Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

24 juillet 2017 1 24 /07 /juillet /2017 22:53

Djihadistes et modérés , les deux faces du miroir musulman

Qu’il soit assaillant, islamiste, djihadiste, terroriste, frère musulman, wahhabite, taliban, nahdhaoui, fissiste, il est musulman dans le sentier d’Allah qu’il doit irriguer du sang des mécréants. Sain de corps et d’esprit. Pleinement responsable de ses actes et parfaitement conscient de leurs conséquences sur lui-même et sur autrui, il n’y a pas lieu de chercher à atténuer ses responsabilités.

La vraie folie est celle qui consiste à le déclarer comme un individu en perte de contrôle de ses facultés de discernement au moment de son passage à l’acte, alors qu’il l’a longuement mûri, réfléchi, prémédité, conçu, organisé et exécuté.

Tout diagnostic médical qui vise à le déresponsabiliser est une faute morale voire un aveu de complicité de crime terroriste. Il ne doit relever du champ de l’application de l’article 122-1 « N’est pas pénalement responsable la personne qui était atteinte, au moment des faits, d’un trouble psychique ou neuropsychique ayant aboli son discernement ou le contrôle de ses actes. » Ne jouons pas sur les mots. C’est un musulman qui applique fidèlement la feuille de route mahométane, contrairement à la majorité de ses coreligionnaires qui qui n’ont pas encore franchi le rubican et qui attendent surtout patiemment leur heure pour amorcer leur virage djihadiste. Le musulman n’a pas à choisir son itinéraire, c’est Allah qui le trace pour lui. Il est le maître de sa pensée, le guide de ses actes et sa couverture pénale et morale. En quelque sorte son « déresponsabilisateur » censé endosser la responsabilité de ses actes,

(S.8,v.17): »Ce n’est pas vous qui les avez tués: mais c’est Allah qui les a tués. Et lorsque tu lançais (une poignée de terre), ce n’est pas toi qui lançais: mais c’est Allah qui lançait, et ce pour éprouver les croyants d’une belle épreuve de Sa part! Allah est Audient et Omniscient. »
Il ne peut pas être responsable d’un crime dont il n’est pas l’auteur. C’en est autre qui le revendique pour lui. C’est autre est « injugeable » puisqu’il est lui-même juge et aussi partie. Il ne va se condamner lui-même pour ses propres méfaits. Et tout musulman qui agit dans sa voie, autrement dit qui sème la mort et répand la frayeur dans le cœur des mécréants, ne reconnaît que la justice d’Allah. La seule juste et parfaite à ses yeux. Une justice qui saura le dédouaner de sa responsabilité et le récompenser pour sa bravoure et honorer son combat.

http://www.tunisiefocus.com/politique/en-se-proclamant-de-la-justice-dallah-les-jihadistes-se-mettent-au-dessus-des-lois-44812/

Le musulman n’est pas plus modéré que djihadiste. C’est la volonté d’Allah qui le fait basculer d’une posture vers une autre. Il n’agit pas de son propre chef. Tout ce qu’il fait et accomplit c’est l’œuvre d’Allah,

( S.36,V.82) :« Quand Il veut une chose, Son commandement consiste à dire : « Sois », et c’est »

(S.3, V.26) « Dis : O Dieu ! Maître de l’Autorité absolue : Tu donnes l’autorité à qui tu veux et tu enlèves l’autorité à qui tu veux. Tu donnes la puissance à qui Tu veux et Tu humilies qui tu veux. Le bonheur est dans Ta main et Tu es Omnipotent »

Quelle que soit leur posture, ils ne peuvent pas l’avoir choisie d’eux-mêmes. Ils sont comme des marionnettes téléguidés en fonction selon la volonté d’Allah qui leur nie tout droit de faire leur propre choix dans la vie. Et quand bien même ils le font, il reste le choix d’Allah qui veut bien leur accorder une parcelle des jouissances terrestres mais en contrepartie ils se referment les portes du paradis,

(S.17, V.18): « Quiconque désire la vie immédiate, Nous nous hâtons de donner ce que Nous voulons à qui Nous voulons »

(S.42, V.20) : « Quiconque désire le labour de la vie future, Nous augmenterons son labour. Et quiconque désire le labour de la vie présente, Nous lui en accorderons quelques jouissances mais il n’aura aucune part dans la vie future »

Allah enjoint et le musulman y va. Mal ou bien. Il n’y est pour rien. Quand c’est pas mal pour autrui c’est Allah qui le veut. C’est pourquoi la justice de l’homme ne peut juger de ce qui est pour elle un mal mais pour Allah c’est un bien que le musulman a accompli pour sa gloire.

Nourris tous à la même sève théologique, il est aberrant et dangereux de distinguer les musulmans selon leurs apparences vestimentaires, leur attitude, leur discours. Un Tarek Ramadhan n’est en rien différent de Qaradhaoui, le pape des djihado-islamistes, de l’Algérien Belhaj ou du Tunisien Ghannouchi ou de Baghdadi. Tous oeuvrent vers le même objectif mais avec des méthodes différentes faire de l’islam une loi universelle pour toute l’humanité afin d’instaurer un Califat mondial.

Un musulman affublé du masque de la modération est tout aussi djihadiste mais à sa manière sans faire parler la poudre. On le voit jamais compatir pour les victimes sauf à vouloir noyer le poisson en disculpant l’islam. Il n’a pas du sang humain sur ses mains il reste responsable moralement des crimes contre l’humanité de ses coreligionnaires djihado-terroristes.

S’il se considère comme étranger aux crimes des siens qu’il se désengage alors de l’islam, et s’il veut rester musulman qu’il cesse de jouer à la vierge effarouchée.

Plus il s’obstine dans sa défense de l’islam plus il apporte sa caution morale aux soldats-fous d’Allah. Jamais Allah n’a dit explicitement aux musulmans de préserver la vie humaine, il les a plutôt exhorter à tuer les incroyants,

https://salembenammar.wordpress.com/2016/03/28/le-mensonge-des-musulmans-sur-le-verset-celui-qui-tue-un-innocent-tue-lhumanite-tout-entiere/

Pour le Coran tout non-musulman est le mal incarné pourquoi ne doit-on pas juger les musulmans de la même façon ?

On ne peut pas résoudre la quadrature du cercle du péril musulman sans une action de concert entre les États occidentaux, la Russie, la Chine, l’Inde et l’Egypte.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Salem Ben Ammar
commenter cet article
22 juillet 2017 6 22 /07 /juillet /2017 18:12

Si l’islam était lumière, il n’aurait pas plongé les musulmans dans une obscurité éternelle

Sans l’Inde, les Juifs, les prêtres Syriaques, les Coptes, la Perse et Byzance, et bien d’autres peuples, ils seraient toujours en train de végéter dans de leur trou noir et continueraient à vivre .

Des fameux savants arabes, ils sont majoritairement iranien à l’exception d’al- Kindi. Ils n’étaient pas en odeur de sainteté à Cordoue et Grenade, persécutés et leurs livres brûlés.

S’ils avaient la fibre civilisationnelle et la culture de l’histoire, ils auraient mis en valeur l’immense civilisation égyptienne, auraient cherché à percer l’énigme de la construction des pyramide et découvert l’hiéroglyphe avant la conquête d’Egypyte par Napoléon. Ils auraient fait de même avec la Numidie et Carthage et les sortir des des oubliettes de l’histoire.

La destruction de la Bibliothèque d’Alexandrie par Omar Ibn al-As en 641 sur ordre du Calife Omar en 641, des statues des Bouddhas de Bâmiyân en Afghanistan, le saccage de la Mecque par Mahomet lui-même, sont autant de témoignages de la volonté de l’islam de couper le lion ombilical des peuples islamisés avec leur histoire préislamique.

Pourquoi ils ne s’etaient jamais intéressés à Rome ? Il n’y avait pas des traducteurs en latin pour les y aider ?

Leurs apports au savoir universel sont un mirage dans le désert d’Arabie. Aucune invention technique, ni avancée technologique ne portent leur signature à ce jour. Absents de la compétition mondiale sauf à paralyser la marche du train de l’humanité vers sa destination pour monde meilleur.

Ils sont pratiquement dépendants à 100% du monde non-musulman, des kofars, un vocable vil et méprisant, pour leurs besoins technologiques, scientifiques, médicamenteux, transports ….

Le fossé qui les sépare du monde non-musulman est plutôt un gouffre abyssal. Ils ont le gaz et le pétrole, la Corée du Sud et Taïwan n’ont point cela et pourtant et ils pèsent 100 fois plus tous les pays musulmans reunis en terme de brevets industriels.

L’islam ne met pas un voile sur les yeux des mécréants comme le prétendent les musulmans, il est le pire castrateur des energies créatrices.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Salem Ben Ammar
commenter cet article
21 juillet 2017 5 21 /07 /juillet /2017 04:36

Les cellules souches du terrorisme sont dans le Corampf lui-même

Pas de panique, la conductrice qui a percuté un groupe de fidèles attroupés devant une mosquée à Newcastle en ce jour de fin du mois calamiteux du ramadan est une musulmane qui a perdu le controle de son vehicule sous l’emprise du contrecoup de l’overdose ramadanesques

Les musulmans toujours prompts a reagir plus vite que leurs ombres quand ils croient qu’ils sont la cible d’une attaque terroriste doivent l’avoir mauvaise. À leur grand dam c’est une créature d’Allah et le pire c’est une femme.  En islam il vaut mieux être tué par un infidèle que par une femme. Heureusement pour eux il n’y avait que des blessés.

Et a supposer qu’il s’agisse d’un attentat terroriste quels enseignements auraient-ild cherchés à en tirer ? Aucun ! Des musulmans qui analysent et se posent des questions ne sont plus musulmans. Ils sont des apostats. Pour eux, ce serait l’oeuvre du Shaitan, Satan, qui n’échappera pas à la colère d’Allah.

Moi-même j’avais pensé à cette hypothèse et si en effet les Anglais en ont par-dessus le Big Ben de subir les attaques terroristes incessantes des musulmans et qu’il était grand temps pour eux de leur rendre la monnaie de leur sale pièce ? .

N’étant pas partisan de la Loi de Talion qui est la négation de l’Etat de droit il m’aurait ete difficile toutefois de condamner un tel acte.

Heureusement qu’il s’agit d’un banal accident.

Dans le cas contraire ils nous auraient offert le spectacle pitoyable et pathétique des bourreaux qui jouent aux victimes.

Ils n’ont pas besoin de l’être déjà car à chaque fois que leurs escadrons de la mort plongeant l’humanité dans l’horreur ils se font forts de retourner la situation en leur faveur et de faire passer l’islam comme le vrai martyr de des attentats terroristes.

Autant croire que c’est Allah lui-même qui a écrit le Coran que de les imaginer  prendre conscience un jour que si jamais ils sont là cible de représailles de la part des populations harcelées par les attaques terroristes, ils doivent y voir une expression de ras-le-bol de l’islam et des musulmans ne font rien pour nettoyer leurs écuries d’Augias.

Comme aussi que leur litanie de ce n’est pas ça l’islam qu’elle ne convainc plus personne et qu’il est grand temps pour eux de le démontrer par les actes. En dénonçant publiquement les crimes contre l’humanité de leurs djihadistes et de reconnaître que la source du mal sont les versets coraniques.

S’ils ne veulent pas payer le tribut du sang, ils doivent désamorcer l’escalade terroriste en étouffant les velléités belliqueuses des membres de leur communauté gagnés par la ferveur du djihad contre les mécréants.

Ils doivent commencer par bannir de leurs prêches les versets haineux et stigmatisantbles « égarés » objets du courroux de leur ignoble divin et qu’ils implorent nuit et jour pour ne pas connaître leur sort. Alors qu’ils sont à des années-lumière d’eux.

Quand on rate le départ d’un train on accuse le machiniste d »être parti à l’heure.

Ce n’est jamais leur faute s’ils sont les cancres de l’humanité.

Combien de vies de chrétiens fauchées pendant les fêtes de  Pâques et de la Nativité en Égypte et en Irak comme au Nigéria et au Pakistan  et des menaces qu’ils font peser en Occident sur les marchés  de Noël en toute impunité et sans que les musulmans ne manifestent leur indignation et leur condamnation  ?

Ils doivent comprendre que la peur finira un jour ou l’autre par changer de camp.

Tôt ou tard il y aura un réveil brutal et violent chez ceux que leur religion qualifie d’ennemis d’Allah dont il faut purifier la terre de leur présence ou les contraindre à se soumettre à la dictature de l’islam.

Nombreux parmi eux ne resteront pas longtemps impassibles face à cette guerre terroriste initiée par la nébuleuse islamiste et wahhabo-salafiste depuis 2001 voire bien avant avec la guerre civile en Algérie et ses dommages collatéraux en France.

Quand bien même tous les musulmans ne sont pas tous responsables de cet état d’effroi indicible et sont même souvent ses premières victimes mais des victimes résignées, il n’en reste pas moins que ses acteurs sont tous musulmans.

Quant au soi-disant complot terroriste pour défigurer l’islam comme si l’islam est un innocent aux mains immaculées, c’est une vue de l’esprit, une esbroufe islamique car la réalité des faits démontre aisément le contraire.

En effet, le terrorisme est consubstanciel à l’islam depuis 622 dont les tribus juives d’Arabie et les opposants au message mahométan furent les premières victimes.

Que l’Arabie Saoudite et le Qatar qui sont en train de s’étriper à cause de l’Iran et pas seulement voire la Turquie d’Erdogan soient les figures de proue étatique du terrorisme mondial cela ne change rien au fond du problème,  les cellules souches de la métastase terroriste sont musulmanes.

Mais tant que les musulmans persistent à croire que le Coran est la parole révélée le terrorisme ne s’éteindra qu’avec la fin de l’islam.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Salem Ben Ammar
commenter cet article
18 juillet 2017 2 18 /07 /juillet /2017 17:07

 

Pourquoi l’islam n’est pas soluble dans la démocratie

L’islam et la démocratie sont deux entités antinomiques. L’une veut créer les conditions pour imposer la souveraineté d’Allah sur la vie de la cité dont il est le seul maître et souverain. L’autre cherche à donner à l’homme les moyens de son émancipation politique afin qu’il soit partie prenante dans la définition de son projet de vie politique. Deux conceptions de régimes politiques contradictoires et opposés. D’une part seul dieu est souverain, il ne peut y avoir une autre voix en dehors la sienne et d’autre part le pouvoir revient au peuple et à son seul profit et dont les modalités de l’exercice sont définies par ses assemblées, mandatées par lui. Seul le peuple est souverain.

Un sacrilège aux yeux de l’islam, une hérésie qu’il faut combattre et dont il faut immuniser les musulmans.

Lui qui se veut le seul et unique berger, ne pas enlever les barrières de son enclos à un autre berger susceptible de faire égarer son troupeau dans des enclos moins hostiles et à l’herbe grasse et favorables à leur émancipation. L’islam a peur de la contagion démocratique qui peut gagner ses fidèles qu’il assimile à une apostasie. Sa hantise de la démocratie est telle qu’il n’hésite pas à stigmatiser les insolents, tous ceux qui contestent son pouvoir, à les désigner à la vindicte populaire pour les châtier, comme ce fut le cas du leader politique de la Gauche Laïque et Républicaine Chokri Belaîd assassiné parce qu’il rêvait d’un destin démocratique pour la Tunisie.

La cité idéale musulmane est par essence dépouillée de toutes les influences extérieures considérées comme contraires aux dogmes de l’islam. Un véritable mouroir à ciel ouvert rythmé par les appels à la prière. Comme si l’homme ne vit que par et pour Allah. Il a su habilement se servir de la générosité naïve de la démocratie pour rétablir son pouvoir politique par le biais des révolutions, plutôt dévolution, du printemps arabe, comme si ces pays avaient des saisons, eux qui n’avaient connu que sécheresse et aridité.

Suivant l’exemple de son clone nazi, il se met à miner le terrain pour empêcher l’éclosion de la fleur démocratique dont pourraient s’enivrer les musulmans. Pour conserver son pouvoir, il ne recule devant rien. Faucher, brûler, menacer, violenter, clouer au pilori, réprimer, tuer, jeter l’anathème, terroriser, violenter, la fin justifie les moyens, car il y va de sa propre pérennité,. Il est de règle que la théocratie ne peut prospérer que sur l’obscurantisme et les limitations des espaces de libertés, et la et la démocratie prospère sur le recul des pratiques de la religion.

Aliéner, castrer, endoctriner et bâillonner, seul moyen pour abrutir les hommes afin de les rendre plus dociles et prévenir toute réaction de résilience qualifiée de Fitna, le désordre, le chaos. Alors qu’en réalité elle est une forme de résilience, une révolte contre l’amertume et la fatalité de la vie, un pêché mortel au regard des dogmes.

La démocratie n’a pas besoin d’artifices culpabilisant et inhibant, ni de paver la chemin des libertés de leurres, de farces et attrapes, elle est l’expression libre de la volonté des hommes de donner un sens commun à leur vie en collectivité. Alors que l’islam se veut le sens, l’essence, la substance, le code et le but ultime de leur vie. Avec des contraintes drastiques et inhibitrices. Pour exister, l’islam recourt aux méthodes de manipulation mentale pour pouvoir maintenir les hommes dans sa sphère de dépendance. comme toute idéologie totalitaire, il ne laisse aucune liberté de choix aux hommes, tout est mis en oeuve pour les figer dans le marbre du conservatisme.

Sa grande hantise est de perdre son pouvoir de contrôle absolu que seule la semence démocratique peut l’affaiblir; L’homme musulman est créé par Dieu pour le servir, lui servir de chair à canon dans le djihad et non de réfléchir par lui-même sur le vrai sens de son existence. N’est musulman que celui qui se soumet sans discernement aux dogmes de sa foi et dont il fait son motus vivendi. S’en écarter est assimilé à un sacrilège qui expose le déviant aux pires châtiments.

Plus proche du bolchevisme et du nazisme que du bouddhisme ou du christianisme, il se veut le seul maître et architecte de l’environnement politique dans lequel doivent évoluer ses adeptes, réglant avec la minutie de l’horloger leur façon d’être, de concevoir, de penser et de vivre jusqu’à leur façon de s’habiller.

Les musulmans n’ont pas de prise sur leur propre vie, ni de pouvoir d’agir et de choisir par eux-mêmes. Ils sont des pions sur le grand échiquier élaboré par dieu et dont la finalité est d’instaurer un nouvel mondial dont les musulmans seront le maître. Dans le cas d’espèce, il est utopique de chercher à implanter une quelconque semence dans un sol où seule la semence musulmane théocratique est censée pousser.

C’est un peu comme si l’on avait cherché à greffer l’humanisme sur le nazisme en son temps, ce qui aurait eu pour conséquence de lui donner un visage humain. Or, le nazisme, ne pouvait prospérer que dans la haine, le racisme et l’intolérance, sinon il aurait pas perdu son sens et sa substance, ce qui est aussi le cas de l’Islam. Ce n’est pas l’enfant terrible de l’Islam qu’est l’islamisme que les nombreux laudateurs de l’islam veulent en faire le bourreau de l’Islam lui-même, ce fils parricide qui dévoie et dénature l’Islam. Alors que l’islamisme n’est rien d’autre que le bras armé de l’islam dans sa phase de conquête et de reconquête du monde.

En effet, le problème est moins par conséquent l’islamisme qui est plus un moyen de blanchir l’Islam, de le déculpabiliser, de le dédouaner et de l’exonérer de toutes ces dérives terroristes, barbares et ultra réactionnaires. Contrairement aux idées reçues, il n’est pas le ver venimeux dans le fruit musulman, ni sa nécrose, il en est l’organe vital, son cerveau et sa force de frappe. L’islamisme n’est pas l’Islam politique, c’est l’Islam où toutes les composantes qui fondent la vie des hommes doivent être inter reliées et s’inter agissent entre elles. Il est son esprit et son corps. Tout simplement, c’est l’islam tel qu’il doit être et non pas l’Islam mythifié et légendé par les mystificateurs de l’Islam qui vont jusqu’à pousser la fantaisie en assimilant l’Islam à la paix et à la tolérance. Dans un sens ils n’ont pas tort, puisque pour préserver son intégrité physique et être accepté par ses semblables il faut être musulman. Seul un musulman soumis aux lois dictatoriales de l’Islam et qui satisfait à la volonté de dieu peu prétendre à cela. Un peu comme un commerçant napolitain qui doit s’acquitter d’un tribut, une djizia, la capitation pour avoir acheter sa tranquillité. L’Islam c’est se soumettre ou se démettre. Il ne laisse guère le choix aux hommes, ni d’alternative à repenser ou considérer le choix contraint et forcé, soit une allégeance ad vitam aeternam soit la mort. Aucune rupture de lien n’est possible, c’est un univers carcéral dont on ne sort jamais vivant. On naît musulman, on vit dans l’Islam et on meurt musulman. Un musulman ne peut et ne doit envisager sa vie en dehors des prescrits de sa foi et des règles de vie de sa communauté, qui est sa matrice et son censeur.

C’est pourquoi, il lui est impossible d’emprunter une autre voie non fixée par la feuille de route censée être la meilleure pour lui afin d’atteindre le Graal paradisiaque. Il est évident que pour lui, suivre une autre voie qui ne soit pas d’essence musulmane consiste à commettre un sacrilège, un pêché mortel. Ce que ne manque pas d’ailleurs de lui rappeler les doctes de sa foi dans leurs oukases, les fatwas. Un musulman n’est pas en droit d’avoir des choix politiques ni d’exercer la liberté de conscience et d’expression, comme s’il était un majeur incapable, il doit accomplir ce que dieu lui a dicté.

N’étant pas doté de volonté propre, il n’a pas à être acteur de de sa vie personnelle et politique.

Ce que dieu a ordonné et ordonnancé, l’homme n’a pas à l’intervertir ou s’y interférer. Qui mieux que la démocratie pour permettre d’ôter le carcan du poids étouffant de la religion sur la vie des hommes, et constituer un antidote à leurs maux, mais c’est sans compter sur les gardiens des dogmes de la foi pour lui opposer hostilité et rejet au nom de la pureté des sources de l’Islam et le bouclier canonique des valeurs du sacré.

A leurs yeux, la démocratie, concept par essence profane, présente un danger certain pour la pérennité même de l’Islam, la favoriser revient à sonner le glas de l’Islam. L’ennemie à abattre car elle risque de faire non seulement de l’ombre au pouvoir despotique et totalitaire de l’Islam mais surtout de provoquer cette onde de choc libératrice des musulmans, les éloignant ainsi  de l’Islam.

Dans ce contexte, l’islamisme devient la ligne Maginot que les musulmans ne doivent pas franchir. Leur cordon ombilical qui les relie à leur plasma originel. L’islam n’est pas qu’un simple système de croyance et de pratiques cultuelles personnelles et communautaires, il est leur cadre de dans la cité et leur mode de gouvernement absolu où il n’y a pas de pouvoir autre que celui de dieu sur les hommes.

Il est de à la fois religion, Etat et monde. Prohibant tout principe séparation entre le sacré et le profane et le séculier et séculaire, le politique du religieux.

Ce mélange des genres qui s’articule autour de l’omniscience et l’omniprésence de la parole sacrée, constitue un frein insurmontable à l’éligibilité de la Démocratie dans les pays musulmans. Dans les sociétés islamisées, seules les lois d essence divine ont cours toute autre loi n ayant pas ce caractère sacré est considérée comme une apostasie.

L’Islam ne conçoit pas que l homme responsable puisse agir sur son destin politique, alors que sa mission est la seule et de répandre la parole d Allah sur terre et instaurer le modèle de l Etat islamique tel qu’il est défini par le Coran dont les lois sont immuables et intemporelles.

Seul Allah a le pouvoir de légifère en opposition totale et absolue avec notre droit positif. Or, la Démocratie est par définition une doctrine politique, d’essence humaine, par laquelle la souveraineté appartient à l’ensemble des citoyens (notion inconnue dans le Coran) au sein d une organisation qui a souvent la forme d’une République ( en opposition à la notion de l’Oumma).

Dans un régime démocratique, les hommes sont libres et égaux et acteurs et maîtres de leur choix de vie, leur choix politique (droit de vote), leur choix de liberté de conscience (interdite dans l islam). Un Etat démocratique repose aussi sur le principe inaliénable d’ égalité des droits entre les citoyens indépendamment de leur sexe ( le coran ne reconnaît pas l’ égalité homme/femme, ni celle entre musulmans et non-musulmans, et encore moins la réussite sociale au mérite ) de leurs origines ( non fondées sur la foi contrairement à l’islam).

La démocratie protège les citoyens sur des critères autres que ceux définis par le Coran ou la Charia qui autorisent de discriminer le incroyants et leur réserver les pires châtiments. un Athée n a pas le droit à la vie en terre d Islam. Soit la conversion soit la mort, l’exil ou la djizya, un impôt de capitation, une sorte de racket religieux juste pour jouir du statut peu enviable et à forte connotation raciste de dhimmi, une sorte d’intouchable dans le système de castes musulmanes. Dotant les musulmans des vertus de la pureté et des noms musulmans de l’infamie de l’impureté. Différencier les hommes, les catégoriser pour les exclure et les ostraciser voire pire encore, n’est pas sans rappeler le Reich nazi et laisse subsister de sérieux doutes sur la nature même de l’Islam en tant que religion stricto sensu.

L’Islam ne condamne pas non plus les inégalités sociales. Dieu aurait créé les riches et les pauvres, à et nul n’est en droit d’en contester le fondement, les musulmans doivent s’y résigner. De même que l’égalité entre les hommes ne s’applique qu’aux seuls fidèles. Fonder l’égalité sur le seul critère de piété c’est comme si Hitler basait l’égalité entre les hommes sur le seul critère du sang.

En conclusion, une organisation politique quelle que soit son essence, humaine pour la démocratie et divine ou prétendue telle comme dans l’Oumma musulmane qui ne reconnaît pas à l’homme ses libertés fondamentales, telle que sa liberté de culte et conscience inscrite en lettre d’or dans la Déclaration Universelle de Droits de l’Homme et du Citoyen de 1948 (jamais adoptée par les Etats Islamiques jugée contraire à leur foi) , est indéniablement liberticide, totalitaire et théocratique. Ainsi l’illusion démocratique sera pour les Musulmans un pur fantasme qui peuplera les rêves des femmes et des hommes qui aspirent à un monde meilleur mais qui ont la malchance de vivre sous le joug du despotisme musulman;

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Salem Ben Ammar
commenter cet article
18 juillet 2017 2 18 /07 /juillet /2017 05:06

Pourquoi les musulmans ne sont responsables de rien

«Il se peut que vous détestiez quelque chose alors que c’est un bien pour vous. Et il se peut que vous aimiez une chose alors qu’elle vous est néfaste. C’est Allâh qui sait, alors que vous ne savez pas.» (Sourate Al Baqarah verset 216).

C’est à cause de ce verset que les musulmans n’ont aucune emprise sur leur destin et ne sont responsables de rien.

Allah sait ce que le musulman ignore. Il connaît tout de lui. Ses forces et ses faiblesses. Ses attirances et ses répulsions. Ce qu’il lui convient et ne lui convient pas. Il n’a qu’à s’en remettre à lui et le tour est joué. Pas besoin de se creuser les méninges Allah est toujours là à son service. Il n’a rien à regretter puisqu’à Allah l’a accompli pour lui.
Il peut aimer des choses qui sont mal pour lui et ne pas les aimer et qui sont un bien pour lui Il l’a créé pour tout décider pour lui et à sa place. Il n’as pas son mot à dire et discuter des choix d’Allah pour lui.
Il n’a pas de choix du cœur à faire car ce cœur ne peut battre que pour Allah où il y siège comme un roi dans son trône.
Il lui fait faire ce qu’il veut. Il est son chef-marionnettiste.
Allah ne se trompe jamais dans ses choix. il fait toujours les bons choix pour son serviteur.
Un serviteur qui sert un serviteur. Le paradoxe musulman. Si Allah fait tout au lieu et place du musulman pourquoi a t-il besoin d’agir à travers lui ?
N’est-il pas plus judicieux qu’il prenne les choses en main pour s’atteler à la tache et rattraper le retard irrattrapable sur le train de l’humanité non-musulmane. Comme il est omniscient et efficient et capable de prévoir les choses dans des milliards d’années qu’il chausse lui-même son bleu de chauffe et aille au charbon plutôt que d’enseigner à ses hommes la haine du non-musulman ?
Si tout ce que fait le musulman qui exécute au pied de la lettre sa volonté est bénéfique pourquoi ses effets ne se font pas sentir positivement sur la vie du musulman ?
SI Allah a ce don de tout savoir du musulman pourquoi ne l’aide-t-il pas à se corriger et s’améliorer afin de relever les grands défis terrestres ?
C’est trop facile de laisser croire que la vie sur terre est éphémère e que la vraie vie est celle dans l’au-delà. Quand on est incapable de performances on dénigre celles d’autrui pour masquer ses propres échecs.
La vie éternelle est sur terre que l’homme doit préserver et fructifier pour les générations futures.
Au lieu de lui secouer les puces et le mettre en face de ses responsabilités, il en fait un légume humain, dépourvu de volonté propre et de discernement.
Quels choix fait-il pour son serviteur alors que la seule chose que l’on voie depuis 622 est l’effusion du sang humain et la destruction des peuples et des cultures ?
Tous ses choix ne font que plonger l’humanité dans l’horreur et marginaliser les musulmans dans la compétition mondiale.
De quels choix parle-t-il est-ce ceux des actes terroristes en son nom ou l’enlisement indicible des pays musulmans dans la misère et la violence ?
Il ne sait que promettre les pires châtiments à ceux qui ne l’ont pas choisi. Grand mal leur fasse disent ses créatures alors qu’ils sont comme un coq les pattes dans le fumier.
. À quoi ça sert alors de créer l’homme si c’est pour le priver de son libre-arbitre pour le lobotomiser ?
Pourquoi le jugement dernier si tous ses actes et pensées ne sont pas le fruit de sa propre volonté ?
L’homme n’est-il pas celui qui s’enrichit de ses expériences bonnes et mauvaises pour avancer dans la vie ?

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Salem Ben Ammar
commenter cet article
17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 17:39

Il n’y a pas plus de différence entre un fanatique religieux et un extrémiste politique

Ce qui est écrit dans les livres supposés sacrés m’indiffère et m’indispose. Tellement leurs mets sont répugnants.

Qu’il y ait eu des apôtres, des messies, des prophètes ou des envoyés spéciaux de dieu, cela ne peut être que pur fantasme et croyance abracadabrantesque.

Si Dieu existait vraiment, il aurait couvert l’humanité tout entière de son amour et compréhension de la liberté  et n’aurait pas besoin de diviser le monde entre ceux qui mordent à son hameçon et les irréductibles objet de son courroux.

Il n’y a pas une humanité pure et une autre impure car la première croit et la deuxième ne croit pas.

Il n’y a pas des humains plus légitimes que d’autres parce qu’ils sont croyants ou vénèrent un gourou.

Il y a un monde qui doit apprendre à vivre ensemble et qui ne doit pas être nourri de préjugés racistes, sexistes, ethniques,  xénophobes et suprémacistes.

Le danger vient des fanatiques qu’ils soient politiques ou religieux, tous bourrés de certitudes et convaincus qu’il n’y a qu’il n’y a de saut que dans leur vérité.

On constate de nos jours que de plus en plus de partisans de partis politiques extrémistes se comportent comme les plus fanatiques des croyants. Ils cultivent le culte du chef, comme s’il était le messie attendu, le sauveur, le leader providentiel comme des sectateurs vénérant leur gourou.

Ils sont les seuls à croire que leur choix politique est parfait et que ceux qui ne souscrivent pas leurs é fantasmagoriques sont des pestiférés et des ennemis à abattre.

Aujourd’hui en France par exemple, vous pourrez lyncher le PS, les Républicains, les centristes, tout le monde sauf ceux promus au rang de sauveurs de la France. Ils sont pour leurs adorateurs les femmes et hommes idoines.

Certains d’entre eux ont beau être dans le collimateur de la justice, ils sont innocents et la justice est pourrie décrètent-ils. Ils me font penser aux sectateurs musulmans qui défendent bec et ongles leur islam en dépit des évidences.

Quand on se veut démocrate on insulte pas les juges. Et quand on est objectif on doit raison garder. Sinon on attend quoi de la justice qu’elle ne fasse pas son travail de justice comme dans les régimes fascistes et totalitaires ? Qu’elle tape sur Sarkozy c’est normal mais qu’elle s’interroge sur l’enrichissement inexpliqué de certains, elle est forcément partiale et inique.

Un tel comportement m’inquiète et ne laisse rien augurer de bon pour les années à venir en France. Il y a un Etat de droit qu’on doit défendre et consolider et pas mettre une femme politique à l’image entachée de plusieurs affaires sur un piédestal comme si elle était une Papesse. Intouchable et infaillible.

Nul n’est au-dessus des lois sauf chez les fascistes.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Salem Ben Ammar
commenter cet article
17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 17:36

Si Allah était responsable il aurait responsabilisé ses créatures plutôt que de les exhorter à répandre la terreur

«Il se peut que vous détestiez quelque chose alors que c’est un bien pour vous. Et il se peut que vous aimiez une chose alors qu’elle vous est néfaste. C’est Allâh qui sait, alors que vous ne savez pas.» (Sourate Al Baqarah verset 216)

Allah sait ce que le musulman ignore. Il te connaît tout de lui. Ses forces et ses faiblesses. Ses attirances et ses répulsions. Ce qu’il lui convient et ne lui convient pas. Il n’a qu’à s’en remettre à lui et le tour est joué. Pas besoin de se creuser les méninges Allah est toujours là à son service. Il n’a rien à regretter puisqu’à Allah l’a accompli pour lui.
Il peut aimer des choses qui sont mal pour lui et ne pas les aimer et qui sont un bien pour lui Il l’a créé pour tout décider pour lui et à sa place. Il n’as pas son mot à dire et discuter des choix d’Allah pour lui.
Il n’a pas de choix du cœur à faire car ce cœur ne peut battre que pour Allah où il y siège comme un roi dans son trône.
Il lui fait faire ce qu’il veut. Il est son chef-marionnettiste.
Allah ne se trompe jamais dans ses choix. il fait toujours les bons choix pour son serviteur.
Un serviteur qui sert un serviteur. Le paradoxe musulman. Si Allah fait tout au lieu et place du musulman pourquoi a t-il besoin d’agir à travers lui ?
N’est-il pas plus judicieux qu’il prenne les choses en main pour s’atteler à la tache et rattraper le retard irrattrapable sur le train de l’humanité non-musulmane. Comme il est omniscient et efficient et capable de prévoir les choses dans des milliards d’années qu’il chausse lui-même son bleu de chauffe et aille au charbon plutôt que d’enseigner à ses hommes la haine du non-musulman ?
Si tout ce que fait le musulman qui exécute au pied de la lettre sa volonté est bénéfique pourquoi ses effets ne se font pas sentir positivement sur la vie du musulman ?
SI Allah a ce don de tout savoir du musulman pourquoi ne l’aide-t-il pas à se corriger et s’améliorer afin de relever les grands défis terrestres ?
C’est trop facile de laisser croire que la vie sur terre est éphémère e que la vraie vie est celle dans l’au-delà. Quand on est incapable de performances on dénigre celles d’autrui pour masquer ses propres échecs.
La vie éternelle est sur terre que l’homme doit préserver et fructifier pour les générations futures.
Au lieu de lui secouer les puces et le mettre en face de ses responsabilités, il en fait un légume humain, dépourvu de volonté propre et de discernement.
Quels choix fait-il pour son serviteur alors que la seule chose que l’on voie depuis 622 est l’effusion du sang humain et la destruction des peuples et des cultures ?
Tous ses choix ne font que plonger l’humanité dans l’horreur et marginaliser les musulmans dans la compétition mondiale.
De quels choix parle-t-il est-ce ceux des actes terroristes en son nom ou l’enlisement indicible des pays musulmans dans la misère et la violence ?
Il ne sait que promettre les pires châtiments à ceux qui ne l’ont pas choisi. Grand mal leur fasse disent ses créatures alors qu’ils sont comme un coq les pattes dans le fumier.
. À quoi ça sert alors de créer l’homme si c’est pour le priver de son libre-arbitre pour le lobotomiser ?
Pourquoi le jugement dernier si tous ses actes et pensées ne sont pas le fruit de sa propre volonté ?
L’homme n’est-il pas celui qui s’enrichit de ses expériences bonnes et mauvaises pour avancer dans la vie ?

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Salem Ben Ammar
commenter cet article
17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 01:39

Si la religion est l’opium des peuples l’islam est leur gaz toxique

Pour ruiner les peuples et les rendre indolents et abêtis islamisez-les. Et ce ne sont pas les pays musulmans et les poches urbaines islamisées en Occident qui pourraient l’infirmer.

Là où l’islam est roi l’homme est un pantin. Aucun pays musulman ne brille pour son apport au bien commun  de l’humanité. La jeunesse n’a pour horizon la migration et le djihad.

Partout où sévit ainsi l’islam, c’est la misère et l’arriérisme qui sont le quotidien des musulmans.  économies des pays de l’OCI . Feu Mohamed Arkoun disait que l’islam est le pire frein au développement qui puisse exister. Il est plus que ça c’est un castrateur des énergies créatrices
Innover est un bida’a, une hérésie car seul Allah crée.

Le pire non seulement cette pseudo divinité n’a jamais rien créé, mais surtout elle a plongé les musulmans dans un état de paralysie mentale indicible. Étouffant en eux l’esprit d’initiative et la curiosité intellectuelle. Voilant leur chemin par des nuages opaques d’interdits rendant la visibilité nulle, obligeant les musulmans de rouler en marche-arrière, ayant ainsi pour seule perspective que mettre les voiles sur les temps passés. Comme s’ils étaient pour eux un antidote à leur profond mal-être de vivre au présent et de se projeter dans le futur. Or, le futur musulman n’est pas un futur sur terre, il est après la mort.

Dans leur représentation du monde seul Allah est capable de dessiner ce que sera la vie sur terre demain. L’homme doit s’en remettre à ses choix qui ne peuvent que lui être bénéfiques, en contrepartie il doit lui faire don de ses biens et de sa personne, oeuvrer pour la gloire de l’islam et jamais pour améliorer les conditions de son existence et offrir un monde meilleur aux générations futures.  Le seul futur est la mort et le seul avenir est de sortir le passé de Mahomet de la naphtaline et remettre au goût du jour des moeurs et un mode de vie qui datent de 14 siècles mais qui sont pour lui la condition sine qua non pour s’assurer un futur éternel dont Mahomet lui a dessiné les contours et un contenu contrastant  avec l’environnement aride, lunaire, désertique, violent et  barbare dans lequel vivaient les Arabes au VII e siècle pour s’attirer vers lui le plus nombre de comparses pour satisfaire son appétit féroce de pouvoir.

Jamais une croyance n’a été autant néfaste au progrès humain comme l’islam.

Ce n’est pas par hasard qu’il a fait d’une pierre un objet fétiche des musulmans symbole de l’inertie et du figisme.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Salem Ben Ammar
commenter cet article
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 05:45

 

Pour ruiner les peuples et les inhiber il faut leur donner l’islam

Pour ruiner les peuples et les rendre indolents et abêtis islamisez-les. Et ce ne sont pas les pays musulmans et les poches urbaines islamisées en Occident qui pourraient l’infirmer.

Là où l’islam est roi l’homme est un pantin. Aucun pays musulman ne brille pour son apport au bien commun  de l’humanité. La jeunesse n’a pour horizon la migration et le djihad.

Partout où sévit ainsi l’islam, c’est la misère et l’arriérisme qui sont le quotidien des musulmans.  économies des pays de l’OCI . Feu Mohamed Arkoun disait que l’islam est le pire frein au développement qui puisse exister. Il est plus que ça c’est un castrateur des énergies créatrices
Innover est un bida’a, une hérésie car seul Allah crée.

Le pire non seulement cette pseudo divinité n’a jamais rien créé, mais surtout elle a plongé les musulmans dans un état de paralysie mentale indicible. Étouffant en eux l’esprit d’initiative et la curiosité intellectuelle. Voilant leur chemin par des nuages opaques d’interdits rendant la visibilité nulle, obligeant les musulmans de rouler en marche-arrière, ayant ainsi pour seule perspective que mettre les voiles sur les temps passés. Comme s’ils étaient pour eux un antidote à leur profond mal-être de vivre au présent et de se projeter dans le futur. Or, le futur musulman n’est pas un futur sur terre, il est après la mort.

Dans leur représentation du monde seul Allah est capable de dessiner ce que sera la vie sur terre demain. L’homme doit s’en remettre à ses choix qui ne peuvent que lui être bénéfiques, en contrepartie il doit lui faire don de ses biens et de sa personne, oeuvrer pour la gloire de l’islam et jamais pour améliorer les conditions de son existence et offrir un monde meilleur aux générations futures.  Le seul futur est la mort et le seul avenir est de sortir le passé de Mahomet de la naphtaline et remettre au goût du jour des moeurs et un mode de vie qui datent de 14 siècles mais qui sont pour lui la condition sine qua non pour s’assurer un futur éternel dont Mahomet lui a dessiné les contours et un contenu contrastant  avec l’environnement aride, lunaire, désertique, violent et  barbare dans lequel vivaient les Arabes au VII e siècle pour s’attirer vers lui le plus nombre de comparses pour satisfaire son appétit féroce de pouvoir.

Jamais une croyance n’a été autant néfaste au progrès humain comme l’islam.

Ce n’est pas par hasard qu’il a fait d’une pierre un objet fétiche des musulmans symbole de l’inertie et du figisme.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Salem Ben Ammar
commenter cet article
12 juillet 2017 3 12 /07 /juillet /2017 06:34

Le problème du FN est moins l’IVG que le fait que la loi a été portée par Simone Veil la juive

 

Même morte Simone Veil continue à donner de l’urticaire au FN à la rancœur tenace. Une extrême droite rendant hommage à Simone Veil est comme un crocodile qui verse une larme sur sa proie.

Le FN a toujours eu la haine tenace de Simone Veil et ce ne sont pas les civilités a minima de Marine Le Pen qui avait boycotté la cérémonie d’hommage national aux Invalides qui vont l’effacer d’un seul trait de plume.

Elle était leur ennemie viscérale. La cible à abattre, la voix à étouffer. N’hésitant pas à faire des démonstration de force à ses meetings politiques comme celui de la rue Lepic dans le Nord de Paris en 1979  avec  Jean-Marie Le Pen comme chef de meute auquel elle avait assené courageusement et calmement une vérité qui devrait lui être restée comme une arête à travers la gorge : « J’ai survécu à pire que vous. Vous n’êtes que des petits pieds SS.

http://reunion.orange.fr/video/actu/vous-ne-me-faites-pas-peur-j-ai-survecu-a-pire-que-vous-quand-simone.html

L’objet de toutes les inimitiés du FN, leur souffre-douleur qu’il aurait certainement pas aimé qu’elle existe comme en témoignent les teneurs non plus des propos antisémites et racistes du député européen et cinéaste-collaborationniste et négationniste notoire Claude Autant Lara en 1989 « qui regrettait que les nazis l’avait ratée »  .

http://www.ina.fr//video/CAB89036977

Qu’un petit élu d’opérette fâché avec l’orthographe  vienne jouer à l’inquisiteur-profanateur de sa mémoire dans un tweet infâme, l’accusant d’avoir engendré par sa loi des millions de morts,  cela n’a rien d’une polémique, puisqu’il n’y a aucun sujet de controverse susceptible de faire débat, il s’inscrit dans la culture antisémite historique de ce parti et son aversion de Simone Veil.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/loire-atlantique/nantes-metropole/nantes/mort-simone-veil-tweet-polemique-elu-fn-samuel-pottier-1289563.html

Simone Veil n’est pas responsable de la mort de plusieurs millions de Français à cause de sa loi sur l’IVG, elle n’avait tué personne. Elle avait surtout sauvé la vie des millions de femmes livrées à des charcutiers-avorteurs. Elle avait permis aux femmes de choisir leur grossesse dans la dignité et le respect de leur intégrité physique et dignité humaine.

En quoi l’IVG qui avait dépénalisé l’avortement et avait empêché les Françaises d’avoir des enfants selon leurs désirs ?

L’ IVG ne signifiait pas par conséquent interdiction de procréer. Décider de sa grossesse ne veut pas dire refus de maternité. Le problème de cet élu aux idées notoirement nazillonnes c’est moins l’IVG en tant que telle qui serait intéressant de savoir si lui-même n’avait pas incité une partenaire à y recourir que l’origine juive de Mme Veil.

Le FN n’en a pas fini avec ses vieux démons antisémites et négationnistes. Si cette loi était portée par une personne plus à son goût, il n’aurait peut-être pas craché son venin haineux sur Simone Veil. L’IVG n’est pas synonyme de dénatalité.

L’IVG n’est pas un complot contre la France, il est l’expression des luttes des femmes pour disposer pleinement de leur vie.

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Salem Ben Ammar
commenter cet article

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée