifs qui nous font chier.

Le problème, le seul, ce sont ces éternels ressuscités : Les Juifs, en tant que nation.

Ils sont comme le Juif Jésus, ils ne veulent pas mourir. On les tue, et les revoilà. Ils s’accrochent.

Les Juifs, comme leur compatriote Jésus, on peut les aimer, et même les adorer… quand ils sont morts. Vivant, on les déteste et on doit les charger de tout ce qui ne va pas autour de nous et même ailleurs. C’est la tradition. Et puis, il y a un dogme religieux qui écrit : qu’il faut tous les tuer.

Parmi mes électeurs potentiels, beaucoup croient cela.

Ce n’est peut-être pas très sympathique, comme croyance, mais que voulez-vous ? Alors moi, j’y vais de mon p’tit couplet. Faut bien. Je les caresse dans le sens du poil, ces électeurs potentiels. Alors, vous pensez bien, Erdogan qui prive d’eau les anciens puissants fleuves d’Irak, les assassinats de pèlerins chiites se rendant à Karbala, je ne veux pas en entendre parler. Dénoncer cela, c’est certain, ça choquerait certains de mes futurs électeurs. Ils se croiraient stigmatisés et nous, en Mitterrandie, on est absolument contre la stigmatisation.

Mais pour les juifs, c’est autre chose. Pour les Juifs, la parole, ma parole, est libre. Je peux dire ce que je veux. Parce que là, ça ne va plus : Ils ont reconstruit leur pays, qui n’était plus qu’un tas de pierres érodées et noircies, ainsi qu’une succession de marigots puants et malsains, avec quelques citronneraies par ci-par là. Ce n’est vraiment pas bien. C’est du pur colonialisme, avoir reconstruit de A à Z le pays de ses aïeux.

Vous vous rendez compte du scandale : Même qu’ils organisent partout la distribution de l’eau, selon les normes définies par un traité international. Quelle honte, quel scandale ?! Alors je vous le dis : cela doit cesser !

Ils ont même inventé des procédés d’irrigation au goutte à goutte, pour ménager les ressources hydriques. C’est un crime sans nom, vous ne trouvez pas ?!

Ils distribuent à chaque « palestinien » plus d’eau qu’il n’en est distribué, à chaque simple « arabe » de chacun des autres pays de la région. Ça c’est un crime, un crime terrible, le crime des crimes, un crime impardonnable. C’est de l’apartheid pur et simple! Alors moi qui suis député et veut le rester, je vous le dis, et je l’écris. Ah mais !! Est-ce que je caricature le sieur Glavany ? Je ne crois pas, malheureusement.

Il s’agit d’un rapport parlementaire, veut-il faire accroire. C’est donc, doit-on penser- le résultat d’un voyage d’étude, financé par nos impôts. Je suis donc en droit de demander des comptes, comme l’est chaque citoyen français, surtout s’il paye des impôts et s’il a, de ce fait, contribué, pour un quantième quelconque, à la promenade propagandiste du ci-devant député.

La propagande Glavany : Mensonges ! Forfaiture !

En d’autres termes, nous sommes devant une machinerie propagandiste. Nous sommes confrontés à la nouvelle propaganda staffel du mitterrandisme aubryste, à de l’agit-prop new-look, façon « socialisme » maastrichtien. Avec le « rapport parlementaire », tout cela est mis en branle. Une échéance est devant cette machine propagandiste, qui a enterré profondément sa conscience et son respect des citoyens.

Pour assurer la victoire du capitaine de pédalo –officier commandant d’équipage, singeant jusqu’au détail des gestes et aux trémolos dans la voix, les mimiques de l’homme de l’auto-attentat de l’observatoire*1- pour qu’il ait un maximum de chances d’être élu, Il faut gagner le plus de suffrages possibles, quels que soient les moyens pour cela. En soi, chercher un maximum d’électeurs, ce n’est pas critiquable.  La question, c’est : comment ?

Mais ce que l’on observe ici, c’est que la machine propagandiste, suivant en cela les conseils du cabinet de conseil « Terra nova » et ceux du géostratége » Pascal Boniface, recherche des voix parmi une population exacerbée par un antisémitisme coranique traditionnel qui s’est débridé, un antisémitisme enflé, jusqu’à défiler, à Paris comme à Tunis, sous les mots d’ordre rythmés et criés de : mort aux Juifs ! À mort Israël !

L’antisémitisme condescendant et méprisant, l’antisémitisme du sourire narquois et de la bouche en cul de poule, style Tariq Ramadan, ponctué d’accès de rage et de violences pogromistes, style agitateur salafiste, accentué et activé aujourd’hui par la haine du Juif redevenu libre, le tout lié par l’aversion pour le Juif sorti de l’état d’infériorité sans fin résultant de la dhimmitude, la haine insondable pour le Juif ayant restauré son Etat national sur un petit bout de son territoire que le djihad avait décrété terre d’islam et de plus rien d’autre, cet antisémitisme de début de 21ème siècle est la vague saumâtre sur laquelle surfe le rapport Glavany, pour aller à la pêche aux voix haïssant les « yahoud ».    

Le sieur Glavany n’est malheureusement pas seul à sucer ces fruits

Notre rapporteur parlementaire n’est pas seul à ne pas rechigner et à chercher à se mettre sous la dent même ce qui pousse dans la boue des préjugés et des stéréotypes. Ces mets sont comme ces princesses magnifiques, peuplant les nuits du héros du « manuscrit trouvé à Saragosse », ils sont comme ces saphiques femmes de l’orient littéraire, cachant sous leur beauté d’un trop bref instant la laideur repoussante et éternelle du démon ; ces mets le poussent aujourd’hui à produire, à l’intention de la représentation nationale, ce qui n’est au fond qu’une variété de « protocole des sages de Sion ».

Juppé est lui aussi à la manœuvre sur ce terrain

Les Bordelais le connaissent déjà, pour sa hallalisation des cantines scolaires, et quelques autres aventures. La majorité des Français n’a pas oublié son chef d’œuvre, -le Plan Juppé-, qui a mis des millions de salariés dans la rue, à l’automne-hiver 1995.

Cet autre ambitieux a pour commun dénominateur, avec le ci-devant Glavany, de haïr Israël et d’avoir le cœur qui bat si fort pour les Frères musulmans et le Hamas qu’il leur trouve toute les vertus possibles et imaginables. Il est vrai que « Jupiter rend fou ceux qu’il veut perdre. »

Il y a quelques mois, Alain Juppé rencontrait en Égypte les dirigeants de la secte du djihad mondial destiné à restaurer un califat s’étendant sur l’ensemble de la planète. Il les trouvait aimables, raisonnables, et de commerce fort agréable

L’ancien premier ministre les trouvait sérieux et sympathiques. En son temps, l’ambassadeur français Coulondre trouvera Adolphe Hitler lui aussi, sérieux, très sympathique, tout à fait modéré et…pacifique.

Rivalisant avec le député et rapporteur « socialiste », Alain Juppé a fait mieux. A Tunis, il vient de rencontrer Hanyeh, le chef du califat embryonnaire installé par le Hamas à Gaza. Malgré les récents discours du djihadiste en chef, on se trouverait devant un partenaire tout à fait acceptable. Si Alain Juppé appartient à un club fermé, nul doute qu’il n’hésitera pas à le parrainer.

Glavany-Juppé, Juppé-Glavany, bonnet blanc-blanc-bonnet…

Alon Gilad

.*1 Le capitaine de pédalo va-t-il poursuivre l’imitation jusqu’à organiser lui aussi un auto-attentat de l’observatoire, à Cajarc où à Jarnac ?

PS – on me signale que sur « Radio J » ce matin, le sieur Glavany a maintenu le cap, en exprimant un léger regret d’avoir utilisé le terme « apartheid ».

On voit que ce n’est pas l’esprit de responsabilité qui étouffe cet ancien « anticapitaliste » de l’école jospiniste : Je jette mes excréments intellectuels. Je qualifie Israël d’apartheid ; et puis après, du fait des protestations, devant un micro communautaire que peu de monde écoute, j’exprime un tout petit bout de regret à propos d’une accusation d’une gravité exceptionnelle. Décidément, il vaut mieux avoir ce genre de personnage dans l’opposition qu’au pouvoir.

Repost 0
Published by La Libellule - dans Riposte Laique
commenter cet article
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 10:47

Elancourt : 450.000 euros pour que les musulmans puissent égorger le mouton dans la dignité

Un lecteur de Riposte Laïque nous a alertés sur les atteintes à la laïcité qu’il a constatées dans sa ville d’Elancourt qui a dépensé pour la fête de l’Aïd de novembre dernier.

Depuis maintenant cinq ans, Elancourt est le théâtre d’une boucherie pour la fête de l’Aïd el Kebir qui se tient sur le parking de France Miniature, un site touristique pour l’instant fermé au public. La ville s’associe pour cette opération à d’autres villes avoisinantes comme Plaisir, Trappes et La Verrière. Dans un article du Parisien de 2008 (1) la mairie précisait « Cela va dans le sens des attentes de la communauté musulmane. Leurs associations sont venues nous voir en nous demandant de pouvoir célébrer leur fête dans des conditions décentes et sortir du cliché du mouton égorgé dans la baignoire ».

L’ancien grand mufti de Marseille, Soheib Bencheikh, avait estimé que le sacrifice d’un mouton à l’occasion de l’Aïd el Kebir n’était pas une obligation majeure et précisait que le droit musulman permettait de remplacer ce sacrifice par « un don fait dans un pays où les habitants ne mangent pas à leur faim, ce qui est plus conforme à l’esprit du partage ». Et on ne peut que lui donner raison. Dans Animals in Islam l’imam Al-Hafiz Basheer Ahmad Masri écrivait quant à lui : « Pendant les premiers temps de l’Islam, la tradition d’offrir des animaux avait un sens. La viande était alors un ingrédient essentiel de l’alimentation humaine, et aucune miette n’en était perdue. De nos jours, tuer [des animaux] est devenu un rituel vide, et le sens profond [de l'acte] a été oublié ». (2)

On apprend donc que non seulement le sacrifice du mouton n’a aucun caractère obligatoire en islam mais que de surcroit l’essence même du sacrifice originel a été oubliée au cours des siècles. On se demande donc bien pourquoi cette pratique barbare continue de se perpétrer dans le monde musulman et plus encore dans nos contrées non musulmanes !

D’après un article paru dans Les Nouvelles des Yvelines de novembre, les 25 000 Elancourtois auraient dépensé 450 000 euros pour cet évènement, soit 18 euros par habitant. Il faut savoir que l’abattoir halal de Mantes-la-Jolie situé à quelques kilomètres est agréé par la Mosquée de Paris et peut tout à fait répondre à la demande des musulmans pratiquants pour cette fête.

Le document ci-dessous est une copie de la Décision Modificative au budget principal initial et indique une rallonge du budget de 171 240 euros. La décision prise en assemblée par les membres du conseil municipal, UMP et opposition, a été adoptée à l’unanimité.

 

 

Sur le site de la ville d’Elancourt on peut avoir accès à l’enregistrement vidéo du conseil municipal du 29 septembre 2011 (3) et à 58mn10s on entend M. Gérald Favier, adjoint au maire, expliquer que depuis 5 ans la commune en partenariat avec les communes environnantes met à disposition un abattoir mobile durant plusieurs jours pour la fête de l’Aïd el Kebir. M. Favier explique que cette opération se fait « dans le cadre des obligations des maires par rapport au respect sanitaire de l’abattage des animaux ». Il justifie la présence de cet abattoir par le fait qu’avant sa mise en place de « nombreuses familles » égorgeaient les moutons dans les bois alentours ou dans les caves.

Fier de lui, l’adjoint précise qu’Elancourt est la seule ville des Yvelines à prévoir cette infrastructure particulière qui suscite les jalousies des autres communes piaffant de s’y associer et ajoute que cet abattoir mobile est le seul permettant de faire un abattage de façon « digne »…

Les défenseurs des animaux apprécieront le fait qu’égorger 27 tonnes de moutons – soit plus de 1 200 bêtes – sans les endormir, en leur tranchant le cou à multiples reprises en déclenchant des spasmes de douleur pouvant durer jusqu’à 20mn, soit perçu par ce monsieur comme un acte empreint de dignité. Sans doute fait-il allusion à la dignité des musulmans mais certainement pas à celle de ces malheureuses bêtes sacrifiées inutilement à une divinité comme aux temps anciens où l’on croyait encore que la terre était plate. Ceci dit, on peut peut-être se réjouir que le coran n’ait pas prévu de sacrifices humains : à raison de 1 200 humains à zigouiller tous les ans dans un seul département, la démographie en prendrait un sacré coup et la dignité aussi ! Mais qui sait si les élus ne trouveraient pas encore des prétextes à applaudir et encourager une pratique au prétexte de paix et d’amour…

M. Favier assure la garantie du contrôle sanitaire agréé par les services de l’Etat, avec 8 ou 10 vétérinaires vérifiant « mouton par mouton » la qualité de la viande. Il vante une « opération importante à mettre au crédit de la commune » mais au débit des fonds publics avec des installations jugées par les musulmans encore insuffisamment nombreuses mais nécessitant tout de même une infrastructure assez grandiose : chapiteau ; écrans TV ; personnel comprenant 18 bouchers et 2 sacrificateurs ; service d’accueil ; fluides ; plusieurs vétérinaires permanents ; agréments divers ; récupération et transport des eaux usées ; récupération, stockage et transport des déchets ; stockage et transport de la paille ; clôture de 2m de haut autour du site ; garderie pour les enfants avec personnel encadrant ; présence de policier municipaux ; présence d’une société de gardiennage ; demi-journée de formation du personnel pour leur expliquer qu’il ne faut pas fumer à proximité de la paille…

Sans parler des nuisances visuelles, auditives et olfactives, tant par les animaux que par les véhicules nombreux. Et cerise sur le gâteau, la page 4 de l’Avis d’Autorité Environnemental des Yvelines nous apprend que les moutons ne sont même pas achetés à nos éleveurs, ce qui pourrait être une maigre consolation, mais introduits en France (4).

Enfin l’adjoint conclut son discours en déplorant qu’Elancourt ne puisse plus à l’avenir continuer à gérer cet abattage qui se tient sur le site touristique de France Miniature en raison de la réouverture prochaine de ce dernier et lance donc un appel « solennel » auprès de l’opposition pour que celle-ci aille taper aux portes des communes communistes et socialistes pour qu’elles prennent la relève.

Le maire, M. Fourgous, reprenant la parole croit bon d’ajouter que « nombre de députés de l’Assemblée Nationale » lui ont fait passer une demande pour savoir comment Elancourt a réglé « ce problème » tout en respectant la loi, au point qu’Elancourt est même présenté comme exemple à l’Assemblée Nationale. Si, si.

Lorsque le responsable de la circonscription, M. Besseau, a été interrogé sur cet abattoir mobile alors que celui de Mantes-la-Jolie pouvait répondre à la demande, il a évoqué des raisons d’hygiène… tiens, l’abattoir de Mantes ne répondrait donc pas aux normes d’hygiène ?! Son autre argument a été que l’Aïd tombait un dimanche, or les années précédentes cette fête tombait un jour de semaine et Elancourt avait dépensé 290 000 euros pour 2009 et 2010.

Bref, une fois de plus la laïcité est foulée aux pieds, l’argent des contribuables utilisé pour une communauté religieuse au détriment de la collectivité, au mépris de la loi de 1905. Des milliers d’animaux sont sacrifiés alors que ce n’est pas nécessaire, alors que des dons au profit de pays en difficulté permettrait d’accomplir un acte de partage et d’amour qui sied à une… religion digne de ce nom. Encore faudrait-il pour cela que l’islam soit une religion, ce qui reste encore à démontrer.

Caroline Alamachère

Repost 0
Published by La Libellule - dans Riposte Laique
commenter cet article
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 11:26

Leur crime : ne pas aimer l’islam !

Depuis une semaine, du lundi au vendredi, à partir de 19 h 50, Christine Tasin nous propose le Journal des Résistants (JR). C’est un pari audacieux, qui nécessite énormément de temps et d’énergie, mais nous savons que cet investissement sera payant, et ouvrira les yeux de nombre de nos concitoyens. Si vous avez des informations intéressantes, ou des images inédites, faites les nous parvenir, Christine jugera de l’opportunité de les utiliser ou pas. N’hésitez surtout pas, d’autre part, à faire circuler ces vidéos à votre carnet d’adresse, à les publier sur les réseaux sociaux, comme facebook, twitter ou autres. Il faut que rapidement de plus en plus de concitoyens aient le réflexe, en cliquant sur http://www.ripostelaique.com, d’écouter, chaque soir de la semaine, le JR, une autre façon de traiter l’actualité.

Nous sommes à présent en mesure de vous proposer la couverture de notre dernier livre « Apéro saucisson-pinard », dont le titre, nous n’en doutons pas, va provoquer la fureur de nombre de bien-pensants, à l’instar de ce journaliste de la Dépêche du Midi, à qui nous avons demandé un droit de réponse pour son article injurieux et malveillant.  Selon ces grands « démocrates », célébrer des spécificités gastronomiques de la France, c’est bien évidemment du racisme larvé. Ben voyons !


YouTube

http://www.youtube.com/watch?v=m0yUOiCT0kQ

C’est dans ce contexte que Pierre Cassen, et Pascal Hilout passeront donc devant la 17e chambre correctionnelle, le vendredi 3 février, à partir de 13 h 30, au Palais de Justice de Paris. Leur crime : pour le premier, avoir assumé, en tant que rédacteur en chef, la responsabilité de deux éditos, dont l’écriture d’un d’entre eux. Pour le second, avoir, sous le nom de Cyrano, écrit le deuxième. Ont-ils formulé des choses graves ? Nous vous laissons en juger, en lisant ces deux articles, repris par le site « Poste de Veille ».

Selon la LDH (1), initiatrice de la plainte, soutenue par le MRAP, la LICRA et le CCIF, ces deux textes constitueraient une incitation à la haine « à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée ».

Le philosophe Radu Stoenescu ne résumait-il pas la réalité de ce procès, dans un article intitulé « Pour sauver leur fond de commerce, les anti-racistes ont dénaturé le mot racisme »

Dès que nous avons rendue publique cette information, il y a un an, nous avions perçu, autour de nous, un double élan, de révolte et de solidarité. Nous sentons, dans ce pays, monter une exaspération, une colère sourde, contre ces associations qui, vivant largement des subventions publiques, ont perverti le légitime combat anti-raciste, en le transformant en idéologie sectaire, au service du multiculturalisme et de l’islamisation de notre pays. Les Français ne supportent plus que la moindre critique de l’islam, la moindre allusion aux origines de la majorité des délinquants soient immédiatement qualifiées de « racistes ». Cela leur est d’autant plus insupportable que nombre d’entre eux subissent, dans leur quotidien, des agressions verbales ou physiques, en raison de leur origine ou de la couleur de leur peau, et que, dans ces cas là, les prétendues associations anti-racistes brillent par leur silence, théorisant la doctrine d’un Sopo ou d’une Bouteldja affirmant que le racisme anti-blanc n’existerait pas !

Faut-il rappeler que la LDH, qui a instruit ce procès, a un budget de 2 millions d’euros l’année. On peut penser que la LICRA et le MRAP tournent aux environs de 1 million d’euros l’année. Quant au quatrième compère, le Collectif contre l’Islamophobie en France (CCIF), honteusement reconnu d’utilité publique, il ne cache pas, par la bouche de son président, le but des procès qu’il intente, et ses besoins d’argent !

On peut, sans se tromper, affirmer que le rapport de forces financier entre RL et ses accusateurs se situe de un à mille. Notre journal n’a aucun permanent, ils en ont plusieurs dizaines. Il n’a pas de local, ils bénéficient de dizaines de bureaux à Paris et en province. RL ne touche aucune subvention, les leurs se comptent en centaines de milliers d’euros chaque année, que cela vienne de l’ État ou des collectivités locales. Quand nous faisons une initiative comme « L’apéro saucisson-pinard » ou « Les assises internationales sur l’islamisation de nos pays », nous les auto-finançons, ou nous perdons de l’argent, ils bénéficient, eux, malgré leurs subventions, de participations exceptionnelles qui remplissent encore davantage leurs caisses.  Nous n’avons jamais cherché à faire interdire une de leurs actions, ou appeler à des contre-manifestations, quand ils multiplient menaces et intimidations contre les nôtres. Notre association ne peut multiplier les procès à répétition, malgré toutes les calomnies, menaces et insultes subies (voir entre autres l’article le plus ignoble, de Fiammetta Venner paru dans une revue de la Licra, ou celui de BHL qui vaut une mise en examen de son auteur, suite à une plainte du Bloc Identitaire), ils ont à leur disposition des avocats capables de multiplier intimidations et plaintes contre leurs adversaires. Nous jouons notre peau dans ce procès, pour eux, c’est une goutte d’eau dans l’océan.

C’est leur logique inquisitrice qui a amené devant les tribunaux des personnes respectables comme Michel Houellebecq, Fanny Truchelut, Éric Zemmour, Marie-Neige Sardin, aujourd’hui Pierre Cassen et Pascal Hilout, et combien d’autres de malheureux concitoyens, salis, calomniés, insultés et parfois ruinés par les nouveaux Torquemada de l’anti-racisme. Leur crime : ne pas aimer l’islam, le message peu amical qu’il véhicule sur notre territoire, et oser le dire !

Ce procès révolte nombre de nos amis, et plus largement des lecteurs qui, bien que ne partageant pas toujours les écrits de Riposte Laïque, connaissent Pierre et Pascal. Chacun sait que leur place n’est pas devant un tribunal. Personne ne les imagine tenir le moindre propos raciste. Chacun comprend que les maîtres-censeurs, incarnation d’un effrayant totalitarisme de la pensée, battus politiquement, veulent « se faire » Riposte Laïque, en nous frappant à la caisse. Ils rêvent de faire taire définitivement un journal qui les dérange, et à qui ils ne pardonnent pas une liberté de ton, voire parfois un humour totalement  étranger à leur dogmatisme. Nous allons, tout au long de ce mois, informer nos lecteurs sur l’action passée et présente de ceux qui osent nous poursuivre en justice.

Nous avons senti, tout au long de cette semaine, un immense élan de solidarité. Certains nous envoient des dons, qui nous l’espérons, contribueront à nous faire traverser sans trop de dommage cette épreuve. D’autres nous témoignent par écrit leur solidarité, et nous affirment qu’ils ne laisseront jamais RL ne plus paraître, qu’ils en ont trop besoin, à présent. Que dire de ces lecteurs de province, et même de Suisse et de Belgique, qui nous ont fait savoir qu’ils prendraient leur disposition pour être avec nous, ce vendredi 3 février, et nous montrer que nous ne sommes pas seuls. Naturellement, comme nous avons du savoir-vivre, à RL, nous leur disons d’abord merci, et nous donnerons rendez-vous, après le procès, à tous nos amis, pour finir la soirée ensemble, dans une ambiance chaleureuse et amicale qui nous fera oublier les tracas de la journée.

Sans dévoiler notre ligne de défense, ceux qui nous connaissent savent que nous n’irons pas à ce procès en victimes expiatoires. Nous produirons sept témoins, tous fort différents, dont les propos et le vécu ne pourront laisser le public, nos accusateurs et les juges insensibles. Nous n’avons pas choisi d’aller devant les tribunaux, mais, quitte à y être, nous entendons nous défendre au mieux, justifier les deux articles incriminés, expliquer ce que sont nos valeurs, et démontrer en quoi elles sont incompatibles avec le racisme et l’islamisation de notre pays.

Le 3 février, nous faisons confiance à Pierre, Pascal, et à notre avocat, Maître Joseph Scipilliti, pour défendre l’honneur de Riposte Laïque, et hisser haut nos valeurs fondatrices : laïcité, république, nation, droit des femmes, liberté de conscience, démocratie, droit au blasphème, et surtout, amour de la France de Voltaire.

Repost 0
Published by La Libellule - dans Riposte Laique
commenter cet article
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 10:12

Incendie d’une église dans le Nord : personne ne crie à la « christianophobie » ou au racisme anti-blancs

Un incendie criminel a totalement détruit l’intérieur de l’église Sainte-Thérèse à Coudekerque-Branche (département du Nord). Le lieu de culte sera indisponible pendant plus d’un an.

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Dunkerque/actualite/Secteur_Dunkerque/2012/01/06/article_le-feu-a-detruit-l-interieur-de-l-eglise.shtml

Évidemment, une agression contre une mosquée ou une synagogue est tout aussi condamnable. Mais la différence de traitement médiatique et politique est patente.

Au moindre feu de poubelle devant un lieu de culte musulman, au moindre tag sur les murs d’une mosquée, on crie à « l’islamophobie » avant même tout début d’enquête pour identifier les auteurs et leurs motivations, et on accuse en vrac le « climat délétère », la politique de Sarkozy, la montée du Front national, etc. A chaque atteinte à un établissement juif, on crie à l’antisémitisme et au néonazisme.

Les élus, le préfet ou le sous-préfet se déplacent, et  chacun y va de son communiqué. Les associations « antiracistes » égrènent leurs couplets d’indignation, même si aucun motif « raciste » de l’agression n’est établi. Le curé ou l’évêque du coin récitent leur catéchisme du « vivre-ensemble ».

Mais quand il s’agit d’un établissement chrétien, aucune réaction officielle. Pour l’église Sainte-Thérèse de Coudekerque-Branche, les articles de presse sur Internet se comptent sur les doigts de la main, malgré une dépêche AFP au demeurant laconique. Aucune réaction politique, aucune indignation de rabbin ou d’imam, et même pas de prélats catholiques, du moins pour ce qui est rapporté par Internet.

Naturellement, on ne saurait pour le moment accuser tel ou tel de cet incendie gravissime qui prive des chrétiens de lieu de culte pour une année ou plus. Si quelquefois des jeunes d’origine musulmane ont été identifiés dans des agressions anti-chrétiennes, il ne faut pas négliger les mouvements satanistes et nihilistes qui d’ailleurs s’attaquent à tous les cultes. Ni les crapules qui ne pensent qu’à piller les troncs des églises ou marchander leurs vols de métaux et d’objets religieux auprès de receleurs.

Mais ce qui est remarquable, c’est cette indignation à sens unique, qui rappelle totalement la négation systématique du racisme anti-blanc par la gauche et les « antiracistes ».

On peut évidemment rapprocher ces atteintes au patrimoine chrétien de la France avec d’autres atteintes à ses symboles républicains (écoles, gymnases, postes de police, centres culturels, hôtels de ville, etc.) par exemple lors des émeutes de 2005. A chaque fois, il y a une atteinte volontaire ou involontaire de tout ce qui participe à notre identité nationale. A chaque fois, cette atteinte bénéficie d’excuses sociales et le caractère anti-français de l’agression est nié ou minimisé.

Cette discrimination religieuse ou antinationale dans le traitement de ces faits divers (qu’on ne saurait prolonger en racisme ethnique comme le font le MRAP et consorts à chaque acte « islamophobe » ou anti-musulmans) est porteuse d’une sourde violence. Une communauté bafouée (les blancs, les Français, les chrétiens, les laïques, les républicains) devient une communauté radicalisée, même si nos valeurs nationales héritées des Évangiles et des Lumières nous interdit toutes représailles et toute loi du talion. (Et c’est une bonne chose !)

Mais quand la coupe est pleine, elle finit par déborder d’une manière incontrôlable. Alors Mesdames et Messieurs les politiques, les curés, les personnalités de la société civile, prenez vite vos responsabilités avant que la France ne se transforme en Kosovo ou en Liban.

Djamila GERARD

Repost 0
Published by La Libellule - dans Riposte Laique
commenter cet article
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 15:55

Les multiples vecteurs de l’islamisation annoncée

Oh ! certes, il ne faut pas s’attendre à un « djihad » meurtrier…L’image du terroriste islamique à la «  dynamite entre les dents » est suffisamment révulsive et contre-productive pour conduire ceux qui rêvent d’imposer leur loi religieuse à la France à jouer la prudence et à agir « par la bande »…

Encore qu’on peut légitimement se demander à qui (et à quoi) obéissait le nommé Nordine Amrani qui a tiré au hasard dans la foule, lors du marché de Noël, à Liège, le mardi 13 décembre dernier…Il est vrai que l’affaire a été vite étouffée par la presse « aux ordres » et la bien-pensance politicienne, d’ici et de là-bas, tant il leur aurait été difficile de répondre aux questions qui les auraient fâchées et qu’elles préfèrent interdire…

Ah, si le « kamikaze » avait été un grand blond sans chaussures noires, « on » en parlerait encore… comme lors du massacre inhumain d’Oslo commis par un fanatique qu’aujourd’hui « on » qualifie  officiellement de fou, ce qui nous privera d’un procès au cours duquel on aurait pu tenter d’éclairer les zones d’ombre qui marquent la préparation et la réalisation de cet acte criminel, la lenteur d’intervention de la police, la situation réelle du bonhomme avant qu’il ne perpétue son acte horrible…

Étonnant, non, le rapprochement de ces deux faits tangibles ? Enfin, étonnant pour qui vit dans la stratosphère des anges…

Toujours est-il qu’aujourd’hui tous ceux qui veulent imposer leur loi islamique à l’espace public et sociétal français se méfient des actes de violence que pourraient perpétrer maints de leurs frères de croyance…

Tout ça, c’est bon ailleurs…En Iraq, au Pakistan , au Yémen, en Afghanistan…au Nigeria !

Tiens, au Nigeria,  où une secte islamiste massacre, au nom du « coran » brandi comme une vérité intangible, les chrétiens et les appelle à quitter leur lieu de vie sous peine d’extermination ( les « s.o.s » quelque chose ou les humanitaristes professionnels ont-ils réagi avec vigueur et manifesté de quelconque manière  face à ces violences criminelles ?)

Mais nous sommes en France, et il faut être prudent.

Bien sûr, il y a les « enragés » prêts à tout pour agresser notre pays dans ce qu’il a de plus démocratique, de plus laïque, de plus humainement « avancé »… comme ce groupuscule qui veut créer un tribunal islamique dans notre pays (1) ou ce membre du parti socialiste favorable à la charia et à la lapidation (2)…

Il y a aussi les « congelés » du cerveau dont les modes de vie et de pensée n’ont pas dépassé le 8ème siècle, à l’instar de ces individus agressifs et dangereux qui veulent imposer, dans nos structures de vie, leurs pratiques obscurantistes (3 et 4) voire délictueuses (5).

Il y a encore ceux qui agissent « en service commandé » et que l’on retrouve dans les entreprises en demandes perpétuelles d’accommodements de la loi générale avec leur loi religieuse (le rapport « Denecé » a bien analysé cela) (6), ou bien autour du système scolaire avec ces « mères voilées » qui prétendent mettre à mal le fonctionnement laïque de l’institution en imposant leur costume religieux, en demandant « l’hallal » à la cantine, en pesant sur leurs enfants pour les dresser à se conduire comme « de vrais musulmans » au sein même de l’école (le rapport « Obin », bien caché par les « zélites » responsables ,l’a bien montré…)…que l’on retrouve encore dans le secteur hospitalier où ils prétendent faire appliquer leurs coutumes , y compris à l’encontre des autres patients et du fonctionnement normal du service ( lire : « La religion à l’hôpital » par Isabelle Lévy – Presses de la Renaissance).

IL y a encore les provocatrices « emburqanées », souvent nouvellement converties, qui adorent leur camouflage animalier et jouissent bien à l’abri dans leur manteau ignoble … Mais ces petites soldates du salafisme ordinaire ne peuvent qu’attirer le mépris par delà leur agressivité et leur rejet des valeurs humaines.

Toute cette quotidienneté, brièvement recensée ici, que doivent affronter tous ceux qui luttent pour sauvegarder le cadre laïque et démocratique de notre République, est sous-tendue par le jeu plus « politique » de structures islamiques puissantes et organisées : des imams, d’abord, qui, isolément ou non, prêchent pour la prééminence de leur religion (7), mais aussi des organisations reconnues. L’Union des Organisations Islamiques de France, liée aux Frères Musulmans, qui pèse entre 25 et 30% de voix lors des élections au CFCM, et qui, le 10 / 01/ 08 a signé, avec 400 autres associations islamiques européennes, une charte qui prévoit, dans ses articles 17 et 18, l’application de la loi islamique par-dessus les lois politiques pour les musulmans, en Europe. (8)…Ou encore l’association marocaine du chafouin Mohamed Moussaoui, propulsé à la tête du CFCM par la volonté du roi du Maroc, où , sans doute aucun, il veille à ce que la loi marocaine s’applique en France (9). On peut d’ailleurs se demander pourquoi ce « bourgeois » marocain, immigré de complaisance, a pu obtenir un poste d’enseignant en France et  s’y implanter, alors que son pays manque de cadres et d’intellectuels …. Mystère ?

Jeu politique des « structures islamiques » qu’il faut lier à leur visée commerciale et à leurs revendications  de constructions  massives de mosquées… Enjeu commercial à travers , notamment, la filière « halal » qui suscite de nombreux appétits (le dernier exemple est celui de l’abattoir «  halal » du Mans -10) et qui permet la distribution de la taxe religieuse alimentant les caisses des mosquées… une partie de cette manne se retrouvant dans le financement des lieux de culte musulmans dont on sait qu’ils sont aussi des lieux d’endoctrinement, d’encadrement éducatif et social, de communautarisme politique et idéologique .

Bien entendu, dans ce « jeu » politicien, il ne faut pas oublier le rôle d’un Tariq Ramadan dont le jésuitisme onctueux et la parole biaise ne doit pas faire oublier  qui il est vraiment, ce que révèle un site canadien en mettant en ligne cette vidéo où le « petit prophète » demande le châtiment des infidèles (11)…

Mais l’offensive islamique a d’autres vecteurs. Celui de la finance « islamique » n’est pas le moins efficace ni le moins pervers…et on doit à Mme Lagarde, qui « voulait faire de Paris une place forte de la finance islamique », son introduction dans le paysage financier français … « Riposte Laïque » (et notamment Pascal Hilout) ont bien montré , dans de nombreux articles, la nocivité de la démarche et les dangers de communautarisation religieuse qu’elle fait courir, pour faire comprendre à chacun qu’il y a là une arme susceptible d’apporter des capitaux à des entreprises qui en seront les otages, tout en jouant avec les ressources des musulmans « de base », la collecte de l’épargne et les mouvements d’argent s’imprégnant de l’onctuosité religieuse…

Et, aujourd’hui c’est flagrant, le vecteur géopolitique de la mondialisation financière, idéologique, sociétale… Je veux parler ici de l’action intense menée par le Qatar dans le monde médiatique et sportif…

Le Qatar, ce petit émirat assis sur l’or noir, appendice de l’Arabie Saoudite dans sa relation aux USA, fournisseur d’armes des « djihadistes » en Libye et en Syrie, fournisseur de capitaux aux islamistes tunisiens et égyptiens, agitateur géopolitique pour le compte de l’impérium US ( ne vient-il pas d’ouvrir un bureau aux talibans afghans pour qu’ils discutent, à Doha, avec les « Américains » ?)

Le Qatar, où croupissent des milliers d’ouvriers et de petites gens issus d’Asie Orientale, immigrés besogneux  pour des salaires de misère, ne connaissant ni droit du travail ni considération humaine, plus que taillables et corvéables « à merci » !…

Le Qatar, donc, qui achète à prix d’or des clubs de football aussi prestigieux que « Le Barça » en Espagne ou le PSG en France…qui lance sa chaîne de télévision Al-Jeezira à l’assaut des retransmissions sportives les plus populaires (ligue des Champions et championnat de France pour le football…) en créant une chaîne spécifique en France ( pendant qu’un héritier saoudien investit dans « Twitter » et que l’Espagne voit naître 2 chaînes islamiques !)(12)… qui devient actionnaire majoritaire chez « Lagardère »….qui débloque des fonds « pour les banlieues françaises », à la demande,  notamment, d’une dhimmi élue du « Front de Gauche »(13)….

Bref, le Qatar qui déploie ses tentacules islamiques ( on y applique la charia…) pour participer à l’enfermement idéologique  de notre pays et à la destruction de notre espace public laïque et démocratique…

Et qu’on ne compte pas sur ceux qui ont monopolisé l’espace politique et l’espace médiatique pour réagir de quelconque manière…Quand on voit les pseudo-journalistes sportifs, par exemple, lécher les babouches qataris qui foulent la pelouse du « Parc des Princes » et les salons de réception des télévisions, quand on les voit baver d’envie devant les miettes de festins auxquels ils ont hâte de participer, quand on les entend se gargariser avec les ruissellements des millions d’euros qu’ils évoquent avec délectation ,on ne peut que se dire que gens là sont déjà des soumis et des dhimmis…

Ils ont des « circonstances » qui pourraient paraître atténuantes. La caste politicienne les a précédés dans la dhimmitude, le renoncement, la lâcheté…

A l’image de l’ineffable Glavany,  tartuffe de la laïcité, déclamant un discours de posture pour tromper son électorat tout en palpant allègrement la liasse d’accommodements islamiques que lui a préparée l’anthropologue autoproclamée Dounia Bouzar, conseillère matrimoniale ès-islam authentique (voir « Riposte Laïque » n° 230 et l’article de Djamila Gérard : « Comment trahir la laïcité ? »)

Et à celle du matamore Guéant qui, niant toute réalité, ne veut pas d’empoignades avec l’islam, alors que c’est l’islam même qui conduit son « djihad » jusque dans nos murs !

Mais avec les 76% de Français qui voit dans l’islam un danger qui progresse trop dans notre pays (et avec tous ceux qui, dans les 24% restant, n’ont pas osé le dire) (14) nous ne nous laisserons pas faire.

Robert  Albarèdes

Repost 0
Published by La Libellule - dans Riposte Laique
commenter cet article
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 11:42

« Mort aux Juifs » et drapeaux palestiniens à l’aéroport de Tunis

C’est une scène ahurissante qui a eu lieu à l’aéroport de Tunis-Carthage ce jeudi 5 janvier avec la venue d’Ismail Haniya, secrétaire général du Hamas et Premier ministre de l’Autorité palestinienne démissionnaire en visite en Tunisie. Des dizaines de drapeaux palestiniens flottaient au dehors et dans l’enceinte même de l’aéroport ainsi que les drapeaux noirs du tawhid, symbole de l’unicité de dieu et bannière fédératrice des intégristes. Mais curieusement, pas un seul drapeau tunisien…

L’image est déjà étrange en soi mais le pire reste à venir, les adorateurs du Hamas, keffieh autour du cou se mettent à vociférer leur haine des Juifs et à scander avec ferveur « mort aux juifs ». Cet effroyable spectacle nous rappelle celui auquel nous avions assisté dans les rues de Paris il y a quelques mois où des frères en religion de ces tarés hurlaient déjà à l’égorgement des Juifs. Mais nous savons bien que si Ennahda est en place en Tunisie c’est aussi en grande partie grâce à ceux qui vivent dans notre pays et que certains, politiques ou non, applaudissent quand ils n’encouragent pas carrément à les suivre.

Bien évidemment les médias français n’en ont pas parlé, les Qataris ont le bras long et la France leur appartient presque en totalité, ceci expliquant sans doute cela. Les opposants d’Ennahda en font par contre étalage et clament vivement leur refus d’être assimilés à ces oiseaux de malheur. Ils dénoncent les manœuvres électorales du parti,  affirmant leur désir de continuer à cohabiter en totale harmonie avec les Juifs de Tunisie qu’ils considèrent comme leurs frères de patrie et qu’ils aiment sincèrement comme le prouvent ces quelques témoignages relevés notamment sur la page facebook de « Tunisiens libres ET tolérants » :

Samira : « Nous n’avons jamais eu de problème avec les Juifs Tunisiens, c’est leur pays autant que Le nôtre »

Alain, juif tunisien s’interroge : « Si moi, juif tunisien, je vous considère comme mes frères et sœurs, et si mes 40 années d’absence de Tunisie n’ont pas diminué mon identité tunisienne. Comment dois-je réagir devant ça ? »

Benny : « Au delà du juif qu’ils veulent égorger, il y a aussi sous entendu tous les autres non musulmans. C’est vrai qu’il s’agit d’une petite minorité d’abrutis qui scandent la chose, mais les autorités sur place laissent faire, ils sont donc complices. Je crains pour la Tunisie qui commence à s’enfoncer dans l’obscurantisme. Il suffit que les touristes désertent ce pays et c’est le plongeon sans retour. Et le vrai peuple Tunisien, lui, il subit… »

Karim : « Et puis il y en a marre de convoquer le pb palestinien au cœur de notre révolution, ce mélange des genres est une arnaque nahdhaoui, déjà utilisée par tous les tyrans arabes. Ils se moquent des palestiniens, ils se moquent de leur propre peuple. Et se foutent pas mal des tunisiens »

Salwa : « Quel est le but de Ennahdha d’inviter cette organisation terroriste en Tunisie ? quel est le message? Hamas est allié avec Hezbollah et l’Iran! Qu’est-ce que la Tunisie vient faire dans tout cela? Il me faut des explications … Le comble dans toute l’affaire c’est que 70% des Tunisiens sont contre!!! Pathétique! Une honte envers nos amis(e) Juifs Tunisiens ! »

« Quand je vois aujourd’hui les scènes de liesse à l’aéroport (Ennahdha + Hamas) et que le drapeau tunisien était quasi inexistant… Je me pose la question si il y a encore des tunisiens en Tunisie ? »

Outre ce triste évènement, la faculté des Lettres de la Manouba a été également la cible de fondamentalistes, étrangers à l’établissement pour la plupart et désireux d’instaurer le port du niqab aux jeunes filles au sein de l’établissement qui a été contraint de fermer ses portes sous la pression, les islamistes ayant même séquestré le doyen selon la méthode classique du chantage et de la menace (2).

Ci-dessous une superbe lettre adressée au président tunisien le Dr Mohamed Moncef Marzouki, ancien médecin de l’université de Strasbourg, par Saddam Ben Youssef, un étudiant privé de cours et qui a choisi de l’écrire en langue française pour des raisons qu’il explique.

Cette Tunisie en perdition où le Qatar « téléguidé par l’administration américaine » (1) est en train de s’imposer dans la politique, dans les médias et dans les pensées à grands coups de pétrodollars savamment distribués, est en train de prendre peu à peu le pouvoir sans même trouver de réelle résistance malgré l’opposition pourtant nombreuse et peut-être même majoritaire. La souveraineté tunisienne a vécu, la Tunisie est devenue la propriété des Qataris, leur colonie. Les opposants d’Ennahda quant à eux condamnent la parodie électorale et antidémocratique qui a tenu lieu d’élections, des élections « guignolesques » qui n’ont pas respecté la volonté du peuple à qui on a refusé tout recours judiciaire permettant d’invalider le scrutin, à qui on a refusé la transparence concernant le financement des partis mais dont ils connaissent l’origine « américano-wahhabite ». Les Tunisiens sont floués, dépossédés de leur pays et condamnés à un sombre avenir et pendant ce temps, en France des politiques et des faux philosophes applaudissent joyeusement à cette tragédie.

La pathétique Éva Joly réclame écologiquement un poétique printemps au parfum de jasmin, ce dont un Tunisien s’amuse d’ailleurs et se demande si Éva « souhaite faire vivre les hommes dans des arbres aussi ? ».

Cette écologiste du dimanche ne sait-elle donc pas que le jasmin ne fleurit que de juin à septembre ? La senteur fleurie qu’ Éva pourrait éventuellement sentir à cette période de l’année est celle du sapin…

Caroline Alamachère 

Voici la lettre de Saddam Ben Youssef :

J’accuse, Lettre au président de la république tunisienne Docteur Mohamed Moncef Marzouki

J’accuse,

Lettre au président de la république tunisienne Docteur Mohamed Moncef Marzouki

Me permettez-vous de vous écrire dans la langue de Voltaire ? Vous écrire en français, langue menacée, non pas en tant que symbole d’un état étranger ancien colonisateur  , mais le français en tant que signe linguistique qui permettra à l’humain d’ouvrir ses fenêtres pour tous les vents du monde, sans qu’ils l’arrachent de ses racines.

En parlant de racines j’aime bien le burnous mais j’aurais aimé que vous encourageassiez le « safsari » car il est beaucoup plus lumineux que le niqab ce phénomène extraterrestre fruit pourri d’un esprit désuet, dégradé, obscurantiste voire déshumanisé.

Je vous écris monsieur le président pour vous dire que :

J’accuse Monsieur Hbib Kazdagli, doyen de la faculté des lettres de la Manouba qui pensait qu’en arrêtant les cours il gagnerait le bras de fer contre cette bande de salafistes extrémistes.

J’accuse Monsieur Chokri el Mabkhout, recteur de l’Université de la Manouba qui n’a pas dénoncé jusque là le recul et le relâchement des forces de l’ordre.

J’accuse ces jeunes gens qui croient au retour du Khalife comme un gamin, à celui du père noël. Ces jeunes gens qui méprisent El Chabbi car ils méprisent la Poésie car ils haïssent la Vie. Ces jeunes gens je les accuse tous sans exception, filles Mounaqabet et hommes barbus, pour la déception extraordinaire qu’ils ont provoquée.

Vous avez déçu cette ère assourdissante qu’ils ont nommée Révolution. Vous avez déçu le sourire du martyr, ce dormeur du val pour qui la patrie, c’est boire le café de sa mère le soir. Vous avez brisé barbarement le mythe de l’exception tunisienne, terre de tolérance, qui rythmait depuis l’indépendance voire avant,  son ouverture selon la bonté de ses habitants.

Je vous accuse chers frères et sœurs car vous m’avez privé de mes cours pendant deux semaines. Deux semaines de méditation sur la condition humaine, sur la société carthaginoise. Des pauvres et des riches, une gauche éparpillée et une droite frustrée, une masturbation idéologique et une pénétration identitaire, un pluralisme caricatural et un autisme politique. Ou allons nous exactement ? vers l’Epître du pardon ? celle d’El Maari ? ou des mouvements islamistes qui se veulent l’ombre de Dieu sur terre…

J’accuse ainsi le parti Ennahdha qui est en train de jouir de son pèlerinage gouvernemental et n’a pas encore assumé son rôle de dirigeant encadreur des mauvaises situations.

Et je me demande, si c’est ça la renaissance, que serait la chute ? !

J’accuse également les membres de l’Assemblée nationale constituante qui ont transformé la patrie en un feuilleton morbide et insupportable dont nous suivons les épisodes sur la télé. Comment nous allons te voir chère Tunisie si jamais ils coupent l’électricité? Oui voir est un don mais tout voir est un cauchemar ! Ces membres ou ces apôtres qui n’ont pas eu le courage de défendre le modernisme dont la seule incarnation est l’Université qui demeure violée, marginalisée et écartée du paysage politique général.

Je pense avant de passer à la dernière accusation que cet état de siège va se prolonger jusqu’à ce qu’on apprenne l’Autre, des modèles de notre poésie El chebbi, Mnawer smadeh, Moustfa Khraief, Ali Duaagi, Adem fethi, Moncef el whaybi, Awled Ahmed, Kamel Bouagila …
Enfin je vous accuse vous, Monsieur le Président de la République, chef de l’état ,commandant suprême des forces armées, représentant officiel de la révolution, défenseur des droits de l’homme, intellectuel, philosophe et surtout neurologue. Il est temps que vous soigniez vos patients qui sont aujourd’hui une trentaine mais qui souffrent hélas d’une maladie contagieuse : l’intégrisme.

Je vous accuse car vous oubliez « qu’en ouvrant des écoles, vous fermerez des prisons ».

J’ai raté votre excellence des cours sur Rabelais et son humanisme profond, sur Stendhal et sa remise en question du fonctionnement clérical politisé, sur Senghor et la gloire de son Afrique perdue, plus de Kayamagan premier fondateur du continent noir, plus de Reine de Saba avec l’invention du Niqab ! Des cours de grammaire textuelle : comment on passe, en littérature  du texte slogan au texte vision, comment l’auteur tisse son style…

Actuellement cet auteur c’est vous, alors prenez la peine s’il vous plaît de nous écrire un bon récit car on en a marre !

A part ça, avez-vous fixé une date pour la vente des palais présidentiels ?

Saddam ben youssef – Etudiant en troisième année français à la Manouba

Repost 0
Published by La Libellule - dans Riposte Laique
commenter cet article
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 03:21

Faut-il rappeler à Caroline Fourest son incroyable soutien aux jihadistes libyens ?

Caroline Fourest, le nouveau soutien des islamistes et même des jihadistes libyens (voir plus loin) s’en prend à Riposte laïque et à moi dans un billet de son blog confidentiel :

http://carolinefourest.wordpress.com/2012/01/04/en-2012-jachete-une-cotte-de-maille/

Caroline Fourest dit : « Roger Heurtebise, l’un des collaborateurs de Riposte laïque (enfin quand il n’écrit pas pour le site FN Novopress) m’a même envoyé une jolie lettre pour Noël, où il nous menace — Fiammetta et moi — sur un ton très poétique : « Vous êtes vraiment des ordures immondes, qui se nourrissent de la pourriture des poubelles. Mais bon, on a connu ça à d’autres époques, sous les nazis. J’espère pour vous que vous échapperez aux tondeuses. Peut-être que votre ami BHL pourra vous accueillir dans son palais de Tanger ? A moins que le “printemps arabe” qui finit en hiver islamiste (comme nous l’avions prévu…) ne lui règle son compte. » »

On remarquera que Caroline Fourest traite Novopress de « site FN », ce qui pour le moins comique et qui traduit sa méconnaissance totale de la prétendue « extrême-droite » dont elle se prétend pourtant « spécialiste » (sic !), avec sa complice Fiammetta Venner. Et si elle avait une once de souci de la vérité, elle vérifierait ce qu’elle dit : je n’ai envoyé qu’un seul article spécifique à Novopress ! Mais on voit là l’art de la rhétorique de Caroline Fourest, qui consiste à faire des amalgames mensongers au détour d’une phrase pour pratiquer la diabolisation.

On remarquera la malhonnêteté intellectuelle de Caroline Fourest qui publie un message privé sans autorisation de son auteur, et en le tronquant qui plus est ! Et c’est tout aussi malhonnête de prétendre que ce message privé reflète la pensée unique de Riposte laïque, où la diversité d’opinion et le débat contradictoire est de mise.

Caroline Fourest qualifie ce passage de « menace », alors qu’il s’agit d’une recommandation tout à fait amicale. En effet, elle devrait se rappeler par exemple un passage du film « Le Viager » de Pierre Tchernia. (Mais on lui pardonnera si elle ne le connaît pas puisque ce film est sorti en 1972, soit trois ans avant la naissance de la présidente du groupuscule Prochoix.) Une famille sans scrupules, avide de toucher l’argent d’un viager au plus vite, décide de dénoncer le bénéficiaire à la Gestapo sous l’accusation de Résistance. Mais c’était peu avant la Libération ! Si bien que le bénéficiaire n’eût pas le temps d’être inquiété par les forces d’occupation, mais fut fêté et décoré par celles de libération. Et la famille délatrice eut quelques soucis avec les nouvelles autorités.

Voilà ce que j’ai voulu signifier en toute amitié à Caroline Fourest et Fiammetta Venner. Rien de plus, rien de moins. Et cet avertissement est également valable pour leur copine bobo Sophia Aram (celle qui traite 20% des Français de « gros cons »), embauchée par leur copain  bobo Philippe Val dans le groupe bobo Radio-France. Sophia Aram dont la bobo Caroline Fourest nous livre une chronique vidéo bobo et obséquieuse à la fin de son billet. Sophia Aram flatte Caroline Fourest, il était normal qu’elle lui renvoie l’ascenseur dans ce petit monde médiatique vivant entre bobos et se promouvant les uns les autres.

Revenons aux « printemps arabes ». Caroline Fourest tente de s’en sortir là encore par une figure rhétorique débile : « Au passage, Riposte laïque avait prévu l’hiver avant le printemps. » Non, nous avions prévu l’hiver pendant le printemps, contrairement à elle. Puis elle s’empêtre dans ses explications pour cacher le fait que pour sa part, elle n’avait strictement rien vu, rien prédit. Elle ne cessait de s’esbaudir devant ces « révolutions », sans entendre les Allah Akbar, sans voir les drapeaux israéliens brûlés, et en se bouchant les yeux et les oreilles de bout en bout. Alors qu’elle ne vienne pas nous donner des leçons de géopolitique arabe : nous avions raison et pas elle.

Oui, Caroline Fourest, qui se vante toujours de discernement avec une prétention d’une vanité sans limite, en a totalement manqué sur ce coup (comme sur bien d’autres). On pourrait juste l’accuser d’ignorance et de bêtise, mais dans son enfermement idéologique, elle va poursuivre jusqu’au bout sa logique folle (ou sa soumission à ses commanditaires), et c’est là qu’elle entre parfaitement dans la collaboration avec l’ennemi. Ce qui justifie donc mon message privé d’avertissement.

Je ne donnerai qu’un seul exemple. C’était dans le « 13 h 15 » du journal télévisé de France 2, le 6 novembre 2011. Regardez et écoutez :

http://www.youtube.com/watch?v=7dZ_7vVjwUc

Oui, vous avez bien entendu Caroline Fourest : « Juste ajouter un mot sur le printemps démocratique parce que je pense vraiment qu’on aurait tort de penser qu’on doit regretter quoi que ce soit dans le soutien à l’élan démocratique, et en Tunisie et en Libye, parce que l’après nous plait moins. C’est deux choses complètement différentes. Quand Kadhafi promettait de noyer dans le sang Benghazi, bien sûr que sur le sol, il y a des gens qui étaient intégristes, jihadistes même. Eh bien il fallait les défendre quand même, parce que nos principes d’universalisme nous font refuser la dictature. Et puis la situation n’est pas la même en Tunisie et en Libye. En Libye, c’est un pays tribal, où l’islam est probablement la seule chose qui aujourd’hui peut faire une nation, et honnêtement, je crois qu’ils ne peuvent qu’en passer par là. »

Et aucun des trois autres participants bobos à l’émission bobo, François Léotard, Frédéric Lenoir et Laurent Delahousse, ne relève ce fatras d’énormités !

Une bande de rebelles jihadistes et d’extrémistes musulmans qui se réclament d’Al-Qaïda, qui ont massacré des Africains au faciès parce ce qu’ils étaient noirs, qui ont détruit tout ce que la Libye avait de laïque et de tolérance envers les chrétiens, voilà donc les nouveaux protégés de Caroline Fourest, qui se dit pourtant laïque et antiraciste et qui a pourfendu Tariq Ramadan à ce titre. Au nom de l’« universalisme », on se range du côté d’Al Qaïda.

Comment peut-on aller aussi loin dans la contradiction et l’absurdité ? Nos deux hypothèses restent parfaitement valables : soit Caroline Fourest est stupide, soit elle travaille consciemment pour ses commanditaires du projet Eurabia. Soit les deux, auquel cas elle mérite parfaitement ses qualificatifs d’idiote utile, et, de plus en plus, de collabo. D’où mon avertissement amical et désintéressé, que je réitère ici.

Qui sont ces commanditaires ? On sait que Caroline Fourest est une créature médiatique artificielle de Bernard-Henri Lévy. BHL est un internationaliste cosmopolite et capitaliste représentant ce qu’il y a de plus faux-cul dans ces « intellectuels » autoproclamés (car en plus ils ne sont guère modestes !) se prétendant « de gauche ». Or Caroline Fourest ne fait, sur cette affaire libyenne, que relayer sur les ondes la bonne parole de son mentor BHL. Lequel BHL a précisément entraîné Sarkozy dans cette guerre libyenne au service des jihadistes et des cartels pétroliers.

Caroline Fourest n’étant qu’une exécutante dans cette affaire, il faudra donc rechercher les vrais manipulateurs dans cette guerre de Libye dans la clique mondialiste de BHL, qui n’est certainement lui-même qu’un idiot utile et bien rémunéré de l’impérialisme américain voulant mettre la main sur le pétrole libyen. Caroline Fourest et BHL aident ainsi l’oncle Sam à sous-traiter le grand marchandage capitalistes-islamistes en Libye à Sarkozy, pour éviter de se mettre en avant comme en Irak.

Tout comme les Américains ont toujours négocié avec les pires fanatiques religieux en Arabie Saoudite, là encore pour la rente pétrolière ! Il est donc franchement comique de voir Caroline Fourest critiquer ces régimes de fous d’Allah ou la politique de Georges Bush, alors qu’elle ne fait que servir leurs intérêts au travers du projet Eurabia.

Il faut tout de même reconnaître aux islamistes et aux mondialistes une certaine habileté pour faire défendre leurs intérêts dans les médias français par ceux (Fourest, BHL, etc.) qui se proclament leurs opposants, et ainsi pour gruger les bobos en n’apparaissant pas à visage découvert. Tout comme Jacques Chirac utilisait le Mrap et consorts pour faire le sale boulot d’éradication de ceux qui défendaient la patrie française en s’opposant à l’islamisation.

http://www.youtube.com/watch?v=i9rZRxdj4wc

Mais malgré toute sa finesse rhétorique et ses contorsions idéologiques, Caroline Fourest a perdu pied et a fini par lâcher le morceau en affirmant qu’il faut « défendre » même les « jihadistes » en Libye ! Le tout au nom de « l’universalisme ». Ce serait drôle si ce n’était pas dramatique.

Et j’ajoute, dans le but d’informer totalement Caroline Fourest et toujours pour son bien, que la charia prônée par le nouveau régime libyen (tout comme par ceux qui ont pris le pouvoir en Tunisie et en Égypte) condamne à mort les homosexuels. Ceux d’entre eux qui vivent sous la loi islamique apprécieront à juste titre le soutien de la cheftaine lesbienne de Prochoix à leurs bourreaux.

Mais après tout, une présence médiatique, un poste d’enseignante à l’Université, quelques livres promus sur les ondes par des journalistes aux ordres, et autres activités sonnantes et trébuchantes méritent bien quelques sacrifices. Fourest et BHL ont d’ailleurs su fermer les yeux sur les Africains pourchassés, torturés, massacrés par leurs nouveaux amis libyens à cause de la couleur de leur peau. Le pétrole et ses retombées pour nos deux chantres de la vertu antiraciste et féministe n’ont pas d’odeur, même pas celle des cadavres.

Roger Heurtebise

Repost 0
Published by La Libellule - dans Riposte Laique
commenter cet article
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 03:17

Le Journal des Résistants : Ils veulent nous imposer une nouvelle civilisation, l’islam !

Repost 0
Published by La Libellule - dans Riposte Laique
commenter cet article
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 07:29

Feuilleton de la mosquée de Saint-Germain : l’islam est-il compatible avec la République (4)

Le Courrier des Yvelines dans son article du 21 décembre au sujet de la mosquée de Saint-Germain en Laye ajoute que l’autre but de Mosaïque est de « promouvoir la civilisation islamique dans ses principes qui permettent le rapprochement entre les Saint-Germanois. » Mais comment les Saint-Germanois de culture occidentale pourront-ils se rapprocher de personnes qui se présentent non pas comme des citoyens de la République mais comme une communauté cherchant à se réunir strictement entre ses membres ? Y aurait-il, dès lors, une incompatibilité, qu’ils avouent eux-mêmes  ?

« Les principes de la religion musulmane ne remettent pas en cause les principes du vivre ensemble » continue le texte. On aimerait que ce soit vrai. Mais alors pourquoi envisager dans leur mosquée « une salle de prière pour les hommes et une salle de prière pour les femmes » ? N’est-ce pas contraire au vivre ensemble républicain ? Comment les Saint-Germanois non musulmans, habitués à la mixité, pourraient-ils se rapprocher des musulmans ? Et pourquoi cette haine de la mixité en islam ? C’est que, comme le tabac nuit à la santé, la femme, en islam, nuit gravement à la prière du musulman. Sur le site web http://www.islamweb.net/frh/index.php?page=articles&id=144468 on peut lire : Hadîth rapporté par Mouslim et dans lequel le Prophète a dit : « … Si celui qui prie n’a pas placé devant lui quelque chose de semblable à la partie arrière du palanquin [c'est-à-dire une Soutrah], sa prière (salât) sera coupée par l’âne, la femme et le chien noir » . Selon la croyance commune, la prière de l’homme en islam est annulée par la vue d’un âne, d’une femme, ou d’un chien . Dans cet ordre. Bien sûr, c’est consolant pour la femme de savoir qu’elle passe avant le chien. Les musulmans n’aiment pas les chiens, même nos si braves toutous de compagnie. On sait que dans la ville de Lerida en Espagne, les musulmans demandent qu’ils soient interdits. Cependant il me semble que pour le « vivre ensemble » c’est contreproductif de faire croire aux femmes qu’elles doivent se cacher, comme le dit récemment un imam qui estime que le visage est une partie honteuse de la femme au même titre que ses parties génitales,( http://www.postedeveille.ca/2011/12/les-islamistes-et-le-sexe-des-femmes-par-helios-d-alexandrie.html) alors que nous, nous croyons que le visage est l’expression de l’âme, ou de la personnalité. De plus, l’inégalité de la femme en islam est tout à fait contraire aux lois de la République. La déclaration des droits de l’homme et des citoyens de 1789 commence ainsi : « les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. » Le préambule de la constitution de 1946, auquel reconduit le préambule de notre constitution actuelle, précise : « la loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l’homme. » Les droits naturels de l’un et de l’autre sont de communiquer et de vivre ensemble au sens civique du terme, de construire la société ensemble comme nous le faisons partout en Occident. Et on voudrait nous faire croire que les principes du « vivre ensemble » à la française ne sont pas remis en cause par la religion musulmane ?…Ils le sont en premier lieu par cette sourate qui a le mérite d’être claire  : « ne prenez pas de juifs ou de chrétiens pour amis » (sourate V, verset 51).

En fait il est inutile de se perdre dans une argumentation qui fait le jeu des islamophiles, vous savez, ceux qui se prosternent à l’avance devant l’islam et lui ouvrent en grand toutes les portes, ne voyant pas que l’islam, une fois en place, les balaiera eux-mêmes d’un revers de manche. On ne le martèlera jamais assez : cette notion du « vivre ensemble » est de l’enfumage du prêt à penser politiquement correct. Le seul « vivre ensemble » qui tienne, le seul ciment, c’est la loi française, c’est la Constitution Française, c’est la République, c’est la laïcité, c’est la liberté d’expression, c’est le droit de critiquer inscrit dans nos gênes depuis toujours. Toutes choses que l’islam rejette. Pas de place non plus pour les non-croyants dans leur système : « ceux qui ne croient pas à nos versets, nous les pousserons au feu. Chaque fois que leur peau sera brûlée, nous leur donnerons une autre peau pour qu’ils goûtent le tourment » (sourate IV, verset 56). Ne sommes-nous alors pas mis en danger par le coran, qui tient lieu de constitution aux musulmans ?

Continuons : le journal écrit : « La transmission de ses principes (principes de la religion musulmane) s’adresse autant aux musulmans qu’aux non-musulmans. » En ces jours de fête on ne peut pas compter sur eux pour transmettre aux générations futures notre amour du foie gras puisque, je cite, « les consommateurs musulmans n’ont jamais été éduqués à la consommation de ces produits interdits » (Mehdi Gherdane, Le courrier des Yvelines du 21 décembre). Plus sérieusement, on ne peut transmettre ensemble que ce qui est commun. Or beaucoup de nos valeurs ne sont pas partagées par les musulmans. Comment compter sur eux pour transmettre la laïcité puisqu’elle n’existe pas chez eux ? Et comment les non-musulmans pourraient-ils transmettre le principe de la soumission en tout à Allah et de l’absence de choix ? (sourate 33, verset 36)…L’islam repose sur le rabaissement de la femme. Le coran attribue à la femme la moitié de la part de l’homme dans l’héritage (sourate IV, verset 11) , donne au témoignage de la femme la moitié de la valeur de celui de l’homme (sourate II , verset 282), décide que la femme doit être soumise à l’homme (sourate II, 228 ), considère que la femme n’est que le champ de labour de l’homme, (sourate II, 223) et un imam va jusqu’à dire qu’une femme ne doit pas jeter son regard sur les carottes, courgettes, bananes et concombres car cela lui donnerait des pensées lubriques : http://ripostelaique.com/legypte-senfonce-de-plus-en-plus-dans-lobscurantisme-islamique.html., et que donc ce sont les hommes de sa famille qui doivent aller les acheter et les couper en morceaux sans qu’elle les voit …

Désolée monsieur l’Imam, mais lorsque j’épluche une carotte, cela ne m’évoque rien d’autre que le plat que je vais cuisiner pour ma famille. Je réclame la liberté d’acheter toute seule les carottes que je consomme, sans avoir à traîner au marché les hommes de la famille ! S’ils veulent m’aider, ce sera plutôt en allant chercher une bonne bouteille à la cave, en la débouchant, en servant tout le monde, sans oublier de remplir mon propre verre. C’est cela aussi la liberté pour nous.

Dès lors comment un non-musulman, ayant goûté à la liberté, à l’égalité, pourrait-il transmettre les « valeurs » musulmanes qui s’y opposent  ? Et comment les musulmans peuvent-ils transmettre nos valeurs de liberté, eux qui n’en ont pas la même vision que nous ?

« On souhaite contribuer au bien-être de notre ville ». On veut bien les croire sur parole, mais comment les principes musulmans qui sont des principes d’exclusion pourraient-ils nous apporter un quelconque bien-être ? Comment le rabaissement de la femme, qui bien sûr rabaisse aussi l’homme car ils sont solidaires, le fait que son mari se voit reconnaître le droit de la battre (sourate IV, verset 34), peuvent-ils améliorer notre bien-être ?… Pire, le fait que le coran organise la répudiation de la fillette pré-pubère, ce qui autorise donc le mariage avec une enfant ( sourate 65, verset 4) !… De même que la justice vue par l’islam, qui ordonne de couper la main du voleur (sourate V, 38), ce qui, en dehors de la violence du fait, paraît un non-sens car le voleur ensuite sera à la charge de la société. On ne voit pas en quoi le recul des droits de l’homme, le recul et le refus de nos lois pourraient apporter quoi que ce soit à notre bien-être. Et de plus il serait bon de penser à protéger les musulmans eux-mêmes, surtout lorsqu’ils sont Français, de ce recul de leurs droits. Pour info : le groupe musulman fondamentaliste Forsane Aliza indique sur son site web qu’il va créer un tribunal islamique en février 2012. En France. Et personne ne réagit.

Dans un encart sur cette même page du journal, le journal estime que catholiques et protestants de la ville s’étant mobilisés pour la construction de la synagogue il y a plus de trente ans, ils devraient en faire autant pour la mosquée. Certes, mais il y a un petit ennui. D’abord, l’article 31 de la loi de 1905 dispose qu’on n’a pas le droit de forcer quelqu’un à contribuer à un culte. Or que se passe-t-il en ce moment à Saint-Germain-en-Laye ? Il y a une tentative de forcer la main aux gens et de les forcer à contribuer malgré eux au financement d’un culte. Ensuite, dans le coran est indiqué clairement de nombreuses fois que les musulmans doivent tuer les juifs et les chrétiens (entre autres sourate II, 191 : « tuez-les où que vous les trouviez »). L’inverse ne figure nulle part dans nos textes. Il faut donc être singulièrement masochiste pour contribuer financièrement à l’édification d’un lieu de culte islamique. Du moins tant que l’islam ne se sera pas modernisé et n’aura pas supprimé de ses textes un certain nombre de sourates. Si cela est possible.

Parlons de l’apostasie : en islam, le musulman qui quitte l’islam doit être tué : hadith de Bukari, ( L9, ch 83, 17). C’est contraire à nos lois pénales, qui sanctionnent le meurtre et ne connaissent plus la peine de mort. C’est également contraire à la déclaration des droits de l’homme dont l’article 10 précise : « nul ne doit être inquiété pour ses opinions » et à la loi de 1905 dont l’article 31 déjà cité prévoit aussi qu’on ne peut exercer aucune contrainte sur quelqu’un pour le forcer à exercer un culte.

Une mosquée alors oui, bien sûr, chacun a le droit de vouloir pratiquer sa religion, seulement le problème, le vrai, c’est que l’islam n’est pas qu’une religion, c’est aussi et surtout un système politique, qui tente de nous imposer son contrôle. Je serais tentée de dire que peu importe par exemple la burqa, si la femme qui est en dessous pouvait jouir de tous ses droits républicains et communiquer librement. Je serais tentée de dire oui à une mosquée, si on pouvait être sûrs que ce ne soit pas une caserne pour nous envahir, comme le dit Erdogan. Oui à une mosquée, si c’était vraiment l’amour, la paix et la tolérance qui y étaient prêchées. Oui à une mosquée, si les prêches n’étaient pas contraires à la République  et n’invitaient pas parfois à lutter contre nos lois. Or la loi de 1905 dans son article 26 n’interdit-elle pas après tout de tenir des réunions politiques dans des lieux destinés habituellement au culte…

Les habitants de Saint-Germain, ou de toute ville concernée, ont donc le droit démocratique de demander quelques garanties sur toute future mosquée et bien sûr, de les obtenir. Tout cela conformément à la légalité républicaine qui seule, rappelons-le, et à l’exclusion de toute autre, est l’expression de la volonté générale. Article 6 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 : « la loi est l’expression de la volonté générale… Elle doit être la même pour tous. » Elle doit être la même pour tous : c’est la loi française, et on ne voit pas au nom de quoi certains auraient plus de droits que d’autres et auraient la volonté d’imposer ici des coutumes ou des lois qui sont contraires à la république, et qui semblent hélas irréconciliables avec elle. Nos civilisations sont-elles compatibles ? Il faudra répondre à cette question…

Sophie Durand

Repost 0
Published by La Libellule - dans Riposte Laique
commenter cet article

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée