Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Thérèse Zrihen-Dvir

Regard d'un écrivain sur le Monde

25 septembre 2017 1 25 /09 /septembre /2017 09:40

Juste incroyable : c'est 11.000 enfants qui ne sont pas retrouvés chaque année en France

Publié par wikistrike.com sur 24 Septembre 2017, 20:19pm

Catégories : #Social - Société

Juste incroyable : c'est 11.000 enfants qui ne sont pas retrouvés chaque année en France

Journée internationale des enfants disparus : 5 disparitions par heure en France Chaque année dans l'hexagone 49.000 enfants disparaissent. Le 25 mai, la journée internationale des enfants disparus met en avant la lutte des parents. 

49.000 enfants disparaissent chaque année en France. Un chiffre effrayant, bien que la grande majorité des enfants sont retrouvés après des fugues brèves. Mais 11.000 restent introuvables d'une année sur l'autre. Ce jeudi 25 mai, pour le journée internationale des enfants disparus, un puzzle avec les photos d'enfants disparus était assemblé place de la République à Paris, par des parents dont les enfants sont portés disparus. 

Lucas, Sharazed, Habib, Marion... Leurs parents ne cessent d'espérer leur retour. "On est très mal, on culpabilise forcément", raconte Margarette qui pose le portrait d'Ophélie, sa fille disparue depuis le 30 avril 2016. Une autre maman, Nathalie, la réconforte. Elle aussi est venue, comme elle le fait chaque année. "C'est un symbole d'union parce qu'un puzzle ça se reconstitue", rappelle celle dont le fils Mathis a disparu il y a 6 ans. 

Sous l'égide du Centre français de protection de l'enfance, ces parents viennent trouver du réconfort et garder l'espoir. Pour toutes les personnes dans le même cas ou en cas d'information, le 116 000 est un numéro disponible 24h sur 24h. Car chaque heure, 5 enfants disparaissent en France.

 

Source

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Wikistrike
commenter cet article
23 septembre 2017 6 23 /09 /septembre /2017 18:19

Israël a attaqué Damas

Publié par wikistrike.com sur 22 Septembre 2017, 09:48am

Catégories : #Politique internationale

 Israël a attaqué Damas

Deux roquettes ont frappé vendredi l'aéroport de Damas, annonce la chaîne de télévision libanaise al-Mayadeen supposant que l’attaque aurait pu être menée par des avions de combat israéliens.

L'aéroport de Damas a été frappé par deux roquettes lors d'une attaque lancée depuis un pays étranger, a déclaré la chaîne libanaise al-Mayadeen. 

Le média suppose que la frappe aurait pu être réalisée par des avions de combat israéliens.

Pour le moment, la chaîne ne fournit aucun autre détail sur l'incident.    

Une porte-parole de l'armée israélienne a refusé de commenter l'incident. «Nous ne répondons pas à de tels rapports», a-t-elle lancé, citée par Reuters.

Plus tôt, l'armée syrienne a signalé une attaque aérienne israélienne contre un site militaire dans la province de Hama.

Israël a déclaré avoir frappé des convois de l'armée syrienne et du groupe Hezbollah, soutenu par l'Iran, près de 100 fois au cours des cinq dernières années, signale Reuters.

Lors du conflit syrien, l'Iran et ses alliés, dont le mouvement chiite du Hezbollah, soutiennent le Président Bachar el-Assad. Les autorités de l'État israélien qualifient l'Iran de «menace numéro un» du fait de son programme nu

cléaire, de la rhétorique hostile de ses dirigeants et du soutien de forces anti-israéliennes partout dans le monde entier.

Israël, tout en déclarant sa non-ingérence dans le conflit en Syrie, reconnaît néanmoins avoir mené des dizaines d'opérations dans le pays voisin afin de riposter aux tirs visant son territoire ou aux tentatives d'acheminement d'armes modernes aux combattants du Hezbollah.

 

Lu ici

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Wikistrike
commenter cet article
19 septembre 2017 2 19 /09 /septembre /2017 04:58

Un physicien écrit le pire scénario probable du futur de la civilisation humaine

Publié par wikistrike.com sur 18 Septembre 2017, 14:56pm

Catégories : #Science - technologie - web - recherche

Un physicien écrit le pire scénario probable du futur de la civilisation humaine

Qui ne s’est pas demandé au moins une fois dans sa vie comment disparaîtrait l’humanité ou quelle était la plus grande menace pour l’espèce humaine? Max Tegmark, spécialiste de physique théorique et cosmologue, décrit le scénario le plus probable à ses yeux du futur de la civilisation humaine.

Max Tegmark, spécialiste de physique théorique à l'Institut de technologie de Massachusetts (MIT — États-Unis), a établi le pire scénario probable du futur de la civilisation humaine. Il a l'a résumé dans une interview accordée au magazine IEEE Spectrum à l'occasion de la sortie de son dernier livre, Life 3.0.

Ainsi, l'intelligence artificielle privée de conscience représente le plus grand danger pour les habitants de la Terre, d'après le scientifique.

«Quand je parle de conscience, j'ai en vue une expérience subjective: il se sent comme une sorte de moi», a expliqué le scientifique.

D'après lui, l'étude de l'intelligence artificielle ignore souvent le problème de la conscience, notamment, de la différence entre les systèmes du traitement conscient et inconscient de l'information, propres respectivement à la nature animée et inanimée.

«Si nous élevons les enfants pour qu'ils poursuivent les rêves que nous n'avons pas su transformer en réalité, nous pouvons être fiers d'eux, même si nous n'existons plus. Mais si, au lieu de ça, nous élevons un nouvel Adolf Hitler, qui détruira tout ce qui est important pour nous, cela ne nous rendra pas enthousiastes».

En outre, Max Tegmark ne soutient pas «le chauvinisme du carbone» et croit que la vie peut se développer, notamment, sur la base du silicium. L'expert estime que l'intelligence et la conscience peuvent être décrites par des équations.

Le physicien partage le point de vue de Freeman Dayson, également spécialiste de physique théorique, qui conçoit que dans le futur l'homme pourra sérieusement influencer l'Univers. Il n'est par ailleurs pas d'accord avec la position du lauréat du Prix Nobel de physique 1979, l'Américain Steven Weinberg, grand spécialiste de la théorie quantique des champs, d'après qui «plus nous comprenons l'Univers, plus il nous paraît vide de sens». Max Tegmark appelle à réfléchir sur le futur de l'humanité lié à l'intelligence artificielle.

 

Source

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Wikistrike
commenter cet article
16 septembre 2017 6 16 /09 /septembre /2017 17:44

Susan Rice admet avoir fait espionner Donald Trump

Publié par wikistrike.com sur 16 Septembre 2017, 10:55am

Catégories : #Politique internationale

Susan Rice admet avoir fait espionner Donald Trump

L'ancienne conseillère nationale de Sécurité, Susan Rice, a admis devant le Commission du Renseignement de la Chambre des représentants avoir fait espionner Donald Trump et son équipe, à la Tour Trump de New York, durant la période transition. Elle a également admis avoir fait supprimer les noms de Donald Trump, de Jared Kuschner, de Michael Flynn et de Steve Bannon des compte rendus d’écoutes.

Madame Rice a assuré qu’elle ne cherchait pas à connaître les secrets de l’équipe Trump, mais à travers le contenu d’un entretien que le président élu devait accordé au prince héritier d’Abu Dhabi, à connaître les intentions des Émirats arabes unis.

Jusqu’à présent, Susan Rice avait toujours nié avoir fait espionner Donald Trump et son équipe, non seulement pendant la période de transition, mais également avant son élection. Le président Trump, qui avait plusieurs fois dénoncé les écoutes illégales que l’administration Obama avait exercé contre lui avait été qualifié d’affabulateur par la presse états-unienne.

Le président Richard Nixon avait été contraint à la démission pour avoir fait espionner le quartier général électoral du Parti démocrate. Cependant, dans le cas de Susan Rice, les parlementaires n’ont pas « acquis la conviction » (sic) qu’elle avait commis un crime fédéral et avait tenté de le masquer.

Au contraire, l’équipe du président Obama présente les écoutes ordonnées par Susan Rice comme légitimes dans le cadre de l’enquête sur de possibles ingérences russes. En effet, les Émirats arabes unis ont organisé par ailleurs, au même moment aux Seychelles, une rencontre entre un proche du président Poutine et Erik Prince (ancien directeur de Blackwater, conseiller militaire des Émirats, et frère de l’actuelle secrétaire à l’Éducation Betsy DeVos).

 

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Wikistrike
commenter cet article
13 septembre 2017 3 13 /09 /septembre /2017 06:53

Les tricheurs de la science

Publié par wikistrike.com sur 13 Septembre 2017, 06:51am

Catégories : #Science - technologie - web - recherche

Les tricheurs de la science
Ils devraient être des modèles de rigueur. Ils ont plutôt truqué leurs résultats, détourné des fonds, menti ou volé des écrits. Depuis cinq ans, près d'une centaine de scientifiques canadiens ont été punis pour malhonnêteté, révèlent des données obtenues par La Presse. Et ils sont de plus en plus nombreux à se faire prendre.
 
De plus en plus de tricheurs démasqués
 
Dans chaque bureau de l'hôpital d'Ottawa, les révélations du Dr Paul Hébert déclenchaient un séisme. Le spécialiste des soins intensifs était lui-même sidéré. Et enragé par ce que la responsable de son programme de recherche venait de découvrir.
 
« Une professionnelle de la santé fraudait, elle fabriquait des données de recherche ! », confie le chercheur, aujourd'hui chef du département de médecine au Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) et auteur de travaux qui ont transformé la pratique de la transfusion sanguine.
 
Dans le cadre de l'étude qu'il faisait à l'époque, l'employée tricheuse devait absolument prélever le sang de patients à des moments précis pour qu'on mesure l'effet d'un traitement. Mais au lieu de remplir sa mission le samedi, comme il le fallait, elle ne s'est jamais présentée à l'hôpital. De retour le lundi, elle a recueilli le sang en douce et écrit la mauvaise date sur les fioles, en espérant brouiller les pistes. Mais ses collègues surveillaient le réfrigérateur.
 
«On l'a congédiée, mais à l'hôpital, la crise a duré des semaines. Elle a failli ruiner l'étude», explique le Dr Hébert. Quinze ans plus tard, il se souvient de tout. Entre deux nuits d'insomnie, il a alerté les organisations concernées et repris la collecte de données auprès de 40 patients. Une somme de travail colossale, qui s'est étendue sur un an et lui a coûté 100 000 $. L'étude a ainsi pu être publiée dans une revue prestigieuse. Mais cela n'empêche pas le spécialiste de frémir en pensant à ce qui aurait pu se produire. « Découvrir la fraude seulement après la publication, ç'aurait été un désastre... »
 
Il n'en avait encore jamais parlé publiquement.
 
Des désastres, le médecin sait bien que d'autres universités en connaissent, y compris au Canada, où est survenu l'un des pires scandales. Du fond de l'Université Memorial, à Terre-Neuve-et-Labrador, le chercheur Ranjit Chandra est devenu une vedette mondiale en publiant des études sur des multivitamines miracles et d'autres au sujet de 700 bébés n'ayant finalement jamais existé. Il les inventait et recopiait des séries de chiffres d'une étude à l'autre.
 
L'université a enterré l'affaire pendant 12 ans, ignorant de nombreux dénonciateurs et laissant son professeur empocher une fortune  - jusqu'à ce qu'il quitte le Canada en douce, en 2002. À la même époque, le chercheur James Xu est entré dans un laboratoire albertain en pleine nuit pour ajouter une substance dans les éprouvettes, afin que les expériences de son équipe semblent concluantes.
 
Plus de fraudeurs démasqués
 
Combien de délinquants sévissent encore au Canada ? Ces cinq dernières années, les universités du pays ont transmis aux autorités fédérales des rapports d'enquête concernant 192 chercheurs, dont 83 ont été jugés malhonnêtes, révèlent de nouvelles données obtenues par La Presse. Leur analyse montre que le nombre de chercheurs sanctionnés annuellement a augmenté de 54 % au cours de cette période.
 
Treize d'entre eux avaient fabriqué, falsifié ou détruit des données. Les autres avaient menti dans leurs demandes de subvention, détourné des fonds publics, plagié ou bâclé leur travail (détails ci-contre).
 
Peu de cas rendus publics
 
À Toronto, Sophie Jamal a berné une très prestigieuse revue médicale. L'endocrinologue avait altéré sa base de données pour faire croire que le fait d'appliquer un onguent avait fait augmenter la densité osseuse de ses patientes à risque d'ostéoporose. Elle a donc perdu son emploi l'an dernier, et perdu à jamais le droit de demander des subventions fédérales. En 2013, les Américains ont révélé qu'un pathologiste prometteur de l'Université Western Ontario (Hao Wang) avait faussement rapporté avoir réussi une greffe de rein sur deux singes.
 
La même année, l'Université McGill a obtenu gain de cause contre l'un de ses chercheurs les plus connus - et les plus subventionnés -, Avi Chaudhuri. Le professeur de psychologie avait menti au sujet de 14 voyages en Inde, prétendant s'y rendre pour faire ses recherches, alors qu'il y faisait plutôt rouler une entreprise lui appartenant. Il a été congédié.
 
De leurs propres aveux, plusieurs scientifiques ne se font jamais prendre. Environ 2% des chercheurs sondés lors d'enquêtes scientifiques admettent avoir déjà falsifié ou fabriqué des données. Et 9% avouent avoir déjà adopté d'autres pratiques discutables. Les scientifiques détestent parler de ces dérives en public, par crainte que la population n'oublie que 90 % d'entre eux sont rigoureux et honnêtes, et ne condamne injustement la science dans son ensemble.
 
En privé, par contre, « il y a un besoin criant de se défouler, vous n'avez pas idée ! », constate le professeur Bryn Williams-Jones, qui dirige les programmes de bioéthique à l'UdeM et collabore à une enquête internationale lancée par son ancienne étudiante, Élise Smith. Le sondage portait sur la signature des études savantes, mais les participants en avaient long à dénoncer. « Ils nous parlent d'abus, de manipulations de données, de harcèlement, de conflit d'intérêts... énumère le bioéthicien. Leurs témoignages font déjà 300 pages ! »
 
Influence mortelle
 
« Le manque d'intégrité, c'est hyper dangereux ; les décideurs se basent sur des données scientifiques de toutes sortes dans leur travail », prévient le professeur Williams-Jones. En santé, il suffit d'un seul délinquant pour causer « d'immenses dégâts », car des millions de médecins se fient aux études pour traiter leurs patients, précise le Dr Hébert.
 
« La recherche clinique frauduleuse ou mal menée peut tuer. »
 
Des chercheurs ont accusé deux scientifiques européens d'avoir eu ce genre d'influence mortelle. Le premier (l'anesthésiste Joachim Boldt) prônait l'emploi d'un soluté controversé pour réanimer les patients en insuffisance circulatoire. Le second (le cardiologue Don Poldermans), celui de bêtabloquants lors d'opérations à haut risque. Ces deux pratiques tuaient probablement beaucoup plus de gens qu'elles n'en sauvaient, a-t-on compris trop tard - après avoir découvert, il y a quelques années, que chacun des deux hommes avait publié des données fictives ayant brouillé les cartes.
 
Des jeunes sont également morts après avoir attrapé la rougeole, parce que leurs parents avaient lu que les faire vacciner risquait de les rendre autistes. Dans sa pseudo-étude portant sur 12 enfants, l'ex-médecin britannique Andrew Wafefield [ces faits restent discutables] avait pourtant déformé le contenu de chaque dossier médical, sans exception. Et caché le fait qu'un avocat lui avait versé plus de 700 000 $ après lui avoir commandé l'étude pour justifier le dépôt de poursuites judiciaires contre les fabricants de vaccins.
Des millions gaspillés
 
Chaque année, les scientifiques malhonnêtes privent la société de millions de dollars. « En fraudant, tu gaspilles tes propres fonds de recherche et tu amènes plein d'autres scientifiques à suivre de fausses pistes avec les leurs, dénonce le Dr Hébert. Ça mobilise des ressources rares en pure perte, alors qu'elles auraient pu permettre de vrais progrès. » Les agences canadiennes tentent de réduire les dégâts en exigeant que les délinquants remboursent les fonds mal utilisés. En cinq ans et demi, elles ont ainsi récupéré près de 0,9 million, soit 80 % des sommes réclamées (et l'équivalent de 0,038 % de leur budget annuel de 2,38 milliards).
 
 
 
Quarante-deux chercheurs se sont par ailleurs retrouvés sur une « liste noire » qui les empêchent de recevoir des subventions - dont sept pour toujours.
D'année en année, le nombre de délinquants sanctionnés augmente. « On accepte maintenant de recevoir les allégations anonymes, précise Susan Zimmerman, directrice du Secrétariat pour la conduite responsable de la recherche, qui assiste les agences subventionnaires. On essaie de faciliter les choses pour encourager les gens à parler. » Cas de plagiat, de falsification ou de fabrication sanctionnés de 2012 à 2017 . 39 par le Secrétariat pour le conduite responsable de la recherche (Canada) :
92 par la National Science Foundation (EU)
54 par l'Office for Research Intergrity (EU)
Un premier bilan détaillé
 
Dès qu'un scientifique soutenu par des fonds fédéraux est soupçonné d'inconduite, les universités sont tenues d'alerter le Groupe et le Secrétariat pour la conduite responsable de la recherche. Elles doivent ensuite leur transmettre leurs rapports d'enquête. C'est la règle depuis décembre 2011, les trois agences subventionnaires fédérales s'étant alors dotées d'une politique commune - une innovation notamment motivée par le scandale survenu à l'Université Memorial. Le Secrétariat aide les agences à faire appliquer les règles et compile les statistiques rapportées dans ce reportage. C'est la toute première fois qu'il livre un bilan détaillé des manquements et des sanctions enregistrées depuis sa création. L'an dernier, les trois agences fédérales ont soutenu 36 000 chercheurs.
Pourquoi frauder ?
Qu'est-ce qui pousse des scientifiques -  censés chercher la vérité - à frauder ? Voici ce qu'ont répondu les principaux intéressés.
 
La compétition féroce
 
« Dans la position académique que j'occupais, ton estime de toi dépend des subventions obtenues. [...] J'étais sur un tapis roulant et je ne pouvais pas descendre », a déclaré le chercheur en obésité Eric Poehlman lors de son procès criminel couvert par le New York Times. Sans fonds, un chercheur ne peut ni faire rouler son labo, ni publier, ni être promu. « Et comme les athlètes qui se dopent, certains pensent qu'ils ne peuvent pas réussir sans tricher », analyse l'éthicien Bryn Williams-Jones, de l'Université de Montréal. « Trop de structures encouragent les comportements nocifs. Des taux de réussite de 12 % lors des demandes de subvention, ça crée une compétition hallucinante, qui favorise les manquements. »
 
La vanité
 
« Ce sont la vanité et l'autoglorification qui l'ont motivé. C'était un expert mondial, qui voyageait en première classe pour donner des conférences à travers le monde. » L'éditeur scientifique Steven Shafer a expliqué de cette façon pourquoi l'anesthésiste allemand Joachim Boldt, a pu publier 94 études frauduleuses.
 
Besoin de pouvoir, d'admiration, arrogance... Dans les sphères hautement compétitives, ces traits narcissiques sont fréquents, d'après la diplômée en psychologie légale Cristy McGoff, que le site RetractionWatch a interrogée au sujet des cas gérés dans son université américaine. « Se percevoir comme étant respecté et omniscient peut amener quelqu'un à pousser le bouchon. »
La maladie
 
« Certains de ses comportements étaient si illogiques et outrageux qu'il est évident qu'il n'était pas capable de penser rationnellement à l'époque. »
 
D'après son avocat, c'est la maladie qui a poussé Scott Reuben à frauder. Des épisodes de manie lui ont permis d'abattre un travail insensé, jusqu'à ce qu'il ne parvienne plus à remplir ses engagements et commence à avoir recours à son imagination. Avide d'attention et devenu inconscient des risques, l'anesthésiste a prétendu avoir enrôlé 200 patients ayant subi un remplacement du genou, alors que son hôpital effectuait très peu d'opérations du genre. À l'époque du procès, il avait tout perdu - sa femme, son permis de médecin, sa fortune - et emménagé chez ses parents.
 
La pente glissante
 
« Il a commencé à tricher un peu, et la tromperie est devenue totalement incontrôlée. » Voici comment le chercheur norvégien Jon Sudbø a fini par inventer 908 patients, selon ce qu'a déclaré son avocat à l'époque. « Le premier pas sur le chemin de la fraude est probablement franchi en raison d'une peur égoïste », explique la psychologue Jennifer Crocker dans la revue Nature. Tout commence par la crainte d'être mal vu ou « de ne pas obtenir le poste, la subvention ou le prix convoités ». Mais le chercheur se sent mal d'avoir triché et rationalise son geste pour se revaloriser, ce qui rend le prochain pas facile à franchir.
L'obsession des résultats
 
« Il vaut mieux publier des résultats positifs pour [sa] carrière. C'est de ça qu'il s'agit : gravir les échelons. » Le lanceur d'alarme Peter Wilmshurst a raconté au quotidien Der Spiegel que ses confrères peu scrupuleux ne se font pas prier pour faire des cachettes. « De nos jours, les journaux et les organismes subventionnaires veulent des résultats positifs », observe le professeur Vincent Larivière, qui détient la Chaire sur les transformations de la communication savante. « Certains chercheurs vont donc prendre quelques libertés pour obtenir des résultats plus frappants, afin de publier plus facilement dans des journaux mieux cotés et d'être plus cités. C'est bien plus répandu que la fraude. »
L'insécurité extrême
 
Le professeur de psychologie néerlandais Diederik Stapel, doyen de sa faculté, a inventé les résultats d'innombrables expériences jamais faites. Dans le récit autobiographique de sa chute, publié en 2012, il raconte combien la difficulté d'être publié l'angoissait et évoque son insécurité extrême. « Marquer des points te fait applaudir et un pointage élevé te fait applaudir très fort. Et les forts applaudissements sont formidables, parce qu'ils noient tes doutes au sujet de la valeur de ce que tu fais et de qui tu es. » « Comme un alcoolique ou un héroïnomane, j'ai commencé à utiliser ma dépendance pour tout régler : mauvais résultats, longue périodes sans trouver un effet ou sans publier. »
L'argent
 
« L'argent est un incitatif très fort, c'est la nature humaine... » Selon l'éthicien Bryn Williams-Jones, l'appât du gain a vraisemblablement motivé plusieurs fraudes scientifiques. Au Canada, Ranjit Chandra a inventé ses travaux au sujet de vitamines de sa fabrication, censées repousser la démence. D'après la preuve déposée lors de sa poursuite en diffamation contre CBC, il espérait réaliser des ventes de 125 millions.
 
Après avoir fui en Inde en 2002, l'allergologue est revenu pratiquer la médecine dans la grande région de Toronto. La police a affirmé l'an dernier qu'il en a profité pour frauder la régie de l'assurance maladie ontarienne, avant de repartir en Inde.
 
Les justiciers de la science
 
Excédés de voir leur réputation ternie, des scientifiques s'efforcent de démasquer leurs confrères malhonnêtes et de nettoyer la littérature savante. Voici leurs méthodes - si efficaces qu'elles font exploser le nombre d'études discréditées et rayées de la carte.
 
Mauvais menteurs
 
Des invraisemblances grossières provoquent parfois la chute de stars de la recherche. Le Norvégien Jon Sudbø avait attribué la même date de naissance à 250 des 908 cancéreux qu'il avait inventés. Et il a prétendu les avoir trouvés dans une base de données qui n'existait pas encore.
 
Le Canadien Ranjit Chandra a, quant à lui, attribué des scores cognitifs si faibles à ses sujets (censément normaux, mais fictifs) qu'ils semblaient atteints d'un retard mental. D'autres ont recyclé des séries de chiffres d'une étude à l'autre (dont Chandra et le professeur de psychologie néerlandais Diederik Stapel). Ou rapporté avoir réalisé un sondage en science politique si complexe (l'étudiant américain Michael LaCour) qu'un autre étudiant désireux de reproduire l'expérience a découvert que cela nécessitait un budget insensé.

Lire la suite:
Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Wikistrike
commenter cet article
5 septembre 2017 2 05 /09 /septembre /2017 11:01

Washington se prépare à une guerre nucléaire en Europe

Publié par wikistrike.com sur 5 Septembre 2017, 06:55am

Catégories : #Politique internationale

Washington se prépare à une guerre nucléaire en Europe

Au milieu des tensions militaires et diplomatiques entre les États-Unis et la Russie, le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung a rapporté vendredi que le Congrès américain a fait les premiers pas vers l’annulation par Washington du Traité sur les forces nucléaires de portée intermédiaire (FNI).

Le traité FNI, ou le Traité de Washington sur les systèmes nucléaires de portée moyenne, est un accord bilatéral entre les États-Unis et l’Union Soviétique sur le déclassement de missiles de courte et moyenne portée (avec une fourchette comprise entre 500 et 5500 miles, soit 805 et 8130 km) et l’interdiction de leur production.

Le traité, signé le 8 décembre 1987 par le président américain Ronald Reagan et le dirigeant soviétique Mikhail Gorbatchev, a entraîné une réduction notable des armes nucléaires américaines en Europe. Il avait retiré les missiles nucléaires Pershing II à portée moyenne, dont le stationnement en Europe occidentale cinq ans plus tôt avait déclenché les plus grandes manifestations pacifistes à ce point dans l’histoire.

Le danger maintenant est que « Les États-Unis vont construire de nouveaux missiles et les stationner en Europe », a averti le Süddeutsche Zeitung. Un changement majeur serait mis en « mouvement » et l’Europe serait « au bord d’une nouvelle ère nucléaire […] les missiles nucléaires de portée moyenne étaient l’horreur de la guerre froide […] trente ans après, le spectre est revenu. »

La raison de la fin potentielle du traité, selon le journal, est le « gel profond » des relations américano-russes et les annonces des deux côtés des intentions de « moderniser de manière exhaustive leurs arsenaux nucléaires ».

De manière caractéristique, ces informations explosives de la presse allemande ont été totalement ignorées par les journaux et les émissions télévisées américaines.

Cet article intervient au milieu d’une campagne hystérique menée par les États-Unis et l’OTAN à propos des exercices militaires prévus par l’armée russe dans l’ouest de la Russie, la Biélorussie et l’enclave russe de Kaliningrad plus tard ce mois-ci. Washington et ses alliés ont suggéré qu’ils pourraient être utilisés comme « Cheval de Troie » pour prépositionner des stocks d’armes et préparer une invasion des États baltes.

Le Pentagone a déployé sept chasseurs F-15C américains sur une base en Lituanie et 600 soldats d’une unité aéroportée américaine dans les Pays baltes en anticipation de ces manœuvres.

Ce renforcement militaire a été mené conjointement à une importante provocation diplomatique aux États-Unis : l’administration Trump a réagi contre l’expulsion par la Russie du personnel de l’ambassade des États-Unis en Russie (qui était elle-même une riposte aux expulsions précédentes de Russes par les États-Unis) en ordonnant la fermeture de trois locaux diplomatiques russes à Washington, à New York et à San Francisco. Selon Moscou, l’action, accompagnée de fouilles du consulat de San Francisco et des résidences du personnel diplomatique russe, constituait une violation du droit international.

La friction de plus en plus dangereuse entre les deux plus grandes puissances nucléaires du monde se déroule dans le contexte de risques de guerre croissants à l’échelle internationale, en particulier dans la péninsule coréenne. Le président russe Vladimir Poutine a averti vendredi que le face à face de plus en plus belliqueux entre les États-Unis et la Corée du Nord faisait que la région « est au bord d’un conflit à grande échelle ».

C’est dans ce contexte que les menaces d’une escalade de la stratégie de la corde raide nucléaire sur le continent européen dont il est fait état constituent un danger aussi imminent.

Un document de l’OTAN classé secret qui a été obtenu par un groupe de recherche regroupant le Süddeutsche Zeitung et des radios régionales publiques, NDR et WDR, contient 39 propositions sur la façon dont l’OTAN peut agir contre la Russie. Selon les diplomates, des « consultations officielles au sein de l’OTAN » pourraient avoir lieu à l’automne à l’initiative des États-Unis. Le document était « un compendium de toutes les options disponibles » soigneusement « divisé en les catégories “concevable”, “actuellement à éviter” et “non recommandé” ».

Même les plus d’une douzaine d’options « concevables », que l’OTAN estime compatibles avec l’accord FNI, « exacerberaient les relations déjà tendues », selon le Süddeutsche Zeitung. Les propositions incluent « une rotation accrue des bombardiers B-2 et B-52 des États-Unis vers l’Europe », une « expansion des systèmes d’alerte précoce et de la défense de missiles ou de sous-marins » et le renforcement des « infrastructures militaires et civiles contre les attaques ». La préparation et la capacité d’une frappe de représailles nucléaire, la « signalisation nucléaire » est perçue comme « concevable ».

Deux propositions sont particulièrement provocantes : « étendre la planification dite de ciblage nucléaire – c’est-à-dire identifier et confirmer les cibles pour les armes nucléaires » et « accroître la préparation opérationnelle de ces bases aériennes qui largueraient ces bombes en cas de guerre ». Sur ce point, « l’OTAN conseille également la prudence », a souligné le Süddeutsche. La confirmation des cibles, c’est-à-dire la préparation concrète d’une agression nucléaire, pourrait rapidement provoquer une guerre nucléaire avec la Russie, ce qui pourrait être la fin de l’humanité.

Selon le Süddeutsche Zeitung, si les États-Unis abandonnent le traité FNI, « des mesures qui se trouvent actuellement dans la catégorie « pas souhaitable » [seraient] concevables : la construction, les essais et le stationnement d’une nouvelle classe de missiles – une nouvelle étape dans une nouvelle Guerre froide. »

La classe dirigeante allemande est extrêmement préoccupée par la marche à la guerre de plus en plus agressive de Washington contre la Russie. Le ministre des affaires étrangères, Sigmar Gabriel, (social-démocrates, SPD) a mis en garde lors d’un entretien jeudi contre « la répétition des pires erreurs de la guerre froide ». Nous sommes en route pour une guerre froide 2.0. Tous les bons traités sur le désarmement et le contrôle des armes entre Gorbatchev et Reagan sont en grand danger. L’Europe est de nouveau menacée de devenir un terrain militaire d’entraînement pour les armes nucléaires. »

Il a poursuivi : « Le fait que Mme Merkel garde le silence à ce sujet est une faute. L’Allemagne, de tous les pays, doit élever sa voix contre cela. Nous devons rester une puissance pour la paix et nous opposer à une course incontrôlée à l’armement. Dans ce contexte, j’ai trouvé correcte la déclaration de Martin Schulz [candidat chancelier du SPD] selon laquelle nous devons nous concentrer sur la libération de notre pays des armes nucléaires. »

Schulz et Gabriel sont au milieu d’une campagne électorale et savent bien que la grande majorité de la population allemande – comme celle du reste de la planète – s’oppose au réarmement et à la guerre et approuverait le retrait des armes nucléaires américaines encore stationnées en Allemagne.

Ces deux politiciens sociaux-démocrates ne sont en aucun cas attachés à la paix, ce sont des représentants de premier plan de l’impérialisme allemand. Ils s’opposent aux plans américains de réarmement nucléaire parce qu’un retour aux conditions de la guerre froide mettrait en danger les plans de l’Allemagne de devenir une puissance mondiale et augmenterait la dépendance de Berlin à l’égard des États-Unis. Cela compromettrait les intérêts économiques et géopolitiques de l’Allemagne, qui sont toujours plus en contradiction avec ceux de Washington.

En juillet, Gabriel a fortement critiqué les dernières sanctions américaines contre la Russie. Bien que l’Europe et les États-Unis aient « conjointement et en étroite consultation répondu à l’annexion illégale de la Crimée par la Russie et aux actions de la Russie dans l’est de l’Ukraine », « il n’était pas possible d’accepter » la menace de sanctions extraterritoriales illégales contre les entreprises européennes participant à l’expansion des approvisionnements énergétiques européens ! » L’approvisionnement en énergie en Europe était « une affaire européenne et non une [affaire] des États-Unis d’Amérique ! »

À la suite des dernières menaces des États-Unis, les sociaux-démocrates ont ouvert la voie pour tenter de transformer en soutien au militarisme allemand l’opposition généralisée à la politique de droite et militariste de Donald Trump. Quand on lui a demandé s’il pensait que « la peur de beaucoup d’Allemands selon laquelle Trump pourrait réagir de manière excessive et inciter à une guerre est justifiée », Gabriel a déclaré : « Je crains que les États-Unis ne soient perdus à jamais pour l’Ouest. Certaines personnes autour de Donald Trump veulent remplacer l’État de droit par la loi du plus fort. Nous devons nous affirmer contre cela. »

Des documents publiés par des groupes de réflexion et les principaux partis politiques donnent une idée des méthodes que l’impérialisme allemand entend utiliser pour « affirmer » ses intérêts. Dans les « Principes pour une politique de sécurité et de défense social-démocrate », le SPD écrit : « Pour être à la hauteur de la demande accrue de déploiements internationaux pour intervenir dans les crises, la cyberdéfense et la défense de notre propre population, nous avons besoin d’une armée moderne capable d’action. Nous avons besoin d’une armée dans laquelle […] les troupes capables de se déployer soient prêtes pour des situations de crise. Pour cela, nous devons mieux équiper l’armée avec du personnel et du matériel. »

Le Sozialistische Gleichheitspartei (SGP) est le seul parti participant à la campagne électorale fédérale allemande qui s’oppose à l’accumulation américaine d’armes nucléaires du point de vue de la classe ouvrière internationale et qui se batte pour une stratégie socialiste pour lutter contre les inégalités sociales, le militarisme et la guerre. Aux bellicistes capitalistes des deux côtés de l’Atlantique, nous opposons l’unité de la classe ouvrière internationale. Dans des conditions de danger croissant de guerre nucléaire, cette perspective prend une énorme urgence.

Johannes Stern

source: https://www.wsws.org/fr/articles/2017/sep2017/guer-s04.shtml

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Wikistrike
commenter cet article
2 septembre 2017 6 02 /09 /septembre /2017 17:47

Au moins 50 000 terroristes potentiels dans l’Union européenne

Publié par wikistrike.com sur 2 Septembre 2017, 08:51am

Catégories : #Religion - pensées, #Social - Société

Au moins 50 000 terroristes potentiels dans l’Union européenne

ans un entretien au quotidien espagnol El Mundo, le coordinateur de l’Union européenne pour la lutte anti-terroriste, Gilles de Kerchove d’Ousselghem, révèle que, selon ses services, il y aurait actuellement au minimum 50 000 personnes radicalisées dans l’Union.

Kerchove souligne que si être radicalisé est une opinion politique, ne sont considérés comme tels que les individus susceptibles de perpétrer des actes terroristes.

Le chiffre de 50 000 est peut-être inférieur à la réalité car tous les États membres de l’Union n’ont pas la même manière de classer les suspects.

« Le Royaume-Uni a identifié 20 000 à 35 000 radicaux. Parmi ceux-ci, 3 000 sont considérés comme inquiétants par le MI5, et 500 font l’objet d’une surveillance particulière et constante. Les Français quant à eux listent 17 000 radicaux, utilisant leurs propres critères et normes », explicite-t-il.

Ces chiffres ne tiennent compte que des personnes présentes sur le territoire de l’Union. Il conviendrait donc d’y ajouter les ressortissants de l’Union partis faire le jihad au Levant et qui sont susceptibles de revenir chez eux. Malgré les déclarations de quelques hommes politiques, il n’existe pas de chiffrage fiable de cette population.

À ce stade, il est évidemment impossible de surveiller tous les radicaux de l’Union et de prévenir d’éventuels attentats.

Documents joints

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Wikistrike
commenter cet article
29 août 2017 2 29 /08 /août /2017 23:01

Bravo Netanyahu: «Nous resterons en Cisjordanie pour l'éternité» 

Publié par wikistrike.com sur 29 Août 2017, 19:46pm

Catégories : #Politique internationale

Netanyahu: «Nous resterons en Cisjordanie pour l'éternité»

Le chef du gouvernement israélien a promis lundi que son pays n'évacuerait plus jamais d'autres colonies se trouvant en Cisjordanie occupée.

L'État hébreu n'évacuera plus jamais d'implantations israéliennes de Cisjordanie, a promis le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

«Nous resterons là pour l'éternité. Il n'y aura plus de déracinement d'implantations sur la terre d'Israël», a déclaré M.Netanyahu lors d'un événement célébrant 50 années d'implantations israéliennes en Samarie, la région nord de la Cisjordanie.

«C'est l'héritage de nos ancêtres. C'est notre terre», a-t-il souligné tout en ajoutant qu'Israël s'était retiré d'implantations dans le passé, sans rien recevoir en retour.

Selon lui, la Samarie est un «atout stratégique» pour Israël. «Grâce à ces hautes collines, aux hauteurs du mont Hatzor, nous pouvons voir tout le pays d'un côté à l'autre», a expliqué le chef du gouvernement israélien.

«À ceux qui veulent arracher ce que nous avons planté, [je dis que] nous plongerons nos racines encore plus profondément», a lancé M.Netanyahu.

Bien que la communauté internationale considère comme illégitimes toutes les constructions israéliennes en Cisjordanie, Israël fait officiellement une différence entre les implantations approuvées par le gouvernement et les avant-postes sauvages construits sur des terrains privés palestiniens qui sont quant à eux parfois évacués et démantelés.

 

Source

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Wikistrike
commenter cet article
26 août 2017 6 26 /08 /août /2017 18:10

Iran : les professeurs qui louchent, ont de l'acné ou manquent de dents ne pourront plus enseigner

Publié par wikistrike.com sur 26 Août 2017, 11:58am

Catégories : #Social - Société

Iran : les professeurs qui louchent, ont de l'acné ou manquent de dents ne pourront plus enseigner

Le ministère de l'Education iranien a publié une liste de critères, autant médicaux que physiques, pouvant justifier l'exclusion des professeurs. Devant l'outrage causé sur les réseaux sociaux, le gouvernement a promis de revoir sa liste.

L'Iran ne transige pas avec l'apparence physique de ses professeurs. L'agence de presse Fars a rendu publique une circulaire émise par le ministère de l’Education listant les éléments susceptibles de justifier l'exclusion des enseignants.

Si la liste cible en premier lieu les maladies, certains traits physiques sont également jugés rédhibitoires pour quiconque souhaite transmettre son savoir.

Ainsi, un professeur qui louche, qui a un grain de beauté disgracieux, de l'acné ou bien encore de l'eczéma se trouve désormais sur la sellette. Idem pour celui dont la dentition pose problème, un minimum de 20 dents étant nécessaire pour prendre en charge une classe.

D'autres mesures visent spécifiquement les femmes, elles ne pourront par exemple exercer leur métier que si elles n'ont pas de problème de fertilité. Quant à celles présentant des poils sur le visage, elles seront priées de rester chez elles.

La liste va être revue après avoir créé la polémique sur les réseaux sociaux

Sur les réseaux sociaux, ces critères ont été source de violentes critiques la part des internautes, à tel point qu'un conseiller du président Hassan Roahni a assuré que la liste serait de nouveau étudiée.

Un journaliste a par exemple pointé l’absurdité de la mesure en soulignant qu'en suivant ces critères, le célèbre physicien Stephen Hawking n'aurait pas eu le droit d'enseigner.

«S’il vivait en Iran, Stephen Hawkins, génie de la physique, aurait dû rester à la maison selon les restrictions médicales annoncées par le ministère de l’Education !», a-t-il écrit sur le réseau social Twitter.

Suite au scandale, un porte-parole du ministère de l’Education a déclaré au journal de Téhéran Etemad que les mesures concernant spécifiquement les femmes avaient été retirées et que le reste de la liste allait être revu.

 

Source

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Wikistrike
commenter cet article
22 août 2017 2 22 /08 /août /2017 06:02

Plus con tu meures - Netanyahu et ses ministres interdits d’entrée sur le sol espagnol

Publié par wikistrike.com sur 21 Août 2017, 09:35am

Catégories : #Politique internationale

Netanyahu et ses ministres interdits d’entrée sur le sol espagnol

Benyamin Netanyahu et six de ses anciens et actuels ministres risquent maintenant d’être arrêtés s’ils mettent le pied en Espagne.

« Nous considérons qu’il s’agit d’une provocation. Nous travaillons avec les autorités espagnoles pour obtenir l’annulation de la décision » a prétendu hier, samedi 19 août 2017, le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Emmanuel Nahshon.

Selon The Latin American Herald Tribune, le juge de l’Audienca Nacional espagnole, José de la Mata, a donné un ordre officiel à la police de l’informer de toute éventuelle visite de Netanyahu ou de ses ministres condamnés dans l’affaire du Mavi Marmara, qui sont Ehud Barak, Avigdor Liberman, Moshe Ya’alon, Eli Yishai, Benny Begin et Eliezer Marom.

Le Mavi Marmara était un bateau qui avait tenté de forcer le blocus de Gaza en 2010 avant que des commandos israéliens ne l’arraisonnent, tuant neuf militants et en blessant 38 autres.

Le Mavi Marmara faisait partie d’une flottille composée de 750 personnes venant de 37 pays différents pour briser le blocus de Gaza en y apportant de l’aide humanitaire.

C’est en novembre 2015 que les mandats d’arrêt ont été émis par la justice espagnole.

En juin dernier, l’application de la décision de justice avait été suspendue pour cause de réforme au sein de l’appareil judiciaire espagnol.

source:http://parstoday.com/fr/news/world-i43768-mavi_marmara_netanyahu_et_ses_ministres_interdits_d’entrée_sur_le_sol_espagno

Repost 0
Published by PIMPRENELLE POURPRÉE - dans Wikistrike
commenter cet article

Pimprenelle Pourprée

  • : Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • Regard d'un Ecrivain sur le Monde
  • : Cherchant les points communs entre les peuples, les nations et les religions pour creer un monde meilleur...et une paix durable.
  • Contact

Profil

  • PIMPRENELLE POURPRÉE
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.
  • écrivain, née à Marrakech, Maroc, qui cherche une voie pour rapprocher les coeurs et les ames.

PIMPRENELLE POURPRÉE

Recherche

Pimprenelle Pourprée