Ils sont une soixantaine dans la salle de l’ancien Aeim du Haut-du-Lièvre, (…) lieu de la future mosquée du quartier. Tous sont attentifs au conférencier, le professeur et Grand Imam Cheikh El Bakkali, une autorité spirituelle parmi les musulmans des Pays-Bas. Il vient parler du « rôle de l’imam dans la stabilité de la famille et sa contribution à la vie sociale. » Un peu comme les curés de campagne jadis, l’imam n’est pas seulement celui qui officie et prêche dans les lieux de culte, mais aussi un médiateur.
 
L’Est Républicain, en bon journal islamo-collabo, n’hésite pas à faire un comparatif avec nos curés de campagne. Ainsi, il adoucit la présence d’une pseudo religion sectaire qui est en fait un système totalitaire. Rien donc sur ce système, son fonctionnement et le fait que ces imams sont aussi des juges, des maires, des décideurs sur la vie personnelle de chaque musulman se trouvant dans sa Mosquée.
Il est souvent amené à rétablir la concorde dans les familles musulmanes, par exemple quand le divorce pointe, ou qu’il y a des mésententes entre parents et enfants… L’idée est de former les participants à la résolution des conflits, et d’encadrer cette pratique.
 
Quand le divorce pointe ? Sait-il seulement la différence qu’il y a entre un homme souhaitant se séparer de sa femme et celle qui veut se séparer de son mari ? Sait-il que la polygamie est autorisée ?  L’homme répudie, la femme doit se remettre au jugement d’un tribunal islamique où la femme n’est pas considérée comme égale de l’homme ! Mais l’Est-Républicain s’en moque.  Il fait un simple parallèle avec notre culture occidentale et volontairement fait semblant d’ignorer la place de la femme en islam. Celle d’un vagin sur patte ou les gamines naissantes peuvent être mariée contre leur gré et même utilisées sexuellement.
 
 
J’ai longtemps cru que nos dirigeants ne savaient pas. Qu’ils ignoraient les fondamentaux de l’islam. Je sais que je me suis trompé. Je sais la fourberie qui anime ces soi-disant journalistes et autres dirigeants politiques. Tous savent que la femme n’est pas l’égale de l’homme en Islam. Tous parlent de l’égalité sexuelle, tous veulent la parité, tous exigent que la femme soit traitée de manière juste, et égale en droit. La réalité, c’est que ces mêmes hommes et ces femmes politiciennes, ont fait le choix de sacrifier l’avenir des jeunes gamines qui bientôt, grâce à eux, verront leurs droits de femme se réduire comme peau de chagrin. Et tant pis si parmi ces femmes de demain, il y aura leurs enfants et petits-enfants. Ils se fichent que la femme ne soit que le terrain de labour des hommes (sourate 2 verset 223) ! Que ces femmes puissent être battues (Sourate 4 verset 34) ! Qu’elle n’a pas le même droit à l’héritage ! Sans compter les conséquences d’une application monstrueuse des peines contenues dans la Charia.
 
L’Est-Républicain a une attitude indigne. Il fait comme si l’Islam au fond n’était qu’une religion comme une autre. C’est loin d’être le cas.
 
Ce séminaire est le septième organisé par le Cliap, (Conseil lorrain des imams, aumôniers et prédicateurs).
Qui paie ? Rien sur les dépenses. L’Est-Républicain ne s’abaisse pas à de telles considérations !
 
Nous n’appartenons à aucune obédience particulière, ce qui permet de rassembler la plupart des imams lorrains. Et pas seulement, puisque les aumôniers œuvrent aussi dans les hôpitaux, les prisons, au sein de l’Armée. Des femmes, qui ne peuvent être imams, mais ont un rôle social et spirituel très actif, étaient présentes dimanche.
 
On sait désormais à quelle place elles sont remises.
 
L’hypocrisie est à son comble ! La peur des mots et des faits est patente ! L’Islam tue partout dans le monde et on continue en France, à faire comme si l’islam était innocent des crimes issus du Coran.
Il n’y a pas deux ou trois islams, il n’y en a qu’un seul.
L’islam, c’est l’islamisme au repos et l’islamisme, c’est l’islam en mouvement. C’est une seule et même affaireFerhat Mehnni.
Gérard Brazon