Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 03:14

Pourquoi Donald Trump ne peut gagner

Publié le 7 novembre 2016 - par

aatrumpstatue-large_transqvzuuqpflyliwib6ntmjwfsvwez_ven7c6bhu2jjnt8

Trump ne sera pas le 45e président des Etats-Unis.

Il perdra. Il ne peut que perdre.

Tous les politiciens, les médias, les célébrités du show-biz, les universitaires, les milieux financiers des Etats-Unis se sont ligués pour l’abattre.

Les électeurs du candidat républicain sont perpétuellement insultés.

Lors d’un «gala LGBT pour Hillary», devant un public homo, lesbien, “trans”, Hillary Clinton a lancé sous les applaudissements de cette faune bobo: «Pour généraliser, en gros, vous pouvez placer la moitié des partisans de Trump dans ce que j’appelle le panier des pitoyables». Et d’ajouter: «Les racistes, sexistes, homophobes, xénophobes, islamophobes. A vous de choisir».

Le parti républicain, le propre parti de Trump, refuse de le soutenir parce que la plupart de ses membres influents détestent les “petits Blancs” qui soutiennent le candidat anti-système, le défenseur de l’Amérique périphérique.

Ainsi cinquante républicains, dans une lettre ouverte publiée par le New Yortk Times annoncent qu’aucun d’eux ne votera pour Donald Trump. Parmi les signataires, Michael Hayden, ancien directeur de la CIA sous George W. Bush, John Negroponte, ancien directeur du renseignement national et numéro deux du département d’Etat sous George W. Bush.

Sans oublier Paul Ryan, président républicain de la Chambre des représentants, Reince Priebus, président du Comité national républicain, Gary Herbert, gouverneur républicain de l’Utah, , Mark Kirk, sénateur républicain de l’Illinois, les représentants républicains de Virginie, Barbara Comstock, et du Colorado, Mike Coffman.

L’immense majorité des médias états-uniens travaillent pour Hillary Clinton. 80% sont pour elle contre moins de 2% qui se prononcent en faveur de Trump. Le reste se déclarent neutre ou proche des deux illustres inconnus de l’élection : Gary Johnson et Evan McMulin.

Les médias habillent Clinton de leurs plus beaux atours lexicaux pour la présenter sous son meilleur jour.

Le New York Times, premier quotidien américain, rend hommage à «l’intellect, l’expérience et le courage» de la cocue la plus célèbre des Etats-Unis et fait de Trump le «pire candidat d’un grand parti de l’histoire moderne».

Le New York Daily News la juge «superpréparée» avec un programme «extrêmement réaliste». Tandis qu’en Une, il transforme Trump en «seigneur des cochons», en «antéchrist», en «fou furieux».

unknown

Le Houston Chronicle et le Dallas Morning News habituellement républicains recommandent de voter pour la femme de Bill. Le Los Angeles Times, l’Arizona Republic, le San Diego Union-Tribune, le Richmond Times-Dispatch, le Cincinnati Enquirer ont pris la même décision.

USA Today pour la première fois en 34 ans d’existence a choisi un camp et tire à boulets rouges sur Trump qu’il qualifie de «menteur» «inapte à présider».

57edea41a7d82_2016_09_30t04_15_53-6z_640x360-1burqi1

Seul le Las Vegas Review-Journal a déclaré vouloir du milliardaire new-yorkais comme président.

Et, comme le révèle Wikileaks, Hillary Clinton connaissait à l’avance les questions qu’on lui poserait durant les débats des primaires.

Sur une des chaînes TV de l’American Broadcasting Company (ABC), le public était prié de ne pas applaudir après les prises de parole de Trump tandis qu’Hillary Clinton était fortement encouragée après chaque prise de parole.

Sur NBC (National Broadcasting Company), les faits mentionnés par le candidat républicain étaient systématiquement vérifiés tandis qu’aucune des déclarations de Clinton n’étaient mises en doute.

En cette fin de campagne, les Américains assistent à un phénomène inhabituel: l’implication forcenée du président des États-Unis et de sa femme dans la campagne de Clinton. Elle est si mauvaise qu’ils sont au quatre coins du pays pour la soutenir. Du jamais vu.

6141617lpw-6141705-article-obama-jpg_3882363_660x281

Dans le Wall Street Journal, 370 économistes ont signé une lettre ouverte appelant les électeurs américains à ne pas voter pour Donald Trump qui voudrait remettre en cause la globalisation, interdire les délocalisations et réindustrialiser les Etats-Unis. Le document a été puissamment relayé alors que celui signé, en septembre, par 306 économistes s’élevant contre le programme économique d’Hillary Clinton, «mauvais» pour le pays, selon eux, a été quasiment passé sous silence.

Le show-biz s’est fortement mobilisé.

Robert Downey Jr, Neil Patrick Harris, Mark Ruffalo, Julianne Moore, Martin Sheen, et une dizaine d’autres célébrités appellent, chacun leur tour, dans un spot télé intitulé Save The Day, les électeurs à faire barrage à Trump et évoquent «le désastre» qui pourrait arriver si le républicain honni remportait la Maison blanche. Sans jamais citer son nom, ils le qualifient de «lâche, vulgaire et raciste qui peut endommager de manière permanente le tissu de notre société».

Sans oublier le canadien Neil Youg, la mexicaine Salma Hayek, l’actrice Scarlett Johanson, la chanteuse Beyoncé…

https://youtu.be/nRp1CK_X_Yw

D’autres menacent de plier bagages si Trump entre dans la salle ovale. Amber Rose et Whoopi Goldberg, la chanteuse Cher, Barbra Streisand déménageront. Miley Cyrus déverse sa haine de Trump sur son compte Instagram.

miley-graphic_1457055345875_933563_ver1-0

Des sculptures grotesques de Donald Trump sont apparues dans les grandes villes américaines: New York, Los Angeles, San Francisco, Cleveland, Seattle. Une plaque les accompagne. On y lit: «The Emperor has no balls – Indecline» («L’empereur n’a pas de couilles»). Indecline est le nom d’un collectif d’“artistes“.

A Londres, Illma Gore, a exposé « Make America Great Again » (« Rendre sa grandeur à l’Amérique »), un dessin représentant Donald Trump nu et doté d’un micro-pénis.

o-trump-570

A deux jours de l’élection, le FBI a blanchi une seconde fois Clinton.

Alors qu’il avait mis plus de sept mois à analyser les 30 000 emails que la candidate démocrate avait tenté de détruire mais que Wikileaks avait sauvé et publié, le Bureau fédéral d’investigation a réussi à décortiquer en huit jours les 600 000 emails découverts par hasard dans l’ordinateur du pervers Anthony Weiner, mari d’Huma Abedin, la principale confidente d’Hillary Clinton.

Huma Abedin dont l’essayiste Guy Millière assure dans Après Obama, Trump? qu’elle est «issue des Frères musulmans, qu’elle a participé pendant dix ans à une revue islamiste publiant des textes incitant au djihad, à la haine anti-américaine et antisémite».

imma-huma-abedin-institut

Comment Trump pourrait-il vaincre cette machine infernale?

Marine Le Pen connaîtra la même insurmontable difficulté.

Les partis qui s’autoproclament “ de gouvernement” s’allieront contre elle, 90% de la presse la démolira, les universitaires vomiront sur son programme économique, le show-biz chantera contre le fascisme et fera des clips appelant à la résistance contre la tyrannie à venir, des affaires de financements, de conflits familiaux, de luttes intestines seront mis sur la place publique sans aucune vérification, les meetings seront systématiquement troublés par les milices antifas, par des immigrés, par la pouillerie zadistes et No border, les dessins et les sculptures d’une Marine Le Pen nue fleuriront.

Et à la fin, les électeurs voteront pour que le calme revienne.

Clinton aux USA, le candidat de la caste en France.

Ainsi va le monde, comme dirait l’autre.

Pour l’instant.

Marcus Graven

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur***

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 03:11

Le plan Urvoas : préparer les Français à se laisser tuer avec sang-froid

Publié le 7 novembre 2016 - par -

av-carnage-nice

av-carnageLe Ministre Urvoas a reconnu l’échec du gouvernement dans la lutte contre le terrorisme, après les carnages de Paris et de Nice. Du coup, le gouvernement avoue enfin sa défaite et ses échecs !

Ce jour, lors de la grand’messe consacrée à la radicalisation ce lundi 7 novembre à l’Ecole Militaire de Paris (lire aussi http://ripostelaique.com/risques-dattentats-valls-et-r2d2-convoquent-dans-lurgence-procureurs-et-prefets.html) , le ministre de la Justice a avoué « l’impuissance » du gouvernement face au terrorisme. A l’occasion de l’ouverture des travaux réunissant plusieurs centaines de Procureurs et de Préfets, convoqués manu-militari, le Ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas a martelé : « Le terrorisme que nous devons affronter est, en effet, d’un type particulier. Il surprend nos sociétés à un moment où elles étaient guettées par une sorte de fatigue. Avec cette menace djihadiste, il n’y a plus de front, plus d’arrière, plus de champ de bataille. Les attentats de Nice et de Saint-Étienne-du-Rouvray l’ont montré…. ».

 

La situation semble plus dramatique que ne l’imagine le Français moyen. Le ministre de la Justice a avoué : « Plus aucun espace n’est sécurisé, et les objets les plus civils peuvent devenir une « arme par destination » comme disent les juristes. Le péril n’a pas de contours précis, il peut venir de l’intérieur ou de l’extérieur, on ne sait pas quand il commence ni quand il finit. Ce terrorisme global frappe d’autant plus qu’on ne le comprend pas.  Il est un choc qui traumatise non seulement l’opinion. Mais qui atteint chaque citoyen dans son imaginaire. Le terrorisme ne nous laisse pas le choix : il nous oblige à le regarder en face pour ce qu’il est : une menace pour l’Etat de droit, un danger parce qu’il risque de mettre en défaut le premier des devoirs du souverain : celui de protéger ses citoyens. Il réveille le désir chimérique de protection absolue. »

Puis, le discours clairvoyant du ministre de la Justice a fait place à ce qui pourrait s’apparenter à la justification d’une « dictature future » de la part du pouvoir politique en place : « Placées ainsi sous pression, nos démocraties se trouvent exposées au couperet d’une double injonction : une réaction sécuritaire excessive au mépris des libertés individuelles et collectives, ou la capitulation que serait le déni ou une trop grande clémence.

« Pour dépasser cette alternative, pour éviter ce que CAMUS appelait « les noces sanglantes du terrorisme et de la répression » notre pays a choisi de faire du droit à la fois un bouclier et une arme, estime Jean-Jacques Urvoas. C’est dire la responsabilité qui pèse sur vous. C’est dire l’obligation qui nous incombe de bâtir ensemble une nouvelle politique publique. Nous l’avons fait d’abord par l’adaptation de la législation pénale.

 « Le Ministre de l’Intérieur vient de rappeler les lois votées. Je veux y ajouter les circulaires des 18 décembre 2015, et du 1er février 2016. Robert GELLI, Directeur des affaires criminelles et des grâces y reviendra de manière plus détaillée. Nous l’avons fait ensuite par des choix budgétaires conséquents….. Ainsi, pour faire face à ce que le Président du Tribunal de Grande Instance de Paris, Jean-Michel HAYAT appelle « la déferlante terroriste », nous avons pu renforcer la section anti-terroriste du parquet de Paris qui est passée de 7 à 13 magistrats, augmenter de 2 juges, passant de 8 à 10, le pôle instruction antiterroriste du TGI de Paris. Et un 11e juge d’instruction prendra ses fonctions en janvier prochain, sous réserve de l’avis conforme du Conseil supérieur de la magistrature (CSM), que j’ai saisi le mois dernier. Nous recrutons des assistants spécialisés pour soutenir l’action du ministère public. 15 assurent déjà une mission de veille et d’alerte au sein des juridictions et 25 sont en cours de recrutement… ».

Feu à volonté du Ministre sur le Parquet Antiterroriste 

Certains propos du Ministre de la Justice ont visiblement irrité une partie des magistrats présents. Surtout lorsque Jean-Jacques Urvoas a lancé : « J’ai déjà eu l’occasion de dire tout le mal que je pensais de cette sottise que serait un «parquet national antiterroriste ». Non pas que je sois rétif devant des évolutions. Le parquet a d’ailleurs montré qu’il est au sein de l’institution judiciaire, l’autorité qui a su le plus naturellement s’ouvrir vers l’extérieur et développer des partenariats pour faire contribuer aux politiques publiques. ».

 « Dans la lutte contre la délinquance et a fortiori contre le terrorisme, la force ne vient pas de la similitude mais de l’union. Dans une démocratie, la police et la gendarmerie interpellent et la justice sanctionne. Dès lors, peu importe, que ces institutions s’apprécient (ce serait cependant mieux) du moment qu’elles coopèrent intelligemment. Non pas pour faire plus et plus vite, mais pour obtenir des résultats durables correspondant aux attentes de la population. » 

Le Ministre Urvoas a posé la seule question qui vaille : « Mesdames, Messieurs, que sera l’avenir de la lutte contre le terrorisme et la radicalisation violente ? Si l’on parvient à dépasser l’éclat de l’instant qui est commun à tous les soubresauts de l’histoire, que nous réserve le temps long ? Mireille Delmas-Marty a écrit sa conviction que le terrorisme est « un concept juridique transitoire », appelé à disparaître au profit de concepts plus traditionnels. Intellectuellement, j’adhère à cette idée car je sais que nous vaincrons un jour ce fléau.

« Mais il ne s’agira ni d’une victoire militaire, ni d’une victoire juridique. Car la nature de l’épreuve que nos sociétés contemporaines doivent affronter est singulière. Elle ne consiste pas uniquement en un défi sécuritaire (comment lutter efficacement contre le terrorisme) même si celui-ci est crucial. Ni de trouver le bon équilibre entre la sécurité et les libertés, question certes décisive mais qui n’est pas nouvelle.

 « Préparer l’opinion à du futurs attentats »

« Non, l’épreuve que nous traversons est de nature politique. C’est pourquoi nos armes ne sont pas seulement guerrières, policières ou procédurales. Elles résident surtout dans notre capacité collective à redonner de la substance au pacte démocratique. Voilà pourquoi, il faut savoir utiliser les temps calme pour préparer l’opinion à faire face avec sang-froid mais sans résignation à de futurs (probables ?) attentats.

« La victoire de la guerre contre le terrorisme sera donc surtout de parvenir à surmonter l’épreuve en opposant au stress de nos démocraties une confiance renouvelée dans les institutions. Il s’agira donc d’une victoire de la société sur elle-même. Ou pour dire comme Albert CAMUS « Demain, la plus difficile victoire que nous ayons à remporter sur l’ennemi, c’est sur nous-mêmes qu’elle doit se livrer, avec cet effort supérieur qui transformera cet appétit de haine en désir de justice ». ».

Francis GRUZELLE

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur***

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 03:07

Brigitte Gabriel : cette élection est la plus importante de l’Histoire des USA

Publié le 7 novembre 2016 - par

trumpclintonLa remarquable Brigitte Gabriel, dans une vidéo de 6 minutes, exprime on ne peut plus clairement les enjeux de l’élection à la présidentielle américaine, qui se dérouleront ce jour. Elle détaille les principales différences entre les deux candidats, et n’hésite pas à parler d’une question de survie pour les Etats-Unis et leur civilisation. A écouter jusqu’au bout, et lire la traduction sous la vidéo…

Lucette Jeanpierre

Message urgent de Brigitte Gabriel concernant l’élection :

Cette élection est la plus importante de toute notre existence. Le choix [que nous avons] ne peut pas être plus clair : c’est notre sécurité nationale qui est en jeu. Le politiquement correct défendu par Hillary versus les valeurs patriotiques et la sécurité nationale.

Hillary veut des frontières ouvertes. Trump veut des frontières solides. Hillary veut laisser entrer un flot massif de migrants musulmans sans aucune sélection.

Trump met au premier plan la sécurité du pays en s’opposant à cette très dangereuse politique.

Nous observons que les médias font de Trump un misogyne et ils nous montrent en même temps Hillary Clinton comme une championne de la défense des droits de la femme.

Vraiment ?

En réalité, rien ne pourrait être plus anti-femme que l’importation d’une culture qui oppresse et met en danger les femmes.

En tant que femme qui a grandi au Liban, un pays dévasté par la guerre, j’ai pu voir la différence criante entre la culture occidentale et la culture islamique quant aux droits de la femme.

Les femmes de ce pays n’ont aucune conscience du danger que Hillary veut importer via sa politique d’ouverture béante aux réfugiés musulmans.

Hillary veut marcher dans les pas d’Angela Merkel qui, quasiment de son propre chef, a fait de l’Europe une Arabie.

Si [Hillary] arrive à ses fins, les femmes de ce pays seront dans un danger encore jamais atteint ici.

Pour cela, il vous suffit de regarder comment les femmes ont été violées au cours du réveillon du nouvel an en Allemagne par des réfugiés musulmans tout-venant.

Regardez ce qui se passe en Suède, pays qualifié maintenant de « capitale du viol du monde occidental », à cause de leur politique multiculturelle hasardeuse et de leur usage du politiquement correct.

Six états des États-Unis, le Massachusetts, l’Idaho, la Virginie, l’Utah, la Californie et le Dakota du Nord rapportent maintenant des problèmes de crimes sexuels commis par des réfugiés.

En tant que femme qui aime ce pays, mère de deux filles, je suis, comme tous les parents devraient l’être, terrifiée des conséquences de cette insanité qu’est le politiquement correct, par le danger dans lequel Hillary Clinton pourrait mettre mes filles.

N’oubliez pas que l’Europe est la vitrine de ce qui va venir en Amérique.

Si Hillary se fait autant de souci en ce qui concerne les crimes sexuels comme les médias veulent nous le faire croire dans cette campagne, pourquoi veut-elle ouvrir nos frontières à une culture qui assimile, ce que nous considérons des crimes sexuels, comme étant un droit que l’homme a sur la femme ?

Pourquoi veut-elle importer une culture qui pense que la femme est une propriété de l’homme ? Une culture qui dit que la femme peut être battue, violée ? Une culture qui prône que la femme peut être répudiée sans aucun droits et sans la garde de ses enfants ? Une culture qui accepte la pratique des mutilations génitales ?

Rien ne peut être plus anti-femme que laisser entrer une telle civilisation patriarcale rétrograde dans notre Amérique inconsciente [de cela], aux frais du contribuable !

J’eusse préféré l’outrage des plaisanteries grasses de corps de garde il y a dix ans, plutôt qu’aujourd’hui, être mise en danger par des terroristes, des violeurs en puissance et des pédophiles.

L’EI se vante d’avoir infiltré la population de réfugiés par 4000 terroristes et nous allons laisser Hillary Clinton les faire entrer et jouer à la roulette la vie de nos familles ?

Donc, pourquoi les médias dominants font-ils tant de tapage pour disqualifier Trump ?

Les mensonges d’Hillary, alors qu’elle était en charge de notre sécurité nationale, la disqualifient au poste de présidente [du pays].

Je vous dis ceci : « quand vous serez dans l’isoloir, posez-vous cette question : qui vous protégera mieux vous et votre pays ? »

Tragiquement, beaucoup n’auront pas cette chance de se poser cette question avant de voter. Ceux qui ont perdu la vie le 11 septembre [2001] ne pourront pas voter. Les 42 personnes massacrées [NdT : pas plus de précision sur l’attentat dont il est question ici], non plus que les victimes de l’attentat de Boston. Les gens tués à Chattanooga ne pourront pas voter, pas plus que ceux morts à San Bernardino. Les personnes abattues à Orlando ne pourront pas non plus voter. L’ambassadeur Stevens et ceux qui ont essayé de le protéger ne pourront pas voter.

Nous devons à ces victimes tuées par des islamistes radicaux, de voter pour un candidat qui protégera les vies américaines de ces maniaques sataniques.

Hillary veut laisser le passage à ces barbares à vos frais en tant que contribuables !

Cette élection n’a rien à voir ni avec le politiquement correct, ni avec le multiculturalisme pas plus qu’on vous demande d’élire le pape !

Il en va de notre survie.

Les enjeux sont trop élevés.

L’important, c’est de voter pour la bonne personne.

Votre futur en dépend.

Votez !

Traduction exclusive pour Résistance républicaine par Denis.

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur***

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 02:02

Australie : vers une loi bannissant à vie tout clandestin

Publié le 6 novembre 2016 - par

AustralieMigrantsEn Australie, le gouvernement conservateur de Malcolm Turnbull vient de présenter au Parlement une loi qui sera débattue ce mois-ci.

Cette loi prévoit que tout demandeur d’asile ou immigrant, ayant tenté d’entrer illégalement en Australie, sera banni à vie !

Cela signifie que, même si le clandestin tente de revenir en Australie, 2 mois ou 20 ans plus tard, cette fois-ci avec un titre de séjour en règle (visa de touriste, visa d’affaires), son entrée sera interdite ! Et la loi précise même que ceux des clandestins qui par la suite se seraient légalement mariés avec des Australiens/Australiennes ne pourront jamais entrer en Australie !

Pour mettre en place cette interdiction, le gouvernement utilisera les fichiers d’identité (contenant les relevés des empreintes digitales) de tous les clandestins interceptés.

En anglais, dans un important journal australien :

Asylum seekers who come by boat banned for life under new laws

http://www.smh.com.au/federal-politics/political-news/asylum-seekers-who-come-by-boat-banned-for-life-under-new-laws-20161029-gsdvf7.html

En français :

L’Australie veut interdire à vie l’entrée sur son territoire à certains réfugiés

http://www.lemonde.fr/international/article/2016/11/01/l-australie-veut-interdire-a-vie-l-entree-sur-son-territoire-a-certains-refugies_5023512_3210.html

Extraits :

L’Australie dispose déjà de l’une des politiques les plus dures du monde, concernant les demandeurs d’asile. Mais le gouvernement conservateur veut aller plus loin et interdire à vie à certains réfugiés de mettre les pieds dans le pays. Une loi sera présentée, dans les jours à venir, aux parlementaires.

L’interdiction vise les demandeurs d’asile qui ont tenté de rejoindre l’Australie par bateau, clandestinement. Elle devrait s’appliquer à plusieurs milliers de personnes, interceptées en mer et envoyées dans les centres de détention offshore de l’Australie, dans le Pacifique, à Manus (Papouasie-Nouvelle-Guinée) ou sur l’îlot isolé de Nauru.

Qu’ils aient été reconnus réfugiés ne changera rien. Le texte vise les adultes de plus de 18 ans. Même s’ils sont retournés dans leur pays d’origine, ou s’ils se sont installés dans un autre pays, ils n’obtiendront jamais de visa pour l’Australie. Ni un visa touriste, ni un visa d’affaires, ni même en cas de mariage avec un Australien.

La loi est rétroactive ; la date du 19 juillet 2013 a été retenue. C’est ce jour-là que le travailliste Kevin Rudd, alors premier ministre, avait annoncé : « A partir d’aujourd’hui, les demandeurs d’asile arrivés par bateau sans visa ne seront jamais autorisés à s’installer en Australie ». Ce message a été martelé par les gouvernements successifs, y compris dans des campagnes, diffusées dans une vingtaine de langues, dans de nombreux pays : « No way. You will not make Australia home ». Un cap va être franchi si cette menace devient une loi.

Aucun clandestin n’a réussi à atteindre les côtes australiennes depuis 800 jours, se félicite le gouvernement. Les bateaux sont stoppés en mer et renvoyés hors des eaux territoriales de l’Australie. Des demandeurs d’asile sont placés pour une durée indéterminée dans des centres de détention offshore.

–> Qu’attendent les gouvernement européens pour appliquer chez nous ces mesures ?

Martin Moisan

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur***

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 01:59

C’est l’agonie de la république socialiste

Publié le 6 novembre 2016 - par

hollandepiedculLe système délirant de la gauche mondialiste culmine dans la haine de soi et des autres. La politique de la gauche au pouvoir se résume à la gabegie des dépenses publiques sur le dos des contribuables. C’est pourquoi la « république socialiste est à l’agonie » sous le règne calamiteux de Hollande-c’est-pas-cher-c’est-l’État-qui-paye. La gabegie des dépenses publiques socialistes est liée au fait que « Hollande-ça-va-mieux au pays imaginaire des merveilles socialistes » se croit appelé à « racheter toute la misère du monde » sur le dos des contribuables, afin de rendre à l’humanité souffrante son bien-être matériel et sa béatitude perdue, et cela du fait de la « colonisation raciste abominable » de la grande bourgeoisie capitaliste du XIX ème siècle.

La « mystification de l’histoire » va de pair avec les mensonges de la propagande socialo-populiste.

La « mission miraculeuse de sauveur du monde libre » et de l’humanité souffrante de « Hollande-ça-va-mieux au pays imaginaire des merveilles socialistes » lui serait venue d’une révélation céleste qui lui aurait été faite directement, à l’instar de celles qui inspiraient les visionnaires de la révolution communiste internationale du XIX ème siècle. Les « prédictions absurdes« , comme ont été les siennes à propos du chômage, et réfutées dans les faits pendant si longtemps, sont soumises à l’espoir illusoire d’attirer à soi le « secours de Dieu« .

Mais il ne s’agit là, pour « Hollande-ça-va-mieux au pays imaginaire des merveilles socialistes« , que de « révélations divines » qui ne peuvent être rendues visibles pour les sceptiques « avec des accents humains« . Ou alors, elles ne pourraient l’être qu’avec la plus extrême difficulté, car ces « révélations divines » demeurent « au-delà de toute expérience humaine » et elles n’ont pu être révélées qu’à lui par les « dieux visionnaires de la révolution communiste internationale » du XIX ème siècle. L’essentiel de sa « mission rédemptrice » réside d’abord et avant tout dans « l’accomplissement de la ruine du pays et de la misère pour tous« , en conformité avec les vœux de pauvreté des religieux du Moyen Âge qui transformaient « toute la misère du monde en vertu » !

Le fait que « Hollande-ça-va-mieux au pays des merveilles socialistes » fait des vœux de pauvreté pour les autres, mais pas pour lui, pour transformer radicalement la société, s’appuie sur une « nécessité inscrite dans l’ordre divin de l’univers » à laquelle Hollande-c’est-pas-cher-c’est-l’État-qui-paye ne peut se soustraire.

Quant à lui, il préférerait continuer à jouir de la position enviable d’homme-président-socialiste-normal, au demeurant comblé des fastes de l’Élysée et des ors de la république, qui lui sont échus dans l’existence « à titre très provisoire d’un président socialiste élu par défaut« .  Mais pour lui, comme pour le reste de l’humanité, l’au-delà ne pourra être reconquis qu’à ce prix, au prix de cette transformation de la société qu’il espère et qu’il  attend, qui interviendra « par voie de miracle socialiste divin » et qui prendra peut-être des milliers d’années.

Les taxes et les impôts contre les revenus du travail, disent les économistes, sont la conséquence de la mainmise socialo-communiste sur la production des richesses. Hollande-c’est-pas-cher-c’est-l’État-qui-paye réalise cet exploi avec la complicité anarcho-nihiliste révolutionnaire des syndicats de la gaucho-sphère qui lui fabriquent la matière idéologique « pour qu’il transforme la richesse en misère pour tous« . Vouloir « transformer l’or en plomb« , c’est la condition première de la « vie inhumaine pour tous » en dictature socialo-communiste.

Hollande-c’est-pas-cher-c’est-l’État-qui-paye en est arrivé à un tel point qu’il faut le dire : « les taxes et les impôts socialiste ont anéanti le travail » et créé « l’homme socialiste assisté et soumis« , tel qu’en lui même.

Il y a déjà plusieurs milliers d’années, à une époque où il était impossible de survivre longtemps, les hommes qui ne travaillaient pas ne mangeaient pas. Cette « obligation sociale » est confirmée par l’évangéliste Jean avec une certitude évangélique. L’histoire a donné une description approximative de nos ancêtres. Cette période de l’histoire de l’humanité nécessitait la « force de travail pour survivre« , même pour les populations qui vivaient dans les régions tropicales et qui avaient déjà atteint un niveau de développement élevé.

« L’Apocalypse de Jean » prophétise la France Bleu-Marine future : « Puis je vis un ciel nouveau, une terre nouvelle, car le premier ciel et la première terre et la mer ont disparu. De (Hollande-c’est-pas-cher-c’est-l’État-qui-paye), il n’y en a plus. Et je vis (la France Bleu-Marine) la Cité sainte qui descendait du ciel… Elle s’est fait belle, comme une jeune mariée parée pour son époux. J’entendis une voix clamer : « Dieu essuiera toute larme de leurs yeux : de pleur, de cri et de peine, il n’y aura plus, car l’ancien monde (de la tyrannie socialo-communiste de « Hollande-ça-va-mieux au pays imaginaire des merveilles socialistes« ) s’en est allé. »

Alors, (il) déclara : « Voici, je fais l’univers nouveau. » Puis il ajouta : « Écris : Ces paroles sont certaines et vraies. » « C’en est fait, me dit-il encore, je suis l’Alpha et l’Oméga, le Principe et la Fin. Celui qui a soif, je lui donnerai de la source de vie…. Telle sera la part du vainqueur Mais les lâches, les renégats, les dépravés, les assassins, les impurs, les sorciers, les idolâtres, tous les hommes de mensonge, leur lot se situe dans létang brûlant de feu et de souffre : c’est la seconde mort (la dure loi de l’agonie de la république socialiste) ».

« La (république) messianique
 : Alors, l’un des sept Anges aux sept coupes remplies des sept derniers « fléaux » (de la république socialiste) vint me dire : « Viens, que je te montre la Fiancée, l’Épouse de l’Agneau. »

« Il me transporta en esprit sur une montagne de grande hauteur et me montra la Cité sainte…

« Elle resplendit telle une pierre très précieuse, comme une pierre de jaspe cristallin. Elle est munie d’un rempart de grande hauteur pourvu de douze portes… Le rempart de la ville repose sur douze assises…

« Ce rempart est construit en jaspe, et la ville est de l’or pur, comme du cristal bien pur.

« Les assises de son rempart sont rehaussées de pierreries de toute sorte…

« Les nations marcheront à sa lumière… Rien de souillé n’y pourra pénétrer, ni « ceux qui commettent labomination et le mal« … De malédiction, il ny aura plus… ni de nuit (obscure de la république socialiste)…

« Puis il dit : « Ces paroles sont certaines et vraies pour montrer… ce qui doit arriver bientôt…

« Heureux celui qui garde (ces) paroles… Il me dit : « Ne tiens pas secrètes (ces) paroles prophétiques, car « le Temps est proche« . Que le pécheur pèche encore et que l’homme souillé se souille encore.

« Que l’homme de bien vive encore dans le bien… Voici que mon retour est proche, et japporte avec moi le salaire que je vais payer à chacun, en proportion de son travail… « Dehors les chiens, les sorciers, les impurs, les assassins, les idolâtres et tous ceux qui se plaisent à faire le mal ! »

« Le Temps est proche« , c’est la dure loi de l’agonie de la république socialiste !

Thierry Michaud-Nérard

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur***

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 01:57

La France connaîtra la guerre, c’est aujourd’hui inévitable

Publié le 6 novembre 2016 - par

Ri7Racaille contre la FranceHier, Ils ont « démantelé » Calais. Aujourd’hui, Ils « démantèlent » Stalingrad.

Et demain ???

Hier, dix mille. Aujourd’hui, trois mille. Et demain ???

Parce que tous ces gens que, soi-disant, ils ont recasés sont tout de même sur notre territoire, en France. Et ils sont libres comme l’air.

Libres d’entrer, sortir, se déplacer, se regrouper. Et, pourquoi pas, se refaire des petites « jungles » et y organiser des fêtes entre amis pour tromper la solitude !

Ça nous rapporte quoi, à nous Français, ce petit jeu de chaises musicales ?
A part du souci, de l’inquiétude, de la contrariété, leurs démantèlements ne font que nous empoisonner un peu plus la vie mais, cette fois, partout.

En quelque sorte, Calais et Paris se libèrent et la France se démerde. C’est ça !

Pendant ce temps, nous a-t-on informés que la France généreuse, a récupéré à Athènes, les « jeunes » migrants qu’elle transporte par avion, nantis de titres de séjour dument valides ?

Nous a-t-on expliqué pourquoi les « jeunes » de la jungle calaisienne qui devaient être envoyés en Angleterre qui les avait admis, ont été retenus en France sur ordre de notre gouvernement socialiste ?

C’est vrai, nous le disions dernièrement, que des dizaines de milliers de migrants se bousculent aux portes de l’Europe. La Grèce, l’Italie arrivent au point de rupture. Les ports de Libye ne désemplissent pas.

On assiste à la plus grande hémorragie humaine africaine de tous les temps sans qu’aucun remède ne vienne endiguer ces flots.

Mais où on va les mettre ? Où ?

Comme le capitaine déserteur du bateau naufragé qu’il est, Hollande, refuse de prendre la décision de fermer nos frontières pour sauver ce qu’il reste de la France.

Pire, il utilise les 180 jours qui lui restent pour punir les Français (de l’avoir détesté ?). Et il se sert de tout ce que l’Europe a mis en place pour détruire notre civilisation.

Où peut bien nous mener cette politique de dispatching que les socialistes nous concoctent à quelques jours de leur départ ?

Il y a déjà un fossé qui sépare les populations musulmanes des populations chrétiennes et les autres. Un fossé – un ravin – qui se creuse chaque jour un peu plus et que plus rien ne pourra, désormais, plus jamais combler.

Dans le meilleur des cas, nous aurions pu faire « avec ». Parce que la majorité des musulmans qui vivent en France sont, pour la plupart, nés ici. Et que, même s’ils adorent contourner nos lois, ils les connaissent parfaitement. Le problème majeur que nous rencontrons, aujourd’hui, vient de l’islam charianique que voudraient leur imposer, à eux et à nous, des musulmans venus d’ailleurs.

Vous connaissez beaucoup d’arabo-musulmans qui ne boivent pas, qui ne fument pas, qui font la prière cinq fois par jour ?
Vous connaissez beaucoup d’arabo-musulmans qui refusent d’épouser une blanche non-musulmane pour obéir à leurs parents très respectueux de l’islam ?

Nan. Ceux que nous connaissons se foutent de l’islam et de la religion comme de leur première chemise. Et ils sont nombreux. Parce qu’ils ont goûté aux joies de la liberté et aux joies de la vie. Parce qu’ils n’ont jamais connu autre chose. Ce ne sont pas des musulmans même s’ils se refusent à le dire.
Mais ils se servent de l’islam ou de leur supposée appartenance à cette religion pour foutre le bordel chez nous.

Ils sont contents. Ils se battent contre les forces de l’ordre. Ils descendent dans la rue au moindre prétexte. Les associations les soutiennent et les procès pleuvent.
Ils sont contents « nos » musulmans, ils sont sur la sellette.

Il y en a même qui tuent et qui parlent de guerre. Guerre de religion ? Guerre civile ? Guerre ethnique ?

« On s’en fout, pourvu de faire la guerre, c’est la seule chose qu’on sache faire et on aime la faire ! ».

Et c’est là qu’intervient cette migration africaine et moyen-orientale, musulmane, en constante progression dans notre pays. On les compte par dizaines de milliers et ce n’est pas fini.

Imaginons, un instant, le squat de Stalingrad transporté aux Minguettes ou à la Grande Borne.
Trois mille mecs, blacks, bien jeunes, célibataires, envahissant les quartiers tenus par les petits caïds arabo-musulmans.

Que croyez-vous qu’il arriverait ? Parce que les blacks qui arrivent n’ont pas l’air d’être manchots, non plus. Ils l’ont prouvé depuis Calais et à Stalingrad, aussi.

Ce serait la guerre. Une guerre féroce et meurtrière. Une guerre tribale ? Presque.

Chaque tribu, chaque ethnie, défendant son droit à occuper le territoire envahi.

Et les Français, dans tout ça ? Est-ce qu’ils auront le droit à la parole ?

Ben non ! La France continuera d’appliquer naïvement ses lois démocratiques en obéissant aux cols blancs de Bruxelles.
Elle continuera d’ouvrir, plus grand, la voie aux monarchies arabes qui règnent, déjà, sur l’Afrique et le Moyen-Orient.

Elle offrira, à ces monarchies musulmanes, les 543 965 km² de son territoire dans lesquels elles imposeront, par la guerre, leur suprématie islamique.

Voilà ce que nous réservent les socialistes, dans un avenir plus ou moins proche.

Pas seulement l’islamisation institutionnalisée de la France mais, en prime, la guerre entre musulmans, d’où qu’ils viennent, comme ils ont coutume de la faire depuis que Mohamed en a décidé ainsi.

Croyez-vous que 2017 nous apportera l’homme ou la femme capable de stopper, net, ce scénario ?

Non. Non, parce que, pour stopper cette guerre, il faudrait, à ce président, engager son armée.

Et si l’armée française entrait en jeu, elle trouverait IMMEDIATEMENT sur sa route, l’ONU et l’OTAN qui lui barreraient le chemin.

L’ONU et l’OTAN qui auraient vite fait d’envahir notre pays comme ils l’ont fait pour le Kosovo, la Libye, la Syrie, l’Irak et d’autres encore.

Je me fous de l’Europe. Je ne veux regarder que la France.

Et, de quelque côté que je me tourne, je ne vois que des murs dans lesquels les présidents passés et présent l’ont enfermée, pour son malheur, à la merci de l’envahisseur musulman qu’ils ont invité à entrer.

Danièle Lopez

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur***

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 01:47

Quoi qu’il arrive, merci au formidable Donald Trump !

Publié le 6 novembre 2016 - par -

DonaldTrump
Nous saurons donc dans la nuit du 8 au 9 novembre si Donald Trump a été élu le 45e président des Etats-Unis. Bien évidemment, nous appelons de tous nos voeux à cette victoire, qui bouleverserait, dans le bon sens, les grands équilibres du monde.

Pris pour un bouffon, d’abord raillé par l’ensemble du système pour son langage jugé populiste, l’entrepreneur américain a d’abord éliminé un par un, malgré l’hostilité de l’appareil des Républicains, tous ses opposants.

Alors, les tenants du système et les journalistes ont commencé à moins rire, et ont tout misé sur Ted Cruz, le dernier en lice. Celui-ci, malgré quelques manoeuvres politiciennes de coulisses, a dû abdiquer.

C’est alors que tout le système s’est déchaîné, avec une violence jamais atteinte dans une élection présidentielle. Bien évidemment, les journaleux français et américains ont gémi sur les attaques sur le prétendu bas niveau des débats, sans jamais préciser que c’est à chaque fois Trump qui a été agressé, et qui a dû se défendre, en rendant coup pour coup.

Le candidat républicain a tout l’appareil d’Etat contre lui, et son adversaire a un budget dix fois supérieur, grâce notamment au financement par les pays du Golfe de la fondation Clinton.

http://ripostelaique.com/les-dessous-de-la-formidable-remontee-de-donald-trump.html

Naturellement, en France, tous les candidats socialistes et républicains s’alignent sur Hillary Clinton, souhaitent ardemment sa victoire, tandis qu’un sondage expliquait que 86 % des Français étaient hostiles au candidat républicain, preuve du matraquage médiatique ahurissant exercé par la clique journalistique soumis au Nouvel ordre mondial.

La remarquable Brigitte Gabriel, d’origine libanaise, explique pourquoi l’enjeu de cette élection est la survie de la civilisation américaine, qu’Hillary Clinton est prête à livrer aux musulmans.

https://www.facebook.com/d3b81d11-2f08-4aee-aac8-88a61fa2e61d

Pourquoi haïssent-il autant Trump, et tremblent-ils, eux qui l’avaient enterré définitivement il y a 15 jours ? Tout simplement parce que, durant sa campagne, Donald a réhabilité des thèmes qu’ils veulent voir disparaître à jamais, comme on l’entend sur cette première vidéo, traduite en Français.

Il ose dire son amour pour les Etats-Unis, son histoire, son peuple, et reproche à Hillary Clinton de vendre la souveraineté de son pays aux lobbies financiers.

Il ose parler de frontières, et refuser l’invasion migratoire venue du Mexique, en promettant de faire construire un mur.

Il ose s’indigner contre le dumping social et les délocalisations, et promet aux entrepreneurs américains qui quitteraient le pays de les taxer au prix fort s’ils voulaient écouler leur marchandise. Cela s’appelle une politique protectionniste, au service des ouvriers américains.

Il ose attaquer frontalement l’immigration musulmane, et disant que lui aux affaires, plus un seul disciple d’Allah ne mettrait les pieds sur le sol américain.

Il ose surtout, avec un bagout et un sens de la réplique extraordinaire, utiliser un langage que le peuple américain, à qui il redonne de la fierté, comprend. Dans un pays où souvent le taux d’abstention atteint 50 % aux présidentielles, il redonne à des millions d’Américains l’espoir que, s’il est élu, des choses peuvent changer, et que, cette fois, il faut faire le déplacement.

Au niveau de la politique étrangère, il se livre à un véritable réquisitoire contre les guerres américaines de ces trente dernières années. Critique de la diplomatie américaine en Irak, en Libye, en Afghanistan, en Syrie. Il ose envisager un rapprochement avec Poutine, pour lutter conjointement contre les islamistes.

Jusqu’au bout, tous les coups seront bons pour les tenants du Nouvel Ordre Mondial pour éliminer ce trublion. Les tricheries, spécialité des démocrates dans de nombreux Etats où on ne contrôle pas l’identité des votants (chose ahurissante) seront forcément nombreuses. D’ailleurs, Donald Trump, affolant les tenants du Système, a fait savoir qu’il n’était pas dupe sur la fraude électorale mise en place par ses adversaires, et qu’il se réservait le droit de contester les résultats.

Une victoire de Trump bouleverserait les grands équilibres mondiaux, et serait un atout extraordinaire pour les patriotes français. Après le Brexit, avant la présidentielle autrichienne et les scandaleuses primaires françaises, le premier pays au monde mettrait à sa tête, contre l’oligarchie, un candidat souverainiste, identitaire et patriote.

On verrait, dans le premier pays du monde, des frontières inviolables se mettre en place, des expulsions frapper les ennemis des Etats-Unis, des ouvriers retrouver leur dignité, et la fin de la sale politique américaine, complice de l’invasion migratoire de l’Europe et de la France.

Tout ce que les mondialistes, soumis à la candidature Clinton, combattent de toutes leur forces à Bruxelles, mais aussi à l’Elysée et à Matignon. Bien évidemment, une victoire de Donald Trump serait un encouragement formidable pour le seul parti qui représente une alternative à l’UMPS en place depuis 40 ans.

Si le candidat républicain réussit à gagner aux Etats-Unis, alors tout est possible pour Marine en 2017, quoi qu’on pense de certaines limites de ce parti, l’heure n’est plus à jouer les chochottes, devant les enjeux énormes qui nous attendent.

Mais il faut tout envisager. Si par malheur, malgré sa formidable remontée, Donald Trump devait perdre, ce serait d’abord une catastrophe pour l’humanité, qu’Hillary Clinton met en danger par sa politique agressive, au service des islamistes qui l’arrosent. Mais il faudrait, malgré tout, saluer le formidable courage de cet homme qui, depuis près de deux ans, met en avant les thèmes qui sont les nôtres, avec un talent et une pugnacité hors du commun.

A sa façon, s’il perdait, il aura contribué à la cause…

Mais s’il gagne, même si nous apprenons la nouvelle dans la nuit ou au petit matin, apéro saucisson-champagne pour tous, bras d’honneur à Hollande-Valls-Cazeneuve-Sarkozy-Juppé, doigt d’honneur à Cohen-Askolovitch-Plenel-Domenach-Elkrief-Fourest-Durpaire et la clique, pied de nez aux islamistes, et numéro spécial de Riposte Laïque dans la matinée…

Cyrano

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur***

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article
6 novembre 2016 7 06 /11 /novembre /2016 03:34

Naturalisations : le virus socialiste est très contagieux

Publié le 5 novembre 2016 - par
Patriotisme_PouceLevéCroix suisseDansMainIdemlivreLemodèleCH
 
Les naturalisations de la troisième génération : la naturalisation ne doit pas dépendre du nombre d’années ou de générations.
 

Une naturalisation exigeante, à moyen et long terme, est le meilleur moyen d’éviter les effets destructeurs d’une politique  bisounours et incontrôlée de l’immigration 

Un patriotisme naturel et sain est le meilleur antidote contre le nationalisme destructeur et meurtrier.

Patriotisme _UliWindischCit_Noir_Blanc

Il n’est pas étonnant que les socialistes relativisent, méprisent, voire ridiculisent la nationalité, l’identité nationale et par conséquent la naturalisation. Pour eux, l’internationalisme est une dimension première ; ce qui revient structurellement à relativiser la nationalité, l’identité nationale et bien sûr la souveraineté nationale. Ce qui ne veut pas dire que ces dernières  dimensions n’ont aucune importance dans le socialisme mais ils ne sont pas déterminants. Cette différence congénitale, structurelle, explique d’ailleurs bien des prises de positions politiques sur toute une série d’autres  problèmes qui n’ont à priori pas de lien direct et visible  avec le critère de la nationalité.

Or la nationalité, l’identité nationale, l’identification profonde et affective à la patrie, et donc la naturalisation, constituent, au contraire, le noyau dur, une dimension fondamentale , essentielle et déterminante  d’ une vision politique qui place la souveraineté et l’indépendance nationales au premier plan de la détermination de toute politique.

Ici aussi, un attachement fort, profond et affectif à l’identité nationale, soit un vrai patriotisme national , n’empêche nullement des échanges, des interactions, des liens, des collaborations, des négociations , voire de l’admiration pour d’autres pays et d’autres identités nationales. En réalité, plus un pays a une identité claire, visible et forte,  plus ses citoyens sont sûrs et fiers de leur identité et de leur pays et plus ils sont à même de travailler de manière fructueuse avec d’autres pays, toujours dans le respect, voire dans l’admiration de ces autres identités et diversités nationales et patriotiques. Seule une telle vision, qui tient compte de l’histoire profonde, singulière et marquante de chaque pays a des chances de réussir à promouvoir un  projet  politique plus général d’ unité dans le respect des diversités historiquement ancrées.

L’Unité dans la Diversité n’est plus alors un simple slogan brandi même par ceux qui ne rêvent que de supprimer les diversités pour imposer autoritairement une unité abstraite aussi vide qu’autoritaire.

Voilà pourquoi la naturalisation est une réalité beaucoup plus importante et fondamentale et ne peut être prise à la légère. L’idée que la nationalité, l’identité nationale et donc la naturalisation seraient devenues passéistes, réactionnaires est l’une de ces prétendues « avancées » qui a contaminée même ceux qui sont sincèrement  patriotes, cela précisément sous l’effet de la vision socialiste culpabilisante,  qui  réussit à contaminer même les authentiques patriotes.

C’est en effet un autre domaine où la vision socialiste s’est imposée bien au-delà de son propre camp et elle aimerait dicter l’agenda politique en la matière.

C’est contre cette vision et à cause de ses conséquences dramatiques et impossibles à admettre par les  victimes de la pensée politique molle qu’il faut aujourd’hui lutter  avec détermination, sans gêne aucune et sans la crainte d’être qualifié « d’antiquité », de « réactionnaire », « de nationaliste borné », etc.

Faire fi des identités nationales et des attachements patriotiques historiques profonds qu’ils impliquent, revient aussi à nier une des dimensions fondamentales des identités individuelles et peut entraîner des conflits terribles, voire des guerres civiles dont l’ampleur et la nature commencent seulement à  apparaître, du moins chez ceux qui ne refusent pas de les nier ou de les minimiser.

Le  patriotisme, omniprésent dans tout pays historique, est le meilleur garant contre les nationalismes agressifs, violents et destructeurs. Ces derniers résultent précisément de la négation, de la moquerie et du mépris des patriotismes. C’est un autre domaine où l’on prend les effets pour les causes.

D’où notre affirmation: les débats sur la naturalisation, l’acquisition de la nationalité, sont fondamentaux et déterminants pour l’avenir de nos sociétés. Le politiquement  correct en ces matières est le pire ennemi d’un patriotisme naturel, sain et constitutif  et le meilleur allié des dérives communautaristes engendrées par un multiculturalisme qui n’a plus rien à voir avec la pluralité culturelle, elle aussi constitutive d’un pays comme la Suisse.

Ce qui unit les Suisses et les rend fiers de leur identité ce n’est ni la langue, ni la religion, ni la culture mais le système politico-culturel de la démocratie directe qui suppose à la fois des valeurs fortes, largement enviées, et des limites claires et intransigeantes.

Conséquences pour la naturalisation et l’obtention de la nationalité.

Les éléments définis ci-dessus devraient suffire à montrer pourquoi l’acquisition de la nationalité doit rester très exigeante, contrairement à toutes les tentatives d’intimidations et de moqueries venant  d’une vision socialiste internationaliste hors sol si ce n’est issue d’un sol strictement idéologique.

Une illustration des conséquences d’une telle vision est celle d’un octroi très facile de la nationalité dans un pays comme la France par exemple où l’on trouve des jeunes en nombre et pas seulement dans les banlieues qui ont obtenu très rapidement et aisément (le droit du sol) la nationalité sans en avoir incorporé  les composantes et dimensions fondamentales, au point où ils en arrivent même à détester le pays qui leur a octroyé la nationalité, et dans les cas limites  à lutter violemment et par les armes parfois  contre leur propre pays.

C’est une telle réalité qu’il faut absolument éviter et qui justifie une pratique très exigeante, sans gêne aucune et sans la moindre crainte d’être dénigré et moqué par le laxisme et l’irresponsabilité de la « philosophie » des « avancées » à n’importe quel prix et dans tous  les domaines.

Ainsi, fin septembre, la conseillère nationale Ada Marra aurait selon les médias obtenu « une belle victoire d’étape » ( « après avoir perdu sur la naturalisation automatique ») en ralliant une majorité de parlementaires sur une naturalisation facilités pour les jeunes de la troisième génération d’ immigrés.

Plusieurs arguments sont avancés pour justifier une telle facilitation supplémentaire : le principal étant souvent la durée. Un jeune de la troisième génération serait par définition et pour ainsi dire naturellement suffisamment adapté et intégré pour ne même plus devoir se soumettre à certaines épreuves. On est proche d’une démarche purement administrative  qui revient à envoyer par la poste le document attestant de la nouvelle identité nationale. Pire : il est proposé que ce soit à la commune de montrer que le jeune ne mérite pas la nationalité et non à ce dernier !

Il faut oser dire et répéter que la nationalité suisse est d’une grande valeur, un grand privilège, qu’elle se mérite sur la base de preuves concrètes multiples à l’appui. Je suis aussi favorable à ce que plus de jeunes  de la deuxième et troisième génération soient naturalisés mais cela doit réellement correspondre à une identification sincère et profonde, au risque  de nous retrouver parfois dans des situations semblables à celles de ces  jeunes devenus presque automatiquement français et qui rejettent leur nouveau  pays, au point de le détester fanatiquement, voire de prendre les armes pour le combattre.

En bref, la durée de séjour ne doit pas être le critère déterminant pour acquérir la nationalité. On peut être sincèrement généreux et admiratif pour toutes les situations pluriculturelles tout en restant très exigeant et en voulant prendre un maximum de précautions afin d’éviter des situations comme celles rappelées ci-dessus. On sait que des ré-identifications aux cultures d’origine, même si elles ont un côté artificiel et illusoire, peuvent intervenir même après plusieurs générations et avec des effets pervers non désirés.

Comme l’a rappelé Ada Marra, le peuple aura le dernier mot  sur cette nouvelle facilitation dans l’obtention de la nationalité  puisqu’elle passera en votation populaire. J’espère que lors des débats relatifs à cette votation ce sera aussi l’occasion pour ces militants de la facilitation, pour ne pas dire de la facilité,  de redire tout ce qu’ils doivent à la Suisse, leur reconnaissance et pas seulement leurs critiques et moqueries qui révulsent tant de citoyens modestes et humbles et patriotes authentiques, une situation que ces militants de la facilitation n’auraient jamais réussi à obtenir dans leur pays d’origine.

Last but not least, j’entends déjà certains pousser des cris d’orfraie :  la possibilité d’une naturalisation conditionnelle pendant quelques années, et une déchéance, elle aussi facilitée, de la nationalité  n’auraient rien de scandaleux. Tout simplement une autre forme de prévention ou d’application du principe de précaution !

Ensuite, il faut absolument travailler intensément à recréer une image positive et attirante de la Suisse, donnant l’envie  et la volonté de s’identifier réellement et concrètement au pays dont on demande la nationalité. Image bien méritée par ailleurs, il faut le dire et le redire, sans gêne aucune  mais sans nombrilisme non plus, ce qui n’exclut nullement certaines  critiques surtout lorsqu’elles sont avancées dans un esprit positif et constructif.

Rien n’est  plus contreproductif et destructif que les tendances tant enracinées depuis quelques décennies à l’autoflagellation, à la repentance perpétuelle et autres réécritures de l’histoire en fonction de nos critère d’aujourd’hui et en prêtant à nos ancêtres des défauts dont nous aurions certainement pas été exempts malgré nos prétentions moralisatrices d’aujourd’hui.

Uli Windisch

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur***

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article
6 novembre 2016 7 06 /11 /novembre /2016 03:31

Elections américaines : la grande trouille des médias français et des experts

Publié le 5 novembre 2016 - par

Que n’avons-nous pas entendu sur Donald Trump. Les médias Français à la solde de la bien pensance financière, de l’Arabie Saoudite, du Qatar, des intérêts européens de Bruxelles ont, pendant des mois inondé de leurs certitudes que les élections étaient cuites pour Donald Trump. 

Donald Trump sera le garant de la paix et le retour à la diplomatie

Donald Trump sera le garant de la paix et le retour à la diplomatie

Voilà un candidat qui jamais, dans l’histoire de nos médias, n’a été aussi souvent maltraité. Un candidat insulté de tous les noms d’oiseaux. Voilà un homme sur lequel fut déversé des tombereaux d’injures à la suite d’un enregistrement fait il y a seize ans. Propos idiots, machistes, venus des bas fonds sexuels. Mais pas un mot sur les viols de Bill Clinton dénoncé par trois femmes, sur la défense faite par Hillary Clinton en tant qu’avocat du violeur d’une gamine de 12 ans. Certes, c’était en tant qu’avocate. Certes, Bill Clinton n’est qu’un homme qui n’a fait qu’étaler sa semence sur les vêtements d’une stagiaire. Rien de grave finalement !  Même si cela interroge ou devrait interroger un minimum. Nos médias Français balayent cela d’un revers de main méprisant. La déclaration gaillarde autant qu’imbécile de Trump est bien plus croustillante n’est-ce pas ?

Alors nos chers journalistes aux ordres regardaient avec extase la chute dans les sondages de Donald Trump. L’homme a de la ressource. Ce n’est pas un perdreau de l’année. Hillary Clinton non plus. Elle se retrouve coincée dans une vilaine affaire de courriels, un mélange des genres privés/état. Le FBI lui tombe dessus et semble ne pas vouloir, cette fois-ci, lâcher le morceau. Il est vrai que les USA, ce n’est pas la France. Chez nous, il y a belle lurette que ce genre d’affaire serait réglée par un poste bien placé, une enveloppe bien remplie dans un paradis fiscal, voire enterré judiciairement par notre administration juridique dont chacun connait la parfaite indépendance. Il y a même fort à parier que le suspect n’apparaîtrait pas sur « le mur des cons ».

Aux USA, il semble bien que la justice est plus certaine qu’en France. Que les Polices ne sont pas tendres avec les compromissions, les paroles données, les corrompus. Donald Trump remonte dans les sondages. Mieux, il est donné en tête aux prochaines élections. Quelle magnifique claque ce serait envers les caniches de l’AFP, ses affidés que sont les médias télévisés et radiophoniques accrochés à la « voix de son Maître« . Radio-Paris ment, Radio-Paris ment, Radio Paris n’est pas résistant !

Que disent les titres:

Ouest-France: Primaires US. Pour la première fois, Trump devance Clinton

Le Monde: Donald Trump, favori des sondages et voué à échouer (Ben voyons, comment avaler la pilule)

Slate: Quand les soutiens de Trump s’amusent avec les sondages en ligne.

Le Parisien: Donald Trump toujours plus haut dans les sondages pour la primaire républicaine

Changement de pied sur l’ensemble de la presse. Préparons-nous à entendre les mêmes spécialistes, les mêmes journalistes déclarer doctement qu’ils avaient en partie raison sur la victoire possible de Trump. Alors les niais, alors les bisons, qu’allez-vous nous inventer pour justifier vos prévisions à deux balles ? Qu’allez-vous dire pour pouvoir rétropétaler en novembre, si Donald Trump devait être élu ?

Que vont dire tous ces politiciens Français qui ont tant investi sur Hilary Clinton, sa fondation compromise, ses intérêts d’Arabie Saoudite. Vont-ils réaliser qu’eux mêmes sont dans une situation délicate et qu’heureusement pour eux, la France n’est pas les USA. Des hommes comme Alain Juppé (repris de justice) serait bien incapable de se présenter à l’élection présidentielle, pas même à une embauche dans un square en Allemagne, en Suède, etc.

Alors croisons les doigts, et espérons que Donald Trump sera élu et qu’il renouera les liens avec Vladimir Poutine. Ainsi, nous pourrions goûter pleinement notre plaisir de voir en France, comme une sorte de débâcle chez les politiciens Français, mais aussi des européens. Et si de plus, cerise sur le gâteau, Marine Le Pen pouvait être élue en 2017, ce serait comme une grande victoire pour les libertés des peuples d’Europe.

Gérard Brazon

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur***

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article
6 novembre 2016 7 06 /11 /novembre /2016 03:29

Les chrétiens libanais de 1976, un exemple pour les Français de 2016 ?

Publié le 5 novembre 2016 - par

beyrouth1976S’il y a aujourd’hui un Président chrétien au Liban, le général Michel Aoun, c’est grâce au sacrifice de 5.000 jeunes volontaires des milices chrétiennes qui, de 1975 à 1987, quand l’armée libanaise – si elle ne s’était pas rangée avec ses chars aux côtés de la coalition « palestino-islamo-progressiste » qui voulait envahir les régions chrétiennes et jeter ses habitants à la mer – demeurait dans ses casernes. Ces héros Kataëb, Gardiens du Cèdre, Tanzim ou PNL, ont prouvé que les chrétiens du Liban ne seraient jamais des soumis, des dhimmis. S’il est un exemple et un modèle libanais, c’est celui-ci. A quarante ans de distance, il nous rappelle le prix à payer, là où l’islam a imposé sa loi, pour rester libre. Les chrétiens de Syrie et d’Irak semblent l’avoir enfin compris, d’ailleurs. Les martyrs des milices chrétiennes ont, par leur sang versé, gagné contre ce monde musulman impitoyable, le respect de leur communauté, et conservé le droit d’avoir dans leur pays un président chrétien en cette terre qui fut jadis chrétienne à 90%, pendant des siècles. Michel Aoun n’est donc Président que par la grâce des milices chrétiennes, ces mêmes milices qu’en 1990 il tenta en vain de soumettre – il n’avait pas compris qu’ils n’étaient justement pas gens à se soumettre et que leurs armes étaient le seul garant de leur liberté. Sa crise d’orgueil, en plus des l’hécatombe qu’elle fit, précipita cependant l’occupation syrienne. Il aurait, dit-on, aujourd’hui plus de sagesse. A Dieu ne plaise qu’il la perde encore !

En 1975, menacés d’expulsion de leur terre ancestrale et d’un remplacement définitif par les Palestiniens que Kissinger voulait installer à leur place, les chrétiens du Liban ont pris les armes. Avec les Palestiniens venait, pour ceux qui auraient voulu rester, la loi de l’islam. Il n’y avait pas à s’y tromper. Très vite, les masques « progressistes » sont tombés. Les snipeurs syriens ou d’ailleurs qui accourraient à Beyrouth, y venaient pour tuer du chrétien. Tel le Palestinien Karim, dépêché par ses maîtres syriens du camp de Yarmouk, au sud de Damas. Quand il vantait ses sinistres exploits, il se glorifiait dans Paris-Match d’avoir tué 197 chrétiens. Quand Kadhafi déversait des centaines de millions de dollars pour soutenir la rébellion du lieutenant libanais (sunnite) Khatib qui venait de s’emparer d’une dizaine de casernes, dont un régiment de chars AMX 13, et qu’il envoyait les meilleurs éléments de sa Légion Islamique, soudanais et maliens, le soutenir, c’était pourquoi ? N’était-ce pas au nom de l’islam qu’il armait déjà les Tchadiens (Hissène Habré…) contre la France ?

Au Liban, en 1975, en plus du projet de remplacement, il y avait donc bien sûr celui de l’islamisation. Mais les chrétiens du Liban ont déjoué le joli plan. Ils en ont payé le prix fort. Pour empêcher l’islam de s’impose en maître, pour refuser aux bandes armées de rentrer dans leurs quartiers, d’envahir leur montagne, pour en expulser ceux qui, installés là par un pouvoir naïf, s’y comportaient en terroristes, ils se sont battus comme des lions. A un contre quarante, car tel était alors l’équilibre des forces (Newsweek, mai 1976). Grâce au sacrifice de tous ces volontaires, étudiants bien souvent, parfois lycéens, mais aussi garçon-coiffeurs, employés de commerce, ouvriers, artisans, et de courageuses filles aussi, aujourd’hui dans les zones chrétiennes du Liban, à Achrafieh, Aïn El Remmaneh, Zahlé, Hazmieh, on sonne les cloches à la volée, et l’on peut ériger des croix aux carrefours. A Baouchrieh, on produit des statues des saints et de la vierge, ou des Christ en croix de belle taille qu’on expose au bord des avenues. Impensable en Egypte, en Syrie, en Irak et a fortiori au Pakistan et mêmes aux Emirats : à Dubaï l’ultra-moderne, les églises se cachent dans des hangars, derrière de hauts murs.

La montagne, et les quartiers de Beyrouth qui s’y adossent, sont restés aux mains des chrétiens. Chez eux, on ne verra jamais de femmes voilées. Les Libanaises rivalisent de coquetterie, de tenues parfois un peu provocantes, mais surtout, et avant tout, elles font ce qu’elles veulent. Elles sont adultes, elles n’ont pas besoin d’être accompagnées d’hommes à chaque instant de leur vie publique, elles ont leur indépendance financière et disposent des mêmes droits que les hommes. Mais hommes et femmes ont une valeur commune, une forteresse qui leur sert d’abri, de refuge, de temple des valeurs : la famille. Forts de leur famille et de leur foi, ils sont si attachés à leur terre qu’ils sont prêts à tout instant à la défendre, à défendre leur droit absolu d’être chez eux maîtres chez eux, et d’en chasser eux-mêmes l’envahisseur si l’Etat tardait encore à s’en occuper. Pour cette liberté, depuis mille ans, les Libanais chrétiens n’ont jamais cessé de combattre. Ils savent bien qu’il n’y a pas de liberté pour celui qui refuse de combattre.

Je connais un dentiste au Liban. Un brillant médecin de 35 ans qui m’a raconté ce qui s’est passé chez lui, l’an dernier. Il habite une ville au débouché de la Bekaa, vallée à la frontière de laquelle, en 2015, les islamistes armés de l’EI ont fait irruption. A vingt kilomètres de chez eux. Effrayée, sa femme lui a dit : « Partons en Europe, aux Etats Unis, mais ne restons pas ici. J’ai peur pour nous, pour nos enfants. ». C’est une jeune et jolie Libanaise, élégante et sportive, solide et plutôt courageuse. Sa frayeur a ébranlé le dentiste. Toute la nuit, il a réfléchi. Au matin, il lui a dit : « Ecoute : cette terre où nous sommes a nourri mes ancêtres et mes parents qui m’ont donné la vie et que je respecte et chéris. Et puis, cette terre m’a donné aussi toi, l’amour de ma vie qui m’a donné de si beaux enfants. Je dois beaucoup à cette terre, et toi aussi, tu lui dois beaucoup. Nous ne l’abandonnerons pas. Si les islamistes viennent jusqu’ici, nous nous battrons et s’il le faut, nous mourrons, mais nous ne quitterons pas cette terre qui a largement gagné le droit que nous la défendions. »

Le dentiste avait déjà chez lui un fusil d’assaut, une kalachnikov, comme probablement 95% des familles chrétiennes au Liban. Il a acheté une deuxième kalachnikov, avec douze chargeurs, et a offert le tout à sa femme. Elle s’est entraînée au tir pendant plusieurs semaines. Quand elle emmène ses enfants à l’école, sa kalachnikov est posé au pied du siège du passager, à côté d’elle. « Croyez-vous, dit mon ami dentiste, que cela l’empêche d’être heureuse et de sourire à la vie ? Bien au contraire : cette arme lui rappelle à chaque instant la valeur de sa liberté et la rassure quant à la sécurité de ses enfants.  Pour nous, les chrétiens ne sont définitivement pas des moutons qui doivent accepter l’abattoir. Oui, les chrétiens ont le droit, s’il le faut, de prendre les armes -Aux armes, citoyens ! vous connaissez pourtant bien cela, vous les Français– pour défendre leur droit sur leur terre et en chasser tout envahisseur qui voudrait y imposer une religion qui ne leur promet que la plus infamante des soumissions. »

L’exemple libanais, le modèle libanais, il est peut-être pour nous, Français de 2016 dans le comportement courageux dont les chrétiens de ce pays ont fait preuve, en 1976, quarante courtes années avant ce jour… C’était hier. C’est aujourd’hui.

Emmanuel Albach

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur***

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Riposte Laique
commenter cet article

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée