Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 06:14

Les mensonges d’Hollande dans son clip de campagne (JR)

Retrouvez tous les Journaux des Résistants

http://www.youtube.com/user/JournaldesResistants?feature=watch

Repost 0
Published by La Libellule - dans Riposte Laique
commenter cet article
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 13:18

Sarkozy lèche les babouches des Qataris et veut financer la formation des imams

Ecoeurant. Nous voilà repartis près de 5 ans en arrière quand le tout nouveau Président de la République nous assurait de la prééminence du curé sur l’instituteur et des bienfaits  de la laïcité positive.

Il n’a rien compris. Il ne veut rien comprendre. Malgré Mohamed Merah, malgré  Qaradawi et Ramadan qui ont/avaient en France une terre d’accueil privilégié, malgré l’offensive des prières dans les rues qu’il suffisait d’interdire…

Sarkozy persiste et signe. Il parle encore et toujours de laïcité positive, traduction « faites disparaître la laïcité, cette spécificité française qui nous complique la vie pour financer les mosquées de nos amis musulmans et nous oblige à dire non au halal dans les cantines ».

Il veut que la France forme les imams. Vous savez ce que cela veut dire, former les imams ? C’est financer leur formation, tout simplement. Mais hors de question que des koufars disent ce qu’on doit enseigner en islam, comme Joachim Veliocas l’a expliqué dans un superbe article à lire sur L’Observatoire de l’islamisation, à la date du 10 avril, Sarkozy veut créer un « Institut de formation d’imâms », une fausse bonne idée.

Et enfin, cerise sur le gâteau, le Président de la République qui a peur de dire du mal de ses amis Qataris à qui il est en train de brader la France ose dire que le Qatar incarnerait « la modernité de l’islam ». On s’en étouffe. Chaque jour dans le monde des hommes et des femmes sont fouettés, torturés, tués, par les tenants de l’islam wahhabite, celui du Qatar et de l’Arabie Saoudite. Ces pays dont on murmure qu’ils auraient bien contribué -avec l’aide de leurs amis Américains- à la naissance des printemps arabes en finançant les rebelles censés amener au pouvoir… les islamistes dont ils ont besoin afin que nul ne mette en doute leur vision de l’islam, afin que nul ne puisse se prévaloir d’un islam « modéré » qui permettrait aux femmes de sortir non voilées ou non accompagnées, qui leur permettrait de refuser la polygamie, par exemple, des fois que cela donne des idées aux leurs !

Si le Qatar incarne la « modernité de l’islam », alors, la modernité ne peut plus être associée à l’idée de progrès et d’avancée pour l’humanité. Le Qatar incarne l’application littérale de la charia, la barbarie à l’état pur. Et que notre Président candidat ose ce mensonge éhonté en laissant sous-entendre que le pétrole du Qatar justifie que des Qaradawis portent la bonne parole islamiste sur le sol de France laisse un goût amer dans la gorge.

Nous en sommes bien là. Depuis des lustres, les compagnies pétrolières jalouses de leurs mirobolants bénéfices interdisent et empêchent la recherche d’énergie alternative ; depuis des lustres, PS et UMP nous assurent que l’islam a toute sa place en France ; et maintenant on va nous expliquer que si nous voulons continuer à rouler et à prendre l’avion il va falloir accepter que l’islam wahhabite avec son corollaire inévitable, l’application de la charia, soit accepté, que dis-je ?  Enseigné. Que dis-je ? Appliqué en France…

Il est plus que temps d’envoyer à la trappe les Sarkozy-Hollande qui ne nous veulent que du mal. On rappellera pour la petite histoire que Hollande a accepté, pour faire plaisir à ses amis verts, de fermer la centrale de Fessenheim s’il était élu. Et un peu moins de nucléaire, et un peu plus de pétrole, et un peu plus de main-mise du Qatar sur la France…

Il y a un petit souci. Les Français ne veulent pas d’une France qatarisée. Les Français ne veulent pas d’une France islamisée.

La charia est incompatible avec les droits de l’homme. Dites-le à Sarkozy-Hollande. 

Christine Tasin

Repost 0
Published by La Libellule - dans Riposte Laique
commenter cet article
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 03:03

La prétention scientifique de l’islam, indice de son système totalitaire

Le raisonnement tenu ici s’articulera autour de la pensée de Karl Popper, qui a mené le rapprochement entre le totalitarisme nazi et le totalitarisme marxiste, en appuyant cette critique de l’idéologie totalitaire sur sa théorie de la connaissance scientifique.

Selon cette dernière, le savoir progresse par essai/erreur : pour trouver la solution à une problématique donnée, on avance plusieurs hypothèses/solutions qu’il s’agit de tester et sont écartées celles conduisant à une erreur. Plutôt que de concevoir un modèle global pour réorganiser une société, il s’agit, au contraire, d’agir par petites touches, afin de saisir l’effet des différentes interventions, et d’en corriger les inévitables conséquences non souhaitables.

Aussi toute connaissance qui aspire à un label scientifique doit être mise à l’épreuve empiriquement ou réfutable ; toute théorie scientifique doit envisager et accepter des tests constituant une tentative pour en démontrer la fausseté ; pouvoir être testé c’est pouvoir être réfuté.

Pour Karl Popper, une théorie qui n’est réfutable par aucun événement qui se puisse concevoir est dépourvue de caractère scientifique. Pour les théories, l’irréfutabilité n’est pas (comme on l’imagine souvent) vertu mais défaut.

 

Karl Popper

Cela conduit Popper à conclure que le marxisme et la psychanalyse, par exemple, ne sont pas des sciences. Il reprochait à ces deux théories d’imposer leur dogmatisme en mettant en avant tout constat à l’appui de leur thèse, tout en faisant disparaître les faits qui pourraient l’infirmer.

La psychanalyse ne satisfait pas à la condition de réfutabilité tout simplement parce que l’inconscient est inaccessible (si ce n’est dans la cure qu’on ne peut considérer comme un lieu valide objectivable d’expérimentation). Plus encore, elle tend à interdire toute réfutation en jugeant les critiques qu’on pourrait lui faire comme des résistances inconscientes de leurs auteurs, qui se défendraient ainsi de recourir eux-mêmes aux éventuels bienfaits d’une cure analytique !

De la même façon le marxisme rejetait par avance toute critique. Pour tout marxiste imprégné de ce système idéologique, l’adversaire du marxisme critique ce dernier, uniquement car étant un adversaire de classe, comme le bourgeois, son intérêt est de défendre son intérêt de classe, contraire aux avantages supposés du marxisme. L’antimarxiste, lors de son rejet du marxisme, n’utilise pas sa raison.

Popper reproche donc au marxisme de se soustraire à la critique rationnelle et au débat par avance en discréditant d’emblée la contradiction. Pour l’antimarxiste Ludwig von Mises « C’est ainsi que le marxisme se protège contre toute critique désagréable. Il ne réfute pas l’adversaire, il se contente de le traiter de bourgeois. ».

Le champ de réflexion de Popper ne s’est pas étendu aux religions, puisque par définition, leurs fondements concernant des préoccupations métaphysiques, elles ne peuvent prétendre au statut de sciences. Mais réfléchissant sur le concept de tolérance, il a déclaré sans ambages : « Dans l’idée d’orthodoxie et d’hérésie [des doctrines religieuses] se cachent les vices les plus mesquins ; ces vices auxquels les intellectuels sont particulièrement sujets : l’arrogance, l’ergotage, la certitude, la vanité intellectuelle. » (1)

Pourtant concernant la religion islamique, on trouve cette prétention d’invoquer des sciences islamiques présentées sur wikipedia comme toutes les sciences qui gravitent autour du Coran, le livre sacré de l’islam. Parmi elles la théologie, le droit islamique, l’étude des exégèses des textes sacrés, et l’histoire des traditions orientales. On y rajoute que dans la culture des pays musulmans, ces sciences d’origine arabe et tournées autour du sacré se distinguent des sciences profanes souvent d’origine grecques. Les sciences islamiques sont enseignées dans de nombreuses universités, notamment l’université Al-Azhar au Caire en Égypte.

Les oulémas qui en sortent sont des docteurs ès sciences islamiques. Ils sont révérés et présentés comme des «savants» musulmans. Là où on se contentera d’évoquer une théologie ou une exégèse chrétienne, bouddhiste …, on se flattera d’oser une science islamique.

Cette volonté d’assimiler la pensée islamique à une pensée scientifique est la suite logique du soin qu’a pris Mahomet de nous asséner le terme « preuve » pas moins de 147 fois dans le coran. Le traducteur  Muhammad Hamidullah nous évoque même 29 fois le terme de preuve(s) évidente(s) ; à d’autres moments les preuves sont claires, et même une fois il nous les traduit comme irréfutables.

Cette évocation de preuves évidentes ou irréfutables dans le coran ne fait pas partie du registre lexical d’autres religions ; ainsi le mot « preuve » n’apparaît à aucun moment dans les 4 évangiles ; ce qui apparaît logique puisqu’une religion relève du domaine de la foi et non de la raison ou des sciences ; on croit ou on ne croit pas en une religion, mais on ne peut la démontrer comme on le ferait d’une théorie mathématique ou la rationnaliser comme on le ferait d’une expérience scientifique.

Le Bouddha, de son côté, loin de vouloir imposer un dogme déclara (2): « Oui, il est juste que vous soyez dans le doute et dans la perplexité, car le doute s’est élevé en une matière qui est douteuse. Maintenant, écoutez, ne vous laissez pas guider par des rapports, par la tradition ou par ce que vous avez entendu dire. Ne vous laissez pas guider par l’autorité de textes religieux, ni par la simple logique ou l’inférence, ni par les apparences, ni par le plaisir de spéculer sur des opinions, ni par des vraisemblances possibles, ni par la pensée :il est notre Maître. »

Dans l’islam, le doute dans le dogme islamique, énoncé dans le coran par Allah, est impensable. Il est même interdit aux croyants, comme exprimé dans la sourate 9. Où Dieu fait comprendre aux musulmans qu’il n’est pas plus mal que ceux qui sont dans le doute religieux n’aient pas accompagné les guerriers musulmans au combat, car ils les auraient fait douter créant la discorde entre eux. Et au bout du compte l’enfer est garanti aux sceptiques (3).

Le verset 15 de la sourate 49 est tout aussi explicite : « Les vrais croyants sont seulement ceux qui croient en Allah et en Son messager, qui par la suite ne doutent point et qui luttent avec leurs biens et leurs personnes dans le chemin d’Allah. Ceux-là sont les véridiques. »

Par extension, s’est répandu le sentiment dans toute société musulmane que celui qui doute risque de semer la discorde, le doute étant contagieux, car représentant une tentation dangereuse pour le croyant ; en conséquence, il faut éviter de fréquenter le dubitatif qui est assimilé à un mécréant. C’est pourquoi les sceptiques, les agnostiques et les athées restent discrets dans toute société musulmane, ne se risquant à se confier qu’à leurs amis les plus chers et les plus discrets.

C’est ainsi que tout doute et a fortiori toute critique de l’islam s’avère publiquement impossible au sein de tout système islamique fermé. De toute façon, Mahomet refuse toute légitimité à toute critique de l’islam ; il s’est prémuni contre toute tentative de le réfuter puisque toute suggestion de l’esprit amenant à se détourner du message coranique est l’œuvre du diable.

Dans la logique musulmane, l’adversaire de l’islam n’utilise donc pas sa raison, mais il est prisonnier d’arguments diaboliques, de la même manière que nous l’avons vu, l’adversaire de la psychanalyse est lié à des arguments inconscients et celui du marxisme à des arguments cupides de classe et non sincèrement rationnels.

Par cette volonté de se protéger contre toute tentative de les réfuter, pour Popper, le marxisme et la psychanalyse ne sont pas des sciences. Le marxisme et la psychanalyse exprimeraient ainsi un caractère totalisant, s’avérant capables de rendre compte de la totalité des faits de leur domaine d’attribution.

 

Karl Popper dénonce les ennemis de la société ouverte

Ce raisonnement peut aussi être étendu à l’islam ; pour autant si la cohérence interne des théories psychanalytique et marxiste reste remarquable, c’est loin d’être le cas de l’islam, puisque le coran, peut de façon paradoxalement stupide, nous expliquer que si des êtres humains décident de ne pas se convertir, c’est qu’ils étaient prédestinés ainsi. « Si ton Seigneur avait voulu, ils [les mécréants] ne l’auraient pas fait; laisse-les donc avec ce qu’ils inventent [leurs blasphèmes]. » (sVI,v112) ; « Alors que c’est Allah qui vous [les êtres humains] a créés, vous et ce que vous fabriquez? » (sXXXVII,v96). Pour autant, cela n’empêche pas Allah de vouer aux flammes infernales les mécréants, dont pourtant les choix religieux seraient donc l’œuvre d’Allah lui-même !!!??? C’est donc Allah qui aurait suggéré au diable de suggérer aux méchants mécréants !?

L’islam, par sa prétention scientifique nous révèle non seulement son caractère totalisant, mais aussi sa volonté totalitaire. La société conçue par Mahomet est une société close dans laquelle le doute à l’égard du système de pensée conçu par Mahomet n’est pas concevable ; la société close, selon Karl Popper est une société immobile au sein de laquelle les individus se construisent une interprétation définitive et indiscutable du monde. La société occidentale, au contraire, est ouverte et accepte les différences et le libre développement des idées et des critiques. Elle doit se confronter aux controverses.

C’est bien ce refus de la controverse à propos de son système qui fait qu’islam mahométan et démocratie sont incompatibles.

Jean Pavée

 

« Ce qui fait l’homme de science, ce n’est pas la possession de connaissances, d’irréfutables vérités, mais la quête obstinée et audacieusement critique de la vérité. » (Karl Popper / 1902-1994 / Logique de la découverte scientifique)

Repost 0
Published by La Libellule - dans Riposte Laique
commenter cet article
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 02:59

Immigration-islam : Mélenchon prépare la destruction de l’espace laïque de notre Nation

Si quelqu’un a encore le moindre doute sur la fonction de « rabatteur » de voix pour Hollande dévolue à Mélenchon par les forces politiques qu’il incarne, il lui suffit de lire cette déclaration du conseiller particulier de « Méluche » qui, dans « Le Figaro.fr », affirme que le programme du Front de Gauche est à l’opposé de celui du PS, mais qu’au second tour, il faudra voter Hollande et lui donner un chèque en blanc. (1)…

Et ce rôle de miroir aux alouettes, que j’ai parfaitement analysé dans l’article de « Riposte » auquel je renvoie le lecteur (2), est affirmé chaque jour davantage par la porte-parole du candidat, l’apparatchik-girl Clémentine Autain, qui squatte les studios télévisuels comme d’autres les défilés de mode, pour appeler à voter Hollande au second tour.

Je le répète : le paradoxe n’est qu’apparent…

Le discours enflammé, l’invective anti-finance, le poing brandi et « L’Internationale » entonnée ne sont que les esches qui doivent amener le gogo frétillant de « gôche » qui croit encore « aux lendemains qui chantent » à gober l’hameçon qui le conduira dare-dare dans le panier de la social-démocratie mondialiste jusqu’au bout des ongles, pleinement européiste (au point de vouloir dissoudre la souveraineté nationale dans un fédéralisme pur et dur),  atlantiste de nature et de comportement!

De plus, il ne faut se bercer d’aucune illusion  de quelque nature qu’elle soit,  l’ectoplasmique et antédiluvien PCF qui assied le « Front de Gauche » n’a nullement l’intention de renoncer aux sièges de députés qui lui donneront un groupe parlementaire (et les prébendes qui vont avec), ni aux dizaines de municipalités, sièges de conseillers généraux et régionaux que sa soumission au PS lui permet d’avoir, tant il est évident que ce parti obsolète est sous perfusion électorale soumise au bon vouloir des socialistes… Quand on goûte, comme pour les sénateurs « communistes », aux ors de la République, on n’aime pas en être privé pour quelque raison que ce soit… Tandis que les « Mélenchoniens » purs et durs de la campagne présidentielle n’hésiteront pas, soyons en sûrs, à négocier, le moment venu,  maints sièges lors des prochaines législatives comme autant de gages de leur dévouement…

Le Mélenchon hâbleur aux postures « rrrévolutionnaires » n’est qu’un soliste de plus dans la grande orchestration mondialiste initiée par les oligarchies financières, chargé, lui, de jouer la partition de « l’internationalisme prolétarien » immigrationniste, humanitariste et multi culturel, second volet du diptyque mondialiste dont la libre circulation de biens, des capitaux, des services constitue le premier.

La lecture du programme de ce candidat est, de ce point de vue, édifiante: outre qu’il affirme, en titre de chapitre que « l’immigration n’est pas un problème » il ouvre les portes en grand à d’incessants et fournis flux migratoires dont rien ne freinera la poussée :

 » Les flux migratoires se développent dans le monde, ils mêlent des motivations diverses. La France ne doit pas les craindre, elle ne doit pas mépriser l’immense apport humain et matériel qu’ils lui ont déjà procuré. Il faut donc mener des politiques refusant de ghettoïser la société, qui ne soient pas guidées par l’obsession du refoulement des étrangers. Nous rétablirons la carte unique de 10 ans et le droit au regroupement familial, conditions d’une vie digne. Nous abrogerons les lois successives sur l’immigration adoptées par la droite depuis 2002 et nous procéderons à une refonte du Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (Ceseda). Nous régulariserons les sans papiers dont le nombre a augmenté du seul fait des réformes de la droite. Nous décriminaliserons le séjour irrégulier, nous fermerons les centres de rétention, nous rétablirons le droit au séjour pour raison médicale. Nous respecterons scrupuleusement le droit d’asile qui sera déconnecté des politiques migratoires. Notre vision de l’avenir de la France s’appuiera sur un nouveau Code de la nationalité, fondé sur le respect intégral et automatique du droit du sol dès la naissance et sur un droit à la naturalisation permettant à tous les étrangers qui le souhaitent d’acquérir la nationalité française au-delà de cinq ans de résidence « . « (Nous agirons)  également pour que les politiques d’Europe « forteresse » et de stigmatisation des étrangers non communautaires soient abandonnées, et les accords de Schengen renégociés au profit d’une action résolue en faveur de politiques nouvelles de migrations internationales et de co-développement, en particulier avec les pays du pourtour méditerranéen »

Tout est dit!

Pour Mélenchon et ses amis, rien ne devra s’opposer aux demandes expresses de main d’oeuvre du patronat, rien ne devra gêner l’entrée massive des migrants dans l’Europe « fédéralisée », rien ne devra s’opposer au remplacement des peuples autochtones par des peuples aux cultures souvent « moyenâgeuses » chargés de se substituer aux peuples historiques…

Attali veut, pour Hollande, 300 000 immigrés par an… Mélenchon n’a pas de limites… Pour les emplois qualifiés, la « carte bleue européenne » sera utilisée « plein pot »…Pour les emplois non délocalisables (services, BTP, gens de maison, agriculture…), apport massif de populations non formées, aux aptitudes intellectuelles limitées, malléables et pouvant être soumises à toutes les formes d’idéologie et de confession aliénantes.

Autour de ces emplois imposant une concurrence déloyale aux demandeurs d’emplois de France (plus de 2.000.000 recensés et autant d’emplois précaires…), expansion du regroupement familial, donc création de futurs chômeurs (actuellement, il y a trois fois plus de chômeurs dans la « population active » d’origine étrangère qu’en moyenne nationale…), de besoins en logements que l’on ne pourra construire, de dépenses sociales non préparées par des cotisations adéquates, d’aides sociales en croissance exponentielle, de nécessités de tous ordres (éducation, sécurité…) qui chargeront une « barque » déjà trop lourdement lestée…

Avec ces flux massifs, régularisation des illégaux dont l’insertion sociale et sociétale grèvera encore plus la ressource nationale et locale et dont la régularisation agira comme une pompe aspirante d’illégaux nouveaux dans un processus inextinguible tant les réseaux mafieux (en France et hors de France) qui organisent ces filières trouveront encore plus matière à exister! Et toute cette main d’oeuvre sera encore plus pesante sur un marché du travail qui se rétrécit,  tout en fournissant matière au développement du travail illégal…

Sans parler de l’aggravation de l’insécurité, les chiffres officiels montrant parfaitement le lien entre la délinquance et la population étrangère (3)…. Sans mentionner les effets pervers de cette insécurité qui voient nos prisons se transformer en foyers de formation d’islamistes (4).

Outre la distorsion du marché de l’emploi que cette politique d’immigration « tous azimuts » imposera (notons le « grand coeur » de l’asile politique… qui nous promet la venue d’une bonne partie de l’Afrique si l’on n’oublie pas les guerres ouvertes et larvées du Maghreb, de Libye, de l’Afrique subsaharienne, de l’Afrique de l’Est !), elle agira comme une aggravation de la charge sociale sous toutes ses formes , aggravation qui pèsera essentiellement sur les couches moyennes, l’Europe et l’euro mettant, depuis longtemps déjà, les capitaux à l’abri de toute ponction excessive… Et elle permettra aussi , par l’arrivée massive de groupes culturels et confessionnels différents, l’éclatement en une mosaïque communautariste de l’espace sociétal laïque et démocratique qui nous organise… Eclatement favorisé par l’utilisation mécanique du droit du sol et la naturalisation à la chaîne des entrants!

Avec Mélenchon, par exemple, le « halal » doit être développé, le port du voile accepté, la construction des mosquées doit bénéficier de l’argent public, les pratiques communautaristes et religieuses doivent être reconnues à l’hôpital et dans les entreprises, dans la vie publique aussi, le vote reconnu aux étrangers pourra s’orienter en vote communautarisé, surtout pour des populations soumises bêtement à des imams ignares et manipulateurs…

Au nom d’un « multiculturalisme » imbécile, d’un humanitarisme qui fait accepter par la victime l’entrée des masses migrantes qui vont l’étouffer, d’une curieuse conception du marché du travail qui fait croire au demandeur d’emploi, qualifié ou non, qui réside en France et qui est Français par son histoire, que l’intrusion de centaines de milliers d’actifs venant de l’étranger va améliorer sa situation… Mélenchon prépare, sans le dire, la destruction de l’espace laïque et démocratique de notre Nation et la transformation du marché du travail en une jungle où les différents patronats n’auront qu’à se fournir librement en fonction de leurs besoins  variables…

Oui, Mélenchon et les siens ne sont que les faux nez des oligarchies financières mondialistes, celles du CAC 40, du club « Le Siècle », du « sommet » de Davos, du club « Bilderberg » et de  » La Trilatérale »… A leur place, ils font accepter par les victimes de la Mondialisation cette Mondialisation même!

Chapeau, les artistes…. Vos postures « rrrévolutionnaires » vous valent malheureusement la reconnaissance béate de trop larges strates de notre peuple, ce peuple que vous êtes chargé de tromper en le menant, ensemble de moutons panurgiens, vers le berger- bourreau qui le sacrifiera sur l’autel glacé du « calcul égoïste » de la Finance Internationale !

Parfois, on a raison de douter de la Démocratie…

Mais on peut espérer un sursaut de lucidité politique!

Robert Albarèdes

Repost 0
Published by La Libellule - dans Riposte Laique
commenter cet article
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 16:23

Lettre de l’apostat iranien Ali Sina à l’humanité, contre les dérives de l’islam conquérant

Ali Sina est un iranien qui a renié l’islam, fondateur du mouvement des ex-musulmans et du website: www.faithfreedom.org.
C’est un universitaire qui vit actuellement au Canada et qui dans la lettre qui suit, s’adresse à toute l’humanité pour la mettre en garde contre les dérives de l’islam conquérant.

« Cher compagnon humain,
Aujourd’hui, l’humanité fait face à un défi. Des atrocités sans nom sont commises tous les jours. Il y a une force du mal qui s’emploie à nous détruire. Des agents du mal ne respectent rien; pas même la vie des enfants. Chaque jour, il y a des bombardements, chaque jour, des innocents sont tués. Nous pensons être impuissants face à ce mal, mais en réalité nous ne le sommes pas.
Sun Zi, un ancien sage chinois disait, ‘ connais ton ennemi et tu seras victorieux’. Connaissons-nous notre ennemi? Si ce n’est pas le cas, nous sommes condamnés.
Le terrorisme n’est pas une idéologie, c’est une arme, mais les terroristes tuent pour une idéologie qu’ils appellent l’islam.
Le monde entier, musulman et non-musulman clame que les terroristes ont détourné une ‘ religion de la paix’ et que l’islam n’appelle pas à la violence.
Qui a raison? Est-ce que les terroristes comprennent mieux l’islam ou est-ce ceux qui prétendent que l’islam est une religion de paix? La réponse à cette question est la clé de notre victoire, et ne pas trouver cette clé fera notre perte. La clé est dans le Coran et dans l’histoire de l’islam.
Ceux d’entre nous qui connaissent l’islam savent que la connaissance de l’islam par les terroristes est correcte. Ils ne font rien que leur prophète n’ait pas fait ou encouragé ses fidèles à faire. Le meurtre, le viol, l’assassinat, la décapitation, le massacre et le sacrilège de la mort pour réjouir le cœur des croyants étaient pratiqués et enseignés par Mahomet et observés par les musulmans à travers l’histoire.
Si la vérité a toujours été importante, elle l’est d’autant plus maintenant! Il est temps pour nous de trouver la racine du problème et de l’éradiquer. La racine du terrorisme islamiste est dans l’islam.. La preuve en est le coran.
Nous sommes un groupe d’ex-musulmans qui avons vu le mal et nous nous sommes levés pour avertir le monde. Quelle que soit la douleur que la vérité nous inflige, seule la vérité peut nous sauver. Pourquoi tant de déni? Pourquoi tant d’obstination? Combien de vies innocentes doivent être perdues avant que Vous n’ouvriez les yeux? Un désastre nucléaire nous attend. Cela arrivera, ce n’est pas une question de ‘ si’ mais de ‘quand’. Inconscient de cela, le monde persiste de plus belle dans sa politique de l’autruche.
Nous demandons aux musulmans de quitter l’islam. Arrêtez avec des excuses, des justifications, et les rationalisations. Arrêtez de diviser l’humanité entre ‘nous’ et ‘eux’ ( musulmans et koufards) Nous sommes un peuple, une humanité! Mahomet n’était pas le messager de Dieu. Il est temps d’arrêter cette folie et de faire face à la vérité. Les terroristes puisent leur soutien moral et la validation de leurs actions en vous. Votre simple adhésion à ce culte de la mort est un signe d’assentiment à leurs crimes contre l’humanité.
Nous demandons aussi aux non musulmans d’arrêter le politiquement correct de peur de heurter la sensibilité des musulmans. Au diable leur sensibilité! Nous devons sauver des vies, les vies de millions d’innocents.
Des millions, si ce n’est des milliards de vies seront perdues si nous faisons rien. Le temps passe! La seule chose nécessaire pour que le mal triomphe est que les gens bien ne fassent rien.
Faites quelque chose! Envoyez ce message à toutes les personnes dans votre carnet d’adresse et demandez-leur de faire de même. Arrêtez l’islam et le terrorisme. C’est votre monde et celui de vos enfants et petits-enfants, sauvez le. »

Dans cette lettre Ali Sina pointe le danger mortel auquel est exposé n’importe quel humain si tous ensemble, nous ne prenions pas garde à la barbarie de l’intégrisme islamique qui agresse toute l’humanité car il la considère comme impie qui doit être soumise aux lois d’Allah par le djihad. Il est du devoir civique de chacun d’entre nous qui sommes animés de paix, de tolérance, de fraternité et pour préserver l’équilibre du vivre ensemble, de le dénoncer sans équivoque. Il ne faut pas aussi nier que les premières victimes du terrorisme islamique sont les musulmans, eux-mêmes et ils doivent en prendre conscience. La responsabilité de le combattre sans détour leur incombe.Il n’y a plus de temps à perdre, car le danger frappe à nos portes et surtout il faut dénoncer énergiquement les sponsors du financement du terrorisme islamique tels l’Arabie Saoudite et le Qatar sans oublier le vénéré cheikh El Quaradaoui, directeur en chef des fatwas, qui fait l’apologie de cette barbarie, matin et soir.
Afin d’éviter à nos neurones un choc brutal dans le futur, il est temps de nous réveiller de notre inconscience.

Hamdane Ammar

Repost 0
Published by La Libellule - dans Riposte Laique
commenter cet article
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 16:22

Congrès UOIF : si on écoute Tariq Ramadan, alors il faut plaindre Hitler !

Il a raison cet homme…

Peu après la tuerie de Toulouse, monsieur le Recteur Tarek Obrou, – un « frère musulman » certes, mais un affidé modéré de la « vieille maison » bâtie par Al Banna- a relayé les explications idéologiques filandreuses, que l’autre « frère », le petit-fils du fondateur de la secte, a longuement développées devant une quarantaine de milliers de membres et sympathisants, réunis en famille lors du congrès de l’UOIF au Bourget.

 Écoutons-le, cet homme qui se dit pacifique et pacifiste

Si j’osais, je ferai comme notre psychiatre, un Juif lui aussi, qui voyait derrière les jeux ou les associations de mots, de profondes réalités de l’âme, ignorées ou enfouies, volontairement ou inconsciemment cachées.

Si j’osais donc, je dirai de ce « pacifique » recteur là : citoyens et citoyennes, ce gars là, attention, faut surtout pas s’y fier !

Écoutons les arguments/arguties, qu’on nous a servi de tous côtés, depuis ces dernières semaines, pour faire de l’action de l’einsatzgruppen salafiste toulousain une parenthèse tout à fait secondaire, un événement sans portée politique ne devant pas empêcher de parler des choses réellement importantes comme dirait Mélenchon.

Écoutons-les : Si le brave gosse de Mohamed Merah a décidé de venir exécuter devant leur école juive des écoliers juifs, s’il a couru derrière une de ses petites victimes, une fillette qu’il a rattrapé et tiré par les cheveux pour la ramener sur le lieu d’exécution et lui tirer une balle dans le crane, s’il a regretté de n’avoir pas tué plus de Juifs, jeunes et moins jeunes, ce matin là, devant l’école Ozar Hatorah, c’est parce que la France, ses institutions, ses citoyens autochtones, n’ont pas consenti assez d’efforts indispensables pour intégrer correctement ce jeune paumé roulant en grosses cylindrées et ayant acquis pour vingt-mille euros d’armes et de munitions. Je ne caricature pas. C’est exactement ce qu’a expliqué et continue d’expliquer Tariq Ramadan.

Je vais me faire l’avocat du diable

C’est vrai, messieurs et mesdames, sans la défaite de l’Allemagne en novembre 1918, sans les manigances de Poincaré pour la déclarer seule et unique responsable du premier conflit mondial depuis le djihad initial (stoppé devant Vienne par une armée d’une trentaine de milliers de Polonais ayant répondu à l’appel du roi Jan Piast), sans le traité de Versailles donc, sans l’occupation de la Ruhr par les forces françaises venues exiger le paiement des dettes de guerre, sans les millions de chômeurs allemands privés de toute ressource légale, sans une misère moderne sans pareille faisant qu’une femme pouvait vendre ses « charmes » pour un simple quignon de pain sec, sans les rodomontades révolutionnaires du stalinisme (le KPD) dans le pays, sans l’impuissance du SPD (le parti social-démocrate qui organisait dans ses rangs pas loin d’un million de travailleurs et représentait la très grande majorité de la classe ouvrière), sans tout cela, Hitler serait peut-être redevenu un peintre académique dont le talent n’était pas nul, vivotant frustré, mais sans plus, de n’être pas reconnu comme un grand peintre.

Sans tous ces facteurs sociaux, le petit caporal autrichien ne serait jamais devenu le chef d’une vaste machine à briser le mouvement ouvrier et la démocratie politique pour se saisir et assassiner tous les Juifs ainsi que les Tziganes non-sédentarisés.

Hitler devrait être plaint plutôt qu’accablé et condamné, si l’on suit les raisonnements tortueux  des Ramadan, Obrou, Pulvar, Mélenchon et de quelques autres.

De Tariq Ramadan, à Djamel Debbouze, en passant par Mélenchon, Poutou, Arthaud et Marie-Georges Buffet, jusqu’à notre bon et brave recteur maroco-bordelais, on est unanime : L’assassin était au rendez-vous qu’il avait fixé, mais il n’était pas le responsable de la tuerie.

Les victimes, par contre, l’étaient, responsables, à un certain degré, sous-entend-on

Et pas qu’un peu, responsables, les victimes, rajouteront beaucoup de ces personnages.

Elles le sont : en tant que Juifs. En effet, elles s’exposaient, puisqu’elles personnifiaient le sionisme. Elles donnaient chair, en France, à Toulouse, à ce mouvement national d’un peuple impoli qui ne veut pas disparaître, qui refuse avec obstination sa dissolution parmi les autres ; mouvement national que nous devrions détester chaque jour plus, le sionisme.

Ai-je caricaturé le fond de l’argumentation de Ramadan et celui de tous ceux qui lui font la courte-échelle, lui permettant de parler une heure durant au Bourget et, bien que n’étant pas citoyen français, d’intervenir publiquement, pour peser dans le débat politique franco-français.

Insistons, pour suivre l’argument du prêche de Ramadan : Était-il seulement coupable, à un degré quelconque, Mohamed Merah, même si c’est lui qui avait amassé un gros arsenal disparate et qui décidera de tirer à bout portant sur des enfants ?

Pour revenir à ce brave Obrou, il y aurait une bonne solution, pour que ces tueries ne recommencent pas.

Il faudrait faire, pour intégrer ces « jeunes », ce qui n’a pas été fait. Il faudrait produire du symbole « français » intégrant. Comment cela?

C’est simple, nous dit le brave raminagrobis bordelais.Il suffirait de  raconter autrement, en classe, une Histoire du pays devenue commune, en leur narrant une Histoire qui ne serait plus l’Histoire de la France et de ses bâtisseurs, mais une histoire des gens devenus « français » depuis une ou deux générations.

En d’autres termes, il faudrait qu’en classe nous racontions des « histoires », après avoir élagué de ce qu’il reste de l’histoire de France scolaire tout ce qui « heurterait » la sensibilité de possibles futurs Merah.

Compliquée l’affaire, très compliquée même

L’affaire est tellement compliquée, que le journal le Point croit quand même voir l’eau changée en vin, au Bourget. Son correspondant sur place y aura vu que l’UOIF/Frères Musulmans, ça n’est rien d’autre qu’une bonne grosse boutique religieuse, essentiellement pacifique et franchement bonasse. Rien d’inquiétant, nous dit le journaliste.

Elle est même tellement compliquée cette affaire, qu’elle fait crier d’indignation et d’empathie pour l’UOIF une bonne et assez jolie fille du petit écran.

Cette jeune femme est une bénéficiaire des effets directs et indirects d’une discrimination positive non encore légalisée, ayant certainement facilité ou même peut-être directement ouverte toutes grandes les portes du vedettariat médiatique ainsi que les rudes « pavés du nord » d’un mode de vie selon les normes du « bling-bling » vertueux.

Le bling-bling vertueux de notre icône médiatique pro-UOIF, c’est le bling-bling « socialiste », combiné au bling-bling « anticolonialiste ». Ce n’est pas le bling-bling du méchant Sarkozy, c’est même très différent… 

Le bon bling-bling, celui en phase avec le discours de Tariq Ramadan, c’est le bling-bling dans les restaurants à quelques petites centaines d’euros, par personne. C’est notamment le repas pris avec un compagnon socialiste amateur de chair (bonne chair, cette chair chère ? ça c’est moins certain, vertu oblige).

Cette nouvelle icône, indignée par la méchante et xénophobe islamophobie de la « riposte » n’a pas pu s’empêcher de monter au créneau contre elle. Elle tentera, hier soir, laborieusement, d’ânonner ses fiches, tirant à boulets rouges contre tous ces affreux méchants qui ne voudraient pas du bien à l’UOIF. Ce seraient d’ignobles racistes !

Riposte Laïque fait manifestement partie des objets d’excécration de notre vedette du petit écran, habituée du « bling-bling » vertueux.  

Devant la haine sans argument sérieux, devant la haine artificielle de la disciple télévisuelle du sinistre Vichynski, je me suis éloigné de mon sujet principal.

Je voulais dire ceci : notre brave bougre de recteur bordelais réclame qu’on expurge à la hache l’Histoire de France, celle encore enseignée à l’école.

Il faudrait en retirer tout ce qui pourrait heurter la sensibilité à fleur de peau des élèves français, -nés en islam et devant y mourir obligatoirement, parce que l’islam, même « de France », n’autorise pas qu’on en sorte jamais et serait de ce fait comme une greffe d’organe devenue partie intégrante des personnes et populations concernées.

Cet islam obligatoire à vie autoriserait les arguties ; il imposerait de qualifier de « racisme » l’hostilité au totalitarisme de la charia.

Réécrire l’Histoire de France, pour convenir à chaque élève, selon ses origine ?

Les Hongrois d’origine, devenus français, il doit bien s’en trouver, pourront-ils, eux aussi, réclamer qu’on expurge l’Histoire du pays de l’épisode des invasions hunides. Cela les blesse peut-être, ces histoires « d’herbe qui ne repousse pas sous les sabots du cheval d’Attila ».

Attila, l’homme qui empêchait l’herbe de repousser, reste l’ancêtre hongrois populaire par excellence. Son prénom est toujours celui le plus porté par les Magyars. Dans la néo-Histoire de France, Attila n’aura plus envahi la Gaule romaine. Mais existait-elle ?..

Tarek Obrou réclame, il exige même : il faut qu’on enlève de l’enseignement de l’Histoire, tout ce qui vexe ou pourrait vexer les jeunes issues de la « diversité » musulmane! Il faut aussi que l’on rajoute tout ce qui donnerait de la fierté à « ces jeunes » dont était Mohamed Merah !

Casse-tête en vérité, pour l’éducation nationale. On aura compris qu’il ne fallait plus parler : de la bataille de Poitiers… Poitiers, ça fâche énormément

Forcément, que ça fâche, Poitiers en 732.

En effet, malgré Allah et la vérité coranique, ce fut une défaite historique des hommes armés qui apportaient les « lumières » armées qui ont dévasté l’Afrique du nord et ont fait un champ de ruines stériles d’un pays fertile.

Ces « lumières » et leurs combattants avaient en effet fait d’un pays presqu’entièrement cultivé, assaini et fertile, un territoire presqu’entièrement inculte et malsain jusqu’à ce que les horribles colonialistes n’apportent, avec leurs soldats, des agriculteurs drainant les plaines rendues à l’état de marigots putrides depuis des siècles, des agronomes choisissant les variétés végétales les mieux adaptées au sol et au climat, des médecins et des instituteurs, respectant l’appartenance à cette religion qui avait été imposée à la pointe des sabres par de bons colonisateurs qui avaient apporté ces lumières armées qui n’avaient pas besoin de continuer ni d’améliorer l’agriculture romaine de l’Afrique du nord.

Si l’on doit parler de la France, sans la bataille de Poitiers, si l’on doit parler de l’Europe, sans la victoire polonaise sur les ottomans devant Vienne, il ne faudra plus parler de la chute de Byzance/Constantinople conquise par les Ottomans, ni de la victoire navale vénitienne de Lépante, ni de Vlad Drakul de Transylvanie, dit l’empaleur, ni de la répression, -à taille génocidaire-, de la révolte nationale grecque des années 20-30 du 19ème siècle, ni de la répression de la révolte serbe (à la même époque) suivie de ventes, -comme esclaves sexuelles-, de milliers de femmes et jeunes filles serbes.

Si l’on doit recommencer en classe de quatrième à réapprendre l’Histoire, en établissant à nouveau des tableaux synoptiques entre les événements français et ceux des autres pays, comme on le faisait quand je fréquentais les classes du cours complémentaire du bas de Ménilmontant*1, quelles grandes découvertes et quels événements « musulmans » devraient-on retenir ?

Que faudrait-il retenir ou rejeter, pour ne pas offenser afin d’intégrer de malheureux jeunes gens aux nerfs à vifs ?

Que devrait-on retenir de l’Histoire à écrire, de ce qui n’était encore qu’une portion de l’empire ottoman structuré autour de la base pirate « barbaresque » permanente d’Alger ?

Devrait-on parler ou taire, par exemple : la révolte berbère de 1816, qui finit dans le sang, réprimée par les Ottomans, avec des milliers de victimes tuées et mutilées, hommes, femmes, enfants, vieillards et avec un bon contingent d’esclaves vendus par les marchands de l’Empire ottoman?

Nantes a inauguré, il y a quelques jours, un monument stigmatisant le crime de la traite négrière  transatlantique

Faudrait-il, bien qu’on nous demande d’intégrer des portions de l’histoire particulière des populations musulmanes vivant en France, taire et sceller de sept sceaux la traite négrière orientale, une traite qui se poursuivait au Maroc au moment de sa conquête par les troupes françaises à la fin de la première décennie du 20ème siècle?

Faudrait-il faire disparaître, le fait que la ville de Salé était toujours un prospère marché aux esclaves africains?

Faudrait-il, pour ne pas offenser, -pour ne pas ulcérer des jeunes qui, autrement, pourraient devenir de nouveaux Mohamed Merah-, dire en classe de collège et de lycée qu’il y aurait une traite négrière vertueuse ? Celle qui se poursuivait allègrement il y a encore dix ans au Soudan, -quand des ONG rachetaient pour cinquante mille livres soudanaises chaque esclave Dinka capturé à l’occasion des rezzous organisés par le gouvernement djihadiste de Khartoum. 

Les rezzous, lancés sur les villages animistes Dinka du sud Soudan, devront-ils être niés, cachés ou, au contraire qualifiés de traite négrière vertueuse, puisqu’islamique ?

J’attends avec intérêt les réponses de notre brave historien de Frère musulman modéré, monsieur le recteur de la mosquée de Bordeaux, l’inénarrable Tarek Obrou.

Je suis extrêmement impatient de découvrir ce que ce pittoresque et précieux personnage appelle l’Histoire de France qui « ne rejette pas mais intègre ».

Alain Rubin

*1 Je donne ici pour référence mon propre cahier de classe de quatrième (1959).

A l’époque, nous faisions soigneusement sur notre cahier d’Histoire -noté pour sa présentation, pour l’iconographie que nous trouvions, pour les dessins que nous faisions pour illustrer tel ou tel épisode- des tableaux synoptiques mensuels des événements en France, Angleterre, Espagne, Prusse, Autriche (empire austro-hongrois), Russie, Empire ottoman, Pologne, Suède, Flandres (futurs Pays-Bas, Belgique)… C’est dire que l’Histoire de France, c’était aussi pour les enfants d’ouvriers parisiens que nous étions, l’Histoire de la révolution anglaise, celle de la révolution des Province Unies, celle du mouvement hussite (avec la défenestration du Prince électeur à Prague). Ce fut aussi, pour une part, l’Histoire de la conquête de l’indépendance américaine.

Rien d’étriqué dans ce que nous devions étudier, sous l’œil vigilant et stricte d’un professeur PEGC (un ancien institeur, lui-même sorti du peuple ouvrier), et que devions étudier, apprendre et savoir, sinon gare.

Nous étions enfants d’ouvriers, cela voulait dire que personne n’était derrière nous, à la maison, pour nous aider à faire nos devoirs. Les salaires étaient faibles, et beaucoup de pères faisiaent double journée pour joindre les deux bouts. Mais on étudia quand même une Histoire approfondie des évènements de France et d’ailleurs. Nous apprîmes aussi ce que furent les grandes découvertes géographiques et scientifiques, ainsi que les transformations sociales.

On instruisait alors les enfants d’ouvriers d’un peuple -dont les phases successives de la révolution française, qui avait commencé en 1336-1357 avec l’élection des premiers états-généraux- avait fait un peuple instruit, comme Victor Hugo aime à le rappeller dans « le crime », son livre pamphlet contre le coup d’Etat de Louis-Napoléon.

Quelle grande découverte, quelle innovation technologique, cette néo-Histoire demandée par Tarek Obrou devrait-elle attribuer à un navigateur portant les lumières armées islamiques, que nous devrions inscrire dans notre Histoire et enseigner dans les collèges et les lycées, pour adoucir d’éventuels nouveaux Mohamed Merah pour qu’ils ne passent pas à l’acte et ne recommencent pas Toulouse ?

Faudrait-il dire : que ce n’est pas Copernic, un Polonais, qui a fait la révolution fondamentale en astronomie, qui porte encore son nom ?

Faudrait-il dire que c’est Avicenne, Averroes ou un illustre inconnu né et mort en « islam », qui a découvert et calculé ce que calculera Copernic ?

Moïse n’étant paraît-il plus Hébreux, ni fondateur de la Loi juive, mais étant devenu un « musulman libérant la Palestine », de par les récents derniers « travaux historiques » d’un « historien » proche de l’Autorité palestinienne, faudrait-il dire que ce n’est pas un Grec d’Egypte qui calcula le périmètre d’une terre qu’il savait, -comme beaucoup d’autres penseurs grecs de l’antiquité-, ne pas être plate ?

Faudrait-il dire que ce n’est pas l’ingénieur militaire Nicolas Joseph Français Cugnot qui fabriqua, au milieu de la troisième décennie de la seconde partie du 18ème siècle, le premier véhicule automobile, mu par l’énergie de la vapeur ?

Puisque nous devrions désormais devoir notre conception actuelle du système solaire à un ou des penseurs musulmans, afin de ne pas « humilier » mais « intégrer », si ce n’est plus à Galiléo Galiléi, à qui devrions-nous prêter la formule « et pourtant, elle tourne… ».

L’Abbé Lemaître et le physicien soviétique Frydman, qui conçurent les premiers*2 que l’univers était en mouvement et que les galaxies s’éloignaient les unes des autres, ne seraient plus respectivement, prêtre catholique et Juif de Russie soviétique mais des musulmans appelés, en « néo-vérité », Ibn Lemetgh et Ibn Fghidman ?

Si nous devions réécrire l’histoire des événements, celle des découvertes scientifiques et des inventions, pour donner de la fierté à des jeunes qui, -autrement et par notre faute-, pourraient tourner Mohamed Merah, à qui attribuer la théorie de la tectonique des plaques ?

Si ce n’est plus Wegener : qui serait le grand géographe et géologue, -armé par l’islam-, qui aurait découvert comment se forment les chaînes montagneuses, les archipels volcaniques, les points chauds, comment naissent et meurent les îles et les continents depuis qu’un fragment de la matière solaire est devenu notre planète?

*2 Au 16ème siècle, certains Juifs Kabbalistes, des férus de la Kabbale lourianique, développeront le concept de « tsim tsoum », la théorie du « retrait de Dieu », pour que le monde puisse se développer en tant qu’espace et qu’Histoire.

Ils calculèrent ainsi que les six jours bibliques de création du monde (« beréchit ») devaient être recalculés avec une tout autre échelle du temps. Ils affirmeront ainsi avoir trouvé et prouvé, au bout de leurs calculs « cabbalistiques », que l’univers n’avait pas loin de dix-sept milliards d’années d’âge. Certains cabbalistes rajouteront aussi : « que ce monde était le soixante-dixième crée par Dieu ».

Va-t-on, -pour répondre positivement au recteur Obrou-, dire que les cabbalistes de la Kabbale lourianique étaient en réalité des musulmans audacieux ayant rouvert la voie de « l’ijtihad »?

Alain Rubin

Repost 0
Published by La Libellule - dans Riposte Laique
commenter cet article
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 05:20

Mgr Dubost et le père Roucou idiots utiles du congrès de l’UOIF !

Est-ce pour aller annoncer la Résurrection de Notre-Seigneur que l’évêque d’ Évry,en charge des relations inter-religieuses au sein de l’épiscopat, et le « responsable du service des relations avec l’islam » (pas avec les musulmans…) se rendront au congrès de l’UOIF lundi de Pâques ?

Pas certain : ils assisteront à une table ronde, intitulée « le dialogue intellectuel et culturel : un préalable pour un changement durable« , face à deux imams de l’UOIF, Azzedine Gaci et Tareq OubrouMgr Dubost explique sa présence :

« depuis les événements de Toulouse et Montauban, je sens une grande nervosité et une peur chez les musulmans. Dans ces moments, il est important de montrer que des liens existent et redire les conditions de ces liens. Pour les créer, il faut le respect des lois de la République et la liberté de professer en public et en privé l’enseignement de son culte ».

On espère que Mgr Dubost leur demandera des comptes quant à la persécution des chrétiens dans les pays où les Frères Musulmans, qui contrôlent l’UOIF, sont aux commandes, notamment en Égypte.

 Mgr Dubost ajoute :

« Nous, religieux, avons la responsabilité du lien social. Nous avons quelque chose à dire ensemble : que l’homme ne se réduit pas à la consommation et que nous partageons des valeurs de justice, de paix et de transcendance ».

Ici la source: http://www.riposte-catholique.fr/perepiscopus/islam/mgr-dubost-et-le-pere-roucou-a-luoif?utm_source=feedburner&utm_medium=twitter&utm_campaign=Feed%3A+Riposte-catholique+%28Riposte-catholique%29#.T4A7cZnnCmA

Il y a 42 ans, à l’âge de 17 ans,  je claquais la porte de l’école catholique en signifiant la la Mère de la section:
« Je ne supporte plus vos hypocrisies, vos encouragements à la délation, votre fausse vertu, vos trahisons journalières envers les principes d’honneur, de loyauté, honnêteté, intégrité et bonté. Je pars à l’instant, toujours chrétienne certes et pas grâce à vous, mais je divorce des catholiques et cela uniquement à cause de vous. »
J’ai toujours des amis cathos, il m’arrive d’aller dans une église, de parler à un prêtre mais je ne suis jamais revenue.
En lisant ce post daté d’il y a quelques minutes, je ne regrette pas.
C’est de la « pure intelligence avec l’ennemi ».
Bonne santé à vous tous.
Aziliz Ti Kern

Repost 0
Published by La Libellule - dans Riposte Laique
commenter cet article
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 20:41

Le maire socialiste d’Angoulême cautionne une exposition-photo à la gloire du Hamas

Apologie du Terrorisme à Angoulême

Programmée dans le cadre de la Quinzaine culturelle de l’association Charente Palestine Solidarité, l’exposition Hamas de Frédéric Sautereau photojournaliste militant doit être présentée à partir de mardi prochain 10/4/12 à l’Hôtel Saint-Simon, mise à disposition par la mairie d’Angoulême.

Accueillir une expo photo consacrée au Hamas est bien vu dans certains milieux ou les terroristes de cette organisation sont présentés comme des victimes, alors que ce sont des assassins et des criminels de guerre.

Dans la nuit du 8 au 9 octobre 1942, 422 juifs sont arrêtés et rassemblés à la Salle Philharmonique d’Angoulême (actuellement le Conservatoire Gabriel Faure). Ils seront tous déportés vers Auschwitz.  Huit survivants en reviendront.

Aujourd’hui, la ville d’Angoulême honore des tueurs de Juifs : Le Hamas au nom de la sacro-sainte liberté d’expression.

Elle se défend sous couvert d’associations pseudo Juives comme l’Union juive française pour la paix et l’association juive La Paix Maintenant dont l’activisme gauchisant est anti Israélien, le tout orchestré par Charente Palestine Solidarité.

La mairie d’Angoulême pleure les juifs exterminés par les Nazis mais fait l’apologie du Hamas qui vise la destruction d’Israël.

Les élus de la ville d’Angoulême et Frédéric Sautereau ont-ils lu la charte du Hamas ? J’en doute

http://www.amitiesquebec-israel.org/textes/charteham.htm

Le romantisme du Hamas a touché l’œil subjectif de Frédéric Sautereau.

Le photographe réussit une illusion d’optique jouant sur l’émotionnel pour tromper le système visuel humain (depuis l’œil jusqu’au cerveau) et aboutit à une perception déformée de la réalité.

Le « grand reporter » va donc pouvoir exposer ses petites photos à la gloire de cette organisation terroriste.

En les montrant sous un jour favorable, il fait l’apologie du terrorisme.

Que fait-il des centaines d’attentats du Hamas, des milliers de roquettes envoyées sur la population civile d’Israël ?

le Hamas est un parti nazi, reconnu comme mouvement terroriste par la France, l’Europe, les Etats-Unis, le Canada.

Ce groupe effectivement démocratiquement élu comme le fut Adolph Hitler ne dérange personne et encore moins le Maire socialiste d’Angoulême.

Cette exposition de la honte n’honore pas la ville et ses élus et ne peut qu’encourager les antisionistes pardon les antijuifs comme Mohamed Merah à passer à l’acte.

Qui ne pourrait se scandaliser à la vue de ces photos déchirantes, complaisamment mise en scène le plus souvent, de camps de réfugiés, de scènes de guerre et de misère, qui ne pourrait se scandaliser devant ce reportage propagandiste, qui ne pourrait se scandaliser devant ces témoignages de personnalités jouant de leur aura (le plus souvent supposée) pour diffuser des messages de haine (Hessel & co ).

La « cause palestinienne » est donc le mouvement à la mode, de quelques horizons que l’on soit, on trouve toujours un moyen de s’y raccorder et une raison d’y adhérer.

Servis par un plan de communication remarquable de la ville d’Angoulême, « les palestiniens » peuvent mobiliser un capital de sympathie sur leur cause et Frédéric Sautereau ne peut l’ignorer.

La « cause palestinienne » est devenue au fil des ans et des opérations médiatiques larmoyantes comme celle-ci, l’opium des bonnes consciences.

C’est d’ailleurs la seule cause à travers le temps et l’espace où l’on épouse plus la haine de l’adversaire que l’empathie pour l’allié.

Je rappelle au maire d’Angoulême, ses élus et au photojournaliste militant Frédéric Sautereau  que la propagande désigne un ensemble d’actions psychologiques influençant la perception publique des événements, des personnes ou des enjeux, de façon à endoctriner ou embrigader une population et la faire agir et penser d’une manière voulue.

De manière schématique, les photos de l’auteur se concentrent sur la manipulation des émotions, au détriment des facultés de raisonnement et de jugement.

Après avoir vu ces photos , il s’agit de pure propagande.

Cherchant à aiguiller les espérances de l’opinion publique, à modifier les actions des personnes ciblées car elle façonne la connaissance des personnes par n’importe quel moyen dont la diversion ou la confusion.

Lors d’une guerre, la propagande est utilisée pour déshumaniser l’ennemi et susciter la haine, le Hamas ne peut que s’en féliciter.

Les nazis ont largement employé des techniques de propagande pour la prise de pouvoir de Hitler. Le futur dictateur fut appuyé en ce sens par Joseph Goebbels Docteur en philosophie et journaliste, devenu synonyme des mensonges et des haines que sont capables de diffuser les propagandes des États totalitaires.

Les photos de l’auteur ressortent davantage de la manipulation émotionnelle. Un public qui a peur est en situation de réceptivité passive, et admet plus facilement l’idée qu’on veut lui inculquer.

Je ne peux pas imaginer une exposition Photo à la gloire :

Des terroristes du Hezbollah qui en 1982 ont fait 248 morts américains et 55 morts français dans l’attentat du Drakkar au Liban.

Des auteurs de l’attentat Anti Français de Karachi en 2002 qui a fait 14 morts, dont 11 employés français de la DCNS (Direction des constructions navales).  

Ou pourquoi pas d’Al-Qaïda  mouvement terroriste islamiste prônant le Djihad (la Guerre sainte) contre les mécréants : Juifs et Chrétiens.

Mais peut être ces reportages seront les prochains prévus dans l’agenda du grand reporter militant Frédéric Sautereau.

Dans une allocution au palais de l’Elysée le 22/3/12,  le président Nicolas Sarkozy avait précisé que des mesures seront prises pour réprimer « l’apologie du terrorisme » ou « l’appel à la haine et à la violence ».

Nous verrons…

Jean Vercors

Voir la réponse du maire d’Angoulême et celle de l’organisateur de l’exposition, Frédéric Sautereau

http://www.charentelibre.fr/2012/04/05/hamas-le-crif-monte-d-un-cran,1088488.php

Repost 0
Published by La Libellule - dans Riposte Laique
commenter cet article
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 23:11

Pourquoi l’UOIF n’inviterait-elle pas Mélenchon au Bourget pour remplacer Qaradawi ?

Le congrès de l’UOIF doit ouvrir ses portes, au Bourget, ce vendredi 6 avril, jusqu’au lundi 9 avril. Ce congrès se tient quelques jours après les meurtres du jihadiste Mohamed Merah, qui en ont compliqué la tenue. Prévus comme intervenants vedettes, deux prédicateurs musulmans Youssef Qaradawi et Mahmoud Al Masri, célèbres, entre autres, pour leurs appels au meurtre contre les juifs, ont été priés par le gouvernement de rester chez eux… après qu’on leur ait accordé des visas, dans un premier temps. Encore plus ennuyeux, ce jeudi, les ministères des Affaires étrangères et de l’Intérieur ont dressé une liste de quatre nouveaux noms qui sont frappés d’une interdiction d’entrée sur le territoire français.

Le président de la République a fait savoir, d’autre part, qu’il serait très vigilant quant aux interventions qui se dérouleront, lors de ce congrès. Nous comprenons donc la détresse des organisateurs, six intervenants à remplacer en moins de 48 heures, ce n’est pas chose aisée, surtout quand l’un d’entre eux a l’envergure de Youssouf al Qaradawi. L’UOIF a su, par le passé, inviter des personnalités politiques françaises de premier plan, en remerciement pour les services rendus à la cause : Noël Mamère, en 2004, et Christine Boutin, en 2005.

Dans ce contexte, pourquoi les dirigeants de l’association proche des Frères musulmans n’inviteraient-ils une vraie pointure, l’homme qui a pris la Bastille, et monte sans arrêt dans les sondages : Jean-Luc Mélenchon, que nombre de musulmans considèrent en France comme le meilleur défenseur de leurs intérêts ?

http://lesmusulmansavecmelenchon.wordpress.com/

N’avait-il pas, pour lutter contre l’islamophobie galopante, relayé l’argumentaire des associations musulmanes, comparant la stigmatisation des musulmans du 21e siècle avec la haine des juifs dans les années 1930, et donc ceux qui critiquent l’islam aujourd’hui aux nazis d’hier ?


N’avait-il pas, en pleine tourmente sur le halal, à cause de Marine Le Pen, remarquablement déminé le terrain, et refusé de tomber dans le racisme anti-arabe qui se dissimulait derrière cette campagne sordide ?


 

N’avait-il pas, après avoir affirmé que la victoire de Charles Martel à Poitiers avait privé la France de l’apport de l’islam, appris à nos compatriotes que les cathédrales françaises n’auraient pas pu être construites sans l’apport des arabes ?

 

N’avait-il pas, en plein printemps arabe, totalement nié la menace islamique que certains avaient cru débusquer, voyant, au contraire, un nouveau 1789 qui allait clouer le bec à l’extrême droite islamophobe. N’avait-il pas, en outre, encouragé les Français à s’inspirer de ce qui se passait en Tunisie ?  

N’avait-il pas, enfin, rassuré les électeurs de notre pays quant à la réalité de la menace islamique, montée en épingle par Marine Le Pen et les siens, par ailleurs bien silencieux sur les intégristes catholiques de Saint-Nicolas du Chardonnet ?


YouTube  

http://www.youtube.com/watch?v=-Q-OX5LA1wI&feature=related

Il n’y a donc pas de raisons que Christine Boutin et Noël Mamère aient déjà été invités au Bourget, et que Jean-Luc Mélenchon ne le soit pas. Bien que mécréant, il se refuse à sombrer dans une critique haineuse de l’islam, préférant décocher ses flèches contre le christianisme. Il mérite d’autant plus d’être présent que, contrairement à Marine Le Pen, qui a osé demander la dissolution de l’UOIF, le candidat du Front de gauche, comme d’ailleurs l’ensemble de la gauche, n’a pas eu un mot contre la venue de Qaradawi. Mieux même, refusant la démagogie facile, il a protesté vigoureusement contre les arrestations de militants de Forsane Alizza et d’imams présentés comme intégristes par Sarkozy, en pleine campagne présidentielle. De même n’avait-t-il pas hésité à manifester avec des religieux musulmans, pour protester, en janvier 2009, contre l’agression israélienne du peuple palestinien.

Nous lançons donc un vibrant appel au docteur Ahmed Jaballah, président de l’UOIF, pour pallier cette injustice, et inviter Méluche, en vedette américaine, juste avant l’intervention de Tariq Ramadan. Certes, cela ne remplacera pas un tandem Ramadan-Qaradawi, mais nul doute que les hommes et les femmes présents (mais séparés) à ce congrès sauraient réserver une standing ovation au meilleur propagandiste français de la religion d’amour, de tolérance et de paix.

Paul Le Poulpe

Repost 0
Published by La Libellule - dans Riposte Laique
commenter cet article
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 23:31

Sous l’impulsion du maire socialiste Cohen, Toulouse capitale de la haine de la France ?

On ne mettra pas sur le dos du maire de Toulouse les assassinats perpétrés par Mohamed Merah, bien évidemment, mais ce qui se passe depuis quelques années à Toulouse montre que tout est fait pour que cette ville ne soit plus française, tout simplement.

On commencera par rappeler les évènements du 18 novembre 2009, quand le drapeau français est arraché à la Mairie pour être remplacé par le drapeau algérien puis brûlé. Puis, à nouveau, le  21 avril 2010, rue Gayral, un groupe de jeunes a fait brûler un drapeau français. Comment s’en étonner puisqu’en novembre 2009 le maire adjoint chargé de la diversité, monsieur Makengo, avait minoré l’affaire, parlant de la « bêtise » d’un petit groupe ? Quel encouragement à mépriser la France, ses symboles et l’autorité !

Il y a à Toulouse un climat inquiétant pour les patriotes et les amoureux de la France.

Quelques anecdotes ? L’agression sauvage dont ont fait l’objet des adhérents et sympathisants de Résistance républicaine venus pique-niquer sur les bords de la Garonne pour célébrer les 140 ans de la troisième République, celle qui a fait naître la loi de 1905, le  4 septembre 2010. La présence de quelques jeunes venus essayer de perturber la conférence donnée par Pierre Cassen en avril 2010. La censure dont a été victime Anne Zelensky, invitée à donner une conférence en mars 2011 et interdite au dernier moment par les caciques socialistes…

En quoi tout cela concerne-t-il le maire, me direz-vous ?

Indépendamment du fait qu’il soit responsable de l’ordre dans sa ville, ses convictions profondes semblent avoir déteint sur l’extrême gauche de sa ville et on se demande donc si elles ne les ont pas encouragées. Ses dernières déclarations sont incroyables de cynisme : « Tout ce qui est nationaliste, Front National  ou autre, je considère que réduire leur présence voire l’éradiquer, c’est important. Il y a deux moyens : par la loi et le rapport de force physique, qui montrent que l’on est très majoritairement contre, mais aussi par le combat idéologique. »

Dans un Etat de droit, où même la légitime défense est passible de tribunal, le maire d’une grande ville ose faire l’apologie de la violence, encourageant l’usage de la force physique pour se débarrasser de ceux avec qui il n’est pas d’accord !

Or, qui sont ceux contre qui il appelle à user de rapport de force physique ? Serait-ce contre les salafistes qui ont envahi la ville rose, qui tiennent des discours comme ceux qu’un certain Mohamed Merah tenait ? Pas du tout.

Non, le diable est ailleurs, il est chez les nationalistes, chez les Identitaires et au FN. Tous des partis autorisés et ayant pignon sur rue. Où sont les kamikazes de ces partis ? Quelles sont leurs victimes ? Où sont leurs messages de haine et d’incitation à tuer ?

Le Maire de Toulouse voudrait faire disparaître tous ceux qui tiennent à la France et surtout leur discours qui semble le gêner énormément qu’il ne s’y prendrait pas autrement.

D’ailleurs est-ce un hasard si c’est à Toulouse qu’on veut remplacer le pont Bayard par le pont du 19 mars 1962 ?

D’ailleurs, est-ce un hasard si c’est à Toulouse que s’est tenue une grande manifestation pour les langues régionales le week-end dernier et si des milliers de gens étaient là pour réclamer, carrément, une loi constitutionnelle pour l’occitan ! Mais sans la présence des Identitaires, qui réclament pourtant eux aussi un vrai statut aux langues régionales ! Diabolisation quand tu nous tiens, gauchisme liberticide quand tu nous tiens…

L’occitan, actuellement, n’est pas interdit, chacun a le droit de l’utiliser en famille ou entre amis, peut l’enseigner ou le faire enseigner à ses enfants. Les seuls devoirs de chacun sont d’utiliser dans son métier et dans les actes publics le français, parce que l’on ne peut imaginer la babélisation/balkanisation de la France.

Eh bien cela ne suffit pas à ces manifestants, soutenus, on ne s’en étonnera pas, par Eva Joly ou José Bové, tous connus pour aimer la France… On ne s’étonnera pas non plus des promesses d’un Hollande, décidé, au cas où il serait élu (que les Dieux et les électeurs nous en préservent, par pitié) à ratifier la Charte des langues régionales et minoritaires qui obligerait la France à enseigner dans toutes ses régions en langue régionale, à rendre la justice en langue régionale, à payer moults traducteurs dans tous ses services publics etc.

On rappellera pour la forme qu’une vraie langue c’est bien celle qui a donné une littérature et une philosophie à une nation, qui a acquis ainsi toutes les subtilités de la langue pour traduire sentiments et pensées, faire naître émotion et beauté. Et que les langues régionales ou minoritaires si elles sont un plus, une richesse pour l’individu, ne peuvent la remplacer ni l’égaler.

C’est aussi de cela que ces illuminés veulent nous priver.   

Bref, Toulouse, une ville prête à faire sécession pour devenir la tête de pont de l’Occitanie ? L’Europe en a rêvé, le maire de Toulouse le fera-t-il ?

Si Hollande passe, cela sera fait. Qu’on se le dise.

 Christine Tasin
Repost 0
Published by La Libellule - dans Riposte Laique
commenter cet article

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée